Aller au contenu

apis 32

Membre
  • Contenus

    4854
  • Inscription

  • Dernière visite

4 abonnés

À propos de apis 32

  • Rang
    68tarde même pas repentie
  • Date de naissance 07/05/1954

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Lieu
    L'Isle Jourdain
  • Intérêts
    Chants et danses gasconnes piscine naturelle tomates bio et chocolat noir ...

Visiteurs récents du profil

12358 visualisations du profil
  1. Justement, non. Cela faisait déjà 2 ans que j'essayais de le convaincre qu'il en avait besoin, mais il refusait, et jusqu'à l'hospitalisation ( où on m'a tout de suite demandé de signer les papiers pour demande de tiers ) je n'avais pas trouvé d'aide. On ne "se sort" pas d'une psychose avec l'aide des proches. Même s'il n'y a ni délire ni hallucination, il est tout de même très sombre, avec une perte cognitive. Il ne peut pas travailler, et sort très peu, dort beaucoup. Et le taux de suicide chez les psychotiques est considérablement plus élevé que dans le reste de la population. Alors oui, c'est important qu'il soit traité. Depuis sa sortie d’hôpital, il vivait en appartement dans le bourg à 8 km de chez moi. Il s'est fait virer à cause de ses 6 chats ( une mère et sa portée ). Actuellement il campe dans le jardin et déménage en attendant de trouver un autre logement ( il ne peut pas gérer à la fois le déménagement et la recherche.
  2. Cela faisait longtemps qu'il était mal. A l'époque, je pensais à une dépression. Ce n'est que parce que son état se dégrade que le diagnostique va vers une psychose blanche. Vers la fin, quand le traitement était plus léger, les effets secondaires avaient disparu. Après, je constate que l'entourage a aussi son importance : Nous venons de vivre une cousinade à la maison et tout s'est bien passé, même avec les petits. Il avait juste besoin de s'isoler régulièrement pour se reposer. Oui. J'ai souvent l'impression qu'il m'en veut et les infirmiers psy m'ont expliqué que sa relation avec moi était typique de la relation d'un malade souffrant d'une psychose à sa mère : je suis à la fois la mère vers qui on revient, et la méchante...
  3. Merci pour ton témoignage ! Nous sommes dans la période difficile où il faut qu'il accepte de reconnaître et accepter sa pathologie. J'essaie de faire confiance au CMP pour avancer, mais moi , je suis discalifiée et il faut passer ce cap ...
  4. Merci pour ton témoignage. oui, nous sommes tous inquiet pour nos enfants. il ne s'agit pas d'une intolérance à la noix de muscade, mais d'une TS ou du moins d'un appel au secours ( à forte dose, la noix de muscade est toxique ) Bon courage à toi aussi ! Merci ! Merci pour ta réponse. je le comprends, mais malheureusement, dans le cas d'une psychose, l'amour ( surtout de la mère ) ne suffit pas... Merci et à bientôt ! J serai contente de te voir !
  5. 29 ans que je m'inquiète pour mon fils : Enfant sensible, original, fragile... Après avoir perdu son père à 13 ans, adolescent renfermé, détour par le cannabis... Il décroche son bac pro. Puis... petits boulots, formations et expériences décevantes... Il y a deux ans une hospitalisation après une intoxication à la noix de muscade. Les traitements lourds le rigidifient avec des tremblements des mains, une expression figée impressionnante. Au bout de quelques mois de diminution des traitements, je retrouve mon fils : Il rejoue de l'accordéon, s'intéresse de nouveau à la photo, est agréable en société. Le CMP continue de le suivre, et on arrête le traitement. J'attribue à l'hiver l'apathie et le renfermement qui réapparaissent mais au bout de deux ans, il faut faire face : On me parle maintenant de psychose blanche, " non productive ". Et bien sûr, il refuse de reprendre un traitement anti-psychotique, même à faible dose. J'ai adhéré très vite à l'UNAFAME, mais je n'ai encore rencontré personne, c'est encore trop difficile sur le plan émotionnel. Ce serait plus facile, si quelqu'un a une connaissance ou une expérience de cette pathologie d'échanger de façon anonyme... Merci
  6. apis 32

    Aspirine vs Paracétamol

    La propolis est un antibiotique naturel et de plus antalgique. Mais c'est magique... en attendant le dentiste !
  7. Je n'attends pas d'en être rendue là... Je nettoie régulièrement les canalisations en versant du bicarbonate et du vinaigre, de préférence chaud dans l'évier, le lavabo et la douche. Avant d'avoir besoin de déboucher, ça empêche les bouchons, assainit et désodorise. Je n'utilise jamais de javel.
  8. apis 32

    Le Jardin Sauvage

    Le gaillet grateron, c'est le truc dont les feuilles, les tiges; les fruits et les graines collent partout. En fait, on ne peut manger que le bout, avant qu'il fleurisse, et ce n'est pas terrible. Juste pour ajouter aux orties et feuilles de mauve. La mélisse, j'en ai en quantité sur une butte. il faut que j'en enlève régulièrement, alors je fais des tisanes et j'ai fait cet essai de gelée : J'ai laissé infuser un bon moment, puis j'ai enlevé les feuilles, puis refait bouillir avec un peu de sucre et de l'agar agar. J'ai bien aimé.
  9. Où qu'elle sont trop intenses... Pour les accouchements, les douleurs étaient très supportables, mais il y a quelques années, j'ai eu une pancréatite, et là... la morphine était bienvenue ! On est pas égaux devant la douleur, et en plus, ça peut varier suivant les types de douleur.
  10. Si tu veux une tranche de pain, je viens de le sortir du four : épeautre châtaigne, il est délicieux... mais il faut le laisser refroidir ! Je crois que ça veut dire : le contenu d'une boite !
  11. C'est vrai, j'ai toujours été étonnée et choquée de voir, dans les films, les femmes accoucher en hurlant. Je suis relativement douillette, mais je n'ai pas poussé un cri, et il ne me semble pas en avoir entendu non plus à la maternité. Pourtant, si j'en crois les témoignages ici, il semblerait que je sois chanceuse !
  12. Je mange de plus en plus cru, et si possible du jardin. En ce moment, salades composées, souvent mélange de fleurs et roquette.
  13. C'est sûr ! Je n'ai jamais voulu de péridurale, j'avais beaucoup plus peur de la piqûre ( qui avait provoqué une forte migraine à une collègue ) que de l'accouchement. J'ai fait des préparations par la sophrologie, et j'ai d'excellents souvenirs de mes deux accouchements.
  14. Je bois un peu de café, du thé à la menthe ( chauds ). Je bois quotidiennement du kéfir ( froid ). En ce moment, je me fais régulièrement des infusions de mélisse, que je bois chaudes ou froides : elle pousse à profusion sur mes buttes, et il faut que j'en cueille régulièrement pour qu'elle n'étouffe pas le reste. Et c'est délicieux...
  15. apis 32

    Le Jardin Sauvage

    Alors je n'aurais jamais pensé que celui là était comestible, mais je vais le bouffer avec plaisir... https://sauvagement-bon.blogspot.com/2013/05/ne-pas-confondre-gaillet-et-gaillet.html
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité