Aller au contenu

zenalpha

Membre
  • Contenus

    11 109
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de zenalpha

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    Lille (59)

Visiteurs récents du profil

32 835 visualisations du profil
  1. zenalpha

    L'univers est-il stupide ou intelligent ?

    Russell est un des plus grands logiciens. Comment interpréter le fait que l'état naturel, quoi que l'on fasse, est d'être immanquablement surpris. Alors que la science permettrait de sortir de cet état naturel ... pourtant incontournable... Soit Russel fait....une erreur de logique élémentaire... Soit le sens plus profond est logique pour Russel. Qui en donnera alors la bonne interprétation ?
  2. zenalpha

    Naissance du concept d’existence

    Cela est plus riche et plus tragique que celà. Kierkegaard ne propose dans son livre qui s'intitule "ou bien...ou bien" aucun choix obligatoire ni chronologique entre ces deux stades. A l'inverse du doute qui est un critère rationnel, il donne au désespoir un rôle majeur comme sentiment existentiel pour... éventuellement ... passer de l'un a l'autre. Aucun des deux ne gagne aucun des deux n'est plus fondamental. Plutôt qu'être un voyageur balloté par le desespoir de ne pas savoir trancher dans ses considérations esthétiques, il propose ce stade éthique qui n'est pas de se conformer mais de décider soi même de son chemin...de se trouver durablement Ce choix est tragique justement parce qu'il n'y a pas d'évidence, le premier privilégiant le carpe diem et le second le devenir, le premier la séduction et le second la raison. Ou bien...ou bien... Dans le stade éthique, il ne s'agit pas de se conformer aux règles....l'existentialisme mon ou ma chere ami, ce n'est pas le respect des convenances... C'est un choix libre et volontaire... Relisez ce livre Puis passez a crainte et tremblement qu'on aborde le stade religieux beaucoup plus intéressant parce que très différent du votre... Encore ne faudra t'il pas...écrire a sa place...
  3. zenalpha

    La résistance aux sciences

    Si c'est la seule illustration contraire, peu importe mon état personnel...ça reste vide.
  4. zenalpha

    La résistance aux sciences

    C'est ce qui est le moins contestable... La science contemporaine et donc actuelle n'inclut par exemple aucun des principes de la "science des upanishad" qui est définitivement gelée dans son écrin d'un autre millénaire. Aucune découverte aucune application, c'est une science morte tournée vers son passé
  5. zenalpha

    Naissance du concept d’existence

    Non plus. Kierkegaard promeut l'individualisme. Elle caractérise ici sa réaction à l'égard de la philosophie panthéiste des romantiques. A l'epoque de Kierkegaard vivait un autre danois célèbre, Hans Christian Andersen, le célèbre conteur. Il decelait d'innombrables mystères dans la nature, son infinie richesse de la même manière que Leibniz qui, un siècle plus tôt, s'était lui aussi opposé a une vision unicitaire et panthéiste, celle de Spinoza. Cette vision panthéiste conduit à une forme d'objectivation de la nature indépendante de la manière dont individuellement on peut la considérer. Exactement ce que fait Hegel que critiquera Kierkegaard qui, au dela de la conscience subjective voit un degré supérieur qui est la raison objective elle même supplantée par la conscience absolue, celle de l'art, des religions et de la philosophie. Donc Kierkegaard s'attaque en réalité à la conception romantique de l'ironie et à ce jeu facile à l'illusion superficielle Il voit a l'inverse dans Socrate l'ironie comme un moyen d'action afin de mettre en valeur la gravité de la vie. Socrate est pour Kierkegaard un penseur existentiel...dont sa propre existence fait partie de sa philosophie Hegel est mort 10 ans plus tot quand il rompt ses fiançailles avec Regine Olsen mais sa philosophie inonde l'Europe et son système est référent pour toutes sortes de considérations philosophiques Et pour Kierkegaard les grandes vérités avec un grand V ne s'appliquent pas à l'existence individuelle Kierkegaard oppose l'individu au système et il voit Hegel qui oublie le mystère de la vie en oubliant sa qualité d'homme et non en tant que chapitre objectif d'un grand livre rationnel. Ce qui amène Kierkegaard a la religion c'est que les grandes vérités ne sont pas objectives...mais sont celles que l'on se construit Les questions fondamentales sont personnelles et existentielles. On ne s'interroge pas sur les lois de la causalité quand il s'agit de savoir si on aime après un premier baiser... Pour Kierkegaard la raison n'a pas sa place sur la question divine et seul compte la foi qui fait que si on pouvait saisir Dieu objectivement, par la preuve ou la démonstration, aucune foi ne serait nécessaire L'essentiel pour Kierkegaard n'est pas de savoir si le christianisme est vrai ou faux par exemple...mais s'il est vrai pour moi. Le fameux credo quia absurdum du moyen âge... "Je crois parce que c'est contraire à la raison". Ce n'est donc certainement pas un raisonnement rationnel objectif qui va mener Kierkegaard au stade religieux...
  6. zenalpha

    La résistance aux sciences

    On voit clairement que la définition moderne de la science et des méthodes scientifiques utilise un mot qui pourrait être facilement réclamé pour d'autres considérations... Entre la science du tennis ou de la pâtisserie, la science des upanishad ou la science des chrétiens...ou même encore pire la scientologie...il y a une bataille du vocabulaire ou chacun va réclamer la supériorité de sa propre science. Ramène ta science comme dirait l'autre... Ce qui me paraît symptomatique d'une véritable science est que ses connaissances entrent dans un modèle de représentation limité. Plus on restreint ce qui doit être expliqué par la science qui se réclame du domaine étudié (déjà des compartiments...) et plus la fiabilité de la connaissance sera forte. Plus qu'une science "matérialiste", terme extrêmement discutable au regard des sciences modernes...c'est une science reductionniste qui tire progressivement les fils de la connaissance. Et celles-ci sont systématiquement remises en cause en élargissant le cadre. Il y a dans la puissance du doute et dans ce rapport aux forces et limites des connaissances une puissance que le dogme de la vérité absolue n'a pas, sclérosée depuis la nuit des temps et pour des lustres... La rationnalité avec sa puissance et sa limite...son efficacité.
  7. zenalpha

    Philosophie versus Sciences - Réalité - Stephen Hawking

    Oui Everett est compatible a cette vision mais Hawking donne davantage crédit dans ses exposés au multivers de la version "inflation éternelle", l'approche de Linde. En fait, il ne dit pas que chaque événement quantique crèe un univers parallèle, il dit que la supperposition de tous les possibles est notre réalité fondamentale dans lequel l'observateur fige notre réalité classique dans un passé qui n'est pas fixe. C'est la somme de l'integrale de chemins qui fige la réalité de l'observateur. Il ne cite jamais Everett et s'il donne crédit au multivers et à des variations d'univers, c'est davantage dans la création d'univers bulles issus du vide quantique dans le cadre de la théorie d'inflation éternelle Nous serions dans une zone stable quand d'autres bulles univers se crèent mais ne prennent une réalité physique que si un observateur conscient fige a son tour la fonction d'onde des potentiels possibles. Les univers non stables n'auraient pas de réalité de même que les univers stériles Il retourne la causalité.
  8. zenalpha

    La parole facile...

    Nous avons dans l'entreprise où je travaille une "grille de compétences" ou un encadrant robotisé claque le savoir, le savoir faire et le savoir être en grille de lecture. Cela est évidemment d'une subjectivité et d'un parti pris ou aucune vérité n'a de place. Même dans l'organisation c'est le faire faire et le faire savoir qui prime. Le réseau Cette vérité lamentable n'est nulle part En réalité le réseau c'est l'art du mouton qui sait braire Il en faut un néanmoins...
  9. zenalpha

    Philosophie versus Sciences - Réalité - Stephen Hawking

    C'est vrai que le modèle Hartle-Hawking est spéculatif Ce qui m'a le plus intrigué dans l'école de pensée d'Hawking, c'est qu'elle est directement issue d'une conception originelle qui était celle de John Wheeler et de Richard Feynman Et l'expérience de pensée de John Wheeler concernant l'application à la cosmologie de l'expérience a choix retardé effectuée scientifiquement en labo n'est plus une expérience de pensée mais une expérience tout court. Ce pari reste de pouvoir l'appliquer a l'univers entier.... https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-etrange-experience-wheeler-verifiee-espace-10413/
  10. zenalpha

    L'amour

    Aimer c'est se tromper soi même mais tromper l'autre n'est pas aimer
  11. zenalpha

    Naissance du concept d’existence

    On a hâte de découvrir cet être religieux qui vous caractérise. On ne vous aura rencontré sans surprise ni au stade esthétique ni au stade éthique et on ne vous rencontrera probablement pas davantage au stade religieux. Cette pyramide de la souffrance et de l'isolement vous aura mené a la même schizophrènie que Kierkegaard ou finalement l'écrit ne renvoie pas à l'échange mais au plaisir solitaire de l'extase reclue. Un retrait comme le sien voyeuriste et moralisateur incompatible aux conclusions mêmes de tout ce chemin qui n'est finalement pas si personnel pour se recopier et pour s'étaler.
  12. zenalpha

    L'univers est-il stupide ou intelligent ?

    Je ne parierai pas sur notre incapacité de progresser sur la question mais en effet, personne ne peut trancher concernant la dimension et la topologie de notre univers. Le fait est que lorsqu'un vocabulaire est utilisé du genre "L'univers continue son expansion dans l'infiniment grand", ce vocabulaire est fortement trompeur" Il est utile de définir le cadre dans lequel on pose une affirmation L'univers est en expansion, c'est exact mais dans la conception cosmologique standard, il n'y a pas d'en dehors de l'univers. Il s'étend mais ne s'étend pas dans l'infiniment grand, lequel infiniment grand serait fondamental. En gros, il est toujours possible de lancer une flèche sans rencontrer une frontière ou un bord qui marquerait un au-dela de l'univers du fait de sa courbure (c'est équivalent a chercher une falaise pour délimiter le bord de la terre du vide, ça n'a pas de sens...). En revanche, on peut postuler un vide quantique primordial d'ou surgiraient des univers bulles dont peut-être le notre. C'est la théorie de l'inflation éternelle.
  13. zenalpha

    L'univers est-il stupide ou intelligent ?

    Si tout est relatif alors il est relatif que tout soit relatif...
  14. zenalpha

    L'amour ne veut pas la durée il veut l'instant et l'éternité

    La réponse en image
  15. zenalpha

    L'univers est-il stupide ou intelligent ?

    C'est clair que les révolutions de la relativité générale et de la mécanique quantique ont du mal à percer dans les lieux communs cette idée tout a fait dépassée de l'univers vu dans un espace et dans le temps. Pour un relativiste, la relativité générale est bien plus qu'une théorie du champ pour une force particulière, la gravitation. Elle implique déjà que certaines notions classique concernant le temps et l'espace sont complètement inadaptées au niveau fondamental et demandent des transformations aussi profondes que celles introduites par la mécanique quantique qui est quant à elle généralement méconnue. L'une des notions caduques en RG est précisément l'espace dont nous parlons comme étant un espace de référence dans lequel la physique prend place. En fait la gravité y est vu comme un champ, le champ gravitationnel. Et ce champ n'est pas du tout un champ dans l'espace...ce champ EST l'espace ce qui explique la similitude des équations de la RG au champ électromagnétique. Ces champs se supperposent les uns aux autres et interagissent sans que l'espace ne soit le fondement d'aucun d'entre eux... Maxwell a eu ce génie de comprendre que la lumière n'est rien d'autre que le mouvement ondulatoire rapide des lignes du champ électromagnétique, lente pour les ondes radio ou rapide pour la lumière visible Mais il s'agit d'un seul et même phénomène, une déformation périodique du champ électromagnétique... Par exemple...on dit que ce champ électromagnétique est globalement invisible. C'est faux Quand nous regardons un objet, nous ne sommes sensibles qu'à ce champ électromagnétique entre lui et nous... Dans un miroir, un hologramme ou même au cinéma, la lumière et ce champ est renvoyée comme si l'objet était là et en réalité c'est ce champ dans lequel nous vivons... Ça n'a pas suffit a changer notre représentation du monde et les gens continuent de penser à un "univers boite" On considère une boite espace dans lequel le champ électromagnétique se manifeste...mais...c'est faux... Einstein s'inspire des équations de Maxwell et comprend qu'il faut introduire ce concept de champ gravitationnel De la même façon que la force électrique entre charges est portée par le champ électromagnétique, la force de gravité y est vu comme portée par un champ gravitationnel qui est cet espace, qui peut bouger, vibrer, faire des vagues, se comprimer.... Le modèle des équations d'Einstein est le même que celles de Maxwell Il a compris que le champ gravitationnel EST l'espace boite... L'énoncé d'Einstein se comprend de deux manières equivalentes La présentation connue habituelle ou l'espace est vu comme élastique et comme susceptible de se courber, je l'utilise le plus généralement pour sa capacité a dejà marquer les esprits Ici l'espace y est vu comme une entité indépendante d'un champ, amorphe, passif et presqu'independant des objets en lui. Ceux qui ont un peu digeré la RG ont compris le concept de déformation de l'espace temps. Mais pour Einstein...l'espace EST le champ gravitationnel et avec Newton on a considéré ce champ comme un espace fondamental boite alors que l'espace n'est qu'un champ parmi d'autres Du coup et je ne parle que de RG et non de MQ, le monde n'est plus fait de particules et de champs DANS l'espace. Mais il est fait uniquement de particules (qui avec la MQ seront vues comme des champs) et de champs... Nous vivons non pas dans l'espace mais dans le champ gravitationnel qui chevauche le champ électromagnétique de manière dynamique et n'est plus cet espace boite rigide qui hante nos esprits
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité