sovenka

Membre
  • Compteur de contenus

    105
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de sovenka

  • Rang
    Forumeur inspiré
  • Date de naissance 31/10/1980

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Lieu
    France
  • Intérêts
    voyages, histoire, environnement, musique, animaux
  1. LES BUREAUCRATES DE LA TABLE RONDE Au commencement était Merlin, électricien de son métier mais compétent dans bien d'autres domaines comme la plomberie, la tapisserie, etc. Ce qui en faisait un homme respecté de tous et qui ne restait jamais sans rien faire, tout le monde dans le quartier ayant un jour ou l'autre besoin de ses services. Le midi, Merlin aimait bien déjeuner au café de la Bonne Franquette où on servait des menus à dix euros. Une fois, en entrant dans l'établissement, tout tâché de peinture comme souvent, il tomba sur son copain Uther, accoudé au comptoir, et qui buvait, et qui buvait... - Eh bien, jeune, on dirait que tu as le moral dans les chaussettes, lui fait Merlin en lui tapotant l'épaule. Laisse-moi deviner : c'est encore à cause d'une gonzesse ? Comment elle s'appelle, cette fois ? - Elle s'appelle Ygraine, c'est la femme à l'aut', là, de la cité des Cornouailles. - Ah, celle-là, mais tu sais bien qu'elle a rien pour toi, elle est trop fidèle à son mec. Pi c'est pas les célibataires qui manquent, tu devrais regarder ailleurs, tu crois pas ? - Mais elle, je l'aime, éructe Uther. Il me la faut. Tu peux pas comprendre, toi, tu t'en es toujours foutu des bonnes femmes. Il vient à peine de finir son énième verre qu'il en réclame un autre. - Si tu veux, je te laisse la bouteille, on fera les comptes après, lui lance le patron en haussant les épaules, excédé. - Non, non, ça suffit comme ça mon gars, objecte Merlin d'un ton paternel. Viens t'assoir à table avec moi, on va causer, je pense pouvoir faire quelque chose. Uther le suit dans la salle d'à côté, péniblement car il tient à peine debout et voit tout en double. A table, Merlin commande à la patronne le plat du jour pour deux et puis fait part à son copain de l'idée qu'il vient d'avoir, malin qu'il est. - Le mari d'Ygraine, je le connais : c'est un chauffeur de taxi. Normalement, il travaille de neuf à vingt, mais si on l'appelle de nuit il vient. J'ai son six, on pourrait le faire venir chez un pote à moi qui le retiendrait aussi longtemps que possible en se faisant trimballer pendant que toi, tu ferais ton affaire avec sa nana. Elle ne s'apercevrait de rien : je couperai l'électricité, tout l'immeuble sera plongé dans le noir. - Ah ouai, c'est bon ça ! - Oui mais il faudra que tu sois réglo et que tu rembourses mon complice, parce qu'il va en avoir pour cher en note de taxi. - Pas de souci, ça me va comme ça. Merlin avale son repas -aujourd'hui c'est daube- et quitte le café. La nuit, tout se passe comme prévu : son plan marche comme sur des roulettes et Uther repart content, d'un pas presque sautillant, sans se douter qu'à l'autre bout de la ville, sur le périphérique, un taxi s'est pris un camion de plein fouet... Au petit matin, Ygraine est réveillée par un appel téléphonique : c'est l'hôpital ! Elle apprend que son mari est décédé aux urgences. Elle n'y croit pas : "C'est impossible, il est rentré un quart d'heure après être parti, et il était dans son lit au moment où vous me dites que l'accident a eu lieu !" Pourtant, il faudra bien qu'elle se rende à l'évidence, à la morgue : elle reconnaît son mari, et il est bien mort. Neuf mois défilent, pendant lesquels Merlin fait profil bas. Uther, qui a vu le ventre d'Ygraine s'arrondir durant tout ce temps, pense aller la trouver peu après sa sortie de la maternité, où elle a accouché d'un garçon. Elle a choisi de l'appeler Arthur, comme cet animateur qui faisait marrer son mari. Puisqu'elle est libre désormais, Uther décide de l'aborder devant la maternelle où elle attend sa fille Morgane. La converse s'engage et ça prend plutôt bien, ça matche, quand la sonnerie de l'école retentit. Morgane, cartable sur le dos, déboule en courant vers sa mère adorée. - Lui, c'est le monsieur qui est rentré dans ta chambre quand on a eu la panne d'électricité et que j'ai dû prendre ma veilleuse Walt Disney pour aller faire pipi, s'exclame la fillette en montrant Uther du doigt. La vérité ne sort-elle pas de la bouche des enfants ? Ygraine, estomaquée, gifle Uther et s'en va. Le pauvre Arthur est confié aux mauvais soins de la DDASS. Merlin l'apprend et, pris de pitié, entreprend des démarches pour adopter le petit garçon. On lui répond au bout du compte que c'est impossible : il est seul et n'a pas de travail fixe. Alors il va en parler à Ector, un ami de longue date, qui est marié, chef d'entreprise et a déjà un fils. Ector accepte sans tergiverser. En plus, Merlin lui a rendu tellement de services qu'il ne tient pas à lui refuser quoi que ce soit. ***** 18 ans après : Arthur est devenu grand. Il est majeur, a passé son bac, a fait son service civique, obtenu son permis de conduire et s'est inscrit à Pôle emploi sans trop d'illusions. Un matin, il reçoit une lettre : c'est une convocation chez un notaire. Il y va, le notaire le reçoit et lui annonce qu'il est le légataire universel de son père biologique, qui de son vivant avait gagné les sept numéros à l'euromillions. Car Uther était gros joueur, quand il ne picolait pas pour des histoires de femmes. La nouvelle fait le tour du quartier en moins de deux. On ne tarde pas à voir Guenièvre, une petite arriviste, fille de petit commerçant mesquin, pendue au bras d'Arthur comme une sangsue. Mais ce gros naïf est tombé amoureux d'elle comme une pâquerette dès cet instant où elle lui a tendu son paquet de biscuits. Pour elle, il va faire construire une superbe villa avec piscine chauffée, parc à l'anglaise, cuisine équipée, etc. Peu de temps après leur mariage, Arthur, qui a fondé sa propre entreprise, prend pour adjoint Lancelot, un étranger, ce qui ne plait pas des masses à ses dix autres chefs de service. A l'occasion d'un gueuleton bien arrosé célébrant un départ en retraite, Guenièvre fait la connaissance de Lancelot. Morgane, qui a fait des pieds et des mains pour se rabibocher avec son demi-frère quand elle a eu vent de son ascension sociale, est aussi de la fête : elle est tout de même secrétaire de direction, ça s'invite ! C'est une femme avec un sacré caractère, qui a souffert des déboires de sa mère après la mort tragique de son père, et qui n'aime pas Arthur, au fond. Pas plus qu'elle n'aime cette sale pétasse de belle-soeur, et guère davantage tous ces gros merdeux qui assistent aux réunions dans la grande salle des séminaires, autour de la belle table ronde que les boniches dépoussièrent tous les soirs. Fidèle à ses habitudes de fouine et de semeuse d'embrouilles, elle est la seule à remarquer l'absence de Guenièvre et de Lancelot qui se sont discrètement éclipsés aux toilettes pendant que tous les autres se goinfrent de petits fours et se saoulent la gueule l'air de rien avec des whisky-coca ou des rhum-jus d'orange. Depuis ce jour fatidique, ces deux-là se retrouvent plusieurs fois par semaine dans le réduit des fournitures, dans l'ascenseur, dans le local à poubelles où au club de tennis de madame. Morgane, qui les suit partout, le répète à qui veut l'entendre. La nouvelle remonte jusqu'aux oreilles d'Arthur : le pauvre homme est effondré. Pour remuer le couteau dans la plaie, Morgane écrit en grosses lettres, au feutre sur le carrelage des toilettes des messieurs "le PDG est cocu". Et dès lors, cela n'a plus de cesse : quand il ouvre son parapheur, quand il décroche son téléphone, une fois sur dix, c'est pour tomber sur ce mot terrible : cocu ! A tel point qu'il en fait une dépression et doit se faire prescrire du Prozac. Gauvain, un gars qui doit tout à Arthur et a déjà été éconduit par sa femme, après une de ces matinées où il a enchaîné les cafés noirs au distributeur de la boîte, bouscule Lancelot dans la file du self et fait tomber son plateau par terre. Lancelot exige des excuses. Au lieu de ça, Gauvain le traite de connard, d'enculé, de sale fils de pute qui se tape les gonzesses des autres. Les deux lascars en viennent aux mains. Lancelot, qui est un mec sportif, ceinture noire de judo, prend vite le dessus, le secoue en l'agrippant par son col blanc et lui fait cracher que tout ce qu'il a dit c'est que des mensonges, sinon il le pulvérise. Gauvain obtempère, mais le mal est fait. Lancelot quitte la boîte en claquant la porte. Il a des relations et se dégottera sans trop de difficultés une bonne place ailleurs, dans une ONG. Il y sera moins bien payé mais plus tranquille. Arthur demande le divorce, la mort dans l'âme. Guenièvre, privée de sa vache à lait, sans diplôme et n'ayant jamais travaillé, se retrouve dans un foyer pour femmes. Morgane abuse de son demi-frère qui sombre dans l'alcoolisme suite à sa séparation, et ne sait plus toujours ce qu'il fait en attendant qu'un lit se libère au Betty Ford Center. C'est comme ça que Morgane tombe enceinte pour la première fois de sa vie, quel évènement ! Il était temps : elle a quand même plus de quarante berges ! Bientôt cinquante peut-être, mais ça se voit pas trop avec la couche de fond de teint. Elle met au monde un fils qu'elle baptise Mordred -un prénom qui a du mordant, comme elle !- Mordred, l'enfant du crépuscule, son fils chéri, sa gloire ! Un gosse unique voué à devenir un gros con de pervers narcissique à force d'être pourri gâté comme ça ! Les pédiatres ont beau le répéter à la mère, elle n'écoute rien. Plus tard, quand il sera grand, son... Mordred, il n'attendra même pas que son vieux géniteur soit enfin froid pour aller lui réclamer de ce pas les clés de la boîte. ***** Tout cela devrait se terminer très mal, me direz-vous ? C'eût été le cas si l'histoire s'était déroulé dans un contexte médiéval, mais comme on est en 2017 et qu'on vit dans le meilleur des mondes, tout se terminera bien pour les protagonistes principaux : Arthur, totalement désintoxiqué, prendra une retraite bien méritée et se remettra avec Guenièvre, qu'il n'a jamais cessé d'aimer. Guenièvre qui, pour sa part, n'a jamais cessé d'aimer le pognon, et l'aime d'ailleurs encore plus qu'avant maintenant qu'elle a bouffé de la vache enragée. Les collègues se feront des couilles en or grâce aux golden parachutes et ouvriront à leur tour leur propre boîte. Mordred prendra la place de son père et, comme il est méchant, il délocalisera l'entreprise et foutra tous ses employés au chômage. Il payera un lifting à sa mère dans une clinique réputée des Etats-Unis. Lancelot se lancera dans la politique : après avoir longtemps milité au parti socialiste dans l'entourage de Manuel Valls, il rejoindra les rangs de la République en Marche, le parti d'Emmanuel Macron. Quant à Merlin, il est dans le verre : il a monté sa boîte d'installations de vitres, PVC, stores, etc. Il aura quelques démêlées avec la justice pour l'emploi non déclaré de migrants, mais à part ça tout va bien pour lui et tout est bien qui finit bien. THE END
  2. Visiter Lausanne

    Lausanne fait partie de la Suisse francophone. Néanmoins, là où le Français dit : soixante-dix, quatre-vingt, quatre-vingt-dix, le Suisse dit septante, huitante, nonante, tout comme en Belgique, à Jersey et dans les anciennes colonies belges.*
  3. Je comptais parler dans la rubrique voyage de cet accessoire en tant que randonneuse/voyageuse. Je ne saurais que trop le recommander aux femmes qui se déplacent dans des villes où les toilettes se font rares (comme dans certaines en Italie où si vous vous rendez dans un snack/salon de thé/bar dans l'espoir d'y trouver des toilettes, ce sera souvent un coup pour rien !) ou tout bonnement très sales (c'est le cas dans bien des gares et autres lieux publics), ceci pour vous éviter par exemple des rebondissements de gouttes infectées sur votre peau ou votre partie intime (ça peut arriver même si vous ne vous asseyez pas sur la cuvette). Je le recommande aussi vivement aux randonneuses qui vont en forêt en raison des tiques, de plus en plus nombreuses en France et qui peuvent être porteuses de la maladie de Lyme : il vaut mieux faire pipi debout le plus loin possible des arbres et hautes herbes dont ces bestioles se servent comme tremplins pour vous sauter dessus, et c'est prendre moins de risque d'uriner debout avec cet accessoire qu'en s'accroupissant le pantalon baissé derrière un buisson pour la même raison. Enfin, le "pisse-debout" n'est qu'un banal accessoire hygiénique, et je suis surprise qu'il soit tant décrié par des esprits mal placés n'y voyant qu'un subterfuge visant à l'égalité des sexes.
  4. Visiter Lausanne

    Ah oui, aussi, je tenais à rajouter que depuis quelques temps la validité des cartes d'identité françaises avait été rallongée de dix ans au moins pour les adultes, ce qui fait que des cartes d'identité encore valides en France peuvent être considérées comme périmées par des douaniers étrangers à cause de la date passée. Un Français n'a besoin que de sa carte d'identité pour entrer en Suisse, mais il faut faire attention à ça et par précaution demander un passeport ou le renouvellement de sa carte d'identité avant de partir si la date de validité est passée. Quand on se rend en Suisse en train, à un moment donné des douaniers montent à bord et demandent les papiers d'identité, si on a quelque chose à déclarer.
  5. les francais.

    La zone qui couvre la France actuelle est peuplée depuis le Neanderthalien. Les hommes de cette époque, dont on ne sait pas franchement ce qui a causé leur extinction, ont par la suite laissé la place aux homos sapiens de l'époque magdalénienne (dernière phase du paléolithique). Homo sapiens étant originaire d'Afrique (tout comme Neanderthal d'ailleurs). Plus tard, les Celtes sont arrivés et ont fondé la Gaule. La Gaule a été envahie par les Romains, ce qui a aboutit à la Gaule gallo-romaine. Puis des tribus germaniques sont arrivées : la France doit son nom aux Francs, des Germains. Plusieurs autres invasions ont eu lieu : les Burgondes (encore des Germains) ont par exemple donné leur nom à la Bourgogne. Les Huns venus d'Asie centrale sont passés et, même s'ils ne sont pas restés, ont malgré tout laissé un peu de leur adn derrière eux. Les Vikings venus de Scandinavie ont fondé la Normandie... Passée cette période de grands remous, cela a été le Moyen Âge. Les Anglais ont envahi une bonne partie de la France et ont agrandi leur royaume avec la Guyenne qui correspond à l'Aquitaine actuelle, dans le sud-ouest. Calais, dans le nord, est demeurée aussi longtemps anglaise. J'en oublie peut-être mais il me semble que la dernière invasion remonte à 1939, quand les soldats allemands ont fait leur entrée dans Paris. Ils n'auraient pas pu rester de toute façon : si les Américains n'étaient pas venus délivrer les Français du joug nazi, les Soviétiques l'auraient fait.
  6. Visiter Lausanne

    Cela ne fait pas longtemps que j'y suis allée, donc je t'en parle un peu. Question hébergement, la plupart des hôtels sont plutôt chers et souvent complets, alors il vaut mieux réserver à l'avance (ne pas oublier l'indicatif OO41 avant de composer leur numéro si tu appelles depuis la France). Je recommande le Lausanne Guesthouse & Bagpacker qui fonctionne un peu comme une auberge de jeunesse mais ouverte à tous, y compris aux familles, c'est très propre et assez confortable aussi. L'avantage est que ce n'est pas cher et à deux pas de la gare. Je peux te fournir les coordonnées en mp si cela t'intéresse, à moins que tu préfères les trouver toi-même sur Google map ou internet. Là-bas tu peux réserver une chambre pour une personne seule, ou un couple, ou une famille avec enfants puisqu'ils ont des chambres avec des lits à mezzanine. Tu peux réserver au meilleur prix en optant pour une chambre avec salle de bain + wc communs ou bien choisir une chambre avec ta propre salle de bain + wc pour un peu plus cher, bien que ce soit encore très avantageux. Pour tes repas tu peux faire tes courses et cuisiner dans la cuisine commune au rez-de-chaussée, qui dispose d'un distributeur de boissons chaudes et un autre de boissons fraiches. Tu peux prendre la formule petit déjeuner pour avoir ton croissant et ton café pour 4 francs suisses ou bien aller faire tes courses dans une supérette Migros si tu veux préparer toi-même tes repas. Sinon, il y a des fast-foods et autres restaurants alentour de la gare. Pour info : 1 franc suisse = O,85 centimes d'euro. Pour visiter la ville, ton hôtel t'offrira une carte mobilis te permettant de circuler gratuitement en bus ou en métro sur une zone assez vaste (la validité peut aller jusqu'à 15 jours). Le réseau bus est assez simple : devant la gare tu as la ligne 1 qui va jusqu'aux ruines romaines et au lac. Un peu plus haut que la gare, tu as la ligne 2 qui va également au lac et au musée olympique. Passée la place de l'église Saint François tu as la ligne 13 pour aller jusqu'au parc Sauvabaline (avec sa fameuse tour panoramique) mais attention de ne pas aller plus loin car cela devient une zone payante (où il n'y a de toute façon plus rien d'intéressant à voir). Le musée de l'Hermitage est desservie par la ligne 13 aussi mais malheureusement restera fermé jusqu'en février 2018. Tu pourras malgré tout y descendre pour atteindre le quartier touristique en traversant le parc. Ne connaissant pas tes goûts, il faudra passer par l'office du tourisme : il y en a un à la gare, je pense qu'il est ouvert le week-end (moi j'y suis allée en semaine).
  7. masculin versus feminin

    C'est vrai : une fois, j'ai grimpé une falaise à mains nues et c'est grâce à ma sérénité que j'ai pu arriver jusqu'en haut.
  8. avec les fêtes et les veillées, les contes.

    Pour ceux qui ont des enfants intéressés par les lynx, loups, ours, et sont du côté de Dijon, jusqu'au 7 janvier 2018 il y a une expo gratuite sur ces animaux au muséum planétarium, au fond du jardin de l'Arquebuse à deux pas de la gare (de Dijon).
  9. avec les fêtes et les veillées, les contes.

    Disons que dans la société majoritairement agricole où ces récits prennent racine, ça faisait pas plaisir de retrouver une de ses bêtes bouffée par un loup. Il n'y avait pas d'assurance à l'époque : une bête perdue, c'était une bête perdue ! Encore aujourd'hui, le pégu qui retrouve une de ses brebis en miettes ça le fout en boule, faut comprendre. Les écolos disent que le loup est utile, c'est vrai puisqu'il évite une population trop nombreuse d'herbivores qui, à terme, représenterait un danger pour la végétation. En plus il attaque de préférence les animaux affaiblis par la vieillesse ou la maladie, ce qui en fait un régulateur. Le problème c'est que quand il y a un troupeau de moutons, il ne va pas s'user à courser le daim ou le chamois mais choper le mouton, proie facile. Il existe pourtant une solution : le patou, un excellent chien de berger apte à protéger un troupeau contre le loup, mais également contre les autres prédateurs comme les ours.
  10. avec les fêtes et les veillées, les contes.

    Le renard est utile contre la maladie de Lyme* : les tiques deviennent porteuses de la bactérie Borrelia, cause de cette maladie, après avoir piqué des rongeurs porteurs de cette infection qu'elles vont transmettre par la suite à l'homme ou à votre animal de compagnie. Le renard étant un grand consommateur de ces rongeurs les fait fuir ou les contraint au moins à sortir de leur trou moins souvent, d'où un nombre moins important de tiques porteuses de la vilaine bactérie. Les fouines sont également utiles contre la borreliose de Lyme, et je pense qu'on peut le dire aussi des oiseaux de proie qu'ils soient diurnes ou nocturnes puisqu'ils font diminuer la population de rongeurs. Le renard devrait être protégé à cause de ça, tant pis si de temps en temps il vient croquer un poulet de ferme... Ci-dessous : renard occupé à muloter
  11. avec les fêtes et les veillées, les contes.

    Sur ce je vais manger, alors puisque vous semblez aimer les animaux, histoire de se quitter en beauté... Cheval normand Marmotte helvétique Loup socialiste Ours manouche
  12. avec les fêtes et les veillées, les contes.

    Oui, enfin me concernant c'est surtout si je me trouvais nez à nez avec un ours, ou même face à un sanglier. Des ours, pour l'instant, un a été signalé l'année dernière en Haute-Saône, et il y en a dans les Pyrénées. Ce qu'on risque surtout en se promenant dans les forêts françaises actuellement, c'est de se faire piquer par une tique. Il y en a de plus en plus et c'est moche parce qu'elles peuvent transmettre la maladie de Lyme. Les Barbes bleues ça existe : de nos jours on les appelle les tueurs en série, et ils défraient la chronique de temps à autre. L'ogre dans le petit Poucet un sacré numéro celui-là aussi ! Et le père de Peau d'âne qui veut se taper sa propre fille ! Je me souviens que quand on me racontait le petit chaperon rouge, je pleurais à la fin parce qu'on tuait le loup : si petite et déjà écolo dans l'âme !
  13. avec les fêtes et les veillées, les contes.

    Un loup a été aperçu dans mon village il y a quelques années, de nuit, peut-être attiré par la nourriture dans les poubelles, mais il est bien vite retourné dans la forêt. Les lynx c'est pire : ils voient tout ce qu'on fait quand on traine en forêt mais nous on ne les voit pas, c'est très rare quand ça arrive !