Aller au contenu

Kégéruniku 8

Membre
  • Contenus

    7377
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Kégéruniku 8

  • Rang
    Avis contre faits
  • Date de naissance 11/08/1988

Contact

  • Facebook
    Sexyblonde@veryhotmal.cum

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    Entre matière grasse et matière grise
  • Intérêts
    Je rêve de faire fortune en créant une entreprise pour aider les suicidaires à passer à l'acte.

Visiteurs récents du profil

49174 visualisations du profil
  1. Comme une rencontre providentielle, Coup de foudre au premier regard. Une sensation inhabituelle Nous fait passer au travers du miroir. En une seconde éternelle On s'écrit déjà toute une histoire! C'est le début d'un amour fusionnel ; Ou bien peut être un faux départ. Tout se passe très rapidement, On ne voit pas le monde qui stagne autour. On s'aime déjà éperdument, On s'aime déjà pour toujours! En un éclair on se rapproche Et chacun se met à nu. Mais subitement on décroche Parce qu'on ne se voit déjà plus. Tu fais partie du décor, Je ne suis plus qu'un paysage. Déjà on s'ignore Et j'oublie les traits de ton visage. Les beaux sentiments s'évaporent Et créent les premiers nuages. L'amour se disperse alors Et voilà qu'éclate l'orage. L'embarcation prend l'eau Tandis que nos rêves s'écroulent. Pendant que se déchaînent les flots, Je vois tes larmes qui coulent. Et malgré toute ta peine, Rien à faire, je pars. Capitaine, mon capitaine C'est à vous de prendre la barre. Les sentiments mettent les voiles Lorsqu'on s'aime trop vite. Parce qu'un coeur qui s'emballe Ce n'est pas un coeur qui palpite. L'amour est déjà foudroyant, Pas la peine d'en rajouter. Parce qu'à vouloir tuer le temps, On finit toujours par en manquer.
  2. Considérer ce qui devrait être bon pour les autres, je considère cela comme un manque de maturité psychologique... Qui plus est, en considérant certains sujets comme indésirables, vous vous coupez d'une certaine originalité et d'autant de possibles. Les sujets qui sont à privilégier sont les sujets qui dans le contexte semblent judicieux, rien de plus, rien de moins. Et ils peuvent être nombreux et variés. Vouloir les restreindre ce n'est rien d'autres que d'afficher ses propres limites. Si une personne venait à discuter avec vous d'un sujet qui pour elle compte,disons la physique quantique, si ce n'est pas le cas pour vous, vous lui diriez qu'elle fait manque de maturité et qu'il vaudrait mieux discuter de ce que vous avez décidé? Si oui, vous êtes cohérents, ce qui est déjà pas mal, mais cela explique que vous vous sentiez seul, bien mieux que le sentiment de différence. ^^
  3. Quelle vilaine habitude que de toujours mésestimer les plaisirs que d'autres peuvent avoir et que vous ne partagez pas. C'est d'autant plus navrant qu'en l'occurrence, la physique quantique peut servir à nourrir un point de vue sur l'existence. Faut dire aussi que, sans même forcément invoquer la routine, mieux on se connait ( ce qui est supposé arriver quand on reste longtemps en couple) et moins on a le besoin de présenter ou expliquer ses points de vue à l'autre. T'ain, ça claque ça
  4. Je ne crois pas qu'elles soient rares, au contraire, je crois qu'elles forment la norme. Mais ni l'un ni l'autre n'avons quoique ce soit d'autres que nos impressions pour appuyer nos dires.
  5. Je ne sais pas si c'est voulu ou pas, mais j'aime beaucoup. edit: je m'aperçois que la remarque peut sembler moqueuse, alors je préfère préciser que ça n'est absolument pas le cas.
  6. Effectivement, par peur de la solitude, tout un panel de palliatifs est mis en place. Toutefois, si cela permet de tromper la solitude, cela ne permet pas de la chasser. On nait seul, on meurt seul et dans l'espace qui sépare ces instances, on s'accommode de sa solitude, parfois en la juxtaposant à la solitude d'un autre.
  7. Je ne l'oublie pas, mais je répondais ici au fait que la solitude soit proposée comme élément caractéristique de la différence. Alors que, s'il est certain que la différence peut engendrer la solitude, il n'empêche que la solitude est probablement l'une des choses les plus partagées qui soient, de fait il apparait comme impropre d'en faire une caractéristique de la différence alors que ce serait presque l'inverse, une caractéristique de la ressemblance.
  8. Oui, je parles de généralités et le dit d'ailleurs, dans un soucis de prudence que j'affectionne généralement. Et loin de moi l'idée de dire que le reste serait quantité négligeable d'ailleurs, puisque j'ai en horreur ce genre de démarche. Mon propos n'est pas de dire que seul ce que je décris existe, mais plutôt que ce que je décris correspond à ce que je comprend de ceux qui se disent ou non différents. Je pense avoir compris le but de ta réponse,et c'est aussi pour ça que je voulais y répondre. De fait, si je te cites, c'est plus par prétexte qu'autre chose. ^^ Par contre, je parle du sentiment de différence basé sur la solitude, plus que de la solitude elle même. Qui elle, bien sûr, peut être motivée par bien d'autres raisons. Et qui peut être aussi bien subie que choisie.
  9. Tout d'abord, je tiens à souligner que mes propos sont généraux. D'une part parce que le sujet s'y prête, d'autre part, parce que je ne pourrai en aucune façon m'avancer sur un cas précis. Ceci étant dit, les éléments que vous apportez ne me semblent pas contredire l'idée que j'avance. En effet, il semble que vous décrivez la différence plus comme un fardeau qu'un fard. Ceux qui vivent la différence l'abhorrent alors que ceux qui la rêvent l'arborent. Au rejet que nous renvoie la masse. La différence nous est généralement objectée. La différence auto-proclamée n'est quant à elle, généralement, que coquetterie. Il s'agit d'une logique qui se voudrait subversive et qui permet de mieux se situer en comparaison de la masse des semblables, des moutons, alors que nous sommes nous si singulier, si unique. Je précise toutefois qu'il n'y a là aucun jugement de ma part. Cette logique pouvant certes paraître comme pathétique et grossière, cela ne l'empêche pas de pouvoir s'avérer parfaitement salutaire. Y a t-il quelque chose de plus commun que le sentiment de solitude? Établir sa différence sur la solitude que l'on ressent c'est s'enfermer dans une vision du monde où l'on nie sciemment l'existence des autres pour se concentrer sur sa petite misère.
  10. J'ai tendance à croire que les personnes considérées comme différentes, et généralement exclues pour cela, souhaitent se fondre dans la normalité et cherchent à gommer leurs différences. Et à l'inverse, ceux qui mettent en avant leurs différences ne sont souvent perçus que comme ordinaires, et s'ils souhaitent tant se démarquer, ce n'est que par coquetterie de l'ego. Ceci étant dit, je ne peux plus répondre à la question.
  11. J'étais circonspect, maintenant je suis en proie au doute.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité