Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'agression'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

108 résultats trouvés

  1. Argenteuil : nouvelle nuit d'émeute après la mort d'un jeune de 18 ans à moto ayant perdu le contrôle de son véhicule ( selon le parquet, il n'était pas poursuivi par la police https://www.nouvelobs.com/faits-divers/20200518.OBS28989/echauffourees-a-argenteuil-apres-la-mort-d-un-jeune-de-18-ans-en-moto.html Vénissieux : les forces de l’ordre avaient mis sur pied mercredi soir à Vénissieux une opération de contrôle des deux-roues, de nombreux habitants se plaignant de rodéos sauvages. C’est au cours de cette opération qu’un motard de la FMU (formation motocycliste urbaine) a été pris à partie par un groupe de six-sept individus et violemment agressé. https://www.leprogres.fr/edition-est-lyonnais/2020/05/07/un-motard-de-la-police-attire-dans-un-guet-apens https://www.lyoncapitale.fr/actualite/pres-de-lyon-des-policiers-caillasses-dans-un-guet-apens/ Beziers : des policiers attirés dans un guet-apens pendant le couvre-feu ; ils avaient été appelés pour une intervention dans le quartier populaire de la Devèze, à Béziers, où ils ont été la cible de jets de projectiles https://www.20minutes.fr/faits_divers/2754015-20200403-beziers-policiers-attires-guet-apens-pendant-couvre-feu Sartrouville : la police tombe dans un guet-apens, alors qu'ils intervenaient dans un incendie de mobilier urbain http://www.leparisien.fr/yvelines-78/yvelines-la-police-tombe-dans-un-guet-apens-a-sartrouville-08-04-2020-8295987.php Essonne : guet-apens contre les policiers à Massy https://www.le-republicain.fr/faits-divers/essonne-guet-apens-contre-les-policiers-a-massy Ces attaques contre nos forces de l'ordre ont pour point commun de ne pas faire fréquemment la une. Faut-il y voir un manque d'intérêt de la part des médias ou est-ce autre chose ? Perso, je trouve choquant que la racaille inverse les rapports de force sans réaction de la part des dirigeants ; et même s'ils se font arrêtés, la justice les relâche aussitôt !
  2. La comédienne française Valentine Monnier accuse Roman Polanski de l'avoir violée lorsqu'elle avait 18 ans https://www.marieclaire.fr/polanski-accuse-de-viol-par-comedienne-francaise-valentine-monnier,1329774.asp
  3. Un jeune homme est en garde à vue au commissariat de Tours. Il serait l'un des auteurs de l'agression d'un livreur de la Nouvelle République dimanche au petit matin. L'autre agresseur présumé est toujours recherché. Un peu plus de deux jours après l'agression d'un livreur de la Nouvelle République, dans Tours, dimanche au petit matin, un homme est en garde à vue. Il est entendu depuis le début d'après-midi du mardi 12 novembre par les policiers au commissariat de Tours. L'autre individu qui aurait participé à l'agression est toujours recherché par la police. Le livreur de Presse Portage a finalement déposé plainte. Il a eu une journée d'ITT après l'agression. Il a été insulté, frappé et ses lunettes cassées. L'affaire a ému l'opinion, avec une vidéo vue plus de trois millions de fois sur les réseaux sociaux. Sur twitter, les internautes ont menacé les agresseurs de représailles. (...) https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/tours-l-un-des-auteurs-presumes-de-l-agression-d-un-livreur-de-la-nr-en-garde-a-vue-1573573998
  4. Calla

    Agression physique/sexuelle

    Cher lecteurs / lectrices ! J'ai un sérieux problème... Depuis mon déménagement en ville,j'ai croisé un type, la première fois c'était en me poussant par surprise (en fauteuil roulant), j'ai eu peur sur le coup mais j'ai reussi à m'en débarrasser rapidement. A la troisième rencontre, il me fait la bise alors qu'on ne se connaît pas, il insiste pour que j'aille chez lui, j'ai refusé mille et une fois mais insistait encore... Sous la peur, et ne sachant pas comment me débarrasser de lui j'ai accepté... Alors nous allons chez lui, je suis prise de panique, je ne controlais plus mon corps. En montant dans l'ascenseur il carresse mes cheveux, passe ses doigts dedans. Je commence à sérieusement paniquer. On discute, il veut me faire visiter sa chambre... Nous arrivons dans sa chambre, il ferme la porte. Je l’observe toujours, et je me dis que je suis dans une situation … Indescriptible. Il s’assied sur son lit : « Tu veux