Aller au contenu

Blogs

"Whisperings From The Inside, The Story Of A Haunted Dream"

"Whisperings From The Inside, The Story Of A Haunted Dream"

J’ai mes idées, mes idées folles. Souvent elles me persécutent la nuit. Dans ma solitude, dans mes rêves comme dans mon sommeil elles me poursuivent. Je ferme les yeux. Mais ces idées folles, tapageuses tournent et valsent dans mon cerveau ! Elles réclament tout. Elle brodent et tissent cent mille rêves. J’ouvre les yeux… Il n’y a que fantôme et fumée. Mes idées folles ne sont que fantômes et fumées, et je suis une incorrigible chasseresse de fantômes et de fumées .

Karla*

Karla*

"Life : A Birth, A Love, A Death, A Place Where Feelings Are Expressed By Contrast..."

"Life : A Birth, A Love, A Death, A Place Where Feelings Are Expressed By Contrast..."

Je marche en un désert de pierre et de fer Que le soleil consume en des fusions d’enfer Je marche en une rue qu’un soleil évapore Sous un ciel lourd de bleu, un ciel indifférent Je peine de chercher et de chercher encore Le port où aborder à l’abri du néant. Je plane en un cosmos épris de lassitude Où le soleil m’aveugle de ma solitude Je flotte en des lueurs qui vident ma pensée En des rayons hantés par des rayons d’absence Je me perds et ne peux en elle m’évader Tant sont

Karla*

Karla*

Quatrains — 12

Quatrains — 12

Comme il est irréel, je chuchote son nom À la nuit, à l'absence, à mes envies aussi Et au lieu dormir, je me souviens de son Odeur et de ses bras, idéaux paradis. 

Isadora.

Isadora.

 

Midinette, 3. − Clore ou conclure.

Les semaines ont passé. Fauchée, détachée de lui, prise dans d'autres turpitudes, j'ai appris à écrire chez moi. Je pense à lui parfois mais je suis heureuse d'avoir retrouvé une forme, même paradoxale de tranquillité.  Un soir de pluie, nous nous rapatrions chez lui. Je le revois, ça me fait un choc mais je reste impassible, saluant les uns et les autres, ne lui adressant qu'un vague salut. J'ai l'impression qu'il a un regard qui me dit, presque en m'engueulant, ah bah ça y est, tu es reve

Isadora.

Isadora.

Quatrains − 10

Quatrains − 10

Après ta mort, tu te diras :  « Mais quel idiot !  Si j'avais su que tout cela n'était qu'un jeu J'aurais joué ma vie, j'aurais joué mon je J'aurais pu en coulisses trouver que c'était beau ! »   

Isadora.

Isadora.

Quatrains − 9

Quatrains − 9

La bougie tendre et l'air du soir qui se balance Tout est en paix dans mon royaume couronné  Demain peut-être le malheur viendra sonner Mais pour l'instant je nage dans cette présence

Isadora.

Isadora.

 

Midinette, 2. − Souvenirs minuscules.

On fait une soirée là-bas. La majorité du groupe rigole dehors, je suis accoudée au comptoir avec F., qui me parle de sa dernière relation en date… Et elle date ! C'est bien là tout le problème. Il évoque sa récente démission, son appétit de vivre renouvelé, son urgence de trouver une copine mais, surtout, cette image de mec coincé qui lui colle à la peau, son besoin de faire éclater tout cela. Durant la soirée, un des convives lui a dit qu'il était le parangon de l'homme au balai dans le cul. I

Isadora.

Isadora.

[Parenthèse commissariat]

[Parenthèse commissariat]

Hier, je me disais que ce serait cool d'aller me promener. Je n'étais sortie de chez moi depuis samedi soir alors je commençais à me dire que ça puait la rechute. Donc il fallait aller faire un tour. Quoi d'intéressant à faire ? Ben tiens, il y a ces grottes, qui m'intéressent depuis longtemps, que je n'ai jamais vues. Ça me rappellera les carrières dans les bois, quand j'étais ado, que je faisais le mur. L'odeur de la pierre, de la terre, les arbres, la forêt, tout cela sera sûrement utile pour

Isadora.

Isadora.

 

En résumé

On a affaire à une crise mondiale et globale. Ce qui signifie qu’il existe dans tous les secteurs des obstacles qu’on a les plus grandes difficultés à aborder, des conflits qu’on n’arrive pas à aplanir.  L’intérêt qu’il y a à s’organiser, c’est de faciliter l’adaptation individuelle aux difficultés de la vie, physique et sociale. L’élimination des obstacles et la réduction des conflits diminuent les risques de violences; il s’ensuit que l’agressivité, base du dynamisme, est alors acceptée comm

Reo

Reo

Quatrains − 6

Quatrains − 6

Depuis que nous avons perdu ce parfum-là J'ai perdu le Visage, oublié Lévinas Dans ce vaste univers, on ne sent plus que ça Y a que du fric, du cul, l'ego et la vinasse.

Isadora.

Isadora.

Quatrains — 5

Quatrains — 5

Que reste-t-il de nos amours décomposés ?  La sensation d'un manque — permanence du vide  Des souvenirs, quelques photos un peu osées,  La certitude, aussi, qu'on survit au putride. 

Isadora.

Isadora.

Quatrains — 4

Quatrains — 4

Tant qu'il nous restera un peu de lumière Nous suivrons cette voie, guidés par cet espoir Mais, Chéri, endors-toi lorsque tombe le soir ; L'obscur n'est que pour moi, aujourd'hui comme hier. 

Isadora.

Isadora.

 

Midinette, 1.

Il a ouvert un bar juste à côté de chez moi, il y a un an. Il m'a fallu quasiment six mois pour m'en apercevoir ; moi, j'allais juste à côté. Faut dire qu'il y a beaucoup trop de bistrots dans le secteur et qu'en plus, ils sont tous plutôt cool. On a atterri là, en période de fêtes ; le lieu habituel était fermé, nous n'étions que six, tout le monde avait oublié d'organiser quoi que ce soit, un bar sur deux était fermé, ceux qui étaient ouverts étaient beaucoup trop bruyants, on a migré jusqu'à

Isadora.

Isadora.

 

Claustrophobie existentielle

Le monde est vaste. L'univers plus encore. Et pourtant, dans ma vie, j'ai toujours manqué d'espace. Il y a eu de belles périodes pourtant, je m'en rappelle très bien. Des phases d'expansions où tout semble possible, où les limites s'effacent. Ces moments magiques où vous êtes en harmonie avec vous même, avec l'univers tout entier. Enfant, je me rappelle de ces champs où les haies et barrières étaient plus des accessoires de jeux que des frontières à ne pas dépasser. Le temps

Nephalion

Nephalion

Quatrains — 3

Quatrains — 3

Nostalgie de ses yeux et manque de sa voix Manque de sa peau blanche et nostalgie des soirs Où pour accompagner l'amour nous aimions boire.  Ses yeux : ce lieu où mes ivresses étaient des joies.

Isadora.

Isadora.

Quatrains — 2

Quatrains — 2

Le silence est l'ami de tous les amoureux  Je me tais tu surgis dans mes songes aqueux Silure mystérieux, je n'imagine que Ta remontée du fleuve et l'onde sur ta queue Dans une obscurité où rien n'est douloureux

Isadora.

Isadora.

 

2036. Chapitre 6 : Avant la mission (10).

Tout en discutant avec la jeune femme, Gérald réfléchissait à cette histoire de robots. Il était bien connu que c’est à l’écrivain tchèque Karel Capek que l’on devait ce mot ; il l’avait créé en 1920 dans une pièce de théâtre, pour désigner un humanoïde artificiel, à partir du terme « robota », qui dans sa langue voulait dire « travail, besogne, corvée ». Les robots devinrent rapidement un des thèmes favoris de la science-fiction. Le romancier américain Isaac Asimov créa en 1942 les fameuses « t

Gouderien

Gouderien

Quatrains — 1

Quatrains — 1

Et si je l'imagine à l'intérieur de moi J'imagine ses yeux, j'imagine ma joie Mais aussitôt j'oublie, du moins je m'y emploie ; Jusque dans mes poèmes, il ne m'aime pas.

Isadora.

Isadora.

 

-21-

je suis comme une vague, quand je viens je vais bien, quand je pars c'est que c'est tard.  La dureté de la nuit peut malheureusement encombrer notre esprit,  le miens est en fragment,  un puzzle à reconstruire, mais le soir il est tant de le détruire,  je refait mainte et mainte fois le même geste,  cette main se promenant le long de ma joue,  vous me manquez vous savez ?  les gens, le monde, ma vie, ma mort.  Comme d'habitude tu me diras que j ai tord,  la d

bloodreina

bloodreina

 

-20-

Je la regarde dans un miroir. Elle est belle.  Mais dans ses yeux, il y a cette lumière noire. Je la vois, ce n'est plus elle.  Je sans dans son regard le flamme d'une haine sanglante. Je vois qu'elle a mal, pourtant je ne peux que rien pour elle. Mis à part, continuer de la regarder avec autant d'insistance.  Je vois tout ça chez elle.  Mais elle ne daigne même pas m'adresser un regard.  Elle ne daigne même pas m'entendre.  Je n'existe pas.  Je ne suis pas là.

bloodreina

bloodreina

  • Commentaires des blogs

    • Je pense que les choses n'ont pas d'explication native et propre, c'est comme un fichier informatique, une image n'est rien d'autre qu'une série de chiffres (souvent comprise entre 0 et 255 par convention), une chanson c'est exactement la même chose, si tu passes ton image à un décodeur du son tu entendras un bruit, si tu passes ta chanson à un décodeur d'image tu verras une salade de pixels, ce qui fait de l'image une image et de la chanson une chanson, c'est notre interprétation, ce qui fait d
    • Bonjour, Je vous cite : "sur ce dont on ne peut pas parler, il faut se taire". Mais si la preuve, et non la particule, était l’atome de la réalité, comme le stipulent certaines thèses idéalistes, alors que pourrait-on encore prouver ? Faudrait-il, selon vous, se taire à jamais et sur tous les sujets ?   Je propose ce qu’on appelle une abduction. C’est-à-dire qu’à partir de la même expérience que vous (en fait pas exactement), j’offre un modèle de réalité explicatif
    • Je ne sais pas si ce que tu dis est intéressant ou pas, c'est encore une fois, une proposition qu'on peut pas vérifier la véracité, "sur ce dont on ne peut pas parler, il faut se taire", toute fois la perception des couleurs, entre autres, c'est quelque choses qui me trouble depuis des années.  
  • Statistiques des blogs

    • Total des blogs
      1 254
    • Total des billets
      4 244
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité