Aller au contenu
  • billets
    190
  • commentaires
    1528
  • vues
    189991

À propos de ce blog

La fatuité est le privilège des ratés

Billets dans ce blog

 

Sûrs

Ici, tout est bien comme il convient Arrivée tard : la fin de soirée Table mise, petit déjeuner De proches amis à qui l'on tient Pour leur écoute, encore merci Pour les discussions, énonciations De nos points de vue non raccourcis Pour les promenades, le jambon Là, au coeur, en dedans Un endroit accueillant Chez des gens doux, et sur Qui on peut compter : sûrs   Ici, même le chien me convient Souvenirs d'enfance conjugués À l'envie de m'infantiliser La

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Merci mais

Ce n'est pas que je sois fort Juste habitué, dorloté A résister à la mort Seul, d'ivresse auréolé Mais j'ai aimé vos efforts Mieux : ils me touchent, m'émeuvent Me remettent en accord Avec le combat, l'épreuve Lutte vaine qu'on arbore Routine sans rêve aucun Inscrite au-delà du corps Le sens viendra à la fin Oui, j'ai aimé votre port De tête qui me supporte Fasse que louer vos apports Soit bon pour votre cohorte Ainsi, merci mais... Bonne mère ! Si m

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Freemium & Premium

Journalistes dépassés par les termes techniques Aiment répéter « c'est la crise » Et les experts de débattre de façon critique Du saint moral des entreprises Ménages apeurés se tournent vers politiques Pour sauver leur sous de la mouise C'est alors que médiocres et sphère médiatique Entonnent, choeur vibrant, cette belle analyse (de façon logorrhéique) Au marché, la demande a rendez-vous avec l'offre Mais l'offre ne le sait pas et la demande attend Ici-bas envers son

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Adipocire

Le jour où je me suis tu Sera un jour comme un autre : Sans doute aurai-je discuté avec un apôtre Du mieux, de l'espoir, de la tentation de ne pas passer outre Les commandements de sa foi, la vie, à qui il faut dire d'aller se faire... Oui : la vie, comme l'amour, se fait. Merci de ne pas me demander comment. Demandez aux bactéries, surtout extra-terrestres : elles s'y connaissent. Le jour où je me suis tu Sera au jour d'avoir patienté assez longtemps : Avec moins d'apr

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Suie

Suis les sens interdits Suis ce que l'on te dit Suis ce que montre un doigt Suis le chaud ou le choix Suis l'envers du décor Suis le contre en accord Suis l'odeur lycaon Suis la sur le clayon Suis de précieux conseils Suis ceux de ton oreille Suis si des fois en l'autre Çui-ci trouve un apôtre Quoi que ce soit Caché en bas, fin fond du soi Ce sera soie Et moi-je ? Suie Suis aux confins du sombre Suis là où meure l'ombre Suis l'abus de bévue

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Mario Zéro

Si minuscule Via ses pixels, en la matrice, Mario a plusieurs vies Et se faufile Hors de l'asile Du Royaume Champignon. Vice Collé à ses envies De tentacules. Il est habile, Connaît tous les métiers. Complice, À ses côtés : Luigi Sous la férule. Las ! Les ovules De Princesse Procréatrice Vivent dans son esprit, Au ludophile. Désolé Mario : Ta princesse est dans un autre château. Game over / Fin de partie. Tel un reptile, Il avance sans br

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Vilaine

Vilaine est de retour sur le net. Elle est promesse de galipettes : Va s'offrir à tous, la midinette – Va s'ouvrir à toutes, la nénette. Elle pourrait être ta promise Ou pourrait faire ton analyse. Elle pourrait être ta soumise ; Choisis ! Car l'apparence est de mise. Dites, les garçons ? C'est bon d'être de retour... Avez-vous serré vos oreillers dans vos lits Quand j'étais partie ? Frustrés, m'aimiez-vous d'amour ? Etais-je citée dans vos insultes, vos cris ?

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Printemps prochain, 20 après

Elle est lève-tard, lui lève-tôt À peine sort-elle du coltard Qu'il se remue déjà au boulot Bénévolat ou associations Elle s'active, de ci de là Tandis qu'il s'entraîne au triathlon Aussi, leur vie est douce caresse 3 enfants et tout l'amour qui reste À donner : en cadeaux ou en liesses Puis en taquineries ou en siestes Elle est couche-tard, lui couche-tôt Elle l'aura changé en motard Lui ne l'a pas ralliée au vélo Il rentre mais s'impose silence Elle

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Caïd

Il m'est revenu qu'être idiot Est idéal : même être beau Ne garantit un bonheur chaud Et doux et fou du ciboulot J'ai longtemps pensé le contraire L'intellect fier, ou mieux, austère Me raidissait le derrière Plus bombé qu'un Pater Noster Ma culture semblait accorte Dans le monde, m'ouvrait des portes J'allais ainsi, sous bonne escorte Avec le goût des choses mortes Enfin... c'est ce que je croyais Prenant mon cerveau pour un chai Bien sûr qu'un grand cru

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Pigments

plus tard, Pluton : demeure inévitable Dégoût rampant, sous le seuil se cache l'innommable Ici, que reste-t'il à faire ? Crier les vents, sabler la mer Puis le départ austère Là, se tenant devant Veto de s'évider lévitant Serrer le peu qu'il reste de dents Dans un sourire diaphane Sous la peau, l'ichor fane Une fleur, flânant en ce fleuve Noire et délicate, la veuve d'Elie en sursis Extase de la menthe Esclave d'attente Bonheur ressenti, las L'anévr

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Charade

Désinvolte salpêtre, Les mots vont se repaître Du mal ou du bien-être, Du on se croyant maître. En premier ? Errement primal. Tu n'existe qu'en eux. Je s'y invente au mieux. Elle est fort merveilleux. Il en obtient les cieux. En second ? Nier l'animal. Dispensable "que sais-je", Le sens – flocon de neige – De nos cerveaux fait siège : Nul silence n'allège. En tertio ? Racine du mal. D'où vient cette langue : âge Ou pitrerie ? Lent gage Pour humains –

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Fatwa sur tout

Prends une bonne grenade Envoie-la dans le vent C'est très bon les grenades Plein d'anti-oxydants Les voies de dieu sont mystères Cadavres par kilos Entends-tu la prière ? Entrailles à gogo Fatwa sur toi Fatwa sur tout... sur toit ? Fatwa sur toi Fatwa – force de loi Comme ça tout à l'envers Ne me regarde pas Je ne m'envoie en l'air Qu'armé d'un coutelas Fatwa sur moi Fatwa sur tout... sur moye ? Fatwa sur moi Fatwa – force de loi Nos

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Je n'est rien à dire

Espoir, le pile d'une pièce dont la face Est la peur. Espoir ? Si vaine attente du mieux. La peur ? Si vaine attente du pire. A mes yeux Voici deux illusions que notre crâne brasse. Nous, tels des pantins ballottés par l'une ou l'autre Ou même tierce attente, ne devinant guère Si ce qui nous meut est coup de vent ou pervers Marionnettiste, fil à la patte ou je nôtre. Quand nos défauts ne sont que configurations D'un chaos de synapses mariées aux neurones, Idem de nos qu

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Demain est idem

Je ne me souviens que peu d'hier Rances relents, pissotière Tout souci a sa solution Un flash de détermination Suffit pour finir en beauté Joyeux air frais à barjoter Pour supporter l'ennui ultime De mon spectre nommé intime   Demain n'est ni loin ni trop tard Demain est idem, monotone Jusqu'au libre instant du départ Le reste appartient au carbone M'en voici donc extra-lucide Mon futur, ça le génocide Ça me gêne aussi : mon présent Ne s'en trouve pas

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Schize Alien

De cette obsession sexuelle, qui déborde, Ne plus maîtriser la nervose, qui saborde. Le cercle vicieux reprend son thème à l'envi : Je bande donc je suis. Ou je jouis donc je vis. Impasse mâle, un malin passe – et un public     Tourment insinue en coulisses sa métrique. Vitale lie, de fiers fantasmes se préparent : C'est l'hallali, leur drame me délire, hilare. Car, vous ignoriez mes globes qui vous fixaient, Quand tout le reste s'étranglait en tremblements. Carcan : se

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Xanith

Arraché au sein maternel : Soudain, il se fit belle. Homme ou femme – cible de fiel – Qui ne put vaincre un gel pluriel. Son existence fut fragile. Tant, que le rire des séniles Suffit pour en couper le fil, Tel un rejet de bile. Le désir fut sa cause : Soumis à son hypnose, Elle y plongea sans prendre pause S'abandonnant à la sclérose. ... quand ce genre de transe Te prend – tu te sens étrange, Quand cette transe de genre Te fend. L'homme est repar

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Virus

Je prends conscience de mon corps Comme d'un instrument de mort. Ou conscience de ma faiblesse : Se cacher, désirer sans cesse. Conscience de mon énergie, De ma rage et sauvagerie.   Puis conscience de mon cerveau Qui sert le but de mes travaux. Conscience de ma survivance : Fruit de volonté, de souffrance. Je prends, de mon venin vulgaire Pour me répandre, infester Terre, Conscience.   Ce monde est mien – Car je suis à ce monde. Hu

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Dès lors je ne dis rien

Certains disent "jamais" d'une ambition polie Ce qui équivaut à : "jusqu'à ce que je meure" Ôtons donc, de cette opération, l'infini L'équation se résout en simples sons : "jameur" Le monde me parvient comme suite innommable Algèbre de hasards que je ne comprends pas Je parle ici bien sûr du réel impalpable Car mon humanité, je sus la mettre au pas En elle se trouvèrent des occupations Amour ou amitié ou bouche que veux-tu Ou la maternité, la réanimation Des raisons d

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Paume du poing

Il existe une situation appelée tristesse. Il en existe une autre nommée vide. Ces deux sont souvent confondues ; or elles s'opposent. La tristesse peut être décrite comme déchirement, celui-ci prend de la place, trop de place, jusqu'à vous emplir, jusqu'à déborder : vous voudriez pouvoir déposer ce fardeau hors votre être, ne plus sentir son poids dans vos pensées. Rien de commun avec le vide qui, son nom l'indique, est absence : quelque chose manque à votre être, vous ne sentez pas de poids, v

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Ô ma reine !

Je pense à ça, et rien qu’à ça : je veux être son esclave d’amour, lui donner ma verge, ma force, ma tendresse, ma virilité, mes fesses. Je veux la voir, l’entendre, la toucher, la sentir, la goûter : j’ai envie d’elle, comme cela jamais ne m’était arrivé de personne. J’ai envie d’être en elle, de la mener à ma baguette, d’aller doucement, qu’elle la sente tout du long, ou de violenter rapidement ses tréfonds, j’ai envie d’être celui qui la défonce, j’ai envie d’elle et qu’inexorablement je m’y

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Vortex

Cette nuit, on a tué ma semence Dans l'absence, le mystère de sa vie s'est enfoui Lynché par la houle Fluxé tout son soûl Un poète de troc Qui, baroque, se répand en soliloques Contemple son appendice Pleure l’édifice Ou la fille qui l'acquittait, hors de ce ventre « – RENDEZ-MOI MA CHAIR ! » Des astres, nés morts hors de l'antre Le bambin Est jeté avec l'eau du bain Le bébé jeté avec les eaux de la Mère Douce et caressante Les cuisses ruisselantes Geyser de

Tequila Moor

Tequila Moor

 

DTC

Où est la misère ? Dans mon cul ! Où est la colère ? Dans ton cul ! Où est la galère ? Dans son cul ! Où en est la guerre ? Où en est la guerre ? Où ? Où sont les solitaires ? Dans nos culs ! Où sont les barrières ? Dans vos culs ! Où sont les prières ? Dans leurs culs ! Où sont les pros ? Propos ? Prolétaires ? Partout ! Dans ? Quel ? Cul ?

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Assoiffés de Réel à Satiété (journal d'un sociopathe, partie 4)

Longtemps, bien avant l'invention du temps, ils furent sans vie propre. L'ensemble de leur être était ouvert au monde, rien ne les séparant du reste du réel. Combien de temps ils survécurent ainsi, nul ne le savait. Puis quelque chose commença à changer. Cela prit place au cours de générations dont personne ne se souvenait, les signes d'un changement sans précédent s'écrivant profondément en eux. En avançant, ils franchirent des frontières dont ils n'imaginaient pas l'existence. Bientôt, ils com

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Station Opéra, terminus médiocrité

J'ai besoin d'eau. Quand j'ai bu pour mon saoul, Quand j'y suis : que j'y coule. Quand je rentre chez moi, où le manque d'amour – celui qu'on donne, celui qu'on reçoit, qu'on prend, qu'on oublie – M'étreint au point où je me sens ? Gourd, vierge au monde. Lors je cherche l'aqueux ; Dans les fruits – pommes vertes – croquées à pleines dents Vertement ; En ce verre englouti Qui au robinet dit merci ; Au savon mouillé qui s'imprègne, sans plus de bringue, De saveur

Tequila Moor

Tequila Moor

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité