Aller au contenu
  • billets
    202
  • commentaires
    1604
  • vues
    192143

Aphorismes Alcooliques

Tequila Moor

148 vues

Brève de comptoir — ou crève de ton boire ?
En tous ces verres au teint de noyé se sont éperdues tes vaines années.
J'en peux plus : tous les matins, j'ai la tête dans le Q.I.
Trop de poètes sont comme de mauvais acteurs, toujours à surjouer leur douleur — ils ne savent d’ailleurs qu’ingérer et digérer, là où d’autres savent écrire.
Désarticulé, rendu presque aveugle par son breuvage sacré, il avançait en pleine rue tel un pantin abîmé, aux fils emmêlés, dont les yeux auraient chuté à l’intérieur.
Aujourd’hui, n’avoir plus droit de cité est le privilège de la mendicité.
La mûre, c’est bon pour le kir — l’amour, c’est bon pour le cœur.
Vos nuits sont plus belles que mes jours, surtout depuis que ceux-ci sont en danger.
Je ne suis pas meilleur, je suis pire.
Quand vient la nuit, il m'arrive de détourner mon chemin solitaire afin, dans les rues, de ne pas risquer d'effrayer une silhouette féminine que je devine devant mes pas — urbanité obsolète.
Amour et toujours — ces deux mots riment rarement… Ne vous déplaise, mauvais poètes !
Exister rend altruiste : on trouve ce que l’on est, lorsqu’on trouve ce qui résiste ; quand de tout ce qui nous a été pris, seule l’envie de donner subsiste.
Tous les poèmes devraient nous inciter à oublier l’objet de nos désirs, non nous inciter à le conquérir.
L’amour : plus encore que la politique, dernier sujet rebattu dans les bistrots sur le point de fermer.
Avoir peur que ce monde disparaisse, alors que l'on n'a jamais demandé d'y vivre.
Seule cette civilisation — où le rapide, le jetable, le reproductible sont élevés au rang de principes premiers — pouvait inventer le serial-killer.
Va pas le faire grincher d'Adam, il a l'Eve gerchée !
Reste à s’enliser au travers des jours, tranchées désertées, tel un mercenaire dans un monde sans guerres…
En philosophie, comme en sexualité, il faut chercher à réconcilier Platon et Nietzsche — particulièrement, la Caverne et l'Eternel Retour.
Jouir sans entraves est le comble du masochisme.



Annonces
Maintenant

2 Commentaires


Commentaires recommandés

Bien que je sois fermement opposé à la réhabilitation du couple amour/toujours, j'ai pas su résister. :D

Par un beau jour, mal luné,
Arpentant les fours melunais ;
J'ai cru trouver l'amour et l'ai allumée
Ma passion de toujours, l'herbe de mon calumet.

  • Haha 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×