• billets
    50
  • commentaires
    30
  • vues
    8 622

À propos de ce blog

artiste à succès inconnue

Billets dans ce blog

querida13

Il y a eu des moments de découragement. Des moments où je me disais que oui, je chantais en public mais que cela ne me rapportait rien. Que celui qui faisait son beurre était le propriétaire du restaurant, qui avait épisodiquement et à bon compte une chanteuse issue du conservatoire de Marseille. Mais ne côtoyer que des enfants et des instits  était très réducteur pour moi bien que je me fusse déplacée sans cesse depuis bien des années.Je connaissais mes amis depuis trop longtemps et j'avais envie de connaître d'autres milieux.J'étais servie! Et cependant insatisfaite.

Depuis mon adolescence, je tenais un journal .J'y ai écrit de nombreux poèmes. Ecrire faisait aussi partie de mes envies quand j'étais jeune, j'ai suivi des études littéraires et j'étais toujours fourrée dans des livres, dans des bibliothèques; gamine, on me surnommait souvent le rat de bibliothèque.

Un jour en allant dans une réunion instits professeur de collèges pour un CM2, je suis tombée sur un document qui était affiché dans une des classes.Il parlait de poèmes japonais composés dès le XVIIeme siècle: les haïkus.

Ces petits poèmes s'inscrivent dans la philosophie bouddhiste.Tu es un être perdu dans une très grande quantité de vide.A ta disposition tu n'as à vivre qu'une  juxtaposition d'instants. A toi de saisir l'instant que tu vivras en été ,en automne, en hiver ou au printemps de l'année ou de ta vie, et d'en faire un petit poème de trois vers composés de 5,7 ou 5 pieds.Il y a deux maîtres du haiku: Buson et Bashô.j'ai eu la chance de tomber par hasard sur un bouquin de Buson, ici à l'autre bout de la terre.j'ai pris rapidement le virus et me suis mise à en composer moi aussi.

J'ai rassemblé mes poèmes, illustré et écrit, composé.Et j'ai fini par les envoyer à un éditeur qui  aurait bien voulu m'éditer avec un contrat très contraignant mais en  autofinançant ma propre édition tout en étant à la disposition d'un éditeur situé à de nombreuses centaines de km de mon domicile pour faire la promo de mon livre;Tout cela pour ne retirer péniblement que quelques euros de mes ventes... Pas folle la guêpe, j'ai pesé le pour et le contre , ai refusé ces conditions et j'ai édité mon premier bouquin à compte d'auteur et ce ,à très peu d'exemplaires en choisissant de faire travailler un artisan des environs..Puis j'ai pris encore le virus et je suis à ma troisième petite édition artisanale. Mon tirage est très confidentiel et peu de monde peut se targuer d'avoir en sa possession la première édition de mes poèmes et de mes haïkus...Un jour j'ai été exposée, avec des artistes locaux dans la galeries marchande du carrefour à Vitrolles;J'ai vu mon nom sur une affiche haute de deux mètres écrit en lettres de quarante centimètres de hauteur. J'étais fière de moi. Un peu comme un acteur qui voit enfin son nom en haut de l'affiche.Un de mes amis,sculpteur, me dit que j'étais un nouveau Rimbaud mais je le soupçonne d'être très indulgent à mon égard (il fait d'adorables merveilles)..Tandis que le cardiologue de mon mari a trouvé que j'étais aussi bonne que La Fontaine. Lui aussi d'ailleurs peint des toiles exquises qu'il expose dans sa salle d'attente.

Quelques exemplaires marinent dans mon placard et de temps en temps j'en vends quelques uns.Les commerçants de la galerie marchande ne sont guère venus m'acheter de livres; Alors j'ai cessé de me servir chez eux.Je m'aperçois que j'ai acheté leurs bouquins à nombre d'auteurs mais qu'eux ne m'ont pas rendu la pareille.Alors, moi aussi j'ai cessé d'acheter leurs parutions.

  Un journalsite est venu m'interwiever.Il trouvait que pour composer tout cela j'avais dû avoir à ma disposition beaucoup de tems pour écrire mais pour moi, il et tellement facile de zapper une coupe d'Europe de foot,de ne pas regarder la télé réalité, de zapper Koh lanta ou de ne pas regarder amour gloire et beauté que j'ai toujours eu du temps pour écrire , pour apprendre à chanter pour lire..

 

querida13

Il y a des soirs où rien ne va plus. Où j'ai manié  tellement de prénoms dans la journée et dans la semaine (parfois cent trente) que je ne me souviens plus du nom des gens que l'on m'a présentés dans la quinzaine précédente.

Il y a des vendredis plus difficiles que d'autres. Les enfants sont plus excités en fin de semaine et ma voix au karaoké ne me permettait que des chansons où l'agilité n'est pas de mise. Car en chant, on travaille avec son outil, la voix et il faut adapter son travail  à ce qu'on peut faire parfois les moyens manquent alors il faut réviser ses prétentions à la baisse, et ça se complique si les gens sont plus excités ou n'écoutent pas, ou si certains braillent ou beuglent.Parfois,il y a des jalousies parce que le DJ t'a fait passer davantage que d'autres.Parfois, je n'avais pas réservé et prenais un petit en cas sur un petit bout de comptoir...ou seule dans mon coin.

Le DJ parfois devenait facétieux...il coupait le début de la chanson en me faisant débuter a cappella ou alors il s'amusait à distordre la tonalité du morceau pour savoir si j'allais rectifier le tir.Je le rectifiais!Ou alors en pleine concentration, il venait m'affubler d'un chapeau marrant (je priais pour qu'il n'y ait pas de poux dans ces couvre-chefs qui migraient de tête en tête!) comme il joue de la trompette et de la guitare, de temps en temps nous faisions un final en live...De temps en temps aussi il m'oubliait...Et je me morfondais.Souvent je me prenais dans l'oeil cette horrible lampe rouge clignotante  toute la soirée.

A force de venir au même endroit on a fini par se connaître .Tout le monde vient me saluer.Quand j'arrive seule on m'intègre dans un groupe;On discute un peu, bien qu'en général,le bruit de la sono m'assourdit constamment.

querida13

Sur la côte

J'ai aidé cette copine à se préparer...

Autrefois pour savoir une chanson, on achetait le disque, on l'enregistrait on allait repêcher les paroles dans un bouquin de paroles,ou on achetait Podium, ou on se repassait les paroles avec le magnétophone, et on les recopiait... Eventuellement si on était riche et doué on pouvait aussi s'acheter la partition et la jouer au piano, ou à la guitare.

A l'époque j'avais chez moi une télé sur laquelle était branchée un lecteur DVD. Mon mari m'avait offert un ampli karaoké, mon frère m'avait offert les micros, et à chaque fois qu'un événement festif arrivait je me faisais acheter un disque .Je mis mon appareillage à disposition de ma copine; elle répéta...Elle fut au point pour chanter bientôt cinq chansons au karaoké familial où j'étonnai tout le monde en entonnant une dizaine de tubes. 

Cette année-là, Je fis ds remplacements vers Rognac. J 'y repérai des karaokés. J'allai à l'oustalet.Le DJ m'avait à la bonne et me faisait chanter beaucoup.Il  tomba un jour gravement malade et le suivant avait un matériel différent.Ses baffles portaient sur mes oreilles.Je ne suis plus allée dans cet endroit depuis très longtemps. Question de survie!

Quand j'arrivais dans un établissement du coin, les enfantsme  reconnaissaient et me surnommaient " la maîtresse au piano".Ils venaient tous se renseigner sur moi:

-Dans quelle classe tu vas aujourd'hui?

Chez les CE2.... mine déçue....

-Ah zut , ce n'est pas chez nous!

Ils savaient qu'ils allaient apprendre une nouvelle chanson! C'est qu'ils aimaient bien l'avoir leur "maîtresse au piano"...Les chanceux se réjouissaient et les autres arboraient une tête d'enterrement.

Comme j'avais aussi publié trois livres de poésies, je leur enseignais comment était fabriqué le livre...J'explorais les bibliothèques avec eux pour qu'ils trouvent diverses formes de livres et leur apprenais comment différencier un dictionnaire d'un livre de sciences, ou d'un roman, ou d'un livre de poésies ou d'un manuel. Entre autres...Car combien ne me réduisaient qu'à une artiste alors que le métier requiert des connaissances approfondies en histoire, géo, EPS, sciences, français, maths,travaux créatifs, anglais ou autre langue....et littérature!

Parfois en discutant avec les parents j'apprenais qu'unetelle n'était pas contente que la maîtresse soit " trop" artiste! Comme si je passais mes journées à chanter! Certaines ne volent pas haut, vraiment! Pourtant, ils avaient le même matériel que la classe d'à côté.

On ne se refait pas....Mais pour sa défense, le chant permet de faire passer beaucoup de choses:

D'abord comprendre, copier un texte,l'illustrer, comprendre son vocabulaire, comprendre son texte et son sens. S'orienter dans l'espace grâce à des gestes.Ensuite il y a tout un travail de la voix sa place, sa pose, sa justesse, son volume, la place de la respiration, le vivre ensemble dans la pratique chorale, le plaisir de chanter et de participer à une oeuvre collective,la (rare) nouveauté d'être accompagné d'un instrument, le gain de confiance en soi à travers la prise de parole en groupe ou en soliste....Et la cerise sur le gâteau....La représentation en public...Chaque année, ou même deux fois par an un pack allant de une à sept chansons parfois plus....Parfois devant l'école, parfois devant les parents, parfois en public. 

 

querida13

J'ai toujours eu un petit faible pour Auris en Oisans.Parce que la montagne y est plus belle qu'ailleurs. Parce que l'hiver, on va y skier en faisant la jonction avec l'Alpe d'Huez,Oz en Oisans et Vaujany. Parce qu'il y a dans le coin des choses superbes que j'adore:le village de bourg d'Oisans, agréable et commerçant,le village ancien des artisans de  Venosc, le barrage du Chambon et la route qui va vers la Grave et La Meije, le col de l'Isoard qui redescend vers Serre Chevalier et Briançon.C'est sauvage et fleuri.

De plus l'équipe fait tout son possible pour faire vivre son coin de montagne. Un jour, j'ai assisté à une représentation gratuite de la troupe  de comédiens amateurs du village qui jouait l'amour foot et ce fut un grand moment de bonheur: ils possèdent pour cela un véritable petit joyau d'infrastructure:un théâtre.

Un soir ,j'y étais avec quelques amis. Encore une soirée karaoké, évidemment, avec des chansons postérieures à 2000.la soirée s'annonçait bien, on allait enfin nous éviter les vieilles rengaines, les vieilles scies habituelles pour se lancer dans un répertoire un peu plus contemporain. Je m'y inscrivis... J'attendais mon tour avec impatience .

Dès que les premiers jeunes chanteurs s'élancèrent sur scène, je fus non seulement déçue par la pauvreté mélodique des chansons chantées et choisies, mais aussi du manque de travail des interprètes. D'habitude , dans un karaoké amateur, on peut espérer que cinq sur dix chanteront juste. Sur les cinq autres, trois chanteront de manière incertaine et deux chanteront faux.

Mais là c'était la totale:huit sur dix chantaient faux , pourtant  les mélodies banales et répétitives n'étaient pas en cause.Manque d'oreille? Manque de répétitions? Manque de recul sur soi-même? Nous applaudissions par politesse mais je ne cessais de maugréer tout bas:ah, que c'est mauvais...

Enfin mon tour passa et j'interprétai sur scène devant cent personnes,pour que tu m'aimes encore...

Je fis un véritable triomphe.La foule était en délire.Je descendis de la scène quelques enfants vinrent à ma rencontre et certains me touchèrent timidement.Je passai le micro à la personne suivante qui me regarda avec reconnaissance, elle me dit:

-Merci pour le micro et merci d'avoir chanté juste..;Au moins quelqu'un chante juste dans cette soirée, merci ,vous avez sauvé nos oreilles du fiasco total...

-A vous de relever le niveau, lui répondis-je avec un petit clin d'oeil, comme ça je me sentirai moins seule...

-Ce ne sera pas bien difficile dit -il résigné,vu ce qui est passé avant vous!Mais ça va êre difficile de passer après vous!

-Courage!

Il avait un joli brin de voix ,cela en faisait deux.

Enhardie par la médiocrité de l'ensemble, mon amie passa avec moi pour la chanson suivante.Je fus incapable de surmonter ses canards.

Il y a des soirs où rien ne va plus!

 

 

 

 

 

  

querida13

Mon petit clan

A Aix,la première fois que j'y fus, je n'ai pas été très chaleureusement accueillie.

Après mon opération,et j'en subirai cinq en quinze ans,je fus convoquée chez le médecin du travail.Elle me dit qu'on ne passait pas si facilement d'un ghetto de pauvres à un ghetto de riches.

Elle m'apprit qu'une institutrice était venue avec son djembé sur la commune et qu'elle avait soulevé un tollé général de la part de parents d'élèves.

Alors, la maîtresse au piano, autant dire que je devais être pour eux la maîtresse intermittente du spectacle!

Pour ma part, je trouvais que c'était imbécile de réagir comme cela:

La ville était un pôle phare du festival d'art lyrique ,spectacle qui se déroule dans la cour de l'évêché, elle s'est équipée d'une salle de concerts et a une très jolie salle d'opéra.

De nombreux bars accueillent des musiciens qui se produisent en l'égayant, sur le cours Mirabeau l'allée ombragée de Platanes,décorée de fontaines et centre névralgique de la ville. Il leur faudra former des musiciens.Autrefois la ville était consacrée à son dieu protecteur Apollon...Dieu des arts et du soleil.Aix,patrie de Zola et de Cézanne ville d'eaux et d'arts est prédestinée à se consacrer à la culture.

En fait ce mélange de petites ruelles pavées si commerçantes à l'architecture magnifique, la présence de la sainte Victoire l'éclairage du ciel particulier,le chant des fontaines,mêlé aux cris particuliers des corneilles et à la musique,la présence des monuments m'a enchantée depuis mon enfance et l'université m'attirait comme un aimant...Depuis que j'allais voir mes cousins là- bas je savais qu'un jour j'y vivrais et en cela,la réalité a dépassé toutes mes espérances.Mon frère y était né...

J'ai été inopinément rendue à Aix après une énième confrontation avec l'inspecteur qui me dit qu'il en avait marre de moi et de mon piano...

Toutes les gammes,les exercices, cette formation rigoureuse et longue, cette maîtrise,ces concours,d'auditions, ces heures de vocalises,d'apprentissages de chants,de morceaux,ce temps et cet argent passés à choisir des instruments(cinq dans ma carrière et sur mes deniers personnels)ce temps consacré à faire chanter juste des enfants,ce temps à nous produire devant des publics de parents,ce temps passé à canaliser des énergies, des attentions, à apaiser des tensions,à exulter par le chant,à travailler en somme,tout cela fut balayé en un geste rageur de la main...

Quand il vit que j'avais été si populaire près de l'étang de Berre,l'inspecteur me mit dans un local Algéco et me fit faire des photocopies.Je passai des journées insignifiantes dans ce placard constellé parfois de crottes de rats et qui a été détruit parce qu'il contenait de l'amiante.

puis quand il vit que les ZEP, la solitude,ne m 'affectaient pas il me fit courir dans tous les sens et me fit reprendre un poste à trois classes,dans des classes surchauffées.M'inspecta un vendredi après midi par un temps d'orage, moment où les enfants sont le plus excités avec une classe de ZEP que j'avais eue quelques demi journées précédemment,en faisant hausser le chauffage par le directeur.J'eus ce jour une petite fille de migrants qui ne parlait pas le français et constatai qu'elle ne comprenait rien aux consignes parce qu'elle parlait une autre langue.Il interprêta cela comme un manque de pédagogie.Je continuai à courir ,eus souvent les classes de toute une école entière,lors des équipes éducatives.J'eus ensuite dans l'effectif de trois classes, une élève handicapée qu'il fallut sans AVS transporter dans le bus et il fallait soulever et brandir cinquante kilos d'un corps inerte et paralysé.Il faisait chaud ,j'étais surmené avec ce poste à trois classes surchauffée par un début d'été torride.

je fis un malaise vagal.Il me sous nota nettement et me renvoya sur Aix.

Je revins donc à mes amours pour faire encore trois classes différentes.Sur deux écoles.

J'appris qu'on m'avait mise autrefois à l'école que je qualifiais mentalement du nom de "l'école des vieilles folles"(j'en tairai le nom) à cause du drôle de comportement de certaines institutrices, pour me forcer à prendre une direction d'école.Dans l'état où j'étais avec mes opérations, je crois que c'était peine perdue.

Avant de partir de La dernière école maternelle dans laquelle j'officiai autour de l'étang de Berre une mère d'élève me dit que j'étais "trop artiste" pour les parents de l'école;Les enfants chantaient des comptines pendant le dernier quart d'heure de l'attente de l'heure des mamans!Ils faisaient pourtant la même chose que les enfants de la classe d'à côté.Et avaient eu le même type d'évaluation.C'est pourtant un beau compliment qu'elle me fit.

A Ventabren au karaoké,,heureusement,il y avait des gens qui me parlaient d'autre chose que de pédagogie.C'était mon petit clan.Mon oxygène;mine de rien,ces personnes m'ont fait supporter grâce à leur gentillesse et à leur chaleur et leur accueil,des temps difficiles et très durs,avec des heures de trajet,des changements constants,des adaptations continuelles,des publics différents.

J'inscrivais sur les feuillets des chansons variées à chaque fois.Le DJ T.... me faisait souvent faire les balances et réglages du début de soirée.Il est sympa et nature,il vient avec ses chapeaux,ses instruments de musique,il met l'ambiance ,salue tout le monde et on passe une gentille soirée.Parfois il se moque de mes choix,il croit que je n'y arriverai pas et paf, ça passe.Ca l'intrigue,ça l'agace aussi,il me regarde d'un air incrédule qui me fait rire...Parfois il me dit que je lui mets des chansons qu'il ne se souvenait pas d'avoir dans son livret.La plupart des habitués sont assez prévisibles, ils ont un répertoire de chansons et se tiennent aux titres qu'ils ont choisis.Pas moi.J'apprends sans cesse.Je change,je bouscule mes habitudes, de toutes façons,l'habitude, les rituels me sclérosent et m'ennuient.Je n'ai pas envie de n'utiliser que 10% de mon cerveau.

Alors ces derniers temps,pour le chambrer un peu à chaque fois que je lui sors un titre ,je lui dis :one more.

la dernière fois j'ai fait une petite liste des chansons que je suis capable de chanter.

Je n'ai pas compté les chansons pour enfants,les comptines;

j'ai réussi à écrire trois cent vingt titres.Heureusement que les paroles s'affichent sur l'écran car je ne suis pas sûre de me souvenir de toutes les paroles,Nagui peut toujours m'attendre!

querida13

On the road again

Aux deux tiers d'une année scolaire lourde, je suis mutée sans explication sur la commune voisine.Convoquée dans son bureau,

l'inspecteur me fait savoir sèchement que ma présence n'est pas désirée et qu'il va me remettre au travail.

Avec trois classes sur le précédent poste et quelque chose comme 92 élèves sur trois classes différentes en deux écoles bien distinctes je n'avais pas eu l'impression d'avoir chômé, je reste muette d'incompréhension devant tant de sotte agressivité;je sortais d'une autre opération et année- là je me trouvais très distraite ( l'anesthésie devait encore un peu imprégner mes neurones),harassée et ralentie par les séquelles.Je n'en ai pas moins préparé toutes mes classes effectué mes trois évaluations,corrigé des copies et des cahiers, rempli des bulletins par paquets de cent.

On me fait retourner pour un mois dans une école en ZEP puis on me fait arpenter un territoire inconnu en ce qui concerne les écoles mais plutôt bien connu de moi car dans mon enfance quelques membres de ma famille habitaient dans le coin et nous venions visiter les cousins souvent.

A moi qui n'ai pratiquement enseigné qu'en primaire et le plus souvent dans les classes de cycle III,on me redonne quelque 25 ans après être sortie de l'école normale d'institutrices (actuel IUFM)des maternelles.Il me faut refaire toutes les recherches de matériel, de coloriages, d'instructions officielles,de contes,de comptines,de chansons et en plus on me donna parfois des enfants de moins de trois ans sans qu'aucune instruction officielle n'ait été pondue sur le sujet.Je visite les locaux,me familiarise avec les gens que je vois en coup de vent,pour de nouveau aller vers d'autres cieux...

Je bourlingue donc de classe en classe pendant trois ans sur la quarantaine d'écoles que compte la circonscription,parfois je change d'école du matin au soir,parfois on ne donne aussi les remplacements des maîtres en équipe éducative et pendant la journée j'effectue des remplacements dans toutes les classes trois quarts d'heure chacune,dans les six classes d'une école...Ca se passe bien...Je dois dire qu'à part quatre classes agitées ,j'ai rencontré des enfants bien attachants et globalement très bien élevés et des parents très sympathiques.J'ai acheté une sorte de gros cartable de maître à roulettes en promo à lidl.Le matin,je choisissais dans les classeurs qui sont dans ma voiture,abondamment fournis, ce que j'allais aborder avec les élèves dans la matinée.Car je sais à quel endroit du programme ils sont à ce moment de l'année.En cinq minutes j'élabore mon petit programme.On m'accueille comme le messie qui va sauver les maîtresses de la corvée des répartitions,je fais mes photocopies rapidement,on m'offre du thé aux récréations,à part l'inspecteur,tout le monde est charmant avec moi.

Sur mon cartable noir que je traîne de classe en classe j'apporte mon orgue.

Quand j'arrive dans une école les enfants m'entourent et se disent entre eux :

"Ouaiaiais,la maîtresse au piano est là!

Puis s'adressant à moi:Vous allez dans quelle classe, maîtresse?"

Et quand j'ai annoncé le niveau, ceux du niveau concerné sautent en l'air de contentement et les autres repartent, déçus!"

Je fais mon petit programme,français,maths, lecture,histoire/géo/sciences ou sport suivant les emplois du temps,mais aussi un peu de musique.

Quand j'annonce à mes collègues de quelle commune je viens,il me regardent d'un air soit méfiant,soit goguenard et certains osent me questionner,en me disant:

"Alors,tu viens du sérail?"

Et je réponds tout de go:

-"Eh bien non, sinon j'y serais encore!"

Cette popularité agace un de mes collègues directeurs.

Un jour alors que je cherchais une classe,je le vis carrément jouer les chauffeurs de salle et les gamins étaient remontés comm des pendules lorsque je les pris en mains.On aurait dit qu'ils sortaient du stade après avoir acclamé l'OM!

Je leur donnai un mandala et demandai le silence pendant que je faisais l'appel,je fis le plan de classe avec tous les prénoms et les appelai nominativement un à un dès qu'ils étaient bavards,les laissai se calmer sur le coloriage une dizaine de minutes, puis enchaînai avec une leçon sur la voix passive des verbes.Ils n'avaient jamais conjugué ainsi,ils furent subjugués et attentifs à réussir un exercice inédit qu'ils n'avaient jamais fait.

Le collègue revint au bout d'une demi-heure persuadé que je ne viendrai pas à bout des petits monstres.Ils étaient en train d'écrire la date dans leurs cahiers et écoutaient religieusement les consignes.Je leur appris une chanson à la fin de la matinée et elle était en place en un quart d'heure.

Il y a des jours,comme ça, où tout tourne rond...

Finalement,je m'aperçois que même en maternelle ,je connais tout le répertoire .je me propose parfois pour accompagner les chorales qui chantent le vendredi soir, en improvisant totalement.et c'est là que je m'aperçois que je possède un répertoire commun aux autres maîtresses.

un jour d'inactivité,une collègue m'apprendra deux de ses chansons .Ca occupe.

Quant à moi je reviens avec d'autres chansons dans mon escarcelle.

Une autre fois je récupère un CE1 et l'on me fourre entre les pattes un CD et un lecteur,un paquet de photocopies sur lesquelles sont dupliquées les paroles d'une chanson et l'on me dit:le spectacle de fin d'année est la semaine prochaine voici une chanson (inconnue)il faut la leur apprendre en quarante minutes parce que la maîtresse que tu remplaces n'a pas eu le temps de la voir avec eux,et après il y aura répétition générale de la fête entière!

Après l'appel,je m'attelle tout de suite à la tâche.

Je passe une première fois la chanson et les enfants écoutent.

Je repère l'alternance des refrains /couplets/les thèmes musicaux:la chanson est un peu alambiquée,vocalisante,rapide.

Je vais souffrir?J'ai peur de ramer...

Une illumination me prend:un crayon, du papier et je commence à écrire en me servant de mon oreille absolue les notes de la chanson phrase à phrase,je leur chante la douzaine de mesures d'une phrase et les fais répéter après moi,je joue chaque phrase à l'orgue, rectifie ce qui n'est pas juste en rejouant les phrases erronées au clavier plusieurs fois en déchiffrant immédiatement,le premier couplet est posé puis le refrain,puis le deuxième, le troisième....Nous répétons encore.Une fois deux fois,je sue de grosses gouttes.

Mais ça va tenir le coup.A neuf heures trente la générale commence.Je fais sortir la classeans la cour et aide même à installe la sono.

" Ce n'est pas grave s'il ne la connaissent pas me dit la collègue car ils chanteront avec trois autres classes."

-C'est bon,il la savent" lui réponds-je avec assurance.

La chorale est installée et personne ne la dirige car d'habitude c'est la collègue que je remplace qui joue les chefs de choeur.

Qu'à cela ne tienne ,face à cent élèves, je prends le relais.

Je les dirige, c'est presque en place et c'est moi qui regarde par en dessous la collègue décontenancée qui d'un air incrédule, constate:"non mais c'est pas vrai même les CE la savent et chantent."

Je reprends quelques points qui manquent de clarté,de rythme, de justesse de mise en place avec les autres élèves,rectifie quelques mauvaises habitudes respiratoires, et à la deuxième répétition ,c'est magique,c'est en place...

-regardez la reprend ma collègue,on dirait qu'elle a fait ça toute sa vie.

A vrai dire...

Ce n'est pas moi qui la contredirai...

querida13

Mariage

Cette année-là, mon cousin se maria dans un joli village provençal.

A ma grande surprise,il me demanda de chanter l'Ave Maria à l'église.

J'adore les mariages,j'y ai été souvent conviée dans ma vie.C'est l'occasion ou jamais de faire toilette, de s'endimancher vraiment de "faire chic", de faire la fête de revoir la famille au grand complet.

Cela réveille certainement en moi la petite fille qui se costumait pour ressembler à une princesse et qui rêvait des tenues que portaient Barbie dans les magasins de jouets en déplorant que tant de tissu soit consacré à l'habillement ravissant d'un morceau de plastique quand moi ,on me vêtait de ces jeans si atroces mais si pratiques pour aller crapahuter sur les chemins.Je choisis pour l'occasion une élégante robe mauve assortie d'un chapeau qui me donnait un petit air d'époque "restauration".

Je préparai mon intervention avec grand soin.

je trouvai les paroles sur internet,achetai un CD pour répéter,je m'entraînai consciencieusement tous les jours précédant l'événement, enregistrai la bande son.Pendant la cérémonie,

le moment venu,le magnétophone,pourtant lesté de piles neuves ,ne se déclencha pas.

Je fus brièvement,légèrement décontenancée mais ne me dégonflai pas.

J'entonnai devant les yeux ébahis de ma famille un Ave Maria a capella.Tous se turent de surprise.

Puis fus chaleureusement applaudie.Le curé me regarda, visiblement enchanté...

Mon parrain, incommodé par la chaleur et l'attente que nous imposa le travail du photographe en plein cagnard d'été,me dit que ce fut un instant de grâce dans ce mariage.

Pour ma part ,je trouvai que tout était soigné et exquis, l'assemblée était sur son trente et un.

Pendant le repas mon parrain m'annonça qu'il avait pendant l'année souffert d'une maladie grave qui avait failli avoir raison de lui et l'emporter.En conversant avec lui ,je ratai

le bal. Mais en définitive, l'animateur/chanteur ouvrit une autre séance et proposa à la famille de participer et demanda qui était volontaire pour pousser la chansonnette.

Je chantai l'hymne à l'amourde Piaf et ma très vieille grand tante fut aux anges.Ma famille proche (frère,père et belle soeur,)s'y colla je rechantai deux autres chansons;mais si cet intermède soulageait la voix de l'animateur ,il stoppait le bal et laissait les parents assis sauf à la dernière chanson disco que j'avais choisie qui en faisait lever beaucoup pour danser.Je fus acclamée, cela piqua mon père,poliment applaudi, au vif.Il me dit que j'en avais fait assez et me dit qu'il fallait laisser l'animateur continuer à faire son travail.

L'animateur ,qui appréciait notre intervention lui jeta un oeil décontenancé.

Que je fasse l'artiste de salon pour épater la galerie,il a toujours aimé,mais l'éventualité que j'aie du succès,ça l'a toujours rebuté.

Ce doute des parents,c'est le lot de nombre d'artistes;

certains luttent contre vents et marées,même s'ils peinent (comme Cézanne par exemple et Claude François à ses débuts) à faire percer leur talent.D'autres devant tant d'oppositions familiales renoncent.

L'artiste montre la limite,il joue avec les limites, il la décrie, il s'en moque,la magnifie,la tourneboule,la chahute,la conteste,la fait parfois reculer, il nous interpelle et nous interroge sur son bien fondé et sur sa place.

Un autre critère qui fait douter les parents est le succès avec ce corollaire: est ce que celui qui exerce son talent pour vivre pourra toujours survivre grâce à son métier?

Car hélas,les chansons vieillissent,les modes passent,un jeune artiste à succès devient vite un vieux ringard,un jeune premier adulé vire vite au vieux beau,un tube devient vite une vieille scie , une rengaine démodée et dépassée,et la danse de l'année est vite remplacée par une autre danse des canards.

De plus et que celui qui a vu l'Ange bleu me jette la première pierre:

l'artiste-femme joue sur scène beaucoup avec des vêtements pas toujours décents et ce jeu la rapproche aux yeux des gens de la bourgeoisie pour lesquels souvent l'habit fait le moine,des femmes de mauvaise vie...Donc elle est socialement dévalorisée.(Pour peu qu'elle ait la cuisse légère).

Quel métier!Et pourtant que tout serait bien triste sans eux!un monde sans danse, sans chant, sans musique, ni poésie, sans littérature, sans télé, sans clown ni cirque,sans fantaisistes, sans jongleurs, sans prestidigitateurs, sans acteurs,tragédiens et comédiens, sans danseuses de french cancan,sans orchestre ni opéra ,ni peintre,ni dessinateurs et humoristes...

querida13

Je suis allée faire les courses au supermarché de Ventabren, une adorable commune très boisée des Bouches du Rhône.En sortant,j'avise les sept lettres magiques:Karaoké;Mon radar perso se met à biper.

Je note le jour et je réserve mon vendredi soir à cette occupation.Mon mari en a marre de ce genre de sorties et donc il ne m'accompagne pas;

C'est le début d'une belle histoire qui commence assez bizarrement:

Avec l'apparition des réseaux sociaux,un site s'est mis à proposer des sorties à des gens qui ne se connaissaient pas forcément mais qui désiraient rencontrer du monde, c'est OVS.(On Va Sortir).A l'époque je n'avais pas d'internet; En fait, je me suis occupée de replanter mon jardin et je dépensais à l'époque mon argent davantage dans les jardineries que chez SFR!

En m'installant sur la banquette du restaurant une belle et plantureuse jeune femme m'interpelle et me dit,tu fais partie du groupe OVS? Viens t'installer avec nous.Je me fais expliquer ce que veut dire OVS et lui avoue que ,non,je suis venue de mon plein gré,pour chanter, et que je ne connais personne ici et elle me dit en riant que de toutes façons personne dans le groupe qu'elle aura à sa table ne connaît quiconque et que si je me mets avec eux je ne dînerai pas toute seule;je tente le coup...Et j'ai passé une très agréable soirée.De plus elle chantait magnifiquement bien, ce qui ne gâtait rien.

Au fil des veillées passées dans ce petit restaurant routier,je connaîtrai beaucoup de monde et comme j'y pris quelques habitudes,tout le monde est venu me faire la bise,me saluer.

le DJ T...a un porte tarifs hyper fourni c'est peut être le plus beau catalogue de titres de la région,comme je connais pas mal de chansons dans son répertoire,je me mis à chanter trois nouvelles chansons chaque soir passé là-bas.Les chanteurs chantent presque tous juste.C'est un des rares endroits où on ne se fait pas casser les oreilles.

Il y a les soirées fastes où je chanterai jusqu'à six chansons et les soirées où il y a trop de monde où je n'en chanterai que deux.Il y a les soirées de vaches maigres où je mangerai un morceau de tarte et boirai quelques canettes de soda et celles de vaches grasses où je dînerai avec les autres.

Durant les dix années où j'ai fréquenté cet endroit,il y régnait une ambiance tranquille et bon enfant avec une ambiance festive très agréable car à part y chanter ,on y dansait aussi.Entourée dans ma vie professionnelle d'enfants et d'enseignants, ce fut le seul endroit où je rencontrai enfin des adultes ouverts venus d'horizons divers,et cela me faisait un bien fou.

On y côtoyait des gens de toutes les générations car les gens y amenaient parfois leurs enfants et leurs ados,il y avait une frange de jeunes,d'adultes, de gens matures et de vieux et j'y vis souvent le maire du village venir y pousser la chansonnette ,ce qu'il faisait très bien.

Les gens s'y comportaient raisonnablement et je n'y vis que très rarement des gens saoûls.

Le resto fermait à minuit, ce qui était très bien pour moi cet horaire convenait à la couche-tôt que je suis.

J'y amenai parfois ma copine de promo qui fut très applaudie.Elle vient me rendre visite du Var et du coup ,je fais "bed and breakfast" pour deux jours.

On s'est constitué une petite bande de chanteurs bien sympathique;OVS ,d'accord,mais pour chanter,d'abord.

querida13

karaoké perso

Avant l'apparition de l'ordinateur avec you tube, il y a eu des machinespour diffuser de la musique en commençant par les ancêtres:

le phonographe

le magnétophone lecteur enregistreur à bande magnétique

le tourne-disque à disques vinyle 45,33 ou 78 tours

Le magnétophone lecteur enregistreur à cassette

l'autoradio

La chaine hifi stéréo

le CD

Le vidéodisque

sur la VHS et ses cassettes vidéo on pouvait enregistrer des concerts

il y eut le walkman,le baladeur CD puis l'I-pod.

Quand j'étais gamine parfois on pouvait se faire accompagner par la version instrumentale de la chanson de la face B ,orchestration de la chanson de la face A d'un disque de 45 tours en vinyle qu'on passait sur un tourne-disque mais c'était rare.Il fallait se faire accompagner d'un guitariste complaisant pour chanter un peu.Quand je parle de ça à un gamin rompu au maniement de l'outil informatique ,je dois apparaître comme quelqu'un ayant vécu pendant l'antiquité.

Dans les années 90 un concept japonais débarqua en Europe :le karaoké;Mon mari m'offrit un appareil et je me mis à acheter des VHS instrumentaux ;puis des DVD instrumentaux.Et je m'entraînais;

en fait la culture populaire de ces deux siècles a été très riche et de plus elle s'est très bien conservée,relayée par les radios,les enseignants,les animateurs,la télévision.

Nous n'avons culturellement jamais été aussi riches que maintenant.Non seulement riches des créations de notre présent mais aussi les récepteurs d'une culture passée.

Ainsi lorsque j'appris à douze ans comme d'habitude de Claude François(mon présent) j'appris aussi la foule d'Edith Piaf (chanteuse de la génération précédente et même contemporaine de ma grand mère)mais aussi des chansons traditionnelles du XVIIIeme siècle...Et des chansons d'un autre continent.

Nos générations ont vécu de expériences tout de même étonnantes:

elles ont digéré le passé ou son image,ont dû assumer leur présent,ont dû inventer l'avenir dans un monde totalement inédit où il n'eut jamais autant d'humains que maintenant.la culture s'est également mondialisée.

Hormis le phonographe,j'ai appris à me servir de tous ces appareils et je râle quand je dois intégrer le fonctionnement d'un énième appareil qui sera lui-même obsolète d'ici cinq ans.

Mon vieux piano traditionnel fait figure de dinosaure à côté des pianos numériques et informatisés dernier cris que j'ai récemment vus à la foire de Marseille,capables de vous produire orchestrations,rythmes,écriture d'une partition et pléthore de sonorités diverses autres que le piano.

Mozart quand il apprit à jouer du piano a joué après tout avec le même type d'instrument toute sa vie durant;Moi,pas.

Dès lors qu'il y eut un cadeau à me faire on était sûr de me faire plaisir en m'offrant un DVD de karaoké,j'en reçus beaucoup. Je chantais beaucoup et de tout.

un jour,je tombai sur les chansons de Mylène Farmer:je chantai donc "je suis libertine" et sans "contrefaçon",puis" pourvu qu'elles soient douces".c'était l'été mes fenêtres étaient ouvertes.

Que je chante des chansons un brin sulfureuses ne fut pas du goût de tout le monde.

Ma voiture était poussiéreuse et crade,parce que le simoun vent chaud,avait ramené jusqu'en Provence du sable d'Afrique du nord par delà les mers,et un orage rapide avait encroûté mon capot.

Je découvris ces mots:"grosse pute,salope".

gravés dans le résidu du désert.

Non,les chansons un brin grivoises de la divine vilaine fermière ne sont pas du goût de tout le monde! Que voulez- vous tout est chaos,et je fais partie d'une génération désenchantée!

Après ce fabuleux bond en avant sur le point de vue de l'apprentissage,je n'eus qu'à piocher dans un répertoire qui s'agrandissait de plus en plus.

Un jour j'allai faire ms courses dans le petit village de Ventabren.

Je vis qu'il y avait un petit bar resto qui organisait des karaokés.Une nouvelle page se tournait.

querida13

Vacances dans l'Héraut

Cette année là je me rendis dans un camping à Vias.Je ne l'invente pas c'était le camping des flots bleus (comme celui de Frank Dubosc),bien sûr, je participai au karaoké.Je garde le souvenir de beaux moments de poésie...Parfois quand la fatigue me prend ,je me projette en pensée sur cette semaine de calme où mes yeux se gorgèrent des merveilles de la région.

Avec ma petite famille je louai une embarcation légère mon mari s'improvisa capitaine et je fis une virée d'une heure sur le canal du midi.Ce fut une douce après midi bucolique, calme et sereine,le cadre et le temps étaient magnifiques,un grand moment d'harmonie et de détente ...

Le surlendemain nous décidâmes de monter une expédition jusqu'à la ferme des papillons et nous regardâmes de magnifiques fleurs colorées voler au dessus des lotus et des trésors botaniques plantés pour l'occasion...après avoir fait un petit parcours pédagogique sur l'élevage et la nomenclature des espèces des plus enrichissants.Un jour passa...

Puis nous décidâmes d'aller voir la grotte des demoiselles;après une heure et demie de route,nous y parvînmes enfin.

Achat des billets,puis nous prenons place à l'intérieur d'un funiculaire qui nous fait grimper dans un tunnel creusé dans la roche.Puis la visite commença;j'ai toujours adoré visiter des grottes.Mais pour cela il faut que je surmonte une claustrophobie modérée, certes mais assez présente,comme une angoisse diffuse. Avec un peu de marche ,ce fut chose faite et ce fut une cascade de merveilles qui m'attendirent:draperies, stalactites ,stalagmites,colonnes de pierre sculptées au fil des siècles au fil de l'eau.Notre petite balade souterraine nous amena au clou du spectacle avec la descente d'une importante volée de marches:

une salle de cent vingt mètres de longueur,de quatre vingts mètres de largeur,de cinquante mètres de hauteur,ornée de colonnes appelées demoiselles ce qui veut dire fées en languedocien.

Une colonne particulièrement haute rappelle la vierge à l'enfant Jésus,la fait ressembler à une cathédrale de pierre. Eblouis,nous sommes silencieux,saisis d'une admiration respectueuse.Le guide nous dit que la salle en raison de son acoustique particulière est utilisée parfois comme salle de concert.Et il poursuit: si quelqu'un veut chanter et essayer...sans trop de conviction car je suppose que peu de personnes se risquent à le faire;

C'est bien mal me connaître. Après m'être portée volontaire sous les yeux surpris de notre petit groupe

J'entonne le libera me du requiem de Fauré.(puisque c'est une cathédrale,autant verser dans le chant religieux ) et en latin j'exorcise un peu mon angoisse claustrophobe de la mort en chantant:(je traduis) libère-moi seigneur de la mort éternelle....En effet ma voix claire monte sous la voûte de pierre enfle et résonne,majestueusement répercutée par les murs et les colonnes millénaires.On s'écarte et on commence à me considérer différemment presqu'avec déférence.Moment de grâce, moment remarquable...un peu de gêne aussi...Mais j'aime apporter un peu d'harmonie au monde.

querida13

Tenir le coup

Cette année là ,j'eus droit à une proposition malhonnête durant mon inspection.Le supérieur hiérarchique partait à la retraite à la fin de l'année,il se lâchait et perdait le sens des limites.

Je le remis en place;ma note pédagogique baissa;Les élèves que l'on m'avait triés sur le volet cette année là(je le sus par un élève de CM2 à la récréation qui ingénument m'avoua que j'avais eus les pires élèves de cette école),étaient difficiles,certains étaient sournois et s'ingéniaient à faire réagir un élève ombrageux en le provoquant par des manoeuvres occultes que je m'ingéniais à déjouer et à mettre en évidence.

Ils se déconsidérèrent aux yeux de leurs petits camarades car il devenait évident qu'ils faisaient punir injustement celui qui s'énervait depuis pas mal de temps (cela durait depuis quelques années,il en devenait dingue,le pauvre,et ses résultats avaient chuté!Du coup, remis en confiance les résultats du gamin se remirent à remonter en flèche!)ils cessèrent vite leur petit jeu,car je convoquais les parents à chaque fois qu'ils le titillaient.Ils se vengèrent en jouant les victimes innocentes auprès de leurs parents qui se convainquirent que j'avais leurs enfants dans le nez et que je n'avais aucune autorité.J'ai dû retenir fermement l'un d'entre eux qui allait fermer brutalement une porte battante sur les doigts d'un camarade,la mère exigea des excuses parce que j'avais touché son gamin...Ils trouvèrent n'importe quoi!

Pourtant avec ces élèves, je fis de remarquables avancées.Ils apprirent à coopérer par le sport,à chanter ensemble et donnèrent un concert de chants de noël mémorable en organisant la salle en un tournemain.En orthographe et conjugaison,ils avancèrent à pas de géant.

Comme j'avais été harcelée dans mon travail,j'allai en tribunal administratif.Et malgré la grande fatigue qui harassait mon dos je dus encore me défendre,monter des dossiers,faire des démarches.

Je crois que c'était l'énergie des mères qui me portait.

L'année suivante,les dossiers bouclés,je renonçai à avoir ma propre classe,et je pris des décharges.Si je rechutais au moins les élèves auraient un maître titulaire.

Après avoir travaillé à mes débuts avec des enfants du plus bas niveau social,je travaillai vingt cinq ans après mes débuts avec des enfants de la bourgeoisie et même de la noblesse.

Sur l'une des classes,j'eus pour collègue une sorte de vieille folle maniaque qui refusait que je touche quoi que ce soit des affaires de la classe prenant cela comme un affront personnel que j'utilise une paire de ciseaux pour couper des photocopies ou que je m'asseye sur la chaise du service qu'elle considérait comme SA propriété.Elle m'avait réservé un bureau tout branlant,qu'elle avait pris soin de mettre au fin fond de la classe,classe qui avait des plafonds très hauts et était assez sonore. Avec la maîtresse de la classe d'en face, elles se détestaient cordialement,elles s'invectivaient souvent,devant les élèves,prenant les collègues à partie...Oh,là,là,quel cirque!J'étais fort mal à l'aise!

Un collègue directeur,m'informa que c'était la forme d'humiliation qu'on avait choisie en haut lieu pour faire comprendre aux instits qu'l était temps de prendre une direction d'école,mais dans l'état où je me trouvais,avec parfois encore de longues hémorragies,je ne risquais pas de prendre quoi que ce soit.

A partir du moment où l'on sut que ma note avait baissé les langues se déchaînèrent ,des lettres de calomnies circulèrent.Moi,j'en apprenais de belles:ça couchaillait sévèrement,les promotions canapé étaient probables.

Je trouvais des intrications- et pas que hiérarchiques-,entre les personnes entre les pattes desquelles j'étais passée.Une directrice,maîtresse d'un inspecteur, me demanda même de faire une déclaration d'accident après qu'un enfant se fût couronné le genou en dérapant sur un plot en sport.

Un jour ,une cantinière assez rogue,se dégela bizarrement pour l'occasion, vint faire l'appel et joua très inhabituellement les chauffeuses de salle.Elle fit rire bruyamment les enfants ,les fit délirer un peu en jouant les tatas Yoyo.Je fus intriguée.

Je sus que l'inspecteur était dans les couloirs et il a envoyé un rapport disant qu'il avait entendu que la classe était très agitée alors que j'en étais en charge.

Haro sur le baudet,j'avais fait ds vagues;je gagnai mon affaire en tribunal administratif;Aux trois quarts de l'année,je fus "déportée" sur Vitrolles.

querida13

signes de faiblesse

Pendant les vacances suivantes ,je me suis beaucoup reposée.Dans le village, les maisons avaient pris de la valeur et les propriétaires se sont pratiquement tous mis à les vendre en faisant une plus value conséquente au passage.Ce qui eut pour conséquence de me faire perdre les quelques amis que je m'y étais faits.

D'ailleurs le village ne cessait de s'agrandir ,de croître et d'embellir.Enfin,les bâtiments du moins car la nature elle,se réduisait comme peau de chagrin,la forêt avait été incendiée les animaux qui traversaient la route avaient été écrasés par les voitures,les oiseaux reculaient,on commençait à entendre les moteurs des voitures le grondement des tirs de mines qui creusaient des fondations.Des magasins s'ouvrirent ,le pharmacien installa son officine,le dentiste le laborantin et le médecin ouvrirent des cabinets.

Un jour,une famille de mes amis marseillais me rendirent visite.je les invitai à boire un café ou un thé et à partager le biscuit qu j'avais préparé.Mon amie me demanda de jouer au piano,c'était ce que j'étais en train de faire juste avant qu'ils ne sonnent à la porte.Je m'exécutai de bonne grâce.

Le téléphone se iet à sonner.Ma mère me téléphonait pour m'annoncer la mort de ma grand-mère .Cela fit fuir mon amie et sa famille qui refluèrent rapidement vers la porte sans s'attarder outre mesure.Ils prirent donc tous hâtivement congé.

L'année scolaire suivante fut morose.j'ai lutté pied à pied contre le chagrin.j'en avais atrocement,mais je l'ai refoulé en me raisonnant constamment:la vieille dame s'était battue jusque tard dans la vie,elle avait tenu bon tant qu'elle pouvait ,mais elle était devenue gâteuse et dépendante et il fallait bien devoir la laisser partir à un moment donné et mon père serait délivré de la présence de sa mère qui ne le reconnaissait même plus.La rentrée fut au lendemain des obsèques.J'enseignai mais je n'eus pas la grâce cette année là.je pataugeais dans un coton brumeux, mes émotions étaient amorties,avancer était un calvaire.

La mort m'avait durement touché elle avait emporté les gens par dizaines dans ma vie et là c'était le summum!

je considérai ma vie sans complaisance:

Je végétais dans une vie provinciale sans intérêt,j'étais dans un coin paumé,la vie m'arrachait les miens (amis, profs,connaissances,coreligionnaires,parents...),la musique,à qui j'avais tant donné, ne m'apportait rien.

Je fermai mon piano.Je n'y touchai plus pendant plus d'un an.lorsque je m'avisai que je n'avais pas déchiffré de partition en les triant, je pris conscience que j'avais associé le piano au chagrin de la nouvelle de la mort de ma grand -mère.

Le noel suivant,mon mari eut la bonne idée de m'offrir un appareil de karaoké.Il fit un montage extraordinaire avec sa télé et son home cinéma;dès lors chaque fois que quelqu'un me faisait un cadeau c'était un DVD de karaoké,mon frère m'offrit un micro.la musique reprit ses droits et si je ne jouais plus, je chantais.je révisais même activement dans mon coin toutes les chansons que j'avais mémorisées et j'en connaissais tout un stock.

Mais cependant après trois traitements hormonaux et trois changements de gynécologue mon problème ne se réglait pas.Je passai quatre années scolaires aux limites de ma résistance.Je perdis un tiers de mes globules rouges.Je suivis le conseil de mon amie marseillaise et changeai une quatrième fois de gynécologue.On pratiqua sur moi une endométrectomie.Je me fis arrêter pour dépression tant j'étais fatiguée.je regardais mon jardin au printemps et je pensais que ce serait le dernier printemps que je verrais.Je me sentais faible,faible, vidée...

querida13

Audition

Le patron du karaoké de Salon de Provence me fit prendre rendez-vous avec son frère qui gérait une association d'artistes amateurs il m'avait promis de participer à un spectacle où je serais (enfin) rémunérée.Il me fit chanter cinq chansons les enregistra .Il me sortit les textes des chansons sur internet.M'offrit les feuillets.

Il m'expliqua ce qu'il attendait d moi et me donna une sorte de contrat.

A la lecture de ce contrat je m'aperçus surtout qu'il était le rabatteur de quelques professeurs de chant et de mise en scène et que j'allais encore devoir payer des cours et une inscription.

Il exigea en outre que je cesse de chanter aux karaokés et que je fasse faire une attestation par un médecin ORL signalant la parfaite santé de mes cordes vocales,or,si elles étaient en parfait état l'une d' elles avait une paralysie et donc ma voix avait un défaut.

De plus en me penchant sur son ordinateur pour voir un texte,je surpris le mail d'une de ses chanteuses qui réclamait son cachet depuis plus d'un mois.

C'était pendant les années de grande canicule qui virent périr des milliers de vieillards cette année passée debout dans des classes chauffées à blanc m'avaient épuisée,j'avais le pieds gonflés en permanence,de plus il aurait encore fallu me déplacer à mes frais,ce qui aurait réduit le bénéfice de ce que j'aurais éventuellement gagné.Il aurait fallu donner des weekends de répétitions des soirées de gala à droite et à gauche.Peut être pour rien?

Mes parents m'avaient payé des cours de piano ,de solfège,durant huit années,j'avais payé les inscriptions aux cours de solfège et de chant trois années de suite dans des conservatoires de région et j'avais payé un prof de chant particulier toute une année pour ne gagner en tout et pour tout que 700 euros en exploitant ce talent en vingt ans.

Je me dis que décidément ce n'était encore en définitive qu'une grande fumisterie,et je déclinai poliment l'offre et repartis chez moi en me disant que j'en avais marre d'être prise pour une vache à lait et une tirelire et qu'on avait suffisamment exploité le schpountz en moi.

Le déclin hormonal de la quarantaine s'annonçait mal pour moi.Fatigue immense,traitements hormonaux usants,ne vinrent pas à bout de ma pré-ménopause ragoûgnante. J'eus à ce moment là de grands problèmes professionnels car on m'avait donné une classe surchargée de cas, dont un qu'il aurait fallu placer mais que j'ai dû garder la majeure partie de l'année...L'élève était violent,insolent.Je passai une année aux limites de ma résistance.L'année suivante fut mieux;Mai son me promettait une année scolaire suivante avec des cas,un cours double plus une élève perturbée et je partis.L'année suivante j'eus quand même un cours double et

je fus prise pour l'étrangère à abattre dans le village suivant.Fus matraquée d'inspections.J'étais épuisée et saignais sans cesse du nez.On m'arrêta.

querida13

Splendide solitude

J'ai donc emménagé dans un village en construction aau début du XXIeme siècle.J'ai quitté Marseille et ses embouteillages,Marseille et son béton,Marseille et ses bagnoles,mais aussi un petit monde où j'avais mes habitudes,mes médecins,mes boutiques,mes amis,mes lieux de divertissement pour un endroit quasi désert et je vécus là dans un splendide isolement.

Ce n'était pas pour me déplaire:j'avais vécu une vie un peu mondaine,assez trépidante au demeurant,très bosseuse et bien remplie.J'avais besoin de paix,de calme,de revenir à la terre ausi car les quinze années où j'avais trimé d'arrache pied n'avaient réussi qu'à payer un petit appartement dans un quartier un peu vieillot et à élever deux marmots.L'appartement vendu j'ai eu suffisamment pour l'apport peronnel d'un crédit et le frais de notaire pour acheter une maison.

Le début du siècle fut le moment de l'explosion des nouveaux médias;le portable et internet,les consoles de jeux vidéos.Alors que tout le monde se précipitait sur les objets technologiques,je ne pensais qu'à me documenter pour savoir planter et tailler un verger,des rosiers,des arbustes, des plantes..;et j'achetai un motoculteur.

Lorsque les snobs exhibaient avec fierté un nouvel ordi moi je disais ,"eh bien moi ,j'ai acheté un motoculteur" et ils restaient estomaqués.Pendant qu'ils conquerraient le monde virtuel,moi j'investissais le monde réel.Pendant qu'ils gagnaient des empires dans des jeux vidéos qui leur coûtaient de l'argent,moi je plantais de cerisiers qui allaient bientôt me faire économiser les six euros du kilo de cerises et quand le cerisier donnera vingt kilos de cerises les confitures et les jus.Pareil pour le raisin,pour les prunes ,les pommes et les amandes.Je pleurais quand je voyais les voisins de me parents bétonner leur jardin ou le stériliser avec du gravier.

-Les cons,mais les cons pestais -je intérieurement!Stériliser ce qui pourrait les nourrir!Ne pas prendre soin de la terre ,pire jouer contre elle ,la dédaigner!Quelle sottise!

Je fis le tour du quartier puis élargis mon cercle.je trouvai un dentiste au village voisin,un laborantin à vingt kilomètres un dermato un gynéco à quinze km,

les médecins ne se déplaçaient pas à domicile,certains bossaient même à mi temps et pour les urgences il fallait faire dix kilomètres pour atteindre l'hôpital...

Je retrouvai une amie d'enfance,un copain de promo...Je vécus une vie tranquille de bisounours,très occupée quand même.Papa,maman,bébés.Voiture,boulot,boulot sur la maison ,dodo.Erudition,lecture,télé,parfois un ciné,parfois un resto, parfois du shopping,unkaraoké de plus en plu rarement une semaine de vacances par ci par là et pas de grandes folies parce que le remboursement du crédit immobilier dévorait l'essentiel d'un salaire.

Dans le quartier à l'époque,pas de lignes de bus,il était nécessaire que la voiture soit dans un état impeccable, c'était le cordon ombilical qui nous reliait à la civilisation,au ravitaillement,aux boulots,aux secours,aux écoles...

Je recherchais activement des endroits où chanter et j'élargis mon périmètre.Un jour ,j'explorai Salon de Provence,la ville de Nostradamus.Et je découvris un restaurant pizeria karaoké le nostra mamma.comme il y avait relativement peu de monde,l'organisateur me fit chanter beaucoup.Je lui amenai du monde;comme sa carte était trè fournie ,je changeai de titres à chaque fois et il vit que je connaissais plus de vingt titres.Un soir ,il me fit une proposition alléchante.

querida13

Tournée varoise

Le Var n'est pas très loin des Bouches du Rhône.

Mon amie de promo y vit,nous nous rendons souvent visite.

Elle me fait tourner dans la région.Je passe toujours d'excellents soirées avec elle,elle est drôle,aime les bonnes tables et comme elle chante aussi elle effectue une pré-sélection et m'épargne les endroits où l'on se fait casser les oreilles par de mauvais chanteurs.

Elle a une maison de campagne vers Moustiers sainte Marie.A chaque fois aller la voir est un délice visuel parce que j'adore les petites poteries délicates décorées à la main produites par les artisans du coin et que je ne manque jamais de ramener de mes incursions une gracieuse babiole.De plus,les gorges du Verdon sont un endroit vertigineusement splendide,et le lac bleuté de Sainte Croix une merveille dont mes yeux ne se lassent pas.Cependant quand j'y vais mes roues frôlent les précipices ou les éboulis et je serre les fesses.A vrai dire ,je me jure ,à chaque fois que je les descends,que ce sera la dernière fois que je passe par là,mais l'été suivant,j'y retourne!

Un soir elle m'amène à une fête de village.C'est en effet à Trigance qu'une scène,des bancs des chaises sont installés sur une place charmante où se sont établis des commerçants.nous arrivons à l'ouverture de la fête,nous nous attablons au bar je profite du débutde l'événement pour aller chercher les livrets des titres et je suis étonnée car il y a un très bel éventail de choix. Mais lorsque je demande le stylo à l'organisateur il prend un air catastrophé et me dit qu'il va être bien embêté car il n'en a pas rapporté de la maison.Un stylo rouge traîne au fond de mon sac."Eh bien ,pas de problème,en voici un"

je le lui donne mais lui dis en plaisantant qu'en échange de sa location il faudra nous faire chanter beaucoup avec ma copine parce qu'on adore ça,nous ,chanter.

Il se prend au jeu,me pique au vif:oui mais il faudra savoir si vous savez chanter juste et si vous n'allez pas faire tomber la pluie et nous gâcher la soirée;

Il me prend au mot et commence à me faire chanter à l'ouverture;Il est surpris.Il est littéralement enchanté ,oui!

Puis quand il entend aussi ma copine il est carrément conquis.

Comme les spectateurs attirés par la qualité du chant commencent à affluer ,je lui donne la mesure de mon talent après la bossanova,je lui chante un rock,un morceau comique, un slow, du funk,une chanson pop anglaise et à chaque fois il me regarde ébahi .Ce soir là je chanterai six chansons,j'ai été acclamée chaleureusement par le public qui s'est mise à scander mon nom,ma copine en chantera cinq elle est aux anges,l'organisateur interprêtera cinq chansons de Sardou et tous les participants ont chanté juste,à nous trois on leur a fait le show.le public s'est levé pour danser et chacun a passé une super soirée à commencer par moi.

Mais en fin de soirée le portable de ma copine retentit;Elle se dispute avec son amoureux.Elle est tellement en colère qu'elle me descend les gorges du Verdon à très vive allure.Je suis verte...Cette fois- ci, c'est sûr ma dernière heure est venue.

Je me jure qu c'est VRAIMENT la dernière fois que j'emprunte cette route.Je somme mon amie de se calmer.C'est blanche comme un linge que je regagne Moustiers.Cette fois ci c'est clair,je ne reviendrai plus ici....

Mais l'été suivant...Et d'autres étés encore...

J'y étais derechef!

querida13

Vers d'autres cieux

j'ai quitté les lumières de la ville,son agitation,sa trépidance,sa charroi constant:besoin de me mettre au vert avec mes enfants.Et surtout envie de changer d'horizon, de cesser de payer des frais de déplacement faramineux pour que mon mari aille travailler à la ville voisine en rentrant tard le soir.Finis les affres:Le téléphone portable commence tout juste à apparaître, dès que mon conjoint avait du retard je craignais les accidents,fréquents sur l'autoroute nord de Marseille.

A mon très grand désappointement, la brasserie aixoise karaoké du cours Mirabeau a fermé ses portes pour vendre son enseigne à une grande chaîne de restaurants.De plus,mon mari se lasse de m'accompagner aux soirées chant .Le village qui se forme près d'Aix est enclos d'un splendide isolement.Nous sommes l'un des premiers couples à acheter il y a des gens du sud ouest ,des allemands,des grenoblois,des gens de la région.Chacun vit derrière ses murs et est très discret.A l'époque les commerces n'ont pas ouvert,la place n'est pas construite il n'y a aucun lieu où nous réunir.Les seuls points forts de l'année de ce village en formation ont été le téléthon mais il a été supprimé au bout de cinq ans,le loto, et la foire "terres de Provence"qui ont suivi le même chemin.De plus les villas ont vu leurs prix grimper les personnes désireuses de conclure une bonne affaire ont très vite revendu leur bien ce qui a eu pour conséquence de me faire couper les ponts avec les quelques voisins qui m'étaient sympathiques.

J'ai,comme amie parmi eux une dame allemande comme moi amatrice de piano et de peinture.Elle me prêtera quelques partitions de piano et comme les possibilités de chanter s'amenuisent je me remets à déchiffrer des classiques et un peu de jazz.Je me reconstitue un petit répertoire de trente morceaux.Nous nous invitons l'une l'autre à boire le thé,sortir,aller à la plage,nos enfants jouent ensemble,je l'adore mais elle est parfois d'une très grande inégalité de caractère,un peu sans raison,bref il y a des fois où se voir n'est pas le moment.Remarquant cette attitude ,je composerai un petit poème intitulé le rosier qui lui est tout spécialement dédié.L'art me trotte dans la tête depuis trop longtemps,décidément....

Ah, ces poèmes...certains écrits durant mon adolescence d'autres arrivant après une introspection critique du déroulement d'une journée...

Au but d'une vie d'introspections je m'apercus que j'en avais composé de quoi faire un petit recueil:je me mis donc en tête de trouver un éditeur.J'envoyai mes manuscrits je fus acceptée par un éditeur nantais mais quand je vis le prix qu'il me fallait verser pour la publication de mon ouvrage et le peu de gain que j'allais retirer de la vente de mes vers,je renonçai à les lui faire publier et me mis en quête d'un imprimeur pour exécuter le travail à compte d'auteur.Et je les vendis moi-même.je m'aperçus très vite que la poésie était le genre littéraire le plus difficile à écouler.Les ailes du temps mon premier opus et les objurgations mon second,furent suivis des haikus.

Depuis la fin du vingtième siècle j'avais découvert comment se composaient les haikus japonais.Ca tombait bien,Tout m'inspirait.

Notamment cette magnifique sainte Victoire aixoise qui m'appelait depuis que j'étais toute petite fille qui a appelé bien des artistes avant moi et en inspirera bien d'autres.

querida13

Une revenante

Ma jeune amie et moi continuions de temps en temps d'explorer les karaokés du coin .Son nouveau compagnon,qui avait une magnifique voix de ténor nous escortait parfois.Ainsi,nous trouvâmes près du portde Marseille, derrière le palais de justice un restaurant qui faisait surtout des affaires à midi et qui le soir animait un karaoké peu fréquenté.Quelle aubaine!Peu de monde signifiait que nous chanterions d'affilée sept chansons chacune sans attendre que d'autres monopolisent la sono.

La première fois que nous chantâmes et dès que je me retournai pour aller rendre le micro je m'aperçus que l'équipe de cuisine s'était réunie près du passe- plats pour nous écouter chanter.Ils nous applaudirent discrètement.

Nous apprîmes dans cet établissement et nous répétâmes les derniers tubes des années 95/2000 à notre rythme et le compagnon en question me présenta sa mère.Admirative elle me dit: quand tu chantes,ça "le" fait!

Ca "le faisait" à vrai dire pour chacun de nous trois et quand nous étions à une table de notre ancien repaire,à certains moments il y avait un défilé de personnes qui venaient nous serrer la main pour nous remercier d'avoir passé un excellent moment!C'était sympa!

A chaque fois que je reviens derrière le palais de justice je jetais discrètement on oeil vers la trappe en acier et je voyais toujours les cuisiniers qui écoutaient religieusement.

Ma jeune amie finit par se marier et je fus son témoin.Elle eut deux filles et je suppose qu'elle trouva beaucoup d'occupations car nos relations se distendirent;Quant à moi, je fus accaparée par deux déménagements et la construction de ma maison puis l'élaboration d'un jardin, en sus de mon boulot.

Je ne la revis guère car elle fut mutée à l'autre bout du département.

Quant à moi j'explorais les karaokés de Plan de Campagne avec mon amie d'enfance et mon amie de promo.Et fréquentai un moment,avant son agrandissement le caliente café quand il n'était qu'un bar intime et non cette usine qu'il est devenu!Je découvris au bureau, qui n'a malheureusement aucun espace à consacrer aux chanteurs mais qui ,il y a quinze ans de cela était tout rutilant de nouveauté et avait un décor magnifique.Il a hélas bien vieilli depuis.Après quelques années de silence...

Je revois ma jeune amie avec son mari un soir.Ses deux maternités ne l'ont pas vieillie.Son mari est un peu distant.

Ils divorceront quelques mois plus tard.

Un soir elle me présente un autre compagnon et nous allons chanter à Saint Giniez en face du stade vélodrome au 3615.

je suis contente de la revoir.De l'eau a passé sous les ponts.La vie a été dure pour chacune de nous;Nous avons vécu la vie difficile des working mums,avons encaissé les coups durs de la vie,avons perdu des êtres chers,nous nous sommes construites à la force du poignet,nous avons encaissé les chocs...

Je chanterai quatre chansons ce soir-là,en présence d'une tablée de jeunes adultes très métissés très panachée.A l'image de cette société marseillaise qu'on aimerait tant diviser et opposer mais qui s'accommode très bien de ses disparités et de sa multiplicité.

Ils sont là pour passer un bon moment,ils dînent ne riant et en discutant.Ils ont entre vingt et vingt cinq ans .

Pendant la deuxième partie de la soirée, après les agapes: le DJ !Nous renouons avec nos duos!Puis je chante l'aigle noir, de Barbara.Ah, que n'ai je pas fait là!

Dès les premières mesures,un jeune black, très athlétique très beau ,a une révélation.Il est enchanté,ensorcelé,subjugué, tombe instantanément amoureux.Il se penche vers sa compagne et lui dit assez distinctement pour que je l'entende:

-Elle,il faut que je l'épouse!

Il ne cesse de me fixer d'un regard brûlant et insistant.

A la fin de ma prestation,il vient me féliciter chaudement,s'installe à côté de moi et au bout d'une dizaine minutes de conversation pressante où j'essaie vainement de lui faire comprendre que je ne suis pas libre,que je suis bien trop vieille pour lui,il me demande un genou en terre en mariage...Comme ça,spontanément,carrément!

je considère son beau visage,sa jeunesse, sa fougue,bien séduisantes ,ma foi,puis je lui assène brutalement,avec un soupir de regret:

-Tu es bien tentant et tu as tout ce qu'il faut là où il faut ,ce n'est pas le problème,mais tu sais ça fait dix minutes que j'essaie de t'expliquer que je suis mariée et j'ai deux enfants et que je ne dois pas être loin d'avoir l'âge de ta mère!

Il est profondément déçu prononce un :

-ah, merde et retourne enfin , vers celle que je suppose être sa soeur,mon magnifique aigle noir!

Ma copine me considère d'un regard étonné!

La vie vous réserve de ces surprises parfois!

querida13

En villégiature

L'année de son ouverture, nous avons mené toute l'école à Eurodisney.

Quelle sensation;féérie de l'architecture de carton pâte,mêlée aux infrastructures commerciales et hôtelières et aux manèges et jardins somptueux.Divers univers se juxtaposent en décors magnifique.

Un retour à l'enfance.Dans Mainstreet Les élèves de quartiers nords m'interpellent de tous les côtés.

-Maîtresse regarde ceci,maîtresse regarde cela !dingo défile puis Mickey,ils sont ravis.

Et moi, inquiète dans la cohue, je leur demande de bien rester groupés afin de n'en perdre aucun.

La musique de la parade éclate.Toute la foule vient s'amasser autour de notre petit groupe pour voir un défilé de chars où trônent les princesses de contes de fées habillées à la mode Disney!

Une dame compréhensive,un peu déconcertée par notre volume sonore et par notre verbe haut de méditerranéens expansifs, me serre le bras pour m'encourager et me dit:

-Eh bien ,bonne chance maîtresse!

Ca ira!

Mais j'ai fini par y amener mes fils et mon mari;en famille,plus tard.

Quelques animations avaient changé;Mon mari est allé chercher des boissons avec les enfants et je me suis engouffrée dans la salle aux écrans à karaokés.

On y chantait avzc plus ou moins de bonheur les chants des films.Ca piaillait dans tous les coins avec plus ou moins de justesse.

Je sélectionne le chant du roi lion, ça tombe bien ,mon fils le met en boucle sur sa cassette vidéo,trois fois par semaine.je le connais donc par coeur.Une fois le début piano ,chanté d'une voix grave, passé,je commence à entonner c'est l'histoire de la viiiie et soudain les autres voix se taisent et écoutent ma mélodie les yeux fixés sur moi! Et quand j'eus terminé des petites mains m'applaudirent en se poussant du coude et leur attention revint aussitôt à leur écran!

Au restaurant de nuit,un pianiste ne joua que pour moi,car son art n'était pas de la musique d'ambiance et je saluai son jeu et son talent en ayant la politesse de me taire et de l'écouter puis de l'applaudir.Parenthèses enchantées.

Elle est vache parfois la vie:elle nous taraude d'ennui, nous tanne de malheurs,nous perclut de douleurs et parfois sans avertir, elle nous offre des fleurs,des cadeaux, des surprises, des bonus de manière inopinée et c'est comme ça car,pour reprendre la première phrase de carmina burana de Orff;ô Fortuna,velut luna,semper variabilis...Aussi dans la vie vaut il mieux être bien éveillé pour savoir cueillir les petits bonheur, car le temps un jour aura passé et en comparant les instants que nous avons vécus au cours de notre existence on se dira;eh oui le bonheur c'était ça et rien d'autre!Pouvoir des petites choses!

querida13

Je retrouve un jour par hasard ma jeune amie ,devenue mère entre temps.

Elle me dit avoir des nouvelles des tenanciers du karaoké tex-mex que nous avions l'habitude de fréquenter avant son mariage.Elle s'est mise à chanter en amateur avec son mari .

Si je l'avais embringuée dans pas mal de soirées,en revanche, elle ne m'a pas renvoyé l'ascenseur et c'est bien dommage, enfin, c'est la vie!Moi,j'ai momentanément délaissé le chant pour un autre projet:faire construire ma maison!

Elle me dit que le patron du bar a été arrêté,jugé et mis en prison pour trafic de drogue on a trouvé chez lui un paquet de plusieurs kilos de cocaïne;Et moi qui le prenais pour un honnête commerçant!

Les gens vous frôlent, vous côtoient,vous parlent, vous sont sympathiques,mais sait on jamais à qui l'on a affaire?Apprendre la nouvelle de ses activités illégales et son emprisonnement m'a fait d'autant plus de peine que je l'aimais bien.Et je dois dire que jamais au grand jamais il ne m'a proposé de substance illicite ,rien que de la nourriture,je n'aurais jamais soupçonné qu'il y eût ce genre de trafic dans son établissement!Je tombais de haut!

Mais paraît il qu'avant sa vente,les affaires du bar restaurant périclitaient, s'était- il "reconverti" ou faisait- il son trafic depuis longtemps ?Je ne peux le dire.j'ai la nostalgie des merveilleuses soirées que j'ai passées dans cet établissement, il y a déjà seize ans que je n'ai plus revu personne on dirait qu'une page s'est définitivement, irrémédiablement tournée.

Trouver ma maison, les crédits pour la financer m'avaient pris pas mal d'énergie.

En attendant que ma maison fût achevée,je commençai à concevoir mon jardin et me mis à la chasse aux végétaux.Je visitais les jardineries,revenais avec des kilos de terreau,feuilletais les catalogues spécialisés.Je montais chaque dimanche avec des flacons de lessive remplis d'eau et de bacs en plastiques pleins pour arroser mes précieux plants.Une fois même,les ayant trop remplis,les bacs se mirent à déborder sur le tapis de sol du coffre et une dame affolée me donna l'aubade d'un concert de klaxons sur l'autoroute et en faisant arrêter mon véhicule sur la bande d'arrêt d'urgence elle me dit,affolée:

-Je vous signale que vous êtes en train de perdre de l'essence à flots.

-non ce n'est pas de l'essence répondis-je c'est de l'eau j'en transporte pour arroser un jardin en attendant que l'eau soit installée.

Elle ne comprit vraisemblablement rien à ce que je disais,elle reprit la route en marmonnant:

-je vous aurai avertie!

-Merci mais ne cherchez pas à comprendre,ce n'est pas bien grave!

A un moment donné,dès que ma maison fut terminée,j'obtins ma mutation et nous déménageâmes pendant les grandes vacances.Je fis mes cartons ,dépouillai les meubles de tout leur contenu et commençai à transbahuter les livres,la vaisselle,les affaires d'hiver dans la maison neuve. Puis les vêtements suivirent le même chemin.je m'occupai des formalités du changement d'adresse de la fermeture ou ouverture des comptes des impôts,du gaz, de l'électricité,du téléphone dans les deux foyers. Quand les meubles furent vides mon mari démonta les meubles et nous louâmes un camion,mon frère vint aider mon mari à charger et décharger le réfrigérateur et le lave linge.Nous décrochâmes lustres et rideaux et nous partîmes pour de bon!C'était le deuxième déménagement en deux ans!

mon mari se moqua de mon jardin,et me dit que j'avais fait bien des efforts et dépensé beaucoup d'argent pour planter quelques arbres maigres au fond du jardin,et quelques bâtons.

Quinze ans plus tard,il faut grimper sur l'échelle pour tailler le sommet des "bâtons"...Et les cerises au sommet de mon cerisier qualifié de maigrichon sont inaccessibles!Il ne suffisait que d'un peu de patience et d'attente!

querida13

Je suis à Serre Chevalier,il n'y a presque personne dans ce bar karaoké.Le DJ se fait plaisir ,il me fait chanter sept chansons et me laisse partir en me regardant avec étonnement et à regret.

Camping à l'île de Ré un été ,la prestation est médiocre, tous les chanteurs ânonnent ou font des couacs une animatrice pousse du bras le responsable des platines qui désorienté ne trouve plus personne à faire chanter et dit en me désignant du menton:

-"Fais donc chanter la chanteuse supérieure!"

Soudain je suis entourée d'une ribambelle de petits enfants aux yeux brillant d'admiration!Ils me regardent timides comme si j'étais une star!

Un jour je passe une audition avec un orchestre semi professionnel.J'apprends trois chansons d'artistes mineurs qui ne me plaisent pas.Je ne convaincs pas.Ils ont pris une jeune femme qui possédait un gros registre de paroles.Mon registre à moi est dans ma tête!(sinon,j'ai bien un gros registre de comptines et de chants d'enfants avec ds partitions pour l'école..;et le chant classique!)

A l'école,vers Noël ,on organise un goûter dans le centre social de Saint Jérôme,il y a une jolie exposition de peintures,mes élèves chantent des chants traditionnels accompagnés de mon nouvel orgue,-le précédent a rendu l'âme- acheté à crédit pour soutenir le chant des enfants:on dirait de petits anges :les parents en restent bouche bée et viennent me féliciter du travail visiblement accompli!

L'année suivante on doit interpréter le chant final d'une pièce de théâtre ,pendant quatre mois j'entraîne toutes les classes dans la salle de théâtre de l'école.Mais à la fin de la pièce ,la récitante omet de donner le signal de départ et la chorale ne part pas;Nous sommes vaguement déçus,La jeune femme s'en aperçoit et, alors que nous sommes en rang nous interpelle et nous dit :vous n'avez pas chanté on ne vous a pas donné la partition pour apprendre la chanson?

-Mais oui mais vous avez envoyé la musique sans avertir le groupe de chanter!Il aurait suffi de dire :"vous avez appris une chanson les enfants ,c'est à vous ,une, deux,et de donner le signal du départ et on aurait compris que c'était notre tour!"

Alors,elle nous fait réinstaller dans la salle de spectacle et donne l'impulsion et là, les enfants entonnent le chant sans problème.

Une année ,je garde une partie de mes élèves de CM1 en CM2, lorsqu'ils partent de l'école ,ils me quittent le dernier jour en pleurant,ils me disent:on ne va plus revoir l'école,on ne sera plus ici,on était bien avec vous!

C'étaient des élèves sympathiques auxquels j'ai pris plaisir à enseigner.

Une année à l'arbre de noël du comité d'entreprise de mon mari ,il y a un chanteur qui anime la soirée;Mon mari a dit que je chanterais avec l'employée que mon mari a fait embaucher et avec laquelle nous avons exploré les karaokés de Marseille.Les collègues de mon mari ont voulu vérifier.Ils ont négocié avec l'animateur une plage de temps où l'on interviendrait.Croyaient-ils qu'on allait tergiverser,se défiler,refuser?Pas du tout:on sélectionne dans son registre de paroles quelques chants et nous donnons l'aubade;recevons les félicitations , applaudissement et acclamations.Je parais même en solo et en duo, dans la plaquette de fin d'année commémorant les temps forts du semestre.

Ma copine va susciter l'admiration d'un gars qui chante divinement et la poursuivra de ses assiduités. Elle laissera tomber son compagnon pour le beau chanteur qui l'épousera,lui.

Avec lui ,j'ai chanté des duos mémorables comme question de feeling...

Nous chantons dans un karaoké situé derrière le palais de justice de Marseille:le cuisinier passe sa tête derrière la trappe pour nous écouter.Entre quatre et cinq chansons par soirée parfois six.J'en apprends toujours de nouvelles.

Lorsqu'elle va se marier(je serai d'ailleurs son témoin) ,ma copine va vivre sa vie et terminé les sorties;Une copine d'enfance célibataire viendra la relayer parfois!J'explore les karaokés de Plan de Campagne!Mon mari en a assez de m'entendre!

Un soir alors qu'il invite un de ses chefs, il lui fait part de ma passion pour le chant et la musique.Il se moque gentiment.Piquée au vif,je lui dis que c'est facile de se moquer mais que peu sont capables de chanter juste,en mesure e en articulant les paroles et je lui demande si ,lui, serait capable de chanter quelque chose!Justement ,j'ai quelques cassettes vidéos qui me servent de support d'entraînement.

Pris au jeu,les autres invités scandent:"chef,une chanson,chef une chanson!"

-"Je ne chante que du Brassens",répond-il persuadé que ce chanteur un brin intello antédiluvien ne fait pas partie de mon répertoire "et je ne chanterai que chanson pour l'auvergnat"!

il tombe mal ,j'ai appris ce chant en colo à dix ans:c'est la seule chanson de Brassens qui est sur mes cassettes!

-aAh ça?Ca tombe bien,j e l'ai!

-Nooon?

-Ouiiiii!Il se récrie, se fait prier,veut négocier une retraite honorable...

-Ah, ce qui est dit est dit chef!

Et le voilà qui entonne sa chanson,pas trop mal,juste et en rythme!

Et nous finissons la soirée en chantant sur le reste de la cassette!

Un des associés de mon karaoké favori va vendre ses parts et va à saint Tropez ouvrir une boîte.Avec les employés du karaoké on organise une expédition pour aller le voir ,un soir!Un joli petit souvenir!

Il reviendra un an plus tard.Je chanterai nombre de chansons en duo avec lui ,bien avant que ce soit la mode de partager une chanson entre deux artistes et bien avant Manhattan-Kaboul!

J'écris des paroles sur la musique de la solitudine;un soir je les interprète en français dans la salle comble;tout le monde est surpris.Je suis acclamée.Un type,ému, m'offre même un verre.

J'ai passé de super soirées en cet endroit.Il en est qui vont au stade beugler devant un match de foot,il en est qui s'enivrent,il en est qui se droguent,il en est qui vont à l'opéra ou au cinéma;Moi, je chante...

L'année où je visitais les terrains sur Aix et où j'ai trouvé mon bien,les affaires ont décliné pour mon karaoké,et il a été vendu.

Je n'ai plus jamais revu son équipe...Un grand vide m'habite quand je pense à eux...

On m'a dit que mon duettiste était parti vivre aux états unis,qu'il avait rencontré quelqu'un et eu une petite fille!

Moi je vais continuer ma vie sur Aix.Et puis là -bas il y a "la Royale" la brasserie du cours Mirabeau.mais las, la Royale elle aussi a fermé!

A tous points de vue c'est un nouveau départ!

querida13

Nouveau départ

Soudain la vie dans l'école où j'étais m'a semblé invivable et chargée d'émotions négatives,je voyais ma petite collègue y passer en pensée.De plus on me surmenait :les sorties finissaient bien après l'heure,et,pour ma part, ma journée n'était pas terminée avec la fin du travail:mon mari travaillait dans une ville voisine éloignée et j'assumais seule l'entretien du foyer et l'éducation de mon fils,les trajets,la sortie de l'école.Je fis quelques fausses couches,je me sentais épuisée.Pourtant j'ai adoré travailler avec les enfants de ce quartier de Marseille et les parents me gâtaient beaucoup.j'ai eu avec ma voix malade,cinq classes dont l'effectif était compris entre vingt-huit et trente élèves durant cinq ans.

Je demandai ma mutation et l'obtins mais en contrepartie on me donna une classe près d'une maternelle (donc très bruyante pendant les récréations)extrêmement dégoûtante puisqu'elle servait de débarras pour divers matériaux qui servaient aux travaux manuels.Chutes de papiers,boites de chaussures,livres anciens et usagés,catalogues,bureaux souillés de glaise ou d'encre,matériel en sale état.J'eus à déblayer une véritable petite décharge de un mètre de hauteur sur chaque bureau et à aménager une classe propre.Cela me prit un semaine de travail intense pendant sept heures par jour en pleines chaleurs de fin d'année,il régnait une chaleur de serre en ct endroit .Pendant quatre ans on me donna tous les cours doubles en cycle III et je changeai chaque année de classe.

Je vois en ce moment,des gens qui découvrent l'excellence éducative du chant ,véritable vecteur de projets ;Bien avant la réalisation des choristes ou de sister act jétais convaincue de cela.j'étais ce genre de pédagogue que certains n'hésitaient pas à qualifier de marginale!

Quand vous prenez une bande d'enfants mal dégrossis en début d'année,montant faussement les degrés de la gamme,et qu'à la fin de l'année vous produisez une chorale,vous assistez à un miracle;Je produisis quatre chorales.En plus du travail ordinaire d'une classe.

Les plans vigie pirate limitèrent nos sorties.Ces années -là il y eut une politique intéressante:on mit des emplois jeunes dans l'école et ils assuraient des ateliers bibliothèque et informatique et cela permettait à certains moments de la semaine de prendre les élèves les plus lents ou les plus faibles en demi-groupe et de les rattraper: c'était idéal,je me sentais beaucoup plus efficace avec des élèves en phase!Je tombai enceinte et eus mon second enfant :un garçon!

Désireuse de me rapprocher du travail de mon mari ,car ses déplacements nous coûtaient cher en entretiens de voitures,en essence et en temps,je vendis notre appartement et pour faire la transition ,demandai un logement de fonction car à l'époque la mairie était tenue de proposer des logements de fonction pour les enseignants;on me l'octroya de très mauvaise grâce malgré les lois qui contraignaient les municipalités

à loger ses maîtres.Débarrassée du surmenage et de la fatigue des trajets ,je devins plus efficace,il me suffisait de descendre à l'école,et j'étais sur place,de plus ,personne ne vandalisait l'école car il y avait toujours une présence.On décala ma classe d'une salle l'année suivante et le vacarme récréatif de la maternelle s'atténua!On disposait d'un gymnase et de terrains de sport magnifiques.On y était toutes les fins de journée.Les enfants adoraient!

En revanche,l'appartement était plus petit.Il manquait une chambre.débarrassée d'un loyer trop lourd,je m'allégeai des dettes de la voiture, et commençai à envisager de faire construire ou d'acheter une maison.

Pour commencer à envisager ce projet mon mari et moi

avions pratiquement travaillé à temps plein pendant trente ans, si nous groupions les deux temps de nos carrières.Finir de payer le crédit prendrait encore vingt-cinq ans supplémentaires!

querida13

Ma petite collègue a fini par changer d'école.Elle allait mieux.J'ai appris avec l'expérience que les élèves sont comme le vin:il y a des bonnes et des mauvaises années!Quand on cumule quelques années difficiles on donne énormément de soi, si on n'est pas un peu aidé par une bonne ambiance ou de la solidarité entre collègues,on est démoralisé et physiquement on s'use plus vite.

Je l'amenais encore à ce karaoké, à Aix, sur le cours Mirabeau,la royale, qui a fermé désormais,et sur celui de la rue d'Aubagne.Elle avait rencontré quelqu'un ,il parlait mariage et les amoureux sont souvent seuls au monde.Elle est venue un soir chanter avec son fiancé.Un chic type .Elle s'est mise à m'appeler de moins en moins...A sortir avec son copain plutôt qu'entre filles ce qui était dans mon esprit,tout à fait logique.Notre relation s'était distendue.

Et puis un jour, je croise la mère d'un de mes élèves dans la galerie marchande du centre commercial,

Alors que moi aussi j'avais demandé mon changement d'établissement ,histoire d'être dans une meilleure école bien plus rapprochée de chez moi ,ce qui me faisait gagner vingt minutes de trajet et qui scolarisait mon fils dans une école de meilleur niveau.

"Vous ne savez pas ce qui lui est arrivée? me demande la mère ,surprise,vous sembliez pourtant être bonnes copines!"

Non ,je ne savais rien.J'aurais mieux fait de ne rien savoir d'ailleurs!J'aurais mieux fait de m'engouffrer entre les écrins de la boutique du bijoutier,ne jamais croiser cette messagère du malheur!

Elle s'était suicidée en sautant du troisième étage.Elle avait réduit les antidépresseurs,le médecins en avait changé, mais elle a rechuté.

le soir même ,horrifiée ,j'ai téléphoné chez elle pour en avoir le coeur net,je suis tombée sur son copain qui m'a confirmé le drame.Oui,Elle était morte et même enterrée.Bouleversée,J'ai décliné l'offre d'aller me recueillir sur sa tombe.

Cela fait vingt et quelque années que ça s'est passé,des pages se sont écrites et se sont tournées.Il me reste ce traumatisme, ce chagrin ,cette blessure.

Un mois après en sa mémoire j'ai chanté vole de Céline Dion;

Vole ,vole petite aile

Ma douce,mon hirondelle,va t'en loin va t'en sereine

qu'ici rien ne te retienne

Quitte tes heures épuisés

Oui vole tu l'as pas volé

deviens souffle sois colombe pour t'envoler...

J'ai fini épuisée ,en larmes la voix voilée de chagrin...et depuis

Je ne puis entendre au fur et à mesure sans un gros serrement au coeur...In mémoriam.

Car oui "sa plus belle bavure ,c'est de m'avoir laissée au fur et à mesure!"

querida13

Rue d'Aubagne

Deux fois par mois pendant dix ans je chanterai entre deux et cinq chansons au karaoké.le patron du bar disait que j'étais de la famille!Je discutais avec l'équipe de cuisiniers et de serveuses,je les aimais bien.Le DJ m'avait à la bonne et un jour,il m'a enregistré un CD.J'ai chanté de magnifiques duos avec le patron du restaurant.C'était un célibataire craquant, brun et sexy,qui ressemblait à Jean Dujardin,et qui était toujours entouré de minettes! Quant à moi, J'ai passé des soirées entourée d'amis.

Un soir,Une grande amie m'a un jour invitée et payé l'hôtel pour que je chante pour elle et sa soeur dans un karaoké à la Seyne sur mer!Les chansons que je connaissais et qu j'ai interprétées dans le répertoire d'accompagnements que possédait le bar étaient toutes tristes!Le propriétaire du bar a dit a ma copine:"elle a des problèmes existentiels."Elle aussi a eu envie de prendre des cours et s'est mise à chanter de son côté.Nous avons interprêté bon nombre de duos ensemble et nous estomaquons souvent une salle avec "casser la voix" ou "là bas" ou "si maman si".

Mon mari aime bien pêcher:Il s'est trouvé un copain qui partageait le même hobby et dont la jeune amante aimait chanter alors de son côté,elle venait avec moi.Mon mari lui avait trouvé un travail au magasin.

Nous avions mis au point des duos également:elle aimait particulièrement la solitudine de Laura Pausini.Elle ne possédait pas le registre pour interprêter le couplet final alors je prenais le relais et terminais la chanson;Egalement,avec elle,je prenais la voix de Joelle du groupe il était une fois dans leur tube:j'ai encore rêvé d 'elle!

C'était l'année où Céline Dion s'est mise à chanter les chansons de Goldman.J'ai adoré tous les titres de cet album,alors je les ai tous appris.Nous avions pris l'habitude de chanter j'irai où tu iras toutes les deux et c'était en place alors que c'est une chanson pas spécialement facile.Nous avons visité nombre de karaokés sur Marseille,vers les plages et surtout celle du Prado.

J'avais retrouvé un certain équilibre.Ce n'était plus de l'opéra,je n'en vivais pas,ma voix accusait parfois la fatigue,mis je faisais aussi ce qui me plaisait et ça me faisait du bien.Les gens étaient corrects et gentils avec moi,j'étais chaleureusement félicitée.

En vacances,cet été là un grand karaoké était organisé en public à Argelès.C'était en plein air.Détestant attendre je me suis emparée d'un livret du répertoire et ai hâtivement inscrit :si j'étais un homme de Diane Tell au programme.Je suis passée la première!C'était une vraie scène avec un nombre impressionnant de gens.Je n'en menais pas large,en étant face,je sentais une certaine mollesse du genou,un malaise diffus..mais mon trac céda aux premières mesures.On m'écoutait favorablement.Sauf...mon mari et deux gars: je vis gesticuler mon mari qui parlait avec animation avec les deux badauds.J'en ratai la phrase finale et c'est le public qui termina.J'eus les félicitations dithyrambiques du DJ et j'entendis quelqu'un murmurer:

Ca va être difficile de passer après ça!

Je me dirigeai vers le trio et le ton montait:

mon mari dit au gars,ben voilà ,tu vois c'est ma femme alors répète lui ce que tu viens de dire connard!

Non,non ,ça va dit l'autre!

Que se passe t-il dis je éberluée.

Mon mari me tire à l'écart tandis que les autres s'éloignent.

Ah toi me dit il tu chantes,tu chantes et pendant ce temps tu n'entends pas ce que j'entends!

Qu'est ce qu'il ont dit?

Ben, ça ne va pas te plaire...Ils disent que tu tiens bien le micro et qu'ils mettraient bien autre chose à la place!

Je ricane:et tu veux qu'ils me répètent ça,je comprends pourquoi on ne les voit plus!

Ignore-les,ces cons!

querida13

Un couple d'amis me fait connaître un karaoké restaurant tex mex à Marseille.On y mange des mets originaux:pavé de kangourou, steak de requin ou

filet d'autruche,fajitas et tacos.A neuf heures on chante,vers onze heures les serveuses sortent une barrique de tequila et préparent la tequila rapido avec du sel.(Pour moi non merci ,l'alcool nuit aux cordes vocales et si c'est pour chanter avec une voix de rogomme,très peu pour moi!)l

Techniquement parlant,le vidéo disque vient de sortir donc dans cette salle, le DJ est hyper efficace ,le premier soir je chante quatre chansons,danse et rechante dans la foulée deux autres chansons à partir de une heure trente du matin car après la tequila on danse deux heures durant!

Un succès: on me félicite les deux copains restent scotchés.J'adore l'endroit un bar à cow boys où sont exposées des photos de vieux chefs indiens,et des bestioles empaillées.L'endroit aura énormément de succès, il attirera même les hells angels du coin à un moment donné.Les patrons sont adorables!Je viens souvent ,je repère les jours où il n'y a pas grand monde et je m'entraîne,chante et chante.

A l'école,

une de mes jeunes collègues est la cible d'autres collègues.Je pensais qu'avec le temps ils se heurteraient à son bec comme ils se sont heurtés au mien quand je suis arrivée et que les mouches changeraient d'âne mais cela n'a pas été le cas;le bizutage tournait au vinaigre et une école nous séparait.Elle sortait d'une dépression après rupture sentimentale et les "collègues" de l'école d'à côté lui ont rajouté une cabale et des ennuis professionnels.Moi je l'aimais bien,elle était jolie,sexy,pleine d'humour et elle chantait.Pour la dérider un peu,je l'emmenais en soirée.Avant le tex mex nous en avions trouvé un autre à Aix en Provence sur le cours Mirabeau.En revenant d'un de ces soirées j'ai compris qu'elle allait quand même très mal malgré les médicaments et j'ai entrevu la possibilité d'un suicide. Mais j'ai douté...

Elle m'a fait connaître le répertoire de Liane Foly et de Pauline Ester.

Un soir nous avions dîné chez moi, elle avait refusé l'apéritif ,le vin,parce qu'elle était sous anti dépresseurs.

On est montées sur Aix.Un policier nous arrête.Elle conduisait!Elle angoisse comme c'est pas possible alors qu'elle n'a rien fait de mal:limitation de vitesse respectée et ceinture attachée sur route déserte.Il lui dit:

Soufflez dans le ballon!

je suis prise d 'un fou rire irrépressible;elle me dit tout bas: mais arrête,arrête!

Et ses injonctions me font rire de plus belle et je lance au policier qui fait sa crise d'autorité:

-Contrôlez-la ,contrôle la bien ,elle n'a pas arrêté de boire toute la soirée!Il va être drôlement positif votre contrôle!

-Mais chut,tais toi me dit elle

et je hennis de rire;

Le policier sent bien que je me moque de lui et cela le contrarie,il se veut tellement autoritaire et il perd contenance devant ces deux jolies jeunes femmes qui se marrent franchement!Pendant qu'elle insuffle l'objet , il me jette un oeil furibond et en oublie de dire à ma copine de cesser de souffler du coup ,le ballon est trop gonflé et je vois encore ma collègue s'époumoner ne gonflant ses jolies joues jusqu'à devenir trop rouge pour un ballon qui n'a pas viré d'un iota.

Le cerbère en est très désappointé on sent bien qu'il est mécontent de n'avoir aucun prétexte pour nous donner une bonne leçon ce qui redouble et aggrave mon hilarité.Il nous laisse partir avec un regret visible, vert de rage!

Dans la voiture elle me morigène: mais tu es folle !

Et je repars d'un rire clair:mais que veux tu qu'il t'arrive tu n'avais bu aucune goutte d'alcool et lui veut absolument vérifier imperturbablement si tu es ivre!c'était trop rôle décidément!

Ce soir là, il y a concours de chant .Je manque le gagner d'une place mais nous ne sommes venues qu'à deux .Tandis que la gagnante a amené dix personnes à sa table qui vont fêter l'événement ...en buvant un coup!Donc je suppose ,certainement à juste titre que le commerçant a jugé l'affaire en fonction de ses intérêts!

"Ta voix est métallique, elle est soufflée ,elle est différente mais c'est une voix ,c'est ta voix désormais me dit un jour une copine d'enfance que je connais depuis vingt ans.Tu chantes, donc ce n'et pas grave."

Ce soir là je chantais à plan de Campagne .Les gens écoutent,baissent d'un ton ,font silence.La même magie...

Mais affirmer cela c'est vite dit!et nul n'imagine les souffrances que j'ai endurées tout en faisant comme si de rien n'était.

J'avais repris ma routine,un peu plus amochée, un peu plus fatiguée mais j'avais un gamin à élever ,un foyer à tenir,un crédit à rembourser et l'on comptait sur moi.J'ai mis mon mouchoir par dessus mes chagrins et j'ai avancé, pas moyen de faire autrement: c'était marche ou crève!

querida13

Un couple d'amis me fait connaître un karaoké restaurant tex mex à Marseille.On y mange des mets originaux:pavé de kangourou, steak de requin ou

filet d'autruche,fajitas et tacos.A neuf heures on chante,vers onze heures les serveuses sortent une barrique de tequila et préparent la tequila rapido avec du sel.(Pour moi non merci ,l'alcool nuit aux cordes vocales et si c'est pour chanter avec une voix de rogomme,très peu pour moi!)l

Techniquement parlant,le vidéo disque vient de sortir donc dans cette salle, le DJ est hyper efficace ,le premier soir je chante quatre chansons,danse et rechante dans la foulée deux autres chansons à partir de une heure trente du matin car après la tequila on danse deux heures durant!

Un succès: on me félicite les deux copains restent scotchés.J'adore l'endroit un bar à cow boys où sont exposées des photos de vieux chefs indiens,et des bestioles empaillées.L'endroit aura énormément de succès, il attirera même les hells angels du coin à un moment donné.Les patrons sont adorables!Je viens souvent ,je repère les jours où il n'y a pas grand monde et je m'entraîne,chante et chante.

A l'école,

une de mes jeunes collègues est la cible d'autres collègues.Je pensais qu'avec le temps ils se heurteraient à son bec comme ils se sont heurtés au mien quand je suis arrivée et que les mouches changeraient d'âne mais cela n'a pas été le cas;le bizutage tournait au vinaigre et une école nous séparait.Elle sortait d'une dépression après rupture sentimentale et les "collègues" de l'école d'à côté lui ont rajouté une cabale et des ennuis professionnels.Moi je l'aimais bien,elle était jolie,sexy,pleine d'humour et elle chantait.Pour la dérider un peu,je l'emmenais en soirée.Avant le tex mex nous en avions trouvé un autre à Aix en Provence sur le cours Mirabeau.En revenant d'un de ces soirées j'ai compris qu'elle allait quand même très mal malgré les médicaments et j'ai entrevu la possibilité d'un suicide. Mais j'ai douté...

Elle m'a fait connaître le répertoire de Liane Foly et de Pauline Ester.

Un soir nous avions dîné chez moi, elle avait refusé l'apéritif ,le vin,parce qu'elle était sous anti dépresseurs.

On est montées sur Aix.Un policier nous arrête.Elle conduisait!Elle angoisse comme c'est pas possible alors qu'elle n'a rien fait de mal:limitation de vitesse respectée et ceinture attachée.Il lui dit:

Soufflez dans le ballon!

je suis prise d 'un fou rire irrépressible;elle me dit tout bas: mais arrête,arrête!

Et ses injonctions me font rire de plus belle et je lance au policier:

-Contrôlez-la ,contrôle la bien ,elle n'a pas arrêté de boire toute la soirée!Il va être drôlement positif votre contrôle!

-Mais chut,tais toi me dit elle

et je hennis de rire;

Le policier sent bien que je me moque de lui et cela le contrarie,il se veut tellement autoritaire et il perd contenance devant ces deux jolies jeunes femmes qui se marrent franchement!Pendant qu'elle insuffle l'objet , il me jette un oeil furibond et en oublie de dire à ma copine de cesser de souffler du coup ,le ballon est trop gonflé et je vois encore ma collègue s'époumoner ne gonflant ses jolies joues jusqu'à devenir trop rouge pour un ballon qui n'a pas viré d'un iota.

Le cerbère en est très désappointé on sent bien qu'il est mécontent de n'avoir aucun prétexte pour nous donner une bonne leçon ce qui redouble et aggrave mon hilarité.Il nous laisse partir avec un regret visible.

Dans la voiture elle me morigène: mais tu es folle !

Et je repars d'un rire clair:mais que veux tu qu'il t'arrive tu n'avais bu aucune goutte d'alcool et lui veut absolument vérifier imperturbablement si tu es ivre!

Ce soir là, il y a concours de chant .Je manque le gagner d'une place mais nous ne sommes venues qu'à deux .Tandis que la gagnante a amené dix personnes à sa table qui vont fêter l'événement ...en buvant un coup!Donc je suppose ,certainement à juste titre que le commerçant a jugé l'affaire en fonction de ses intérêts!

Ta voix est métallique, elle est soufflée ,elle est différente mais c'est une voix ,c'est ta voix désormais me dit un jour une copine d'enfance que je connais depuis vingt ans.Tu chantes, donc ce n'et pas grave.

Ce soir là je chantais à plan de Campagne .Les gens écoutent,baissent d'un ton ,font silence.La même magie...