Aller au contenu

Criterium

Membre
  • Contenus

    2 376
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Criterium

  • Rang
    Nyctalope
  • Date de naissance 05/01/1985

Informations Personnelles

  • Sexe
  • Pays
  • Intérêts
    lire, écrire, rêver

Visiteurs récents du profil

55 409 visualisations du profil
  1. LE post Metal

  2. LE post Metal

  3. Je passe donc du statut de la personne n'ayant rien lu au statut d'écolier ayant bêtement fait thèmes et versions, et rien compris de ses lectures, alors même que c'est toi qui citais de travers. Et après l'argument des lectures, celui de l'âge! Tu te fais une image complètement fausse de moi, mais ce n'est pas grave, parce que ça n'a rien à voir et que ce n'est pas bien grave. J'ai l'impression que tu ne t'adresses pas tant à moi qu'au fantôme d'autres personnes auxquelles tu aurais aimé répondre ainsi; ça expliquerait aussi pourquoi tu parles souvent d'autre chose. Je ne suis que quelques lignes sur un forum et nous croisons notre chemin par hasard. Mes mots t'ont énervée; autant je m'excuse pour la forme, autant cela me fait plaisir - oui, plaisir - de voir que ça te secoue un peu du haut de ta petite tour d'ivoire. Ce n'est pas pour blesser, c'est pour te faire réagir et ne plus voir la personne si distante du premier post. Au contraire, c'est très bien si toi tu as de la dignité. Grand bien t'en fasse. Et enfin, tu t'indignes! Mais oui, c'est justement ça, le problème! - On nous présente la prostitution pour survivre non plus comme un dernier moyen mais une étape initiatique quasiment nécessaire, et où chacun aurait son prix! Cela fait plaisir de voir qu'enfin tu condamnes, qu'enfin tu dénonces des phénomènes récemment exacerbés, plutôt que de "nous" dire que tout ça ça n'est pas bien nouveau comme à ton premier post! — Merci.
  4. On va enfin savoir qui a tué Kennedy (ou pas)

    C'est très significatif que parmi les documents révélés subsistent de nombreuses "bandes noires" cachant des noms importants, et surtout qu'autant de documents ne soient toujours pas accessibles, "pour des raisons de sécurité nationale encore d'actualité"... Wikileaks vient de proposer une récompense de $100.000 à quiconque laissera filtrer les documents restants. C'est sans doute peu, si le dossier reste aussi sensible; mais peut-être assez pour en motiver quelques-uns? J'attends patiemment le prochain épisode.
  5. Journal d'un écrivain

    Toute une histoire dans l'histoire, ce topic; quel rebondissement! Je voulais juste dire que la page du 18 octobre est, à mon humble avis, la plus intéressante; le début est un peu cliché — H. est plus un archétype qu'un personnage — mais ça devient progressivement passionnant, pour culminer à la dernière phrase, mystérieuse et interprétable de diverses manières. Dommage qu'apparemment nous n'en verrons pas la suite? (À lire le reste du topic) J'espère quand même.
  6. @querida13 Ce qui m'a fait mal, c'est le ton de tes propos, hautain et distancié; cette carapace et ce jugement. Ça me fait mal parce que c'est violent et triste. Ce n'est pas le fait de ne pas avoir lu ces livres, puisqu'au contraire je les ai lus; et cela aurait pu être deviné du fait que je t'ai rappelé que l'épisode de Longus n'a rien à voir avec la prostitution ni avec les sugar daddy. Les Pastorales faisaient partie de ma méthode de grec ancien, je l'ai également lu dans le texte. Il ne suffit pas d'avoir lu et d'avoir des références; si on ne cite Don Quixote que pour en retenir les moulins et utiliser cela comme une excuse pour penser que le monde ne peut pas être changé par ses constituants, c'est que finalement on ne l'a pas bien lu ni compris; ce n'est pas de la culture, c'est un bouclier. Un poncif entre guillemets avec une référence, cela tient plus de la fatuité plutôt que de la culture; c'est du Bouvard et Pécuchet. Je suis contente d'avoir rencontré la littérature avant d'avoir rencontré les "lettrés". — En même temps, cela me fait plaisir de voir que tu en dis déjà un peu plus dans ce message, derrière ces façades. "La prostitution est le plus vieux métier du monde" est également une inanité. Ce n'est pas parce que l'on retrouve de la prostitution tout au long de l'histoire que ça a toujours été une norme sociale et qu'elle ait toujours revêtu cet aspect décomplexé et quantitatif. Le Satyricon de Pétrone se situe durant l'époque la plus décadente de l'histoire romaine. Nous sommes en pleine époque de décadence moderne; évidemment qu'il y a des parallèles. Les bâtisseurs de cathédrales et de pyramides allaient peut-être aux putes, ils n'ont pourtant pas fait cela seulement pour percevoir leur pécune et glorifier le quantifiable; ça n'a jamais été des monuments pour Mammon. Aristote notait déjà que le conflit s'installe naturellement entre pauvres et riches. La prostitution, c'est une manière des riches de rendre les pauvres esclaves pour leur soutirer ce qui ne peut pas être naturellement acheté comme un objet: une expérience. En l'occurrence, le sexe. Plutôt qu'une citation-pirouette, voici une illustration que je te propose et que chacun pourra comprendre, lettré ou pas: Un homme parle à son ami; il juge trois femmes. Scénario A: "Ana est jolie parce qu'elle a des yeux bleus; mais Béa est plus jolie parce qu'elle m'apparaît plus gracieuse; Clara est jolie mais dans un style différent, que je ne saurais trop décrire, et qui me plaît moins". Scénario B: "Ana, c'est une 5/10; Béa plutôt 7 et Clara je pense 3". Scénario C: "Ana, c'est une 5/10 donc son prix c'est 50e de l'heure; Béa plutôt 70e et Clara je ne paierais que 30e mais comme elle est plus jeune j'accepte à 35e". Ce que je dénonce, ce n'est pas que naturellement le scénario A se joue dans les esprits; c'est qu'il soit promu de manière sociétale au scénario B et maintenant au scénario C en se cachant de moins en moins, comme si ce devait être la norme. — C'est la promotion de cette quantification naturelle comme seule valable; et c'est l'utilisation de cette mesure pour émettre des prescriptions. — C'est également ce que dénoncent d'autres avec d'autres mots, comme Roger.
  7. Que lisez-vous en ce moment ?

    "Le Yoga tibétain du Sommeil et des Rêves" de Tenzin Wangyal Rinpoché. Intéressant, profond, et dépasse de loin le cadre du titre du livre.
  8. Maladie rare : une jeune Italienne transpire du sang

    Très impressionnant et effrayant... On ne sait pas encore quelle est la cause de l'hématidrose (le fait de suer du sang); les capillaires superficiels de la peau se rompent et laissent exsuder plus ou moins de sang, mais les glandes sudoripares apparaissent normales. Apparemment cela peut également être lié aux stress intenses...
  9. Les nouveaux objets connectés — par là, j'entends les frigos, les micro-ondes, les microphones à bébé, par exemple, plutôt que les smartphones — sont vraiment une fausse bonne idée. Il y a très peu à gagner du fait de connecter son frigo sur Internet; l'idée de suivre par un site web sa consommation et les dates d'expiration des nourritures est un gadget typiquement californien. Il y a en revanche beaucoup à perdre, étant donné que (1) tout ce qui est hackable sera tôt ou tard hacké; (2) en l'occurrence le niveau de sécurité utilisé sur ces objets est tellement abyssal que ce n'est même pas un challenge. (Exemple: login = login, mot de passe = 0000) Qui gagne? Peut-être que cela permet de s'assurer de l'obsolescence programmée de ces objets, de bien faire en sorte que nous ne soyons pas des acquéreurs, mais des consommateurs réguliers? En fait, c'est même pire: ces objets sont des armes. L'an dernier, une attaque du botnet Mirai (qui infectait ces objets) a rendu inaccessible des parties entières de l'Internet. En ce moment-même, de nouveaux botnets essaient de prendre le contrôle du plus grand nombre d'objets possible. Lien avec quelques explications (en anglais). Faire en sorte que le plus grand nombre de personnes acquièrent des objets connectés, c'est essayer de s'assurer le plus large volume pour ces armes de cyber-guerre.
  10. Quelle condescendance! Mais je commence à y voir plus clair: tu ne parles pas du tout de la même chose que nous. Tu nous dis que la prostitution a de tout temps existé; tu nous dis que de tout temps la femme a été invitée comme devant accéder à un homme supérieur (ce qui n'est pas synonyme de riche); comme ayant une valeur marchande (mais implicite, ce qui est déjà différent); tu te contredis en disant que c'est le cas dans les pays capitalistes; et tu termines en parlant de relations intergénérationnelles — ce qui est déjà bien différent du concept de "sugar daddy" — et que l'on conspuerait ici-bas le président; et comme tu t'aperçois que finalement tu viens de ne parler que de femmes et que la situation historique que tu viens de mentionner n'était pas applicable aux hommes (ce qui démontre que tu ne parles pas de la même chose), tu uses d'un artifice de style pour dire "d'ailleurs il y a les sugar mamas" comme pour sous-entendre que ton explication les incluait. Nous, nous sommes indignés parce que ce n'est pas parce qu'une tradition existe qu'elle est forcément bonne, souhaitable, ou incontournable; et que ce n'est pas parce que quelque pratique s'exhibe impudiquement que c'est toujours une bonne chose. Non, tout ne s'est pas toujours monnayé; et quand bien même ç'aurait été, cela ne nous empêchera pas de concevoir un monde dans lequel l'argent n'est pas la seule mesure de l'individu. Ce n'est d'ailleurs pas juste du capitalisme. Cette dérive provient d'une idéologie selon laquelle tout serait quantifiable, et qui tôt ou tard conclut que ce qui n'est pas quantifié n'existe finalement pas. Que les individus inconsciemment accordent des valeurs aux choses et aux autres personnes ne signifie pas pour autant qu'il faudrait finalement s'abandonner à cette idéologie du quantifiable; qu'il y ait toujours eu de la prostitution ne signifie pas forcément qu'il faudrait accepter qu'elle nous soit proposée et imposée de cette manière. Tu nous prends de haut; et pourtant, de ta hauteur de lettrée, ce sont bien des poncifs et de la violence que l'on reçoit. Celle du fait que tu trouves ça normal car "pas bien nouveau"; ça ne t'atteint plus. Seul au point (5), tu nous apportes une réponse: parfois oui, parfois non. Édifiant! — Tu n'as pas fait "des citations". Tu as mentionné de travers un roman grec, que presque plus personne ne lit, comme s'il parlait du sujet alors que ça n'est pas le cas et que tu viens de le reconnaître, et cité une phrase de Pagnol sans contexte. En somme, c'est exactement comme si tu nous jettes des livres à la gueule sans même les lire, ce que justement tu nous reproches. Ça n'est pas cela les lettres; ça, c'est les couvertures. Oui, ça fait mal.
  11. Et en l'occurrence, que signifie ici ce trait d'esprit? Qu'un acte de bravoure peut amener à être tué, et/ou que l'on perd son hymen la première fois? — Et donc pour cette raison il faudrait ne pas avoir d'honneur, ne pas avoir de bravoure, ne pas avoir de dignité, et qu'un peu de sexe avec un riche vaut bien le petit sacrifice parce que ça paye? Que l'honneur est une notion désuète, que finalement tout s'achète? C'est bien joli de parler de Longus et de Pagnol un peu de travers. As-tu quelques autres poncifs pour nous édifier? Je m'excuse d'user de sarcasme. Mais ton premier post sur ce topic commence par "On dirait que vous tombez de la dernière pluie", comme si tout ça, c'était normal, et que l'on commence seulement maintenant à découvrir un monde sur lequel nous n'aurions aucun effet; puis tu parles des Pastorales de Longus alors que la plupart des personnes de ce forum n'ont jamais dû le lire, et alors même que l'épisode mentionné n'a rien à voir avec le sujet. Je n'ai pas du tout aimé. Tu te distancies de nous, et c'est violent; ça me fait mal. Pourquoi?
  12. Je ne m'attendais pas à voir Longus sur ce topic. Où est le parallèle? Dans le roman, la cougar désire Daphnis et lui dit en gros: tu n'as pas d'expérience, laisse-moi te dépuceler, je vais te montrer comment ça se passe, Chloé va apprécier que je t'éduque. Là le problème ce n'est pas qu'il y ait des cougars, ni même que la prostitution n'est pas quelque chose de nouveau et a toujours eu une relation étrange avec la société; c'est que cette idée capitaliste s'affiche désormais sans aucun complexe. Comme le corps est un produit, comme le sexe n'est qu'un peu de temps et de dignité mal placée à donner, alors il est naturel que les riches te les achètent? Non, ça n'a certainement pas toujours été le cas que tout puisse se chiffrer et s'acquérir par de l'argent. Mais c'est le message — voire l'idéologie derrière toutes ces initiatives. Comme le dit Roger: le pauvre qui paie pour du sexe aura une toute autre expérience.
  13. Lorsque tout est à vendre... Ces initiatives sont des symptômes édifiants de la loi du marché primant sur tout. En fait, ce site est juste un intermédiaire un peu plus décomplexé qui se propose de connecter l'offre et la demande. J'ai de la compagnie, du temps et du sexe à vendre, tu as de la compagnie, du temps et du sexe à acheter. Bientôt chaque expérience humaine aura son prix; et enfin les seuls désespérés seront les pauvres... Une publicité qui va bien marcher d'ailleurs, l'outrage faisant vendre.
  14. Jeune contre la religion

    Et Arinna? Et Ishtar? Et Sophia? Et Guanyin? Et la Déesse-Mère? Cette vision de la religion est évidemment complètement basée sur une connaissance des trois principaux monothéïsmes qui seraient le modèle pour toute croyance religieuse, ce qui n'est pas le cas. "Avant de chercher l'égalité, il faut faire table rase de la religion" est tout simplement une inanité. Ainsi qu'une garantie que rien ne change; le cerveau humain n'est pas organisé de manière rationnelle mais prédispose naturellement aux croyances superstitieuses et religieuses (bonne explication donnée dans Et l'homme créa les Dieux de Pascal Boyer; vivement recommandé). Il n'est pas irraisonnable de demander l'égalité; c'est même normal. Par contre il est totalement irraisonnable de demander de changer le cerveau humain avant ça. Ce serait même ce que le patriarcat voudrait afin de s'auto-conserver...
  15. Pas d'accord. Même C.G. Jung est plus nuancé que cela. Au-delà du fait que cette généralisation est ce qu'elle est - une généralisation, donc par définition un modèle faux, elle ne me semble pas correcte. L'animus est typiquement une figure de "vieux sage", qui représente une image pas uniquement paternelle (laquelle inclut beaucoup de tendresse et peu de brutalité) mais également une personnalisation de la Sagesse, à la fois celle, ouverte, du Monde (le bon sens) et celle qui est cachée (une connaissance des lois divines), de l'entièreté, de la cohérence. — C'est pour cela que certains voient une projection de l'animus dans la personne du guru, plutôt que dans la personne du costaud campagnard, l'être chthonien par excellence. De même, l'anima est celle qui apporte la clef; certains diraient plutôt, le livre à ouvrir, et qui découvre le voile sur ce qui se situe au-delà. — Bref ces deux "modèles" sont des intermédiaires.
×