Aller au contenu

Naluue

Membre
  • Contenus

    714
  • Inscription

  • Dernière visite

6 abonnés

À propos de Naluue

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Lieu
    Montpellier
  • Intérêts
    "Maintenant, je sais. Ce monde, tel qu'il est fait, n'est pas supportable. J'ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l'immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde." Albert Camus

    ~ Gnothi seauton ~

    Mélancolie accentuée

Visiteurs récents du profil

4 441 visualisations du profil
  1. Naluue

    La rupture.

    La rupture. La rupture me semble aussi commune qu’un rhume, et c’est un fait. Elle n’inspire pas un sentiment très complexe, une simple et innocente tristesse. Il n’y a ni folie, ni rage, ni vertige ; il y a seulement en premier lieu, de la tristesse. Je ne souhaite pas que l’on me réconforte, la rupture est intime, c’est un attachement que l’on cherche à décoller de soi, ainsi, la déchirure s’impose. Malgré la volonté de se séparer de cet attachement, lorsqu'on le décolle il devient dur de persévérer. En effet, il est alors plus simple de se dire que la situation était moins douloureuse, et que l’on pourrait alors stopper notre acte et revenir sur nos pas. Cependant cela est faux, bien entendu, la douleur est intense mais ouvre la porte à d’autres choses, elle ne dure qu’un temps. La rupture évoque un sentiment si simple (à ne pas confondre avec indolore), qu’elle en devient presque réconfortante ; je sais pourquoi j’ai mal, je sais où ça fait mal, je sais quoi faire pour aller mieux, finalement, je sais que ça ira mieux. Au fond, ne savais-je pas déjà que ça ne serait pas éternel ? Ce n’est sûrement pas la dernière fois que je me confronterai à une rupture. Toutefois, comme pour un rhume, le corps enregistre et crée ses anticorps, je souffrirai moins longtemps à l’avenir. C’est peut-être agréable de ressentir quelque chose de banal, d’aller mal et pouvoir se dire qu’attendre suffira. Je pleurerai, je me sentirai fatiguée et effroyablement seule, je ressasserai mes souvenirs, je me conforterai dans l’idée que le manque s’accroche, mais quoi qu’il en soit, il y aura un matin où l’attachement ne sera plus désagréable, et se rangera du côté de mes calmes souvenirs nostalgiques. Ceci dit, la rupture m’a appris à mieux me connaître, j’ai pu observé mes réactions face à de nouvelles situations, ce que je souhaitais et ne souhaitais pas, ce que je supportais et ne supportais pas. J’ai davantage compris l’amour et ce qu’il englobe, je l’ai coupé et rangé dans des cases pour ne plus mélanger mon sentiment amoureux avec d’autres mauvais sentiments. Même si l’amour n’est plus, que l’on ne voit plus l’avenir de la même façon, cela n’empêche pas que le cœur s’attache désespérément à son passé, pensant pouvoir revivre les souvenirs grâces aux personnes qu’ils incluent, alors qu’il n’en ai rien. Les bons souvenirs deviennent en un battement de cil des gouttes de mélancolies. Comme chaque seconde qui disparaît, les souvenirs font de même, et n’existent plus. C’est assez pessimiste et stéréotypé lors d’une rupture de se dire que finalement nous continuerons à nous accrocher aux bons moments sans vraiment en voir le bout, et qu’une fois la mort à notre porte, le bonheur qu’ils glissaient dans nos cœurs à l’instant t ne sera plus qu’une montagne de mélancolie qui se fracassera sur nos corps. C’est parfois bien triste d’accepter d’aimer.
  2. Naluue

    Je ne veux pas dormir

    J'espère me réveiller encore et encore sans en voir la fin, ce n'est pas le réveil qui me dérange mais ce qui l'accompagne.
  3. Naluue

    Je ne veux pas dormir

    Si je me laisse fermer l’œil, la prochaine chose que j'entendrai sera inévitablement le son fatal de mon réveil, qui chaque matin me brise un peu plus et aspire l'espoir pour donner l'angoisse.
  4. Naluue

    J’ai peur de retourner en cours

    Bonsoir, Le collège est rarement un bon moment à passer. Tu dis avoir 14 ans alors je suppose que tu es en troisième, si ça peut te consoler ne serait-ce qu'un peu, tu seras vite au lycée, très vite. Alors je sais que c'est pesant et fatiguant de se lever tous les jours la boule au ventre, mais si ta mère refuse de comprendre alors laisse le temps régler ton problème. Essaye de ne pas te mettre ta mère à dos, même si parfois tu sens qu'elle minimise ce que tu ressens et nie ton problème, ce n'est sûrement pas volontaire. Juste bonne chance, mais crois moi, un mauvais moment reste un moment et tous les moments passent.
  5. Naluue

    J’ai peur de retourner en cours

    Je suis d'accord, faire le contraire n'arrange rien. Ceci dit, amoindrir ses problèmes en lui proposant ça, il faut avouer que c'est très peu utile et n'arrange rien non plus.
  6. Naluue

    Etre nostalgique

    Merci, bonne année à vous.
  7. Naluue

    Etre nostalgique

    Est ce que c'est seulement possible d'être nostalgique de ce que l'on a pas vécu ? C'est fou. "Tu verras bien qu'un jour une chanson dans la tête, tu l'auras à ton tour, ton 1987."
  8. Naluue

    el tiempo

    Tu t’en allas loin de moi d’un pas nonchalant sans daigner me lancer un regard. Te reverrai-je dans cette soirée tordue de vide ? Je laissai passer quelques minutes la bouche entre-ouverte. Mais non, non il fallait que je te rattrape ! Tu partirais à l’autre bout du monde sans même m’adresser une explication ? Dans ma course effrénée contre toi, je repensai à mon temps. Combien de fois avez-je déjà couru après les souvenirs ? Après le regret et le remord ? Mon dieu, tu ne peux pas me laisser avoir le souffle chaud et la gorge irritée à nouveau. Tu ne peux pas me laisser les jambes tremblantes, les yeux remplies de larmes stressées… encore une fois, et à jamais. Mais tout ça n’a rien d’un film, je ne te retrouverai jamais, ai-je faux ? Tu disais que j’avais besoin d’être réaliste, de me résigner, que je ne pourrai pas faire de ma vie une cassette que l’on rembobine. Tout ça n’existe plus dès lors que le temps fait entendre ses talons au rythme des secondes. Tu es cruel.
  9. Naluue

    Ma sœur, parfaite.

    Parce qu'ils n'accordent pas ou peu d'importance à ce qui est demandé, parce qu'ils ne veulent pas blesser, parce que souvent eux aussi ne sont pas objectifs. Et puis ils ne peuvent pas vraiment savoir qui est la personne à qui ils s'adressent, ils parleront en s'appuyant sur ce qu'ils savent, mais ils ne savent jamais tout. Quand je dis "ils" je m'inclus, et je ne blâme personne.
  10. Naluue

    Ma sœur, parfaite.

    C'est si commun de se sentir lamentable face à d'autres. Mais comment se fait-il que nous ne puissions pas être parfaitement objectif sur ce qui nous concerne ? Pourtant j'essaye de toutes mes forces de l'être. Les autres ne sont jamais tout à fait honnêtes non plus, par tact. Autrement dit, on ne sait jamais ce qu'il en est vraiment de nous, alors je ne peux que m'appuyer sur ce que j'ai le sentiment d'être, et je ne me passe que sur ce que je vois ; comme tout le monde après tout !
  11. Naluue

    Ma sœur, parfaite.

    Merci, bonne fin d'année à vous aussi.
  12. Naluue

    Ma sœur, parfaite.

    Bonjour, Je m'apprête à écrire un sujet dont je ne suis ni fière ni confiante. Je voudrais parler de ma chère grande sœur que je ne saurais aimer moins que tout autre personne. Je pourrais décrire sa perfection bien longtemps. De magnifique yeux verts que personnes d'autres n'a dans la famille, une alimentation vegan et très saine, une activité sportive plus que régulière, en master sans redoublement, une organisation et rigueur sans faille, une écrivaine qui tente déjà d'être publiée, une passionnée de chouettes sujets, curieuse ! Tendre, généreuse, timide, intelligente et tout simplement en continuelle évolution. Tout ce qu'elle entame, elle l'achève avec brio. Et je ne peux même pas me l'expliquer ! Elle se doit tout à elle seule. Mais je suis très fière d'elle, je l'aime énormément je ne lui souhaite pas moins que ça, elle le mérite. Récemment, elle est revenue vivre dans la maison de famille, c'était avec plaisir que je l'accueillis, mais... pourquoi après seulement quelques jours je me rends compte que j'aurais préféré ne pas avoir à cohabiter avec la perfection ? C'est vrai qu'à présent, le sentiment déjà lourd d'être une tâche ne fait qu'aller en s'amplifiant. Je ne suis qu'une enfant immature encore à la recherche de compréhension, mais c'est très pesant de n'être pas considérée. Je souhaiterais me retrouver seule une bonne fois pour toute, ne plus croiser personne. C'est évident que même si mes parents n'ont pas de préférence, au fond d'eux, il y en a une qui les rend plus fiers que l'autre, et ce n'est certainement pas moi. Mais ce n'est pas ce que je recherche, je voudrais seulement ne pas me sentir de trop dans la seule pièce où j'arrive à trouver du réconfort au milieu de mes émotions hasardeuses. Je ne veux pas que les vacances s'arrêtent, je veux que cette situation s'envole discrètement et qu'avec mes jours de lycée n'arrivent plus jamais. Je voudrais rester figée entre deux secondes, dans le silence du monde, ne plus entendre un souffle si ce n'est le mien.
  13. Naluue

    Coincée dans une pièce

    La pièce est froide. Sombre. Silencieuse. Mais il me semble que dehors le temps s’écoule encore. Je sens parfois sur ma joue, le souffle d’un soupir agonisant. Quelqu’un m’a dit qu’il y avait toujours une porte, mais je ne saurais la trouver. Autrefois, ici, j’accrochais mes larmes et mes sourires autour des portraits de ceux que j’aimais. L’ombre et la lumière semblaient se bagarrer la place à tour de rôle sans jamais que l’un ne prenne le dessus. Il s’agit de l’équilibre de toute chose. En dansant dans ma pièce, j’ouvrais ma porte aux aventures d’une vie nouvelle. Un jour, lors d’une dispute trop violente, joie prit ses bagages sans me dire au revoir. Moi je l’aimais. Alors je vis ma tristesse la suivre pour ne pas la perdre. Ils refermèrent la porte derrière eux, et sans s’en apercevoir, me laissèrent sans lumière. Il fit froid, tout devint sombre, et le silence prit place. Je ne peux plus regarder les portraits de ce que j’aimais, je crois qu’ils ont oublié de vérifier ma porte. Ce n’est pas grave. Nous sommes tous un peu coincés dans nos pièces.
  14. Naluue

    Un chasseur psychopathe

    Ça peut paraître bête ce que je vais dire, mais personnellement j'aurais bien trop peur qu'un chasseur me tire dessus par erreur, alors rien que pour ça je ne serais même pas aller me balader. Et j'espère bien que ce chasseur n'avait pas l'intention de tirer sur ton chien et que ce n'était qu'un geste réflexe. C'est inadmissible de pointer d'une arme un être vivant, en particulier le chien de quelqu'un d'autre. Quel idiot celui-là.
  15. Je crois que l'on aurait évité et que l'on éviterait encore aujourd'hui bien des peines. (Même si j'avoue je suis bien contente que Noël et Pâque existes)
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité