Aller au contenu

Jedino

Membre
  • Contenus

    47905
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Jedino

  • Rang
    Jedi pas oui, jedi pas no
  • Date de naissance 04/03/1993

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Contact

Visiteurs récents du profil

131318 visualisations du profil
  1. Donc vous parlez bien de chance pour parler de mérite. Merci de confirmer.
  2. Ou bien, agir. Pour de vrai.
  3. Le mérite, quelle jolie fable. Les adultes-enfants adorent l'entendre, cela leur donne le sentiment qu'elle est vraie.
  4. Je viens de terminer ce quiz. Mon score 50/100 Mon temps 59 secondes  
  5. A brûle-pourpoint, là, je dirais celui ou celle dont le porte-monnaie est le plus mince.
  6. Tu t'interroges sur comment s'interroger, sur comment "bien" s'interroger, et dans quel cadre cela peut être fait, de façon à pouvoir hisser une vérité individuelle à une vérité universelle. Cette vérité, tu peux l'atteindre si l'objet d'étude est unique ou supposé tel, comme en physique. Tu ne pourras pas tirer une vérité universelle de ce que sont ou seraient les humains parce qu'ils sont sur bien des choses variables voire, selon notre vision, singuliers. Donc, si tu étudies le comportement humain, psychologiquement ou sociologiquement, tu n'auras jamais de vérité universelle, unique, et parfaite, dans un temps éternel. Tout comme face à un danger tu peux fuir, affronter ou rester paralysé, les réactions à une même question, philosophique ou non, seront variables : juste comme il faut, trop long, pas assez, avec ironie, sans ironie, etc. Vouloir tendre vers un comportement unique et attendu, "universel" comme tu dis, qui serait une réponse qui soit ni trop courte ni trop longue, parfaitement en propos, c'est rêver d'une humanité qui ne serait pas elle-même. Si tu as le sentiment que personne ne comprend ton propos, peut-être manquait-il la base alors de l'acte de philosopher : définir tes concepts dès le départ pour pouvoir les cerner parfaitement comme tu les entends, ici ce qu'est le fait de philosopher pour toi. Car il peut être entendu en bien des sens, d'où d'ailleurs les dissonances qui semblent te navrer. J'aurais pu ironiser, c'est plus rapide à lire et souvent plus apprécié pour le spectacle. Si je prends du temps à essayer de développer ma pensée et à te l'écrire, c'est uniquement par estime et par intérêt, et non par envie de fanfaronner. Si je le détaille autant, c'est uniquement par souci d'être sûr de bien comprendre, et d'être compris, ou de te donner les outils pour me dire où je comprends mal, ce qui me paraît être la base d'un dialogue. Encore une fois, l'exercice intellectuel est maîtrisé de différentes manières et à différents degrés par les personnes. La synthèse est sûrement une des étapes, je ne la maîtrise donc pas. C'est un équilibre à trouver, mais c'est un équilibre à trouver selon la sensibilité de chacun. La définition de la philosophie (mais est-ce la même chose que philosopher, qui en est la méthode, et qui est l'objet que tu interroges réellement puisque tu t'interroges sur le moyen que peut représenter le forum ? J'en doute) arrive ici. Le but que tu prêtes à la philosophie est paradoxal : tu ne peux pas vouloir être universel et vouloir être une façon d'appréhender le monde et la vie, car une "façon de" quelque chose est une parmi d'autres, et en aucun cas un absolu pour tous. Si, à la question "comment être heureux ?" je peux apporter des arguments venant de la psychologie, neurologie, sociologie, ou autres domaines d'étude, je ne les confonds pas avec la philosophie effectivement. Il n'empêche que la réponse que tu apporteras à cette question aura beau sembler être universelle, en avançant qu'il y aura une recette à suivre pour y tendre ou l'atteindre, ce ne sera jamais le cas. Si je te démontre que la bonne recette est de danser la danse des canards pour être heureux, et que j'avance pour cela de solides arguments (logiques et/ou scientifiques) montrant que la plupart des personnes le faisant le sont effectivement, ce sera vrai, mais pas universel. La plupart, ce n'est pas tout le monde. Et, surtout, être heureux, ce n'est pas vécu et entendu de la même façon par tout le monde, le fameux "façon de" que tu as toi-même écrit. Après tout, il n'existe pas de sens entendu à ce concept en philosophie. Vouloir rendre unique cette vérité, ce serait vouloir simplifier la complexité de ce que nous sommes. Pour le dire autrement, ce n'est pas parce que tu poses une question sous une forme absolue que sa réponse sera elle-même absolue. Dès lors que tu touches aux sciences humaines, ta réponse universelle devient et complexe, et multiple, et en évolution. Tu peux donc appréhender le monde d'une telle façon puisque le monde, au sens physique, biologique, géologique, etc., du terme, fonctionne apparemment par "A donne B" dans toutes les situations (si on veut faire simple). Mais si tu étudies la vie, au sens des sciences humaines, "A donne B" deviendra parfois "A donne C", "A donne D", voire même "A" est en fait "A bis" parce que je ne connais pas vraiment A. Tu pourras donc, au mieux, dénombrer des réponses que tu supposeras universelles, mais rien ne te dit que face à un danger, au lieu de fuir, affronter ou rester stoïque, un humain pourra un jour avoir une toute autre attitude (parce qu'entre-temps nous aurons acquis la capacité d'entrer dans la tête de l'autre et donc de le manipuler de façon à le calmer). Et, de fait, c'est logique puisqu'un être vivant est par définition en constante évolution. S'il évolue assez, il pourra innover, et donc bouger les lignes de ton absolu. Ce n'est donc pas un universel, ou alors uniquement dans une période donnée. Et, au sens physique, cette façon de fonctionner est sûrement plus longue mais pas nécessairement différente. Simplement, à l'échelle humaine, elle paraît stable, tout comme les montagnes paraissent stables, mais elles ne le sont pas. Après tout, elles naissent et meurent avec l'érosion. Bref, tu peux tendre vers l'universalité, en faire un objectif, c'est sûrement honorable. Cela n'en reste pas moins de l'induction à partir de ta propre lecture du monde et de la vie, probablement agrémentée d'arguments tirés ici et là pour le justifier. Combien de fois, par exemple, l'existence de Dieu a-t-elle été logiquement démontrée ou infirmée dans l'histoire de la philosophie ? Le raisonnement paraît peut être universel, mais il n'est jamais qu'une observation personnelle (en général pour confirmer ses propres croyances par le plus grand des hasards) plus ou moins élaborée, logique, véridique, qu'on hisse à un niveau plus global. L'induction ne suffit cependant pas toujours à hisser notre vérité personnelle au rang de vérité universelle, ou alors avec la conscience d'un risque toujours existant qu'elle ne l'est que tant que rien ne vient l'infirmer. Elle ne l'est donc qu'un temps, comme en science, puisqu'elle est réfutable, tout comme la gravité proposée par Newton était universelle jusqu'à l'arrivée de celle d'Einstein. Toujours se méfier de ceux qui se prétendent être des philosophes. PS : donc on en revient à mon premier poste, qui est la réponse la plus directe à ton sujet, et qui indique que soit tu es là pour t'enrichir d'une quelconque manière des interactions avec les autres, et en cela le forum a du sens, soit tu es en quête d'un absolu (pour moi illusoire) à partir de ton expérience propre, et en cela ce n'est pas forcément le meilleur support, comme tu l'indiques toi-même. Donc, si, pour toi, philosopher, c'est tendre vers un universel, cela peut être autant fait seul qu'avec les autres sur un forum. Le reste dépendra de ton propre ressenti, de comment tu te sens en maîtrise sur le sujet, de comment tu appréhendes les interactions avec les autres. Bref, de comment tu vis le moyen que représente un forum pour accomplir une telle tâche. Il n'y a, là, aucune vérité universelle, tout comme tu as eu des philosophes bavards avec les autres et d'autres qui ont été profondément solitaires avec leurs livres à lire ou écrire.
  7. Il est amusant de s'interroger de l'inutilité de la philosophie sur un forum sur un forum lui-même. Pourquoi ne pas être allé écrire un article de blog, ou autre support individuel, plutôt que d'exprimer ta pensée ici ? Parce que toute réflexion personnelle, individuelle, se fait dans un cadre qui est, lui, forcément social. Notre vie consiste à émettre des entrées en tant que signaux plus ou moins élaborés et de recevoir en retour les sorties que les autres nous fournissent. Quel débat peut-on avoir avec soi-même ? Sauf à se penser suffisamment bon et donc à se cloîtrer pour aligner 500 pages sur les sujets qui nous paraissent intéressants et sur lesquels on aurait quelque chose à apporter, on ne fait, comme tu le soulignes au début, que poser des questions qui nous concernent directement. Il est rare que nous le fassions pour la beauté de la question, on attend donc une réponse, et cette réponse, ce forum nous aide à la construire, indépendamment de la justesse et complexité du raisonnement que les autres peuvent fournir. Après tout, n'as-tu pas davantage réagi aux réactions les plus courtes et les plus provocantes ? Certes, elles ne sont pas nécessairement des arguments ou un raisonnement. Mais te sortir de ton chemin, c'est déjà t'amener à faire un pas vers une réponse. Si tu ne t'égares pas, tu ne feras que suivre ton propre chemin. Et, si ce chemin te contente, point d'intérêt à être ici. Qui est en mesure de prétendre qu'il raisonne bien ? C'est en réalité très arrogant et le témoignage de quelques biais que de s'imaginer que notre raisonnement est impeccable et parfaitement conceptualisé. Tu as sans doute des différences sur le degré de "bonne réalisation" de cet exercice entre les personnes, et ceux qui ont plus d'aisance seront sans doute amenés à trouver ennuyeux que d'autres ne soient pas à ce même niveau, mais cela est après tout vrai de tous les domaines de compétence dans l'existence. Le fait est que nous sommes tous pétris de biais, raccourcis et simplifications constamment. Nous passons notre temps à tirer la couette vers nous, à s'imaginer plus aptes que les autres. Cela nous rassure. De plus, toute science se fait aujourd'hui au sein d'un paradigme, qu'il soit officiel ou non. Par analogie, c'est un peu la même chose pour les cadres conceptuels de chacun et chacune, et la question de philosophie n'est au fond qu'une invitation à interroger ce cadre-là, ces concepts, qui sont justement l'objet d'étude. Faisons l'hypothèse que toute démocratie est illusoire, que ce soit politique ou de pensée, qu'il faudrait limiter ça à une élite. Qui serait en mesure, objectivement, de prétendre être capable de juger de qui mérite d'appartenir à cette élite ? Sauf à se prétendre meilleur que les autres, sur des critères qui seront forcément enclins à nous valoriser nous, je ne vois pas de moyen d'en sortir. Sauf par le hasard ou le vote de tous, qui posent eux aussi, chacun, leurs difficultés. Je prends le paragraphe par la fin. Tout dépend de ce que tu mets derrière pertinent. Là encore, tout est affaire de définition. A mes yeux, une question métaphysique n'a aucune pertinence puisqu'elle dépasse le cadre du connu et tu vas donc forcément spéculer sur ce que tu aimerais croire, avec plus ou moins de capacité à le justifier. Elle peut trouver de l'intérêt pour la beauté de la réflexion, mais le problème sera par essence insoluble. Tout dépend de ce que tu mets, ici aussi, derrière "te concerner". Si demain je crée un sujet sur l'épistémologie, c'est probablement que je me poserai une question à ce sujet, mais je serai concerné que de très loin par la problématique. En revanche, si je l'entends comme étant le fait que je veux construire et/ou consolider mon système personnel de croyances, alors oui, je le serai. De fait, pourquoi vais-je poser la question sur un forum ? Je vois deux raisons potentielles : soit j'ai une méconnaissance et je souhaite enrichir ce que je crois savoir, donc construire, soit je souhaite mettre au défi ce que je pense savoir, donc consolider. En général, il y a un peu des deux. Si, maintenant, tu as la certitude de connaître la réponse et que rien ne saura te faire douter, tu ne recherches là que le fait d'exprimer ta connaissance ou sagesse. Et donc, oui, en ce cas, le forum est un support possible, mais pas nécessairement le plus adapté.
  8. Une bonne partie sont aujourd'hui deux pieds sous terre et, deux pieds, ce n'est vraiment pas très grand.
  9. Je viens de terminer ce quiz. Mon score 70/100 Mon temps 57 secondes  
  10. C'est pas très grave, elle passe rarement relire les réponses.
    T'es encore en contact avec FloO en dehors du forum ?

      aa
  11. C'est mal de polluer le sujet de notre amie !
     

    Mais je te laisse imaginer ce que tu veux :)

      aa
  12. Comme toute bonne légende, aucune vérité pour ou contre ne peut être donnée
  13. Plaît-il ? Parfait, merci ! Je vais tenter cette approche très prochainement. J'ai hâte de voir si ça va réussir.
  14. C'est bien vrai ! Tant et si bien que j'ai récemment ouvert un sujet sur cet aspect afin de pouvoir mieux l'assumer.
×