Tequila Moor

Sérial Banneur
  • Compteur de contenus

    4 425
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Tequila Moor

  • Rang
    Le sourire facile, même pour les imbéciles
  • Date de naissance 01/04/1917

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  1. Bah il pourrait faire un effort, quand même, pour être un peu branché... Faut dire que c'est pas une lumière.
  2. Je m'en balek que ce ne soit pas ton propos, et j'attends avec impatience qu'un minorité suffisante de transexuel(le)s viennent foutre la merde dans ces aimables lois sur la parité.
  3. Merci pour ce témoignage éclairant qui confirme, s'il était encore nécessaire de le rappeler, que les femmes n'ont rien à faire dans une société mécanique, vu qu'il s'agit essentiellement d'un métier d'homme.
  4. Merci pour l'info ! Y'a aussi Jimmi "Westworld" Simpson ainsi qu'un bombe sexuelle nommée Pollyanna McIntosh :
  5. Pour moi aussi, c'est presque ça : 1/ Daredevil saison 1 2/ Luke Cage & Jessica Jones, ex-aequo 3/ Daredevil saison 2, en troisième position parce que les putains de ninja viennent plomber la moitié de la saison, alors que ça démarrait nickel avec le Punisher 4/ Iron Fist, parce que c'est mal écrit et que les acteurs sauvent tout (heureusement) et aussi car les combats sont presque tous interchangeables (il faut attendre l'épisode 8 pour voir un duel au sabre Japon contre Chine, ainsi que l'apparition d'un Drunken Master histoire de rigoler, quelle pitié...)
  6. Pour l'instant, c'est la série la plus faiblarde de l'univers Marvel-Netflix, mais ça reste acceptable, si on ne rechigne pas à se faire refourguer les ambiances evil ninja moisies des années 80. J'en suis à l'épisode 6, réalisé par RZA (compositeur du Wu Tang Clan et pote de Tarantino) et hormis le tueur qui fait du karaoké au début, ça ne respire pas la relecture ironique et c'est dommage. A mon avis, le gros problème de cette série est de ne pas jouer correctement la carte de l'originalité, alors que Luke Cage, Daredevil ou Jessica Jones avait su se démarquer sur ce point. Beaucoup de plaisir à y retrouver 2 acteurs de Banshee, par contre.
  7. Oui, d'ailleurs c'était évident et pourtant tu me l'as expliqué...
  8. Le "womensplaining" n'existerait donc pas ?
  9. Règle numéro 7 : Sauf que : Un peu raté, le dit "pas vers la confiance et sentiment de sécurité"...
  10. On ne dit pas "Tequila Moor" on dit "T'es qui, l'amour ?" Ce à quoi je répond invariablement "non", mais c'est gentil de poser la question...
  11. Je ne sais pas si c'est un réel problème, vu que ça n'a rien de nouveau. Si les réseaux sociaux avaient existé en 1977, le noyau dur des suiveurs des Sex Pistols aurait à mon avis fait la même chose. Idem si les réseaux sociaux avaient existé en 1991, sauf que le rôle des abrutis de service aurait été tenu par des fans de Nirvana. C'est le propre de la fanitude d'être synonyme de connerie, ce n'est pas spécifique à PNL ou JuL. Vald ce que j'aime chez lui, c'est sa volonté d'introduire l'ironie et l'absurde dans le rap, mais sans didactisme ou moralisme, préférant passer pour un bouffon incompris plutôt qu'un donneur de leçons qui se pavane du haut de son trône. Comme le disait Sofiane dans un récent interview : "T'as déjà essayé d'ironiser sur un réseau social ? Le public rap ne comprend pas. C'est invivable. La difficulté d'un mec comme Vald c'est qu'il vise les cerveaux."
  12. Vous avez demandé le refrain, ne quittez pas Un conseiller va vous prendre dans quelques minutes
  13. Oui et donc ? Dans le cas de PNL comme dans le cas de JuL, ce ne sont pas les médias qui ont poussé leur popularité : ils ont acquis leurs millions de vues, d'écoutes et de ventes hors des circuits habituels de promotion. Autrement dit, leurs fans ont choisi de les aimer et de les écouter : parmi tout ce qu'on peut trouver sur YT ou autre, c'est eux qui ont remporté les suffrages. Tagada tsoin tsoin ! Donc, il va bien falloir se rendre à un moment ou à un autre à l'évidence : si on considère que PNL ou JuL font de la merde, et qu'ils réussissent pourtant à toucher un maximum de personnes, c'est soit qu'on ne comprend plus rien à l'évolution du rap, soit que la majorité de ce public aime la merde. Inutile alors de venir péter les couilles de ce public avec Kery James : même Vald, c'est trop intelligent pour eux...
  14. Voilà qui fait plaisir : les clodos du journalisme online tentent maladroitement de se mettre à la page en prétendant analyser la musique d'un type qui fait régulièrement des millions de vues et d'écoutes, ce depuis 2013, qui plus est sans leur aide. Il y a quelques temps, c'était PNL qui avait bénéficié du traitement journalistique "ce n'est pas parce que qu'on ne comprend rien qu'il faut fermer sa gueule", maintenant c'est JuL. Malheureusement, on attend encore le journaleux qui saura expliquer comment la musique de ce mec peut toucher autant de personnes, et pourquoi c'est cette musique et pas une autre... La fois prochaine, peut-être ?