t’asseoir sur le lit ? » « Non non, c’est bon. » « Ne t’inquiète pas, je ne vais pas te violer. » Il se lève, me redemande : « Tu as peur ? » « Hum » Il descend les volets de la pièce afin qu’on soit dans la pénombre, je le regarde faire en faisant les gros yeux. « Ça te va comme ça ? » « Hum » Je n’arrivais plus à réfléchir, ni à parler, ni à bouger. Je voulais partir de cette endroit le plus vite possible, mais je reste figée. Il s’approche de moi : « Ha que tu es gentille ! » et me prends par les joues et m’embrasse sur ma première lèvre… Je le repousse. Il me demande quel âge j’ai, quand je lui réponds il dit comme s’il pensé à voix haute : « Ça va, ça va. » (J'ai 16 ans...) Je regarde l’heure sur mon téléphone pendant qu’il ouvrait cette porte, je le regarde en disant qu’il fallait que j’y aille. On retourne dans le salon on discute... Tente d'autres approches mais je reste calme et j'essaie d'être distante. Il me propose à boire, je refuse catégoriquement, il me dit que c’est important de boire, je lui dis que non, j’ai ma bouteille d’eau sur moi que ça me suffisait. Il retourne s’asseoir sur ce canapé, il me dit : « Je te trouve sympa, gentille, belle attirante, je ne regarde pas le handicap mais le physique et le cœur. » « Merci… » Je lui redis que je dois vraiment rentrée, et il me demande comment je peux le contacter, si je pouvais lui donner mon numéro de téléphone ou mon Facebook. « Non je ne le passe pas à n’importe qui » disais – je « Ce n’est pas vrai ça » « Ha si, je le passe rarement. » « Comment on va faire si tu veux revenir ici en tant qu’amis, ce n’est pas pour le sexe ni pour te violer » en souriant comme d’habitude. « En se croisant je ne sais pas » toujours en souriant, mais ayant peur, je voulais me barrer d’ici le plus vite. Il finit par m’écrire sur un papier son prénom, nom et numéro de téléphone. ‘’Au cas ou si je voulais le contacter et revenir’’ Nous descendons ensemble, il continu à toucher mes cheveux, je regarde le sol. Enfin sortis, et n'ayant plus avec Lui, je roule plus loin pour appeler une amie et tout lui raconter en étant calme, avec la voix légèrement tremblante, elle essayer de me rassurer. Le soir arrive, je suis dans le noir, je tremble, je fais une crise d’angoisse. Je décide d’en parler à deux autres amis proches de moi en même temps… L’une veut absolument que j’en parle à mes parents parce que c’est grave… Ou je lui ai fait jurer de ne rien dire… Ni à mes parents ni aux membres du personnel du lycée. L’un qui veut aller parler directement à ce « type » en lui passant la feuille… Puis… J’ai craqué en discutant avec eux par messages, j’ai fondu en larmes pendant deux bonnes minutes. Je faisais une crise d’hystérie parce que je revoyais son visage s’approchant du miens. J’ai avalé quatre euphytoses qui n’ont fait aucun effet cette nuit – là. La journée se suit, je ne sors pas – J’ai la trouille – donc je reste dans mon lit pour la journée. J’en reparle à l’une des trois dans la journée, elle m’a clairement dit que je devais en parler à quelqu’un, qu’elle, elle n’avait pas jurée et ne le fera pas. Je lui avais dit de ne rien faire, de me laisser au moins la semaine du lycée pour me sentir en sécurité. Elle attend, mais veut que j’en parle à quelqu’un impérativement. Je regarde des films, des séries mais toute la journée je ne pensais qu’à ça, je revoyais les images, je tremblais, je me crispais. Quand je fermais les yeux, je voyais son visage s’approchant du miens. Je me retourne, je vois que le rideau est tombé, j’ai commencé une crise de parano, d’angoisse. J’avais laissé la fenêtre ouverte pour la chaleur –Pas grand ouvert – j’ai pensé que c’était Lui qui était là. La crise a durée 5 à 10 minutes avant que je puisse me résonner. J’ai dû faire un mini – malaise durant l’après – midi et un peu plus tard une petite crise de tétanie. Le soir arrive, dans le noir et la musique, j’éclate en sanglot pendant un bon moment. Je faisais une crise d’hystérie, je le voyais, encore et encore. Je me battais dans ma couverture, je n’arrivais pas à me calmer, j’ai envoyé un message à l’un des trois qui était au courant et tenter de me rassurer comme il pouvait, continuait à me proposer son idée de lui envoyer un message. J’ai encore refusé. J’ai passé la matinée sur la terrasse avec mes parents, on mangeait dehors tout allait bien. Ils voulaient se promener et me demandait si j’y allais avec eux, je ne savais pas quoi répondre, j’ai répondu « Oui… Nan je ne sais pas j’ai pas très envie de bouger… » J’étais crispée, je contrôlais mes tremblements. J’ai fini par dire oui… J’avais peur. Donc j’ai envoyé un message à ma mère pour au final dire non. Et eux non plus ne voulait plus bouger. Je mourrais d’envie de sortir, mais la peur était trop présente, et si je le re croisais ? Je suis allée sur la terrasse une dizaine de minutes avec ma mère je roulais tranquillement histoire de me défouler un peu, quand j’entends un bruit extérieur, je me suis figée et crispée, je tremblais à nouveau. Je me sens… Sale ! Plus je prends de douche pour oublier cette sensation, plus ça empire. J’ai toujours les sensations de ses lèvres sur les miennes, de ses doigts dans mes cheveux… C’est… Horrible. Je revois chaque moment, chaque geste, chaque mimique de son visage sans cesse. J’ai peur quotidiennement… Je ne peux pas sortir… Et s’il me voyait encore ? S’il allait faire ce qu’il voulait faire ? Viol… Je culpabilise… Pourquoi je me suis pas barrer en roulant ou je ne sais pas… Pourquoi je n’ai pas fait autre chose que de le suivre… J’ai peur… Constamment… Comment ça va se passer au lycée ?... Comment vais – je réagir aux contacts physiques ? Alors que ceux de ma propre mère me gêne un peu… Le fait d’être enfermé qui va me rappeler la chambre ? Et mes crises de parano ? Mes crises d’hystérie… Comment vais – je pouvoir expliquer mon changement de comportement sans leur dire ce… Cauchemar ? Si je pleure sans raison comme ça m’arrive comment vais – je pouvoir expliquer ça ? Et si mon psychologue pour une raison qui m’échappe voudrait me voir comment je fais ? Etre enfermé… Avec un homme… Ma question : Est - ce une forme d'agression sexuelle ? Est ce normal que je culpabilise... De se sentir sale ? D'avoir peur du monde extérieur ? A vos claviers !
  5. Que feriez-vous si vous étiez témoin d'un accident ou d'une agression ? Plusieurs études ont montré à quel point les passants avaient tendance à ne pas intervenir, surtout quand ils étaient nombreux. Mais de nouveaux travaux, compilant des heures d'images de vidéosurveillance, viennent remettre en cause ce phénomène d'apathie appelé "bystander effect". Qu'on se rassure une fois pour toutes : si nous sommes un jour confrontés à une situation d'urgence, plus il y aura de témoins, mieux ce sera. C'est en tout cas la conclusion d'une grande enquête récemment publiée dans la revue American Psychologist. Source et suite de l'article
  6. Après avoir été recalés au bac, deux lycéens agressent un proviseur Le proviseur du lycée Marcel-Pagnol, à Athis-Mons en Essonne, a été agressé par deux bacheliers lundi après-midi. Selon Europe 1, les lycéens de 18 et 19 ans s'en sont pris à lui après avoir appris qu'ils avaient été recalés au baccalauréat. (...) Les lycéens ont frappé le proviseur à plusieurs reprises au niveau visage, "dégradé" son bureau et menacé de revenir dans l'établissement pour "y mettre le feu", a précisé une source proche de l'enquête. (...) Source et suite de l'article
  7. En visite à Johannesburg pour l'Arnold Classic Africa, un festival annuel international de multisports, Arnold Schwarzenegger a été agressé par un homme qui lui a asséné un violent coup de pied dans le dos. L'agression a été filmée et partagée sur les réseaux sociaux, avant que la star de cinéma ne rassure ses fans. L'agresseur, arrêté, était connu des services de police. Présent ce samedi à Johannesburg pour l'Arnold Classic Africa, un festival annuel international de multisports, Arnold Schwarzenegger a été attaqué par surprise par un homme qui lui a donné un coup de pied dans le dos, projetant la star de "Terminator" violemment vers l'avant. Le moment a été capturé en vidéo et a très vite fait le tour des réseaux sociaux. Source et suite de l'article
  8. Depuis dimanche minuit, six services d'urgence de l'AP-HP se sont mis en grève suite à des violences. A l'hôpital St Antoine, des agents débrayent depuis la mi-mars après une série d'agressions. Ces mouvements pourraient s'étendre. Comment améliorer la sécurité des soignants ? https://www.20minutes.fr/sante/2496627-20190415-greve-illimitee-urgences-comment-ameliorer-securite-soignants
  9. Bonjour, Marion s’était rendue en courant, samedi 4 août au petit matin, au commissariat de Lisieux « pour y trouver refuge », mais n’a « rien trouvé, sauf du mépris ». Dans la nuit du vendredi au samedi, alors qu’elle était revenue quelques heures plus tôt d’une soirée, elle dormait dans son appartement, au premier étage d’un immeuble, lorsqu’elle a été réveillée « vers 5-6 heures » par l’explosion d’une vitre et l’intrusion de son ex-copain, 27 ans, fou de rage. Monté par des grilles du rez-de-chaussée, il fouille les pièces, renverse les meubles et la menace avec un couteau trouvé dans la cuisine. « J’ai essayé de le sortir. Je l’ai menacé d’appeler la police », se souvient Marion. Sans succès. Après une bagarre, elle parvient à s’échapper et court au commissariat. Son récit : "Trois agents, deux hommes et une femme, étaient à l’accueil. Je leur explique ce qui vient de se passer, que je voudrais porter plainte. Ils m’ont répondu : “Vous êtes hystérique, qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse pour vous, Mademoiselle ?” J’étais stressée, avec une bosse au front d’un coup que j’avais reçu, et eux m’ont dit : “Ecoutez, vous sentez l’alcool*, on ne peut pas prendre votre plainte.” Les agents n’appellent pas l’officier de police judiciaire d’astreinte. Ils lui proposent, assure-t-elle, de la raccompagner à son domicile. Elle trouve cela « absurde », car potentiellement dangereux, et refuse. « Et là ils m’ont laissée en plan sur une chaise de l’accueil. » Son « ex », arrivé quelques minutes plus tard, est jugé beaucoup plus calme par les policiers, qui le laissent repartir après avoir pris son identité. Ils appellent toutefois les secours, au vu de la blessure au front. « Les pompiers sont arrivés et c’est là que j’ai reçu écoute et soutien », dit Marion, qui a finalement porté plainte contre son agresseur lundi 6 août, avant de se voir prescrire huit jours d’incapacité totale de travail (ITT). La jeune femme déplore « un manque d’empathie total et de professionnalisme » des trois policiers. Sa mère, elle, s’étonne de ce qu’elle a entendu, le 4 août, en milieu de matinée, au commissariat. « J’ai demandé à un policier, en faisant mine d’être sérieuse : “En gros, elle vous a fait chier ?” Et il m’a répondu : “Oui, voilà, c’est ça, Madame !” » Article entier * Il faut dire qu'elle bosse dans un magasin de vins & spiritueux.
  10. Dimanche dernier, soir du second tour des élections qui annonçait Marine Le Pen perdante, deux jeunes hommes se sont fait agresser près de Nantes par 4 individus. Le plus jeune des deux victimes nous raconte qu’après lui avoir demandé si il était militant antifa, ils l’ont tabassé avec des barres de fer et des bouteilles en verre. Son ami, lui quelques mètres devant, venait de se faire agresser par la même bande. Il est depuis hospitalisé et inconscient. L’une des deux victimes nous explique ce qui s’est passé. Propos recueilli par Maryline Dujardin « Dans la nuit de dimanche a lundi entre minuit et une heure nous rentrions en vélo avec mon ami Erwan du centre ville et puis on s’est fait agresser rue Du Chaffault. Ils étaient 4 ou 5 et sont sortis d’un buisson et m’ont mit à terre. A ce moment-là je pensais que Erwan était en vélo bien plus loin, qu’il avait roulé plus vite que moi. J’arrivais en vélo et là ils m’ont demandé si j’étais militant antifa. Je ne leur ai rien répondu et alors ils m’ont frappé à coup de barre de fer et de bouteille en verre. .........................(..............................)............................................. C’était des jeunes de 17/20 ans, ils étaient 4 ou 5. On avait des vélos ils auraient très bien pu nous les voler mais c’était pas du tout pour ça, c’était vraiment pour frapper. Plus tard on a était pris en charge par les pompiers. Depuis Erwan, qu’ils ont battus à mort, il est en réanimation et il va passer en assistance respiratoire. J’avais mis un appel à témoins avec les photos d’Erwan mais facebook l’a supprimé, ils doivent penser que c’est trop choquant ! Pour le moment Erwan il est dans le coma, il a une fracture au visage, une fracture à la nuque, les cervicales déplacés, des impacts au niveau du cerveau les médecins ne savent pas si il pourra parler normalement, s’il se réveille, ou si il va pouvoir marcher à nouveau. en entier sur http://www.revolutionpermanente.fr/Temoignage-Ils-m-ont-demande-si-j-etais-militant-antifa-et-ils-m-ont-agresse?fb_action_ids=187946525060412&fb_action_types=og.comments
  11. Cette vidéo choquante circule actuellement en Belgique. On y voit une adolescente se faire attaquer "pour une histoire de garçon". Une altercation, une tentative d’étranglement puis ça dégénère. Envoyée au sol, traînée par les cheveux puis frappée à coups de pied, la victime de 15 ans ne peut rien faire. L’agression est filmée puis relayée sur les réseaux sociaux. Elle date du 10 mai dernier. "C'est une fille qui est appelée pour se rendre à Embourg, c'est un traquenard pour une histoire de garçon. Elle est l'ancienne petite copine du nouveau petit copain de la jeune fille qui l'agresse", explique Damien Leboutte, procureur de division au parquet de Liège. Suite de l'article
  12. Bonsoir, Ayant eu une discussion avec un ami gendarme qui nous a expliqué un évènement, autour d'une table, une débat a commencé. Je voudrais, si c'est possible, prolonger ce débat ici en vous exposant la situation: Dans notre société, il est possible d'être envoyé en prison pour diverses raisons, pour des durées variables. Une fois derrière les murs de prison, on se retrouve face à des personnes étant incarcérées pour des raisons toutes autres que les vôtres avec surtout le risque de se retrouver dans une cellule avec une personne bien plus forte que vous, bien plus dangereuse, perverse, etc... Voilà qu'un homme tout simple, se retrouve derrière les barreaux et enfermé dans une cellule avec un homme en prison depuis 8ans et qui était totalement en "MANQUE"... Donc très agressif, tendu, etc... Cet ami gendarme a été envoyé pour effectuer le transport de cet homme tout simple, s'étant fait déchirer l'anus par son codétenu ! Pendant ce transport, mon ami gendarme a été marqué par l'état dans lequel se trouvait ce simple homme et à quel point son traumatisme était grand. A partir de ce récit, mon ami a reçu une flopée de questions du genre: "Mais comment se fait-il que cela arrive ?" "Les gardiens sont des sadiques ou quoi ?" "Les gardiens connaissaient l'état du type en prison depuis 8 ans ?" Et lui de justifier: "c'est ainsi, oui les gardiens sont obligés d'être un peu sadiques ou froids pour supporter leur job, c'est la prison, c'est comme-ça, etc..." Mais de mon opinion et celle d'autres personnes autour de la table, c'est de la complicité de torture, car "tout le monde" (l'administration carcérale, la justice, l'état, etc...) a clairement accepté que des personnes soient agressées physiquement ! Alors que la prison est une privation de liberté et non un lieu de torture. Quel est votre opinion ?
  13. Salut, Un départ lié à la réintégration de Frédéric Haziza source : 20 minutes Cordialement.
  14. Hello tout le monde... Il arrive souvent de lire, dans ce forum, que les femmes devraient avoir le droit de mettre ce qu'elles veulent... Mais les femmes mettent surtout ce qu'elles trouvent dans les magasins... Alors est-ce que la mode est responsables des problèmes qu'ont les femmes vis à vis de certains hommes qui les agressent ? Est-ce que la mode n'est pas un peu décalée par rapport à ce que les femmes devraient porter dans notre société ?
  15. PRÉDATEUR - Victime d’abus sexuels par le père d’une camarade d’école, une jeune Uruguayenne âgée de 10 ans a réussi à filmer son agresseur à l’aide de la fille de celui-ci pour le faire arrêter par la police. http://www.lci.fr/international/uruguay-a-10-ans-elle-filme-son-agresseur-et-le-fait-arreter-2065814.html
  16. L'agression s'est produite dans le 9e arrondissement de Paris. (Archives) L’ancien secrétaire d’Etat a reçu des coups au visage pour sa montre de luxe. L’ancien secrétaire d’Etat chargé de la Réforme de l'Etat et de la Simplification entre février 2016 et mai dernier et sénateur de l’Essonne, Jean-Vincent Placé, a été victime d’un vol dans la nuit de samedi à dimanche, a révélé RTL. Selon nos informations, l'agression s'est produite rue Bleue, dans le 9e arrondissement de Paris, aux alentours de 2h du matin à la terrasse d'un café. Trois individus lui ont volé sa montre, d'une valeur de 7 000 euros, son téléphone portable et sa carte bleue. https://fr.news.yahoo.com/jean-vincent-placé-agressé-à-paris-montre-à-180500563.html On ne risque pas de voler ma montre, je n'en ai pas.
  17. Une agression vraisemblablement raciste a eu lieu à la gare de Chelles (Seine-et-Marne), lundi 2 décembre. Un adolescent de 14 ans d'origine capverdienne a été violemment frappé au visage en début d'après-midi. Un jeune homme de 22 ans, crâne rasé et écusson en forme de croix gammée sur son blouson, a été rapidement interpellé dans les environs. Son sac contenait une poignée de tracts portant des slogans sans équivoque, en lien avec la mouvance d'extrême droite. Le jeune homme n'est pas inconnu des services de police : son nom figure même dans le décret qui a prononcé la dissolution des Jeunesses Nationalistes en juillet dernier. Membre actif de l'association, il a été photographié dans une manifestation en train de faire le salut hitlérien vêtu d'une tenue inspirée de l'uniforme SS. L'agresseur présumé a été placé en garde à vue. D'après les premiers éléments de l'enquête, il s'en serait pris à l'adolescent, croisé à la gare, pour des raisons ethniques. Hospitalisée et parlant mal le français, la victime n'a pas pu être entendue immédiatement sur les circonstances de l'agression. http://www.rtl.fr/actualites/info/article/agression-raciste-a-chelles-le-suspect-est-un-membre-actif-des-jeunesses-nationalistes-7767566955
  18. Publié le 25/11/2013 Par Marie-Christine Lardenois REIMS (51). Un endroit, calme et sécurisé, pensé comme un refuge afin que les victimes de violences conjugales puissent se poser. C’est le nouveau dispositif qui doit être lancé le 2 décembre. ....(.....).... Après les dix portables d’alerte dont a été doté le département au début du mois pour les femmes en très grand danger, un nouveau dispositif va être lancé le 2 décembre pour aider les victimes de conjoints agressifs. Il s’agit d’un accueil de jour proposé par le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) sous la forme d’une permanence, trois jours par semaine, en liaison avec le foyer maternel Le Renouveau. Cette mesure va sans doute être commentée ce soir à l’hôtel de ville où se déroule le vernissage d’une expo pour la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. « Nous sommes dans le top 5 » « C’est soit une halte pour les femmes qui n’ont pas encore pris la décision de quitter le domicile conjugal, soit un lieu de recherche de solutions pour celles qui sont parties de chez elles », explique Béatrice Paillard, déléguée régionale aux droits des femmes. Le but est de leur permettre de souffler, de se poser. Il y aura une salle de détente, de repos, une cuisine, un ordinateur avec un accès à internet. Ces femmes en grande détresse arrivent souvent avec des bébés. Elles auront donc à leur disposition des petits pots et des couches. « Cet accueil est inconditionnel et bienveillant. En aucun cas, nous ne demanderons à une femme si elle est sûre d’avoir bien fait. Nous voulons donner aux victimes les moyens de s’en sortir. Si nécessaire, nous les accompagnons dans leur logement pour récupérer leurs affaires ou pour porter plainte », insiste Béatrice Paillard. Dans le même esprit, depuis un an, existe à Reims un « bureau d’accompagnement » différent des permanences classiques dans la mesure où les juristes prennent le temps d’escorter les femmes au commissariat, chez elles, aux urgences, ou au palais de justice. « Le but du jeu, c’est d’être le plus réactif possible », indique Karine Bonne, la directrice du CIDFF. Ces structures sont d’autant plus indispensables qu’il y a une recrudescence des violences envers les femmes. « La Marne est le 15e département le plus touché par les morts violentes au sein des couples. En 2012, nous avons répondu à 1812 demandes dont 1545 pour des violences intra-familiales », regrette Karine Bonne qui cherche des explications : « Nous vivons dans une société où la violence est banalisée. Nous constatons que les violences sexuelles touchent souvent de jeunes mineures et qu’il y a une régression des mentalités sur la place des femmes ». CIDFF : 03 26 65 05 00 SOURCES : http://www.lunion.presse.fr/region/un-accueil-de-jour-va-ouvrir-pour-les-femmes-battues-ia0b0n256652
  19. EXTRAIT : Jeudi soir, une responsable de la section de l’UNEF Paris 1 a reçu deux coups de couteau au visage et à la gorge devant chez elle. L’UNEF Paris 1 demande des réponses politiques et judiciaires immédiates. Lundi, une altercation a eu lieu à Tolbiac autour d’un affichage entre la Fédé Paris 1 et l’UNEF Paris 1. Lors de cette altercation, des militants de l’UNEF Paris 1 ont été frappés et victimes d’insultes racistes, sexistes et homophobes. Des plaintes ont été déposées à ce sujet. Lors de cette altercation, des barres de fer ont été trouvées par des militants de l’UNEF, qui les ont remises à la sécurité du centre universitaire. Cet évènement a été instrumentalisé par des membres de la Fédé Paris 1 et de l’UNI-Met Paris 1 qui en ont diffusé une vidéo diffamatoire. Une nouvelle plainte a été déposée. Cette diffusion, exclusivement relayée par des sites d’extrême droite, a été l’occasion d’appels au viol, à la violence et au meurtre des militants de l’UNEF. Pendant les jours qui ont suivi, les menaces se sont faites de plus en plus fortes, avec la communication de coordonnées de militants de l’UNEF Paris 1 et des appels anonymes de menaces. C’est dans ce contexte qu’une responsable de l’UNEF Paris 1 a été agressée au couteau devant chez elle. L’individu a clairement fait référence à son engagement syndical avant de porter les coups de couteau à son visage et à sa gorge. Elle a été hospitalisé, ses jours ne sont pas en danger. L’UNEF ne tolèrera pas que cet acte reste impuni. LIRE EN ENTIER SUR : http://bellaciao.org...p?article137684
  20. extraits : UN soir de 2009, son fils a été frappé violemment. « Hier soir vers 22 heures, je me trouvais à pied rue des écoles à Carignan […] », explique ce jeune homme d'à peine dix-huit ans à l'époque dans son dépôt de plainte. « .......(......)...... Leçon de vie, plutôt que répression Aujourd'hui, elle émet le souhait de faire de la prévention contre la violence, la drogue et l'alcool dans les établissements scolaires et des ateliers éducatifs. Le projet était en cours, jusqu'à ce qu'un accident la handicape beaucoup au quotidien. Elle estime que les professionnels, les éducateurs notamment, sont largement débordés la réalité. C'est pourquoi elle lance un appel aux acteurs associatifs, recommande une mobilisation de citoyens pour organiser des ateliers en partenariat avec le milieu scolaire, « comme ce qui se fait au Luxembourg ». C'est-à-dire « des travaux manuels, des jeux de rôle pour réfléchir sur la vie en société, l'apprentissage d'une utilisation intelligente d'internet, l'incitation à fabriquer, évoluer et innover ». Cette mère a suivi le dossier de son fils de près pendant quatre ans, jusqu'à la condamnation de l'agresseur en appel à Reims, en mai dernier. La peine du jeune homme, mineur au moment des faits : 19 000 euros d'amende, quatre ans de mise à l'épreuve mais pas de prison ferme. « Je ne le souhaitais pas car je comprends que les jeunes n'ont pas toujours conscience de leurs actes comme des adultes. Il leur faut une leçon de vie. » lire en entier sur : http://www.lunion.pr...-jna3b25n227926
  21. REIMS (Marne). Les femmes musulmanes se sentent de plus en plus rejetées par certains à Reims parce qu'elles sont voilées. Deux agressions ce week-end ont poussé les associations à se rassembler devant le commissariat. C'EST sans aucun doute la répétition des actes anti-musulmans, des actes racistes, qui a fait qu'hier, une centaine de personnes membres ou proches d'associations musulmanes se sont regroupées devant les Compagnons du Devoir puis devant le commissariat de police, suite à l'agression d'une jeune femme. Selon son beau-père, Ali, la femme voilée, turque, qui vit en France depuis dix ans, se rendait avec son mari en voiture à son travail, à 17 h 45. Rue Maldan, elle a été prise à partie par un jeune homme, qui aurait ensuite arraché son foulard en passant la main par la vitre. ......(....)...... Une autre agression a eu lieu dans la zone commerciale de Cormontreuil, samedi. « Ma femme était au volant de la voiture, quand elle a reçu de l'eau et des insultes, car elle porte un foulard. Cela se produit à chaque fois qu'elle sort, elle se fait insulter », nous explique son mari au téléphone. lire l'article en entier sur : http://www.lunion.presse.fr/article/marne/apres-une-agression-le-ras-le-bol-des-associations-musulmanes
  22. L'état de Lucien ne cesse de s'aggraver après la terrible agression dont il a été victime le 24 mars, à Sainte-Anne. Pour sa fille Jannick, « mourir à 85 ans, c'est dans l'ordre des choses. » Mais pas dans de telles souffrances. Elle espère que l'agresseur de son papa sera arrêté et puni. « Je voulais simplement faire savoir l'enfer qu'on vit à cause d'un délinquant. » Si Jannick T. (1) témoigne aujourd'hui, c'est parce que le drame que vit sa famille est d'autant plus insupportable que l'homme qui a agressé si violemment son père de 85 ans court toujours. Son papa, lui, est dans un état critique au CHU. « Son état empire de jour en jour. Il se meurt. » Lucien est hospitalisé en réanimation, chez les grands brûlés (lire ci-contre), depuis le dimanche 24 mars. Après que les pompiers l'ont sorti de dessous la voiture de sa fille. Ce jour-là, un inconnu a tenté de voler le véhicule et l'a éjecté de la voiture. Retenu par sa ceinture de sécurité, le vieil homme a été traîné sur plus d'une cinquantaine de mètres sur le bitume (lire ci-contre). ... Depuis deux semaines, Jannick T. et son mari, mais aussi sa soeur, son frère, sa belle-soeur... tous arpentent les couloirs de l'hôpital. Sur son lit de souffrance, Lucien leur renvoie une vision de cauchemar : « C'est une momie sanguinolente. Deux fois par semaine, il doit passer au bloc. Les médecins ne peuvent pas panser ses blessures sans l'anesthésier. Et ils n'arrivent pas à arrêter les saignements, les plaies sont trop profondes. » L'état de Lucien ne cesse de s'aggraver : « Depuis deux jours, il ne répond plus. Il a fait une détresse respiratoire. Il est intubé et sédaté, inconscient. » Jannick T. est lucide : « Il y a peu d'espoir de survie. Et s'il s'en sort, on nous a dit qu'il ne remarcherait plus jamais. Et au niveau neurologique, on ne sait pas ce qu'il en sera. » ... - Appel à témoinsL'enquête ouverte par les gendarmes (porte-à-porte, auditions de témoins...) n'a, pour l'instant, pas permis d'identifier l'agresseur de Lucien.Un « rasta » , qui, a priori, n'est pas de Sainte-Anne. Des investigations scientifiques se poursuivent. ... L'article intégral sur France Antilles
  23. Inde : les soeurs courage 03/12/14 Elles sont devenues les héroïnes de tout un pays. Au nord de l'Inde, Arti et Poudja, deux soeurs de 19 et 22 ans sont parvenues à tenir tête à trois hommes dans un bus. Leur fait d'armes a été filmé et pourrait leur valoir de l'argent et un hommage national. Alors qu'elles étaient à bord d'un bus pour rentrer chez elles à Rohtak, le 24 novembre, deux sœurs, Pooja et Arti Kumar, refusent les avances insistantes de trois hommes. Vexés, ils s'en prennent à elles. Les évènements tournent alors au cauchemar pour les jeunes femmes âgées respectivement de 19 et 22 ans. "L'un des garçons a touché ma sœur de façon inappropriée. (...) Source: Yahoo / M6info Source et suite de l'article
  24. Je pense que les témoins devraient être poursuivis par la Justice et être condamnés, comme les derniers des délinquants. Voir de ses propres yeux et à deux ou trois mètres de soi, une personne se faire agresser (pas que sexuellement d'ailleurs), ne pas bouger et faire semblant de ne rien voir, devrait être condamnable. La lâcheté devrait être condamnable. C'est en tout cas ma façon de penser... Suite et source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/24/01016-20140424ARTFIG00208-lille-agressee-sexuellement-dans-le-metro-les-temoins-ne-reagissent-pas.php
  25. Une militante a reçu un coup au visage mercredi alors qu’elle collait des affiches près de la gare de Boulogne. Son agresseur a pris la fuite. Mercredi soir, plusieurs militants du Front national participaient à un collage d’affiches dans les rues de Boulogne-sur-Mer en vue de l’élection présidentielle. Vers 21 h 30, rue Ferdinand-Buisson, près de la gare de Boulogne, une militante a été prise à partie puis agressée par un homme qui passait en voiture. D’après le leader frontiste boulonnais, Antoine Golliot, l’individu est descendu de son véhicule et a été « insultant et menaçant », puis il a donné un coup au visage de la militante, Liliane Pognant, conseillère municipale de Boulogne. (...) Une enquête est en cours pour tenter de retrouver l’agresseur. http://www.lavoixdunord.fr/134161/article/2017-03-17/une-elue-fn-agressee-pendant-un-collage-d-affiches#
×