Aller au contenu

Criterium

Membre
  • Compteur de contenus

    2 851
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Points

    1,992 [ Donate ]

8 abonnés

À propos de Criterium

  • Date de naissance 05/01/1985

Informations Personnelles

  • Titre
    nyctalope
  • Sexe
    Femme
  • Lieu
    là-bas
  • Intérêts
    lire, écrire, rêver

Visiteurs récents du profil

63 290 visualisations du profil

Criterium's Achievements

Forumeur alchimiste

Forumeur alchimiste (10/14)

  • Dévoué Rare
  • Première semaine terminée
  • Un mois plus tard
  • Un an ici Rare
  • Collaborateur Rare

Badges récents

777

Réputation sur la communauté

  1. Le mensonge le plus sucré : Écrit dans mon cœur à la craie, Mots doucereux que tu créais, Peut-être — criais — mi-avoués. Il pleut sur nous. Quelques vers, peu d'envers, Et des averses bien sèches. Tantôt sur la montagne, Les restes d'une aventure ; C'est la sublime Nuit. Tu partais à la pêche, Et moi compagne-ou-brodure, Les yeux pleins de suie. La ville-kaléidoscope Pour remise à l'eau, Les procopes Les syncopes Les benthiques.
  2. Criterium

    chateau hanté ? suite

    Dans ce cas le mystère restera entier... l'imagination seule nous indiquera à quel point ces cinq minutes auront été fatidiques. Ceci-dit, l'agence a écrit "expressément recommandé" plutôt qu'une interdiction claire, et nous n'avons pas souvenir d'une signature d'un document d'assurance contre les dommages corporels ou d'une décharge de responsabilité, donc : ils ne risquent rien, c'est sans doute juste l'agencement de la demeure qui fait que les coups de vent semblent ululer comme un fantôme qui chantonne. Exercice littéraire : imaginez l'avis TripAdvisor que ce couple écrira à la fin de la semaine. — « Envoûtant, un séjour inoubliable ! Les dalles de la tour sont un peu froides, mais le fantôme de minuit très sympathique. 10/10, nous reviendrons avec grand-mère. »
  3. Criterium

    chateau hanté ?

    — « Oui mon amour, passons une semaine dans un château médiéval où il s'est passé d'horribles choses historiques et ce château serait hanté ! » Une idée de date terrifiante, mais c'est quelque chose d'original pour raviver la flamme ! Que va-t-il se passer ? Est-ce le cri de Paul qui, n'ayant pas mis ses chaussons, s'aperçoit que la pierre peut être très froide ? A-t-il fait choir la torche aux latrines ? Ou est-ce... que, peut-être... l'un de ces fantômes historiques n'aurait pas décidé de lui chuchoter quelques mots, d'une voix d'outre-tombe, derrière l'épaule - ou entre deux ombres... ?
  4. Qui a gagné, qui a perdu ? Il était une fois l'histoire de Monsieur Jean. Tous les samedis matin il se rendait au marché, parcourait les mêmes routes, saluait les mêmes vendeurs pour acquérir les fruits et les légumes du jour. Sur le chemin du retour, avant de rejoindre Dame Jeanette, il y avait bien le temps pour une pause. Retrouver la compagnie au PMU, le Thierry, le Christophe ; absorber une dose — une seule ! — de l'élixir local, la "mirabelle". Ils discutaient et refaisaient le monde. C'était aussi l'occasion d'à chaque fois tenter sa chance avec les mêmes numéros. — « Jean a gagné, aujourd'hui. » La blague. Pourtant, ce samedi-ci, elle ne sonnait pas comme une plaisanterie. Car les numéros-fétiche avaient été les bons. Monsieur Jean devenait millionaire. Il s'aperçut rapidement que les conversations des samedis d'après ne sonnaient plus de la même manière ; le point d'orgue se décalait, des pauses et des silences s'invitaient, et puis des regards — comme s'il n'assistait qu'à la moitié des conversations. Oh, pour sûr, l'on abordait les mêmes sujets, comme avant ; et si Jean de lui-même mentionnait l'événement, l'on commisérait de bon cœur, lorsqu'il partageait ses soucis de gagnant : — par exemple, la découverte que le million était payé en versements échelonnés, que le fisc percevait ses larges parts. L'on était content pour lui, lorsque, aussi, Jean mentionnait commencer à renouer avec sa fille et son fils, tous deux partis du nid il y a bien longtemps. Qu'il était agréable de recevoir à nouveau ! Il payait avec le plaisir, sachant que ceux-ci, avec la crise, ne vivaient plus dans les mêmes conditions qu'avant. Certains dirent même que ces deux-là avaient décidément gagné eux aussi. Les semaines passèrent. Pourquoi eut-il pourtant l'impression que malgré ce bonheur partagé, il semblait que tout le monde s'éloignait les uns des autres ? Les comparses paraissaient toujours sur la retenue ; certains samedis, il se dispensait de l'élixir de longue vie, se contentant d'un signe de main amical auquel les autres répondaient par un demi-sourire. À la maison, Jeanette passait le temps à décider quelle croisière ils devraient faire. Le fils et la fille vivaient à nouveau dans le nid familial ; ils s'évitaient tous dans les couloirs, et parfois il semblait même que les deux se disputaient pour des broutilles. Le pécune était pourtant devenu bien maigre une fois les diverses taxes payées. Il était généreux et n'hésitait pas à donner, mais il aurait préféré tout placer dans une SICAV, laisser fructifier les intérêts pour ses petits-enfants... Arrêter et revenir à la vie d'avant, que tout reste simple. Que le cadeau soit pour s'assurer l'avenir des plus jeunes de la famille. Au lieu de cela, les disputes devenaient plus fréquentes. Lorsqu'un soir il eut l'audace de mentionner ce plan aux autres, le toit ne fut plus le même. Jeannette faisait chambre à part. Sa fille ne lui adressait plus la parole. Son fils répondait en énigmes. Au PMU, l'on écouta son dilemme avec des airs circonspects. Personne ne le croyait sans doute, lorsqu'il devait expliquer que depuis ce samedi où il avait tout gagné, tout était allé à vau-l'eau. Il avait tout gagné, et pourtant il avait tout perdu. Le pactole avait rapidement fondu. Ainsi, le fils et la fille avaient la même impression : eux aussi avaient tout perdu, tout ce auquel ils pensaient avoir droit. À la maison, le silence pesait. Seul un oiseau entonnait un joli chant. Je crois que c'était un merle.
  5. J'arrive bien tard pour dire que oui, @Crève, ce serait un plaisir de découvrir d'autres exercices de l'atelier que tu partagerais avec nous. Quelques classiques : - chacun choisit une photographie, et quelqu'un d'autre s'en inspire pour écrire une petite histoire en quelques paragraphes. - piocher au hasard deux thèmes, ou encore quelques mots. En général tout ce qui nous force à ne pas planifier l'imagination, mais à s'y jeter sans réfléchir quitte à devoir le faire par contraintes. - écrire (ou résumer) une histoire en deux phrases seulement. Si c'est un résumé, on peut aussi le passer à quelqu'un d'autre ne connaissant pas le matériau original, et i∙el en ré-écrit une petite histoire. - imaginer une scène oubliée dans un film : une scène parallèle, entre deux autres. Et puis, évidemment, toute démarche poétique.
  6. Quelques lectures récentes. Dark Passage de David Goodis. Le titre français est Cauchemar, ce qu'à la fois je comprends mais qui ne donne pas la même impression. Roman noir débutant avec une échappée de prison, écrite à la première personne, dans un style particulier et prenant. Je ne sais pas si la traduction y fait justice (l'ayant lu en anglais) ; on y ressent les pensées confuses et la démarche, haletante, du fuyard, tout en gardant le style fluide. Petit à petit l'on apprend qu'il n'était sans doute pas coupable du crime — mais coupable d'être seul. Différent. Un thème récurrent chez Goodis. Il y a eu une adaptation cinéma en 1947 avec Humphrey Bogart, sous le titre des Passagers de la Nuit (titre meilleur), que je n'ai pas encore vu. Le livre, en tout cas, est vivement recommandé à tous les amateurs de roman noir et domaines proches (détective, policier, psychologique, etc.) Psychologie et Alchimie de C.G. Jung. Une re-lecture avec des re-découvertes. Mais c'est bien l'époque où il rattache chaque détail de la logique du rêve de l'un de ses patients indirects à la trame dont il est lui-même l'un des tisserands, si ce n'est le principal. On alterne entre surprises parallèles et parallèles sur-pris. Toutefois il est toujours plaisant de lui pardonner, les soirs de pleine lune, et de murmurer avec lui quelques mots latins provenant d'un vieux grimoire. Ceci étant dit, j'adhère à la thèse d'une dimension psychologique de l'alchimie ; en revanche, elle me semble être plus que cela, et plus qu'une collection d'archétypes partagés. mehr als nur — ce qu'il ne désavouera pas, étant donné le premier chapitre où il fustige le nur. Aventures d'Idées par A.N. Whitehead. Ce livre-là, plus difficile d'en parler. J'ai décroché ; le style est vraiment lourd, et soit je comprends mal, soit l'exposition est cryptique au point d'être désorientante. Je me console en apprenant que beaucoup d'autres me rejoignent et ont du mal à le lire. J'ai ouï-dire qu'on lui a proposé une chaire de philosophie pour la simple raison que d'autres philosophes ne comprenaient pas sa pensée — somme toute : un aveu. Peut-être re-tenterai-je l'aventure après avoir lu Procès et Réalité en guise de préambule ; mais même avec cela, certaines grandes déclarations très euro- et classico-centrées sont difficiles à lire telles quelles en 2022, et reflètent plus son encadrement culturel que des vérités indiscutables. Les haut-voltigeurs de la section philosophie se feront leur propre idée.
  7. Criterium

    A la faveur du néant

    J'ai attendu une deuxième lecture pour déposer un mot — tu as le don des atmosphères maussades, espérons que tout va bien pour le poète. J'ai bien aimé l'image de la lumière s'infiltrant comme par une meurtrière. Cette lumière médiévale tue - elle a tué les derniers espoirs de la nuit. La réaction post-coitus dégringole en crise existentielle. Le Temps mais surtout les moisissures. Et pourtant, vers la fin, même si ce n'est qu'un pas vers une explosion, l'on devine la lumière, une toute autre lumière... Celle-là tue peut-être aussi, mais elle, ce sera autre chose, et différemment. Nous le découvrirons dans un prochain poème...
  8. Max veut rester maître chez lui mais il joue avec le feu — nul doute que bientôt il aura donc également à jouer avec le feu d'un canon...
  9. Ça, c'est le vase qui fait déborder la goutte d'eau, l'eau qui se casse force d'aller à la cruche, l'eau à qui on met la bouche, l'eau sous laquelle coule le pont. Il faut y mettre du vin. Bonne soirée cher merle !
  10. En effet ! C'était comme cela que j'avais découvert ce nom, et qu'il était sur ma liste d'auteurs à découvrir depuis si longtemps. J'avais lu il y a longtemps quelques nouvelles d'Algernon Blackwood (avec "John Silence"). Par contre, rien de M.R. James pour l'instant — merci de ta suggestion ! Ces temps-ci, j'ai juste lu quelques autres romans de Ross MacDonald - et de son détective à Los Angeles. The Instant Enemy et The Goodbye Look, qui m'ont moins plu que le premier, Black Money. Je pense que c'est parce que dans ceux-ci, il y a une tentative d'insistance sur un côté psychologique — dans les deux cas, des jeunes adultes qui fuguent pour redécouvrir un passé secret et sanglant — mais qui malheureusement ne convainc pas tant. De plus, il y a parfois beaucoup de personnages, dont les liens familiaux et alias sont un à un découverts ; et la complexité qui en résulte n'est pas un problème en soi, mais rend difficile à percevoir comme réaliste le fait que le détective en découvre avec aisance la totalité, rapidement et avec peu de confusion. Mais cela reste des lectures plaisantes. Je suis maintenant en plein dans The Underground Man, qui semble plus prometteur et me plaît déjà plus. Bientôt, dans le thème détective américain, je découvrirai David Goodis.
  11. Criterium

    Crime

    Un contraste saisissant !
  12. J'ai lu le Grand Dieu Pan, d'Arthur Machen. Ça fait plus de dix ans que je pensais à le lire, mais je ne trouvais jamais d'édition qui me plaise particulièrement. Et enfin — cela valait le temps d'attendre, puisque Hippocampus Press vient d'éditer ses œuvres complètes en 3 volumes. J'ai acquis le premier, qui contient cette nouvelle, certainement sa plus connue. Verdict : à raison ! Un très bon récit psychologique et horrifiant, une jolie plume. La bonne surprise également que ce Pan n'est pas celui qu'on croit... plus subtil, mieux mené. Par contre, les quelques autres nouvelles de Machen que j'ai pu lire ne m'ont pas captivée. Il a un style assez particulier, que je décrirais à peu près comme de l' "imitation-Poe". Autant sur Pan c'est le meilleur aspect de ce style qui ressort, autant sur d'autres nouvelles (the Spagyric Quest of Beroaldus, A Remarkable Coincidence, etc) cela tombe à plat et la forme devient creuse. Un auteur inégal donc — mais je lirai sans doute le reste de ses écrits, ne serait-ce qu'une seule fois, pour me faire une meilleure idée. Peut-être que ses autres textes plus célèbres (The White People, the Hill of Dreams) seront eux aussi captivants. Du coup, je l'ai lu. — L'histoire est évidemment horrible. Par contre on a envie de le secouer sans cesse. Dès le début il y a des red flags partout, et lui semble complètement aveugle. Il tait complètement les raisons l'ayant amené à rester avec Nadia/Zakia, et ce bien avant qu'il ne se fasse séquestrer... Il est particulièrement timide, introverti, sa seule expérience étant un flirt platonique avec une jeune fille marocaine — coupé court par la famille. L'on devine qu'il devient modérateur d'un forum internet dont l'on ne devine qu'à demi-mot que c'est un site de rencontre, il y rencontre une autre femme franco-maghrébine et dit lui-même que cela lui rappelle son idylle, jusqu'à ce qu'ils se rencontrent — il s'aperçoit alors que c'est une trentenaire sans emploi mère célibataire de deux enfants qu'il trouve laide et à la "démarche de camionneur". Pourtant il reste et ainsi commence leur histoire. Progressivement de plus en plus sordide. Par contre je trouve dérangeant qu'il ne détaille jamais ses raisons, surtout au début ; il place aisément le blâme et le jugement (compréhensible vu l'histoire) mais ne décrit jamais ses propres mécanismes l'ayant conduit à se mettre dans cette situation pas simplement malgré lui mais dans une recherche à la fois (i) de perte de virginité — un motif qu'il tait mais qui clairement le travaille — et (ii) de l'humiliation permanente, qui donne l'impression d'un psychisme équivalent à celui d'un bout de bois. Je ne dis pas ça pour excuser la psychopathe. (Trigger warning : une histoire de chaton, qui entraîne la rage). — Autres lectures récentes : une grande plongée dans les romans noirs. Raymond Chandler : The Long Goodbye — dans lequel une investigation a priori secondaire (retrouver un écrivain perdu, probablement ivre mort dans une maison de repos) se révèle posséder les clefs de la disparition d'un ami du détective Philip Marlowe. Une enquête riche en personnages, très plaisante à découvrir, même lorsque l'on se doute que certaines pièces disparates du puzzle vont s'emboîter bien plus tard et que c'est un peu trop riche en coïncidences. Dans l'ensemble un excellent roman — et avec des touches sympathiques de l'argot américain (côte ouest) des années cinquante. Autre Chandler : Playback. — Philip Marlowe est engagé par un client anonyme pour suivre une jeune femme à la gare. Il s'avère qu'il n'est pas le seul. Ce roman-là est à mon avis beaucoup moins bon ; assez confus, un peu rocambolesque, et les fils s'emmêlent. Ross MacDonald : Black Money. Un excellent roman noir, captivant, avec un bon rythme qui donne envie de le lire d'une traite. Le détective Lew Archer est engagé pour recueillir des informations sur un homme étrange venant d'arriver dans une petite communauté huppée, et qui dit être un exilé politique français immensément riche — ce qui expliquerait peut-être sa paranoïa. Mais l'on s'aperçoit vite que ça ne peut pas être le cas ; retracer son parcours et la raison pour laquelle il est venu ici va vite réveiller de vieilles et bien sombres intrigues — y compris un suicide vieux de sept ans et qui peut-être n'en était pas un. (Sur cette photo on dirait qu'il a la tête d'Udo Kier...)
  13. J'ai revu Eyes Wide Shut. Cela l'a confirmé dans ma liste de films préférés. Toujours aussi captivant ; des jeux d'ombres et de lumière ; l'atmosphère onirique lors d'une nuit sans fin, et toute l'ambiance mystérieuse à laquelle je suis particulièrement sensible. Le jeu d'acteur est très bon, subtil, particulièrement lors des déchirures de ce couple en proie aux doutes et à l'infidélité — cela se perçoit même mieux encore en l'ayant vu plusieurs fois. C'est cette spirale qui donne toute sa force aux scènes qui sont souvent retenues comme étant l'acmé de ce film — le doute, les erreurs, le fait de se retrouver là où l'on ne devrait pas. Pour ceux qui n'ont pas vu ce film — vivement recommandé. Plongez-y vous si possible sans lire de synopsis ou de description, car même ceux-là ont souvent des spoilers. Un couple aisé vit à New York, avec leur jeune enfant. Bill (Tom Cruise) est docteur, et compte parmi sa clientèle des patients particulièrement riches. C'est ainsi que ce soir, comme chaque année à l'approche de Noël, ce couple est convié à une soirée mondaine. Celle-ci sèmera — ou plutôt verra éclore ? — de nombreux doutes dans leurs esprits ; des frissons ; des "...et si ?".
  14. Si ce n'est l'histoire, on dira que c'est juste la fin de la saison 1... qui termine à pic sur ce grand cliffhanger ! D'État en État, du FBI à la CIA, la fugue de Mario s'annonce riche en rebondissements et aventures pour l'éventuelle saison 2. Peut-être le retrouverons-nous comme le prédit repic ? Ou alors... à Chypre, en proie au Mossad ? À flirter avec la mort en Égypte en tentant d'éviter les Mukhabarat ? Qui sait ? En tout cas merci d'avoir partagé avec nous cette petite aventure. Quel sera le prochain thème qui t'inspire ? Je ne sais pas ! Nous le découvrirons bientôt, sûrement.
  15. Criterium

    Malle à portraits

    Je découvre tes derniers poèmes, avec plaisir comme à chaque fois l'an dernier. Mon favori parmi ces plus récents: l'Ange. — si fluide, il évoque sans effort silhouette, brève rencontre, et sa grâce.
×