Aller au contenu

Messages recommandés

Don Juan Membre 1497 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 51 minutes, Guillaume_des_CS a dit :

Soi-même n'est-il pas difficile à dissocier de "l'autre" quand on considère la participation de chacun à une entité existentielle commune ? Ne devient-on pas soi-même grâce à l'empathie réelle (au sens que lui donnait Bergson, c-a-d "se mettre à la place de l'autre"...) ? En tout cas, le premier principe K ("je" est le centre de tout) est conditionné par cette empathie réelle : "je" ne peut être le centre de tout que si "je" est aussi "l'autre" (en même temps). Si cette condition n'est pas remplie, alors "je" (l'individualité unique!) devient "Je" (l'individu social multiple)...

Oui, alors la jouissance est de tout, d'un tout, et non d'une individualité, non d'une particularité.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Guillaume_des_CS Membre 1306 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Le 02/11/2019 à 07:42, Don Juan a dit :

Oui, alors la jouissance est de tout, d'un tout, et non d'une individualité, non d'une particularité.

En effet. En fait "vie" et "jouissance" pourraient être inversés dans le 2è principe K (La vie est jouissance). L'ordre des mots est gouverné par "l'effet technique recherché" de l'algorithme K (la "boîte noire" en quelque sorte...) que je préciserai dans un prochain post. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Juan Membre 1497 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 24 minutes, Guillaume_des_CS a dit :

En effet. En fait "vie" et "jouissance" pourraient être inversés dans le 2è principe K (La vie est jouissance). L'ordre des mots est gouverné par "l'effet technique recherché" de l'algorithme K (la "boîte noire" en quelque sorte...) que je préciserai dans un prochain post. 

Il y a la jouissance des choses et de la vie tout simplement, et même pourquoi pas jouir de devoir mourir, et il y a la jouissance à partir des autres, c'est cette seconde option sur laquelle nous semblons ne pas voir, sentir les choses de la même façon.

Mais rassure-toi, sur ce thème je n'ai pas beaucoup reçu d'écho positif durant ces deux décennies dernières, ils ne sont pas nombreux à comprendre, mise à part quelques uns avec qui je partage ma vie.

Modifié par Don Juan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
il y a une heure, Don Juan a dit :

la jouissance à partir des autres

est-ce jouir à partir de la jouissance des autres ? en quoi cela nous fait jouir à notre tour ? pourquoi nous excite-t-elle au point de nous faire jouir ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Juan Membre 1497 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 27 minutes, g.champion a dit :

est-ce jouir à partir de la jouissance des autres ? en quoi cela nous fait jouir à notre tour ? pourquoi nous excite-t-elle au point de nous faire jouir ? 

Je ne comprends pas votre première question, il manque quelque chose, non ?

"en quoi cela nous fait jouir à notre tour ? "

Il n'est pas vraiment question de tour, ou alors je ne saisis pas, la jouissance mutuelle est le résultat d'une masturbation réciproque, quelque soit le style ou l'art que l'on veut y mettre, et je dis non merci, si je veux jouir, pas besoin qu'on me prête une main ou quoi que ce soit d'autre, je sais faire cela tout seul, et mon intégrité est sauve.

"pourquoi nous excite-t-elle au point de nous faire jouir ? "

Le "spectacle" (entre guillemets) de la jouissance d'un tiers excite nos neurones miroirs comme tout autre spectacle, ou comme le chien réagit en se léchant les babines au son de l'ouvre boîte sur le métal, il s'agit de réflexe, il n'y a pas beaucoup de recul dans ces situations, l'animalité nous rattrape vite si tant est qu'on ait essayé de lui échapper un peu.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 4 heures, Don Juan a dit :

il y a la jouissance à partir des autres

qu'est-ce que cela veut dire de jouir à partir des autres ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Juan Membre 1497 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 47 minutes, g.champion a dit :

qu'est-ce que cela veut dire de jouir à partir des autres ?

Tirer profit ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guillaume_des_CS Membre 1306 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Le 20/10/2019 à 07:27, Don Juan a dit :

Non, pas seulement l'état, il y a nécessité politique dès qu'il y a rassemblement, la politique ou le politique est pour moi le moyen d'organiser la vie (dans le sens aussi de bonne entente et ordre) dans un rassemblement quelconque. Au fin-fond de la forêt amazonienne, les hommes vivent selon des politiques.

Citation

Condorcet ou Saint-Simon, écrivant aujourd'hui sur le sujet qui occupait Platon dans sa République, prendraient pour fanal, non pas le principe que l'homme est purement un être raisonnable et sociable, ou, comme disaient les anciens, un animal politique, mais le principe que l''homme est perfectible, et que la société humaine est perfectible (P. Leroux, Humanité,1840, p. 151)  CNRTL.FR

Je suis assez d'accord avec le sens que tu donnes au mot politique @Don Juan Cela dit, on peut difficilement éviter l'État (la cité...) Y compris peut-être pour "ces" hommes du fond des forêts que tu évoques. Ne les percevons-nous pas au travers de notre cadre de références bien trempé dans le modèle occidental du matérialisme cartésien? (Lui même héritier de...)

Ce qui m'inspire la réflexion suivante (qui explique la citation): en est-on sûr? Et si oui, pourquoi ? Est-on sûr que l'homme est forcément, naturellement, évidemment un animal politique? Ne serait-il pas temps de revisiter cet axiome? Que le modus operandi de la reproduction humaine en fasse un animal social (a minima familial), je peux l'admettre sans démonstration. De là à en faire un animal politique... Qu'il le soit devenu, cela me semble évident. Mais qu'il le soit forcément, a fortiori "naturellement", non. 

Et si l'homme pouvait être autre chose qu'un animal politique, cela pourrait nous ouvrir de nouveaux champs de réflexion quant à son avenir, non?

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Juan Membre 1497 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, Guillaume_des_CS a dit :

Je suis assez d'accord avec le sens que tu donnes au mot politique @Don Juan Cela dit, on peut difficilement éviter l'État (la cité...) Y compris peut-être pour "ces" hommes du fond des forêts que tu évoques. Ne les percevons-nous pas au travers de notre cadre de références bien trempé dans le modèle occidental du matérialisme cartésien? (Lui même héritier de...)

Ce qui m'inspire la réflexion suivante (qui explique la citation): en est-on sûr? Et si oui, pourquoi ? Est-on sûr que l'homme est forcément, naturellement, évidemment un animal politique? Ne serait-il pas temps de revisiter cet axiome? Que le modus operandi de la reproduction humaine en fasse un animal social (a minima familial), je peux l'admettre sans démonstration. De là à en faire un animal politique... Qu'il le soit devenu, cela me semble évident. Mais qu'il le soit forcément, a fortiori "naturellement", non. 

Et si l'homme pouvait être autre chose qu'un animal politique, cela pourrait nous ouvrir de nouveaux champs de réflexion quant à son avenir, non?

 

Je suis aborigène d'Australie, mes ancêtres ont vécu dans le désert pendant des dizaines de milliers d'années, quelques parents y survivent encore le temps de disparaître, ils n'ont jamais eu besoin de posséder, n'ont jamais occupé le même endroit très longtemps, ils étaient chez eux partout où ils allaient, et ils ne cessaient d'aller, pieds nus, ne portant qu'une petite gourde de peau ils se parlaient en silence et entendaient ce qui se dit dans ta tête, ils n'ont jamais connu d'état ni de cité, n'en ont jamais eu besoin, la seule chose qu'ils connaissent de l'état, c'est que c'est équivalent à leur perte, à leur disparition totale, ils pensent que les autres vivants des autres mondes sont morts depuis longtemps, que "leur" terre est occupée par des mutants qui n'ont pas d'âme, que l'esprit de la nature ne leur parle pas, qu'ils sont condamnés.

Penses-tu que ces notions puissent avoir une grande importance à mes yeux ? Les états sont morts et les nations sont condamnées à disparaître bientôt, ce qui ne porte aucune promesse de vie ne peut retenir mon attention plus que quelques secondes.

 

 

Nord.

Modifié par Don Juan
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guillaume_des_CS Membre 1306 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 16 heures, Don Juan a dit :

Je suis aborigène d'Australie, mes ancêtres ont vécu dans le désert pendant des dizaines de milliers d'années, quelques parents y survivent encore le temps de disparaître, ils n'ont jamais eu besoin de posséder, n'ont jamais occupé le même endroit très longtemps, ils étaient chez eux partout où ils allaient, et ils ne cessaient d'aller, pieds nus, ne portant qu'une petite gourde de peau ils se parlaient en silence et entendaient ce qui se dit dans ta tête, ils n'ont jamais connu d'état ni de cité, n'en ont jamais eu besoin, la seule chose qu'ils connaissent de l'état, c'est que c'est équivalent à leur perte, à leur disparition totale, ils pensent que les autres vivants des autres mondes sont morts depuis longtemps, que "leur" terre est occupée par des mutants qui n'ont pas d'âme, que l'esprit de la nature ne leur parle pas, qu'ils sont condamnés.

Penses-tu que ces notions puissent avoir une grande importance à mes yeux ? Les états sont morts et les nations sont condamnées à disparaître bientôt, ce qui ne porte aucune promesse de vie ne peut retenir mon attention plus que quelques secondes.

 

 

Nord.

Je crois sincèrement que beaucoup de choses m'échappent dans l'intelligence (que je n'ai pas) des cultures traditionnelles ou anciennes... Je sais aussi l'immensité des champs de mon ignorance et la limitation que m'impose mes sens... Je rejoins Michel Serres avec enthousiasme quand il s'agit de s'en donner un sixième! Je hais Descartes (littéralement) que j'accuse de tous les maux du monde moderne mais... je suis probablement l'un des plus cartésiens des anti-cartésiens! Et je vois la vie dans la société des hommes! Et j'y vois tous les espoirs de l'humanité... Et mon attention a du mal à s'en détacher plus de quelques secondes... 

Nous sommes donc, toi et moi, très différents, et même... opposés? Pourtant, prends les 4 principes que je propose et dis-moi si tu peux y souscrire ou non. Et si oui ou si non, pourquoi? Et dis-moi encore si les appliquer à chacune de tes décisions permettrait de ne prendre que les "bonnes" décisions, c'est-à-dire celles qui produiraient des effets tendant à améliorer le monde dans le sens de TON idéal? 

Merci de ton aide :) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 13441 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 51ans
Posté(e)
Il y a 8 heures, Guillaume_des_CS a dit :

Je crois sincèrement que beaucoup de choses m'échappent dans l'intelligence (que je n'ai pas) des cultures traditionnelles ou anciennes... Je sais aussi l'immensité des champs de mon ignorance et la limitation que m'impose mes sens... Je rejoins Michel Serres avec enthousiasme quand il s'agit de s'en donner un sixième! Je hais Descartes (littéralement) que j'accuse de tous les maux du monde moderne mais... je suis probablement l'un des plus cartésiens des anti-cartésiens! Et je vois la vie dans la société des hommes! Et j'y vois tous les espoirs de l'humanité... Et mon attention a du mal à s'en détacher plus de quelques secondes... 

Nous sommes donc, toi et moi, très différents, et même... opposés? Pourtant, prends les 4 principes que je propose et dis-moi si tu peux y souscrire ou non. Et si oui ou si non, pourquoi? Et dis-moi encore si les appliquer à chacune de tes décisions permettrait de ne prendre que les "bonnes" décisions, c'est-à-dire celles qui produiraient des effets tendant à améliorer le monde dans le sens de TON idéal? 

Merci de ton aide :) 

On peut s'interroger sur la fonction du manifeste comme une déclaration de grands principes.

C'est d'ailleurs amusant que, dès l'étymologie, un manifeste (n.c.) se doit d'être formalisé et écrit, avant d'être connu et approprié, si son essence était réellement manifeste (adjectif) et alors que, contre son application, le peuple manifeste (verbe)

Le contrat social est une utopie dont la fonction s'est retrouvée substituée par l'économie de marché, le plus grand commun dénominateur de l'organisation humaine.

La réussite y est définie par sa capacité de s'abstraire de toute règle en asservissant ceux dont on use et on abuse manifestement 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Juan Membre 1497 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
Il y a 9 heures, Guillaume_des_CS a dit :

 

Nous sommes donc, toi et moi, très différents, et même... opposés? Pourtant, prends les 4 principes que je propose et dis-moi si tu peux y souscrire ou non. Et si oui ou si non, pourquoi? Et dis-moi encore si les appliquer à chacune de tes décisions permettrait de ne prendre que les "bonnes" décisions, c'est-à-dire celles qui produiraient des effets tendant à améliorer le monde dans le sens de TON idéal? 

Merci de ton aide :) 

En fait, lors de ma première intervention, tu dois te souvenir de la façon dont j'ai traité tes principes, je les considérais -- au premier coup d’œil --  un peu creux, comment dire, très juvénile, tu vois ?

Mais en te lisant plus attentivement et surtout en dirigeant mes radars sur ta personne par l’œillet de ce lieu, j'ai senti mieux ton "combat", je l'ai mieux pénétré, et les mots et leurs sens sont passés au second plan.

Peut-être as-tu compris mon positionnement par rapport aux mots, sinon je te le précise à nouveau, les mots sont pour moi comme des pièces de Lego, je peux les retourner dans tous les sens, autrement dit, lorsque je lis ou j'entends quelque chose, au point de départ, ça possède tous les sens possible, et c'est ce que je vais faire, passer chaque sens possible, que chaque humain peut lui accorder pour finir par toucher le seul sens qui résonne en moi, avec lequel mon être est en symbiose.

Imagines-tu qu'un seul pronom, comme "je" a quarante sens différents pour moi, alors je suis obligé de faire avec un premier sens, presque au hasard, faire réagir, me dire : ah ce n'est pas cela qu'il met dans cette caisse, et oui, les mots ne sont que des caisses, mais lorsque la caisse vibre selon la fréquence du "symbolisme sacré", du son primordial, elles deviennent des cloches, et la noce peut commencer.

Je ne sais pas encore ce que je peux penser des quatre principes, tout et son contraire est permis, le sens de tes mots n'est pas clair à ce jour pour moi, mais je leur accorde pourtant tout le bon sens que je te sais avoir.

Les hommes en société ou la société des hommes, je vais revenir là-dessus, c'est un bon exemple de quiproquo.

Modifié par Don Juan
Rajout

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Juan Membre 1497 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
Il y a 7 heures, Don Juan a dit :

Les hommes en société ou la société des hommes, je vais revenir là-dessus, c'est un bon exemple de quiproquo.

Nous savons tous que l'homme sait, veut, peut, en a l'instinct, vivre en société, comme le singe après tout et comme beaucoup d'autres animaux. Mais les hommes sont capables de faire ce que les animaux se refusent à faire, par exemple, ils peuvent partager un espace, l'investir et y construire chacun d'eux, en général par groupe familial, leur abri, leur case, leur maison, et malgré cette proximité s'ignorer, se fâcher et ne plus s'adresser la parole, ou tout simplement se tenir à distance à cause de différences de style, de vie, de religion de classe, etc. Qu'est-ce qu'une société chez les hommes, certainement pas une communauté, ou en tout cas ce qu'ils mettent en commun est fait de choses utilitaires (la salle des fêtes, la route, la poste, l'entretien des caniveaux etc...) et certainement pas de choses humaines, excepté peut-être lorsque leur village est menacé par une catastrophe naturelle, oui, à ce moment là, ils semblent réaliser le prix de la vie et s'organisent pour porter secours par empathie, par morale, par élan du coeur, comme ils disent, ou parce que c'est interdit de ne pas porter secours.

L'organisation des groupes humains est si difficile que peu nombreux sont les ethnies qui ont échappé à la nécessité de mettre en place un système de direction, un appareil d'état en somme, avec son grand chef et ses ministres. Lorsqu'on a la vision d'une organisation "étatique" d'une conception de devoir instaurer une autorité systémique, c'est parce qu'on a constaté que sans système, l'ordre, le respect des règles, le respect des autres, etc, ne peuvent s'établir par eux-mêmes, c'est à dire par la discipline et la volonté de chacun, alors on va déléguer, élire des personnes supposées être compétentes, supposées viser le même horizon, supposées sortir de la même classe, supposées de confiance, etc.

Tout le monde exprimera son vœu de changement de cette société humaine, devenue maintenant une méga-société mondialisée, que tu, que nous appelons le "monde", mais personne ne veut se changer soi-même, on fera semblant d'être conscient de la nécessité de changer soi-même, mais on ne saura pas comment ni en quoi, et puis que le voisin commence à changer d'abord.

Cela s'appelle une société, on est bien d'accord ? Mais est-ce que cela peut s'appeler une communauté, certainement pas à mes yeux. La communauté c'est autre chose, c'est difficile, cela demande de l'autonomie individuelle, cela demande une haute conscience de ce que l'on fait, cela demande une présence d'esprit de chaque instant afin de ne jamais oublier que commettre un acte, une pensée, qui ne s'inscrit pas dans l'intérêt de tous est un acte qui menace ce "tous". C'est cela une communauté, tout d'abord une communauté d'esprit, de conscience et de coeur, mais il manque encore quelque chose que je vais taire pour le moment, pour te laisser écrire la fin de mon message, par esprit de communauté, enfin à toi @Guillaume_des_CSou quelqu'un d'autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annalevine Membre 1540 messages
Forumeur alchimiste‚ 73ans
Posté(e)
il y a 18 minutes, Don Juan a dit :

Nous savons tous que l'homme sait, veut, peut, en a l'instinct, vivre en société, comme le singe après tout et comme beaucoup d'autres animaux. Mais les hommes sont capables de faire ce que les animaux se refusent à faire, par exemple, ils peuvent partager un espace, l'investir et y construire chacun d'eux, en général par groupe familial, leur abri, leur case, leur maison, et malgré cette proximité s'ignorer, se fâcher et ne plus s'adresser la parole, ou tout simplement se tenir à distance à cause de différences de style, de vie, de religion de classe, etc. Qu'est-ce qu'une société chez les hommes, certainement pas une communauté, ou en tout cas ce qu'ils mettent en commun est fait de choses utilitaires (la salle des fêtes, la route, la poste, l'entretien des caniveaux etc...) et certainement pas de choses humaines, excepté peut-être lorsque leur village est menacé par une catastrophe naturelle, oui, à ce moment là, ils semblent réaliser le prix de la vie et s'organisent pour porter secours par empathie, par morale, par élan du coeur, comme ils disent, ou parce que c'est interdit de ne pas porter secours.

L'organisation des groupes humains est si difficile que peu nombreux sont les ethnies qui ont échappé à la nécessité de mettre en place un système de direction, un appareil d'état en somme, avec son grand chef et ses ministres. Lorsqu'on a la vision d'une organisation "étatique" d'une conception de devoir instaurer une autorité systémique, c'est parce qu'on a constaté que sans système, l'ordre, le respect des règles, le respect des autres, etc, ne peuvent s'établir par eux-mêmes, c'est à dire par la discipline et la volonté de chacun, alors on va déléguer, élire des personnes supposées être compétentes, supposées viser le même horizon, supposées sortir de la même classe, supposées de confiance, etc.

Tout le monde exprimera son vœu de changement de cette société humaine, devenue maintenant une méga-société mondialisée, que tu, que nous appelons le "monde", mais personne ne veut se changer soi-même, on fera semblant d'être conscient de la nécessité de changer soi-même, mais on ne saura pas comment ni en quoi, et puis que le voisin commence à changer d'abord.

Cela s'appelle une société, on est bien d'accord ? Mais est-ce que cela peut s'appeler une communauté, certainement pas à mes yeux. La communauté c'est autre chose, c'est difficile, cela demande de l'autonomie individuelle, cela demande une haute conscience de ce que l'on fait, cela demande une présence d'esprit de chaque instant afin de ne jamais oublier que commettre un acte, une pensée, qui ne s'inscrit pas dans l'intérêt de tous est un acte qui menace ce "tous". C'est cela une communauté, tout d'abord une communauté d'esprit, de conscience et de coeur, mais il manque encore quelque chose que je vais taire pour le moment, pour te laisser écrire la fin de mon message, par esprit de communauté, enfin à toi @Guillaume_des_CSou quelqu'un d'autre.

La communauté a existé bien avant la société.  C’est même la manière de vivre des premières tribus. Il n’y avait pas même de conscience d’être individuelle.

Le passage de la communauté à une société étatisée n’est pas encore bien connu. Il y a là dessus les études de Pierre Clastres ( recherches d’anthropologie politique) qui posent la question de l’Etat. Il y a de nouvelles études, celles de James C. Scott, passionnantes. L’Etat n’apparaît pas avec la sédentarité  mais avec un certain type d’agriculture. Et chez cet auteur là encore : comment se fait il qu’un État apparaisse ? Car les premières tribus humaines se passaient fort bien d’un État. Même l’image freudienne du mâle chef de meute semble fausse. Donc mystère pour le moment. Avant la constitution des sociétés avec une hiérarchie et tout le tra la la il apparaît qu’il n’existait que des communautés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Juan Membre 1497 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a une heure, Annalevine a dit :

La communauté a existé bien avant la société.  C’est même la manière de vivre des premières tribus. Il n’y avait pas même de conscience d’être individuelle.

Le passage de la communauté à une société étatisée n’est pas encore bien connu. Il y a là dessus les études de Pierre Clastres ( recherches d’anthropologie politique) qui posent la question de l’Etat. Il y a de nouvelles études, celles de James C. Scott, passionnantes. L’Etat n’apparaît pas avec la sédentarité  mais avec un certain type d’agriculture. Et chez cet auteur là encore : comment se fait il qu’un État apparaisse ? Car les premières tribus humaines se passaient fort bien d’un État. Même l’image freudienne du mâle chef de meute semble fausse. Donc mystère pour le moment. Avant la constitution des sociétés avec une hiérarchie et tout le tra la la il apparaît qu’il n’existait que des communautés.

Oui, il n'existait que des communautés, la sédentarité (l'agriculture en est sa base) les a faites disparaître au profit des sociétés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guillaume_des_CS Membre 1306 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

@Annalevine et @Don Juan

Merci les amis! Vous me permettez de vous appeler "les amis"? Je crois en effet que vous êtes des "hommes" de bonne volonté et que vous vous proposez sincèrement de m'aider. Je vous déclare donc... Amis! 

Bien sûr, VOUS existez aussi. Vous êtes deux personnes uniques. Chacun-e de vous est à mes yeux une "ipséité". Je suis juste cohérent avec ma théorie, mes convictions profondes aussi. En tant que tels, vous devez pouvoir vous exprimer, exprimer votre pensée, les bases de sa construction, vos convictions profondes à vous aussi, et... votre culture personnelle. Et je dois, moi, les écouter attentivement. Si j'y manquais, je me discréditerais à mes propres yeux. 

Je vous ai donc lus, attentivement. Le plus attentivement possible. Je vous avoue sincèrement que je n'ai pas les moyens intellectuels (la culture appropriée) pour comprendre tout ce que vous avez écrit dans vos derniers posts. Sincèrement. Je n'ai pas de culture philosophique [académique]. Aucune. Comme je l'écris dans la toute première page de Kovanien (le livre): "Il n'est ni philosophe ni docteur d'aucune foi." (Et "lui", c'est quand même un peu moi, je dois bien l'avouer, même si le livre n'aura pas d'auteur...)

Cependant, évidemment, vous aurez pu le remarquer je pense, la philosophie ne m'est pas totalement étrangère... J'ai beaucoup lu. Souvent sans comprendre d'ailleurs. "Le Capital" et "Les Gründisse" à 17 ans, Tolstoï et son traité sur l'art, Rousseau..., Voltaire, etc. etc. etc. etc. etc. etc. etc. etc. etc. dans la foulée, la foulée de la vie jusqu'à 26-27 ans... Et plus tard, à l'aulne de l'entrée dans... la sagesse? (quelle prétention!), Nietzsche, Bergson, Hume, Stirner et Proudhon, etc. etc. etc. etc. ... Suis-je en train de faire le paon? Oui. Un peu, j'en conviens. Je ne suis qu'un homme. Un homme très ordinaire. Mais ce "paon" est stratégique, croyez-moi, stra-té-gique! Je veux par ce paon que j'exhibe que tous comprennent que tous sont égaux dans le kovanianisme. C'est le premier et le troisième principe. Mais cette égalité-là, repose sur l'ipséité. Elle n'a rien à voir avec l'égalité "démocratique"... [a fortiori pseudo démocratique du "blockhaus"...] Il n'y a pas de "maître", pas de leader, pas de gourou, pas d'élite possible (autre que l'élite universelle) dans le kovanianisme. L'inventeur du kovanianisme n'est lui-même qu'un vulgaire vantard... 

Tout cela pour dire quoi? C'est simple: vous vous exprimez au travers de raisonnements académiques, structurés, informés, référencés, en regard de "l'état de l'art" (ici philosophique, à l'évidence). Je respecte, et, sincèrement, j'admire. J'admire vos connaissances car je sais que la liberté de l'Homme est dans la connaissance (avez-vous pensé à donner 2€ à Wiki? Moi, oui... Presque une journée de nourriture pour moi...). J'admire vos intelligences (pris ici au sens de votre capacité à construire un raisonnement logique). J'admire votre savoir-communiquer (savoir aimer l'autre suffisamment pour se mettre en devoir de parler avec lui, de dialoguer sans se déchirer, etc.), en trois mots: je vous admire! Mais... [pardonnez-moi de paraphraser un cuistre que j'ai moi-même porté aux nues dans ma jeunesse]: "La maison brûle !" Est-il encore temps d'avoir des conversations savantes quand la maison brûle? 

La philosophie discursive est là depuis des millénaires, et pourtant la maison brûle. Je ne vais pas faire le procès de la philosophie et des philosophes, certainement pas, mais n'est-il pas temps de la refonder cette philosophie millénaire? N'est-il pas temps d'entrer de plain-pied dans la méta-philosophie? N'est-il pas temps de retrousser nos manches, et en tout premier lieu les manches de nos cerveaux? Peut-on encore mégoter sur "communauté versus société/état" quand il s'agit de sauver... nos enfants? Notre espèce? Et peut-être même... LA vie? (La planète, elle, s'en fout, de nos conneries... Vous le savez bien.)

Mes amis, aidez-moi: je veux réveiller cette part d'humanité géniale qui sommeille en chacun de nous. Cela ne passera pas par la philosophie. Cela passera par un jeu! Seul un jeu peut nous permettre de dépasser TOUS nos cadres de références. Prêtez vous au jeu... Oubliez tout ce que vous savez (ne vous inquiétez pas, vous ne pourriez de toute façon jamais l'effacer dans le contexte qui pourrait naître des 4 principes... Vérifiez, vous verrez, vous en conviendrez...); oubliez tout; "tabula rasa", et construisons ce jeu ensemble!

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
il y a 40 minutes, Guillaume_des_CS a dit :

oubliez tout; "tabula rasa", et construisons ce jeu ensemble!

un jeu, cela a des règles ..?

Modifié par g.champion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aruna Membre 493 messages
Forumeur survitaminé‚ 46ans
Posté(e)
il y a 43 minutes, Guillaume_des_CS a dit :

La philosophie discursive est là depuis des millénaires, et pourtant la maison brûle. Je ne vais pas faire le procès de la philosophie et des philosophes, certainement pas, mais n'est-il pas temps de la refonder cette philosophie millénaire? N'est-il pas temps d'entrer de plain-pied dans la méta-philosophie? N'est-il pas temps de retrousser nos manches, et en tout premier lieu les manches de nos cerveaux? Peut-on encore mégoter sur "communauté versus société/état" quand il s'agit de sauver... nos enfants? Notre espèce? Et peut-être même... LA vie? (La planète, elle, s'en fout, de nos conneries... Vous le savez bien.)

Je n'ai pas vu dans la discussion qui précède aucun académisme.

Guillaume_des_CS, le sens des mots a été renversé dans le "Blockhaus"; tout est sens dessus dessous, tu dois bien le savoir.  Aussi, s'en saisir et les disséquer n'est certainement pas une vaine entreprise, un simple loisir pour intellectuels.

Il est vraisemblable que ce soient des mots et des symboliques qui nous aient enfermés, peut-être qu'ils sont aussi la clé qui permet l'ouverture de la porte...évidemment, il ne s'agit pas que de philosophie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guillaume_des_CS Membre 1306 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 48 minutes, g.champion a dit :

un jeu, cela a des règles ..?

Oui. Un jeu a des règles. Et ce jeu, le jeu kovanien en aura. Je m'explique:

Aujourd'hui, à ce stade de l'élaboration de "ma" théorie, le jeu n'existe pas. Ou du moins, il n'existe que virtuellement (le virtuel étant accepté ici comme "ce qui a vocation à devenir réel"). 

Il NOUS faut donc le créer, l'inventer ensemble. Le jeu kovanien ne peut être qu'œuvre commune, collective. Il ne peut naître que de l'intelligence collective. 

Comment, sur la base de quoi, devons-nous créer ce jeu?: les 4 principes kovaniens. Pourquoi? Parce que... c'est le jeu! Je veux dire par là que l'idée même du jeu naît du résultat que sont les 4 principes d'un autre jeu: un jeu de "créativité technique" (sciences de l'ingénieur/innovation). 

Donc, les "fondamentaux" du jeu kovanien sont les 4 principes kovaniens. Il suffit d'accepter cela, c'est la règle du jeu de création du jeu (autrement dit la "méta-règle") et de nous y mettre tous! Nous mettre tous ensemble à la création d'un jeu de société (un peu comme le Monopoly?) qui permette, de par l'application des 4 principes dans tous les domaines de la vie humaine (et conséquemment/incidemment tous les domaines connexes ["sur" et "sous" systèmes du système "vie humaine"], il suffit donc d'accepter cela pour pouvoir écrire ensemble les règles (applicatives) du jeu lui-même. 

Je n'ai, sincèrement, aucune espèce de début d'idée de ce que pourraient être ces règles. Aucune. Mais je ne suis pas inquiet: le seul fait que tu poses la question me dit que j'ai eu raison d'y penser. Le fait que tu t'intéresses à ce sujet me dit que peut-être, et j'espère, probablement, quelque chose, quelque chose d'un peu "magique" est caché derrière toute cette "théorisation" que je fais d'une idée toute bête: changer de monde! Tous ensemble. En jouant!...

Donc, en "français" cette fois: les règles du jeu, il nous faudra les écrire ensemble quand nous serons tous (au moins 40 ou 50 d'entre-nous...), capables de nous réunir en une association Loi 1901 pour la création d'un jeu à vocation humaniste! Et rien de moins...

il y a 28 minutes, Aruna a dit :

Je n'ai pas vu dans la discussion qui précède aucun académisme.

Guillaume_des_CS, le sens des mots a été renversé dans le "Blockhaus"; tout est sens dessus dessous, tu dois bien le savoir.  Aussi, s'en saisir et les disséquer n'est certainement pas une vaine entreprise, un simple loisir pour intellectuels.

Il est vraisemblable que ce soient des mots et des symboliques qui nous aient enfermés, peut-être qu'ils sont aussi la clé qui permet l'ouverture de la porte...évidemment, il ne s'agit pas que de philosophie.

Désolé, rien compris. Ce n'est pas un jugement. Si quelqu'un voulait m'expliquer... Suis preneur évidemment... Sincèrement. Je ne comprends rien. 

Modifié par Guillaume_des_CS

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
g.champion Membre 700 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
il y a 10 minutes, Guillaume_des_CS a dit :

l'application des 4 principes dans tous les domaines de la vie humaine

les principes sont donc les règles. On construit des "phrases" qui respectent ces principes et qui s'appliquent à la réalité. Seulement, cela ne va pas. Vous devez constamment mettre en question vos principes. C'est absolument nécessaire si vous voulez que ce ne soit pas un simple jeu mais une pensée authentique qui représente un tant soit peu le réel de la vie humaine. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×