Aller au contenu

Savonarol

Membre
  • Contenus

    10 265
  • Inscription

  • Dernière visite

4 abonnés

À propos de Savonarol

  • Rang
    Esprit de contradiction
  • Date de naissance 11/05/1977

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

47 362 visualisations du profil
  1. Tu devrais ouvrir un dictionnaire avant d'employer des mots que tu ne connais pas, juste parce que tu m'as vu les écrire.
  2. C'est un dessin, il n'en est pas l'auteur et n'est pas le directeur de la publication du site où il a été publié. Que vous vous foutiez à ce point du peu de cas qu'on fait de la liberté d'expression dans ce pays me sidère. Le jour où on s'en prendra à la vôtre, faudra pas venir pleurer qu'il n y a plus personne pour vous défendre.
  3. Evidemment que je soutiens une personne victime de ce genre de persécution inique et liberticide. Et normalement, tous les Charlies de la Terre devraient être vent debout pour le soutenir. Pour rappel : Le type est condamné en 1ere instance pour PUBLICATION D'UN DESSIN HUMORISTIQUE, je le rappelle à qui semblerait ignorer ce qui a conduit à cette condamnation. Voici le dessin en question (dessin de droite, qui est un pastiche du dessin de gauche) Si vous pensez que ça, ça vaut de la prison ferme (et même une simple amende) c'est que vous avez un sérieux problème avec le concept de liberté d'expression.
  4. C'est précisément le travail des historiens que de remettre en cause une version donnée, par exemple à la lumière de nouvelles découvertes. Ca arrive tout le temps dans ce milieu, l'Histoire n'est pas quelque chose de figé, c'est une discipline c qui peut être manipulée politiquement, changée, interprétée, etc. L'Histoire regorge d'exemples où le pouvoir réinterprète à sa sauce certains éléments de son passé ou en oblitère d'autres à son avantage. L'URSS ne relatait pas le passé de la Russie de la même manière que la monarchie avant lui. Et on peut légitimement considérer que si les Allemands avaient gagné la guerre au lieu des alliés, nos livres d'Histoire seraient bien différents. Et pour cause : les vainqueurs écrivent l'Histoire, pas les vaincus. Et ils l'écrivent à leur avantage. De tout temps.
  5. "Prends nous pour des jambons" Juste toi.
  6. C'est une opinion délictueuse, donc un délit d'opinion. La loi autorise que l'on nie absolument tout ce qu'on veut, à l'exception de certains faits historiques qui se sont déroulés de 39 à 45 et je ne vois pas pourquoi on aurait le droit de nier l'existence de la révolution française ou de la St Barthélémy et pas d'autres éléments de l'Histoire. C'est absolument inique, liberticide et c'est l'apanage des régimes totalitaires que de faire de pans de l'Histoire une sorte de religion sacralisée et incontestable sous peine de châtiment. Et tu te trompes pour ce qui est du mécanisme : on n'est pas antisémite, DONC on devient révisionniste, c'est l'inverse: on produit des écrits révisionnistes, DONC on est taxés d'antisémites. La multiplication des qualificatifs débiles de type "nazi, extrême-droite, facho" auront bien du mal à cacher ce que tu es. Une quiche sans cervelle dont les interventions débiles n'ont pas le moindre sens.
  7. "Nier ne relève pas de l'opinion mais de la volonté de nier". C'est la phrase la plus débile qu'il m'est été donné de lire depuis bien longtemps. Et Dieu sait que j'en lis souvent des conneries sur ce forum. Pour une loi censée être un appel à la décence, on peut s'étonner de son utilisation purement répressive.
  8. Je ne cesserai jamais de m'étonner de voir les gens se réjouir de lois qui condamnent le délit d'opinion. Ah ? La loi en autorise la négation relative ? Dans quelle cadre la loi autorise t'elle le débat autour de la Shoah d'ailleurs ? Et quel peut être un tel débat au juste ?
  9. Raciste, c'est rejeter quelqu'un pour ce qu'il est (noir, arabe, juif, blanc) non pour ce qu'il fait. A ce titre, je persiste à dire qu'il y a en effet très très peu de racisme en France. Et d'où viennent les préjugés au juste ? De l'opération du Saint esprit ? Je sais pas si c'est difficile d'être blanc, en tout cas les blancs se prennent la seule forme de racisme qui peut les envoyer à la morgue, contrairement aux noirs et aux arabes qui eux risquent de ne pas entrer en boîte de nuit ou de se voir refuser un boulot. Au final ils restent vivant, eux.
  10. Je suis tombé récemment sur cette vidéo dans laquelle Natacha Polony nous explique que le grand remplacement, au fond, c'est quand même une théorie raciste car ça se base sur la couleur de peau des gens. (Je retrouve pas le replay, c'était dans SLT de samedi dernier) Et qu'en gros, ce qui motiverait l'appréhension des gens à voir la population française changer, sur cette idée de grand remplacement, ça ne serait pas la peur de perdre un certain paradigme culturel, une certaine identité, mais une simple question de couleur de peau. Le français de souche n'aimerait pas les gens plus bronzés que lui, c'est tout, et c'est ce qui expliquerait son ressentiment. Du coup, question (qui permet de résoudre par la négative la problématique du français raciste) Si les descendant d'immigrés, c'est à dire les arabo-musulmans qui vivent en France: - Parlaient un français impeccable (et non ce sabir des cités) - fréquentaient les églises le dimanche - étaient habillés comme des français des années 50 (béret, caquette-pas de baise-ball-, veston) (je force le trait volontairement) - n'avaient aucune revendications communautaires (port du voile, pas de cochon à la cantine, commerces halal, etc) - n'avaient pas, pour certains d'entre eux, l'anti-France chevillée au corps au point, à minima d'en faire des chansons de rap, à maxima de tirer sur leurs compatriotes. Bref, s'étaient parfaitement assimilés à la population française de souche... Pensez-vous qu'il y aurait à leur égard autant de ressentiment , uniquement parce qu'ils auraient la peau plus foncée que les autres ? (ce qui est la définition stricto sensu du racisme) Evidemment non. En revanche, et si on veut être intellectuellement honnête dans l'analyse du racisme en France et de sa manifestation, le fait de s'en prendre à une personne, indépendamment de qui elle est, de ce qu'elle fait, et uniquement en raison de sa couleur de peau ou de son origine supposée, c'est bien du racisme, et sa plus violente manifestation dans le pays de nos jours se fait à l'égard du français de souche, le petit blanc, dont une partie de la population française et du corps politique français nie par ailleurs qu'il puisse en être victime, alors que cette dernière tue.
  11. De quels droits les femmes ne disposent-elles pas en France ?
  12. Savonarol

    Agression transphobe à Paris

    C'est exactement ce dont il s'agit.
  13. Et bien pas moi. Tant qu'on ne reçoit pas de coups, il n y a pas agression mais injure. Je trouve profondément malsain de mettre sur le même plan une insulte, si irrespectueuse et blessante soit-elle, avec un passage à tabac suivi d'un coma ou même parfois d'un décès. Ca ne veut pas dire que c'est cool de se faire insulter, et je serais le premier à vous acquitter si j'étais juge et que je devais décider de votre sort après que vous soyez allé casser la gueule à une bande de racailles qui ont insulté votre fille. Mais les mots ont un sens, ou du moins devraient en avoir un.
  14. Savonarol

    Agression transphobe à Paris

    Non ! Ca n'est pas "tout aussi ignoble" quand on s'en sort sans la moindre égratignure, tout juste blessé dans son orgueil que lorsqu'on termine comme un légume parce qu'on a juste pris la défense d'un couple qui se faisait agresser. Le mot "agression" nous est servi aujourd'hui à toutes les sauces, si bien qu'il perd de son intensité à force. Et si tout le gotha parisien monte au créneau, c'est pour de pures raisons idéologiques. Jamais un ministre de ce gouvernement n'aurait un mot de compassion pour la victime de souche d'une bande de racailles ethniques. Et ces mêmes personnes nous disent qu'il faut combattre "la haine" sans même se rendre compte que c'est eux qui la génèrent, et que c'est une haine tout à fait légitime.
  15. Savonarol

    Agression transphobe à Paris

    Quelle chance cette "agression" sans points de sutures, ni dents cassées, ni côtes fêlées, ni interruption de travail, ni hospitalisation, ni même une goutte de sang. Certains ont moins de chance que notre victime traverti qui avait suffisamment la forme pour pérorer dès le lendemain sur les plateaux de TV. https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/agression-marin-jour-violence-s-est-dechainee-simple-baiser-1469505.html
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité