• billets
    169
  • commentaires
    1 433
  • vues
    173 724

Katel

Tequila Moor

75 vues

Matin ravin.

Du fond de celui-ci, les pieds dans la mauvaise herbe et ma langue léchant les cailloux, j'écoute une musique racée, douce ou dissonante – même des chœurs archanges s'y retrouvent – qui me lacère le corps d'âme.

Encore dame, encore toi à qui je pense : mais tu t'es mise à ma place, patate douce, et la note bleue m'enfle peu à peu. À quand : la rupture des digues, le largage des amarres, être quitte du rivage ?

Alors court et court dans la sorgue, cette autre méprise à l'infini, qui se perd et s'agite, s'investit dans l'homélie. Oui nous en sommes : fidèles à cette table, mangeant nos pratiques sur l’orgue, le poison mésusant – que perds-tu ?

Une cascade exposition, pour chasser la passion, la garder en trophée pour toujours atrophiée ; document de sérail pris au vif sur le tard afin de dévoiler, en somme, ou de faire voir.

Car du diable implacable, nous ne sommes que d’humbles serviteurs, et voulons montrer la voie. Comme un abcès qui ne veut se crever, un nouveau-né qui ne peut respirer : nous avons trouvé le venin, là.

Maintenant on s'écœure cet amour, ces cerveaux, ces cœurs. Mystification quasi zéro, un espoir sans atours… Et nos bas-ventres, chérie, se rendront dans d'autres lits : culs de basses fosses qui se viandent en notre lie.

Hors ; la douceur est pandémie, et il faudra un jour savoir renoncer au monde, lorsqu'on s'apercevra que le monde n'a jamais aspiré à soi.

Ils m'ensemblent, qu'eux – la sente à susciter sera celle qui circule parmi les putréfactions, sans contrefaçon : à accepter, la défécation, pour sortir feu follet exhalé de sa propre dépouille. Où s'exister exilés, qu'à la fin nos repères vacillent ?

Dans la nudité de ces silences, dans l'enjeu : reverdir, libéré du souffle de nos vœux. Pour au printemps nouveau, naître enfin – enfant – de soi même, et savourer cette avouée pédophilie.

Il pleut ; reste à se vider tendrement, presque nonchalant. Arracher tes écorces sans que cela t'écorche.

Il pleut ; la boue commence à couler – nous partageons le ciel, or, il s'enbleue.

Sang bleu. Va falloir avancer.

 

===========================================

Bande son :

KATEL - "Charnelle"


  • Like 1
   Alerter


25 Commentaires


Commentaires recommandés

Tu veux qu'on se sépare... c'est ça ? :snif: Tu aurais pu choisir une façon moins lâche pour me l'annoncer :sleep:

C'est de ta faute : depuis que tu as changé de recette, que tu es passée du makizushi au maki tempura, tu n'arrêtes pas de me dire "bientôt, tempura plus !" ... alors que j'ai pourtant bon appétit, mais être traité ainsi, ça me donne du sushi... :hu:

Au moins vous avez compris de quoi il est question, vous. :mouai: :blush:

Je crois qu'ils font semblant, en fait...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Changer les recettes contribue à contourner la routine que je méprise tant ! :sleep: Je ne te (mal)traite pas, je fais en sorte que l'on ne se lasse pas l'un de l'autre, en ajoutant un peu d'exotisme à notre vie :blush:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je n'ai rien de planifié... les prévisions sur l'avenir c'est pas mon trip tout comme la routine :cool:

Je vis, je vais... je viens, je nage là où les vents me portent :blush:

Alors profitons en mon tendre ami... improvisons notre vie... :angel: avant que l'enfer nous appelle à lui :dev:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Ah oui mais je disais ça car je suis immortel (ou presque, après tout ça ne fait que 183 ans et demi que je suis vivant) et que je peux accorder le même don à la femme qui partage mon chemin. Mais si ça ne t'intéresse pas, je peux comprendre : l'éternité c'est long, pfff...

Improvisons, alors. Hop !:air_kiss:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je suis déjà immortelle aussi... ce ne sera donc qu'une formalité pour moi :p Avec tout de même la pénible impression que je n'aurais jamais assez de l'éternité pour accomplir tous mes désirs :blush:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Avec tout de même la pénible impression que je n'aurais jamais assez de l'éternité pour accomplir tous mes désirs

On dit ça, on dit ça... Et on finit par ne plus rien faire, remettant toujours tout à demain, vu qu'on a tout son temps... L'immortalité, c'est vraiment surfait !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Insatisfait intemporel en plus... pfffff ! :smile2:

D'aucuns, pour ne pas dire le monde, se plaignent de courir après le temps et lorsqu'ils l'ont chopé, il leur file entre les doigts :mouai: Nous on nous le sert sur un plateau en platine... on ne va pas cracher dans la soupe tout de même ! :cool: Ni sur leurs tombes d'ailleurs... :D

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Bah c'est pour ça que je milite pour transformer l'immortalité en cycles infinis de mort-résurrection, pour qu'il y ait un peu d'enjeu, sinon c'est l'ennui assuré... Non, on peut faire plein de choses sur les tombes des mortels, mais faut quand même les laisser propres, c'est mieux... Sinon, quand on fait des cochoncetés dessus, on se salit. :blush:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Rien n'est sale dans l'amour ! :smile2:

... Tant qu'on remet les chrysantèmes en place après (le) coup, et qu'on les arrose copieusement, le respect est préservé :blush: Le grand philosophe Rico clame d'ailleurs son profond dėvouement aux femmes en clamant "hhmmmm... yé vous rrrrespecte énormément ! Le matin, le midi, et le soir !" ?.. pour les morts c'est pareil :smile2:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Rico, hein ? J'ai été chercher, et... comment dire... c'est original comme croisement entre Jean Marie Bigard et Jean Claude Van Damme... Un peu repoussant, tout de même : je ne sais pas trop si je vais t'emmener au cimetière, finalement, pas sûr que l'on partage les mêmes goûts. :p

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

J'aimerais vous suggérer de prendre une chambre tous les deux mais ce n'est pas mon genre d'interférer avec les oignons et les blogs d'autrui... Where's Jedino when you need him? sleep8ge.gif

Rien n'est sale dans l'amour ! :smile2:

En effet, tout est question d'amour propre en définitive.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Le personnage et son jeu de langue sont peu ragoûtants oui ! Mais son interprête... :bave: (vu sur scène)

Ah si le cimetière j'y tiens... je rêve que tu m'emmènes à l'autel :blush:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

J'aimerais vous suggérer de prendre une chambre tous les deux mais ce n'est pas mon genre d'interférer avec les oignons et les blogs d'autrui... Where's Jedino when you need him? sleep8ge.gif

Rien n'est sale dans l'amour ! :smile2:
En effet, tout est question d'amour propre en définitive.

Une chambre ? :hu: Alors qu'on serait si bien dans un caveau :p

Tu ne peux pas comprendre Kon... ta jeunesse et ta mortalité en sont la cause :sleep: On t'expliquera quand tu seras grand... :hehe:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Pour le même prix, autant voir des chippendales : ils ne parlent pas, et on ne s'intéresse qu'à leur plastique... Enfin, je ne sais pas si ça s'appelle comme ça chez les chippendales. :hu:

Sinon, va pour l'autel : tu seras ma Mariée Noire et nous ferons les Sombres Voeux, avant de nous abandonner à une orgie de Magie Erotique... Tu m'épuiseras à force d'implacable tendresse, et je pourrai afficher au petit jour blafard "ci-gît mon vît" devant la tombe qui nous aura servi d'autel... Ce sera bien ! :dev:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Une chambre ? :hu: Alors qu'on serait si bien dans un caveau :p

Tu ne peux pas comprendre Kon... ta jeunesse et ta mortalité en sont la cause :sleep: On t'expliquera quand tu seras grand... :hehe:

Je n'ai certainement pas l'intention de vivre assez longtemps pour subir cette explication. sleep8ge.gif

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

C'est surfait les chippendales... une horreur leur plastique :sleep:

Si ton vît rend l'âme lors de notre nuit de noce... il porte bien mal son nom :gurp: Tu es en kit et les "accessoires" ne sont pas garantis à vie ? :hu: Dommage, j'aurais voulu attendre un peu pour l'échangisme mais si tu m'y forces :o°

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je suis immortel, pas increvable. Et ne suis certainement pas en kit. Ni en kilt, d'ailleurs. Ceci dit, si mon vît aura rendu (temporairement) l'âme, il vaudra mieux : la moindre de tes zones érogènes sera alors hyper-sensibilisée, comme amoureusement passée au papier de verre... En toute modestie, tu ne voudras pas tout de suite que je te retouche. :sleep:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Une once de sauvagerie ne nuit pas au plaisir... même si elle laisse quelques séquelles - heureusement réversibles :p Me voilà rassurée... je peux à présent me retirer et vaquer à mes rêveries d'encore... :blush:

Bonne nuit Rocco :air_kiss: ( :happy: )

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant