Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'christianisme'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

17 résultats trouvés

  1. Un sondage de l'Ifop commandé par Charlie Hebdo révèle la division des Français sur la question du droit de blasphémer. 50% des Français sont favorables au droit de critiquer les religions, et 50% y sont défavorables. La majorité des musulmans (66%) veulent interdire la critique de l'islam et des religions, contre seulement 34% qui y sont favorables. Qui sont les Français qui veulent interdire la critique des religions ? Principalement : -Les jeunes (59% des 18-24 ans) -Les femmes (62%) -Les musulmans et les protestants (66% et 68%) Rapport IFOP : https://charliehebdo.fr/wp-content/uploads/2020/02/Rapport-IFOP.pdf?x85875 https://charliehebdo.fr/2020/02/actualite/droit-au-blaspheme-50 -des-francais-sont-pour-50 -des-francais-sont-contre/
  2. Doïna

    L'affaire Mortara

    Bonjour, Triste jour de juin 1858, en Italie. L'inquisiteur de Bologne, escorté des forces de police, arrache un enfant de 7 ans à sa famille pour le placer d'autorité à l'hospice des Catéchumènes*, à Rome. Mais pourquoi ? À cette époque, la péninsule italienne est morcelée en divers états, tous dépendants de pouvoirs différents. Certains sont indépendants, d'autres sous influence étrangère, d'autres enfin sous l'autorité directe du pape souverain théocratique dans une bonne partie de l'Italie centrale, Rome et ses alentours, Bologne, l'Ombrie, les Marches, la Romagne... Garibaldi, à raison, voit là un obstacle à l'unification. Et à l'heure où Napoléon III, empereur des Français favorable à Garibaldi, prend une place grandissante sur la scène politique européenne, ce drame qui deviendra l'affaire Mortara prend place dans un contexte où le pouvoir pontifical se sent menacé. Au début de l'année 1858, une étrange histoire parvient aux oreilles de l'ex-Inquisition : la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Edgar, le fils aîné des Mortara, famille israélite bolognaise, était tombé gravement malade alors qu'il était en bas âge. Désespérée et désireuse de le sauver, la servante de la maison, une chrétienne du nom d'Anna Morisi avait tenté une ultime manœuvre : elle avait secrètement administré à l'enfant les sacrements du baptême afin d'en faire un chrétien. Elle avait beaucoup prié et l'enfant avait guéri. Plus tard, elle confia à une amie ce qu'elle n'avait jamais révélé à personne, se lamentant de voir ce petit chrétien malgré lui, baptisé à l'insu de tout le monde et élevé dans la religion juive. La confidence remonte jusqu'à la Congrégation qui décide, conformément au droit canon**, de placer cet enfant qui a désormais sept ans dans un contexte où il sera élevé dans le christianisme. Le Vatican développe à ce sujet quatre arguments : 1) Le sacrement du baptême, même non administré par une personne consacrée, a introduit le petit Mortara dans l'Eglise. 2) L'Eglise a acquis un droit sur lui supérieur au droit humain, culturel ou biologique. 3) Les Mortara doivent se soumettre aux lois de l'Etat où ils vivent qui est sous autorité papale. 4) Les Mortara se sont de toute façon placés dans l'illégalité en employant une servante chrétienne, ce qui est formellement interdit dans les Etats pontificaux. La famille Mortara, dépossédée de son enfant par la force, alerte des institutions israélites et des journaux à travers l'Europe. La presse française s'empare de l'affaire et le gouvernement s'alarme de la tournure des choses. Par voie diplomatique, Napoléon III rappelle à Pie IX les prérogatives et les devoirs paternels. Peine perdue puisque pour le clergé : un fait religieux appartient au domaine spirituel et ne saurait en aucun cas relever même de la volonté du chef de l'Eglise ; le baptême étant de plus un sacrement indélébile et la paternité spirituelle primant sur la paternité naturelle. En France, les journaux libéraux et républicains s'insurgent devant l'intransigeance pontificale. La campagne de presse prend un tour très nettement anticlérical, tandis que la presse catholique demeure modérée, bien que se faisant l'écho de membres influents du clergé tels les chanoines de Notre-Dame ou d'Orléans qui tempèrent la doctrine officielle et préfèrent l'apaisement et la négociation pour tenter de sortir de la situation. C'est alors qu'un agité du nom de Louis Veuillot entre en scène : furieux de ce qui n'est pour lui que mollesse, cet ultra-conservateur, journaliste à L'Univers, plus gros titre de sa catégorie, accuse la famille Mortara et, à travers elle, tous les Juifs en général. Il les accable : non contents d'être d'un peuple déicide, ils ne respectent pas les lois de l'Etat où ils vivent, tout comme leurs coreligionnaires pratiquent la collusion transfrontalière et ourdissent un complot international, notamment en infiltrant les banques. On sent les prémices de l'affaire Dreyfus. De là, une grande agitation qui irrite Napoléon III. Fin novembre 1858, le ministère de l'Intérieur prévient officieusement mais fermement les médias de ce temps : plus question d'agiter la question de l'affaire Mortara ! Veuillot, intimidé, s'arrête net et la polémique se dégonfle instantanément. Quant à l'enfant, il restera dans l'institution catholique. Quelques années plus tard, l'empereur des Français changera même de cap en faveur du pape, qu'il protègera face aux garibaldiens. Cela n'empêchera pas Garibaldi de chausser la botte ! Et qu'advint-il des principaux protagonistes de cette histoire ? Anna Morisi, la servante, prit le voile. Edgar Mortara, succombant à un lavage de cerveau de longue date, se fit ordonner prêtre à l'âge de 17 ans et le restera jusqu'à sa mort, en 1940, à Liège. Il sera admis au nombre des "bienheureux" en l'an 2000 par le pape Jean-Paul II, ce qui est la première étape vers la canonisation. Une source parmi d'autres * Un catéchumène est un néophyte à instruire avant de le mener au baptême chrétien. ** Droit canon : droit de l'Eglise
  3. J’ai eu récemment un débat sur ce forum concernant un sujet qui me travaille la tête depuis longtemps c’est-à-dire la question du christianisme et son rôle dans les démocraties modernes et dans la culture occidentale de manière générale. Personnellement je considère le christianisme comme la colonne vertébrale de la démocratie moderne. Je pense que la démocratie moderne et ses défenseurs humanistes au fond ne font que perpétrer les traditions chrétiennes qui pourtant ont fait beaucoup de mal depuis le temps où l’Europe a connu le christianisme (le moyen âge, etc.). La différence entre le clergé du moyen âge et les humanistes d’aujourd’hui c’est que les humanistes et le système démocratique moderne ont une meilleure connaissance de la psychologie humaine et donc arrivent à contrôler l’humain d’une manière presque invisible. Alors qu’au moyen âge c’était à coup de bâton et autres barbaries qu’ils procédaient. Je voudrais souligner ici que je parle des similitudes qui existent entre le contrôle que le clergé du moyen âge et le système démocratique moderne exercent sur le peuple et non des pratiques exercés (les rites, coutumes, etc.). Cependant, la fin est la même c’est-à-dire que l’humain moderne, comme l'homme du moyen âge, reste enchaîné par ces valeurs chrétiennes et ne peut donc s’en libérer avec toutes les conséquences néfastes qu’une telle chose peut avoir sur l’individu et plus généralement sur le groupe. Nietzsche a été farouchement opposé au christianisme et il en avait fait son ennemi principal. Il y a cependant une importante nuance dans cette opposition au christianisme et c’est que Nietzsche ne s’est jamais opposé aux valeurs chrétiennes, disons, une par une. Ce que Nietzsche met en cause dans le christianisme c’est le fait d’avoir déjà catégoriser l’univers humain en bien et en mal, pour ensuite placer des vertus et des péchés dans chacune de ces catégories. Nietzsche n’a jamais voulu s’opposer à ces "valeurs" chrétiennes en tant que telle car en s’opposant à ces "valeurs" il devient lui-même le créateur d’une nouvelle religion, ce qu’il ne souhaitait surtout pas. Ce que propose Nietzsche en remplacement au christianisme c’est au fond une libération du potentiel humain et de ses pulsions. Ne plus voir l’univers en tant que spectateur subissant le bien ou le mal mais en se considérant soi même comme partie intégrante de cet univers dans lequel on évolue. Le surhomme Nietzschéen est un homme accompli. Il ne fait plus qu’un avec l’univers dans lequel il évolue, il en est l’acteur principal. Il est un créateur de valeurs et c’est lui qui en fin de compte crée une hiérarchie de valeurs sans que ses valeurs soit catégorisées en bien ou en mal pour ensuite les opposer les unes contre les autres mais simplement un ensemble de valeurs que personnellement je vois comme hiérarchisées sur une échelle verticale. Voilà donc ma réponse à ceux qui me demandent quelles sont ces valeurs chrétiennes présentes dans la démocratie moderne qu’il faut remplacer : En effet, il ne s’agit pas de remplacer ou de combattre des valeurs dites chrétiennes mais de simplement ne plus voir l’univers humain en bien et en mal. C’est à partir de ce moment là qu’on pourra créer nos propres valeurs qui pourront être à la base d’une société nouvelle. Merci de m’avoir lu jusqu’au bout...
  4. J’ai récemment découvert qu’il existe une philosophie dans le christianisme et que cette philosophie est à la base des principes de la démocratie moderne. [Oui, on apprend tous les jours !] En gros, cette philosophie est une doctrine qui dit que la vertu ou le don chez un homme ne doit pas être considéré comme un élément qui lui donnerait le droit d’être considéré du moins comme avantagé par rapport aux autres mais justement c’est l’usage qu’il en fait qui doit être pris en considération, toujours en rapport avec la foi chrétienne. Par ailleurs, la démocratie et les droits de l’homme trouvent leur racines dans cette philosophie du christianisme dans le sens où tous les hommes sont donc considérés comme égaux entre eux indépendamment de leurs dons individuels mais du fait de leur condition d’être humain et surtout de leur foi en la personne du Christ. Cela va donc à l’encontre de ce que par exemple Nietzsche appel l’aristocratie. J’avais 2 questions concernant ce sujet : Est-ce qu’on peut vraiment parler d’une « philosophie » lorsqu’on parle du christianisme dans le sens où cela est complètement lié au fait d’avoir foi en chrétienté sinon cette « philosophie » tombe à l’eau ? Considérez-vous que la démocratie moderne et les droits de l’homme sont issus du christianisme ?
  5. Je pose une question à nos amis chrétiens, une question qui avait été posée en l’an 325 à Nicée. Jésus a-t-il prétendu être Dieu. Si oui, je voudrais si c’est possible que les néophytes ou les érudits m’éclairent la lanterne par des preuves bibliques.
  6. J'aime beaucoup la scène finale du film Platoon, avec la musique de Samuel Barber par dessus, l'adagio que je mets ci-dessus, cette scène nous renseigne parfaitement sur un aspect de la nature humaine. Le très courageux sergent Elias (l'acteur Willem Dafoe), celui qui s'oppose à tous si nécessaire, celui qui est profondément juste et bon, celui qui est le dernier rempart contre la haine et l'injustice c'est lui qu'on trahit en premier, à qui on plante un couteau dans le dos, puis qu'on laisse sous nos yeux se faire massacrer par nos ennemis sur le champ de bataille. Cela ne vous rappelle rien ? L'image vivante du christ renouvelée. Platoon, un film très instructif.
  7. Et si le linge déployé à Turin était bien le Saint-Suaire ? 29/03/2013 [DESC][/DESC] Samedi 30 mars, Samedi saint, à la veille de Pâques, a lieu une ostension exceptionnelle du linceul de Turin. Le linge sera déployé dans la cathédrale de Turin, et présenté pendant une heure à la télévision italienne, qui rediffusera les images en mondovision. La première (et unique) ostension télévisée du suaire datait de 1973. Cette année, il s’agit d’un des derniers actes pontificaux de Benoît XVI. Si l’Église ne s’est jamais prononcée sur l’authenticité du suaire, elle y voit un signe favorisant la méditation sur la Passion du Christ. Or, en 2013, Année de la foi, le pape entendait précisément favoriser cette méditation le Samedi saint, qui commémore le jour où Jésus était au tombeau, son corps enveloppé dans un linceul… Le suaire de Turin date-t-il de l’Antiquité ou du Moyen Âge ? S’il est authentique, a-t-il enveloppé le corps du Christ ? La présence de ce tissu est attestée pour la première fois à Lirey, en Champagne, en 1357. Acquis en 1457 par la famille ducale de Savoie, il affronte un incendie à Chambéry en 1532 (il en garde des séquelles), puis il est transporté à Turin en 1578. Cette bande de lin blanc, de 4,36 mètres sur 1,10 mètre, ne révèle alors, à l’œil nu, que des traces et des ombres. Mais en 1898, un photographe découvre que les négatifs de ses clichés dévoilent la silhouette d’un homme nu, de face et de dos, ainsi que son visage. En 1988, on publie des tests au carbone 14 affirmant que le linge date d’entre 1260 et 1390. Cependant, s’il s’agit d’un faux, les faussaires étaient des génies, car ils ont dû faire appel à des connaissances que nul ne possédait au Moyen Âge. La querelle scientifique n’a donc fait que rebondir. Dès 1973, un criminologue suisse, Max Frei, a identifié sur le tissu des pollens originaires du Moyen-Orient. En revanche, ni pigments ni colorants n’y ont été relevés. Puisque l’image n’a pas été peinte, comment a-t-elle pu s’imprimer ? En 1977, une équipe interdisciplinaire d’une trentaine de chercheurs américains, le Shroud of Turin Research Project (STURP), a conclu à un processus… inexpliqué. L’image, au lieu d’être déformée comme elle aurait dû l’être après avoir épousé la forme du corps, est plane : comme si un rayonnement l’avait projetée sur le tissu. Par ailleurs, la densité des fibres de lin oxydées étant proportionnelle à la distance entre la partie du corps représentée et le linge, il est possible, par traitement informatique, de reconstituer une image tridimensionnelle de l’homme du suaire. Et ce qui apparaît, c’est un individu de 30 à 35 ans, sur les yeux duquel des numismates ont reconnu des leptons, une monnaie frappée vers l’an 29, sous Ponce Pilate. Or, à l’époque du Christ, on collait des pièces sur les yeux des cadavres. Fait encore plus troublant, des éléments anatomiques prouvent une similitude entre le supplice subi par l’homme du suaire et le récit des Évangiles. Sur le linge, par exemple, les taches de sang contiennent de la bilirubine, une substance sécrétée par le foie en cas de souffrance extrême. La victime a été fouettée, frappée, a porté sur la tête une couronne d’épines et sur les épaules un objet lourd, puis a été crucifiée aux deux mains, les pieds l’un sur l’autre. En 2005, Ray Rogers, un chimiste américain qui a participé aux essais au carbone 14, a apporté les preuves que l’échantillon qui avait été utilisé pour les tests n’appartenait pas au tissu original, mais à un rapiéçage ultérieur. Et, en 2008, Christopher Bronk Ramsey, directeur de l’Institut de l’accélérateur radiocarbone d’Oxford, qui avait travaillé sur ces fameux tests, déclarait à la BBC qu’il s’était peut-être trompé dans la datation du suaire… L'article... Source: Jean Sévillia, Boulevard Voltaire
  8. Certaines personnes affirment que le Dieu de toutes les religions est le même. Qu'en pensez-vous ?
  9. Le pape François appelle les États européens à « la prudence » dans l'accueil des réfugiés Alors que le pape François, depuis le début de la crise des réfugiés en Europe avait toujours appelé les États à ouvrir généreusement, et par principe, leurs portes aux réfugiés – fustigeant «l’égoïsme» de ceux qui ne le faisaient pas, – il a opéré, mardi après-midi, une nette correction, en appelant les gouvernements européens à veiller à ne pas accueillir au-delà de leurs possibilités. À savoir pouvoir offrir aux réfugiés, insiste-t-il, « un toit, un travail, une école, l’apprentissage de la langue» en vue de leur « intégration». Sans quoi, a-t-il prévenu, on peut « payer politiquement une imprudence dans ses calculs en recevant plus de réfugiés que l’on peut» (...) Et de conclure: « Quel est le danger? Si le réfugié n’est pas intégré, permettez-moi ce néologisme, il se ‘ghettoïse’, il devient un ghetto. Et sa culture ne se développe pas en relation avec l’autre culture. Ce qui est très dangereux. » http://www.lefigaro....es-refugies.php
  10. D'après les religions dogmatiques que sont notamment le judaïsme, le christianisme, et l'Islam, leurs textes sacrés sont la parole de Dieu, qui est censé être parfait. Ces textes sont donc supposés vrais par les croyants. Pourtant, ces derniers effectuent un tri, il considèrent certaines choses comme des métaphores, d'autres comme vraiment vrai, et rejettent d'autres parties en admettant implicitement qu'elles sont immorales. Certains croyants très ouvert d'esprit considèrent même que tous les textes sacrés sont des métaphores. Ce n'est pas logique. Si on dit que quelque chose est vrai, cela ne veut pas dire le contraire ou que on peut l'interpréter comme on veut. Qu'en pensez-vous ? Êtes-vous aussi étonnés par cela ? Est-ce une forme de fétichisme de textes religieux, à savoir que les croyants les vénèrent comme un objet, mais en fait ne prennent pas en compte leur contenu ? Ou bien est-ce une façon d'appartenir à un groupe, le même croyant pouvant tout à fait se trouver dans une autre religion avec d'autres textes, mais qu'il fait comme tout le monde ou plutôt qu'il pense comme tout le monde ?
  11. Le Père Henri Boulad, prêtre catholique égyptien, a livré une homélie que l'on n'avait plus l'habitude d'entendre. Il pose les limites de la charité, qu'elle soit individuelle ou collective dans le cadre du « flot d'immigration qui se déverse du Proche Orient sur l'Europe ». « Des gens qu'on accueille, qui veulent vous imposer leurs lois et leurs principes, et leurs valeurs, et leurs habitudes, et leurs coutumes, et leur culture (...) L'Europe est en train de se perdre. » « Au nom du vivre-ensemble, au nom de la gentillesse, on laisse passer, on accepte, on avale des couleuvres (...) » « Si le Seigneur nous a donné un coeur pour aimer, il nous a donné une tête pour penser, et quand les deux ne vont pas ensemble c'est fini. » « Je dois accueillir mon prochain, l'inconnu, l'étranger (...) mais si celui-ci se comporte comme en pays conquis, je le remettrai en place, et pas au nom d'une fausse charité je vais m'écraser et me taire. » « Sauve ta propre identité. Être d'abord soi-même. »
  12. une réflexion sur la prière...Dieu attends que cela de nous exaucer...donc si ta prière ne se réalise pas au lieu d'en faire une autre je pense que c'est plus constructif de réfléchir sur pourquoi ta prière ne s'exauce pas...car il y a un problème et si tu règles pas ce problème il restera et tu avancera pas spirituellement dans ta relation avec Dieu... si je veux rencontrer des gens et que je reste h 24 chez moi ...j'aurais beau prier Dieu de me faire rencontrer des gens a part le facteur pour un recommandé ça vas être chaud pour Dieu de t’exauce parce que je suis pas dans une bonne dynamique si je pense que Dieu vas faire venir chez moi des gens et que moi j'agis pas parce que un refus de Dieu de t'exaucer c'est pour ton bien et qu'il y a quelque chose a comprendre et pour bien d'autre raisons
  13. « Le clivage droite-gauche ne peut pas être dépassé, car il est indépassable. Jean-Louis Harouel, grand connaisseur de l’histoire de la religion chrétienne, en fait la démonstration brillante dans son livre Droite-gauche. Ce n’est pas fini. Connaissez-vous Marcion? Non, pas Macron! Cette presque homonymie est mieux qu’un hasard. Ce livre aurait pu s’intituler De Marcion à Macron. Ou encore: Macron par Marcion. Mais qui est ce Marcion? Un prédicateur religieux du IIe siècle qui entreprit de débarrasser le christianisme de ses racines juives et de substituer au «Dieu juste» de l’Ancien Testament un «Dieu bon», seulement incarné en Jésus. Pour lui, les hommes sont tous des Dieux et n’ont que faire des interdits du Décalogue: ne pas tuer, ne pas voler… Il fut condamné par l’Église et cette hérésie s’appelle la gnose. Mais quel rapport avec Macron? Un peu de patience. Les gnostiques rejettent tout ce qui entrave leurs hommes-Dieux: famille, mariage, procréation, patrie ; ils ont une passion pour le criminel, l’ennemi, la prostituée, l’homosexuel, tous ceux qui paraissent en marge ou en rupture de la société. Vous commencez à comprendre: les gnostiques sont les ancêtres du libéralisme sociétal qui fait de l’individu un roi et de ses caprices une règle d’or. On peut aisément récapituler la descendance de Marcion et de ses gnostiques: avortement, divorce, mariage homosexuel, PMA et GPA pour tous, mais aussi laxisme pénal ou encore internationalisme militant. Même si cette révélation afflige l’orgueil de notre Jupiter tonnant, les sociétés occidentales vivent dans l’ombre, non de Macron, mais de Marcion. Et ce n’est pas fini: une autre hérésie chrétienne, le millénarisme, version prosaïque du messianisme religieux, promet le bonheur sur terre ; un bonheur collectif, au nom de l’égalité. Ce millénarisme est bien sûr l’ancêtre de Marx et des mouvements communistes. Le millénarisme et la gnose sont les deux branches de la gauche, les deux gauches, l’autoritaire et la libérale, la collectiviste et la libertaire, la gauche-caserne et la gauche-phalanstère. Elles s’allient et se combattent alternativement. (...) » http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/10/04/31001-20171004ARTFIG00190-eric-zemmour-les-racines-religieuses-de-la-gauche-et-de-la-droite.php
  14. Des fidèles caillassés pendant la messe à Saint-Joseph 27/05/2012 « Les paroissiens, dont beaucoup sont des personnes âgées, ont été fortement choqués par le geste peu respectueux de ces jeunes d’origine maghrébine » ... Hier, à 18 h 20, alors que l’abbé Roger Barthès commençait à célébrer la messe, quatre jeunes, âgés de 14 à 18 ans, ont fait irruption dans l’église Saint-Joseph, avant de lancer des poignées de cailloux sur les 150 fidèles présents à l’office. Aussitôt, des hommes se sont lancés aux trousses des jeunes trublions, mais en vain. Ils sont parvenus à s’évanouir dans la nature, en se dirigeant vers la cité La Conte. Interrompue par cet imprévu regrettable, la messe a finalement pu se poursuivre jusqu’à son terme. Si personne n’a été blessé et que rien n’a été cassé au sein de cette église, sise le long de l’avenue Jean-Moulin, les paroissiens, dont beaucoup sont des personnes âgées, ont été fortement choqués par le geste peu respectueux de ces jeunes d’origine maghrébine. L’un des paroissiens s’est d’ailleurs rendu au commissariat, hier soir, pour y faire une main courante et apporter l’un des cailloux jetés... Cette affaire rappelle étrangement le caillassage dont avaient été victimes les fidèles de la paroisse de Saint-Jacques, dans le quartier du Viguier, le 2 novembre 2010. Ce jour-là, une statue de la vierge avait été légèrement endommagée. On se souvient également qu’une messe de réconciliation avait été célébrée par Monseigneur Planet, évêque de Carcassonne et Narbonne, quelques jours après, en présence de l’imam du Viguier, Mohamed Hanou... Suite de l'article... Source: Midi Libre
  15. Des laïcs et des prêtres multiplient camps et stages pour aider les hommes à se réconcilier avec leur masculinité, jugeant que la société et l’Eglise sont dominées par des valeurs féminines. (...) « Au cœur des hommes », « Optimum », association Pater… Depuis deux ou trois ans, les offres destinées spécifiquement à des hommes à la recherche de leur masculinité et de leur place dans l’Eglise catholique se multiplient. Comme si une inquiétude existentielle s’était emparée d’eux. Camps, retraites, expéditions, fraternités à l’ambiance « virile mais pas bourrin » sont venus s’ajouter aux quelques pèlerinages des pères de famille (Cotignac, Saint-Michel, Vézelay) déjà existants. (...) Ces catholiques sont en plein questionnement sur la masculinité, qu’ils jugent aujourd’hui «blessée». A leurs yeux, l’Eglise comme la société, baignées par la mixité, entravent l’expression de ces « désirs » profonds et laissent les hommes incertains de leur rôle. « Cela a un rapport à la force et à la violence » propres à l’homme, assure Clément Lescat. « C’est un sujet très épineux car la barbarie du XXe siècle a discrédité l’usage de la force. Aujourd’hui, l’homme se cherche entre deux caricatures : la soumission et la domination. Il a peur de ses désirs. Pourtant, il a un désir de combattre pour quelque chose qui le dépasse », résume-t-il. (...) Pour plusieurs de ces militants de la masculinité, l’implantation de l’islam en France contribue aussi à bousculer l’identité des catholiques. «L’islam se développe sur ce manque de virilité. Il pose ces questions. Ils nous demandent : pourquoi n’êtes-vous pas plus forts ? Ils ne comprennent pas qu’on rentre la tête dans les épaules», assure l’abbé Philippe de Maistre. (...) http://www.lemonde.fr/religions/article/2016/12/27/des-catholiques-veulent-rendre-a-l-eglise-sa-virilite_5054269_1653130.html
  16. Chers amis, Depuis plusieurs mois je suis inscri sur ce forum. Je l'ai fait pour parler de politique, d'histoire, de science et de sexe. En fait, depuis, je ne parle presque que de religion. La raison est simple: j'ai découvert sur ce forum le fanatisme athè. Celui qui, sans relache, désinforme, ment, déforme et affirme. Niant les apports pour ne voir que les crimes -étre athèe, ce n'est pas une raison pour être amnésique, dit l'athè Comte-Sponville- cet athèisme affirme et prend de haut. Nous sommes, croyants, des manipulés, des handicapés, croyant en Dieu comme on certains au père noël ou aux fantômes; au mieux moutons suiveurs, au pire fanatiques criminels. L'athèisme serai le must de la reflexion: être athèe c'est être scientifique et lumineux. La preuve? Dieu n'existe pas, c'est évident, sur et logique. Les croyants d'aujourd'hui sont les dommages collatéraux des lavages de cerveaux d'hier. -Si vous rencontrez quelqu'un qui vous dit: "je sais que Dieu n'existe pas", ce n'est pas d'abord un athèe, c'est un imbécile. Et même chose si vous rencontrez quelqu'un qui vous dit: "Je sais que Dieu existe". C'est un imbécile qui prend sa foi pour un savoir préviens pourtant lucidement ce même athèe- C'est vrai qu'il existe un athèisme d'une grand valeur, d'une extrême intelligence. Ce n'est pas celui qu'on peu lire ici. Bref, je suis chrétien. Ce dommage collatéral. Et je voudrai ici vous faire part de ce en quoi je crois; je n'en est jamais eu l'occasion, trop occupé à répondre aux attaques. Certains disent: ni Dieu, ni maître! Moi je dis: un Dieu et un maître! J'ai comme Dieu le Dieu de l'Amour. J'ai comme maître spirituel Jésus de Nazareth. Mon Dieu est celui qui par amour des hommes est venu galèrer avec nous ici-bas. Le romano qui est nait entre un âne et un boeuf. Celui qui a vécu avec les chiens, les exclus. Qui s'approche des lépreux, des méprisés. Qui préfére l'étranger aimant au religieu rigide. Qui invite les putes à sa table. Qui répond au mal par le bien. Qui pardonne à chaque demande, qui est doux. Celui qui est non-violent, qui dit que celui qui vit par l'épée crevera par l'épée. Celui qui bâtit son Eglise sur les épaules de son disciple qui l'a reniè, qui a douté. Celui qui dit que la pute arrive avant le riche au royaume de Dieu. Celui qui ne condamne pas la femme adultère, qui dit que quand l'on attaque le plus petit des humains, c'est lui qu'on attaque. Même le prisonnier. Celui enfin qui crève comme un chien sur un morceau de bois. Mais qui ne condamne pas ses bourreaux. Et qui ressuscit trois jours plus tard; c'est la victoire de la victime sur l'agresseur. Il y'a encore beaucoup de choses à dire. C'est con, mais quand j'écris ça je suis ému. Et je me fous des considérations haineuses sur cet état d'esprit. La seul question que je pose aux autres, la seul qui est important pour moi: qu'est-ce que tu fous pour l'autre? Je parle pas d'être poli, de dépanner un ami en galère ou de prêter du fric de temps en temps. Je parle d'aller au devant des galériens, des exclus. Qu'ils soient en jean basket ou en jogging requin. Qui a déjà bouffé avec une pute? Un toxico? Un sdf? Un trans? Un délinquant en jogging? Je ne dis pas que les chrètiens ont le monopole de la bonté. Ce serai con et faux. Je dis que ma foi m'a permis de ne pas perdre espoir, de rester droit, de croire encore à l'homme. Ma foi me permet de me remettre en question, de toujours trouver le courage de venir en aide aux cas les plus désespéré. De ne pas lâcher un mec qui a besoin de moi et de comprendre que l'enculé ne vaut pas mieu que moi. Et je dois tous ça à Dieu. Alors je ne vous demande absolument pas de croire. Mais de changer votre regard. De déclarer avec moi et Comte-Sponville: "Un combat contre la religion? Ce serait se tromper d'adversaire. Mais pour la tolèrance, pour la laïcité, pour la liberté de croyance et d'incroyance. L'esprit n'appartient à personne. La libertè non plus." Je vois déjà certains me répondre les crimes, les saloperies, l'obscurentisme religieu. C'est vrai. Mais alors pourquoi ne pas lutter contre ça ou lieu d'être condescendant avec tous les croyants? Je suis donc chrètien et fier de l'être. Et je me reconnais dans celui qui lutte pour la libertè et la tolérance. Athèe, Chrétien, Musulman ou Agnostique.
×