Aller au contenu

Jedino

Membre
  • Contenus

    47 699
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Jedino

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Contact

Visiteurs récents du profil

127 447 visualisations du profil
  1. Jedino

    Inventer un proverbe..A vous de jouer.

    L'ennui, c'est comme les billets : plus tu en as, plus tu l'étales. Ni vivre, ni mourir, mais s'indifférer. Si tu n'es pas capitaliste à vingt ans tu as raté ton éducation, si tu n'es pas raciste à quarante ans tu as raté ton intégration. J'ai la dalle mais aucun Portugais pour le faire. Tends la joue à un curé il te donnera une gifle, tends la joue à un politique il te donnera un rifle. Mieux vaut vivre comme un cliché que par les clichés. Être beau, c'est un peu comme être moche, mais l'hypocrisie en moins. S'il faut traverser la rue pour trouver un travail, les conducteurs sont ces grands patrons qui ont pour rôle de vous écraser.
  2. Jedino

    Quel language de programmation choisir ?

    Qu'as-tu installé pour faire du python ? Il existe différents environnements pour ça. Si tu n'as que python, tu peux faire clic-droit sur ton fichier .py, "Edith with IDLE" (l'environnement de développement de base intégré par python) et, à partir de là, exécuter ton script en faisant F5, ouvrant ainsi une autre interface qui va te donner les résultats et les éventuelles erreurs que tu as pu faire :
  3. Jedino

    Quel language de programmation choisir ?

    Python est moins adapté que ASP.NET pour le web, en effet, à l'instant t et pour différentes raisons. Je n'ai jamais prétendu que Python n'était pas populaire, il est largement utilisé dans tout ce qui touche de près ou de loin au traitement de données et il y a toute sa place puisqu'on y exploite ce pour quoi il est fait. Ce n'est effectivement pas sans raison que dès lors que les données sont très nombreuses les entreprises les plus grosses se tournent vers ce type de langage. Il progresse sur nombres de sujets de par la communauté qui participe à son évolution, dont le web. Il n'empêche que certaines technologies sont créées et faites pour le web spécifiquement et restent plus adaptées que le Python dans l'essentiel des cas. Cette page propose la fréquence d'usage des trois technologies, PHP, ASP.NET et Python pour le web : https://w3techs.com/technologies/comparison/pl-aspnet,pl-php,pl-python PHP est utilisé par les petites structures, Python par certaines grosses parce que c'est le langage à la mode et qu'il permet de véritablement optimiser le back, et ASP.Net se retrouve dans un compromis entre les deux, et toutes les entreprises que j'ai jusque-là croisées sont sur ces technologies de Microsoft, ce qui explique en soi sa position assez centrale sur le dernier graphique. Donc, sur le web, qu'on le veuille ou non, Python reste encore très à la marge dans son utilisation. Peut-être qu'il deviendra meilleur à l'avenir, c'est-à-dire plus accessible pour une personne lambda, mais il n'est pas aujourd'hui le choix fait par l'essentiel des sites qui ont été ou sont créés. Après, tout dépend comme toujours des objectifs que tu as et des contraintes que tu dois savoir gérer.
  4. Jedino

    Quel language de programmation choisir ?

    Son usage en entreprise est limité à ce pour quoi il a été initialement créé : faire des scripts. Il est pas mal utilisé, tout comme R, pour jouer avec les données. Donc oui, tu peux très bien faire du web ou du logiciel avec, mais si tu cherches la performance, surtout sur Windows, ce n'est pas ce que tu choisiras. Et, surtout, ce n'est pas le choix de pas mal d'entreprises qui préfèrent souvent les technologies de Microsoft puisque l'essentiel des utilisateurs sont sous Windows. Tu pourrais très bien faire du web voire du logiciel en Prolog, ce n'est pas pour ça que c'est pertinent. Il vaut mieux utiliser les langages là où ils sont les meilleurs, et la force de python est le scripting. Il a été créé pour ça.
  5. Jedino

    Quel language de programmation choisir ?

    De manière générale, il y a pas mal de langages orienté-objet qui circulent actuellement. En tant que tel, le C# peut être intéressant, d'autant qu'il est pas si mal en vogue. Il est destiné à créer des applications diverses. Le langage python, réputé "facile" à apprendre, peut être intéressant et est pas mal utilisé selon les secteurs. C'est néanmoins d'abord un langage de scripts, il n'est donc pas destiné à créer des sites web ou des logiciels. Si tu souhaites faire des sites web, tu auras les classiques (HTML/CSS/PHP/JS), les librairies en JS éventuellement (Jquery, NodeJS, Angular, Vue, selon les besoins), ou bien par exemple .Net qui n'est finalement qu'en partie du C# aussi. En tant que tel, partir sur du web ou de l'applicatif t'amènera sans doute à fréquenter le SQL sous une forme ou une autre qui est, en soi, un domaine et langage à part entière aussi. Donc, si ton but est simplement de découvrir ce qu'est la programmation (haut niveau), faire deux-trois trucs histoire d'expérimenter, je partirais plutôt sur du python (et je rejoins du coup Auger qui a répondu entre-temps) qui ne nécessite pas grand chose pour tourner, est assez facile à comprendre et prendre en main et offre pas mal de librairies pour se faciliter la vie. Si ton objectif est de créer un site web, tu peux trouver des tutoriels en web classique aisément histoire de voir un peu. Si ton objectif est d'aller sur des choses plus complexes, il peut être intéressant de voir C#, mais ça nécessite davantage d'installation logicielle avant de commencer.
  6. Jedino

    Quel language de programmation choisir ?

    Tout dépend ce que tu souhaites faire et pouvoir faire. Quels sont tes objectifs, en dehors d'apprendre un langage ? Il vaut effectivement mieux aligner les technologies les plus pertinentes en fonction du besoin plutôt que de vouloir persister dans une seule voie, sauf si tu désires te spécialiser sur un langage précis en vue d'être recruté comme tel.
  7. Jedino

    Apprentissage de l'arabe à l'école ?

    Tout dépend sous quel regard tu juges leur utilité. Tu peux le voir en tant que connaissance ayant une application par la suite dans ta vie, et en cela ils sont bien inutiles, tout comme l'essentiel des connaissances qui peuvent être dispensées selon la voie que tu prends. Par exemple, je n'ai plus jamais utilisé les nombres complexes après mon baccalauréat. Pour le dire autrement, les connaissances générales finissent nécessairement en partie par être éclipsées par l'inévitable spécialisation qu'on attend de nous ensuite. Tu peux ensuite le voir aussi comme étant une pierre en plus dans ce que tu sais : reconnaître une racine t'apparaît comme peu ou rien, mais je serais bien incapable de le faire, moi qui n'ai pas fait latin. Preuve donc que cela peut t'apporter à comprendre certaines choses qui m'échapperont à l'instant t, et on commence à y trouver un intérêt. Tu as enfin un degré plus complexe et moins évident où la connaissance ne se montre pas utile en soi mais où elle l'est parce qu'elle participe à la construction d'un tout, par exemple chez une personne ses convictions, son savoir, sa façon de raisonner, sa créativité (par association de connaissances ou analogie, typiquement), etc. Et au travail, et ailleurs. Un cours de langue n'est jamais qu'un cours de plus ou de moins selon le choix qu'on fait. Ils ne seront pas enfermés et mis à part pour pouvoir l'étudier. Il n'y aura donc pas plus qu'avant de séparation qu'il n'en existe naturellement entre les humains et pour des critères bien plus divers que la simple couleur de peau, que ce soit la taille, le poids, le caractère, la façon de se vêtir, de se comporter, éventuellement un handicap, et j'en passe. Pour te dire, il est tellement peu "normal" de ne pas se grouper avec certaines personnes en particulier que tu es vite associé comme étant rejeté si tu ne le fais pas. J'ai passé deux ans en classe préparatoire à voir les gens s'inquiéter parce que je ne cherchais pas à m'associer à un groupe ou un autre de personnes. Quoi que tu fasses, tu seras toujours associé à un groupe, parfois à plusieurs. Cela n'aggravera rien et ne changera rien qui n'existe déjà. Et c'est là où je suis clairement en opposition avec ta position : je trouve dommage de juger de l'intérêt d'une connaissance au regard de son utilité pratique. C'est cette même position qui a tendance à juger durement la recherche pure parce qu'elle ne paraît pas utile, car non appliquée, par définition. Il est impossible de dire à un jeune âge ce qui sera utile ou non dans notre avenir, et toutes les connaissances, même les plus marginales par leur utilité, participent à la construction de chacun. Je comprends ce besoin d'avoir un côté "pratique", c'est une demande constante de bien du monde, mais il serait dommage et dommageable je pense de nier l'intérêt du "théorique". Si le latin ne te permet pas de dialoguer, il te permet de comprendre un peu mieux la langue, et c'est une richesse, aussi petite soit-elle.
  8. Jedino

    Apprentissage de l'arabe à l'école ?

    On apprend bien le latin ou le grec ancien qui auront bien moins d'utilités en notre monde actuel que bien des langues par simple héritage de convictions passées. Donc l'arabe, ou une autre langue, pourquoi pas. Ce sera toujours plus utile si l'utilité d'une langue apprise se limite à son usage potentiel. Et si la seule excuse est que la langue est littéraire ou non, j'ai envie de te dire, l'anglais qu'on apprend à l'école n'est certainement pas l'anglais qui est parlé puisqu'il est bien carré et scolaire lui aussi, bien loin de ce qui peut être réellement parlé. Ça n'empêche pas de se débrouiller. Pour le reste, quand un groupe de personnes parlent une même langue, c'est une communauté. En cela, oui, apprendre une langue facilite le "communautarisme", c'est-à-dire le dialogue avec une communauté plutôt qu'une autre. C'est une conséquence nécessaire dès lors que tu as des centaines de langues à travers un monde : si tu choisis une langue, tu ne pourras pas parler avec une partie des autres qui sont en face de toi. D'où l'intérêt de les multiplier (et ça me fait mal de l'écrire). L'apprentissage de langues comme l'Alsacien ou le Breton est bien plus une revendication communautaire que celle dont on parle ici puisque ces langues ont été ouvertement combattues de ça plus d'un siècle pour y mettre le Français. Entre-temps, on s'est dit qu'au fond ce n'était pas si con de savoir s'ouvrir à d'autres choses, et c'est la même logique ici. La logique a toujours été et restera sans doute que dès lors que l'école dispense l'apprentissage, on peut le cadrer et donc décider de ce qui est ou non appris. Mais je viens d'une région où il n'est pas choquant qu'un catéchisme soit dispensé et obligatoire en primaire et où des cours d'histoires des religions sont obligatoires au collège et possibles au lycée, je n'ai donc pas tout à fait la logique d'un laïc jusque-boutiste qui se scandalisera de la moindre allusion religieuse. En vérité, dès lors qu'on a peur d'un savoir, c'est qu'on a perdu face à lui. Si tu veux éduquer, ce n'est pas par l'interdiction qui n'a jamais été vraiment appliquée, sauf quelques années au tout début du précédent siècle pour calmer les catholiques un peu trop chiants. Il faut savoir avoir une certaine ouverture. Et enfin, se scandaliser de "communautarisme" est assez amusant car tout, absolument tout, en ce monde amène les gens à choisir un groupe social plutôt qu'un autre. La langue est un facteur parmi d'autres. Il n'y a rien de choquant à cela. Par contre, si tu admets ouvertement que cette langue te fait peur, alors tu as déjà perdu. Si pour toi c'est une langue comme une autre, alors se fera un apprentissage progressif, par l'éducation, que finalement tout ça tient plus de l'émotionnel que du rationnel. Ajoutez-donc le berbère ou le chleuh si cela vous fait plaisir.
  9. Jedino

    Apprentissage de l'arabe à l'école ?

