Aller au contenu

Valona

Membre
  • Contenus

    419
  • Inscription

  • Dernière visite

6 abonnés

À propos de Valona

  • Rang
    Forumeur survitaminé
  • Date de naissance 03/03/1998

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Lieu
    Chez moi
  • Intérêts
    Sport - Santé - Hygiène - Arts - Lecture - Les garçons - Donner de la confiture aux cochons

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. J'analyse un peu le rapport "garçons/filles" et les particularités qui font leurs spécificités. C'est dans le dernier sujet que j'aborde dans mon Blog Forum.fr. J'y développe les fondements de ces différences qui ne nous rapprochent pas forcément. Cela se lit facilement. Un peu comme des cacahuètes que l'on grignote dans une soirée entre amis devant le buffet. Ce fameux "bras mécanique" sur les "amuses gueules". Je vous embrasse et vous en souhaite bonne découverte. C'est instructif... Bisou
  2. La condition humaineJ'entends souvent des garçons prétendre que c'est plus difficile pour eux que pour nous les filles. Ils font évidemment allusion à la sexualité. Il me faut ici les rassurer et peut-être les dissuader d'avoir de telles croyances. Car ce sont autant de légendes urbaines qui se propagent comme autant de fakes news. Ce n'est tout simplement pas vrai. C'est même tout simplement impossible. Sinon grotesque. Je vais tâcher de bien leurs expliquer. Accrochez-vous les garçons.Nous autres les filles, nous sommes beaucoup plus sélectives. Beaucoup plus exigeantes. Il nous est souvent impossible de pouvoir nous abandonner au premier crétin qui nous drague. Que ce soit le crétin obséquieux. Le crétin "boulet" ou encore le crétin lourdingue. Il y a aussi le crétin sans scrupule. Le crétin facétieux. Le crétin prétentieux. Le crétin qui se comporte comme un barbare. Le crétin hussard. Le crétin inconscient. Le crétin mythomane. Le crétin jaloux. Le crétin sans scrupule.Comme on peut le découvrir dans mon exposé, le crétin se décline à l'infini. Nous pourrions également analyser l'imbécile qui se prend pour un incontournable. L'imbécile heureux. L'imbécile qui fréquente les discothèques pour tenter l'impossible. L'imbécile pathétique. L'imbécile qui se trouve irrésistible. L'imbécile qui se prétend diplômé des hautes sciences de la sexualité. L'imbécile qui roule des mécaniques. L'imbécile impétueux. L'imbécile qui allume une cigarette pour se donner de grands airs.Comme nous pouvons le voir, l'imbécile, tout comme le crétin, se décline en variétés infinies. Pour tous ces individus, nous comprenons bien que "conclure un plan cul", c'est très loin d'être gagné. Surtout si l'on prend en considération que parmi les crétins il y la les idiots. Que parmi les imbéciles il y a les cons. Sans évoquer les connards qui deviennent agressifs, insultants et injurieux quant toutes leurs manœuvres d'approches ont échoué. Et ceux-là sont surtout nombreux sur les forums.La différence entre un con et un connard n'est pas immédiatement perceptible chez la jeune fille "innocente" et naïve". J'évoque ici une expérience personnelle. Le con, c'est dans sa nature. Il est naturellement con. Il ne le fait pas exprès. Il est parfois tellement con qu'il pourrait en devenir sympathique. On a envie de lui venir en aide. Alors que le connard est une sorte de pervers. Il imite le con mais dans un but cynique. Avec le désir de faire du mal. Le connard ne se détecte pas toujours si vite.On détecte le connard à son comportement. Le plus simple est de l'observer au volant d'une voiture. De l'observer vautré dans son canapé devant un match de football. De l'observer devant un débat politique à la télévision. De lire ses interventions sur des forums. De l'écouter parler "femmes" avec ses potes au bistrot. De le voir faire son numéro dans son jogging Adidas tout neuf, chaussé de ses Nike toutes neuves et surtout coiffé de sa casquette d'abruti. En parodiant un con. Alors prétendre que pour les filles ce serait plus facile que pour les garçons reste un concept ridicule, stupide, voire inepte. Comment pourrait-on avoir le moindre désir pour cette immense majorité de garçons ? Non ! Pour les filles c'est encore plus difficile. Il nous faut tout de même un minimum de classe, d'intelligence, de raffinement et d'élégance pour être séduites. Sans évoquer l'émotion qui prédomine sur la bestialité et le premier degré dont font preuve les "primates". Ce n'est pas simple.Comme on peut le constater, et enfin le comprendre, l'égalité entre les garçons et les filles, c'est encore très loin d'être acquis. Sans doute même une chimère…Bisou
  3. Je reste convaincue que le plaisir de chacun s'arrête au malheur des autres. Mais ce n'est qu'un avis personnel et qui n'engage que moi...
  4. Les discours féministes n'engagent que ceux qui les écoutent, et accessoirement, celles qui les appliquent. Tous les autres, l'immense majorité quand même, vivent parfaitement sans auto censure, sans auto frustration et sans auto mortification mentale. Ce qui est quand même préférable... Bisou
  5. A la découverteLa piste cyclable qui longe le canal est parfaitement sécurisée. Il n'y a que les véhicules des VNF, (Voies Navigable de France), qui y circulent. Les employés sont d'une prudence remarquable. C'est un plaisir de chaque instant de pratiquer ce petit ruban goudronné sur une distance de 30 km. De chez moi jusqu'à l'océan, il y a 25 km. C'est facile, toujours plat, presque de la ligne droite en continu. Je vais y rouler le plus souvent avec mon VTC, (Vélo Tous Chemins).Ce n'est que le Week-end que sa fréquentation est la plus dense. A partir du vendredi après-midi. Et encore, uniquement à la belle saison et aux beaux jours. J'y croise des cyclistes de tout âge. Le plus souvent ce sont quand même des retraités. Il y en a qui sont vieux. Il y a beaucoup de filles en rollers. Depuis quelques temps on croise des individus en trottinettes électriques. Des couples de séniors en vélos électriques. Des loufoques sur un gyro-roue ou des adolescents sur des gyropodes.Les vents dominants sont d'Ouest. Il me faut donc souvent pédaler contre le vent. Par contre, pour le retour, il me suffit de me laisser pousser. Je pédale alors avec une facilité déconcertante. Quand je vais avec mes parents, nous pouvons bavarder sur le retour. Il faut faire attention aux imbéciles de fin d'après-midi. C'est l'heure des crétins qui promènent leurs chiens sans les attacher à la laisse. Qui vous insultent lorsque vous leurs faites remarquer que la loi l'exige et que c'est écrit sur les panneaux.Il y a les inconscients qui circulent malgré l'interdiction sur la piste cyclable en scooter, louvoyant dangereusement entre les cyclistes. Il suffit de prévenir les gens des VNF qui les bloquent avec leurs véhicules de services en attendant l'arrivée des gendarmes. Ces petits cons ont une toute autre attitude avant la sanction qui les attend. C'est 80 euros. Le scooter est souvent confisqué lorsque le petit malin est mineur. Ses parents doivent le récupérer à la gendarmerie. Fini de faire les marioles. La piste cyclable est un parcours sécurisé où il fait bon se promener en toute quiétude. Parfois, on peut même y faire d'agréables rencontres…Bisou
  6. Les femmes préfèrent les hommes en couple J'ai des copines à la fac qui ont une préférence pour les mecs mariés. Elles peuvent s'amuser en sachant que le type est lié par un "contrat". Les hommes mariés ont l'avantage "d'assurer" socialement, professionnellement et surtout sexuellement. Elles peuvent surtout en faire ce qu'elles veulent. Socialement, elles choisissent un homme qui a une situation rassurante. Professionnellement, elle choisissent de préférence celui qui dirige, qui commande. Sexuellement, elles savent qu'il fonctionne à la libido démultiplié car soucieux de s'offrir des sensations qu'il n'a pas forcément avec sa femme. L'avantage est à tous les étages. Cerise sur le gâteau, elles peuvent le plaquer sans aucun état d'âme. Il y en a d'autres sur le marché. En promo même. Nous en parlons parfois entre filles. Je n'arrive pas à fonctionner de cette façon. J'ai eu une relation, (platonique), avec un tel homme. Il faut tout le temps se situer dans le registre de la dissimulation. L'homme est poussé aux mensonges, aux stratégies, aux hypocrisies et à toutes les bassesses induites par l'obligation de secret. Je trouve ça minable. C'est pénible pour la partenaire. Mais bon, les hommes seuls sont rarement de "bons coups", des "héros" sociaux ou professionnels. Le plus souvent ce sont des paumés, des pauvres types, des largués, et souvent des collectionneurs de râteaux. Ils ne sont pas seuls par choix. Ou alors si peu. Ces mecs ne donnent donc pas trop envie de vivre un truc avec eux. Il n'y a qu'à les lire sur les forums pour comprendre l'étendue du désastre. On imagine la couleur des draps pas lavés depuis un mois. Et la vaisselle qui s'entasse. Maman m'a mis en garde dès que j'ai commencé à regarder les hommes. Même si j'aime les hommes d'âge mûr, je reste d'une grande prudence. J'aime trop m'installer dans une grosse voiture luxueuse comme celle de papa. Je suis difficile et exigeante. J'apprécie beaucoup la réussite, le standing et l'argent. Mais sans sacrifier aux "usages"... Bisou
  7. Le romantisme Parmi les filles de la fac, il y a quelques féministes. Même si chez les filles de mon âge ça ne veut plus dire grand chose. Ça fait même carrément ringard. Bien évidemment, ce ne sont pas les plus attractives et certainement pas les plus sexy. C'est d'ailleurs certainement ce qui les pousse à adhérer au club des ronchonneuses et des mal embouchées. Des vieilles acariâtres. J'éclate de rire en imaginant une féministe qui serait romantique. C'est tellement surréaliste... Bisou
  8. Même si pour les filles de ma génération, le romantisme ne veut pas dire grand chose, l'idée, bien qu'abstraite, reste fort plaisante... Bisou, (romantique)
  9. Libertinage J'ai bien évidemment déjà libertiné à deux. Je libertine d'ailleurs tous les dimanches, en fin d'après-midi de 18 h30 à 19 h30. Avec "Jonathan", (pseudo). J'espère pouvoir libertiner durant ces vacances... Bisou
  10. A chevalC'est à l'automne, lorsque les journées raccourcissent, que j'apprécie vraiment l'équitation. Je monte depuis que j'ai 6 ans. C'est maman qui m'a initié. C'est une cavalière hors pair. Elle a donc tout naturellement été mon premier modèle. J'ai pris goût aux escapades d'automne lorsque j'avais 16 ans. C'est devenu ma saison préférée. J'apprécie les odeurs de l'automne. Ces senteurs d'humus. En cette saison, il y a des effluves parfumées toutes particulières. Il y a surtout cette lumière diaphane. Il n'est pas rare qu'il fasse très agréable jusqu'à la fin du mois d'octobre. C'est là que je réserve la plupart de mes temps libres. A monter. Nous possédons nos propres chevaux. Ils sont en pension à l'année. Nous les montons le plus souvent possible. Ils nous reconnaissent. J'apprécie le rituel de fixer la selle, les harnais, la longe. J'évite de porter des éperons autres qu'à petites boules. C'est évidemment sans douleur pour l'animal. Mais cela permet toutefois d'induire le rythme souhaité.Je quitte le centre équestre par le chemin du moulin. Je longe la rivière. De l'autre coté, il y a de petites collines dont certaines ont servi de carrières. Elles présentent d'étranges falaises crayeuses où poussent des arbustes. Il y a également l'ancienne tannerie abandonnée. Un jour de mai, j'avais 16 ans, j'ai traversé la rivière pour visiter ce grand bâtiment. Prudente, je suis restée sur mon cheval. Je suis entrée dans le long hangar sur le cheval. Il y a encore là l'odeur particulière du cuir tanné. Il y a deux ponts de pierres qui datent du moyen-âge. Ils sont en dos d'âne. Ils sont d'une robustesse qui défie les siècles. J'aime ce parcours. Il y a rarement quelqu'un. Cette partie de la région est très peu fréquentée car peu accessible. Parfois pourtant je croise des randonneurs. Des promeneurs. Le plus souvent des touristes. Nous nous saluons poliment. Il arrive que l'un ou l'autre me demande son chemin ou encore un renseignement. Ce sont autant de prétextes pour bavarder un peu.Je reste le long de la rivière sur les 4 km qui me séparent des trois étangs. Je passe devant le monastère. Il y a encore huit moines trappistes qui y vivent et qui entretiennent la vieille bâtisse. L'église romane du XIIème siècle au curieux clocheton. Les tuiles d'ardoises grises brillent sous le soleil. Parfois, je croise l'un ou l'autre qui pousse une brouette, qui tient un cheval ou encore qui conduit un ancien tracteur. Ils sont vieux. Ils me saluent toujours avec un mot gentil. Ils ne sont pas causant.Je contourne les ruines de l'ancienne commanderie Templière. J'arrive dans l'enchantement de ce coin particulier. Les trois étangs aux eaux calmes qui reflètent le ciel. Là, j'ai l'impression d'être dans un autre monde. C'est tellement loin de tout. Parfois il y a un pêcheur. Je descends de cheval. Je l'attache par la longe en lui laissant du champs. Ainsi il peut brouter un peu. Je vais invariablement m'assoir sur le même vieux banc en granit. Quel bonheur d'être là, installée dans une douce solitude.Alors, selon mon humeur, je peux lire. Je peux me livrer à un peu d'introspection positive. Je peux aussi m'offrir quelques frissons. Selon l'opportunité. Selon le pêcheur...Bisou
  11. Valona

