Aller au contenu

Blogs

Du fond des âges

"Car Abby se méfiait du pouvoir des objets. Ils vous empêchaient de couper les amarres, vous forçaient à emmener votre passé avec vous."             ___________________ des mots miroirs encore.

Axo lotl

Axo lotl dans Pensees

Un 28 juin à 19:14

En une douce soirée d’été, une fête se déroulaient dans une cité d’Europe de l’Est , les habitants déambulaient, s’esclaffaient, dansaient, chantaient dans les rues. Parmi cette cohue, en face d'une vitrine de boulangerie, se tenait un jeune homme n'ayant pas dépassé la vingtaine et dévorant entre ses mains décharnées un sandwich qu'il venait d'acheter. Il se voyait accoutré d'un pantalon effiloché datant du siècle dernier, de chaussures en cuir ayant l'air des plus fatiguées, d'un veston é

guabrone

guabrone dans Générale

Psychopompe

"Désolée pour ton incarcération. Tu dois m’en vouloir, je te comprends. J’appartiens à une espèce sadique. Je renonce à t’apprivoiser, ce serait comme te demander de trahir les tiens. » "L’hypothèse que j’aimais le moins, c’était que les oiseaux ne m’aimaient pas, moi. Ils sentaient en moi la personne détestable. L’étais-je ? À y réfléchir, c’eût été m’attribuer trop d’importance. » "Le psychopompe était celui qui accompagnait les âmes des morts dans leur voyage. " "J'étais le tom

Axo lotl

Axo lotl dans Pensees

Faire avec...

Oui, la douleur se dompte sans jamais disparaître, vu que la résilience, il serait temps de l'admettre, c'est rien que des conneries. Le Petit Robert rappelle : "Résilience. n. f. Capacité à surmonter les chocs traumatiques." Ca arrange bien tout le monde, cette histoire de résilience, on peut broyer les êtres puisqu'ils s'en remettent toujours. Le cerveau est plastique, l'esprit pâte à modeler. Le terme de résilience depuis quelques années relève de l'injonction. Résilience collective autant qu

January

January dans Billets

La valse

Entre les gens qui veulent manger mais ne veulent pas salir une poêle... Ceux qui se plaignent mais ne s’améliorent pas eux même. Les familles en tuyaux de poêle qui ne proposent que plus encore et s’étonnent encore d’être à chaque fois à l’abandon.  Parce que ce n'est pas possible d'avoir raison tout le temps, parce que ce n'est pas possible d'être toujours responsable de tout. Parce qu'ils ne se posent pas la question de savoir et n'ont plus qu'à empêcher les autres de le faire.

Pirene

Pirene dans La Trace

Le son.

Ce n'est pas un tintamarre, rien d'un tohu-bohu, pas plus qu'un tintouin, c'est deux consonnes , un son qui parait ordinaire, et pourtant . Pourtant il met le chambard, même un  raffut dans mon esprit mais en silence, il me donne envie de sautiller, de danser et de chanter, il me transforme, il me rend léger, je ne sais pas comment dire, peut être me rend il niais, change mon visage sérieux en un sourire idiot, mais je m'en fiche. Ton prénom est unique, il est ta personnalité, ton cara

dB∅/ t

Salut, je disais tout à l'heure que j'avais des rendez-vous, des rendez-vous sans importance en vrai. Il fait bon aujourd'hui, eh ! Ca fait dix ans que j' habite dans le coin et je ne consulte TOUJOURS PAS la météo, tu te rappelles les converses  !?!  Non là,  j'ai le choix de faire pleins de trucs pour m'occuper mais....mais. T'as vu c'est mal parti hein ? Ecoutes, je fais ce que je peux hein  j'ai (res)sorti la guitare histoire voir a quel point j'ai perdu ?  Baaah une journée p

Pirene

Pirene dans La Trace

Se taire

Quand il arrive que vos questions deviennent trop insistantes, vos parents vous interdisent de vous exprimer sous peine d’avoir la langue coupée. Vous avez du mal à croire qu’ils mettront leur menace à exécution, vous les imaginez difficilement maniant des instruments tranchants destinés à vous faire souffrir, vous les voyez plutôt comme des êtres bienveillants, en plus ce sont vos parents. Malgré tout, par prudence, vous vous abstenez de parler à tort et à travers. Vous apprenez que le silence

January

January dans Billets

Les vieux enfants.

Ils se tiennent par la main comme des enfants de maternelle, accrochés l'un à l'autre elle fragile lui la regardant en silence, on sent toute la tendresse dans son regard au bord des larmes. Ils s'assoient chaque jour sur le même banc et regarde le monde qui s'éloigne d'eux, ils murmurent des choses que je n'entends pas, il remet son écharpe avec gentillesse et compassion, les pétales des arbres en fleurs tombent doucement comme le temps qui passe. Ils sont proches, parfois ils sourien

querty

querty dans Tendresse

Ce qui ne te tue pas...

- Tu sais ce que dit le proverbe ? Ce qui ne te tue pas te rend plus forte... - Connerie ! Cette phrase vaut dans les deux sens : pour toi, et pour le méchant qui essaie de te tuer. En vérité, ce qui ne me tue pas mute et essaie de nouveau. C'est le principe même de la vie : pense aux bactéries, aux virus et à tous ces connards qui ne lâchent jamais l'affaire...  La tragédie de l'orque - Pierre Raufast 

January

January dans Billets

Fillettes.

Il y a une tache dans mon lit ce matin, une maigre comme rentrée, il y a une lézarde dans ce lit, une fissure comme affamée... Il y a une chaire vide à combler, il y a un lit ici. Jouez Diaphanes clair-obscur et c'est le l'Arlequin qui sourit. Vaine cave dans cet écueil versée, fuite d'humeur de ce cupidon mort-né, Il y a une trace ici sommet d'une tour d'ivoire...mais d'où est-elle tombée. Il y avait ici avant un pouvoir dont les ombres avaient peur, il y a un flou dans tou

Pirene

Pirene dans La Trace

Mesdames vous avez échappé au pire messieurs aussi.

Il y a deux jour dans les toilettes chez un copain, je feuilletais le calendrier de la poste et suis tombé  sur un petit article sur le passage du corset à l'ébauche du soutien gorge par une femme . Croyez moi vous avez échappé au pire. https://fr.wikipedia.org/wiki/Corset Messieurs réjouissez vous et surtout les éjaculateurs précoces, le temps d'enlever les "lacets" et de sortir de la carapace ...

querty

querty dans futile

l'enfance abandonnée.

C'est un arbre planté au milieu de nulle part, c'est un arbre sans tuteur qui pousse sous le vent dominant, penché, un peu recroquevillé et pourtant chaque printemps il bourgeonne, fleurit et tente de donner ses  fruits que personne ne vient cueillir, ses efforts sont vains.  Son courage, sa patience à donner le meilleur de lui même finit aussi par se faner et l'arbre sans tuteur sans personne pour ramasser ses fruits, tailler ses branches qui l'étouffent. Puis il est attaqué de toutes part

querty

querty dans General

Avait faim

Ca fait trois jours. C’est le matin du troisième jour. Il y a trois jours, elle n’a pas fini son assiette. Alors, à chaque repas depuis, elle retrouve à table la même assiette, le reste de purée de pommes de terre et les boulettes. Le premier soir, elle a pu…un peu. Au petit-déjeuner, l’assiette glacée..  “ Tu n’en veux plus ? tu auras la même chose à midi, c’est bien, tu coûtes pas cher et tu vaux rien !”  Le midi, la purée a fait une croûte. Elle se force, il faut vite finir sinon ça va durer

January

January dans Billets

Échos.

J'ai tout pris comme pour me faire une carapace et garder bonne figure même ici au lit le vent souffle entre mes bras nus et chaque frissons sonnent comme une trompette qui annonce que l'on va s'enfoncer encore plus loin, plus loin et plus profondément sous les drapeaux de pays de mers qui harcèlent sans cesse, dont les corbeaux sont des confidents.  C'était une bonne journée parce que tranquille en réalité. De toute façon c'est ce que j'ai dit ce matin à l'homme gay de l'accueil : Ça

Pirene

Pirene dans La Trace

Voulait rester là

Bien sûr il y a cette odeur de désinfectant mêlée aux antiseptiques. Oui il y a cette grande fenêtre qui le gêne, ce matelas en plastique inconfortable, les draps qui glissent. Bien sûr il y a beaucoup de bruit, même la nuit, et cette lumière qui reste allumée. Oui il préférerait être seul, il n’aime pas la compagnie de ce garçon silencieux, de l’autre côté du rideau. Mais… il y a les plateaux repas, les adultes gentils, les jeux là-bas, au fond du couloir, il s’est même fait des copains. Il se

January

January dans Billets

Syndrome de Raynaud. Témoignagnage

Déjà, par la mère c'est clair comme de l'eau de roche. Et pourtant il faut dire qu'elle avait un truc très maternelle, en tout cas avec moi, j'ai eu cette impression. C'est étonnant quand je vois ce qu'elle en à fait de cette maternité...même moi j'aurais payé le fait qu'elle soit une mauvaise mère finalement. Je ne comprends toujours pas comment une personne peut être si solide à l'extérieur et si molle si nulle quoi à l'intérieur...à moins de l'expliquer par une lâcheté qui me dégoûtera

Pirene

Pirene dans La Trace

Souriait

Elle est tellement chétive dans ce lit. Elle sourit, c’est dérangeant, elle est marquée, de grands cernes ourlent ses yeux outremer. Son sourire découvre une incisive cassée. Ses cheveux manquent par endroit.  Le médecin arrive et s’entretient avec elle. Il est rassurant, elle sourit toujours, sans rien dire. Le médecin lui explique. Elle sourit. Il demande si elle comprend, elle sourit plus grand. Il se sent démuni, reprend la parole, explique à la fillette ce qu’il va se passer pour elle, et e

January

January dans Billets

Croisée

Nous sommes assis là, sur une marche. Elle me reproche d'être né trop tôt. Puis elle s'en va après m'avoir embrassé. Je sens qu'elle vibre de tout son être, mais elle est tiraillée, incapable de l'assumer, d'y faire face. Soit. Va t'en encore. Une semaine plus tard, aussitôt qu'elle comprend que quelque chose se passe, elle est la première à m'écrire, dans la seconde. "Tout va bien ? Tiens moi au courant." Pourquoi ? Pourquoi vouloir être au courant. Je suis alors dans le métro, la gor

Loufiat

Loufiat dans Ce soir-là

Oui mais pas que...

Par sept fois (?) j'ai tapé, parafer c'eût fit. Par sept fois j'ai essayé et je ne recommencerai plus ? Pas une fois j'ai failli, ce n'était pas de ma faute. Pas chassé et pas de loi, pas vanné pas feutré. Pas de vice enchâssé dans la croix pour l'instant, Pas de Christ en vue pour le moment. Papa ça fait deux, pas en arrière vraiment ? Paris ce que tu veux, m'en veux pas car je reste. Bon, c'est de la merde mais fallait que ça sorte n'est ce pas ?  Ne vous y trompez pas

Pirene

Pirene dans La Trace

La cravate

C'est con, je rentre dans le bus l'esprit totalement dans le flou. Je parcours le véhicule et ce mec du regard, il avait l'air louche en m'asseyant il me regarde de travers avec une tronche déjà tordue. Okaay....je ne cherche rien, il écoute ça musique produite dans une poubelle sans doute, mais je n'ai pas la force de lui dire quoique ce soit. Je n'avais pas la force de faire quoique ce soit d'ailleurs, déjà trop fatiguant de trouver des réponses à tout ça, hier soir....cet après mi

Pirene

Pirene dans Le quotidien ?

Les temps modernes

Epoque accusatoire, où il faut nommer des coupables, souvent sans preuves, les traîner dans la boue, les offrir à la vindicte populaire, et qu'importe s'il est démontré in fine qu'ils n'y étaient pour rien. Quelqu'un doit payer, quelqu'un doit prendre la colère comme on prend la foudre, quelqu'un doit expier, afin que tous les autres puissent déverser leur haine, se soulager de leur mauvaise bile et se croire, eux, irréprochables.  Paris-Briançon - Philippe Besson

January

January dans Billets

  • Commentaires des blogs

    • Parfois, il vaut mieux faire sans. 
    • Ce texte n'est pas mal du tout! Bon qu'il ne traite que de choses des plus ordinaires, l'histoire reste entrainante et le fait que tu mélange le language soutenue et familier est troublant au premier regard mais je l'aime bien. Aussi, le personnage de la "folle" est intriguant seulement nous ne parvenons pas à cerner le personnage, c'est flou ,qui est elle, de quoi pense t'elle  du personnage principal, pourquoi elle agit de la sorte a la fin de l'histoire... Bref, raconter l'hist
  • Statistiques des blogs

    • Total des blogs
      1 332
    • Total des billets
      4 606
×