Aller au contenu

Savonarol

Membre
  • Contenus

    10 291
  • Inscription

  • Dernière visite

4 abonnés

À propos de Savonarol

  • Rang
    Esprit de contradiction
  • Date de naissance 11/05/1977

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

47 528 visualisations du profil
  1. Une victime de viol de 17 ans euthanasiée en toute légalité aux Pays-Bas par Anais Moine aujourd'hui à 08:55 Noa Pothoven n’avait que 17 ans. Agressée sexuellement à 11 et 12 ans, l’adolescente est violée par deux hommes alors qu’elle n’a que 14 ans. Des violences dont elle ne parviendra pas à se remettre et qui la conduiront à demander à ce que l’on mette fin à ses souffrances. Depuis des années, Noa Pothoven, qui souffrait du syndrome de stress post-traumatique suite aux agressions sexuelles et au viol subis alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, luttait contre une sévère dépression et des problèmes d’anorexie. À 17 ans, cette jeune hollandaise a décidé d’avoir recours à l’euthanasie pour mettre fin à ses souffrances, et ce, en toute légalité. https://www.aufeminin.com/news-societe/une-victime-de-viol-euthanasiee-en-toute-legalite-aux-pays-bas-s4001739.html ---- Cette vague de nihilisme est proprement puante. Pauvre gamine qui n'aura plus jamais la possibilité de peut être aller mieux, car maintenant qu'elle est morte, c'est sûr qu'elle ne pourra pas changer d'avis. Pays de tarés qui autorise la mort légale et euthanasie une gamine de 17 ans. Changer d'avis, c'était précisément ce qu'avait fait Laura, cette jeune Belge de 23 ans qui avait obtenu le droit de se faire euthanasier par l'Etat Belge. Le simple fait qu'on puisse changer d'avis dans pareil cas devrait suffire à abolir pareille loi mortifère.
  2. Ah mais non, si elle me disait "salut je suis une cochonne enchantée" ça me va. Ca n'est pas l'appétit sexuel que je déplore ici, c'est le fait de ne pas m'avoir fait part de sa déviance dès le départ, ce qui m'aurait évité d'être déçu à la fin. Quand on a des penchants comme ça, on se doute bien qu'on fait partie d'une minorité de tordus, dont la moindre des choses c'est de commencer par en informer ses interlocuteurs, à plus fortement parlé sur un site de rencontre.
  3. ça me semble être le minimum de prévenir un mec à qui on parle sur un un site de rencontre qu'on a pour mode de vie de baiser à droite à gauche en s'asseyant sur la notion de fidélité. Ne serait-ce que rapport aux maladies vénériennes. Après je sais bien qu'internet favorise les comportements impolis, mais c'est pas une raison pour trouver ça normal. L'infidélité est tout de même un très mauvais préalable à ce qu'une relation frivole débouche sur une relation sérieuse.
  4. C'est loin de faire l'unanimité , mais quand bien même : que doit on faire des milliers de handicapés lourds pris en charge à 100% par la société ? On les tue aussi ? Et l'excuse selon laquelle Vincent Lambert aurait fait par, auparavant, de sa volonté de mourir s'il se retrouvait dans un état de ce genre ne tient pas. C'est facile de fanfaronner autour d'un verre lorsqu'on est en pleine santé, tu trouveras difficilement une personne qui te dira "moi je veux qu'on me laisse vivre dans un état de légume", mais ça doit être autre chose quand ça vous arrive. C'est aussi la raison pour laquelle ces directives anticipées sont extrêmement sujette à controverse, car elle ne précise rien au cas par cas. Perso, si je me retrouve dans un coma profond et définitif, relié à des machines, des respirateurs , et autre, avec le cerveau en bouilli, évidemment que je trouverais naturel qu'on me débranche. Mais Vincent Lambert n'est pas branché, il n'est même pas malade, juste handicapé. Il faudra avoir des statistiques sur le nombre de personnes valides qui , devenues tétraplégiques, ont voulu mourir afin de se faire une idée le ratio qui existe entre ceux qui disent "je veux mourir si je deviens comme ça" et ceux qui le veulent toujours une fois qu'ils le sont devenus.
  5. J'ai beau être en faveur des mesures d'euthanasie dans certains cas désespérés, comme par exemple celui d'une personne atteinte d'un cancer du pancréas, et qui sait qu'elle n'a plus que quelques mois à vivre dans l'agonie et la douleur, là il s'agit ni plus ni moins que d'euthanasier une personne handicapée, et c'est loin d'être la même chose. D'autant plus que j'ai entendu l'autre jour sur la 5, chaîne pas particulièrement réac, que si ce pauvre Vincent Lambert était pris en charge dans un service spécialisé, et non dans une unité de soins palliatifs, il y avait potentiellement des chances pour que son état s'améliore. On prenait en exemple le cas de Michael Schumacher qui lui a les moyens de se faire traiter efficacement. Il y a ici une affaire de gros sous et d'ego de médecins. Mais je me mets à la place des parents qui voient médecins et hommes de loi décider ni oui ou non leur fils doit vivre ou mourir. L'horreur.
  6. Je crois que c'est beaucoup plus simple que ça, le simple mot "polyamoureux/se" sert à déculpabiliser d'avoir une vie débridée sexuellement, c'est tout. C'est un énième avatar du politiquement correct qui permet de lisser verbalement un comportement pas très respectable. Elle m'a prévenu après nos premières discussions, et c'est ça qui y a mis fin. C'est ça que les femmes ont du mal à comprendre. Beaucoup de relations commencent par une simple histoire de sexe, et puis à force de se voir on s'habitue et on s'attache, et la relation évolue vers quelque chose de plus stable et à long terme. C'est pour ça que lorsque les femmes, sur les sites ou applis de rencontres écrivent "je cherche du sérieux", elles font l'aveu qu'elles n'ont rien compris au fonctionnement des hommes. Comment on peut savoir si ça va être sérieux avant de se connaître ? Avant de s'etre découverts ?
  7. C'est pas une question de sémantique, mais d'honnêteté. Avoue que si j'attends de t'avoir recouvert de ma merde pour que tu me dises que tu n'es pas adepte des plaisirs scato, tu risques de l'avoir mauvaise. Je n'envoie que des photos avantageuses, n'exagérons rien. (mais merci)
  8. Je pense que ce mot est surtout une bonne excuse à se donner pour blanchir l'adultère. Quand tu trompes ta femme, tu sais que c'est une connerie. Mais quand tu es "polyamoureux" tu t'en disculpes à l'avance, en intégrant ça à un mode de vie en société particulier. Moi je note que dans "polyamoureux", il y a "amoureux", et que la plupart du temps, ceux qui se revendiquent de ce truc ne font que baiser et qu'il n'est jamais question d'amour. Avoir de multiples partenaires, en même temps, faire passer ça pour "de l'amour" et ne pas mettre au jus la personne avec qui tu discutes, qui sans doute te convoite et que ça risque grandement de dégoûter.
  9. Je pense pas qu'on puisse comparer une civilisation comme la notre, aboutie au niveau philosophique, artistique, scientifique, éthique et moral, avec des peuplades reculées qui n'ont même pas encore inventé la roue.
  10. Qu'est-ce que j'en sais. Je pense que ce mot ne sert qu'à justifier un comportement relativement malsain. C'est l'époque qui veut ça, qu'on ne se pique plus de n'avoir ni défaut ni tare, qu'on veuille tous être une star parfaite qui se sent "stigmatisée" au moindre reproche. Qu'on nie notre part sombre, nos défauts, nos pulsions animales, et qu'au nom d'un remaniement global des moeurs, on décide que rien n'est malsain puisque tout est relatif.
  11. Donc je peux inventer un slip qui laisse dépasser la bite et me trimballer les couilles à l'air ?
  12. Au cloître où je prie, nous flagellons chaque semaines des femmes impures avec des orties fraîches.
  13. On est d'accord. Voilà un jugement de valeur qui n'est pas très progressiste. Dire "polyamoureuse" au lieu de dire "cochonne" ou "infidèle". (parce que ça fait plus smart)
  14. Je pars du principe qu'on ne sait pas si on va s'entendre sexuellement avant d'avoir couché ensemble, du coup on ne peut pas connaître à l'avance la nature d'une relation. Si c'est du feu de Dieu, on va avoir envie de reproduire le truc, puis on n'est pas à l'abri de voir naître des sentiments, etc. Si c'est nul, on passable, on aura pas envie de se revoir et ça aura donc été "un plan cul".
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité