Aller au contenu

Kégéruniku 8

Membre
  • Contenus

    7870
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Kégéruniku 8

  • Rang
    Chat rogneur
  • Date de naissance 11/08/1988

Contact

  • Facebook
    Sexyblonde@veryhotmal.cum

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    En file pour le chas
  • Intérêts
    Je rêve de faire fortune en créant une entreprise pour aider les suicidaires à passer à l'acte.

Visiteurs récents du profil

52570 visualisations du profil
  1. Toujours à voir le mal partout à ce que je constate. Le problème ce n'est pas ce que je dis, mais les circonvolutions libidineuses de ton esprit déviant.
  2. 24 ans comme 3 grands 8, même sensations et même restriction de taille. Déconseillé aux femmes enceintes et aux personnes âgées, cardiaques et cœurs sensibles s'abstenir. Amatrices de grands frissons, prévoyez des kilomètres de queue avant l'entrée.
  3. Kégéruniku 8

    Impair Noël

    S'ils ne sont pas à la hauteur du poème, c'est seulement parce que la section commentaire est placée en dessous. Pas de raison de se taire, donc.
  4. Kégéruniku 8

    Plastique 51

    Qu'à cela ne tienne, je t'attends. :D
  5. Kégéruniku 8

    Impair Noël

    Eu-je dû préciser que l'histoire se situait à Quimper? Et que si l'un perd, aucun ne gagne?
  6. Je m’en allais sur mes six ans quand j’ai cessé de croire au père Noël. Je convoquais alors mes parents - Oui, j’ai toujours été un brin formel - Afin de leur faire part de mon sentiment à l’égard de leurs propos irrationnels. Quel ne fut pas mon étonnement ! Loin d’abandonner leurs fariboles sensationnelles Ils me dirent triste sire et médisant quand mes objections n’étaient rien de plus naturelles. J’entends parfaitement que par ce mouvement ils œuvraient à la sauvegarde de mythes traditionnels Mais ils le faisaient à mes dépends et cela éveilla en moi quelques penchants insurrectionnels. Ils me traitaient comme un enfant ; je leur ferai comprendre comme l’erreur était cruelle. Je devais donc avoir six ans, peut être sept, quand je décidais de m’attaquer à leur héros conceptuel. Une fois achevé le repas de fête, alors qu’approchait l’heure solennelle, Comme à l’accoutumée ils lui laissaient une lichette de lait ainsi que des biscuits à la cannelle. Mais cette fois j’en avais changé la recette par l’ajout de quelque ingrédient additionnel ; J’avais pu compter sur l’aide de Pépette qui, je l’apprendrai plus tard, était porteuse de salmonelles. Le stratagème fonctionna et lors ils cessèrent net de m’importuner en me parlant d’un père Noël. Bien sûr, aujourd’hui je regrette, parce que je savais bien que sous le costume se cachait mon paternel. Je n’avais toutefois pas imaginé que la blagounette se changerait en impair mortel.
  7. Kégéruniku 8

    Plastique 51

    Damned, y en avait des corsées quand même.
  8. Je me sens comme un pirate sans la mer, Une frégate coincée sur la terre. Je perds la boussole, sans repères, J'ai plus ni voiles ni vapeur. J'avais mon sabre à la ceinture, Je voulais partir à l'aventure. Mais l'avenir a la dent dure Et tout ce qui brille n'est pas d'or. Je connais la mer que dans les bouquins, Parler de poissons, ce serait mesquin. Mais j'ai vu quelques requins Scier des branches sans remords. Donc tous mes rêves sont dans la cale, Sombres marchandises qu'on recale. Futur est fait de banquises tropicales, Et face à ces dérives, moi je coule. Je suis un pirate qui cherche l'eau Mais y en a plus, il fait trop chaud! Tout est sec comme sirocco. Pour se noyer reste que l'alcool. Et peu importe comme on l'aborde, J'ai le destin qui se saborde Loin des butins qui débordent, Je vois l'horizon qui se dérobe. Je suis un pirate sans océan, Vagues de plastique en remplacement. Je traverse l'Atlantique en marchant, La pollution c'est mieux qu'un pont. J'ai pris le ferry pour la route du rhum Et je chérie le doux délirium, Capsules d'ivresse, flacons de sérum Qui me fait oublier les pluies de strontium.
  9. Kégéruniku 8

    Confiné

    Adieu l’espace et ses confins, Je squatte le canap’ et ses couffins. Si je reste couché c’est, qu’in fine, Dans mon appart, je suis confiné. J’ai pas de copine, je suis infidèle, je trompe l’ennuie. Toujours en pyj’, même en journée je vis la nuit. Le bout du rouleau, moi je m’en tape j’ai du PQ pour toute l’année. Mais je suis sympa, si t’as du shit j’ai peut-être des feuilles à te dépanner. Mais si t’as rien, t’es dans la merde et je m’en lave les mains. Garde tes distances, la visioconférence c’est plus humain. Je suis isolé et sans amour, mais j’ai Youporn, je m’en bat les couilles. Geste barrière, c’est quand on peut pas se voir qu’on se serre les coudes. Je paie sans contact, j’ai pas d’écran tactile, je suis pas câlin. Mais j’ai changé depuis qu’on mange du pangolin. Je rêve de bises, de poignées de mains, de faire l’amour sans porter de masques. Je veux revoir des prises de catch, des prises de tête, pas de prises de casques. Je traine sur twitter et sur tik tok, en quête d’amis. Je suis tellement seul, je parle aux voisins, j’appelle mamie. Sur l’alcool je lève le pied, y a que sur le net que je lève mon verre. Me laissez pas seul pour l’apéro, venez on s’accorde un plaisir solidaire. Être seul ça saoule, c’est pas facile, je regrette mon ex. Et si ça se trouve c’est elle qui me manque, pas juste son sexe. C’est vrai qu’elle en branlait pas une, où en tout cas jamais la mienne, Mais si elle me laisse tremper la plume, promis j’en fais ma cheffe indienne. A part moi-même dans ma chambre, plus rien ne tourne rond. Je voulais glander quand je bossais, maintenant je rêve de réunion ! Depuis mes premiers pas, j’ai plus jamais marché Mais je vais courir tous les jours pour une bouffée d’air pollué. Nique le canap’ et ses couffins, Je pars vers l’espace et ses confins. Si jamais je reste confiné Je serai sportif, sociable, travailleur et romantique ! Je préfère rester un con fini.
  10. Bien que je sois fermement opposé à la réhabilitation du couple amour/toujours, j'ai pas su résister. Par un beau jour, mal luné, Arpentant les fours melunais ; J'ai cru trouver l'amour et l'ai allumée Ma passion de toujours, l'herbe de mon calumet.
  11. Kégéruniku 8

    A vie de tempêtes

    Oui, je me souviens. De manière générale, j'ai bonne mémoire. Ahah on y est pas encore hein, mais j'aime bien ce qui se passe.
  12. Kégéruniku 8

    A vie de tempêtes

    je l'ai écris en réaction à un dessin qu'on m'a envoyé. il fallait faire vite, je l'ai écris et enregistré vocalement pour l'envoyer, le tout en moins d'une heure. Donc oui, le but était de le garder pour "moi". Mais finalement, je suis en train de le travailler à nouveau, pour le faire plus long afin de le présenter aux qualifications du championnat de France de slam. Donc je ne le garde pas que pour moi. Plusieurs personnes m'ont dit, récemment, que je devrais me créer un espace propre pour ce que j'écris. Mais j'ai trop la flemme et clairement, ici j'ai au moins 2 lecteurs assidus, c'est plus que ce que je pense avoir autrement.
  13. Perdue dans les tempêtes Assaillie par les nuages, Quand le ciel joue de la trompette C’est qu’a éclaté l’orage. Alors je file comme l’éclair Pour semer les cris du vent, Je traverse mille et un déserts En quête d’un océan. Mais au milieu des éruptions Du firmament qui se déchire, Soudain j’entre en collision Avec le mur de mes souvenirs. Couchée au sol, je me sens sale Quand me saisissent de vieilles peines. Lierres du passé, racines du mal Soudain s’agrippent et m’enchainent. Et je me bats, je me débats, je me débine, Je me dis bien que si je dévale Je me défais de ta bobine, Ça me débecte, ça me déprime et je déballe De vieux pinceaux Comme si c’était baguette magique. Je tire un trait comme Picasso Qui roulerait en Renault Scenic ! Et je m’enfuis à vive allure Loin des couleurs de Guernica. Je veux des bleus, des courbatures, Du rouge sang, pas d’arnica. J’ai bien trop vu le vide en prose, Je veux toutes les douleurs sur ma palette. Et si le ciel devient morose, Je veux me perdre dans les tempêtes. Je veux me perdre dans les tempêtes. Je veux me perdre dans les tempêtes. Perdue dans les tempêtes, Je voulais pas faire trempette. J’ai pris la poudre d’escampette Pour ne pas voir que le temps pète. Je veux mourir dans tes tendresses Loin des barrières que le temps dresse, Même si je sais que le temps presse, Sans toi je meurs donc je t’en prie, Eloigne toi de l’intempérie, Si tu t’approches tu vas périr. Il faut que tu restes en périphérie, J’ai vu couler bien trop de ferrys. N’abandonnes pas sans coup férir. Je veux pas que tu partes sans même blémir. J’aime pas ce que je veux, je sais pas quoi dire. Je veux pas que tu te casses, mais si tu reviens je me tire. Je veux pas que tu te casses, mais si tu reviens je me tire. J'ai peur que tu me casses quand tu m'attires.
  14. Kégéruniku 8

    Nuit d'adieux

    Et pourtant. C'est rare, mais de temps en temps. Avec un pote, on fait croire à un autre que je me marie bientôt, pour le pervertir lors d'un enterrement de vie de garçon. Faut dire, je suis devenu un expert en ruptures ces derniers mois. (le slam a été une découverte extraordinaire. ) Et c'est vrai que toutes se sont faites dans la douceur. La prochaine fois que je drague, je me vendrai en disant que mes ruptures sont extraordinaires. Oh, tu ne vas pas, toi aussi, me dire que je suis chiant?
×