Aller au contenu
  • billets
    23
  • commentaires
    134
  • vues
    109 013

À propos de ce blog

Le goût de la fuite,
Qui s'échappe de tes cuisses,
S'efface. Sans suite.


 

Billets dans ce blog

Incomparable

Parfois je suis inégal, souvent je suis inégalé. Mais j'aurai jamais de médailles comme tirailleurs sénégalais. Je suis venu crever le plafond, comme dans la jungle signée Calais Coup de cutter dans l'attente pour stipuler que bouger fallait. Tu sens une douleur dans ton cou? C'est normal, c'est mes canines. Si je te baise comme un robot c'est que l'amour est mécanique. J'ai pas le temps pour les caresses, je m'en fous si t'es câline. Toujours en retard, je ne m'arrête pas, comme l

Réfléchissant

"J'ai pas encore touché mon verre Mais j'ai déjà trop bu ce soir. Je deviens sensible à la lumière Depuis que je nous voudrais dans le noir. Je me suis perdue sur les contours De tes yeux doux et pétillants. Et j'ai le ventre plein d'amour Pour tes rires insouciants. Alors je parle avec les mains, Pourvu qu'elles effleurent les tiennes! Je voudrais qu'on oublie demain! Que pour la nuit, tu me retiennes. Le désir me monte à la tête, J'ai l'ivresse à fleur de peau. J'ai

Sabot de Vénus

La bête habile Appelle la belle. La belle l'attire Façon Satyre label. Mais ça tire la bile Plus que ça n'astique la bite, Comme les stèles aztèques. Pas comme lèvres et stick, Plus comme lièvre et steak. La bête habile, La peine s'attire. Comme défunt s'attriste Mais très vite s’attelle A ce que belle s'en tire Sans que joie s'enterre. Sourire sincère Quand cœur se serre Et que peau se déchire Sous funestes serres. La bête habile Et funambule S'enfuit d

Vingtième Heure/H20

Je t'emmerde! Pas dans la violence qui éjecte comme le colon face à l'autochtone. Je suis sans sphincters. Je lâche tout et je te déborde Comme George Saint-Pierre dans l'octogone: Je t'emmène au sol, je te mêle au sol, je te laisse sur le dos. Seule et sale tu scilles et scelle le destin d'intestins Qui ne connaissent rien du bushido. Alors donne moi ta merde et je t'en ferai un festin. Infestée comme la ville que je rêve de fuir pour venir te voir, Je suis le parasite qui

X et Y

Qu'est ce que ça change, si je suis de l'abscisse ou de l'ordonnée? Je me vois plonger dans les abysses à chaque fois que tu me ris au nez. T'aimerais savoir si j'ai une paire de testicules ou bien de seins? Tu voudrais que je porte le matricule que tu as choisis pour mon bien. Peut-être que je suis de l'X et de l'Y. Peut-être que je ne suis ni l'un ni l'autre. Non, je ne sors pas de Star Trek. Quoiqu'il en soit, je suis des vôtres.   Je peux comprendre que ça ne te di

A la faveur du néant

Le soleil se lève et avec lui ses rayons dardant Déchirent la couche de rêve lovée derrière mes paupières. Adieu la nuit, les étoiles, la lune et ses rayons d’argent. Bonjour la lumière qui s’infiltre comme à travers une meurtrière. En accord avec l’heure, j’ai l’humeur maussade De qui se lève moins pour l’aurore que pour éviter le déclin d’une vie. A mes côtés, la présence que j’ai adoré le temps d’une passade Devient mon abhorrée pour ne pas être disparue ave

Le fils de l'homme invisible

Mon père a un super pouvoir : Personne ne peut le voir. Certains connaissent déjà l’histoire, Il devait être huit heures moins le quart, Quand il est parti chercher des clopes, Du pain ou des enveloppes. Perdu dans son commerce interlope. J’ai beau ne pas être myope, Je ne l’ai pas vu revenir. Même après quelques années à grandir, Je ne le voyais que dans mes souvenirs, Dans les complaintes de ma mère, dans ses yeux tristes, dans ses soupirs. Comme ça ne devait pas être f

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8 dans La preuve par 8

×