Aller au contenu

Naluue

Membre
  • Contenus

    960
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Naluue

  • Rang
    Forumeur accro
  • Date de naissance 05/14/2002

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Intérêts
    "Ce que je retrouve toujours au long des années, au cœur de mon attitude, le refus de disparaître du monde, de ses joies, de ses plaisirs, de ses souffrances, et ce refus a fait de moi un artiste".

    ---- Albert Camus, Carnets III (1951-1959)

    Gnothi seauton

Visiteurs récents du profil

7215 visualisations du profil
  1. Naluue

    A quoi bon ? ou Et alors ?

    J'aime déjà cette soupe ! Merci en tout cas et bonne année.
  2. Naluue

    A quoi bon ? ou Et alors ?

    Merci pour tes gentilles remarques. Sinon quel autre sens verrais-tu pour le terme "pédophiles" ? Oui je me référais à sa signification courante mais je suis curieuse de savoir quoi d'autre on pourrait y voir.
  3. Voilà que l'on se retrouve, quelques années plus tard, désemparée, comme si tout ne cessait de se mouvoir, que ni l'amour ni mes proches ne suffisaient ; écrire maintenant dans le vent en espérant que quelqu'un me tire dans le vivre quand j'ai les bras coupés. Je suis une adulte n'est-ce-pas, mes camarades ? Pourtant, je suis tout aussi perdue qu'adolescente, je dirais même, davantage, maintenant que j'identifie toutes mes cassures, incapable de les arranger, menée par le bout du nez par leur force invraisemblable. Je réalise maintenant, que je n'ai pas de parent, la haine qui m'habite est ignoble. Je dors dans un large bain d'angoisse, de solitude, de désespoir et d'une rancune sans nom. J'admets finalement que je n'ai aucune identité, tout comme un lot de films argentique, j'imprime et ainsi se forme une identité, temporairement, jusqu'à ce que la lumière tape une nouvelle histoire sur moi. Mon identité n'est-elle qu'une boule de tristesse et de mélancolie ? Oh bon sang ma petite moi-même... Je n'aime pas les gens, il m'effraient, je crois qu'ils me détestent tous, pourtant je suis la personne la plus cordiale qui soit, et en même temps, je ne suis personne, je n'ai aucun ami, je n'ai aucune idée de comment l'on se fait des amis, et chaque interaction que j'ai, reste loin de moi, et rien ne me rapproche de qui que ce soit, parce que je me sens si loin de tous. Dieu sait comme j'essaye d'être dans notre discussion. Pardonnez-moi, je voudrais tant que l'on comprenne et que je puisse expliquer. Maman, Papa, je vais vous hurler dessus, jurer par tous les noms ma haine vous promettant tout le malheur du monde, car trop longtemps vous avez baigné dans l'impunité d'être des êtres dangereusement indignes et égocentriques. Ou peut-être je me contenterai de vous dire bonjour et de faire comme si rien ne s'était passé ; je ne voudrais pas gâcher Noël. Puis, vous ne méritez peut-être pas tout le malheur du monde, car il est lourd, j'imagine que vous avez eu vos lots de peines, j'imagine, mais ça n'excuse pas. Jetée, abandonnée, dans un monde de pédophiles et de cruelles pupilles qui vous accrochent. Petite fille se perd dans se qu'elle croit. Pour des années à remuer dans le chaos, et quand le calme s'en vient, ce sont des crises d'angoisses, des pleures, des bégaiements qui troublent toute la sérénité que sa vie bien saine pourrait lui apporter. Qui suis-je ? Je ne suis personne. Que vois-je ? La peur. Où vais-je ? Mais je ne sais pas, ne sais pas, ne sais pas. C'est pitoyablement triste, et vieille un jour j'affronterai la mort qui me terrorise, comprenant que ma jeunesse n'a rien été qu'un tas de terreurs. Pourtant je rêve, d'enlacer simplement de bons amis autour d'une table bien remplie ou au pied d'un arbre grandiose. Je rêve de vivre un peu, et que s'en aille cette sensation entre mes côtes qui me rappelle que je ne suis qu'inquiétude. Ca n'est pas injuste tout de même ? Tous ces enfants qui se condamnent à la place des vilains ? ON A TOUS SI MAL AU COEUR ET A LA TÊTE.
  4. Naluue

    Le sexisme philosophique

    Ca n'est pas forcément sexiste, si la manière dont tu t'adresses au sexe féminin n'inclut ni condescendance, malveillance, perversité non consentie, ou que sais-je. En fait c'est surtout l'humanité de l'autre qu'il faut respecter. S'il est naturel pour toi de t'adresser différemment, fonce alphonse. (Je crois) Il ne faudrait pas que cette différence ne cache une opinion malvenue d'une nature différente entre homme et femme. On est juste des humains et nos capacités restent respectivement plus ou moins les mêmes. Pour ma part, je m'adresse différemment en fonction de la personne.
  5. Naluue

    Les pieds fonctionnels

    Et parfois, on meurt. Et parfois, ça me brise le cœur. Et parfois, je voudrais te dire papa, que j'ai bien des peines à ne pas avoir de tracas. Parfois, oui parfois, tout arrive parfois ; mais la mort, elle, ne m'arrivera qu'une fois.
  6. Te fait une offre, pour laquelle tu signes, la main encore petite, microscopique, insécable. Dès le départ c’est un contrat truqué ; mon nouveau-né, tu t’es fait berné. Mais ne pleure pas, tu n’es pas le premier. On s’y fait ? Tu verras des visages gardés pour orner le passé, tu vas les détester, et tous ceux qui les rejoindront vont te blesser ; dîtes-le, quel intérêt d’avoir un visage à courte durée ? Tu te diras au moins, qu’ils partent à temps, que si le pire s’en vient fièrement, ce n’est plus pour eux. Alors, ta naissance créé un creux pour que tu le combles, on te fait une place, idiot, qui se trouvera n’avoir plus de sens et bien des peines quand il te faudra mourir. Un jour, on regardera tes chaussures, le regard sensiblement détruit, et ça, c’est souvent bien la preuve que tu as eu des pieds… au moins quelques temps, fonctionnels. Moi aussi, j’ai pleuré quand je suis né, je crois, comme toi, parce qu’une lumière agressive telle que tu me vois, m’a expliqué tout comme à toi, que je m’étais fait, a v o i r. C’est l’ego qui est le plus tourmenté. Que dis-tu ? Ma foi, c’est vrai, je veux bien croire toutes ces blouses blanches, il est aussi très douloureux de respirer.
  7. Enchanté question de se connaître ? 

      aa
  8. La bonne nouvelle c’est quoi ? 

      aa
  9. L’amour est toujours premier, il est un enfant roi, il ne sait être rien d’autre : le favori ; sans cesse au centre du monde. Il ne regarde que son nombril, et tous le suivent. On lui porte toute l’attention, louanges comme reproches, qu’importe tant qu’on le suit. L’amour, ne voit que lui. On l’a bien appris, tout le monde a soif d’amour. Pourtant, ce n’est pas de sa faute. Je sais, il est aliéné. Une bouche qui souffle sur le pauvre un vent d’égocentrisme et le décoiffe, perpétuellement. Désormais, amour est pris dans un élan, qui ne lui appartient pas. Chercher l’autre pour gonfler son propre cœur et étirer son propre sourire ? Ou trouver un sourire étranger à nourrir ? Moi, maintenant, je range l’amour dans une timide boîte, que je garde. Je sais que j’aime, il n’y a rien d’autre à voir. Je laisse dans mon cœur la place pour autre chose, une joli mot : affection. Tout ne devient pas rose quand on loge l’affection, non, l’obscurité pointe toujours le bout du nez. Le soir, le matin, au gré de ses envies. Sauf que l’affection est une petite lumière que je peux allumer d’un bisou ; douce et chaleureuse. Moi aussi, je suis la petite lampe de ma petite lampe. Je ne m’éteindrai pas, surtout une fois que les couleurs criardes de l’amour auront fini de sauter (colère, euphorie et jalousie).
  10. Bonjour ! Je fais appel à vous tous, pour poser une simple question ! Quel est le conseil, l'astuce, ou la chose que vous auriez aimé connaître avant de louer et d'emménager dans votre premier appartement ? Attention, je ne veux rien de pessimiste de type : "c'était mieux quand maman et papa s'occupaient de tout" ou encore "prépare toi à te serrer le bide". Le négatif faut pas chercher pour le trouver ! Pas besoin de l'entendre dire deux fois. Non, moi, je cherche de bons conseils pour bien démarrer, des astuces sympatoches ! Bref, un truc qui est pas déplaisant de savoir, pas de trop. Tout ce qui vous passera par la tête ! Gracias !
  11. Naluue

    Dormir !

    Il est possible que là-bas, j’explose. Je suis accroupie sur mon pilier de béton, j’y ajouterai les fleurs, un peu plus haut que le monde, je vois plutôt clair et loin. Aujourd’hui mieux que demain mais moins que bientôt. J’ai lâché un caillou qui s’est écrasé au sol, et j’ai pu me figurer l’ampleur des dégâts si je venais à glisser de mon pilier. Mais tout va bien. J’ai bon espoir que l’angoisse devienne une amie, et que je la caresse comme je caresse les lapins du jardin. D’ici là, moi, je continue, et en agitant mes jambes, je sens encore un air doux de soir d’été. J’écris dans le vent des mots, pour que vous les lisiez, car sur mon pilier, il est vrai, j’ai parfois besoin de sentir une immensité d’âmes, qui pourraient si je l‘accorde, connecter leurs douces et fracassantes pensées aux miennes… pendant, quelques, émotions. Infimes et tourmentées, authentiquement solitaires, aux cœurs de nos mains, par l’espoir de voir. Si tout ça n’a pas de sens, c’est, je crois, qu’il est insensé de décrire une émotion qui n’a pas de nom. Parce que la langue merveilleuse est encore trop faible, et que mon esprit est trop grand pour un si petit univers. Et vous ? J’ai hâte de comprendre ; j’ai hâte d’ouvrir ma bouche et d’étirer, que dis-je, écarquiller mes yeux, le matin où, j’aurais compris, m’exclamant d’une surprise évidente « Aaaaaah ! C’était donc ça ? Mais bien sûr. » Alors je pleurerai ou je rirai, mais soyez sûrs que je dormirai de mon meilleur sommeil.
  12. Oh merci ! Mille mercis du fond de mon cœur et de gros gros grooooos bisous (je suis majeure et vaccinée, bien sûr que je fais ce qu'il me plaît ! nananah ) Même moi je ne réalise pas !
  13. Naluue

    Le machisme

    Si c'est du premier degré, je mange mon chapeau.
  14. Et bien, il fallait commencer par dire ça si c'est là ce qui t'ennuie, puisqu'il s'avère que nous sommes d'accord sur tout le reste.
  15. Bien sûr, je ne clame pas qu'une femme pourrait égaler Dwayne Johnson, mais si je m'entraîne régulièrement, en me surpassant, il est normal que j'obtienne des résultats supérieurs à ceux d'un homme qui ne fait pas d'effort musculaire, ou trop peu. Et puis allons, l'humain a évolué, les caractéristiques masculines ne s'arrêtent plus à la force. Il faut arrêter de penser des absurdités. En effet c'est la mentalité de beaucoup, mais j'ai justement posté ça parce que c'est idiot et restrictif comme façon de réfléchir, et tu le sais très bien.
×