Aller au contenu

Don Juan

Membre
  • Contenus

    720
  • Inscription

  • Dernière visite

5 abonnés

À propos de Don Juan

  • Rang
    Forumeur forcené
  • Date de naissance 05/02/1955

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Dans la forêt
  • Intérêts
    Condition humaine

Visiteurs récents du profil

2886 visualisations du profil
  1. Ne sortez-pas si vite. lol Une séparation est aussi le commencement d'une rencontre, pas vrai ? Ouest.
  2. Mais je vous comprends, et comme vous le dîtes, nous ne sommes pas si éloignés, au moins vous et moi avons probablement tant de questions à débattre, je vous comprends et pourtant, un nuage, une nuée nous font voir les choses différemment, c'est positif pour moi, je le vis positivement, disons que j'en veux plus que vous. Mais j'ai grand plair à causer avec une personne qui ne confond pas opposition et contraire. Sud.
  3. C'est de l'humour sans doute, en tout cas je le prends comme tel. Vous n'écrivez pas "relire" mais "lire", vous avez raison, je ne le lis plus, je l'ai mangé, page après page, mot après mot.
  4. Bien sûr que je vous suis, cependant vous ne parlez pas, selon moi, de l'humanité, encore moins de la sur-humanité, votre exemple illustre parfaitement l'animalité. J'aurais pu vous citer en exemple qu'un chien né en chine parle la même langue qu'un chien né en france. Je vous assure que le recul est observé. Nord.
  5. Il n'y a pas de désaccord avec ce que vous dites dans vos derniers mots, le désaccord est sur votre conception de la sur-humanité et la mienne. La philospohie doit se servir de l'expérience et non de visions hypothétiques et utopiques. Vous pensez que mon observation des enfants ne concernent qu'un petit groupes d'enfants qui me sont proches ? Ce qui me gène dans votre vision, c'est que vous faites allusion à une recouvrance de condition perdue et innée, en bref il n'y aurait qu'à devenir ce que l'on est, donc, aucun travail supplémentaire est nécessaire selon cette représentation, cela ne me suffit pas, et justement, en suivant une démarche philosophique essentiellement basée sur l'expérience, je vous confirme que je n'ai pas rencontré une seule fois le résultat de ce que vous présagez. Les seuls humains que j'ai vus avancer vers cette condition du sur-humain ont bossé dur sur leurs hormones, c'est à cette condition seulement qu'ils ont pu instaurer un contrôle sur leur animalité. Nord.
  6. Alors vous devez savoir le poids qui pèse sur vos épaules dès votre naissance, et non parler de "charges inutiles". On ne naît pas humain, mais bien comme un vers, nu peut-être, mais avec la mémoire des affects des parents et de leurs ancêtres, ce à quoi s'ajoute, comme vous le rappeliez, le conditionnement et le formatage du monde qui est à l'accueil et qui vous guide jusqu'à "peu de chance" de chercher une liberté quelconque. Nord.
  7. Mais tout cela est faux! Avez-vous des enfants ?
  8. Ah mais nous naissons donc sur-humain et nous finissons par oublier que nous le sommes ? C'est ce qu'il faut comprendre ? Les enfants sont des sur-humains ? Bon ben ben voila que tout devient simple, il suffit de renouer avec notre état d'enfant, c'est magnifique, c'est juste un problème d'amnésie en fait. Voila comment la montagne redevint un modeste caillou. Et moi qui me désespérait de ne pas rencontrer d'adultes, de ne voir que des enfants, et moi qui ai tant eu d'enfants et de petits enfants, que n'ai-je pas été assez lucide pour reconnaître dans ces petis anges l'émanation du sur-humain, qu'ai-je fait en les laissant perdre cet état, qu'ai-je fait en laissant le monde leur voler cet état ? Mais non, le monde ne leur a pas volé la condition sur-humaine, il leur a juste retiré la mémoire, attends un peu ça va leur revenir. Pauvre Nietzsche, que n'as-tu su faire autre chose que de devnir un vieillard avant l'heure ? Ouest.
  9. L'impossibilité de maîriser ne me dérange plus lorsque j'ai fait tout ce que je pouvais pour maîtriser, cela se nomme "le lâcher prise". Il faut bien que la question de devoir maîtriser me dérange, sinon, comme saurais-je ce que je dois faire, et surtout, ce que je ne dois pas faire. Est
  10. Oui j'avais compris ce que vous vouliez exprimer, je jouais un peu sur l'absurdité des mots choisis, qui donnait une phrase qui avait perdue son souffle vital. Je pense qu'il est de ces mots dont il faut se méfier, à partir du moment où l'on se dit en guerre, c'est qu'on a des ennemis, personnellement je suis bien en guerre contre quatre ennemis, les quatre ennemis de l'homme qui est sur le chemin qui a du coeur. Il n'y a rien qui me gène dans le fait que vous soyez en guerre, assumez-le c'est tout! Si je peux me permettre de dire votre pensée à ma manière ainsi : Vous traquez votre animalité, vous voulez la chassez de vous, ou du-moins la maîtriser. J'aime celui qui cherche en tout la maîtrise. Est. C'est bien un paradoxe. Impliqué par le mot "deviens". En principe, on ne peut devenir ce que l'on est déjà. Mais l'on peut y voir une forme d'esprit nuancé de poésie abstraite, il sufit par changer le mot "deviens" par les mots "accepte", "découvre", "assume", "connais", etc. Est.
  11. C'est votre interprétation : s'il s'agit de devenir ce surhomme parce on le serait déjà, ça serait en effet très simple. On est quelque chose ok, si'l'on ne sait pas ce que l'on est, le découvrir résulte à le devenir. Mais il ne s'agit pas, à mon sens du sur-humain, sinon , il n'y aurait rien à surpasser. Nord. Oui, pourvu qu'il ne soit pas une voie sans issue. Ouest.
  12. C'est vrai, mais à par ça il faudra qu'on revienne sur votre histoire de surpassement sans rien changer en dessous. Là j'ai un peu la migraine. Ouest.
  13. Ahhh Mais on est dans un dessin animé ? Je ne suis pas surpassé là mais un peu dépassé. Ouest.
  14. Vous n'êtes pas en guerre contre votre ennemie ou ce n'est pas votre ennemie avec laquelle vous êtes en guerre, ou êtes-vous en guerre avec votre amie ? Ouest.
  15. Don Juan

    Résiste

    Qu'avez-vous fait de toutes vos chances ? Nord.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité