Savonarol

Membre
  • Compteur de contenus

    9 277
  • Inscription

  • Dernière visite

4 abonnés

À propos de Savonarol

  • Rang
    Esprit de contradiction
  • Date de naissance 11/05/1977

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

42 835 visualisations du profil
  1. Je me posais la question : admettons qu'un spationaute meurt alors qu'il est en mission dans la station spatiale internationale, et admettons qu'on ne puisse pas aller le récupérer : combien de temps mettrait-il pour se décomposer puisque la SSI est un milieu stérile, c'est à dire sans insectes, mouches, larves et toutes ces choses qui permettent la décomposition d'un cadavre sur Terre ?
  2. Créateurs de polémiques stériles et futiles, les réseaux sociaux sont perpétuellement cités par les médias afin d'agrémenter les diverses émissions (souvent politiques) d'une sorte de caution démocratico-participative. En réalité, que ressort-il des réseaux sociaux ? Rien. Ou sinon, la démonstration que, pour faire l'intéressant, pour se sentir exister, des gens passent leurs journées à faire semblant de se scandaliser de ceci ou cela, comme des enfants. Et exactement comme les enfants, ils arrêteraient de pleurnicher si on arrêtait de les regarder faire, et donc si on arrêtait de leur donner de l'importance. Car en réalité, tous ces gens dont le but est de réagir, de se faire regarder ne sont pas propriétaires des opinions qu'ils défendent, simplement pour "s'insérer socialement" dans le monde numérique, il faut avoir un avis et l'aboyer à la face du monde. D'où l'explosion du nombre de féministes (j'aurais pu choisir n'importe quel autre sujet sociétal), par exemple, qui si on ne les regardait pas ne se serait jamais posé la question de la condition des femmes; mais puisque Internet donne la possibilité à tout le monde d'être vu, il faut se montrer digne de son narcissisme et parler, se faire remarquer, quitte à ne rien dire ou se vautrer dans le grotesque. Parmi vous, qui a vraiment des opinions ? Qui, si demain ou coupait internet, se lancerait en politique pour les faire valoir ? Sans doute, allez, 1% (et je suis large) des intervenants dans ce forum.
  3. Ca me rappelle une comédie romantique avec Virginie Effira (je crois) où la nana se fait séduire par un fleuriste qui lui livre des fleurs envoyées par son mari. Dans le monde de Foraveur (et d'autres), le fleuriste se serait fait dénoncer par la nana et aurait été licencié. Fin de l'histoire.
  4. « Ce texto m’a mis mal à l’aise » Pour éviter les intox et insultes qui pullulent sur Twitter depuis quelques heures, 20 Minutes a demandé sa version des faits à Buffy Mars (oui, c’est un pseudo). Cette community manager et blogueuse, a reçu deux techniciens du groupe Orange ce lundi matin pour qu’ils posent la fibre chez elle. « Cela s’est très bien passé, précise la jeune femme. Mais quelques heures plus tard, je reçois un texto d’un des techniciens me disant qu’il savait que ce n’était pas très pro, mais qu’il m’avait trouvé mignonne. Ce texto m’a mis mal à l’aise, d’autant qu’il a mon adresse, mon étage, mon numéro de portable… Il n’est pas censé l’utiliser à des fins personnelles. » « Orange n’a pas apprécié » La jeune femme n’hésite donc pas : elle prévient Orange. « J’ai appelé Orange pour les prévenir que ce technicien avait utilisé mon numéro pour me draguer. Ils n’ont pas apprécié et m’ont assuré qu’ils préviendraient le service de cet agent. » Et elle prévient dans la foulée le technicien qu’elle a alerté le service réclamations. L’intéressé répond d’abord par texto qu’il s’excuse, puis tente de la joindre sur son portable. Mais elle préfère ne pas répondre. http://www.20minutes.fr/high-tech/1996679-20170116-publie-sms-deplace-electricien-orange-fait-harceler-twitter
  5. Ce genre de barbarie est toujours produit par le même genre de sous-race humaine à casquette. Je donnerai cher pour avoir les noms.
  6. Donc dans moins de 5 ans ce genre de conneries arrivera en France et tout le monde trouvera ça normal.
  7. Je suis toujours à cheval entre sadisme et masochisme avec ce genre de topics. J'ai beau connaître exactement le type de réactions prévisibles et décevantes que je vais récolter, que sans doute la faible lumière d'espoir qui brûle en moi me pousse à tenter le coup quand même, avec probablement le même genre d'espoir que ceux qui jouent au loto tous les jours pendant 30 ans avec une chance sur 30 millions de gagner le jackpot. Ma bonne surprise à moi serait d'assister un jour à une illumination, une prise de conscience collective de la profondeur des choses cachées derrière la dépêche à vocation hystérisante. Ce qui fait de moi, l'air de rien, un philanthrope de première bourre ^^
  8. Saurais-je un jour ce qui est arrivé à la longue réponse que j'ai pondu il y a quelques heures ? Sans doute pas. C'est dommage de supprimer des posts aussi brillamment écrits et pensés que les miens et d'en laisser tant d'autres pleins de platitudes et vides de tout intérêt.
  9. Ce sont tes propres propos, ta propre analyse et je la partage (même si je la regrette) , tu devrais être contente Elle abonde dans mon sens lorsque j'évoque le conditionnement de certaines personnes dans leur incapacité à découpler leur statut de femme de leur sens de l'observation et de l'analyse. C'est un comportement plus passionnel que raisonnable qu'on retrouve dans les fonctionnements communautaires et dont les femmes étaient pourtant épargnées jusqu'à il y a peu, puisqu'il y a encore dix ans en arrière, les femmes ne se considéraient pas comme une communauté homogène. Quelle régression...
  10. C'est du à avaler. J'aurais pas mieux choisi les termes : conditionnement. Tu abondes dans mon sens sans même t'en rendre compte (On oppose généralement le conditionnement au libre-arbitre et plus largement à la capacité à raisonner de manière objective.)
  11. J'ignorais que les motivations de Fourniret étaient motivées par le racisme, contrairement à celles de ces violeurs selon leurs propres aveux. Je note que ça n'est pas ce genre de "fait divers" que la presse et les médias mettent en avant pour faire exulter les hystériques de tout bord. On choisit méthodiquement les victimes et les bourreaux selon qu'ils servent ou non les intérêts de l'idéologie dominante.
  12. Je ne te reproche pas d'être une femme, je te reproche de ne pas arriver à t'apercevoir quand on t'agite un chiffon rouge devant les yeux pour faire diversion sur des futilités. Comparaison n'est pas raison, à moins qu'il m'ait échappé que les femmes dans les années 90 se promenaient fers aux pieds dans les champs de cotons.
  13. Bof, le parlement est une chambre d'enregistrement des lois proposées par le pouvoir jusqu'à ce qu'on obtienne la proportionnelle intégrale, alors bon.
  14. A toi, je ne peux pas en vouloir : tu es née dans un monde complétement imbibée de cette idéologie libérale que je dénonce ici. Tu n'as jamais connu le monde autrement, tu ne peux donc pas analyser son changement ni la manière dont on te manipule comme je le fais ici. Tu es une victime, mais pas de ceux que tu crois.