Aller au contenu

Criterium

Membre
  • Compteur de contenus

    2 809
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Points

    1,834 [ Donate ]

7 abonnés

À propos de Criterium

Informations Personnelles

  • Pays
  • Intérêts
    lire, écrire, rêver

Visiteurs récents du profil

60 162 visualisations du profil
  1. L'invité-surprise. Il se pinça pour se convaincre qu'il n'avait pas rêvé. Cela marchait-il vraiment — il ne le savait pas ; mais n'était-ce pas ce que l'on était censé faire ? Se pincer la peau, fortement, ressentir la brève douleur, et puis se dire que tout devait donc être vrai ? Ou devrait-on chercher une douleur plus aiguë, à la manière des anciens croque-morts ? Apparemment, la scène ne changea pas. Point de réveil ; point de transformation agréable. La pièce était toujours aussi sombre et silencieuse. Quentin restait immobile, réalisant alors à quel point — puisque c'était vrai
  2. Retour de voyage. Elle se réveilla. Il lui semblait que ses oreilles bourdonnaient encore ; pourtant, l'avion s'était déjà posé depuis un moment. Pourquoi n'ouvraient-ils toujours pas les portes ? À coup sûr, il devait y avoir des embouteillages sur le tarmac, et l'on se retrouverait à devoir attendre une heure avant de pouvoir rejoindre le terminal... Autour d'elle, déjà le brouhaha — certains voyageurs rouspètent, d'autres observent aux fenêtres les manœuvres des agents tentant de tout coordonner. La même légère odeur : l'air sous pression, les tissus neufs... et celle des autres corps,
  3. Criterium

    La tour.

    Il y a des points sur la Terre où quelque chose d'étrange se passe. Combien au juste — impossible de le savoir. Selon la science, le phénomène n'existait pas, et ne faisait de toute façon aucun sens. Des points de pouvoir ? Impossible. Quelque chose d'inobservé, et donc sur lequel il était impossible de faire des expériences, n'existait simplement pas pour elle — comme d'autres phénomènes, réels ou non : par exemple le ball lightning jusqu'à très récemment. Les points seraient répartis çà et là comme au hasard sur la surface du globe, chacun avec sa latitude, sa longitude, et... sa hauteur/pro
  4. Thé à deux. Quentin Antuoro s'était levé tôt, ce matin-là. Les jeux de lumière avaient dû éveiller son corps avant même qu'il ne s'en rende compte ; ainsi, il se sentait particulièrement frais et dispos. Pourtant, c'était samedi ; il n'aurait que peu de tâches, et toutes seraient dans l'après-midi. Il aurait donc quelques heures calmes et tranquilles. Une fois rafraîchi, il décida de préparer un peu du thé. N'avait-il pas récemment trouvé ce thé noir dans une échoppe de la vieille ville ? Ce serait parfait. Un instant plus tard, il versait l'eau brûlante sur la boule à thé, dans son
  5. Criterium

    L'alchimie

    Les opérations extérieures de l'alchimiste sont un reflet de ses opérations intérieures. Ainsi la transformation du plomb en or sur le plan matériel est perçu comme une manifestation concrète — et vulgaire — de la véritable transformation intérieure de l'alchimiste, qui était lui aussi dégrossi comme du plomb et se transmute ainsi que se purifie (de πῦρ c'est-à-dire par le feu), traverse certains stages (décrits chez ces auteurs : albedo, rubedo, etc.), jusqu'à atteindre l'or. — C'est ainsi aussi pour cette raison que l'on dit que la pierre philosophale donne l'accès à la vie éternelle ; car c
  6. Dernière balade. Quentin dut se rendre à l'évidence : il s'était perdu en forêt. Ah, ils riraient bien, ses amis, s'ils savaient ! Et puis ses parents aussi, qui depuis longtemps lui avaient avoué qu'ils le voyaient comme un bon-à-rien : ne verraient-ils pas là une nouvelle preuve de ce verdict ? Tout ça parce qu'il avait décidé d'enfin prendre sa vie en main, de ré-organiser son emploi du temps, de faire de l'exercice... c'était ainsi que, tous les samedis matin, il joggait jusqu'aux bois — à chaque fois un peu plus loin — pour démarrer son week-end sur une note énergisante. Et cette foi
  7. Longue Nuit. Une fois encore, Quentin avala les somnifères. Ceux-là donnaient la promesse d'une nuit médicamenteuse, sans rêves, sans souvenirs. Le Noir complet — puis déjà le matin. Il avait beau se réveiller de plus en plus groggy, il ne pouvait pas imaginer faire autrement. Et déjà il lui apparaissait clairement qu'il devait continuer à augmenter la dose... il maudissait son corps, son foie, qui manifestement s'habituaient à la substance, la rendaient moins efficace. Il s'affala sur les draps en soie noire. Le Sommeil... — — Il se réveilla dans une position incertaine. Il fai
  8. Criterium

    Petites piqûres.

    Le son de la claque avait été magistral ; il avait fouetté le silence aussi chaudement que la joue rougie. L'homme sale eut une faible plainte — comme celle d'un enfant n'ayant plus de larmes ni de voix ; par sa réaction si mesurée, il trahissait le fait d'être l'une de ces personnes n'ayant plus de détermination, plus de direction ; ceux-là qui avaient déjà abandonné leurs désirs pour sombrer dans une vague dépression, au fil des ballottements de leur vie. Lorsque les batteries sont à plat, la douleur n'est perçue plus que par réflexe physique. Peut-être étaient-ce aussi des restes d'alc
  9. Criterium

    grève à la Japonaise

    Il fait beau aujourd'hui. Le soleil est clair, mais la brise souffle et en modère les ardeurs. Même la ville semble plus calme, invitante. Elle se dirigeait d'un pas assuré vers la petite place à laquelle le rendez-vous avait été donné. Au fur et à mesure qu'elle s'approchait du lieu convenu — un excellent restaurant japonais — elle avança un peu plus lentement ; pas vraiment hésitante mais... curieuse. Comme pour donner quelques secondes de délai supplémentaire avant que "ça" ne débute vraiment. Ça : — La rencontre des auteurs de Ffr. Cette silhouette, arrivée à l'avance et qui
  10. Criterium

    Nocturnale.

    Quelle sensation étrange que de s'endormir dans un lit inconnu. Les draps qui n'ont ni la texture, ni la couleur à laquelle l'on s'est habituée ; le matelas qui semble différent, un peu moins doux, plus ferme ; l'odeur du tissu lavé par d'autres produits. Les angles de la lumière qui éclairent la petite pièce sous un jour trop différent pour que l'on puisse s'imaginer être chez soi ou en terrain connu. Et un silence qui paraît lui aussi différent. Même une fois glissée sous la couverture, la position ajustée jusqu'à trouver quelque compromis — tout paraît bizarre, et le silence est trop profon
  11. Le livreur de pizza. C'était soirée de fête au 40, rue Quentin Antuoro. L'on entendait les vibrations des basses, quelque peu étouffées, et les rythmes des musiques résonner dans tout le quartier. Parfois s'y adjoignaient des rires et des cris enjoués. Du moment que cela ne dure pas jusqu'à la nuit... — Pour le moment, les voisins ne disaient rien. *ding* La sonnette tinta. Les fêtards, avec de grands sourires, ouvrirent ; voilà donc que la pizza était prête ! Les cartons, déjà un peu huileux, changèrent de main, pendant que l'hôte de la fête s'approcha. La commande avait déjà é
  12. Criterium

    un combat de trop suite

    Terrifiant ! J'espère qu'il s'en sortira indemne.
  13. Court texte d'horreur. Quentin rentra chez lui un soir d'hiver. Il avait l'habitude d'un petit rituel, à chaque fois : déposer les chaussures soigneusement à côté de la porte, changer d'habits, se laver le visage avec un peu d'eau fraîche. Puis il préparait une boisson chaude ; un café corsé. Il savait que ça n'était pas recommandé le soir, que d'autres pratiquaient plutôt cela le matin. Mais ça ne gênait pas son sommeil — et désormais, il en avait même besoin. De plus, n'était-ce pas toujours agréable que de partager cette tasse avec sa femme ? Si fidèle, si patiente. Oui, elle apprécier
  14. Le plus effrayant, c'est que ce texte n'est pas une fiction... Lorsque Monsieur Bob a des passagers : imaginez leur stupeur, puis le silence de plus en plus pesant en attendant de sortir de ce cocon de métamorphose. Horrifique ! Au début du texte, je pensais que ce serait à propos d'une compagnie qui part à la dérive car tout le monde profite de la gentillesse de Bob pour ne pas travailler et prendre des vacances ; puis je me disais qu'il allait retrouver ses employés supposément malades en train de se câliner quelque part dans les sous-sols. Mais non ! Tu nous as magistralement mené
×