Aller au contenu

9 Commentaires


Commentaires recommandés

Bonjour,

Deux évocations suite à cette écoute.

Deux évocations que j'aime.

Votre billet musical semble donc me plaire.

 

- Ce vers de John Milton, in Paradise Lost :

Your fear itself of death removes the fear.

 

- Des résonances avec le morceau belge suivant (minimal wave, post-punk, synth-pop) :

 

  • Merci 1
Lien vers le commentaire

J'ai beaucoup aimé :)

Première surprise, le rythme commence, et la découverte que ce nouvel alcool fort sera sous le signe du d'n'b. Appréciant beaucoup le dnb atmosphérique, je me suis dit : "j'espère qu'il va y avoir une nappe ou quelque chose qui occupe tout l'espace sonore, de gauche à droite" — et un instant plus tard, c'est la guitare qui s'invite justement dans cet espace, avec une mélodie plaisante, avec juste assez de calme et de mystère pour que l'ensemble fonctionne.

Les émotions évoquées... je ne sais pas si pour moi ce sera l'espoir et la chute. L'impression d'un voyage à grande vitesse, peut-être pas littéral, mais au moins dans une sorte de train émotionnel et contemplatif. Peut-être même une sorte de réflexion silencieuse, un peu nostalgique, sur des futurs possibles, et un présent en transit.

(Techniquement... je proposerais un essai pour voir si le "kick" des deux temps principaux de ce type de rythme peut être encore un peu plus prononcé, comme dans certains de ces rollers britanniques ; je ne sais pas si cela sonnera mieux, mais curiosité d'essayer)

Où l'on devine que Tequila possède un plectre. :)

  • Merci 1
Lien vers le commentaire
Il y a 2 heures, Nutkin a dit :

Bonjour,

Deux évocations suite à cette écoute.

Deux évocations que j'aime.

Votre billet musical semble donc me plaire.

 

- Ce vers de John Milton, in Paradise Lost :

Your fear itself of death removes the fear.

 

- Des résonances avec le morceau belge suivant (minimal wave, post-punk, synth-pop) :

 

Merci @Nutkin !

Content que cela semble te plaire :)

Je n'ai pas eu le courage de me frotter au Paradis Perdu. J'en ai beaucoup entendu parler, et je pense que le lire me permettrait d'y découvrir des idées ou sentiments qui m'influencent, mais comme devant de nombreuses autres oeuvres titanesques, j'ai une flemme carabinée à l'idée de le lire. Peut-être un jour...

C'est 'achement bien, Autumn : avec cette chanson, ils sont dans le délicat équilibre entre le rentre-dedans de The Normal et l'envie de faire monter la chantilly qu'on pouvait trouver chez Depeche Mode ou Yazoo. J'irai écouter l'album entier, ça m'intéresse ! Et oui, y'a un rapport avec mon morceau : même le son de guitare utilisé est daté années 80. Pas trop mon son de clavier, par contre, mais je cherchais aussi un côté enfantin comme chez Autumn.

Pour tout dire, mon influence principale était ceci :

 

  • Like 1
Lien vers le commentaire
Il y a 2 heures, Criterium a dit :

J'ai beaucoup aimé :)

Première surprise, le rythme commence, et la découverte que ce nouvel alcool fort sera sous le signe du d'n'b. Appréciant beaucoup le dnb atmosphérique, je me suis dit : "j'espère qu'il va y avoir une nappe ou quelque chose qui occupe tout l'espace sonore, de gauche à droite" — et un instant plus tard, c'est la guitare qui s'invite justement dans cet espace, avec une mélodie plaisante, avec juste assez de calme et de mystère pour que l'ensemble fonctionne.

Les émotions évoquées... je ne sais pas si pour moi ce sera l'espoir et la chute. L'impression d'un voyage à grande vitesse, peut-être pas littéral, mais au moins dans une sorte de train émotionnel et contemplatif. Peut-être même une sorte de réflexion silencieuse, un peu nostalgique, sur des futurs possibles, et un présent en transit.

(Techniquement... je proposerais un essai pour voir si le "kick" des deux temps principaux de ce type de rythme peut être encore un peu plus prononcé, comme dans certains de ces rollers britanniques ; je ne sais pas si cela sonnera mieux, mais curiosité d'essayer)

Où l'on devine que Tequila possède un plectre. :)

Merci m'sieur ! Heureux que ce soit à ton goût ! :cool:

Oui, je garde une place dans mon coeur pour la jungle et ses divers rejetons, même si ce sont les montagnes russes que proposaient Photek, Goldie ou Dillinja qui m'ont vraiment marqué. Bon... j'ai juste remplacé la nappe jazzy par de la guitare façon The Cure ou Siouxsie : fallait rester dans mes ambiances habituelles. En tout cas, je me suis bien pris la tête sur le côté spatialisation et variation des effets : avec une rythmique qui apporte une niveau sonore constant sur tout le morceau, le but était d'apporter de la dynamique avec claviers et guitare. Dur dur.

Pour les émotions que ce morceau évoque : c'est sans doute moins marqué que "espoir & chute", tu as raison. Mais comme c'est une imagerie facile à utiliser, pourquoi s'en priver ? :D En fait j'avais l'image d'un château de cartes qui s'écroule sur la toute fin : avec cette chute, il me fallait juste trouver un contrepoint fantomatique. Donc hop, hope !

(je t'avoue ne pas avoir envie d'y retoucher de suite : j'ai passé trop de temps sur ce son, et failli l'abandonner 2-3 fois... puis j'aime quand le kick dans ce style semble avoir une vie propre, libre du reste de la rythmique, comme ça arrive aussi dans le metal extrême : le résultat que j'ai obtenu donne cette impression, même si elle est fausse, donc je préfère garder ainsi)

Non je suis un escroc : je n'ai que des VST ou des samples, haha !

  • Like 1
Lien vers le commentaire

@Tequila Moor

Paradise Lost --> Surtout, ne l'achetez pas. J'en possède plusieurs éditions et vous offrirais un exemplaire, bilingue ou non, avec grand plaisir. A l'occasion de votre anniversaire, Noël, vos funérailles ou même comme ça, un petit cadeau postal, hop !

Révélation

Possibilité d'y ajouter un pschitt de mon parfum afin d'inspirer vos pratiques non BDSM. ;))

 

Musique --> Merci pour le lien, je ne connaissais point. =)

J'affectionne énormément ces sons des années 80. Ici quelques informations concernant Autumn, aussi connu sous les noms Linear Movement et Twilight Ritual.

Lien vers le commentaire
Il y a 9 heures, Nutkin a dit :

@Tequila Moor

Paradise Lost --> Surtout, ne l'achetez pas. J'en possède plusieurs éditions et vous offrirais un exemplaire, bilingue ou non, avec grand plaisir. A l'occasion de votre anniversaire, Noël, vos funérailles ou même comme ça, un petit cadeau postal, hop !

  Masquer le contenu

Possibilité d'y ajouter un pschitt de mon parfum afin d'inspirer vos pratiques non BDSM. ;))

Musique --> Merci pour le lien, je ne connaissais point. =)

J'affectionne énormément ces sons des années 80. Ici quelques informations concernant Autumn, aussi connu sous les noms Linear Movement et Twilight Ritual.

Mazette, une invitation à la rencontre épistolaire et olfactive, avec pour but avoué de m'initier aux charmes du paradis perdu. De circonstance en pleine époque de distanciation sociale, mais je reste cois devant tant de gentillesse. :) Or je ne prendrai pas le temps de le lire : il irait rejoindre ma pile d'ouvrages catalogués "pour plus tard voire jamais", ce serait dommage de le condamner à cette semi-mort. Cependant, si vous voulez m'enregistrer des passages de Milton, lus de votre belle voix — je les écouterais avec plaisir, étant plus sensible de l'oreille que du nez.

(puis si vous voulez m'envoyer une lettre, je peux bien sûr vous fournir mon adresse)

Oui, les années 80 sont une grande source d'inspiration dans mon cas, même si je crois qu'il s'agit souvent de sonorités nées pendant la seconde moitié des 70's, et perfectionnées ou popularisées durant la décennie suivante. Et plus le temps passe, plus certains sons des 90's me rebutent, surtout en matière électronique : étrange, car ça me gâche l'écoute d'artistes que j'aimais auparavant, et je n'ai pas encore réussi à comprendre avec précision d'où vient cette usure. :-/

Lien vers le commentaire

Bonsoir Tequila,

La problématique de l'usure évoquée dans la seconde partie de votre message m'a fait réfléchir. Je creuse depuis plusieurs jours, mais retombe sempiternellement sur le même raisonnement, en apparence banal, que voici.

Certaines personnes ne sont pas carrossées pour l'immuabilité : les goûts évoluent méliorativement et s'affinent, se précisent, au fil des expériences. Si je me prends en guise d'exemple, moi qui fourmille tant intérieurement, force est de constater que mes préférences changent, parfois beaucoup. Ainsi ce que je lisais, admirais, écoutais, pratiquais, il y a des années peut maintenant m'horripiler. Nos penchants semblent à l'image de nos existences : voués à mûrir, puis à disparaître.

Je partage votre opinion concernant la filiation sonore 70's-80's. Idem à propos des facettes 90' dont je tends à m'éloigner, avec une impression similaire d'écoute gâchée. L'usure que nous ressentons tous deux vient peut-être de cette récurrence des sons : peu d'inédit en musique, mais des variations sans cesse renouvelées et souvent (bien médiocrement) éculées.

Quoi qu'il en soit, si votre oreille est à l'image de votre verve, je ne doute point de sa grande acuité. Conservez-la précieusement, elle paraît rare. D'autant plus si couplée à l'humilité.

-

La pluri-invitation. Votre discours est très accueillant, merci. :blush:

Ma plume, ma voix et moi allons étudier les éventuelles suites à donner. So stay tuned.

Par contre, puis-je demander quel type de livres grossissent cette pile abandonnée ?

-

Post-punk de l'instant.

Hope.

And Fall.

 

Lien vers le commentaire
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×