Aller au contenu

Blogs

...

J’avais tous ces mots, là, pas loin dans un coin de ma tête. Des mots lourds et durs, des mots douloureux. Des phrases comme des seringues plantées dans le bras qui injectent le poison dans un dernier râle. Un bout de béton, quelque part, au fond d’une cave, d’une ruelle. Il fait nuit sans doute, froid peut-être. Là assis par terre, la seringue toujours plantée dans la veine. Sentir cette évasion factice, le souffle grave comme le bêlement de ces bêtes qu’on mène à l’abattoir. Elles doivent se t

JacKK

JacKK dans ...

Syndrome de Raynaud. Témoignagnage

Déjà, par la mère c'est clair comme de l'eau de roche. Et pourtant il faut dire qu'elle avait un truc très maternelle, en tout cas avec moi, j'ai eu cette impression. C'est étonnant quand je vois ce qu'elle en à fait de cette maternité...même moi j'aurais payé le fait qu'elle soit une mauvaise mère finalement. Je ne comprends toujours pas comment une personne peut être si solide à l'extérieur et si molle si nulle quoi à l'intérieur...à moins de l'expliquer par une lâcheté qui me dégoûtera

Pirene

Pirene dans La Trace

On était des loups

"Plus on avance et plus je me dis que je peux pas revenir avec le môme et ça s'arrête là parce qu'il y a la colère et elle enveloppe tout, elle efface le reste. ça fait des jours qu'elle monte à l'intérieur, je la vois venir et je suis incapable de l'arrêter. ça fat des jours qu'elle me bouffe dedans. je ne sais pas où la mettre et je la jette contre tout ce qui passe les arbres la roche, le môme, je voudrais hurler pour dire que ça ne va pas seulement je ne hurle pas et ça reste au fonde de moi

Axo lotl

Axo lotl dans Pensees

Souriait

Elle est tellement chétive dans ce lit. Elle sourit, c’est dérangeant, elle est marquée, de grands cernes ourlent ses yeux outremer. Son sourire découvre une incisive cassée. Ses cheveux manquent par endroit.  Le médecin arrive et s’entretient avec elle. Il est rassurant, elle sourit toujours, sans rien dire. Le médecin lui explique. Elle sourit. Il demande si elle comprend, elle sourit plus grand. Il se sent démuni, reprend la parole, explique à la fillette ce qu’il va se passer pour elle, et e

January

January dans Billets

Croisée

Nous sommes assis là, sur une marche. Elle me reproche d'être né trop tôt. Puis elle s'en va après m'avoir embrassé. Je sens qu'elle vibre de tout son être, mais elle est tiraillée, incapable de l'assumer, d'y faire face. Soit. Va t'en encore. Une semaine plus tard, aussitôt qu'elle comprend que quelque chose se passe, elle est la première à m'écrire, dans la seconde. "Tout va bien ? Tiens moi au courant." Pourquoi ? Pourquoi vouloir être au courant. Je suis alors dans le métro, la gor

Loufiat

Loufiat dans Ce soir-là

Oui mais pas que...

Par sept fois (?) j'ai tapé, parafer c'eût fit. Par sept fois j'ai essayé et je ne recommencerai plus ? Pas une fois j'ai failli, ce n'était pas de ma faute. Pas chassé et pas de loi, pas vanné pas feutré. Pas de vice enchâssé dans la croix pour l'instant, Pas de Christ en vue pour le moment. Papa ça fait deux, pas en arrière vraiment ? Paris ce que tu veux, m'en veux pas car je reste. Bon, c'est de la merde mais fallait que ça sorte n'est ce pas ?  Ne vous y trompez pas

Pirene

Pirene dans La Trace

La cravate

C'est con, je rentre dans le bus l'esprit totalement dans le flou. Je parcours le véhicule et ce mec du regard, il avait l'air louche en m'asseyant il me regarde de travers avec une tronche déjà tordue. Okaay....je ne cherche rien, il écoute ça musique produite dans une poubelle sans doute, mais je n'ai pas la force de lui dire quoique ce soit. Je n'avais pas la force de faire quoique ce soit d'ailleurs, déjà trop fatiguant de trouver des réponses à tout ça, hier soir....cet après mi

Pirene

Pirene dans Le quotidien ?

Les temps modernes

Epoque accusatoire, où il faut nommer des coupables, souvent sans preuves, les traîner dans la boue, les offrir à la vindicte populaire, et qu'importe s'il est démontré in fine qu'ils n'y étaient pour rien. Quelqu'un doit payer, quelqu'un doit prendre la colère comme on prend la foudre, quelqu'un doit expier, afin que tous les autres puissent déverser leur haine, se soulager de leur mauvaise bile et se croire, eux, irréprochables.  Paris-Briançon - Philippe Besson

January

January dans Billets

Humeur acqueuse

Voyez, l'esprit c'est un point d'eau. Alors, on ne pense jamais trop. Qu'importe l'ampleur de la chute ou le débit, Tant qu'il y a flux, il n'y a pas de dommages pour l'esprit. Ils peuvent tourner tous les moulins de ton ombre, Quand danse la pluie qui nous inonde, Même dans les nuits les plus sombres, Rien n'entrave la grâce de l'onde. Qu'importe la puissance de la cru Ou la terreur du tsunami, Aussi furieusement qu'elle soit apparue, La ri

Memoires

C'est décidé, je vais écrire mes mémoires, allez, c'est parti. Mon stylo et hop j' attaque, bon il est où ce satané stylo? Je suis sûr de l' avoir vu ce matin, ou hier peut-être être mais ça c'est certain je l' ai vu. Non, pas dans la cuisine , pour faire quoi, hein, écrire une recette, quelle idée aussi de n' en avoir qu' un , la majorité en a plusieurs, enfin ça me semble logique. Tiens c'est quoi ce post it sur le frigo? Si tu cherches ton stylo petite tête tu l' as r

PASCOU

PASCOU dans Paradoxe

Se bouchait les oreilles

Il a entendu les premiers cris, dehors, les portières claquer, le portail grincer. Ils sont dans le couloir, juste devant la porte de sa chambre. Elle hurle, il insulte, on entend son corps rebondir contre le mur, parterre. Il appuie les doigts très fort sur ses oreilles, mais il entend encore. La peur en diable, le souffle court, les larmes qui brûlent, toujours appuyant fort ses doigts sur ses oreilles, il glisse sa tête sous l’oreiller.   Qui se bouche toujours les oreilles C’e

January

January dans Billets

L'arme fatale

- Cessez de m'importuner, je vous prie ! avait-elle lancé au coupable. Sinon, je me verrai contrainte de vous frapper d'une arme dont les coups ne vous pardonneraient pas dans une si petite ville. Menace sibylline autant que littéraire, mais il en fallait davantage pour décourager le rustre :  - Et ce serait quoi, cette arme, mignonne ? aurait-il demandé. - Le ragot, avait répliqué Gail Godwin.    La petite amie imaginaire - John Irving

January

January dans Billets

Intégration

C'est là, en lisant ses cours, que j'ai compris que j'avais subi une vaste entreprise de nettoyage. Comme s'il fallait cacher notre différence et puis procéder à un effacement total. Cinq minutes consacrées à la présentation du non-francophone, où pour la seule et unique fois ses "origines" sont évoquées, à part ça, rien d'autre. Ensuite, une fois que le travail de "cleaning" a bien été accompli, on l'envoie dans la "vraie" classe. CLIN ou CLEAN, c'est tout comme. On efface, on nettoie, on nous

January

January dans Billets

Les gens pratiques

Je continue pourtant à penser qu'ils devraient me remercier, ces faux gentils qui se plaignent de moi.  Nous ne sommes pas nombreux à accepter d'avoir le mauvais rôle. Le nombre de gens qui se raccrochent à nous, les méchants, les sans foi ni loi ! Nous servons de prétexte à une ribambelle de faibles qui ont besoin de nous pour céder à leurs peurs et à leur lâcheté. Tout ce qu'ils font, et ne font pas, c'est à cause de nous. Le grand jeu de cette société consiste à se refiler la faute les uns au

January

January dans Billets

Aucun code, bien sûr...

Kevin dut également s'habituer aux codes de la tribu, assez simples mais peu explicites. Clamer la mort du patriarcat mais attendre tout de même que la maîtresse de maison ait saisi sa fourchette avant d'entamer son plat. Placer des mots anglais avec un air de regret, comme si on ne pouvait pas faire autrement. Afficher un mépris blasé pour les politiciens tout en commentant leurs moindres frasques. Revendiquer avec fierté des racines provinciales, limougeaudes dans le cas de Kevin, ce qui aurai

January

January dans Billets

Flou.

Poussant la porte tout en cherchant la lumière à taton  j' entrevoyais des formes dont la  lumière  venant du soupirail accentuait les contours. Les bruits de la rue sur les pavés , des talons qui renvoyaient l' image d' une jeune femme qui court. La lumière finit par me faire découvrir cet espace , des vieilles choses abandonnées et sans intérêt. Le propriétaire me laissait donc cet endroit pour stocker ce que je voulais. L' appartement au dessus m' était attribué et j' ador

PASCOU

PASCOU dans Sentimental

Les gens qui "se reconnaissent"

Il y a ce type qui vit près de chez moi. C'est un ancien pandillero qui est revenu vivre dans son village. Il cultive la terre, s'occupe d'un terrain de son père où pâturent des vaches. Quelquefois il passe dans un vieux pick-up vert cabossé, quelquefois il est à pied. On se croise de temps en temps. Parfois on est l'un en face de l'autre dans le minibus qui nous conduit à la ville la plus proche. Il a des tatouages partout, jusque dans le cou, jusque sous les yeux. Il a à peu près mon âge. Nous

January

January dans Billets

Froid

L'envie d'écrire vient d'Elena. Manifestement. La blessure. Je m'interroge sur la raison. Que se passe-t-il en écrivant ? Pourquoi l'écriture apaise ? Parce que l'histoire redevient maîtrisable ? Arrangeable ? Parce que c'est faire d'un flou, une détermination, passer d'un foutu sentiment à un objet extérieur auquel on peut revenir, qu'on peut triturer, dominer ? Pour toutes les raisons à la fois ? "Ex-primer". J'ai toujours eu un problème avec l'expression. L'écriture vient comme une néces

Loufiat

Loufiat dans Ce soir-là

Voulait des accidents

Elle cherche consciencieusement tout le long de la voie. Elle choisit plusieurs pierres, essaie un assemblage, en remplace quelques-unes, prend tout son temps, trouve un morceau de bois, une vieille canette. Elle descend tranquillement sur la voie. Elle empile sur le rail les pierres, le bois, les déchets qu’elle a trouvés. Elle remonte, elle s’assoit et attend le train. Elle a trouvé de beaux cailloux ronds, pas trop gros, sinon c’est trop facile. Elle les a alignés sur la rambarde. Elle é

January

January dans Billets

Jasmine

La colère a vaincu. L'un des fautifs devait partir. Les choses allaient mieux pourtant, ces derniers temps. Je lui ai même expliqué les raisons de la colère, un soir, il y a quelques jours, en tête à tête autour d'un verre. Plus calmement que quand j'avais fais l'inventaire de ses fautes, la première fois, quand il n'avait eu que la médisance et la jalousie pour réponse. "Oscar, c'est quand même une petite salope !" avait-il dit. Il croyait qu'Oscar me manipulait. Réaction dérisoire. J'avai

Loufiat

Loufiat dans Ce soir-là

Noël et vous.

Vivement les beaux jours. Il pleut, il vente, on a eut cette tempête qui a cassé et déraciné les arbres majestueux,  aujourd'hui  encore le vent souffle et arrache les dernières feuilles,  la nature se recroqueville, les escargots se cachent, les insectes sont à l' abri, les grives et merles sont sous les pommiers se gavant des dernières pommes pour passer l' hiver. Au loin des tronçonneuses rappellent les hommes, les chiens dans la vallée et la chasse mène la meute au son des cornes.

PASCOU

PASCOU dans Sentimental

Découvrez les Secrets Cachés du LOLCODE : Astuces pour des Blagues de Code Réussies !

Salut codeurs enjoués !  Vous avez déjà maîtrisé les bases du LOLCODE et maintenant, préparez-vous à monter d'un cran dans le monde de l'humour programmable. Dans ce billet, nous explorerons des astuces et des secrets cachés pour créer des blagues de code encore plus hilarantes avec le LOLCODE.   **Astuce 1 : Chat-tastique Variables** HAI 1.2 I HAS A CHEEZBURGER GIMMEH CHEEZBURGER VISIBLE "I HAS A CHEEZBURGER: " CHEEZBURGER KTHXBYE Utilisez des noms d

Kyoshiro02

Kyoshiro02 dans lolcode

  • Commentaires des blogs

  • Statistiques des blogs

    • Total des blogs
      1 330
    • Total des billets
      4 594
×