Aller au contenu

Blogs

Devoirs

Je dois contrôler  Je dois maîtriser Je dois gérer Je dois accepter Je dois me taire Je dois me conformer Je dois comprendre Je dois résister Je dois lutter Je dois améliorer Je dois faire Je dois être Je dois vivre.  

Yemaia dans Rien

Anoxie

Donnez-moi le tort d’avoir tort Ôtez-moi la raison d’avoir raison Quand terre ment On s’habille en la mort On petit-déjeune en la pulsion Quand t’y aime On mâtine gorgé du goût d’efforts On soutient son active dévotion Quand mère meurt Servitude de nos remords Déroute du fil de nos oraisons Quant à toi Solitude en poste restante Il en va du vide d’être ton comble En ton marasme, la fesse tente Tromblon ter Minus  

Tequila Moor dans Textes

La voix

‌M’étouffant dans le sang noir et toxique de ma folie, Je sombrais impuissante dans un délire maudit. J’ai senti ton âme envelopper la mienne, la protéger, M’offrant ta force, tu m’as tenue émergée. Avec prudence, tu as chassé l’obscurité, Pendant des heures tu as veillé sur mes pensées. Libérant mon esprit embrumé de sa prison, Avec patience, tu m’as ramené vers la raison.  

Yemaia dans Rien

Lâcheur

Le sommeil me fait la gueule. Cette nuit encore il se fait la belle et me laisse les yeux ouverts sur cette nuit trop noire et trop chaude. Même le sexe ne suffit pas à taire ces pensées et ces angoisses si souvent ressassees. Je revisite ces derniers jours, mes gestes, mes mots. Je les voudrais autres, dans une version plus héroïque. je tourne la tête et j'envie ce chat à côté de moi, profondément endormi. Les soubresauts de ses pattes dessinent une chasse endiablée. Quel malotru de m'aban

Yemaia dans Rien

L'escalade

Marre de cette pression. J'ai envie de hurler, de décâbler, de dévisser. J ai envie de tout casser, de m'arracher, de tout péter. J'ai envie de ne plus penser, De me défoncer De renoncer.        

Yemaia dans Rien

Game over

Toi tu as la main sur la manette, Toi tu contrôles, Moi je suis dans la partie, Moi je regarde, Nous on s’amuse bien, Puis on rigole moins. Le piège s’ouvre, Il va se refermer. Toujours en train d’essayer de comprendre, Tu t’es perdu. Déjà un point dans l’horizon, Je suis loin. La vie est une partie, Tu l’auras compris, Après avoir passé tous les niveaux, Il faut savoir pousser le bouton « off ».  

Etaine dans Texte en musique

Étrange mon ange

Dis moi mon ange, Pourquoi les gens désirent-ils des choses qui me sont tellement étranges et étrangères ? Pourquoi me dire d'aimer leurs émotions lorsqu'ils rejettent les miennes ? Pourquoi vouloir mon corps lorsque c'est mon âme que j'offre ? Pourquoi vouloir m'enfermer lorsque j'offre mes propres chaînes ? Pourquoi es-tu si silencieux lorsque les ombres rôdent ? Pourquoi me laisses-tu sombrer avant de me consoler ? Qui est le plus étrange mon ange ? Moi ou l

Yemaia dans Rien

Forget Everything

Il y avait comme un air d’avant, ce soir de fête nationale. Toutes ces silhouettes se pressant vers le parc venaient pour y passer un moment de liberté retrouvée. Mais toujours conscientes des souvenirs confinés, c’est le visage masqué qu’elles avançaient sur le site. Le temps d’une pause dîner sur l’herbe, je pouvais voir leurs sourires. Les enfants couraient, joyeux et espiègles, rien ne s’était passé, que la vie. Le soleil déclinait lentement, la lumière était belle,

Etaine dans Texte

La sentence

J’écoute les chuchotements de la foule rassemblée, assoiffée. Tous ces bourreaux exaltés par l’annonce imminente de ma condamnation. Ils ont tout compris, tout expliqué et ils réclament mon sang en pâture au nom de mes vices présumés.   J’observe les regards détournés de mes pieux amis devenus amnésiques. Leur silence est assourdissant. Je peine à avaler. La solitude sera donc ma seule alliée. Le Juge est là, drapé dans ses certitudes. Il me fixe avec

Yemaia dans Rien

Elle

J'ouvre les yeux, j ai mal à la tête, signe d'une mauvaise journée. Une de plus.  J allume mon téléphone. Elle est là. S'insinuant dans ma vie, douce et lancinante. J'aimerais croire que ça fait longtemps. Mais en réalité, même si elle se fait discrète, elle n'est jamais loin. Je le sais bien. Et certains jours comme aujourd'hui, j ai envie de répondre à son appel. J'aimerais la hair, mais au fond je l'aime autant que je la hais. Elle s'en moque et ris de moi.  Elle a gagné tellem

Yemaia dans Rien

La berceuse

Sa douleur m’appelle, je la ressens, elle vibre en moi. Elle a le goût salé de ses larmes. La forêt s’est assombrie pour lui offrir un abri et la pluie sur les feuilles entame sa douce mélopée.J’aimerais caresser ses cheveux , le consoler, mais je ne peux dévoiler ma présence. J’aimerais apaiser son esprit torturé, fatigué de veiller. J’entends ses voix le torturer. Etendu là, il semble fragile, vulnérable.Je ne suis qu’une ombre qui ne peut le réveiller, ni l’animer. Je ne peux que le souiller.

Yemaia dans Rien

Bien avant

Cette route droite désertée que je connais par cœur,  ces poteaux de béton qui s’alignent à perte de vue. Ce brouillard et les notes de musique qui engourdissent mon cerveau… Les premières notes de Shape of my heart me sortent de cet hypnotisme et me ramène bien avant.  Bien avant la haine et la douleur. J’ai envie de la chaleur d’un café, de ces dialogues imaginés, de ce sentiment d’être libre. Libre d’être soi et cesser de lutter contre les ombres glacées. Et la route défile

Yemaia dans Rien

La Mobilisation c'est:

Faire sa semaine de Travail de 32 heures. Ne pas parler contre le Travail. Promouvoir le Travail dans ses propos au jour le jour ... Je répète que tout les Chef de tout genre sont supposés faire ça. Et que certains Chef doivent être souvent plus fort avant de commencer. (Linux) Travail Toi!!!!!!!!!!!!!!!!

Mak Marceau dans politique

Seul l'Universalisme peut être

C'est important de ramené que seul l'Universalisme est possible avec l'Humanité et le Royaume de Dieu. C'est un paquet d'Organisations/entités/familles ensemble formant quelque chose genre des Villes et ensuite des Collectivités. Avec un État qui est divisé aussi en Organisations. Quelques points: L'État c'est Dieu. L'État A. Jamais qui que ce soit a tout le pouvoir. Des Organisations de tout genre existent et le pouvoir est partagé par rapport à ce qu'ils font. Générale

Mak Marceau dans politique

Va cuiter, vacuité

Je me rappelle De nuages qui s’amoncellent Du soleil qui s'épand, tel un évangile Pluie et lumière avancent sur terre, en silence Des fleurs les suivent, tournent leurs tiges fragiles Espérant échapper à la boue, la violence Quelque chose les pousse Jeunes feuilles, jeunes pousses Tendre obliquité D'une luxuriante volonté   Je me rappelle De canailles qui s’interpellent À minuit, en pleine rue – choeur volubile E

Tequila Moor dans Textes

Des infortunes de la viande qui parle (journal d'un sociopathe, partie 7)

Je vis dans un monde qui s'est formé d'une manière que je ne pourrai jamais comprendre, d'ailleurs moi pas plus que les autres qui m'entourent. Ce ne sera pas faute d'essayer bien entendu, mais nous disparaîtrons avant d'avoir percé le mystère de ce monde, le vrai, le Mondudehors. Pour oublier ce souci existentiel, je fais comme les autres : je vis dans le monde que nous nous sommes créés, que nous créons chaque jour, que nous continuerons à créer bien après ma mort, le Mondudedans. Un mond

Tequila Moor dans Textes

L'Epée

De la pointe de mon épée je te salue, de tes apparences je déclare la vérité, le théâtre est un art qui se perd en sourires. Si doux la nuit, tu dors. Si morne le jour, tu avances tel un clown pensant être un acrobate, mais tu pleures. Cette vie sans fond aux couleurs délavées te tue inexorablement, et tu deviens un parmi tant d’autres. Tu n’es pas l’Unique, tu es légion. L’espoir est qu’un jour tu saches qu’un cœur de diamant est forgé

Etaine dans Texte en musique

Bidule & Bitonio

Avec Bidule Moi Bitonio On dit des trucs ridicules De jolis mots On est un peu incrédules Que ce soit beau Avec Bidule Moi Bitonio On fait des trucs funambules De bas en haut On y voit un préambule En stéréo Oui, Bidule ? Sans doute J'aime quand tu me dis ça Moi Bitionio, j'ajoute Être trop zinzin de... Quoi ?   Avec Bidule Moi Bitonio On pardonne nos virgules Phrases de trop Dans nos moments acidules Mélancolo Avec Bidule Moi Bitoni

Tequila Moor dans Textes

Ultime Occupation

Il faut s'occuper de nos vieux Qu'ils aient de la joie avant tout Orgasmes, plaisirs insidieux Mains secourables : bouches-trous Il faut s'occuper de nos vieilles Qu'elles s'évadent de l'EHPAD Que leurs muqueuses soient merveilles De nouveau : vermeils hit-parades Il faut s'occuper de nos ruines Profiter de leur expérience De sans dents — antiques coquines Porteurs de couche, éveil des sens Un jour, tu en seras aussi De la cabale, du parti Découvres-toi géron

Tequila Moor dans Textes

Le fils de l'homme invisible

Mon père a un super pouvoir : Personne ne peut le voir. Certains connaissent déjà l’histoire, Il devait être huit heures moins le quart, Quand il est parti chercher des clopes, Du pain ou des enveloppes. Perdu dans son commerce interlope. J’ai beau ne pas être myope, Je ne l’ai pas vu revenir. Même après quelques années à grandir, Je ne le voyais que dans mes souvenirs, Dans les complaintes de ma mère, dans ses yeux tristes, dans ses soupirs. Comme ça ne devait pas être f

Kégéruniku 8 dans La preuve par 8

Incel

Oxygéner l'existence ? Quand ton hypocondrie autour se réduit à un trait plat, un horizon désolé, la nuit à satiété : société. Se tenir dans un flot d'apesanteur à l'extérieur. La rage y prend corps en mirages. Tes peurs s'y élèvent en volutes ; fumée t'affûtera. Dans ce vît, vriller désir : de toux et de reins, en ta rossée du matin, où tu méfiais. Une nôtre de tes pansées. Se trouve que, des fois — absurde est si beau, futile est charmant, dérisoire tendre, sordide joli. Ces fois,

Tequila Moor dans Textes

×