Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'multiculturalisme'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

36 résultats trouvés

  1. Momo56

    Anglais

    Bonjour, j'ai eu un devoir en anglais sur de l'argumentation j'aimerai avoir des avis pour améliorer mon devoir merci d'avance ARGUMENTATIVE ESSAY “Culture is to know hundred words more than others” Frédéric dard, a French writer said. Here the author shows us that the multiculturalism is an asset. Besides, most of people begin to learn full of languages. Today in Europe 92% of people learn a foreign language. However, are we for or against the fact that it is possible to live between several cultures without choosing one ? We will see that Man feels complete with his two cultures and after that the culture shock often push Man to make a choice. In one hand, I would like to start by saying that living between different cultures means that one completes the other, that we can abandon none and that we feel incomplete if we reject one.Thus the person easily understands the way of thinking of the environment where he or she is going. She or he may or may not agree, but she or he understands the reasons behind the thought. Diversity of thought, speech and language are ingrained in the individual, borders are invisible, destroyed. Let's take for example an individual who is both Turkish and French. He is immersed in Turkish culture at home and in the outside world he lives in French culture. Thus, he is able to have contact with different individuals. In another hand, I would like to say that living between two cultures sometimes pushes the individual to make a choice. Indeed, the individual can find himself in cultural and linguistic misunderstanding. In some cases the thoughts between different cultures collide. Take for example a woman who is both from Africa and is American. The rights she has as an American woman are more numerous than the one she could hope to have as an African woman where women's rights are reduced to half or the struggles for their rights still persist. To conclude, living between two cultures can be beneficial and therefore we can love our two cultures. However, the gaze of others or even the fact of not appreciating the way of thinking of our second culture leads us to make a choice of a single culture.
  2. Une serveuse a été victime d'une agression en plein service jeudi matin à Nantes, allée Cassard. Un client lui a jeté un café brûlant au visage. Il l'a ensuite giflée. Placé en garde à vue, il a dit aux policiers qu'elle aurait dû le lui servir de la main droite. https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/un-client-gifle-une-serveuse-car-elle-lui-a-servi-le-cafe-de-la-main-gauche-1582306269 Vous trouvez ça incompréhensible ?
  3. En avril dernier, une vidéo a eu un écho considérable sur les réseaux sociaux en Allemagne, choquant l'opinion. On y voit un réfugié syrien s'en prendre dans les rues de Berlin, à un piéton parce qu'il porte une kippa. Depuis cette agression commise en avril, l'auteur des faits a été arrêté et condamné. Multiplication des violences La France aussi connaît une vague d'antisémitisme avec une multiplication des agressions. La communauté juive qui représente 1% de la population est la cible de 50% des actes "haineux" qui peuvent aller de l'insulte au meurtre. On recense depuis 2005, dans le pays, au moins 11 assassinats antisémites. [...] http://fr.euronews.com/2018/06/29/l-antisemitisme-monte-en-puissance-en-europe
  4. Donald Trump met fin à la "discrimination positive", une directive mise en place par Barack Obama, qui attribuait des bonus ou des malus en fonction de la couleur de peau. Pour un examen d’entrée à Harvard par exemple, les Blancs partaient sans bonus ni malus, les Asiatiques partaient avec un handicap de 140 points tandis que les Afro-Américains partaient avec un bonus de 310 points. Une conception très spéciale de l'égalité made in USA. L’opinion publique reste globalement défavorable à la discrimination positive depuis sa première introduction dans les années 1960. « Ce fait est confirmé par les résultats de certains référendums organisés sur le sujet dans certains États, avec une large majorité des électeurs votant en faveur de son élimination », précise Daniel Sabbagh, directeur de recherche à Science Po Paris. La partie la plus conservatrice de l’opinion lui reprochait même de créer une « discrimination renversée » à l’encontre des autres ethnies dévalorisées dans le processus. Matthew, ancien étudiant d’histoire à l’université d’Oswego dans le nord de l’État de New York, approuve cette critique : « Ces règles forçaient à la diversité et favorisaient les minorités par rapport à d’autres ethnies, ce qui, selon moi, est une forme de discrimination ». https://www.la-croix.com/Monde/Ameriques/Etats-Unis-ladministration-Trump-revoque-discrimination-positive-universites-2018-07-05-1200952855
  5. L’affaire est suivie de près par les services de police et de renseignements. Dimanche soir, une bagarre générale a opposé des dizaines membres de la communauté turque à des Kurdes dans le quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie. Les forces de l’ordre sont intervenues en grand nombre afin de disperser la foule. Il n’y a pas eu de blessés mais l’arrivée rapide des policiers a sans doute permis d’éviter des incidents plus graves : certains participants, femmes et hommes, étaient armés de barres de fer, de sabres ou de bâtons. Cette rixe s’est déroulée en soirée, peu après le résultat des élections présidentielle et législatives en Turquie où le président sortant Erdogan a rapidement proclamé sa victoire. [...] http://www.leparisien.fr/yvelines-78/mantes-la-jolie-le-resultat-des-elections-en-turquie-provoque-de-violents-affrontements-25-06-2018-7792305.php#xtor=AD-1481423553
  6. Un demandeur d'asile afghan a commencé mardi à comparaître devant la justice allemande, accusé d'avoir poignardé à mort une Afghane coupable à ses yeux d'apostasie car elle avait renié sa foi musulmane au profit du christianisme. Selon l'acte d'accusation, l'homme de 30 ans, dont l'identité n'a pas été révélée, a tué sa victime de 38 ans sous les yeux de deux de ses quatre enfants sur le parking d'un supermarché à Prien am Chiemsee, en Bavière, le 29 avril 2017. L'accusé, qui encourt la prison à perpétuité pour assassinat, s'est servi d'une lame de 20 cm pour lui asséner 16 coups de couteau. [...] La victime lui avait auparavant demandé s'il ne voulait pas lui aussi devenir chrétien, ce qui n'était "pas conciliable avec sa foi musulmane", selon le Parquet de Traunstein où il est jugé, dans le sud-ouest du pays. Le crime, sous les yeux de deux enfants âgés de 5 et 11 ans, avait suscité une grande émotion dans la région alors que l'Allemagne est en plein questionnement sur son identité après l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015 et 2016. [...] https://www.lorientlejour.com/article/1095829/allemagne-un-afghan-juge-pour-le-meurtre-dune-convertie.html
  7. Les parents déchirés par l’école «Je ne veux pas sacrifier mon enfant à mes idéaux !» L’entrée en sixième sonne souvent comme un défi pour les familles installées dans les quartiers mélangés. Entre convictions solidaires et souci de protéger sa fille ou son fils, le choix prend des allures de dilemme intime. C’est un iceberg que personne ne voit venir. Qui met à l’épreuve, parfois violemment, dans les familles de gauche, des valeurs qui semblaient ancrées pour la vie. Une déchirure intime, un rite de passage citoyen et politique, la première occasion majeure, souvent, de confronter ses actes à son discours politique. L’aîné entre en sixième. Ceux qui y sont confrontés étaient partis gentrifier les quartiers populaires, ils s’étaient éloignés du centre-ville parce que l’immobilier n’y était plus accessible, ils aimaient croiser leurs voisins d’origine et de classe sociale diverses le dimanche matin au marché. Ils comprennent désormais que vivre dans le quartier, dans cette banlieue, c’est aussi faire grandir les enfants ensemble. [...] Comment articuler, au plus profond de soi, cette décision de ne pas scolariser son enfant dans le quartier, quand on se réclamait en primaire de l’esprit laïque de l’école de la République, et qu’on se faisait élire représentants FCPE aux conseils d’école ? Comment justifier quotidiennement ce grand écart entre le dire («je pense qu’il est important que chacun s’engage pour lutter contre les inégalités») et le faire («je préfère garantir à mon enfant un entre-soi rassurant») ? Certains parents, lucides, assument d’avoir fait le deuil de certaines convictions et expliquent, sans fierté mais sans faux-semblants, avoir établi, la mort dans l’âme, une priorité : mon enfant vaut plus que mes principes. D’autres tentent la quadrature du cercle et plaident le cas particulier. Le petit dernier est trop «fragile». Le grand s’est pris d’une soudaine passion pour le tuba… ça tombe bien, le collège réputé d’à côté propose justement une option instruments à vent. Ou, version plus politique : «Tant que le privé ne sera pas contraint à jouer le jeu de la mixité, pas de raison que je le fasse (et en attendant, je mets mon enfant dans ledit privé)». Entre les mots, il s’agit de se persuader qu’on est toujours de gauche. Qu’on pense toujours «bien». [...] http://www.liberation.fr/debats/2018/01/17/les-parents-dechires-par-l-ecole_1623163
  8. C'est ainsi qu'Eric Zemmour conclut son excellente chronique sur RTL intitulée "L'axe Paris-Londres-Stockholm". Il fait un parallèle pertinent et troublant entre les évènements qui se sont produit dans les 3 pays : Stockholm et un Villiers-Le-Bel, la décapitation de Londres au nom d'Allah et Mohamed Merah. Les 3 pays sont victimes du même mal, les mêmes causes produisant les mêmes effets : une immigration massive associée à l'islam. Ce constat permet également de faire taire tous ceux qui aimeraient bien reporter la faute sur les pays et leur passé colonial. Manque de chance pour eux, la seule colonie de la Suède fut la Norvège il y a bien longtemps. Il permet aussi de mettre en lumière l'échec des modèles d'intégration français et anglo-saxon.
  9. Créé par décret en mars 2015, le fichier de traitement des signalés pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste rassemble aujourd’hui près de 16 000 profils Bien plus que les fiches « S », à usage exclusivement policier, le FSPRT constitue aujourd’hui le véritable baromètre de la radicalisation en France. Il est alimenté par le numéro vert mis en place en avril 2014 par le ministère de l’intérieur à l’attention des proches de personnes radicalisées (famille, amis, collègues…) ainsi que par les signalements des services de l’Etat (police, éducation nationale, hôpitaux…) par le biais des préfectures de département. http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/03/03/la-carte-de-france-de-la-radicalisation_5088552_3224.html
  10. L'islam, première religion en France ? 24/10/2012 « Le développement de cette religion y est spectaculaire » ... Si la France ne dispose pas de statistiques religieuses permettant de comparer les communautés, les mécanismes démographiques laissent augurer d'un prochain basculement. (...) S'il est toujours délicat de comparer la pratique religieuse entre des cultes et des croyances aussi différentes que l'islam et le catholicisme, il apparaît que cette première religion en France demeure encore à cette place, mais pourrait passer au second rang. En termes de «pratique» et non sur le plan de la culture et de l'influence. Et ce, dans un avenir proche, deux ou trois décennies. En France, on peut estimer aujourd'hui que en données absolues, pour un musulman pratiquant, il y a trois catholiques pratiquants. Mais si l'on approfondit l'analyse, il apparaît que ce rapport tend à s'inverser d'une façon inéluctable car il est inscrit mécaniquement dans la démographie. Si l'on compare la seule fréquentation de la mosquée le vendredi (sans prendre en compte la pratique du ramadan, souvent culturelle, donc beaucoup plus importante) et la pratique dominicale catholique, les éléments de cette évolution sont limpides: - 65 % des catholiques pratiquants ont 50 ans et plus ; - 73 % des musulmans pratiquants ont moins de 54 ans. La France ne dispose pas de statistiques religieuses qui permettent de connaître avec précision la population de chaque communauté. Le recueil de ce genre de données par recensement est interdit par la loi. En revanche, les données accumulées par les instituts de sondages - et qui se trouvent confirmées au fil des années - permettent une approche rigoureuse du sujet. (...) Les populations pratiquantes catholiques et musulmanes - indiquent qu'il y a actuellement en France un jeune catholique pratiquant pour trois jeunes musulmans pratiquants. L'article complet... Source: Le Figaro
  11. Quand le PCF voulait « arrêter l’immigration » 03/08/2012 Il y a 30 ans, Georges Marchais n’avait pas peur des mots ... (...) Gérin n’est pas le premier communiste à réclamer une limitation de l’immigration. En janvier 1981, c’était le cas de… Georges Marchais. Le secrétaire général du PCF adresse alors une lettre au recteur de la Mosquée de Paris Hamza Boubakeur. A l’époque, le maire giscardien de Saint-Maur des Fossés fait détruire un foyer d’immigrés et les renvoie vers la ville communiste de Vitry. Les immigrés s’abritent dans un foyer insalubre. Face au danger, le maire PCF fait détruire ce foyer. Loin de condamner son élu, Marchais prend la plume pour répondre au recteur de la Mosquée de Paris. Pour lui, la destruction du foyer de Vitry n’était qu’une « riposte à l’agression raciste » du maire de Saint-Maur, qui refusait de prendre sa part dans l’accueil des immigrés. Marchais va plus loin et « approuve (le) refus (du maire de Vitry) de laisser s’accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, de travailleurs immigrés ». Ce que craint Marchais, c’est le coût de l’immigration dans les communes les plus pauvres : « Les charges d’aide sociale nécessaire pour les familles immigrées plongées dans la misère deviennent insupportables pour les budgets des communes peuplées d’ouvriers et d’employés ». Il dénonce aussi une pression sur les salariés les plus précaires : « Quant aux patrons et au gouvernement français, ils recourent à l’immigration massive, comme on pratiquait autrefois la traite des Noirs, pour se procurer une main-d’œuvre d’esclaves modernes, surexploitée et sous-payée ». Et il conclut : « C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage ». Marchais lie donc fermeté sur l’immigration et pensée communiste. Pour lui, la limitation de l’immigration relève bel et bien de la protection des travailleurs et non de préjugés racistes. Sauf à penser que le dirigeant d’un parti historiquement anti-colonialiste et antifasciste serait en fait un agent double de l’extrême droite, haïssant l’islam et les Maghrébins. En février 1981, Marchais récidive. Il se rend à Montigny-les-Cormeilles, ville dirigée par un certain Robert Hue. A l’époque, le futur successeur de Marchais venait de manifester devant le logement d’une famille accusée de trafic de drogue. Dans son discours, Marchais, vient une fois de plus au secours de son élu : « Nous posons le problème de l’immigration, ce serait pour favoriser le racisme ; nous menons la lutte contre la drogue, ce serait parce que nous ne voulons pas combattre l’alcoolisme prise par notre clientèle (…) Pour la jeunesse, je choisis l’étude, le sport, la lutte et non la drogue (…) Alors, comme l’autre jour un dirigeant socialiste, ils crient tous en chœur : ‘pétainisme !’ Quelle honte, quelle idée lamentable ces gens-la se font des travailleurs (…) Je le dis avec toute la force de mon indignation, de telles attaques ne déshonorent que leurs auteurs et ils ne méritent que le mépris ». On répondra que Marchais cherchait déjà à éviter la concurrence du FN. Sauf que début 81, le FN est groupusculaire. En 1980, le parti frontiste ne compte que 270 adhérents. Aux législatives de 78, le FN n’a obtenu que 0,33% des voix. Il faudra attendre Dreux et les élections cantonales de 82 pour assister à la première éclosion du Front. A cette époque, la concurrence au PCF vient plus du PS et de Mitterrand que de Jean-Marie Le Pen. La ligne Marchais n’est donc une surenchère autour de l’extrême droite. Au contraire, défendre l’autorité de l’Etat, réguler les frontières, c’est défendre les classes populaires. C’est s’assurer que les habitants des HLM ne croisent plus de dealers en bas de leur immeuble, c’est équilibrer le marché du travail au profit des plus précaires. De même, défendre la laïcité et l’intégration, c’est assurer la cohésion républicaine contre le repli sur soi dans les quartiers les plus pauvres. Aujourd’hui, les choses ont changé. Au delà des prises de positions de Gérin et autre, le PCF a adopté une ligne laxiste en matière d’immigration, de laïcité et de sécurité par hostilité à tout ce qui ressemble de près ou de loin à du lepénisme. Cette évolution est facile à comprendre. La rupture du PCF avec les positions de Marchais va de pair avec la perte de son identité ouvrière et sa recherche d’un nouvel électorat. Mais le parti va-t-il finir comme le PS et succomber au discours de Terra Nova, abandonnant ainsi les classes populaires au profit des jeunes, des diplômés, des femmes et des minorités ? Triste destin. En cherchant à gagner quelques voix chez les bobos, le PCF perdra à coup sûr son âme. Mais n’est-ce pas déjà le cas ? L'article complet... Source: Causeur
  12. Mulhouse : Guérilla en plein coeur de la ville De violents affrontement opposant un groupe de Tchétchènes à des jeunes d'origine maghrébine ont fait dix blessés, dont sept chez les forces de l'ordre, samedi soir à Mulhouse (Haut-Rhin). Les affrontements ont mis aux prises environ 150 personnes et ont duré près de quatre heures. Les violences ont nécessité l'intervention d'une centaine de policiers aidés de chiens qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes et de flash-balls aux jets de cocktail Molotov, de pierres et aux tirs d'armes à feu. L'opération de police s'est déroulée, sous les yeux des habitants choqués, jusqu'à tard dans la nuit afin de ramener le calme après ces véritables scènes de guerre. Le maire de Mulhouse, Jean Rottner, s'était déplacé et un hélicoptère de la gendarmerie survolait le quartier. Suite de l'article... Source: France Soir
  13. Il faut sauver les mâles blancs ! 06/01/2013 Il faut sauver les mâles blancs ! C’est en Grande-Bretagne et ce n’est pas une boutade. Un article paru ce vendredi dans Les Echos nous apprend en effet que le ministre britannique de l’Enseignement supérieur, David Willets, envisage carrément de traiter les Anglais de souche comme une minorité ethnique afin de favoriser leur retour dans les universités qu’ils ont aujourd’hui désertées. Pour résumer, « l’affirmative action » a tellement porté ses fruits que les universités sont aujourd’hui pleines de jeunes gens – majoritairement des filles – d’immigrés, les jeunes mâles blancs des classes populaires en étant quasiment absents. On envisage donc sérieusement d’instaurer des quotas de « jeunes Blancs pauvres » dans les universités. Le phénomène n’est pas nouveau puisqu’une enquête remontant à quelques années déjà attestait que seuls 6 % des garçons blancs pauvres allaient à l’université, contre 26 % des garçons et 36 % des filles issus des minorités ethniques. Il semble que la crise ait encore accentué le phénomène. On peut bien sûr envisager la chose sous divers angles. Sans doute a-t-on beaucoup fait pour aider les minorités en question, peut-être au détriment des locaux. Peut-être la discrimination positive en faveur des uns est-elle, de fait, devenue une discrimination négative pour les autres... Suite de l'article... Source: Boulevard Voltaire
  14. Des rois bien trop chrétiens 12/10/2012 « éviter tout problème avec les communautés musulmanes » ... Il est loin le temps où nos hommes politiques avaient le courage d’affirmer comme le Général de Gaulle : "Pour moi, l’histoire de France commence avec Clovis. Mon pays est un pays chrétien et je commence à compter l’Histoire de France à partir de l’accession d’un roi chrétien qui porte le nom des Francs." Pourtant, dans un sondage de L’Express paru en avril 2011, 65 % des Français se disent encore catholiques. La France est une très vieille nation. À ce titre, il faut qu’elle assume son propre héritage, même si elle n’est désormais plus vraiment un pays catholique. Elle l’a été pendant 1 500 ans, et cet héritage-là, elle ne doit en aucun cas l’oublier. De la même façon, les nouveaux arrivants doivent connaître ce passé. Renoncer à cet héritage qui, durant des siècles, a défini la France, politiquement et culturellement, et qui fit sa fierté, conduit à sectionner les racines de la France même. La France possède de nombreuses racines : d’abord gréco-romaines. Ensuite judéo-chrétiennes catholiques, mais aussi protestantes. (Calvin était Français). Enfin, le siècle des Lumières, avec Montesquieu, Voltaire, Rousseau et Diderot, a joué un rôle considérable dans l’édification de nos rapports actuels au christianisme. Tous les pays d’Europe, je dis bien tous les pays, de la Pologne au Portugal, de la Finlande à la Bulgarie, accordent une large place aux rois qui ont introduit le christianisme dans leur future nation. Tous, sauf la France depuis que l’Éducation nationale a supprimé en 2008 l’étude de Clovis, Charles Martel et de Saint Louis. Pourtant, tous les trois ont joué un rôle majeur dans la construction de la France, alors royaume chrétien et fille aînée de l’Église. Pourquoi les supprimer ? Pourquoi vouloir gommer toute racine chrétienne ? Les raisons de la suppression des rois trop chrétiens dans les manuels de collège sont à rechercher dans le rapport remis à l’ancien premier Ministre François Fillon, le 28 janvier 2011, par le Haut Conseil à l’intégration. Il fait état du refus de cet enseignement historique par les élèves eux-mêmes : des enseignants se voient systématiquement opposer un refus de parents musulmans à l’étude, par leurs enfants, de la christianisation. Certains parents y voient des tentatives d’évangélisation. Plusieurs incidents sont liés à la visite de lieux de culte, refus de visiter des cathédrales, des églises, refus de représentation de figures humaines en cours de dessin… Les élèves expriment parfois, avec maladresse mais conviction, les pires thèses négationnistes, sans aucun fondement, entendues autour de la table familiale, lues dans la presse ou entendues dans les médias. Ils n’acceptent plus que la parole du maître soit déterminante. La suppression de Clovis, Charles Martel et Louis IX des programmes scolaires vise à éviter tout problème avec les communautés musulmanes. Il ne faut surtout pas braquer les populations d’origines étrangères avec l’image trop forte d’un roi comme Saint Louis qui incarne le modèle même du croisé… Suite de l'article... Source: Boulevard Voltaire
  15. Grande Bretagne – Rezzas Abdulla a laissé la petite Layla-Jean couverte de salive dans sa poussette après lui avoir fait subir une agression raciste odieuse. Rebecca Telford, jeune maman britannique de 25 ans, se promenait avec son enfant de neuf mois à South Shields quand elle a croisé Rezzas Abdulla, 33 ans. L'homme s'est alors penché sur le landau du nourrisson pour cracher sur son visage et crier à Rebecca « les Blancs ne devraient pas se reproduire ». Rezzas Abdulla, déjà condamné à deux reprises pour des agressions racistes contre des femmes blanches, a été reconnu coupable d’agression aggravée après un procès au tribunal de South Tyneside, auquel il n’a pas assisté. https://www.thesun.co.uk/news/2918885/man-spat-babys-face-shouted-white-people-should-breed/ http://www.independent.co.uk/news/uk/crime/man-spits-baby-face-mother-white-people-breed-abdulla-rezzas-south-shields-a7594016.html http://www.dailymail.co.uk/news/article-4245344/Race-hate-attacker-SPAT-nine-month-old-BABY-S-face.html
  16. Aujourd'hui, des associations alertent sur ces quartiers où les femmes deviennent indésirables dans l'espace public. Se promener en jupe ou boire un café en terrasse peut alors devenir un vrai défi pour elles. http://www.francetvinfo.fr/societe/societe-quand-les-femmes-sont-indesirables-dans-les-lieux-publics_1958225.html Dans ce bar, il n'y a que des hommes peu accueillants. Le patron n'a pas envie de discuter et d'autres hommes sont choqués de voir ces femmes. "Dans ce café, il n’y a pas de mixité", assure sèchement un homme. Aller dans un bar, ici à Sevran (Seine-Saint-Denis), c'est braver un interdit pour une femme. « T'es dans le 93 ici ! (...) C'est une mentalité différente ! C'est comme au bled ! »
  17. «Des caricatures négrières, obscènes et injurieuses», «la vision de Tintin au Congo, l'obscénité en plus», rien de moins. Deux pâtisseries d'une petite boulangerie de Grasse suscitent l'ire du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), pour qui ces gâteaux font ressurgir le spectre de «la vieille tradition du racisme colonial». (...) «Je fais ces pâtisseries depuis 15 ans, explique Yannick Tavolaro, le boulanger-pâtissier, créateur des Dieux et Déesses. Je ne comprends ni pourquoi ni comment est née cette controverse». L'artisan avance une explication technique pour couper court à toutes les accusations de racisme. Au Parisien, il explique ainsi: «La seule chose qu'on leur reproche, c'est d'être en chocolat noir. S'ils étaient blancs, personne ne s'en offusquerait. Mais le chocolat noir est plus facile à travailler et tient mieux, c'est tout». Pas assez pour le Cran, qui, «alerté par une cliente indignée», s'est saisi de l'affaire et crie au racisme, dénonçant le retour «des fantasmes coloniaux concernant les Noirs (regards ahuris, bouches surdimensionnées, nudité obligée, organes sexuels protubérants). Pire encore, compte tenu de leur nom, ces pâtisseries tournent en ridicule les religions africaines». Le Cran «exige le retrait immédiat de ces pâtisseries racistes» et enjoint le maire de la ville de prendre position. (...) Mais le Cran ne s'arrête pas là. Il a décidé d'attaquer également le boulanger sur ses activités extérieur à son commerce, en l'occurrence, le fait d'être président d'un club de football de la ville. L'association invite «les autorités compétentes à s'interroger sur la pertinence» de le garder à ce poste. «Au début, franchement, j'ai cru que c'était une blague, explique Yannick Tavolaro. Mais quand j'ai vu ce texte, je n'ai plus trouvé ça drôle. Je suis même profondément blessé. Choqué. Car en aucun cas je ne suis raciste. L'USPlan-de-Grasse dont je préside la section football est le club le plus cosmopolite de la ville». Le boulanger se demande s'il doit maintenant aussi arrêter de confectionner religieuses et pets-de-nonne au nom de ce «terrorisme intellectuel». Il n'entend pas enlever ses Dieux et Déesses. Une manifestation de soutien est organisée vendredi à 10 heures devant sa boutique. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/03/05/01016-20150305ARTFIG00100-le-cran-s-attaque-a-deux-patisseries-jugees-racistes-a-grasse.php
  18. Femmes injuriées dans les rues de Bruxelles : "dans 95% des cas, ce serait par des Maghrébins" 26/07/2012 « porter une jupe pour une femme, c’est déjà risqué » ... Le sexisme en rue, une question d’origine ? Sofie Peeters, étudiante en dernière année à la Haute Ecole flamande Rits, jette un pavé dans la mare, avec son documentaire “Femme de la rue”, diffusé ce jeudi soir (20h) aux Galeries Cinéma, et à la même heure dans l’émission Terzake sur la chaîne néerlandophone Canvas. “Je suis originaire de Louvain, mais je suis venue habiter à Bruxelles, dans le quartier Anneessens, il y a deux ans, pour mes études”, explique la jeune femme. “J’ai été surprise de voir que chaque fois que je sortais en rue, j’étais la cible des remarques des hommes.” Des simples sifflets aux remarques carrément vulgaires du style “c’est combien?”, la demoiselle en a soupé. Elle a alors décidé de canaliser sa frustration dans un documentaire, réalisé dans le cadre de son cursus. Et dans lequel ses conclusions ne laissent pas la place à l’interprétation. “Je ne le dis pas volontiers, mais il s’agit de personnes allochtones (NDLR: comprenez d’origine maghrébine) dans 95% des cas”, grimace notre interlocutrice. Qui se défend, toutefois, de stigmatiser les étrangers. “Non, personne ne m’a jamais taxé de racisme. Car mon constat porte plus sur la condition sociale des individus que sur leur origine ethnique : s’il y a une forte proportion d’étrangers parmi les garçons qui me font des remarques, c’est parce qu’il y a aussi une forte proportion d’étrangers parmi les populations fragilisées.” Elle s’explique. “Les jurons qu’ils nous envoient sont souvent la conséquence de l’ennui. Les jeunes lambinent dans les rues et ne savent pas quoi faire, les plus vieux s’assoient dans les salons de thé. Il y a une méconnaissance de nos cultures respectives. Les Musulmans ont un comportement assez insistant par rapport à la sexualité : porter une jupe pour une femme, c’est déjà risqué.” Suite de l'article... Source: La Nouvelle Gazette
  19. A l’inconnue que je n’ai pas défendue Chronique d’une lâcheté ordinaire en wagon multiculturel… Pardon, chère demoiselle. Je ne suis pas intervenu. J’étais dans le même wagon de cette ligne 13, l’autre soir, quand vous fûtes importunée par un homme ivre. Vous étiez assise, brune jolie et sage, belles jambes en jupe sous des collants sombres, et l’homme qui vous parlait fort, depuis le strapontin, sa bouteille de vin à moitié vide dans la main, vous apostrophait de plus en plus bruyamment, violence verbale d’injures, de mots français et arabes, de « je nique votre religion » venus d’on ne sait où, car l’homme, qui ne semblait pas SDF, et bien que maghrébin d’apparence, buvait du vin rouge, ce qui exclut de fait qu’il fût un islamiste militant voire simplement un bon musulman. L’homme également vous hurlait qu’il n’aimait pas les Espagnols et les Américains (peut-être prenait-il votre chevelure brune et votre teint brun pour des traits ibériques). Puis l’homme, en plus de vous crier dessus, commença à pointer son doigt sur votre épaule, touchant parfois votre visage. Dans le wagon rempli, indifférent, quelques-uns dont moi étions tétanisés. Il m’est déjà arrivé de séparer des hommes qui se battaient dans une rame. Mais je ne suis jamais intervenu dans un conflit au moment de la tension, avant qu’un premier coup ne parte. Lâchement, j’attendais ce premier coup, dans l’espoir qu’il n’arrive pas. Il n’est pas arrivé. L’homme est descendu à une station, vous vous êtes mise à pleurer, et une dame a lancé à la cantonade : « Le plus grave, c’est que les hommes ne font rien. » En effet, nous étions plusieurs hommes autour de la scène. Je surveillais du coin de l’œil, d’autres étaient plongés dans leur téléphone portable. Nous devions, en tant qu’hommes, humains, citoyens, tout ce que vous voulez, intervenir. Je le sais, et je ne l’ai pas fait. Il aurait fallu dire non, dire au type de se taire, vous inviter à quitter votre place pour vous placer hors de portée. Mais la crainte de voir l’ire de l’ivrogne se retourner contre soi a été la plus forte. Plusieurs hommes autour de la scène auraient pu intervenir et, dans ma lâcheté, je comptais un peu sur eux, car, étant de la même origine apparente que l’agresseur, ils auraient été plus légitimes à le faire. Moi, si j’étais intervenu, l’ivrogne et peut-être d’autres témoins m’auraient accusés de racisme, au bout de quelques échanges. Et ce mot, mademoiselle, vous le savez bien, est un coup de couteau aux oreilles et à l’âme. Peut-être même que les hommes témoins de la scène, par solidarité communautaire, me seraient tombés dessus. Je ne sais pas. Aujourd’hui, on ne peut pas le savoir. Reste la honte. J’ai tellement bien intégré la non-violence prêchée par parents, professeurs, médias, société, que je suis devenu incapable de défendre une jeune femme inconnue. En bon moderne, je ne sais pas me battre, j’ai peur de la douleur, je fuis le risque. Certains diraient à mon appui « plus facile à dire qu’à faire, iriez-vous risquer un tesson de bouteille dans l’abdomen pour une personne que vous ne connaissez pas ? » Cette pensée fut la mienne, et je suis mortifié de l’avoir eue. J’espère que la prochaine fois, je serai moins lâche. Mais la lâcheté amenuise le nombre des « prochaines fois ». Un jour, il n’y aura peut être plus aucun homme de la rue pour venir en aide à une femme insultée. Peut être même que les hommes ivres ou non se ligueront pour insulter les femmes, parce qu’elles sont dans la rue, en jupe, et qu’elles n’ont pas à y être. Cela a déjà commencé et c’est en grande partie par la faute des hommes comme moi, qui ne disent rien. Tobias Azarnoush, Boulevard Voltaire.
  20. Eloge littéraire d’Anders Breivik, par Richard Millet L'écrivain et éditeur Richard Millet publie en cette rentrée littéraire un ouvrage intitulé Éloge littéraire d'Anders Breivik (éd. Pierre-Guillaume Roux, sortie le 24 août). Pour Millet, le "livre" de 1500 pages rédigé par Breivik avant ses meurtres est l'acte d'un esthète. Il n'approuve pas ses actes mais souligne la "perfection formelle" et la "dimension littéraire" de l'ouvrage. Selon Millet, Breivik est "sans doute ce que méritait la Norvège et ce qui attend nos sociétés qui ne cessent de s'aveugler" sur "les ravages du multiculturalisme", "l'islamisation de l'Europe" et son renoncement à "l'affirmation de ses racines chrétiennes". Breivik "est tout à la fois bourreau et victime, symptôme et impossible remède". Richard Millet, qui a déniché deux récents prix Goncourt en les personnes de Jonathan Littell et d’Alexis Jenni, n’aurait visiblement rien contre récompenser le talent littéraire dont le terroriste fait montre dans sa Déclaration d’indépendance européenne, qui, selon Millet "contient des analyses pertinentes de la perte de l’identité nationale". Déplorant l’appauvrissement de la scène littéraire française et internationale, Richard Millet fait le lien entre la "mise à mort de la littérature" et "la négation de l’idée de nation", théorie dont la tragédie d’Utoya aurait été le creuset. Le livre entend ainsi fournir un éclairage du récit des actes commis par Anders Behring Breivik qui sera d'ailleurs jugé deux jours après la parution. "Ainsi, le massacre perpétré par Anders Breivik, en Norvège, loin de constituer l’acte d’un homme seul, encore moins celui d’un aliéné, renvoie-t-il les politiques et agents 'culturels' au miroir d’une société qui, par-delà le scénario 'multiculturaliste', a choisi de renoncer à toute communauté de destin, à ses racines vivantes, chrétiennes, donc littéraires", annonce le communiqué de l’éditeur. http://www.myboox.fr...k-ac-16991.html http://www.lepoint.f...2-1498111_3.php http://www.evene.fr/...vik-1156840.php
  21. Le Parlement néerlandais s'est prononcé pour l'interdiction de l'abattage rituel, des organismes juifs font pression sur le Sénat et l'UE pour combattre la mesure. Certaines pratiques barbares tolérées au nom du multiculturalisme doivent être interdites, espérons que la démocratie néerlandaise tienne bon et ne cède pas aux lobby communautaires. À quand une interdiction en France ?
  22. À Leicester au Royaume-Uni, des Somaliennes échappent à la prison ferme après avoir violemment attaqué une jeune femme britannique. Les agresseurs ont porté de multiples coups de pied à la tête de la victime en criant « kill the white slag » (tuez la pute blanche), sous les yeux de son petit ami essayant de la protéger mais débordé par le nombre. Les Somaliennes risquaient 5 ans de prison ferme pour ce lynchage mais n’écopent que de 6 mois de sursis, et ont été libérées par le juge... après qu'il ait entendu en circonstance atténuante qu'elles n’étaient pas habituées à consommer de l’alcool parce qu’elles sont musulmanes. Le juge n'a pas tenu compte du caractère raciste de l'agression malgré les injures proférées. Pour Rhea, la victime de 22 ans qui ne connaissait pas ses agresseurs, « Je crois vraiment qu'ils m'ont attaqué juste parce que je suis blanche. Je ne vois pas d'autres raison. » Source : Daily Mail
  23. http://www.powerlineblog.com/archives/2013/02/tense-about-race-in-minneapolis.php http://minnesota.cbslocal.com/2013/02/14/police-respond-to-food-fight-at-minneapolis-south-high/ http://www.startribune.com/local/minneapolis/191400631.html http://atlasshrugs2000.typepad.com/atlas_shrugs/2013/02/somalia-muslims-start-food-fightriot-at-south-high-.html Les actualités sont uniquement disponibles en anglais, donc pour résumer : une émeute a eu lieu dans la caféteria d'une université américaine de Minneapolis et a nécessité une intervention musclée de la police. L'initiative de cette émeute serait le fait d'une communauté somalienne musulmane particulièrement nombreuse dans cette université, clashant avec des afro-américains : Clashes between Somali-Americans and African-American students happen all the time, said Tomo Sencer-Mura, a South senior. Point intéressant, il est question d'une non-intégration des somaliens à la culture américaine : Senior Kirk Atwater said he has witnessed friction between Somali-American and African-American students. Asked about the cause, he said: "A lot of people at the school are disappointed that the Somali students aren't assimilating to American culture." Un autre constat édifiant sur le multiculturalisme : "South used to be a white school," she said. "Now with more minorities coming and different cultures mixing, tensions are happening." Les joies du multiculturalisme...
  24. Le parti Islam veut s'installer en Wallonie 03/11/2012 « un parti ouvertement islamiste » ... Après avoir obtenu deux élus en région bruxelloise, le parti Islam vise les villes wallonnes: Charleroi, Liège et Verviers en particulier, où se concentre une partie importante de la communauté musulmane, et donc un réservoir de voix. A Verviers, le PS a perdu les dernières élections communales sur le thème de l'immigration, et l'arrivée d'un parti ouvertement islamiste n'est pas vue d'un bon œil. Verviers qui compte cent onze nationalités est un champ à labourer pour son parti, estime Redouane Ahrouch, le nouvel élu islamiste anderlechtois. Mais à Verviers, l'arrivée du parti Islam n'est pas perçue comme positive. En particulier au Parti socialiste (...) Une liste Islam pourrait tenter une partie de l'électorat socialiste issu de l'immigration musulmane. Le PS et Ecolo de Verviers qui ont des élus musulmans ont le plus de voix à perdre face à une liste ISLAM. Avec ses trois candidats dans les communes d'Anderlecht, Molenbeek et Bruxelles Ville, le parti Islam qui étant encore inconnu il y a trois mois, est parvenu à décrocher deux élus. (...) Redouane Ahrouch était colistier de Jean-François Abdullah Bastin en 2009 et dix ans plus tôt, il avait déjà créé le parti Noor, dont le programme se décline en 40 points dont par exemple, le rétablissement de la peine capitale, favoriser le mariage dès l'adolescence, être plus sévère en matière de divorces ou encore la révision de la mixité dans certains lieux publics. L'article complet... Source: RTBF
×