    Parce que la langue arabe se limite au coran et se mêle nécessairement à une religion ?
  10. Jedino

    Apprentissage de l'arabe à l'école ?

    Si personne ne s'inquiétait de l'apprentissage de cette langue, ce sujet n'existerait tout simplement pas parce que ce serait comme toutes les autres langues potentiellement apprises à l'école. C'est une langue vivante, et pas la moins parlée, apprise comme telle et permettant de lire bien des choses et de dialoguer avec bien du monde. Alors oui, elle peut permettre de lire un livre qui ne plaît pas à tout le monde, tout comme l'allemand avec d'autres références peu louables, ou toute autre langue. Non, vraiment, sans vouloir te vexer, je ne vois pas pourquoi ce sujet existe. Le seul sens qu'il peut avoir est : pourquoi n'apprend-on pas l'arabe comme toute autre langue étrangère ?
  11. Jedino

    Apprentissage de l'arabe à l'école ?

    C'est rigolo de voir les gens s'alarmer de l'apprentissage d'une langue comme une autre quand la seule langue obligatoire à maîtriser dans une bonne partie du supérieur n'est pas le français mais l'anglais. Comme quoi les inquiétudes, la rationalité, tout ça.
  12. Jedino

    Que faire des pauvres?

    Bah oui, c'est comme pour les vieux, il faudrait les tuer à la naissance. La première phrase n'est pas si évidente car "être capable de s'adapter" est vrai à l'échelle d'une espèce et non pas d'un individu ou d'un groupe d'individus, ici les "pauvres". Il existe cependant une différence entre l'environnement des animaux et le nôtre, social ou économique : contrairement au papillon aux ailes blanches ou noires qui se pose sur un arbre à l'écorce blanche ou noire, nous avons la main sur l'environnement social et économique qui fait naître la pauvreté. Le prétexte de la survie n'est que l'argument hypocrite des "riches" pour justifier leur existence. Ensuite, il faut se méfier : le pauvre de demain n'est pas forcément celui qu'on croit, et un métier de comptable est bien plus menacé à l'heure actuelle par l'automatisation que celui de, je cite, "ramasse-merde". Parce que contrairement à ce que laisse penser à tort le sujet, ce n'est pas la robotique qui est en passe de prendre de l'importance, elle n'est clairement pas encore à un niveau de performance permettant sa démocratisation totale et complète sur tout. Typiquement, celui de "ramasse-merde" suppose de pouvoir évoluer dans un environnement des plus complexes et des plus dangereux, celui d'une ville pleine d'humains et d'obstacles, de règles explicites et implicites. Le métier de maçon est dans le même ordre d'idée et n'est pas aussi évident que cela, même si le mépris de l'auteur est palpable, d'autant que l'imprimante 3D c'est sympathique, mais ce n'est pas forcément déployable aussi aisément dans tous les environnements. Par contre, celui d'un comptable, ou de toute autre chose qui paraît intellectuelle mais n'est au fond qu'un ensemble de règles de calculs, c'est clairement le domaine de l'informatique et de sa branche qu'est l'intelligence artificielle qui est, elle, en train de prendre pas mal de terrain sur de nombreux sujets. Il vaut donc mieux pour les décennies à venir préférer les poubelles ou la maçonnerie que certains bureaux dont la base du métier est le calcul (comptable) ou dont l'essentiel est déjà fait par le calcul (pilote de ligne), la robotique étant à plusieurs décennies d'aller au-delà que de simplement suppléer certaines tâches basiques d'aides à la personne. Maintenant oui, à l'échéance absolue qu'est le temps, tout sera remplacé, même nous.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité