• billets
    52
  • commentaires
    32
  • vues
    9 054

Tenir le coup

querida13

142 vues

Cette année là ,j'eus droit à une proposition malhonnête durant mon inspection.Le supérieur hiérarchique partait à la retraite à la fin de l'année,il se lâchait et perdait le sens des limites.

Je le remis en place;ma note pédagogique baissa;Les élèves que l'on m'avait triés sur le volet cette année là(je le sus par un élève de CM2 à la récréation qui ingénument m'avoua que j'avais eus les pires élèves de cette école),étaient difficiles,certains étaient sournois et s'ingéniaient à faire réagir un élève ombrageux en le provoquant par des manoeuvres occultes que je m'ingéniais à déjouer et à mettre en évidence.

Ils se déconsidérèrent aux yeux de leurs petits camarades car il devenait évident qu'ils faisaient punir injustement celui qui s'énervait depuis pas mal de temps (cela durait depuis quelques années,il en devenait dingue,le pauvre,et ses résultats avaient chuté!Du coup, remis en confiance les résultats du gamin se remirent à remonter en flèche!)ils cessèrent vite leur petit jeu,car je convoquais les parents à chaque fois qu'ils le titillaient.Ils se vengèrent en jouant les victimes innocentes auprès de leurs parents qui se convainquirent que j'avais leurs enfants dans le nez et que je n'avais aucune autorité.J'ai dû retenir fermement l'un d'entre eux qui allait fermer brutalement une porte battante sur les doigts d'un camarade,la mère exigea des excuses parce que j'avais touché son gamin...Ils trouvèrent n'importe quoi!

Pourtant avec ces élèves, je fis de remarquables avancées.Ils apprirent à coopérer par le sport,à chanter ensemble et donnèrent un concert de chants de noël mémorable en organisant la salle en un tournemain.En orthographe et conjugaison,ils avancèrent à pas de géant.

Comme j'avais été harcelée dans mon travail,j'allai en tribunal administratif.Et malgré la grande fatigue qui harassait mon dos je dus encore me défendre,monter des dossiers,faire des démarches.

Je crois que c'était l'énergie des mères qui me portait.

L'année suivante,les dossiers bouclés,je renonçai à avoir ma propre classe,et je pris des décharges.Si je rechutais au moins les élèves auraient un maître titulaire.

Après avoir travaillé à mes débuts avec des enfants du plus bas niveau social,je travaillai vingt cinq ans après mes débuts avec des enfants de la bourgeoisie et même de la noblesse.

Sur l'une des classes,j'eus pour collègue une sorte de vieille folle maniaque qui refusait que je touche quoi que ce soit des affaires de la classe prenant cela comme un affront personnel que j'utilise une paire de ciseaux pour couper des photocopies ou que je m'asseye sur la chaise du service qu'elle considérait comme SA propriété.Elle m'avait réservé un bureau tout branlant,qu'elle avait pris soin de mettre au fin fond de la classe,classe qui avait des plafonds très hauts et était assez sonore. Avec la maîtresse de la classe d'en face, elles se détestaient cordialement,elles s'invectivaient souvent,devant les élèves,prenant les collègues à partie...Oh,là,là,quel cirque!J'étais fort mal à l'aise!

Un collègue directeur,m'informa que c'était la forme d'humiliation qu'on avait choisie en haut lieu pour faire comprendre aux instits qu'l était temps de prendre une direction d'école,mais dans l'état où je me trouvais,avec parfois encore de longues hémorragies,je ne risquais pas de prendre quoi que ce soit.

A partir du moment où l'on sut que ma note avait baissé les langues se déchaînèrent ,des lettres de calomnies circulèrent.Moi,j'en apprenais de belles:ça couchaillait sévèrement,les promotions canapé étaient probables.

Je trouvais des intrications- et pas que hiérarchiques-,entre les personnes entre les pattes desquelles j'étais passée.Une directrice,maîtresse d'un inspecteur, me demanda même de faire une déclaration d'accident après qu'un enfant se fût couronné le genou en dérapant sur un plot en sport.

Un jour ,une cantinière assez rogue,se dégela bizarrement pour l'occasion, vint faire l'appel et joua très inhabituellement les chauffeuses de salle.Elle fit rire bruyamment les enfants ,les fit délirer un peu en jouant les tatas Yoyo.Je fus intriguée.

Je sus que l'inspecteur était dans les couloirs et il a envoyé un rapport disant qu'il avait entendu que la classe était très agitée alors que j'en étais en charge.

Haro sur le baudet,j'avais fait ds vagues;je gagnai mon affaire en tribunal administratif;Aux trois quarts de l'année,je fus "déportée" sur Vitrolles.




2 Commentaires


Ah là là, quelles péripéties ! et quand je pense que les instits ont encore la réputation d'être des planqués de feignants ! :)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Comment être un fainéant quand tu as onze matières à enseigner(enfin,quand tu fais bien les choses) à toi tout seul:français,maths,histoire, géo,instruction civique,dessin,sport,sciences:informatique et anglais,travaux manuels???

PLUS:surveillance,soigner les bobos,appeler en cas d'urgence, accompagnement des sorties et piscines.

plus:les soutiens

plus:les heures sup'(études surveillées)

plus correction des évaluations

plus :réunions

plus préparation des sorties et événements exceptionnels danses,carnaval, tombolas,goûters...

Ah,non ,c'est du boulot et du sport,combien j'en ai vus en fin de carrière dépressifs, brûlés par le cancer ou complètement éreintés..

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant