• billets
    50
  • commentaires
    30
  • vues
    8 609

Vers d'autres cieux

querida13

63 vues

j'ai quitté les lumières de la ville,son agitation,sa trépidance,sa charroi constant:besoin de me mettre au vert avec mes enfants.Et surtout envie de changer d'horizon, de cesser de payer des frais de déplacement faramineux pour que mon mari aille travailler à la ville voisine en rentrant tard le soir.Finis les affres:Le téléphone portable commence tout juste à apparaître, dès que mon conjoint avait du retard je craignais les accidents,fréquents sur l'autoroute nord de Marseille.

A mon très grand désappointement, la brasserie aixoise karaoké du cours Mirabeau a fermé ses portes pour vendre son enseigne à une grande chaîne de restaurants.De plus,mon mari se lasse de m'accompagner aux soirées chant .Le village qui se forme près d'Aix est enclos d'un splendide isolement.Nous sommes l'un des premiers couples à acheter il y a des gens du sud ouest ,des allemands,des grenoblois,des gens de la région.Chacun vit derrière ses murs et est très discret.A l'époque les commerces n'ont pas ouvert,la place n'est pas construite il n'y a aucun lieu où nous réunir.Les seuls points forts de l'année de ce village en formation ont été le téléthon mais il a été supprimé au bout de cinq ans,le loto, et la foire "terres de Provence"qui ont suivi le même chemin.De plus les villas ont vu leurs prix grimper les personnes désireuses de conclure une bonne affaire ont très vite revendu leur bien ce qui a eu pour conséquence de me faire couper les ponts avec les quelques voisins qui m'étaient sympathiques.

J'ai,comme amie parmi eux une dame allemande comme moi amatrice de piano et de peinture.Elle me prêtera quelques partitions de piano et comme les possibilités de chanter s'amenuisent je me remets à déchiffrer des classiques et un peu de jazz.Je me reconstitue un petit répertoire de trente morceaux.Nous nous invitons l'une l'autre à boire le thé,sortir,aller à la plage,nos enfants jouent ensemble,je l'adore mais elle est parfois d'une très grande inégalité de caractère,un peu sans raison,bref il y a des fois où se voir n'est pas le moment.Remarquant cette attitude ,je composerai un petit poème intitulé le rosier qui lui est tout spécialement dédié.L'art me trotte dans la tête depuis trop longtemps,décidément....

Ah, ces poèmes...certains écrits durant mon adolescence d'autres arrivant après une introspection critique du déroulement d'une journée...

Au but d'une vie d'introspections je m'apercus que j'en avais composé de quoi faire un petit recueil:je me mis donc en tête de trouver un éditeur.J'envoyai mes manuscrits je fus acceptée par un éditeur nantais mais quand je vis le prix qu'il me fallait verser pour la publication de mon ouvrage et le peu de gain que j'allais retirer de la vente de mes vers,je renonçai à les lui faire publier et me mis en quête d'un imprimeur pour exécuter le travail à compte d'auteur.Et je les vendis moi-même.je m'aperçus très vite que la poésie était le genre littéraire le plus difficile à écouler.Les ailes du temps mon premier opus et les objurgations mon second,furent suivis des haikus.

Depuis la fin du vingtième siècle j'avais découvert comment se composaient les haikus japonais.Ca tombait bien,Tout m'inspirait.

Notamment cette magnifique sainte Victoire aixoise qui m'appelait depuis que j'étais toute petite fille qui a appelé bien des artistes avant moi et en inspirera bien d'autres.




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant