Aller au contenu

Doïna

Membre+
  • Contenus

    10 452
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Doïna

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Doïna

    Ils ont écrit à Emmanuel Macron

    C'est fou le nombre de gens qui pensent que le grand retour de la jeunesse en képi va tout arranger. Certains doivent trouver ça rassurant, mais moi, voyez, des casernes à tous les coins de rue, ça aurait plutôt tendance à me foutre les jetons.
  2. Doïna

    Démonstration : il n'y a pas d'argent à prendre chez les riches

    En ce qui te concerne, par quels arguments viables as-tu justifié le système en place ? Tu as reconnu toi-même ses injustices dans une de tes réponses à l'un de mes posts, donc à compter du moment où un système n'est plus considéré comme juste, on peut se concerter et travailler à en changer. Tu me parles de "monde idéal", un monde idéal n'existe pas. On peut tout au plus engendrer un monde meilleur et plus juste, ce qui ne relèverait que d'une continuité historique. En effet, la civilisation actuelle, malgré tous ses défauts, sera estimée meilleure et plus juste que les civilisations antiques, cependant il ne faut pas se reposer sur ses lauriers et désormais réfléchir à une civilisation nouvelle qui, à défaut d'être idéale, sera plus juste et plus heureuse pour un plus grand nombre. Ce n'est pas croire au père Noël que d'espérer cela. Pour la suite, que te répondre ? Je t'ai déjà apporté bien des réponses, notamment avec un partage équitable des richesses, la nationalisation des entreprises privées dont les salariés sont victimes de l'avidité de ses dirigeants prêts à délocaliser sans autre raison que la satisfaction d'actionnaires déjà repus de richesses, des travailleurs mieux rémunérés, puis une tva minime sur les produits de premières nécessités, ce qui aurait le mérite de relancer la consommation. Ainsi, le modeste et le pauvre recommenceraient au bénéfice des pme et autre commerçants à consommer des produits et services auxquels ils avaient renoncé jusque-là. Je suis désolée mais, dans mes posts, il n'a pas été question de théorie du complot, simplement de dirigeants (politiques, financiers et du grand patronat) qui s'accrochent à une société verticale, périmée, inique, de tristes sires qui ne savent plus quoi inventer pour lui redorer le blason dans les cerveaux, alors ça accuse les chômeurs, les salariés, enfin bref, ce qu'ils appellent traditionnellement les "petites gens" (quel dénomination méprisante et exécrable). Or, du même coup, la société stagne, et aurait même tendance à régresser, plutôt qu'à progresser. Si aucun gouvernement n'a osé prendre ce chemin, ce n'est pas qu'il conduit dans le mur, c'est que ces gouvernements n'osent pas changer de système par peur du changement, par conservatisme, par soumission et par reconnaissance du ventre. C'est aussi parce que ces gouvernements n'osent pas toucher aux grosses entreprises, qu'ils se dégonflent à prendre des mesures contre la cupidité d'une minorité très puissante vivant au détriment de la majorité. Nul doute que ces patrons sortiraient la grosse artillerie et invoqueraient une atteinte à leur liberté face à un gouvernement qui nationaliserait leur entreprise en cas de manquement et les contraindrait à un partage équitable des gains, sauf que, la loi, c'est la loi et que ces patrons seraient bien obligés de s'y plier. En outre, cela s'est déjà fait, de nationaliser et de partager plus justement. Concernant le partage plus juste, il y avait déjà l'isf. A propos des nationalisations, cela nous ramène à l'après-guerre, quand des sociétés privées qui avaient honteusement servi le nazisme ont été nationalisées. Tu vois, je suis parfaitement favorable au droit à la propriété. En revanche, une entreprise qui fait travailler des humains n'est pas une propriété ordinaire, et des employés ne sont certes pas des propriétés. De là, je trouve qu'un patron dont l'entreprise se porte bien, et qui ose malgré tout délocaliser pour son enrichissement personnel quand il est déjà nanti, ne mérite pas de conserver cette entreprise, que l'Etat devrait se l'approprier pour préserver son personnel du chômage.
  3. Doïna

    Ils ont écrit à Emmanuel Macron

    Bonjour, Emmanuel Macron a écrit aux citoyens, quelques-uns ont pris leur plume pour lui répondre directement. Si, à l'automne, les feuilles mortes se ramassent à la pelle, espérons qu'en cet hiver nous n'aurons pas des lettres mortes qui se ramassent à la pelle... Voici quelques-unes de ces épîtres. Vous pouvez en publier d'autres si vous en trouvez. Un intermittent répond à la lettre d'Emmanuel Macron Lettre de B. Hamon à E. Macron Eric Drouet n'a qu'une réponse à la lettre de Macron : le R.I.C (Lire sur le Huff)
  4. Doïna

    Démonstration : il n'y a pas d'argent à prendre chez les riches

    Un gouvernement juste serait moins permissif avec des individus qui, au sommet d'entreprises, capitalisent trop de dividendes et gagnent des salaires mirobolants au détriment de la société. J'inclus dans le lot ceux qui s'expatrient pour ne pas payer leurs impôts en France, ceux qui délocalisent pour faire plaisir à leurs actionnaires quand il n'y a pas lieu puisque l'entreprise fonctionne bien et que ses comptes sont satisfaisants. Il faut légiférer pour revenir à un partage plus juste des gains et pour mieux protéger les salariés des délocalisations et autre iniquités. Il faudrait que l'Etat s'arroge le droit de confisquer les entreprises de ces patrons qui délocalisent pour plaire à l'actionnariat et non pas parce que leurs comptes sont dans le rouge, autrement dit qu'il nationalise leurs entreprises afin de préserver les salariés du chômage. Il faut aussi que l'Etat ait un regard sur le partage des gains : exemple la grosse société qui gagnent des centaines de millions sur des produits laitiers vendus sous sa marque mais rémunérant si mal les fermiers qu'ils s'endettent et ne profitent plus de leur travail. Ou encore la grosse société qui va verser des salaires et primes incroyables à ses dirigeants et dédaigner le restant des employés, poussant jusqu'à employer des intérims pour s'éviter des embauches (comme chez Renault). Que l'Etat s'en mêle et contraigne la société à rémunérer décemment ses fournisseurs affiliés, ses salariés, à ne pas abuser de l'intérim. Que l'Etat veille au progrès social grâce à l'imposition des grandes fortunes, à la baisse de tva sur les produits de première nécessité, etc. au profit du pouvoir d'achat des modestes. Malheureusement, pour y parvenir, encore faudrait-il élire des politiques qui soient du côté du peuple, qui soient favorables au progrès social. Pour l'heure, nous avons une majorité larem, capitaliste, à la botte du grand patronat, des grands actionnaires du cac40.
  5. Doïna

    Démonstration : il n'y a pas d'argent à prendre chez les riches

    Argumenter, je l'ai fait (mais tu ne cites que la première partie de mon précédent post). Je pourrais y rajouter que les seuls vrais gagnants sont les grands actionnaires, mais ils ne réinjectent pas ailleurs que dans leur propre capital, ce qui fait que rien ne ruisselle.
  6. Doïna

    Démonstration : il n'y a pas d'argent à prendre chez les riches

    Tout juste de retour, je vois que plusieurs intervenants t'ont déjà répondu ce que je t'aurais répondu personnellement. Ne joue donc pas l'innocent : depuis que tu es là, tu multiplies les topics pro-Macron pour vanter les soi-disant bienfaits de sa politique, fustiger bien poliment les gilets jaunes, faire croire que leurs revendications sociales sont vaines au prétexte d'un ordre établi qui serait selon toi un idéal, affirmer qu'en changer déboucherait sur une société où il y aurait plus d'égalité mais où tout le monde serait pauvre. C'est faux : on peut faire en sorte qu'il y ait plus d'égalité en obligeant ceux qui prennent une trop grosse part à en céder une partie à ceux qui en reçoivent une petite, ce qui n'empêcherait pas les premiers d'être riches et aurait le mérite d'améliorer le sort des seconds. En effet, je vais me répéter mais, des salariés ne peuvent se résoudre à bosser pour manger des pâtes tout au cours de leur vie, ce n'est plus possible de sacrifier tant d'existences pour satisfaire l'avidité sans limite des financiers, de quelques gros patrons actionnaires. Si le peuple ne veut plus de cet ordre, il faut se résoudre à en changer, peut-être pas radicalement mais suffisamment pour rétablir l'équité. De même, ce n'est plus tolérable d'accuser les chômeurs de leur chômage : il faut que les politiques se rendent enfin compte que population croissante et robotique est un cocktail qui génère inévitablement du chômage. Et ne viens pas me dire que celui qui perd son boulot à cause d'une machine n'a qu'à faire des études pour devenir un ingénieur qui crée des machines ! Tu te doutes bien que cela relèverait de l'impossible pour la plupart. Tu dis aussi que ce n'est pas possible de prendre aux ultra-riches parce qu'alors eux, se sentant pressurisés, quittent la France. En somme, tu absous un système où tout un peuple est pris en otage par une poignée d'égoïstes qui, si on leur fait par exemple payer l'isf, vont se venger en plaquant le pays et foutre sur le carreau tous les travailleurs de leurs usines. Bien moi, tu vois, je ne comprends pas en quel honneur les citoyens français devraient accepter d'être pris ainsi en otages. Si ces patrons sont cupides au point de piquer leur crise pour un impôt certes élevé, mais loin de les ruiner car minime comparé aux gains amassés, outre que cela en fait des individus reptiliens, froids, dénués de cœur, de tripes, je considère qu'on ne devrait rien faire pour les retenir : ils veulent aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte, qu'ils se cassent ; en revanche, le gouvernement devrait s'arroger le droit de confisquer leurs entreprises pour préserver le travail des salariés, donc de nationaliser. Que vaut un gouvernement qui refuse de protéger la majorité de ses citoyens en deçà d'une certaine fortune n'est-ce pas ? Et qui se couche comme un chien devant une minorité de gros patrons cupides ! Peut-on encore parler de démocratie quand il en est ainsi, que tout un peuple est forcé de dépendre d'une poignée de possédants qui pourraient d'un instant à l'autre être pris du caprice de partir parce qu'ils répugnent à payer des impôts ? On peut d'ailleurs s'interroger : jusqu'où vont-ils pousser le caprice ? Le temps n'est-il pas venu d'y mettre un terme, à ces caprices, justement ?
  7. Doïna

    La France d’en bas veut-elle vraiment monter ?

    Ils sont au moins unis contre Macron ! A part ça, non je ne divise pas la France, c'est le gouvernement en place, celui de Macron justement, qui la divise en creusant le fossé, bref qui fout la merde. En plus, comme de mauvaise foi qu'ils sont, ils digressent : chaque fois qu'une action est intentée contre eux, ils invoquent une attaque contre les valeurs de la République, contre la France et que sais-je encore, alors que c'est contre leur politique et rien d'autre.
  8. Doïna

    La France d’en bas veut-elle vraiment monter ?

    Je reconnais que tu n'as pas littéralement dit que le modeste était un connard de looser et le chômeur un fainéant. N'empêche, ce topic existe pour faire savoir ton point de vue sur la question, toi qui considères que ces personnes ne font rien pour "monter" et que tu as fait mieux, en gros, parce que toi tu sens que tu as monté par rapport à eux, c'est à peine méprisant. Tu parles de demander des comptes aux gens, on leur en demande déjà bien assez comme cela, et du reste on n'a pas à demander des comptes à une personne qui s'accroche à sa région parce que tous ses amis et sa famille y vivent. Il faudrait peut-être arrêter de réduire l'humain à un simple agent économique dont la valeur se jauge à ce qu'il produit et consomme. De ce fait, quand une région manque d'emploi, il revient à l'Etat d'en créer, malheureusement, à l'heure actuelle, on a un gouvernement à la noix de coco qui détruit les services publics à la pelleteuse pour faire des économies, bien qu'en ayant toujours assez pour acheter des porte-avion, entre autres.
  9. Doïna

    La France d’en bas veut-elle vraiment monter ?

    J'ai dit "rien qu'entre 2008 & 2016" parce qu'il continue à baisser depuis 2016. Ce graphique montre la régression du pouvoir d'achat. C'est sûr qu'il y a des gagnants mais ils ne sont pas les plus nombreux, hélas. Il faut considérer que les ménages modestes de notre époque se serrent davantage la ceinture, qu'ils sont moins nombreux à s'offrir leur maison que ceux des générations qui les ont précédées, qu'ils vont moins en vacances et, quand ils y vont, le font sur des périodes de deux, trois, quatre jours, pour aller moins loin. Que dire aussi des étudiants (5 euros de moins en apl, loyers des crous en hausse, bourses non augmentées !), des chômeurs, des allocataires de l'aah qui n'iront pas loin avec 20 euros en plus ?
  10. Doïna

    La France d’en bas veut-elle vraiment monter ?

    Pressuriser est un bien grand mot, et tout à fait exagéré ! Si ces riches partent ailleurs pour une question d'impôts qui est pourtant loin de les ruiner, c'est qu'ils sont tout bonnement de mauvais citoyens. Quand des patrons se conduisent ainsi, on devrait confisquer leur entreprise et la nationaliser. C'est rude à tes yeux évidemment, mais ça l'est moins pour les salariés qui conservent leur emploi ! De toute façon, cela ne peut continuer ainsi : on ne peut continuer à étrangler les salariés, à harceler les chômeurs comme s'ils étaient responsables de leur chômage... Au fur et à mesure où le fossé se creuse, la société régresse.
  11. Doïna

    La France d’en bas veut-elle vraiment monter ?

    Je te mets au défit de me trouver de bonnes raisons de défendre l'homophobie, le racisme, l'antisémitisme. Nan mais c'est une blague ?!!!! Evidemment que les taxes dans leur grand ensemble ne bénéficient pas qu'aux ultra-riches, mais le problème c'est que les simples salariés, les chômeurs, les étudiants, etc. n'en peuvent plus des taxes et des hausses de prix, des tarifs d'énergie ! Macron a supprimé l'isf, il a baissé les apl, il aurait dû faire l'inverse ! Puis c'est quoi cet exemple à la noix sur Tahiti, moi je t'ai donné des exemples pour illustrer ce problème des grosses boîtes qui encaissent beaucoup mais sous-payent ceux qui les font tourner par leur travail ! Un philosophe célèbre aurait pu te dire que comparaison n'est pas raison ! Donc donner un exemple en adéquation avec ce que l'on dit ça va, comparer avec quelque chose sans aucun rapport ça ne vaut plus rien. Je pourrais te parler encore du cice qui devait permettre au patronat de créer un million d'emplois selon Gattaz et d'autres de sa clique. Il n'en a rien été : ils profitent bien de ce crédit d'impôts, et ça s'arrête là, ça ne profite pas aux salariés, ça ne crée pas d'emplois !
  12. Doïna

    La France d’en bas veut-elle vraiment monter ?

    Poncif pas trop convaincant, le coup du "1200 € c'est bien gagné comparé à plus d'un miséreux de ce monde". Des miséreux, déjà, il y en aurait beaucoup moins dans le monde si les nantis, quand ils sentent qu'ils ne savent plus quoi faire de leur pognon, au lieu de se payer des voitures plaquées or, des steaks plaqués or, et autres nullités du genre, consacraient leur trop plein d'oseille à faire le bien dans ce bas monde. Ensuite, c'est sûr qu'un ouvrier péruvien serait fou de joie d'être payé 1200 €, mais la vie est-elle aussi cher dans son pays que dans le nôtre ? Ici, en France, il se trouve qu'avec 1200 euros, une fois payé les factures, on n'a plus grand chose pour le reste.
  13. Doïna

    La France d’en bas veut-elle vraiment monter ?

    Qu'il y ait des ultra-riches n'est un problème que parce qu'au point où nous en sommes, ces très riches influencent le monde politique et que leurs lobbies représentent des dangers pour le bien social, la démocratie et l'environnement, qu'ils n'apportent rien humainement et économiquement au pays parce qu'ils siphonnent une trop grande part des gains au détriment du restant de la population. C'est pénible d'avoir à se répéter mais j'ai largement commenté dans mes posts précédents. Rien qu'avec cette notion de ruissellement qui n'est rien d'autre qu'une ineptie. Ce sont ces ultra-riches qui, à la base, tirent les ficelles du gouvernement en place et sont derrière ce durcissement auquel on assiste envers les chômeurs et les salariés regimbeurs.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité