Blogs

Nos blogs communautaires

    • 1
      billet
    • 0
      commentaire
    • 2336
      vues

    Billets récents

    sourrire
    Dernier billet

    bonjour à tous, J'aimerais savoir pourquoi un homme marié supprime lintegalite discussions eus avec son exe sur facebook sachant que toutes les discussions faite avec ses autres ami.e.sdu répertoire sont présent... POUVEZ VOUS M'ECLAIRER SVP??


  1. FFr Mag'

    Elsa
    Dernier billet

    Par Elsa,

    ffrmag250.jpg

    Bonjour à tous, et bienvenue sur ce 43ème Mag. Un Mag un peu spécial, puisqu'il s'agit du dernier numéro.

    L'équipe tire en effet sa révérence après 43 mois de discussions, rédaction, corrections. Cette "fin" ne sera peut-être qu'une pause, mais pour l'heure nous avons pris la décision de nous arrêter.

    Un gros merci à tous les lecteurs du Mag, fidèles chaque mois. Merci aussi à l'équipe de ForumFr qui nous a offert cet espace pour 43 numéros.

    Et une grosse pensée enfin pour tous ceux qui ont participé au Mag, de près ou de loin, durant ces années.

    Dans ce dernier numéro, vous retrouverez:

    - l'article cuisine d'Eloba sur les repas de fête

    - et celui d'Angeeeel qui nous aide à gérer... Les lendemains de fête

    - une nouvelle artisterview de Zala,

    - l'article cinéma de Noisettes

    - le micro trottoir, les acrostiches et les paroles de star d'Eva.

    Au revoir donc, et peut-être à bientôt,

    L'équipe du Mag.

    Certains rédacteurs ont tenu à rédiger un petit mot:

    Bonjour

    Comme vous l'aurez compris, le mag est en "stop" .. Il n'est évidemment pas exclu de reprendre par la suite, et croyez-moi, vous serez prévenus!

    Je ne sais pas quoi dire.. Hormis que, pour moi, ça a été vraiment de beaux moments. Je ne suis pas là depuis les débuts contrairement à d'autres membres de l'EquipeMag, mais deux ans; ce n'est pas rien. En deux ans, tellement de choses changent qu'il est finalement difficile de me dire que le Mag est resté tous les mois de cette période là, articles après articles, mois après mois,..

    C'est non sans émotion que je vous dis "au revoir". J'espère simplement que vous vous êtes autant amusés à me lire que moi à vous écrire et qu'on se "reverra" bientôt..

    Et "merci", merci à certains de m'avoir lue, commentée, suivie, .. A d'autres d'avoir été mes "collègues" de Mag', ..

    Merci à vous, merci pour tout.

    Zala.

    Bonjour,

    Je n'étais pas non plus présente dès le début mais ça fait quand même 2 ans 1/2 :)

    Merci à ceux qui m'ont lue, commentée et qui ont même partagé des recettes. J'espère avoir donné un ptit peu envie de cuisiner à certains et n'oubliez pas que la cuisine c'est aussi pas mal de tests :D

    Merci à toute l'équipe et à tous les lecteurs. A bientôt :)

    Elo

    Coucou les gens ,

    J'ai eu l'honneur et le plaisir de participer à ce Mag depuis le début de sa parution. Cela fait maintenant pas mal de temps donc que je prends plaisir chaque mois à vous divertir, comme toute chose, il faut parfois prendre du recul, souffler un peu ...Bref , c'est non sans émotion que je fais escale et prends un bol d'air frais :)

    Merci à toute l'équipe, ça n'a pas été simple tout le temps, mais si c'était à refaire, je prends les mêmes et on recommence ! On ne change pas une équipe qui gagne ! ( Cali ;) )

    Merci au forum de nous avoir permis cette belle aventure.

    Je vous souhaite beaucoup de bonheur à tous !

    Gros bisous, Evasive.


    • 1
      billet
    • 3
      commentaires
    • 3645
      vues

    Billets récents

    Sur ordre de Ppan... Et pour l'IRL du 31 décembre je viens vous embêter ici aussi avec elle...

    Roulement de tambour...

    -PQ: [Nounouille: Quelques rouleaux] [Dolph_]

    - Sopalin: [Nounouille: Le gros rouleau] [Dolph_]

    - Sac poubelles [Nounouille: Sacs poubelles Sanary city RPZ Baby yeah !] -> Validé

    - Assiettes plastiques/cartons [Nounouille: il m'en reste] [Ppan: Cartons, quelques unes]

    - Verres plastiques: [Nounouille: Verres plastique rigides 15] [Ppan: verres apéros tout ce qu'il faut + verres jetables]

    - Lait: [ Anariel: 12 litres]

    - Farine: [1 KG de farine pour Cerise ]

    - Liquide vaisselle: [Angeeeel] -> Validé

    - Chiffon pour essuyer: [Angeeeel] -> Validé

    - éponge: [Angeeeel] -> Validée

    - Produit pour le sol: [Angeeeel] -> Validé

    - Serpillère : [Angeeeel] -> Validé

    - Lingettes nettoyantes pour le corps:

    - pâtes

    - pain :

    - brioche petit dej: [Yolande: 3 paquets]

    - cacao poudre: [Angeeeel: 1kg] -> Validé

    - Café:

    - Filtre à café : [Angeeeel ] -> Validé

    - Nutella: [Yolande: trois pots]

    - thé [ Nounouille: Une boîte] [Yolande: 1 boîte]

    - Miel : [Yolande: 1 pot]

    - Citron : [Yolande]

    - Thym : [Yolande]

    - huile d'olive : [Nounouille: faite maison ] -> Validée

    - fromage rapé:

    - yaourths:

    - chip's:

    - jus de fruits: [Dolph_]

    - Gateaux: [Nounouille: 1 grand paquet de biscuits]

    - sodas: [Nounouille: 6 litres coca]

    - vins: rouge rosé : [Nounouille: Je vais négocier des cartons] [Angeeeel: 6 bouteilles de rouge + 6 bouteilles de blanc] [Zede: vin blanc ]

    - Bières : [Nounouille: leffe 1 pack de 6] [Anariel: litrages à définir :D]

    - Oeufs:

    - Galettes des rois : [Steph_Ou]

    - Crème fraîche : épaisse et liquide

    - Saumon

    - Surprise de taille : [Ppan] -> Validée

    - Perrier : [Nounouille: 4 bouteilles] [Ppan: 6 bouteilles]

    - Citron vert : [Ppan : 2kg]

    - Rhum : [Ppan: 2 bouteilles] [Anariel]

    - Sucre de canne: [Ppan : 1kg]

    - Pièce chevreuil : [Ppan] -> Validée

    - Gaufrettes faites maison par Anariel -> Validées

    - Fruits :

    - Alcool à brûler

    - Pâté de campagne [ Angeeeel ] -> Validé

    Il faudrait que les gens me postent en MP les ingrédients pour leurs recettes... Merci bien :D

    Recette Ppan: Ils s'occupent de tout ti s'occupe de rien. [27 décembre]

    Recette Bélizarius :

    - 2,5 kg de blancs de volaille-oignons

    - ciboulette et grains de coriandre

    - vin blanc, 1 bouteille

    - amandes en poudre

    - huile d'olive, 1 bouteille (ça servira à d'autres remarque)

    - carottes, 2,5 à 3 kg et idem en patates douces

    Recette Zede : Reblochon... :D

    Recette Cerise :

    8 kg de viande hachée

    10 boites de haricots rouge au naturel

    5 poivrons vert

    8 oignons

    11 gousses d'ail

    1,8 kg de sauce tomate toute prête

    cumin

    origan

    poivre

    sel

    tabasco

    herbes de Provence

    piment vert doux (poudre ou frais)

    2L de lait

    3 beurres

    1 kg de farine

    un gros paquet de gruyère rapé

    40 feuilles de lasagnes

    20 tranches de jambon

    30 oeufs

    15 pommes

    miel liquide

    1 kg de sucre en poudre

    600 g de chocolat noir patissier

    Nutella

    120 cL de crème liquide

    2 bombes de chantilly

    des vermicelles (déco dessert)

    Recette Titsta

    Un saumon entier, autours de 3 ou 4 kg

    Des patates vapeurs. Environs 10kg

    1kgde crème fraiche.

    500gbeurre.

    poivre et herbes (aneth, thym, ail) => compter un pot globalement,je viens avec mes herbes variées, et je repartirai avec ^^

    ail& échalotes

    peut être des bouillons de légume (pour la sauce)

    200g de farine

    400g de sucre

    250g de beurre

    12 œufs

    4 tablettes de chocolat

    De la crème fraiche.

    De la cannelle.

    De la chantilly


    • 1
      billet
    • 2
      commentaires
    • 1848
      vues

    Billets récents

    sheryfa
    Dernier billet

    je fais un stage maintenant ,et mes collègues,mon patron sont très gentils avec moi ,j'ai la chance de m'intégrer dans notre société .peu importe le salaire ,ce qui compte ,c'est la bonne humeur tu gardes chaque jour quand tu vas au travail ,n'est-ce pas ?et vous ?votre travail vous satisfait ???


    • 2
      billets
    • 7
      commentaires
    • 6362
      vues

    Billets récents

    Sasedipa
    Dernier billet

    Notre Histoire se passe sur une Planète nommée Arkos, dans un système solaire diamétralement opposé du notre...

    Accoudé à la fenêtre et à moitié étalé sur sa table, un jeune rouquin calculais en tâtant discrètement son pochon, combien il pourrait s'en fumer avant de devoir gratter le fameux surveillant dont on lui avait vanté la fiabilité et la qualité des produits. A peine de quoi en faire deux. -journée critique-

    Au dehors, les flocons de neige semblaient s’être adonnés en une sorte de danse à la fois magnifique et impressionnante qui s'intensifiait peu à peu. A présent, la couche de neige avait recouvert les grands chênes massifs et son épais manteau s'étendait sur toute la surface de la cour de récréation déserte... Mayaké adorais cette période de l'année.

    8512898-chenes-couverts-de-neige-en-hiver-sur-une-colline-a-la-campagne-roumanie.jpg

    Après dix minutes d'évasions, il finit par décrocher son regard de la fenêtre et tenta une nouvelle fois de s'intéresser au cours. Pourtant malgré sa bonne volonté, son pauvre cerveau aidé de l'ambiance agitée qui régnait dans la petite salle ne réussissait qu'a capter des Bribes d'informations."... antithèse entre les verbes monter et descendre nous..." La voix fluette de Mme Ozonne fut à nouveau noyée dans le Brouhaha ambiant et Mayaké se résigna à abandonner toute recherche de savoir, il lui paraissait totalement impossible de se concentrer dans un tel environnement.

    La seule personne qui en était capable c'était Karl.

    Un sentiment sentiment soudain d'admiration s'empara de Mayaké.

    Karl,l'intello imperturbable, Karl le grand, toujours au premier rang, Karl le tout puissant qui semblait boire chacune des paroles que la prof prononçait, Karl le magnifique que l'on critiquais sans cesse mais qui, malgré tout gardait la tête haute et ignorait les autres. Pour sur, l'avenir de Karl s’annonçait radieux contrairement à celui des trois quarts des élèves de leur classe de dernière année...

    Après avoir longuement observé Karl, Mayaké tenta de se reconnecter au cours de français. Mais ce fut vain, une énorme explosion de rire résonna derrière lui, et le jeune garçon se retourna :

    - A moi, a moi la gaaaaaaardeeee !

    C'était (encore!) l'étrange fille aux cheveux roses (cette fille semblait avoir besoin d'attirer sans cesse l'attention sur elle, c'était vraiment agaçant !), elle avait dessiné au Tipex des visages sur ses surligneurs et les agitais à présent dans tous les sens; Konen son voisin (saoul comme à son habitude) en tenais un dans chaque mains et semblais s’être engagé dans une sorte de guerre effrénée le but étant de faire chuter ceux de l'adversaire.

    - Je ne vous laisserez pas faire ! soldats emparez vous ...

    Kuku s'interrompit en voyant Mayaké la dévisager bouche bée.

    - Quoi TDS? qu'es tu veux ?

    Mayaké ne lui répondit pas et détourna la tête; il ne supportait pas cette fille, sa façon de parler, son air de fouine, le surnom stupide qu'elle lui avait donné et qui avait, en un temps record fait le tour de l'établissement, celui la même qui signifiait tête de suppôt, sans aucun doute le surnom le plus évolué qu'il eût jamais porté...

    - Hey TDS au fait !

    Mayaké se retourna à nouveau et regarda Konen surpris que celui-ci daigne lui adresser la parole.

    - ...Je fait une Petite fête demain t'es invité. Tu peux emmener Lyza ça serait cool, j'ai un truc à lui dire !

    Il n'en revenais pas c’était la première fois qu'on l'invitais à une fête de ce genre. Les fêtes organisées par la famille de Konen avaient la réputation d’être inoubliables, et même s'il se doutais que celui-ci l'invitais seulement par intérêt pour sa cousine, Mayaké avait hâte d'y être !

    L'heure de la libération arriva enfin, la sonnerie stridente du lycée retenti et sortie les élèves de leur rêverie. Le brouhaha ambiant doubla alors de volume, Mayaké balança toutes ses affaires dans son sac usé, remonta son pantalon, tata une dernière fois son pochon et récupéra sa couverture jaune&orange qui lui servait de manteau. Il n'avait pas une minute à perdre et sorti en trombe de la salle de classe. Mayaké traversa la cour à vive allure, il ne disposais que de 5 minutes avant la reprise des cours et le temps lui étais compté, il fallait qu'il la retrouve. Il traversa le hall tel un coureur de marathon, néanmoins un peu handicapé par sa couverture, il faillit renverser au passage M.Linky, leur CPE.

    Enfin, il arriva à hauteur du portail d'entrée et réussi difficilement à se frayer un chemin parmi la foule et la fumée.

    [ a suivre ! ]


  2. J'ai déjà travaillé presque 6 mois , mais encore seulement 2 commandes ,(il y a deux mois que j'ai pas la commande ) ,tous lès jours je fais la même chose ,trouver des e-mails ,après les envoyer ,J'ai déjà fait ça 180jours ,je sais pas quand c'est la fin ,je peux pas insister ,quelle ennuyeuse , maintenant je me sens que ce que j'aime c'est le français ,mais pas faire le commerce (mais pour le moment ,j'ai pas beaucoup d'argent pour l'étudier , et mon français est très mauvais ,je sais pas je peux faire quoi , je suis fatigué ,si j'ai pas commande â la fin de septembre ,je pense que je vais quitter .......


  3. La publication par un quotidien marocain (Akhbar Al-Yaoum) d'une fatwa du Conseil supérieur des oulémas, qui représente l'islam officiel au Maroc, requérant la peine de mort contre tout musulman qui apostasie sa religion a suscité une controverse au Maroc.

    381859conseiloulemasmaroc.jpg « Celui qui renonce à sa religion est apostat et il doit retourner à sa religion. S'il refuse, il perd la vie et l'au-delà et il doit être condamné à la peine de mort », précise le Conseil supérieur des oulémas. La fatwa rappelle aux musulmans de « rester dans leur religion et d’appliquer la sage loi de Dieu, car toute personne née de parents musulmans, ou de père musulman uniquement, est considérée comme musulmane à son tour et liée par un acte de foi et un pacte social à la nation d’islam ; l’islam ne permet en aucun cas à ces personnes de quitter leur religion ou de renoncer au pacte social qui les lie. Faire cela est un acte d’apostasie et de déloyauté, et expose son auteur à des peines spéciales ».

    « Ladite fatwa remonte à plusieurs années et vient d’être publiée dans le recueil édité par le Conseil supérieur des oulémas reproduisant l’ensemble des fatwas émises entre 2004 et 2012. Celle concernant l’apostasie a été faite en réponse à une demande du ministère des Habous et des Affaires islamiques. Le recueil a été d’ailleurs publié en 2012 », clarifie un membre du Conseil régional des oulémas du Grand Casablanca.

    Cet avis du Conseil supérieur des oulémas n'a pas manqué de susciter une nouvelle polémique au Maroc. « Personne ne peut plus accepter ce genre d’avis religieux. C’est un retour vers le Moyen âge », s’offusque Abdelhamid Amine, vice-président de l’Association Marocaine des droits humains (AMDH). Pour lui, « fatwa ou pas fatwa, ce texte publié par le Conseil supérieur des oulémas, qu’il soit émis dans le passé ou récemment, ne change rien en ce sens qu’il est contraire à toutes les conventions internationales relatives aux droits humains que le Royaume a ratifié par le passé, dont, en 1979, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. C’est totalement contraire aux pactes signés par le Maroc, qui, tous, préconisent la liberté de croyance ».

    De son coté, Ahmed Assid, le chercheur et militant des droits de l’Homme et de la liberté de conscience déclare : « Nous sommes là face à un avis juridique englué dans l’extrémisme et le sous-développement, faisant de ses auteurs des personnes vivant en marge du siècle qui est le nôtre ; ce sont ce genre de fatwas qui incitent les gens à fuir la dureté de cette jurisprudence arriérée et moyenâgeuse, pour épouser les référentiels internationaux en matière de droits de l’Homme qui les protègeront contre l’obscurantisme des Oulémas et de leurs semblables que l’on peut qualifier de préhistoriques, d’hommes des cavernes ». Pour lui, « cette fatwa ne tient aucun compte de la signification moderne de la citoyenneté qui considère que toute personne est libre de ses choix et qu’elle peut agir comme elle l’entend pour mener sa vie, à la condition qu’elle respecte la liberté des autres. Parmi ces droits figure en bonne place la liberté de conscience sans laquelle il est impossible d’édifier un Etat de droit ou d’instaurer un système démocratique ».

    Certains ne voient pas dans cette fatwa une matière à débattre et encore moins à polémiquer. Pour eux, les sources religieuses sont claires à ce sujet et stipulent que tout musulman qui renie sa religion doit être lapidé jusqu’à ce que mort s’en suive. Ceci est l’avis de Cheikh Mohamed Fizazi, connu pour son appartenance à la Salafiya et considéré comme un des prêcheurs les plus radicaux du Maroc, qui préfère y voir une fatwa "normale". Pour ce Cheikh condamné après les Attentats du 16 mai 2003 à Casablanca à 30 ans de prison pour son influence idéologique sur les responsables des attentats et libéré de prison le 14 avril 2011 après une grâce royale, « cela se trouvait déjà dans le Saint-Coran et la Sunna. Inutile de polémiquer. Je dis même que la fatwa n’a pas de raison d’être, sauf s’il s’agit d’expliquer la portée ».

    Le code pénal marocain ne prévoit pas explicitement l'apostasie, mais la prévoit implicitement en s'attaquant à ses signes ostentatoires.

    L'article 220 du code pénal marocain stipule qu'il « est puni de la même peine (emprisonnement de six mois à trois ans et amende de 200 à 500 dirhams), quiconque emploie des moyens de séduction dans le but d’ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion, soit en exploitant sa faiblesse ou ses besoins, soit en utilisant à ces fins des établissements d’enseignement, de santé, des asiles ou des orphelinats. En cas de condamnation, la fermeture de l’établissement qui a servi à commettre le délit peut être ordonnée, soit définitivement, soit pour une durée qui ne peut excéder trois années ».

    De son coté, l'article 222 du même code prévoit que « Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du Ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l'emprisonnement d'un à six mois et d'une amende de 12 à 120 dirhams ».

    De la sorte, le droit marocain condamne les apostats du Maroc à vivre en cachette leur apostasie, ne jamais exprimer leur opinion, leurs désaccords avec la religion islamique, ne rien dire sur les causes qui animent leur rejet de l'islam, devenir des hypocrites qui montrent qu'ils sont "musulmans" alors qu'en réalité, ils sont loin de l'être.

    Aujourd'hui, le Conseil supérieur des oulémas (CSO) a appelé à l'assassinat de tout musulman qui apostasie sa religion. La prochaine fatwa, ça va être quoi ?! Un appel à battre tout musulman qui rase sa moustache conformément à l'avis de l'imam Malik (*) ?!

    (*) On demandé à l’imam Malik : « Que pensez-vous de ceux qui se rasent sa moustache ? ». L’imam Malik a répondu : « A mon avis, il faudrait les battre ».


    • 1
      billet
    • 0
      commentaire
    • 2242
      vues

    Billets récents

    AngieOne
    Dernier billet

    Laissez moi des commentaires ici ou sur youtube merci mes chéris


  4. Bonjour à tous,

    Rappelez-vous ce qui se passa il y a 4 ans :

    Lehman Brothers fait faillite et l'ensemble du système financier est en panique, certains évoquant une faillite possible du système financier tout entier.

    Les banques étaient en grosses difficultés financières et tout le monde était d'accord pour dire que le monde de la finance avait agi de manière irresponsable .

    Sarkozy et Obama parlaient de " moralisation du capitalisme " " régulation du système financier " " lutte contre les paradis fiscaux " " on va punir les responsables "

    Même les plus à droite s'indignaient des bonus des traders.

    Ils ont sauvé les banques avec l'argent du contribuable , ce qui était nécessaire, mais sans exiger de conditions aux banques.

    La crise qui s'en suit et le sauvetages des banques a fortement endetté les Etats , la crise financière fut transformée en une crise de la dette publique.

    Aujourd'hui, le discours a complètement changé : " on a vécu au-dessus de nos moyens" , " il faut flexibiliser le droit du travail " " l'austérité est la seule solution "

    " il y a trop de charges sociales " " il faut un choc de compétitivité "

    Bref, c'est un discours culpabilisant le peuple et Monsieur Tout-le-Monde qui auraient vécu au-dessus de leurs moyens.

    Le problème n'est plus l'économie privée mais l'Etat semble-t-il.

    Comment vont les banques et la Bourse ?

    Très bien, Wall Street a retrouvé son niveau record et 2011 a été une année record au niveau des dividendes et des profits.

    Quant aux banques, elles font toujours ce qu'elles veulent ( les nouvelles règles internationales entreront en vigueur en ... 2018 ) certaines ont même spéculé contre les dettes publiques des Etats qui les ont sauvé en 2008 !

    Et si par malheur elles ont possèdent de la dette grecque,espagnole et portugaise, c'est pas grave, la BCE est là pour les aider et racheter ces créances pourries.

    La priorité des gouvernements n'est plus de veiller au bien-être de la population ( services publics, sécurité sociale, ...) mais de rembourser les dettes càd que les banques ne perdent pas d'argent.

    Les paradis fiscaux accueillent plus de capitaux que jamais, ils contiennent quelques 20 000 milliards de dollars .

    Rien n'a été fait pour lutter contre !

    Ceux qui ont causé la crise, des hommes politiques qui ont été aveuglé par leur idéologie néolibérale aux grands banquiers qui ont arnaqué des millions de familles américaines, personne n'a été jugé.

    Les uns sont bien au chaud dans des thinks thanks ou tandis que les autres vivent bien confortablement grâce aux bonus touchés en 2008.

    Comment l'ont-ils fait ?

    Comment le système politico-médiatique a réussi à nous faire avaler cette escroquerie ?

    Pourquoi personne ne s'en indigne ?

    Parfois je me dis que les gens ont oublié ce qui s'est passé en 2008 ... crying8vr.gif


  5. jeanf Blog

    • 1
      billet
    • 0
      commentaire
    • 1619
      vues

    Billets récents

    jeanf
    Dernier billet

    si vous avez encore perdu votre amour,venez à l'auberge des coeurs brisés.Elle attend tout les hommes et les femmes desesperés pour leur venir en aide.

    autour d'une cheminée s'étend une bibliothéque contenant les meilleurs ouvrages de philosophie pour aider à réfléchir sur sont sort,et faire disparaitre les sentiments qui vous rongent le coeur. du thé chaud vous sera servit pour faire disparaitre la mélancolie.une fontaine japonaise vous aidera à méditer sur vous même.

    sinon vous pouvez passer le reste de votre existance à vous interroger et vous lamenter sur le comment et pourquoi de la perte de votre amour.


  6. Mercure.09
    Dernier billet

    blogentry-124048-0-59417800-1369593671_thumb.gif blogentry-124048-0-93408000-1369594110_thumb.jpg

    sites de clics solidaires : http://www.clicanima....php?sites_id=1

    + appel du coeur : 08 99 23 14 04 codes : 40, 44, 70, 18, 12, 10 etc. (voir sur clicanimaux.com)

    Actu animaux : http://actuanimaux.com/

    the animal rescue site : http://theanimalresc...ake-action_logo

    un clic pour donner aux restos du coeur : http://www.1clic-2kg-de-legumes-pour-les-restos-du-coeur.fr/


    • 1
      billet
    • 2
      commentaires
    • 2361
      vues

    Billets récents

    Bienvenue à tous mes lecteurs chercheurs de sens

    Depuis près de 80 ans, je suis préoccupé par mes" fins dernières".

    J'ai baigné dans un environnement catho depuis mon premier jour.

    Cependant, ma foi est toujours restée hésitante.

    Je n'ai jamais trouvé personne avec qui parler sérieusement de ce sujet.

    J'ai alors cherché sur les forums d'internet. Et là, j'ai été déçu par la non-pertinence des considérations mises en avant.

    D'emblée, j'annonce ma seule conviction: Si Jésus-Christ n'est pas l'envoyé de Dieu, il est vain de chercher un autre salut ailleurs !

    20 siècles après sa naissance, il est problématique, pour nous, d'avoir une garantie de l'authenticité de son enseignement, autrement que par l'intermédiaire de l'Eglise.

    Et c'est là que la difficulté commence...Car les apparences sont parfois trompeuses. Aussi bien du côté des fidèles que des incroyants.

    J'ai remarqué que beaucoup de cathos apparemment convaincus (mais pas forcément pratiquants) méconnaissent en réalité la doctrine de l'Eglise.

    Du côté des adversaires de l'Eglise, les critiques portent le plus souvent sur des aspects accessoires. Il m'arrive même d'avoir un renforcement de ma foi quand je lis des attaques excessives contre elle,car j'ai l'impression que seul le démon peut les inspirer. Et si le démon existe, cela prouve que Dieu aussi.

    Je souhaite que mon blog soit un lieu de discussion raisonnable !


  7. Gawonii

    • 3
      billets
    • 3
      commentaires
    • 2092
      vues

    Billets récents

    Gawonii
    Dernier billet

    Si vous souhaitez découvrir mes goûts musicaux je vous invite à venir checker ma playlist sur Ubster et pourquoi pas faire la votre ;)

    Présentation de Ubster :


    • 2
      billets
    • 1
      commentaire
    • 1667
      vues

    Billets récents

    Des hadith sur la Création d'Adam

    L'imam Ahmad rapporta d'Abi Mousa que le Prophète(saw)dit:

    "Allah a créé Adam d'une poignée (de poussière) qu'Il avait assemblé de la terre. Ainsi les enfants d'Adam sont venus selon la (couleur et la nature de) la terre. Il y a parmi eux le blanc, le rouge, le noir et le moyen. Il y a parmi eux aussi le mauvais et le bon, le doux et le sévère aussi bien que le moyen ".

    Allah le Tout-puissant créa Adam avec Sa Main afin qu'Iblis ne manifeste aucune sorte d'arrogance. Ainsi II le créa en un être humain, cet être resta comme corps en poussière 40 ans. Quand les anges passèrent à côté de lui et le virent, ils furent effrayés. Iblis était le plus effrayé parmi eux. Il passait à côté de lui et le frappait, et le corps faisait un son comme celui de la poterie à hochet. C'est ce qu'Allah dit dans ce Verset :

    {...d'argile sonnante comme la poterie }. [ Sourate 55 : Verset 14 ]

    Iblis dit : II doit y avoir quelque raison pour laquelle il est créé. Il entra à travers sa bouche et sortit par son anus. Il dit aux anges: "Ne vous effrayez-vous pas, parce que votre Seigneur est solide (Samad) et celui-ci est un creux. Si je le maîtrise je le détruirai."

    Au le moment où Allah voulut insuffler "en lui l'âme qu'Il créa pour lui", II dit aux anges: "Quand J'y aurai insufflé l'âme, vous devrez vous prosterner devant lui". Quand II insuffla "en lui l'âme", et l'âme passa à sa tête à travers son nez, Adam éternua. Les anges dirent: "Dis: Alhamdou lillâh (l'éloge est à Allah)". Alors il dit: "Alhamdou lillâh.'"Allah dit après: "Rahimaka Rabbouk (ton Seigneur eut pitié de toi)." Quand l'âme entra dans ses yeux, il vit les fruits du Paradis, et quand elle entra dans son estomac, il désira la nourriture. Adam sauta en hâte vers les fruits du Paradis avant que l'âme n’ait pénétré dans ses jambes. C'est ce qu'Allah affirme dans ce Verset:

    { L'homme a été créé prompt dans sa nature }. [ Sourate 21 : Verset 37 ]

    Anas rapporta que le Prophète(saw)dit:

    "Quand Allah créa Adam, II le laissa aussi longtemps qu'II voulait. Iblis commença à circuler autour de lui, et quand il découvrit qu'il était une cavité, il sut qu 'il était une créature qui ne pourrait pas se retenir". [ Sahih Mouslim ]

    Anas rapporta aussi que le Prophète(saw)dit:

    "Quand II insuffla en Adam et l'âme atteignit l'intérieur de sa tête, il éternua et dit: 'Alhamdou lillâhi Rabbil-Alamine (l'éloge est à Allah, le Seigneur des mondes), Allah lui répondit en disant: 'Yarhamouk-Allah (qu'Allah ait Pitié de toi)". [ Sahih Ibn Hibbâri ]

    Abou Houraira rapporta que le Prophète(saw)dit:

    "Quand Allah créa Adam, II caressa avec Sa Main son dos. Ainsi toutes les âmes qui doivent naître de sa progéniture jusqu'au jour du Jugement, sortiront de son dos. Sous les yeux de chaque être humain II fit une lumière brillante et la mit devant Adam. Adam dit: 'O Seigneur! Qui sont ceux-ci ?' Il répondit: 'Ils sont ta progéniture'. Il vit un homme parmi eux dont la lumière l'attira. Adam demanda: 'O Seigneur! Qui est ceci ?' Allah lui répondit: 'C'est un homme de parmi les dernières nations de ta progéniture, appelé David'. Il lui demanda: 'O Seigneur! De combien d'années as-tu fait son âge ?' Allah dit: '60 ans'. Adam demanda à Allah: 'O Seigneur! Donne-lui de mon âge 40 ans de plus'. Quand l'âge d'Adam fut achevé, l'Ange de la mort vint à lui, Adam lui dit : Ne me reste-t-il pas encore 40 ans ?. L 'Ange dit : Ne les as-tu pas donnés à ton fils David. Il renia et sa progéniture renia, il oublia et sa progéniture oublia aussi". [ Rapporté par Ad-Dârimi ]

    Abou Houraira rapporta aussi que le Prophète(saw)dit:

    "Allah créa Adam, qui était grand de 60 coudées, puis II lui dit : "Vas et salue ces anges, et écoute ce qu'ils te saluent en réponse; elle sera ta salutation et la salutation de ta progéniture" . Adam dit : "Assalâmou Alaykom". Ils répondirent en disant : "Assalâmou Alayka wa Rahmatoullâh". Ils ajoutèrent "wa rahmatoullâh". Ainsi, quiconque entrera au Paradis, y entrera à l'image d'Adam, et depuis ce temps-là, la taille de l'être humain continue à diminuer". [sahih Al-Boukhâri ]

    L'imam Mâlik dit dans son livre Al-Mouwatta qu'on s'enquit auprès de Omar ibn Al-Khattâb sur ce Verset:

    { Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d'Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: "Ne suis-Je pas votre Seigneur"? Ils répondirent: "Mais si" }. [ Sourate 7 : Verset 172 ]

    Omar dit: On s'enquit sur ce Verset auprès du Prophète(saw)et je l'entendis répondre:

    Allah créa Adam, puis II caressa son dos avec Sa Main Droite et en fit sortir une progéniture et dit: 'J'ai créé ceux-ci pour le Paradis, et ils feront les actions de ceux qui méritent le Paradis. Il caressa encore une fois son dos et en fit sortir une progéniture, et dit: 'Ceux-ci sont créés pour l'Enfer et feront les actions de ceux qui méritent l'Enfer". Un Compagnon dit: "O Messager d'Allah! Pourquoi œuvrons-nous alors ?" Le Prophète répondit: "Quand Allah crée une personne pour le Paradis, II facilite pour lui les actions des gens du Paradis jusqu'à ce qu'il meurt sur ces actions, et ainsi Allah le fera entrer au Paradis. Et quand II crée une personne pour l'Enfer, II facilite pour lui les actions des gens de l'Enfer jusqu'à ce qu'il meurt sur ces actions, et ainsi Allah le fera entrer en Enfer" [Mouwatta ' Mâlik, voir aussi At-Tirmidhi, Abou Dâwoud et An-Nasâï ].

    L'imam Ahmad rapporta d'Ibn Abbâs que le Prophète(saw)dit:

    { Allah prit la côte du dos d'Adam à Naamân (le jour de Arafah). Puis II fit sortir de son dos toute sa progéniture qu 'II créa, et les éparpilla devant Lui et leur dit: "Vraiment, nous n’y avons pas fait attention", ou que vous auriez dit (tout simplement): "Nos ancêtres autrefois donnaient des associés à Allah et nous sommes leurs descendants, après eux. Vas-Tu nous détruire pour ce qu'ont fait les imposteurs ? ".} [ Sourate 7 : Versets 172-173 ]

    La majorité des oulémas qui soutiennent l'opinion qu'Allah prit la côte d'Adam de ses reins, la soutiennent aussi avec le récit rapporté par l'imam Ahmad d'Anas ibn Mâlik , qui avait rapporté que le Prophète(saw)a dit :

    "Allah dira à une personne des habitants de l'Enfer qui recevra le moins de châtiment: Si tu avais tout sur la terre, le donnerais-tu en entier en rançon pour te libérer (de l'Enfer)? Il répondra: Oui. Puis, Allah dira: Quand tu étais dans les lombes d'Adam, Je t'avais demandé bien moins que ça, de ne pas adorer d’autres divinités autre que Moi, mais tu as insisté à le faire". [ Sahih Al-Boukhâri ]

    Obayy ibn Kaab dit à l'égard du Verset: { Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d'Adam...} [sourate 7 : Verset 172 ] Allah assembla ce jour-là tous ceux qui allaient être créés jusqu'au jour du Jugement. Il les créa, leur donna une forme et les fit parler, ainsi ils parlèrent. Il prit la côte et ils promirent et témoignèrent contre eux-mêmes: "Ne suis-Je pas votre Seigneur." Ils dirent: "Certes, oui".

    Allah dit :

    "Je vais alors, élever les 7 cieux et les 7 terres afin qu'ils témoignent contre vous, et faire votre père Adam un témoin contre vous, afin que vous ne disiez le jour de Jugement : 'Nous ne savions rien de cela'. Que vous sachiez qu'il n'y a point de divinité en dehors de Moi, et qu'il n'y a point de Seigneur en dehors de Moi. Vous devez écarter tout partenaire en dehors de Moi. Je vous enverrai des Messagers qui vous rappelleront Ma Convention, et je vous enverrai Mon Livre".

    Ils répondirent: "Nous témoignons que Tu es notre Seigneur et Dieu. Nous n'avons de Seigneur hormis Toi, et nous n'avons de Dieu hormis Toi". Ils affirmèrent tous leur obéissance ce jour-là.

    II souleva leur père Adam et il regarda vers eux. Il trouva en eux le pauvre et le riche, l'intelligent et le laid. Il dit : "O Seigneur! Les as-Tu faits tous semblables ?" Allah répondit : "J'aime être loué".

    Adam vit parmi eux les Prophètes comme des lampes pleines de lumière. Tous ces Prophètes durent prendre une autre convention spéciale concernant leurs missions Prophétiques qu'Allah affirme dans ce Verset:

    { Lorsque Nous prîmes des prophètes leur engagement, de même que de toi, de Noé, d'Abraham, de Moussa, et de Issa fils de Maryam: et Nous avons pris d'eux un engagement solennel }. [sourate 33 : verset 7 ]

    Allah le Tout-puissant dit aussi:

    { Dirige ton être vers la religion exclusivement [pour Allah], telle est la nature qu'Allah a originellement donnée aux hommes - pas de changement à la création d'Allah }. [sourate 30 - Verset 30 ]

    Allah dit aussi:

    { Voici un avertisseur analogue aux avertisseurs anciens }. [ Sourate 53 : Verset 56 ]

    Comme Allah dit dans un autre Verset:

    { Et Nous n'avons trouvé chez la plupart d'entre eux aucun respect de l'engagement; mais Nous avons trouvé la plupart d'entre eux pervers }. [ Sourate 7 : verset 102 ]

    On a déjà cité que lorsqu’Allah commanda que les anges se prosternent devant Adam , ils obéirent tous à l'ordre Divin, tandis qu'Iblis s'abstint de se prosterner devant lui, montra de la jalousie et de l'animosité. Comme conséquence à son action, Allah l'expulsa de la Présence Divine, et le jeta sur la terre, le maudit dans la disgrâce complète.

    L'imam Ahmad rapporta d'Abi Houraira que le Prophète(saw)dit:

    "Quand le fils d'Adam fit une Sajdah (moment de prosternation dans le Coran) et se prosterne, Satan se retire à côté et pleure en disant : Malheur à moi ... Le fils d'Adam fut ordonné de se prosterner et il a obéi à l'ordre et obtenu le Paradis. Alors que je fus ordonné de me prosterner, mais j'ai désobéi à l'ordre et je fus voué en Enfer". [ Rapporté aussi dans Sahih Mouslim ]

    Les oulémas ont des opinions différentes au sujet de la durée du séjour d'Adam et Hawwa au Paradis. Une opinion avance qu'ils y étaient quelques jours selon la perspective des jours de ce monde.

    L'imam Mouslim rapporta qu'Abou Houraira dit :

    "Adam fut créé en la dernière heure du vendredi"

    Comme nous avons déjà vu le Hadith qui dit:

    "En ce jour (le vendredi) Adam fut créé et en ce jour il fut expulsé du Paradis".

    Si c'était le même jour au cours duquel il fut créé et fut expulsé (il a déjà été dit que ces 6 jours cités dans le Hadith à cet égard sont semblables aux nôtres). Alors, on doit supposer qu'il ne resta que quelques heures. Cette opinion, cependant, ne paraît pas être croyable. Mais si son expulsion avait eu lieu un autre jour autre que celui au cours duquel il fut créé, et la longueur de ces jours estimée est égale à 6.000 ans, comme cela est raconté par Ibn Abbâs, Moujâhid et Ad-Dahhâk, alors il y demeura une longue période. Cette opinion est aussi préférée par Ibn Jarîr.

    Ibn Jarîr dit : II est su qu'il fut créé pendant la dernière heure du vendredi. L'une de ces heures est égale à 83 années et 4 mois. Il resta allongé pendant une période de 40 ans dans son corps en terre avant que l'âme fut insufflée en lui. Ensuite, il resta au Paradis pendant une période de 43 ans et 4 mois avant son expulsion. Allah en a la connaissance adéquate.

    Il dit aussi : L'histoire de la première nourriture qu'Ad mangea sur la terre était comme suit :

    L'Ange Djibril vint à Adam ayant avec lui 7 grains de blé. Adam s'enquit : "Qu'est-ce que c'est ?" Il répondit: "Ils sont du même Arbre duquel tu avais mangé." Il dit : "Que ferais-je avec eux maintenant ?"

    Djibril dit : "Sème-les dans la terre." Adam fît ainsi. Chacun de ces grains pesait plus de 100.000 grains des grains actuels. Ils grandirent, Adam les moissonna, puis il les broya, les pétrit, ensuite il en fit du pain et le mangea,après qu'il eût ainsi fourni de son effort et de dur travail. C'est ce qu'affirme Allah dans ce Verset :

    {...Prenez garde qu'il vous fasse sortir du Paradis, car alors tu seras malheureux }

    [ Sourate 20 : verset 117 ].

    Le premier de leur tissu était de la laine de mouton. Il la carda puis la fila. Ensuite, il tissa une Joubbah pour lui et un costume d'armure et une écharpe pour Hawwa.

    Il y a des différences d'opinion : s'ils avaient des enfants quand ils étaient au Paradis ? Il est dit qu'ils n'eurent leurs enfants que sur terre. Cependant, il est avancé selon une autre opinion qu'ils eurent des enfants au Paradis, et Caïn et sa sœur naquirent quand ils étaient encore au Paradis.

    Il est aussi cité par des exégètes qu'ils avaient à chaque naissance un enfant mâle et une enfant femelle. Il leur fut commandé que chaque fils d'eux épouse la sœur de son frère avec qui elle est née, et chaque fille épouserait le frère de sa sœur avec qui il est né. Personne n'avait le droit de se marier avec la sœur avec qui il est né


  8. emasik
    Dernier billet

    Exactement 4 mois maintenant qu'elle m'a laissé en proie à ma pire peur, celle d'être abandonné et de ne compter pour personne. 4 mois que je tente de rester la tête hors de l'eau entre le manque d'argent, d'emplois, de stabilité familial, et surtout d'amour. Tout s'effondre autour de moi, je ne sais plus sur qui compter, ni vers quoi me tourner.

    Elle s'amuse bien, elle est heureuse, heureuse sans moi. J'ai juste été le bout de chiffon qui a essuyé ses vieilles douleurs. Tant mieux pour elle, elle peut aller de l'avant. Pas moi. Je ne sais ni quoi faire ni quoi penser quand je la voit avec ce mec... Lui si un jour je le rencontre il risque de se demande qui c'est, ce type froid qui lui fait la gueule sans raison. Désolé vieux, mais il arrive que dans la vie il y ai certaines choses avec lesquels on ne peut pas agir rationellement.

    En parlant de rationnelle, une espèce d'abruti hautain et imbu de lui même m'avait certifié que ça durait 3 mois l'état de tristesse amoureuse, comme quoi c'est scientifique et tout ça. Bah putain, t'es sans nul doute triplement plus intelligent que la majorité de la population, mais t'es vraiment un sale type si tu peux oublier quelqu'un en si peut de temps. De toute façon les gens qui érigent l'intelligence en véritable culte j'ai jamais pu les encadrer. Pas d’exception pour toi.

    Aller, filez moi deux ou trois bouteilles de rhum et quelque potes marrants, que je puisse oublier un peut.


    • 1
      billet
    • 1
      commentaire
    • 1272
      vues

    Billets récents

    Je suis particuliérement impactée par la véracité de ce que les articles édités par nos médias imposent. En effet, l se laisssent apparement convenir que le président des USA serait entouré d'extras terrestres.

    Suite à ces infos je reste perplexe vis à vis de la logique qui se laisse entrevoir.

    Serions nous si dupes pour percevoir que le monde n'est fait que de gens qui suivent un inconscient pouvoir ?


  9. Hands+Up+Who+Wants+To+Die+huwwtd.jpg

    Hands Up Who Wants To Die

    Ce quartet irlandais originaire de la scène underground de Dublin pratique un rock sale et noisy façon Jesus Lizard des premières années, c'est fort, ça tape, ça te dégorge les oreilles comme un lavement à la Guinness !

    Discographie

    3193679950-1.jpg

    Hands Up Who Wants To Die - Buffalo Buffalo Buffalo Buffalo Buffalo.

    http://bandcamp.com/EmbeddedPlayer/v=2/album=3210865620/size=venti/bgcol=FFFFFF/linkcol=4285BB/

    3997762626-1.jpg

    Hands Up Who Wants To Die / I'll Eat Your Face (split)

    http://bandcamp.com/EmbeddedPlayer/v=2/album=850525829/size=venti/bgcol=FFFFFF/linkcol=4285BB/

    vinyles et cd dispo ici

    pour plus d'infos, c'est que ça se passe.


    • 2
      billets
    • 4
      commentaires
    • 1370
      vues

    Billets récents

    Mindthegap
    Dernier billet

    Qu’il est beau ce corps, blanc comme l’albâtre,

    Ferme comme ces statues grecques antiques,

    Doux après un bain à la Cléopâtre,

    Chatoyant comme ces peintures asiatiques.

    Ses seins sont comme des fruits ronds,

    Gorgés de vie et féconds d’envies,

    Qui me regardent avec cet aplomb

    Qu’a le conquérant qui asservit !

    Ses jambes si fines et délicieuses,

    Proposent des entrelacs périlleux,

    Mais aussi une promesse radieuse,

    Un désir en moi monte pernicieux.

    Qu’elle est belle cette demoiselle

    Qui par un beau jour d’avril

    M’a laissé entrevoir un peu d’elle,

    D’une manière assez agile.

    Voilà la belle d'un jour

    Qui a su en moi réveiller le désir,

    La voici la belle d'un jour,

    Entre mes draps comme un élixir.


    • 1
      billet
    • 2
      commentaires
    • 2163
      vues

    Billets récents

    Je veux trouver des amis .J'aime la langue français ,je peux t'aider en chinpois ,si vous êtes d'accord ,envoyer moi un message !merci !


  10. #Florent#
    Dernier billet

    Je me réveillais avec une douloureuse migraine. J'avais très mal dormi. J'enfilais rapidement un veston gris et sorti dehors. Au coin de la rue, il y avait un grand attroupement. Apparemment, les nouvelles n'étaient pas bonnes. Beaucoup de gens étaient interloqués, d'autres pensifs, d'autres en colère, mais la plupart avait l'air complètement abattu. J'essayais de me frayer un chemin parmi la foule. Sur l'écriteau, on pouvait y lire :"Suite à l'invasion de la Pologne ce matin même, prises entre les griffes de la féroce et envahissante Allemagne nazie, le gouvernement français, en accord avec le Royaume-Uni, déclare la guerre à l'Allemagne, au nom de la sécurité et de la paix de la nation française toute entière. De ce fait, tous les hommes âgés entre au moins 17 ans et 45 ans sont mobilisés, et ont pour ordre de défendre la nation. Ils devront se rendre à la gare d'Austerliz en ce qui concerne tout le 18ième arrondissement de Paris. Chaque homme sera prié à s'y rendre, sous peine de graves sanctions, à défendre son pays en y donnant toute son courage. Vive la France, vive la paix !"Nous étions tous terrifiés par cette horrible nouvelle. C'est la guerre ! Mais mon Dieu, comment faire pour y échapper ? Et puis... Si je m'engageais finalement dans la résistance, vu que je n'ai plus le choix ? L'air pensif, j'avais bien envie de me rendre à mon rendez-vous plus tôt que prévu. On ne me la ferait pas. Je n'irais pas me battre pour défendre un pays qui n'en a que faire de toutes les disparitions. Et puis, ils savaient bien que c'était perdue d'avance, ils avaient laisser l'Allemagne nazie trop longtemps et elle a grandie et est devenue tellement puissante qu'aucune autre nation ne pourra la battre de cette façon. J'étais bientôt arrivé dans la sombre ruelle où se trouvait le petit pub. J'entrais et patienta à l'accueil. Le barman vient vers moi et m'annonça d'attendre à l'arrière boutique. Patience, dans moins d'une demi-heure, ils allaient enfin débarquer...


    • 1
      billet
    • 20
      commentaires
    • 3774
      vues

    Billets récents

    Merci d'être passé(e) par ici !

    *vivi, je sais, charmante*


    • 2
      billets
    • 13
      commentaires
    • 3462
      vues

    Billets récents

    vous pouvais m'étre vos film préfèrés


  11. Rato Blog

    • 2
      billets
    • 4
      commentaires
    • 2519
      vues

    Billets récents

    Rato
    Dernier billet

    Ma mère qui percevait la solde de son époux n'était, du point de vue strictement financier, pas à plaindre, même si les tickets de rationnement étaient plus précieux que les billets de la Banque de France. Elle cultivait un potager qui donnait suffisamment de légumes pour elle, mon frère, et tous ceux qu'elle approvisionnait régulièrement. Elle avait aussi un poulailler, des lapins et un cochon qu'elle appelait évidemment Adolphe. Elle habitait près de la kommandantur, ce qui ne l'empêchait pas d'avoir une activité de résistance aussi conséquente que précieuse. C'est chez elle que se tenaient les nombreuses réunions de maquisards, la plupart des parachutages de la région arrivaient dans son grenier. Vers la fin de la guerre elle avait chez elle 200 uniformes de FFI ainsi que les armes et les munitions. Souvent, c'est avec la trouille au ventre qu'elle servait le café (qui n'en était pas) à quelques soldats allemands qui tapaient à sa porte pour voir mon frère qui avait 5 à 6 ans à l'époque. Ils avaient eux aussi des enfants de cet âge-là. Jamais mon frère qui trouvait de temps en temps des caisses de fusils mitrailleurs ou de grenades cachées sous les feuilles des courges du jardin, ne dit quoi que ce soit à ses copains d'école sur ce qu'il se passait chez lui. Ma mère le protégeait au mieux, mais elle ne pouvait pas tout lui cacher.

    De Gaulle établie depuis l'Angleterre les bases des Forces Françaises Libres et lance le 18 juin sur la BBC son célèbre appel à la résistance que personne ou presque n'a entendu, qui écoutait la BBC en France à cette époque? Pétain qui remplace Paul Reynaud demande l'armistice et «fait don de sa personne à la France». L'armistice qui fut signé le 22 juin fut accueilli avec un grand soulagement par la quasi-totalité des français. Il fut signé, mais avec une mise en scène qui en dit long. Goebbels, glissa dans l'oreille de son Führer une idée qui permit à ce dernier de satisfaire son besoin de vengeance. Depuis 1918, Hitler faisait recette en dénonçant l’humiliation intolérable faite à l'Allemagne par le traité de Versailles, tant sur le plan militaire que territorial ou économique. L’avant-veille de la signature de l'armistice c'est à dire dans l’après-midi du 19 juin 1940, les soldats du Génie de la Wehrmacht s'attaquent au musée qui abritait le wagon dans lequel fut signé l'armistice du 11 novembre 1918. Il fut tiré jusque dans la clairière de Rethondes près de Compiègne et c'est dans ce même wagon et au même emplacement que l'armistice de 1940 fut signé.

    La France était donc vaincue et occupée par les Allemands.

    Le petit moustachu voyait déjà l'Angleterre à portée de fusil, l'Angleterre que même Napoléon 1ier n'avait pu conquérir, mais c'était sans compter sur la détermination des sujets britanniques et sur Winston Churchill qui crée les bases de la contre attaque des alliés. Les américains entrent en guerre le 7 décembre 41 au lendemain de la bataille de Pearl Habor. Franklin Roosevelt rejoint Churchill et c'est ensemble qu'ils organiseront le débarquement

    Le 6 juin 1944, se sont 1 213 bateaux de guerre, 736 navires de soutien, 864 cargos et 4 126 engins et péniches qui débarquent 20 000 véhicules et 156 000 hommes sur les plages de Normandie. Les 177 fusiliers marins commandos (les bérets verts) formés et entrainés par l'enseigne de vaisseau Philippe Kieffer seront les seuls français à débarquer en Normandie, 10 furent tués pendant le débarquement, 27 le furent pendant la campagne de Normandie et seulement 24 seulement terminèrent cette bataille sans blessure.

    Le petit moustachu a eu les yeux plus grands que le ventre, il a voulu en même temps pisser sur le mausolée de Lénine et faire la bise à Elisabeth la future reine.

    L'arbitre siffla la fin du match. La France allait être libérée, Pétain devient un traitre et De Gaulle un héros. C'était sans doute un peu excessif pour l'un comme pour l'autre.

    En Allemagne, les soviets et les ricains purent enfin ouvrir les cages... Cinq ans! Il a fait cinq ans!...

    On pourrait pu penser que l'ouverture des camps donnerait lieu à des manifestations de joie, d'allégresse de la part des prisonniers, certes, il y en a eu, mais la plupart de ses hommes étaient usés, fatigués, malades, meurtris, cassés. Ils ont connu la faim, le froid, la promiscuité, le manque d'hygiène la maltraitance et l'infamie. En France, ils incarnaient la débâcle de juin 40, ils arrivaient, eux, les vaincus quand on honorait les maquisards, les résistants qui avaient leur part dans la victoire contre les nazis, quand la chasse aux collabos était ouverte et qu'on rasait sur la place publique les femmes qui avaient fauté avec un allemand. Certains prisonniers, ne retrouvèrent pas la fiancée ou l'épouse qu'ils avaient laissée. Mon père lui, retrouva sa femme et son fils qui avait cinq ans de plus et qui bien sûr ne le reconnaissait pas. Le maire de la ville voulait organiser une petite cérémonie en l'honneur de ma mère qui refusa et c'est chez elle qu'il retraça pour mon père seulement les années de résistance et la part que son épouse avait prise dans le combat clandestin. Chapeau Maman !

    Après la libération, il était toujours militaire, même si le grand cirque était fini. Il put profiter quand même de quelques jours de repos, mais il a bien fallu un jour remettre l'uniforme. Il fut affecté dans un camp de prisonniers allemands. Son travail consistait donc à surveiller les vaincus qui n'avaient aucune envie de se faire la belle, bien que faire du déminage reste une occupation à risque et même si une telle idée avait germer dans la tête de certains, personne ne les aurait poursuivi. Aujourd'hui, se sont 20000 soldats allemands qui reposent dans ce lieu.

    Un jour, de 1946, il reçut une feuille de route: direction l'Indochine! Alors là, il a dit non, je ne veux plus jouer à ce jeu, ça suffit. Il rendit donc son uniforme mais garda un képi et un révolver allemand. Ce fut le retour à la vie civile. C'est un petit peu après que j’ai pointé le bout de mon nez.

    Dès ma conception je devais être soucieux de ne pas faire souffrir ma mère, je me suis donc fait le moins gros possible et c'est sans trop d'effort qu'elle m'a pondu. Elle ne savait pas qu'en me donnant la vie elle allait aussi me léguer quelques gènes fainéants, mal fagotés, qui allaient me causer quelques petits soucis....

    Pour trouver du travail, c'était simple, tout était à reconstruire, pour être bien payé, c'était déjà plus difficile. Il est donc entré comme ouvrier dans une usine où les règles élémentaires d'hygiène et de sécurité étaient totalement inconnues.

    Nous habitions un village, un vrai village, des bouses de vaches dans les rues, une église qui avait encore son curé, une école, l'instituteur faisait partie des notables et il avait évidemment le droit et même le devoir de pratiquer le châtiment corporel sur les élèves réfractaires à toute forme de culture et de discipline. Les commerçants qui avaient fait de bonnes affaires pendant ces temps troublés, attendaient de voir comment ils allaient pouvoir continuer à engraisser le cochon.

    Nous habitions au premier étage d'une maison qu'il convient aujourd'hui d'appeler une maison de village en opposition aux maisons de lotissement qui sont il faut bien le reconnaître, une absurdité en matière d'urbanisme. Pour accéder à notre appartement (nous n'avons jamais utilisé ce mot pour nommer notre maison) il fallait monter un escalier en bois depuis le couloir du rez-de-chaussée et qui conduisait à un palier assez vaste, éclairé par une petite fenêtre bien plus basse que les autres, elle me permettait de regarder les orages qui étaient pour moi un spectacle sans égal, mais aussi une totale énigme. Ce palier permettait d'accéder aux trois pièces de notre logement, la cuisine, la chambre des parents et celle des enfants qui était suffisamment grande pour loger quatre lits, le coin de mes deux sœurs était séparé de celui des garçons par un rideau en plastique translucide bleu.

    Le souvenir le plus ancien que je garde de cette maison, c'est la naissance de ma sœur. J'avais deux ans. Est-il raisonnable d'affirmer qu'un enfant de deux ans puisse garder des souvenirs précis? Il me semble que c'est un peu jeune, la mémoire d'un enfant de cet âge est volatile, pourtant, je me souviens très nettement des allers et venues du médecin et la sagefemme madame Roche, entre la chambre à la cuisine. Je comprenais bien qu'il se passait quelque chose d'important mais complètement énigmatique. Savoir que ma mère était dans cette chambre m'inquiétait et je suis resté de longues heures appuyé contre la balustrade de l'escalier, jusqu'à ce que tout soit rentré dans l'ordre.

    Nous avions l'eau courante sur l'évier de la cuisine, un chauffe-eau à gaz fatigué nous donnait l'eau chaude, son humeur capricieuse au démarrage obligeait souvent ma mère à ouvrir rapidement les fenêtres. Pour cuisiner, elle disposait d'une gazinière dont l'état était proche de celui du chauffe-eau, l'allumage du four, qui n'était pas sans risque, se terminait souvent par une petite explosion qui faisait sursauter tout le monde mais qui avait mérite d'avertir ma mère qu’une fuite de gaz risquait de tout faire sauter. Le chauffage était central, une petite salamandre installée au milieu du palier, était censée, en laissant les portes ouvertes, distribuer un certain confort thermique aux trois pièces. Malgré un approvisionnement en bois régulier et copieux, cet engin sous dimensionné restait bien insuffisant. La nuit, il s'endormait, il fallait que ma mère le rallumer tôt le matin. Je pouvais ainsi tout à loisir dessiner sur les vitres en grattant la buée gelée avec mes ongles. Il arrivait, au plus dur de certains hivers que la glace ne disparaissent que vers midi ou même, dans les chambres, pas du tout.

    Nous étions locataires de l'étage, je n'ai pas le souvenir d'avoir vu les propriétaires. Malgré que le loyer fût modéré, c'était le poste principal du budget. Il fallait le payer en début de mois et c'est avec une certaine inquiétude pour les jours à venir que ma mère sortait les billets. Au même étage se trouvait deux greniers remplis de vieilleries inutiles qui faisaient mon bonheur les jours de pluie. Il y avait notamment des armes africaines arc, lances, sabres que les propriétaires avaient ramenés de leurs longs séjours en Égypte et le révolver de mon père avec lequel je jouais en toute illégalité.

    Le rez-de-chaussée était plus vaste mais il ne se composait pourtant que trois pièces. Ici vivaient le Pépé et la Mémé, qui n'étaient pas du tout de la famille. C'était plus simple de les appeler ainsi surtout que nous n'avions connu aucun de nos grands-parents. Le Pépé était sourd et aveugle. D'habitude, ce qui se fait couramment, c'est sourd et muet, lui se démarquait d'un certain conformisme. Valait-il mieux être sourd et muet? Je ne l'ai jamais vu marcher, pourtant il pouvait, il ne quittait pas son fauteuil de toute la journée, la tête un peu en arrière bien calée contre le dossier. Ses yeux sans expression restaient ouverts en permanence, ils avaient été crevés à la guerre. La guerre était pour moi un concept que je ne comprenais pas, j'imaginais bien sûr que des gens qui n'étaient pas d'accord sur quelque chose se disputent, c'était comme avec mes sœurs, mais comment peut-on crever les yeux de quelqu’un! C'est monstrueux, abominable… Son poste de TSF poussé au maximum de sa puissance lui tenait compagnie, il ne fallait pas manquer la famille Duraton, les aventures de Zapi Max et du Tonneau dans 'ça va bouillir!' 'sur le banc' avec Jeanne Sourza et Raymond Souplex... Je venais souvent le voir bien qu'il me faisait un peu peur avec sa grosse moustache buissonnante et sa bouche ouverte, mais il était très gentil et aimait les enfants. Il fallait bien sûr en arrivant dans la cuisine où il passait ses journées, l'avertir d'une façon ou d'un autre de ma présence, il tendait alors les bras et me posait sur ses genoux.

    La Mémé était une petite bonne femme au visage desséché, ridé comme une pomme qu'on aurait oubliée. Elle n'aimait pas trop les enfants, il ne fallait pas attendre de sa part une quelconque manifestation de tendresse, il faut dire que par ma faute elle se déplaçait très difficilement. J'étais accusé d'avoir laissé trainer dans la cour des planches qui auraient été la cause d'une chute sévère. Oui, j'étais le coupable consterné de ce handicap bien que je ne me souvienne de rien. J'imaginais souvent la Mémé par terre, une planche clouée dans la hanche. J'avais honte de moi et c'était bien normal qu'elle ne me porta pas dans son cœur. Elle utilisait pour se déplacer, une chaise dont elle agrippait le dossier pour se maintenir en équilibre et la poussait devant elle petit pas après petit pas, c'était le déambulateur de l'époque. On pouvait ainsi, au bruit de la chaise sur le parquet de la chambre et sur le carrelage des autres pièces, suivre aisément depuis l'étage ses déplacements. Si ma mère avait pu soutenir toute la misère du monde, elle l'aurait certainement fait, alors c'est tout naturellement qu'elle aidait ces gens qui de fait, faisaient partie de la famille. C'était presque tous les jours que je leur descendais un peu de ce qu'elle avait cuisiné pour nous.

    La cour était une cour banale. J'ai entendu cet adjectif des dizaines de fois sans savoir ce qu'il voulait dire exactement. Nous devions laisser le passage aux voisins qui habitaient au fond de la cour, c'est tout ce que j'avais compris. Nous avions souvent des réprimandes de la part de ma mère quand monsieur Chapignac était obligé de slalomer avec son vélo au milieu du désordre que nous avions laissé. Même lui qui était un homme très calme et sociable, y allait de sa petite remarque. Puisque qu'il avait le droit de passage... Le droit c'est le droit, personne ne peut le contester. Lui, il avait un portail qu'il fermait consciencieusement après être entré, nous, nous ne pouvions pas en avoir et c’était bien dommage car nous aurions pu avoir un chien…

    Il arrivait du travail à heure fixe, jamais une minute de retard. C'était un homme assez petit, sa casquette bleue toujours sur la tête, une petite moustache taillée en balais brosse lui donnait un air sévère, sa petite voix presque inaudible mais douce n'allait pas du tout avec son apparente sévérité. Madame Chapignac était plus grande que son mari, les cheveux quasiment blonds, ondulaient jusqu'à ses épaules, elle ne portait jamais de tablier contrairement aux autres femmes du quartier, elle donnait l'impression d'être toujours habiller pour sortir, mais elle ne sortait jamais, son mari faisait les courses et quand il lui manquait quelque chose, c'était moi ou mes sœurs qui allions lui chercher. Elle nous demandait souvent de lui acheter une côte de porc frais, il existait sans doute du porc pas frais, un morceau de mou pour son chat et une ficelle sans sel qui faisait naitre en moi de nombreux points d'interrogation, madame Chapignac était malade et sa maladie c'était le sel! Elle avait pourtant l'air tout à fait normale, allait et venait, discutait avec les voisines, mais elle était malade même gravement. Quand on est malade, on reste au lit, elle, non.

    Monsieur Chapignac était musicien, tous les jours il jouait de l'accordéon. C'est lui qui dirigeait l'harmonie municipale, il a même composé de la musique, plusieurs morceaux pour fanfare. Comment avait-il pu faire un travail aussi compliqué. Quand il nous invitait à venir chez lui pour regarder la télévision ce qui était pour moi un immense bonheur, je voyais son instrument posé sur une petite table. Je ne pouvais imaginer que l'on puisse jouer aussi bien avec autant de boutons. J'aurais tant aimé le regarder jouer, mais je n'ai jamais osé le lui demander. Je me contentais donc quand le temps le permettait, de rester le plus près possible du portail et d'écouter.

    En face de la maison, de l'autre côté de la cour, il y avait des dépendances qui servaient un peu à tout, au rez-de-chaussée, c'était un immense foutoir qu'on appelait le garage malgré que mon père n'ait jamais eu de voiture. C'est là que je trouvais toujours de quoi m'occuper. L'étage servait de réserve de fagots de bois pour allumer le poêle et de foin pour les lapins, pour y accéder, une simple échelle. Il n'y avait pas de garde-corps, il m'était donc interdit d'y monter, mais ce n'était pas parce que c'était interdit que j'y passais de long moments mais parce que c'était le dortoir des chats.

    Derrière ce bâtiment, c'était le domaine de mon père, le jardin. Un passage pour brouette entre ce bâtiment et celui du voisin permettait d'y accéder. Toutes les maisons de la rue avaient, sur l'arrière, un jardin, un simple grillage les séparait, ainsi, chacun pouvait voir le jardin des autres et comparer l'évolution des cultures et la précocité des récoltes. Il y avait une petite compétition entre les jardiniers, c'était à celui qui allait récolter les premiers petits pois ou les premières pommes de terre. C'était le lieu où les hommes du quartier bavardaient, on y parlait surtout culture, de ce qu'il fallait planter en fonction de la lune. Ce potager me semblait grand, mais pour l'avoir revu de nombreuses années après, il était bien trop petit pour nourrir toute la famille, c'est pourquoi, mon père en cultivait un autre bien plus important. C'est pourtant, de ce petit jardin que nous arrivaient, les bonnes années pour le repas de Pentecôte, les premiers légumes que ma mère cuisinait en julienne. Mon père ne cachait pas sa fierté quand le plat arrivait sur la table, il y en avait largement pour tout le monde et c'est ma foi vrai que c'était bon...

    Le poulailler représentait une part importante de notre consommation de viande, mais il restera pour moi un théâtre dans lequel les pièces ne sont jamais jouées deux fois. Les poules sont des bestioles infatigables, elles n'arrêtent pas de gratter le sol dans une chorégraphie bien réglée. Elles s'inclinent d'abord sur le côté en prenant appui sur une seule patte, l'autre gratte deux fois le sol dans un mouvement légèrement dirigé vers l'extérieur, 'grat, grat' puis elles s'inclinent de l'autre côté, font avec l'autre patte à nouveau 'grat, grat', reculent d'un demi pas pour que la tête se trouve bien à la verticale de la zone mise au jour, se penchent en avant et fouillent le sol ameubli en deux coup de bec, de droite à gauche puis de gauche à droite, 'clic, clac' toujours deux coup ni plus ni moins, regardent si quelque chose les intéressent, si c'est le cas, un coup de bec rapide pour engloutir la trouvaille. Le plus souvent, c'est une déception, rien à se mettre dans le clapet. Elles ne sont pourtant pas difficiles, tous les vers et insectes de la création sont pour elles comestibles, elles sont aussi d'une agressivité et d'une combativité surprenante, même un serpent n'a pas le dernier mot. On pourrait croire qu'elles sont toutes complètement accaparée par leurs travaux de fouille, que nenni, elles s'observent, s'espionnent s'épient en toute discrétion, pour filouter l'éventuelle découverte de l'une d'entre elles. Quand par hasard une veinarde découvre un ver de terre et commence à le tirer hors du sol, le lombric résiste, s'allonge comme un élastique, aussitôt, toute la basse-cour aux aguets part aux trousses de la chanceuse, la guerre est déclarée, les coups de bec pleuvent et les plumes s'envolent, elles ne caquettent plus tranquillement, elles s'époumonent, s'égosillent, vocifèrent, les ailes claquent, en quelque sorte elles se volent dans les plumes, c'est une partie de bec et ongles, impossible de dire dans quel gosier finira le lombric. Puis le calme revient, chacune reprenant son occupation de fouille méticuleuse. Au milieu de toutes ses poules, le coq, il ne gratte pas lui, il surveille. De temps en temps, il se mettait à courir en direction d'une pensionnaire qui se met à piailler et qui pense trouver son salut dans la fuite, l'arrête sans ménagement, lui montait sur le dos, elle s'écrase sous le poids, puis il la libère quelques secondes après, il faut à la pauvre bête bien deux ou trois secondes pour reprendre ses esprits. J'ai longtemps pensé que le poulailler était comme une cour d'école et que le coq était le maitre, mais je trouvais quand même que les punitions étaient un peu fréquentes surtout que je n'arrivais jamais à comprendre quelles fautes elles avaient pu commettre. Le règlement d'un poulailler était bien difficile à comprendre mais c'était un spectacle perpétuel ou les poules avaient la tête en bas et le coq la tête en l'air.


  12. Ah les mots !

    Ils offrent des vérités en latence. Ils dissimulent la vérité qu'ils estimentdevoir exprimer. Ce qu'ils approchent, s'éloigne. Ce qu'ils livrent, s'enfuit.Ce qu'ils don­nent, se reprend. Cet antagonisme du sens et du non-sens,lorsqu'il est accepté en toute simplicité, permet de ne plus se prendre ausérieux et d'accéder à un peu plus d'humilité et de tolérance.

    Bernard Leblanc-Halmos - Ce que les mots veulent dire.


  13. Semaine focus 1: Race et Inegalitees.

    Un problème d’actualité

    Un certain temps a maintenant passes et la théorie des races qui affirme que certaines races sont naturellement aptes à dominer, à son apogée pendant l’Allemagne Nazie, n’est bien sur plus d’actualités. De nos jours, le Français moyen n’est pas raciste, du moins idéologiquement. Il n’y a pas de distinctions faites entre un noir et un blanc. Ils ont accès aux mêmes services, aux mêmes institutions, aux mêmes hôpitaux. Cependant, alors que l’attitude des gens (notamment des blancs) envers les différentes races a bien change en quelques années, certaines structures sociales de la société perpétuent les inégalités entre race. Le président François Hollande annonçait, durant sa campagne électorale vouloir efface le mot « race » du dictionnaire. Il a ses raisons, j’en suis certain. Pourtant un problème ne s’envole pas simplement en oubliant qu’il existe. Il y a en France, un racisme structurel évident, et enlever le mot « race » de la langue française n’aidera surement pas à résoudre ce défaut de société.

    Definition

    Il est donc important de ne pas enlever ce mot de notre langue. Il est également important de redéfinir ce terme, race. Aujourd’hui, il n’y a pas vraiment de claire définition de ce terme, ce qui crée un obstacle non négligeable pour résoudre les inégalités raciales. Deux sociologues Américains, dans l’optique de tacler le problème des inégalités raciales, donne la définition suivante : C’est un terme qui n’a pas de sens fixe, mais qui est construit et transforme par l’ « histoire-sociale » du milieu. L’histoire sociale dont ils parlent comprend tous les projets gouvernementaux qui ont servis à perpétuer ou rectifier la dominance d’une race, en termes de pouvoir. Les deux sociologues appellent ces projets gouvernementaux des projets raciaux. Ils peuvent être positifs, neutre, ou raciste. Un projet racial est dit raciste si il créé ou reproduit les structures de domination des races. Dans la société française actuelle on retrouve des projets raciaux positifs ainsi que raciste. Parmi les projets positifs on trouve la discrimination positive, est un moyen gouvernemental qui permet de rectifier la dominance d’une race-les blancs- dans l’éducation et le monde du travaille principalement. Un exemple de projet négatif serait la « guerre contre la drogue » couples, notament avec une politique du chiffre. Des études ont montrées que proportionnellement, il y a autant de consommateurs de marijuana blanc, noir et arabe. Pourtant les personnes contrôles par la police pour usage de produits stupéfiants sont très majoritairement des noires et des arabes. Clairement, dans ce cas, la guerre contre la marijuana entre dans la définition d’un projet racial négatif. De plus, l’obstination du monde politique à ne pas considérer de changements structurels sur ce sujet, en termes de législation notamment, perpétue une injustice sociale, basée sur la race. Le système carcérale, ainsi que la ségrégation spatiale, sont d’autres projets raciaux qui perpétuent les inégalités entre race. Ceux-là sont plus sérieux que l’exemple donne précédemment sur l’inégalité raciale vis-à-vis des risques encourus par les consommateurs de marijuana qu’il soit blanc ou bien noir et arabe. Dans le prochain article, je me pencherais plus sur le système carcérale et la ségrégation spatiale.


  • Commentaires des blogs

    • Bah tiens... puis aussi une taille de guêpe, une crinière de lion et tout le monde te dit que tu as du chien...  Quelle honte : ce blog est en train de virer promotion de la zoophilie.
    • Moi pas savoir ce que tu as écrit : je disais déjà en octobre 2013 sur FFr que Cantat était au mieux un honnête parolier, mais qu'il était très peu poète. J'étais tombé sur l'habituel fan de service qui croit sérieusement que le Bertrand fait partie des 7 merveilles du monde, donc il m'a fallu l'asticoter un peu : mais ça a très vite arrêté de m'amuser, car l'inculture ne m'amuse pas longtemps. Ce n'est point grave, au final : si des gens ont envie de s'astiquer sur un faux poète faux révolutionnaire vrai bankable du rock vrai patron de restaurant, c'est leur vie. Jusqu'à un certain point je comprends : il fait quand même partie des gens qui m'ont donné envie d'écrire. Sauf qu'on peut être critique concernant un amour de jeunesse sans pour autant se renier, m'enfin bon... Et bien tant mieux, si ce blog peut donner un peu de plaisir à quelqu'un, c'est plutôt une bonne nouvelle : il faut bien que le barde paye son dû à l'ovate. [EDIT] merci @Lucy Van Pelt
    • Alors toi... soit tu m'as lu... soit je t'épouse! (c'est une plaisanterie hein, parce que le mariage, je laisse ça aux autres) Tout à fait! Il est dans la crasse magnifiée... Je continuerai la lecture de tes pages.. tu es surprenant, moitié poète, moitié mage, et un peu dragon noir... (j'espère que tu as remarqué mes dons d'ovate  )
  • Statistiques des blogs

    • Total des blogs
      1 211
    • Total des billets
      4 321