    Master de sciences

    Comme je suis contente Pour solder cette troisième année, nous faisons une fête. Elle sera privée et entre nous. Notre petite bande d'étudiants. C'est un peu improvisé. Ce sera chez Jonathan, (pseudo). Ses parents lui laissent la maison d'amis samedi. Il y a une piscine. S'il fait beau, ce sera baignade. Nous serons une dizaine. Tous de la même fac, de la même promo. Comme je viens de créer mon tout nouveau Blog, (sur Forum.fr), ce mercredi 19 juin 2019, je pourrai venir raconter mes petites aventures pour le plus grand plaisir de tous ceux qui me suivent avec tant d'intérêt. Vous êtes adorables. Certains d'entre vous me font tant rire. Vous méritez bien d'êtres invités dans mon espace personnel "Le Blog de Valona". Je vous embrasse très fort. Plein de poutous partout. A bientôt de vous retrouver "chez moi"... Bisou
  12. Mon Blog Pour les amoureux de petites nouvelles, je viens de créer mon Blog Forum.fr. Que l'on se rassure, que l'on se calme, ce ne sont que de petits récits à mon image. Simples. Sans fioritures inutiles. Chacun y trouvera matière à nourrir son imaginaire. Surtout les plus subtils qui sauront lire entre les lignes. Celles et ceux qui savent voir en filigrane au travers d'un mot, d'un groupe de mots, de phrases soigneusement "codées" y trouveront leur bonheur. Je ne suis pas une écrivaine. Même si j'aime écrire. Je vous en souhaite bonne découverte... Bisou
  13. Valona

    A bicyclette

    L'évasionRien ne me procure un plus grand sentiment de liberté que la bicyclette. Sur mon vélo, je me sens légère, heureuse. Il m'arrive souvent de pédaler en chantant. Je possède deux bicyclettes. Un vélo de course. Un vélo tous chemins, (VTC). C'est ce dernier qui a toute ma préférence. Avec lui je peux partir à l'aventure. Lorsque je suis sur la piste cyclable, il suffit que l'envie me prenne de tourner à gauche, à droite, sur un des nombreux sentiers. Et me voilà partie.Je ne les connais pas tous. Pourtant j'en ai déjà exploré plusieurs. Je dois préciser que j'aime ritualiser mes découvertes. Lorsque je découvre un endroit qui m'enchante, j' y reviens. Parfois inlassablement. Depuis l'adolescence. Il y a le sentier qui descend vers les pâturages où broutent les vaches blanches. Il est magnifique et longe le bocage. Il y a le sentier de la ferme. Il longe la rivière qui alimentait le moulin à présent en ruine. Il y a toujours encore la grande roue à aube.Il y a le sentier des étangs. Celui-là a droit à une visite régulière. Parfois plusieurs jours de suite à la belle saison. Il faut quitter la piste cyclable à la grande écluse. Le sentier est ombragé. Il serpente dans une forêt de hêtres. Il y a le chemin du monastère que prennent les pêcheurs. On peut y rouler jusqu'à une centaine de mètres des trois étangs. L'endroit est magique. Il y a les ruines d'une ancienne commanderie Templière. Il reste d'imposants vestiges fortifiés. L'endroit est magique.J'aime venir flâner ici. Il n'y a qu'un seul des trois étangs qui est autorisé à la pêche. Principalement des carpes. Il y a souvent un ou deux pêcheurs. Au printemps, à l'automne. Rarement en été. Dans le petit sac à dos que je trimballe toujours partout, j'ai des gâteaux, des fruits, une bouteille d'eau, ma mini paire de jumelles et une serviette fine, légère. Je la déplie. Je la pose dans l'herbe. Je prends mon livre du moment. Je m'installe. Le sac à dos comme un oreiller.Que d'après-midi j'ai passé là, dans la quiétude d'un paysage magnifique. Les étangs sont entourés de chênes, de hêtres, d'acacias et de saules dont les branches trempent dans l'eau. Il y règne un profond silence. Même les animaux semblent s'être donnés le mot. Silence. J'ai mon smartphone à portée de main. Il y a le monastère à 300 mètres. Maman sait où je suis. Je ne suis pas le genre de fille à développer les paranoïas à la mode. Ni à les entretenir.Lorsqu'il y a un pêcheur, là-bas, de l'autre côté, la sérénité en est encore plus grande. Ce sont le plus souvent des messieurs d'âge très mûr. Des séniors, des retraités. Je n'entre que très rarement en contact. Je ne les intéresse pas. Ils viennent pour pêcher. Ils ont souvent passé l'âge du reste. Quelquefois, comme je suis espiègle et mutine, je me fais un plaisir de tester leur libido. C'est amusant. Petits plaisirs coquins, sans conséquence et qui ne sont qu'écume. Je pratique l'équitation depuis toute petite. Cet endroit n'est qu'à 4 km du centre équestre. J'y viens à cheval à la mauvaise saison. Ecuyère émérite, j'aime à parcourir les sentiers à l'entour. J'y fais quelquefois des rencontres insolites. Un cheval, ça impressionne. Quand il y a une fille assise dessus, l'impression est double. Je peux parfois m'en rendre compte lors de quelques rares rencontres. Les cueilleurs de champignons m'en présentent même de curieux spécimens. L'équitation et mes promenades équestres, feront l'objet du prochain billet…Bisou
  14. Je viens de mettre ce nouveau récit sur mon Blog. C'est un peu devenu mon journal intime dont je partage quelques parties bien précises. Ce texte relate mon aventure de ce soir. C'est encore tout frais. J'en fais un copié/collé pour le partager ici. Bonne lecture. "Doublette"Quand on revient par la piste cyclable qui longe le canal, on passe obligatoirement entre les deux étangs et le parcours sportif qui monte vers la vieille chapelle désacralisée au sommet de la colline. Tout autour, il y a le vieux cimetière. Plus personne n'est enterré là depuis le XVIIIème. Les pierres tombales sont rongées de mousse, envahies de lierre et de liseron. C'est romantique en diable.J'aime cet endroit. Il est calme et peu fréquenté. Je peux m'y ressourcer et m'y retrouver avant de rentrer. Je viens ici depuis l'adolescence. C'est là que je venais réviser mon Bac. Il est 19 h. Il fait chaud. Le soleil commence à descendre doucement. Je pose ma bicyclette contre le muret. Il y a des promeneurs. Des gens qui viennent avec leurs animaux de compagnie.Je contourne la chapelle et les ruines de la petite masure. Je tombe sur un type. Il me tourne le dos. Là-bas, il y a une fille assise sur un des bancs en granit. Elle doit avoir mon âge. L'homme semble vouloir rester en retrait. Je découvre rapidement qu'en fait, il est entrain de se masturber. Il tente d'attirer l'attention de la fille. Une "joueuse" comme moi ? Je pourrai très bien être à sa place.Je reste dissimulée derrière les bosquets. Je regarde dans toutes les directions. l'inconnu doit avoir la trentaine. Vêtu de jeans, d'un T-shirt et de baskets. Il est prudent. C'est là que je découvre l'autre jeune femme qui observe la scène depuis le kiosque de la table d'orientation. En fait, notre petit vicieux joue "double". Il sait la présence de "l'autre". C'est vraiment un super plan ! J'ai affaire à un "virtuose".Pour la vicieuse que je suis, le plaisir est double également. Je peux voir moi aussi. Mais aucun des trois protagonistes ne me sait dissimulée. J'apprécie vraiment. D'autant plus que cela ne m'est jamais arrivée. Je peux me livrer à mon plaisir de voyeuse dans la meilleure situation. Et en observer le meilleur aussi. J'ai le cœur qui bat la chamade. Sensation délicieuse. C'est un grand moment.Hélas tout cela ne dure pas. Il y a un garçon qui arrive sur son VTT. En fait la fille est là pour son rendez-vous. Le type se réajuste et disparaît dans les fourrés. J'aimerai bien aller y voir. L'autre jeune femme redescend le sentier. Je découvre qu'elle tient un petit chien en laisse. Tout est terminé. Je prends ma bicyclette et je rentre à la maison. Cette aventure n'aura même pas duré dix minutes.Bisou
  15. Valona

    Je libertine et vous ?

    Libertinage Avec ce splendide soleil, cette douce chaleur, comme je n'ai pas cours ce mardi après-midi, je vais m'offrir un périple en bicyclette. Je suis à me réjouir. La piste cyclable, le long du canal, sur la vingtaine de kilomètres, offre un des plus charmant paysage de toute la région. Un réel enchantement bucolique. C'est vraiment de toute beauté. Sur ce parcours, il y a quelques endroits fort plaisants qui se prêtent souvent à d'agréables petites pauses. Dans le petit sac à dos que je porte, des fruits, de l'eau, ma petite paire de jumelles. Et une culotte de rechange. Je déteste faire de la bicyclette sans culotte. Mais j'apprécie de la retirer lors de ces phases de repos que je m'accorde au bord de l'étang habituel. Peut-être y aura t-il quelques pêcheurs. Quoi qu'avec ces chaleurs, paraît-il que le poisson ne mord pas beaucoup. J'en ai parlé un jour avec un de ces vieux "sportifs" qui pratiquent le noble art de la canne à pêche. Cet athlète prétendait qu'il ne prenait que très rarement une carpe lors de grosses chaleurs. Nous verrons bien. De toute manière, si ça "mord", je vous raconte. Prenez soin de vous. Profitez bien, vous aussi, d'une belle virée à bicyclette par ce bel après-midi qui s'annonce... Bisou
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité