Aller au contenu

Blogs

voyage

Allongé sur mon lit, droit comme un "i", le corps lourd et fatigué, usé par le temps et ses vicissitudes, les yeux fixés au plafond, je me perds dans mes pensées et je voyage. Je me rappelle de cette odeur de pain grillé le matin, le café qui chauffe sur le gaz et son odeur de caramel qui se dégage de cette cafetière à col de cygne jaune dans cette cuisine où une table trône en mélaminé recouvert de bakelite. Mon père assis à cette table fumant sa première cigarette de son paquet de gauloises br

roux-avant

roux-avant dans humeur vagabonde

Contours.

Une entrevue dans une petite échoppe — samedi matin. Dans ce quartier, elles sont toujours tout en longueur. Le sol carrelé est taché de graisse, l'employé préposé au nettoyage du week-end n'est pas venu. Le grand Medhi râle à voix haute; l'instant d'après, il sourit aux clients, les sert, puis peste à nouveau tout en gardant le sourire. Ses éclats sanguins résonnent dans la pièce. Au fond de la salle oblongue, la demi-cloison estompe quelque peu la voix puissante. C'est là que nous étions.

Criterium

Criterium dans Texte

effluves croisées

J'avançais doucement, baguenaudant le long de la rivière. Le temps est doux et calme, les nuages s'amusent du ciel bleu mais le vent léger emporte avec lui ces empêcheurs de flâner en rond. La rivière s'écoule doucement faisant des clapotis délicats avec une légère écume rappelant que les arbres sont en fleur et délivrent leur pollen. Les senteurs sont présentes, les cerisiers, les églantiers et autres dégagent des parfums délicats et enivrants.  Ma promenade m'emmène sur un pont : je m'y e

roux-avant

roux-avant

Non.

— "Tu voulais me dire quelque chose?" L'homme avait fini par prononcer quelques mots, gêné par le silence. Sa compagne, assise en face, alternait le regard entre lui et la grande fenêtre; agitant encore sa petite cuillère dans la tasse de café, alors que ce qui avait dû être un peu de crème, ou un morceau de sucre, y avait disparu depuis longtemps. Au-dehors, la vue sur une rue passante et une place de parking n'avait rien de bien remarquable. On venait ici plutôt parce que le café était bo

Criterium

Criterium

Sciences Fiction - (Episode 3)

Ce récit est une fiction - Toute ressemblance avec des faits réels serait pure coïncidence -  Des figurants dans les hôpitauxC'est au début du mois de janvier que le premier ministre, le ministre de l'intérieur et le ministre de la santé reçoivent Stanley Lubrique. Le célèbre cinéaste dont le travail remarquable a été apprécié et récompensé à de multiples occasions. Stanley Lubrique a été convoqué à Matignon. Il est immédiatement reçu sous les dorures du bureau du premier ministre. C'est de

Oncle_Julien

Oncle_Julien

L'adieu

Il y a un temps pour tout, il y a un temps pour nous tous de dire adieu à une petite part de nos vies. Il est 21h, un dimanche soir classique, un week end tout ce qu'il y a de plus classique à ce détail près que leurs vies ne sont plus que côtoiement et non partage. Des mots durs, des actes forts, des envies différentes et différées, des peines qu'on ne partagent plus, des joies que l'on veut secrètes...plus rien ne jointe la vie à deux. On se tient par un fil, on se retient pas le fil du r

roux-avant

roux-avant

Le goût du sang.

Nuit. Il fait froid. Les nuits sont si froides, sur la place, qu'à chaque bouche d'égout de grands nuages de fumée s'envolent et s'épaississent. Les volutes montent... On ne voit plus qu'à quelques mètres dans ce brouillard. Les façades des bâtiments deviennent floues. On ne devine plus que la forme générale de la place — le grand carré verdi. Le parc. Le grillage ne fait qu'un mètre, tout autour des buissons; c'est la fumée et la brume qui donnent l'impression qu'il y a un espace enclos —

Criterium

Criterium

métamorphe

Je suis léger comme l'air qui me porte, je parcours les ciels comme un bolide....je me sens libre et détaché de tout...sentir l'air sur soi c'est ressentir les bienfaits du monde. Je regarde sous moi et je vois la Terre, ce monde vaste m'apparaît aussi petit et frêle que large et infini...sentiment partagé et étrange de pouvoir enserrer le vaste monde sans jamais le faire véritablement, tellement il est vaste...je passe entre deux rochers et je ressens la fraîcheur minérale qui me rappelle que n

roux-avant

roux-avant

L'au revoir.

— "Vous n'avez plus que trois mois à vivre." La phrase se répétait dans mon cerveau, avec les mêmes intonations, régulièrement, comme un écho lent mais qui ne cessait pas. Il faut me comprendre. Une phrase comme cela, ça ne se digère pas: ça se rumine. Apparemment, aussi: ça s'assène. Peut-être que l'homme avait également un diplôme en tact. Alors je ré-entendais aussi ma réponse incrédule: — "Vous êtes certain, docteur?" — "Plus ou moins un mois; ce type de tumeur au cerveau ne s

Criterium

Criterium

Nombres et ombres.

Tard dans la nuit. Tout le monde dort. Ou presque: moi, je regardais les étoiles. Depuis la petite chambre mansardée dans ce bâtiment du gîte, j'avais vue chaque soir non seulement sur le beau ciel de la campagne, mais également sur toutes les allées et venues du domaine. Alors, lorsque l'insomnie guettait, je m'installais là, de longues heures à rêvasser; comme une jeune fille enfermée dans sa tour, j'observais le reste du monde en m'imaginant histoires et aventures. Mon chat s'était déjà

Criterium

Criterium

La traque.

Certaines voix révèlent tout. C'est quelque chose dont l'on se rend compte parfois facilement, lorsque par exemple la voix tremble ou chevrote, ou au contraire lorsque puissante, elle emporte avec elle l'énergie de mots passionnés; puisqu'évidemment la voix se fait alors le vaisseau des émotions... Plus difficile de le percevoir lorsqu'elle reste neutre, voire monotone. Chez certaines personnes, ce sont ainsi les élans qui se révèlent plus que la voix elle-même. Chez d'autres on décèle un caract

Criterium

Criterium

La pièce à vies.

Un véritable cauchemar. La pièce était immense. Or, non seulement chacun des quatre murs était couvert d'étagères, celles-ci remplies de livres d'un bout à l'autre, et ce à hauteur de deux étages — plusieurs échelles en bois avaient été affixées pour accéder aux parties supérieures, sans compter l'étroite mezzanine — mais également même l'espace au milieu de la pièce avait été utilisé: une dizaine de grands meubles, tous de très hautes bibliothèques, qui avaient permis d'entasser là au moins enc

Criterium

Criterium

Sciences Fiction - (Episode 2)

Ceci est un récit fictif Le gouvernement vient de décider de confiner une nouvelle fois le pays. Cette propension à vouloir lutter contre une pandémie omniprésente. Du moins la presse et les médias sont chargés d'imposer cette idée dans la population. Les journées de ce printemps s'annoncent de plus en plus agréables. Le soleil, le ciel bleu, la douceur, autant de raisons de se réjouir de pouvoir en profiter. Ce qui n'a pas été le cas l'année précédente. Le gouvernement avait tout simplemen

Oncle_Julien

Oncle_Julien

Chemin de croix

Je ne fais rien de mes journées, en fait je vis comme un mort, A hanter le canapé, sans mettre un pied dehors. Impossible de me tromper, si je ne fais rien je n’ai jamais tort. Je préfère affronter mes regrets que d’être vaincu par les remords. Je ne suis pas marteau, je ne serai jamais le clou qui dépasse. Je préfère passer inaperçu qu’on me reproche de prendre trop de place. Parce que risquer d’être vu c’est risquer qu’on me les casse, Je préfère rester au chaud que d’essayer de

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

Le pacha.

On m'avait dit: — "Vous devez absolument le rencontrer. Vous avez quelque chose en commun." Lui, c'était l'homme que jusqu'alors je connaissais sous le pseudonyme de "Prometheus". — Jamais vu en public, il étendait ses réseaux en secret, jouant aux ombres, manipulant à distance de grandes quantités d'hommes et d'argent. Je ne l'avais jamais aperçu — moi non plus, comme tant d'autres. Quelle fut donc ma surprise ce jour-là en réalisant que l'anonyme était à la fois si inconnu et si proéminen

Criterium

Criterium

Vipérine. (1)

Il est déjà midi et c'est la dèche. Je suis là et je n'ai rien. Je suis arrivée dans cette ville avec pour toute possession ce que j'ai dans mon petit sac de voyage, et 40 euros en poche. Je n'ai pas d'endroit où dormir. Aujourd'hui encore je vais sauter le repas; il me reste quelques heures pour trouver toit et couvert. Sinon, je vais tenir deux-trois jours puis me retrouver à la rue, nouvelle mendiante. J'aurais fait tout cela pour rien, et ce sera la mort rapide ou lente. En parcourant l

Criterium

Criterium

une belle

Elle avait les cheveux blonds couleur d'un champ de blé en juillet, une peau albe comme un cierge de Pâques, des yeux comme des noisettes que l'on ramasse en automne et des mains, oh oui des mains douces et délicates. Ses longs doigts fins se terminaient par des ongles fins comme des griffes d'une tigresse qui avance doucement, dans une jungle épaisse, ne laissant que peu de lumières passées. Elle avance à pas de velours, sans bruit, sans même ébranler une once d'un feuillage. L'air semblait gli

roux-avant

roux-avant

Pierre Soulages - Peintre.

Pierre Soulages, né le 24 décembre 1919 à Rodez, est un artiste peintre et graveur français.  Associé depuis la fin des années 1940 à l'art abstrait, il est particulièrement connu  pour son usage des reflets de la couleur noire, qu'il appelle « noir-lumière » ou « outrenoir ».  Il est l'un des principaux représentants de la peinture informelle. En 2014, François Hollande le décrit comme  « le plus grand artiste vivant dans le monde ».       2019 : Grand prix du

Mal-Voyant

Mal-Voyant

La bouteille.

Des broussailles, qu'il faut écarter en faisant attention: certaines branches ont des épines. D'un côté, la forêt; de l'autre, la plage. Personne ne vient par ici; les endroits touristiques sont bien plus loin, au Sud. Ici, le sable est parsemé de gravas, de pierres plus ou moins grosses, mais dont les arêtes peuvent être tranchantes; personne ne s'y aventurera pieds nus. Les marées ont dessiné des grandes lignes colorées le long de la plage — des strates: tout d'abord, le mélange de terre et de

Criterium

Criterium

T** va tuer.

Enlever la puce de son téléphone ne suffit pas. De nos jours, tout le monde sait que chaque smartphone sort de l'usine rempli de mouchards. Un transpondeur GPS fait partie du design. Il y en a un installé au niveau du software, qui se charge lorsque le système d'exploitation est lancé; il y en a un autre en hardware, qui guette en plusieurs modes les récepteurs pour leur envoyer la position. C'est celui-là qui fait que par ailleurs, également, enlever la batterie de son téléphone ne suffit pas.

Criterium

Criterium

Tadao Andō - Architecte

Tadao Ando - Architecte -  Ancien boxeur professionnel - il a raccroché les gants en 1962        A une conception bien à lui de l'espace architectural, qui sollicite aussi bien les sens que l'esprit, l'âme que le corps.  "Toutes ces expériences que l’on fait dans l’espace [l’entrée de la lumière, la pluie qui tombe]  sont pour moi quelque chose de grandiose.  Il faut que l’architecture accueille la joie de vivre des hommes", dit-il. "Sinon, notre corps n’est pas at

Mal-Voyant

Mal-Voyant

Parasocial paranormal.

Je m'appelle Jean-Louis, je suis SDF. Enfin, je l'étais; pendant le confinement — l'année où le monde est devenu fou — des amis m'ont confié une de leurs chambres. Je ré-apprends à vivre; il est incroyable de s'apercevoir en temps réel de l'effet d'une douche quotidienne et de pouvoir manger chaud, chaque soir sous un toit. La rue ne me manquera pas. Elle, par contre... je n'arriverai peut-être jamais à l'enlever de moi. Elle y colle encore, comme une vieille brûlure, une cicatrice, une ombre de

Criterium

Criterium

  • Commentaires des blogs

    • Oui, j'ai cru remarquer que tu t'inspirais beaucoup de ce que tu lisais sur le forum pour tes textes. Peut-être que ça mériterait une rallonge un poil plus intense. Mais je n'avais pas vraiment d'autres idées : je trouvais qu'avoir poussé la disto à fond sur un maximum de pistes donnait déjà quelque chose d'assez massif, j'avais peur que ça devienne indigeste. C'est aussi pourquoi j'ai préféré un final plus calme. Ah je ne connais pas ce jeu-là. Pour ce morceau, je pense à un jeu d'amb
    • Incroyable — il y a quelques années j'avais aussi une sonnerie de portable au theremin ! Imagine que l'on se soit rencontrés comme ça, dans un métro louche ? (du coup je risque de le mettre dans un texte...) Je vois ce que tu veux dire pour la fin, je trouve juste que les deux possibilités seraient toujours aussi présentes avec un petit "boum" final en plus. Jeu de rôle avec un train terrifiant... Ça me rappelle ça :
    • Cool ! Oui, j'aime bien ce genre de sonorité zarbi, qui donne un aspect "spooky" mais sans verser dans l'oppression pure : très proche des Ondes Martenot / Thérémine utilisés dans les films de SF ou d'horreur de la première moitié du XX° siècle (d'ailleurs ma sonnerie de téléphone est comme ça, elle surprend toujours aux alentours, haha). Puis je veux faire frissonner, mais en laissant la possibilité aux poursuivis de survivre : c'est une musique pour accompagner jeu de rôle, livre-jeu, ou
  • Statistiques des blogs

    • Total des blogs
      1 287
    • Total des billets
      4 402
×