Aller au contenu

Napo

Banni
  • Contenus

    2346
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Napo

  • Rang
    Forumeur patriote

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Mes chiffres sont sourcés par les liens, ces derniers émanent de grands médias. Mais vous jugez "sans intérêt" tout ce qui ne va pas dans votre sens, car vous n'êtes pas là pour débattre mais pour vous crêper le chignon comme une mégère. Je suis déjà très tolérant à m'abaisser de vous répondre. Au contraire. Le Front National est le parti qui propose de changer le plus en profondeur le système scolaire, en mettant fin au fiasco de l'aventure pédagogiste pour revenir aux méthodes sérieuses et qui ont fait leurs preuves de l'école traditionnelle. La psychologie de comptoir était la seule tare qui vous manquait pour compléter le tableau du parfait cuistre.
  2. La tribune offerte ce jour par les Echos à l’Institut Montaigne sur la question de l’euro montre que les puissances d’argent et les amis du pouvoir, qui souvent se confondent, feront tout pour préserver le statu quo. L’alliance entre les Echos et l’Institut Montaigne c’est l’alliance naturelle entre deux figures du grand patronat intimement liées à Nicolas Sarkozy : d’un côté Bernard Arnault, PDG de LVMH, propriétaire des Echos, de l’autre côté Claude Bébéar, fondateur de l’Institut Montaigne, et incarnation même du très grand patronat français. Les amis du pouvoir sont d’ardents défenseurs de l’euro dont ils nous promettaient à sa création qu’il apporterait aux Français monts et merveilles. Dans sa note, l’institut Montaigne s’est-il trompé de programme ? A-t-il étudié celui de Nicolas Sarkozy qui nous mène tout droit vers un éclatement non maîtrisé de la monnaie unique ? Il n’a en tout cas certainement pas lu le projet de Marine Le Pen qui au contraire prévoit d’anticiper et de gérer dans la concertation avec nos partenaires européens la fin de l’euro, dans l’intérêt de la France. Ou peut-être l’institut Montaigne se concentre-t-il sur le bilan de l’euro ? 1 million d’emplois détruits sur 10 ans, c’est le rythme actuel de destruction des emplois industriels en France (400 000 emplois détruits depuis le début du quinquennat). Ne parlons pas de la croissance qui est dans la zone euro la plus faible du monde depuis la création de la monnaie unique. Mais il est vrai qu’au pays des multinationales, l’euro a gonflé les bénéfices et les dividendes, et qu’on n’y a pas tout à fait le même point de vue que dans le monde réel. Truffée d’incohérences, proposant une analyse statique ne tenant pas compte du projet présidentiel de Marine Le Pen, cette note s’assimile à une véritable entreprise de désinformation, et constitue un relais des arguments les plus éculés de Nicolas Sarkozy et de l’UMP. Ce grossier travail de propagande libérale a déjà trouvé sa place : la poubelle. Florian Philippot
  3. Quand le contribuable français finance les délocalisations de Renault 16/12/2011 [/JUSTIFIER] [JUSTIFIER] Le Parlement européen a octroyé une aide de 24,5 millions d'euros au fabricant automobile pour financer un plan de départs volontaires en 2009. Une décision qui ne facilite pas vraiment le "made in France"... En effet, Renault vient de se voir octroyer une aide de 24,5 millions d’euros par le Parlement européen pour financer un plan de départs volontaires de 3 500 personnes en 2009. Les fonds seront versés, attention là ça devient du très lourd, par le "Fonds Européen d’Ajustement à la Mondialisation" (vous avez bien lu). Ainsi l’Europe s’est dotée d’un "Fonds", alors qu’on nous répète à l’envi qu’il n’y plus d’argent dans les caisses, pour indemniser les entreprises qui licencient. On croit rêver. Des entreprises qui délocalisent pour faire plus de bénéfices se voient octroyer des aides par les contribuables européens, ce qui rend la situation d’autant plus ubuesque qu’on fait donc payer aux personnes licenciées les aides perçues par leur ex-employeur pour les virer dans leurs impôts. L’Union européenne ou la version moderne du "Royaume du Père Ubu". Le pire est que cette aide a été votée par la droite et la gauche confondues, seuls les Verts s’étant abstenus. Les socialistes européens ont un peu traîné des pieds afin de faire passer le chèque octroyé à Renault de 24,5 à 17,4 millions mais ont fini par voter avec la droite l’intégralité de la somme au prétexte, pour citer la députée européenne socialiste Estelle Grellier, "que le rapport de force n’était pas en leur faveur". Si l’opposition doit voter comme la majorité au prétexte que le rapport de forces lui est défavorable, à quoi sert alors d’avoir une opposition... Ainsi donc, nous autres contribuables avons dû verser, suite à l’aval de nos politiques, des millions à Renault (dont l’Etat détient toujours 15% du capital) afin d’aider la marque au losange, qui produit aujourd’hui moins de 20 % de ses véhicules particuliers en France, à délocaliser. Enfin, cela a au moins un coté positif. La prochaine fois que Nicolas Sarkozy, François Hollande ou François Bayrou diront qu’il faut lutter contre les délocalisations et produire en France, nous saurons vraiment à quoi nous en tenir. L'article complet... Source: Atlantico
  4. Le PS bordelais menace le concert de Johnny Hallyday [/JUSTIFIER] [JUSTIFIER] Suite à son passage dans La boite à questions, sur Canal +, la semaine dernière, notre Jojo national est conspué par la gauche bien-pensante pour avoir dit qu’il n’était « pas pédé ». De quoi boycotter les concerts de la star pour l’inquisition morale socialiste… A Bordeaux, le shérif de la pensée s’appelle Matthieu Rouveyre. Ce conseiller municipal PS, a ainsi exhorté le maire de la ville, Alain Juppé, à rompre la convention de mise à disposition du stade de Bordeaux, Chaban Delmas, où Johnny devait réaliser un concert en juillet 2012. Bien évidemment, cet inquisiteur moderne ne prêche pas dans le désert puisqu’il appartient bien à une Église de la censure, l’association Lesbian and Gay Pride (LGP) de Bordeaux, dont il est l’ancien président. Quand la pensée unique est au service du communautarisme… « Ces propos publics, en plus de comporter une insulte à proprement parler, considèrent que les homosexuels seraient des sous-hommes. Ces allégations nauséabondes participent à entretenir ce substrat si favorable aux violences homophobes », a-t-il ainsi justifié sa sortie médiatique qui n’avait donc rien à voir avec l’envie de faire parler de lui… http://youtu.be/WHEQcqgVOHQ « Je pense pas être un pédé moi non plus. » Pour qui ne vit pas dans une bulle parisianiste, élitiste et déconnectée de la réalité, cette expression courante est utilisée à peu près partout par à peu près tout le monde. Interdisons des mots ! C’est ce que semble vouloir le Parti socialiste français et les intégristes du politiquement correct. Suite de l'article... Source: 24heuresactu.com
  5. Ce n'est pas en étant méprisant avec les ouvriers qu'ils risquent de changer leur vote. C'est à se demander qui manque de neurones... Au contraire. Jean-Marie Le Pen a gagné des voix au second tour des présidentielles de 2002 ; non seulement ceux qui avaient voté pour lui au premier tour ont confirmé au second, mais il a gagné de nouvelles voix. Cependant ces voix étaient dérisoires et la victoire impossible face à un candidat de droite. Tout comme si Mélenchon était au second tour face à François Hollande, sa victoire serait impossible. Il faut dans un système à deux tour que, un petit parti s'il s'est qualifié l'ait fait en éliminant le grand parti qui lui soit le plus proche, pour que sa victoire finale soit mathématiquement envisageable. C'est inexact. Les abstentionnistes sont une réserve de voix avant tout pour un parti : le Front National. Donc moins l’électorat populaire s'abstient, plus le FN obtient de grands scores.
  6. Bah oui ils sont chez eux et, c'est leur culture. N'en déplaise aux gauchistes qui veulent amputer le peuple de sa culture au nom d'un égalitarisme multiculturelle. Les hommes non plus.
  7. « On peut avoir Médecins Sans Frontières et Ecoles Sans Frontières, mais des concepts tels que la citoyenneté sans frontières ou l'Etat-providence sans frontières n'existent pas. Autant allumer le chauffage et laisser les fenêtres grandes ouvertes. » Christopher Caldwell
  8. Le modèle gaulliste est déjà celui qui concentre le plus de pouvoir présidentiel. Ce que veut faire Marine Le Pen, c'est notamment : que seul le référendum puisse permettre de réformer la Constitution, le peuple est ainsi remis au coeur de la démocratie et devient réellement souverain de sa Constitution ; le référendum d’initiative populaire serait d'ailleurs inscrit dans la Constitution et les conditions de son organisation seraient allégées afin de permettre un réel exercice de la démocratie directe ; passer du quinquennat à un septennat non renouvelable ; le scrutin proportionnel pour rééquilibrer la pluralité politique dans la Ve République ; le non cumul des mandats exécutifs ; création d'une Haute instance sur la prévention des conflits d’intérêts et de la transparence, dont les membres seront désignés par les présidents du Sénat et de l’Assemblée Nationale, et qui aura le rôle de dénoncer la nomination d'un haut responsable politique ou administratif, y compris ministres, si celle-ci pose un problème de conflit d'intérêt, comme pour Bachelot et les industries pharmaceutiques ; le contrôle des notes de frais et de représentation de tous les exécutifs devant leur conseil ou chambres respectives, etc... Elle n'a pas été courte par hasard, le fiasco fut bref et démonstratif.
  9. C'est donc que le mec de gauche fascise en permanence son voisin de droite. :) Pas d'après moi dans les faits. Avoir un peu de second degré n'est pas mal non plus...
  10. Napo

    « Tuez la pute blanche ! »

    L'intégration à l'anglaise c'est le multiculturalisme que vous défendez et qui débouche sur le communautarisme. Son antithèse est l'assimilation, modèle traditionnel français abandonné il y a trente à quarante ans. Je comprends mieux votre posture idéologique. :D Vous vous sentez atteint dans votre virilité ! Si j'étais "atteint" dans ma "virilité" par ces idéologies, je voterais à gauche et tiendrais le même discours que vous.
  11. Il va falloir que tu justifies cette assertion minable. C'est trop facile de balancer ce genre d'accusations calomnieuses, à droite à gauche, sans jamais les justifier : ça c'est ton fond de commerce. Moi je ne prétends pas que c'est une affiche insultante ou "provocante" qui a causé l'agression, la simple vue du sigle FN étant suffisante à vous faire baver. C'est une femme de 50 ans, élue de la région et mère de famille, qui s'est faite tabasser, pas un skinhead. Si tu es sûr c'est que tu en as la preuve, auquel cas je te la demande, sinon ça s'appelle de la fatuité.
  12. SOS Racisme est la machine de guerre du parti socialiste, recevant ses slogans et ses ordres directement du parti comme le dénonça Serge Malik. Cette association tiers-mondiste culpabilise et racialise la société en permanence, elle fait le jeu du communautarisme en ne s’intéressant qu'à une seule forme de racisme, elle ne combat pas le racisme elle l'entretient, enfin elle engloutie l'argent publique pour vomir sur la société française. Les associations de la doctrine de l'antiracisme servent un intérêt communautaire ethnique profondément contraire à l'égalité républicaine, leur pouvoir judiciaire, leur place médiatique et leur subvention publique représentent une dérive racialiste. De tels mouvements prétendument apolitiques ne devraient exister que par les moyens de leurs adhérents, et non rendre l’État complice de leur propagande dans la société. http://youtu.be/TsgsVdOHacw
  13. Napo

    Islam vs République

    Avec vous ? Pas bien loin. Dire cela c'est nier le multiculturalisme et son communautarisme.
  14. Si tu te répètes comme un perroquet je peux en faire de même. Le PS dénonce les expulsions dès que le sujet revient dans les médias, on ne l'a jamais entendu approuver des expulsions qui ne seraient pas abusives à ses yeux, car celles-ci sont toujours abusives pour lui quand c'est la droite qui les appliques. François Hollande dans son programme présidentiel ne parle jamais de réduction de l'immigration, il n'évoque même pas le sujet des expulsions, c'est dire ; en revanche il parle d'amélioration d’accueil, de régularisations, de droits supplémentaires aux étrangers, bref de beaux appels d'air à l'immigration clandestine comme depuis trente ans.
  15. Inutile de "maximaliser", la majorité parle d'elle même et, vive la démocratie.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité