Aller au contenu

zenalpha

Membre
  • Contenus

    13095
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de zenalpha

  • Rang
    Agitateur Post Synaptique
  • Date de naissance 12/09/1968

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    Lille (59)

Visiteurs récents du profil

35223 visualisations du profil
  1. Elle est parfaite cette chanson sur ce thème Et puisque nous sommes en poètes, je me demande si "l'impasse de l'Amour" ne serait pas davantage qu'une illusion, un arc en ciel, que tout le monde voit et situe mais dont l'emplacement dépend de chacun sans qu'on ne puisse jamais le toucher. Un multicolore réel impalpable entre soleil et pluie, un pont vers les cieux qui redescend toujours au sol, un spectre complet de couleurs réservé à ceux qui ne sont sensible qu'à la juste gamme de fréquence et entrent en résonance, un mirage qui structure la vie.
  2. Le feu de l'amour réchauffe ou brûle mais pour qui ne connaît la chaleur de l'amour ni le risque de se brûler, je crains malheureusement qu'il n'y ait pas une expérience claire de l'amour. Entre l'amour et la haine, l'indolore peut être l'incolore.
  3. Je le trouve à l'aise Blaise Ça me rappelle Voltaire et plus précisément Pangloss qui pensait que le bonheur était de vivre dans un château sans rien faire. Est-ce vrai ? Candide finit après moultes aventures par penser qu'il vaut mieux cultiver modestement propre jardin. Je serais assez d'accord si ce n'est que ce jardin doit rester secret parce qu'au final, ce jardin resterait bien stérile sans l'adversité de l'altérité. Arggggg, toutes ces valeurs sont si ... personnelles. Et je pense qu'à ne pas s'initier à L'intrication du yin et du yang on ne considère toujours que la facette illusoire. Car la seule permanence est l'impermanence a part peut-être ce qui nous fait avancer et qu'on doit...trouver.
  4. C'est toute la beauté de l'affaire. On naît tous du même endroit, on finira tous dans le trou. C'est peut-être pour celà que le chemin compte davantage que la destination, le mouvement autant que l'objectif ou le résultat J'aime bien Kant de ce point de vue. La liberté y est définie comme les valeurs morales que tu te définies pour toi même et pour lesquelles tu vas librement... t'asservir. Aucune règle du jeu n'est universelle et chacun doit définir les siennes et...s'y tenir. Dans cette conception, le Bonheur un peu niais peut-être une recherche. Mais de mon point de vue, la paix...avec soi même voire... la petite fierté de son parcours...est mon leitmotiv On peut être fier de simplement se sortir de la rue et retrouver la dignité d'un emploi, fier des efforts pour en trouver un, fier de sa "réussite" professionnelle ou familiale...et ...une fierté en vaut exactement une autre. Et chacune cache une facette de frustration Ma constance de valeurs morales m'a valu bien des difficultés dans tous les domaines Et dans les périodes plus calmes, je me rends bien compte que si j'avais été hypocrite avec moi-même, même les réussites de façade m'auraient coûté davantage que mes choix A quoi marches tu ? Qu'est ce qui te fait avancer ? Qu'est-ce qui donne envie de se lever le matin dans la facilité comme dans l'adversité ? C'est un peu la question de sa vie et c'est long a définir et a construire. La sérénité est au bout de ces questions.
  5. L'un est le pendant de l'autre. Tu n'avances qu'en te détachant
  6. Reste la Vie, une aventure dans le jour et dans la nuit. Bien choisir son chemin, toujours avancer. L'impasse c'est celle où on décide de s'arrêter.
  7. Je pense que les travers d'une vision sexiste rejoignent les travers des visions racistes Il y a des travers sexistes et racistes. Ne voir qu'au travers eux contribue de les renforcer, on renforce toujours les biais par l'affrontement. Les droits étant égalitaires, les mentalités nécessitant de l'éducation et du recul, on finit par voir assez aisément les travers de ceux qui critiquent les travers. Ils sont productifs quand ils aident concrètement et contre productif quand ils gemissent sur tout et n'importe quoi. Bien sûr les abus doivent être sanctionnés mais ces généralisations minent les rapports de tous pour ceux qui n'en ont que pour ça. En France, à quoi servent ces mouvement sinon donner une forme à ses échecs et ses propres frustrations ? Aider les personnes en détresse sans discrimination de race ni de genre...sinon on est sexiste ou raciste...
  8. De mon point de vue, je trouve que les racines des religions, de la philosophie et de la science sont bien plus proches et poreuses que les frontières qu'on a appris à poser aujourd'hui de manière contemporaine. On a compartimenté logiquement, d'une part parce que c'est culturel d'analyser en découpant notre vision du réel en occident, y compris dans le domaine scientifique... d'autre part pour ménager les prés carrés historiques des institutions et des populations....et enfin parce que les méthodes sont radicalement différentes. Il est clair que sur le plan de l'efficacité pratique, la science s'est largement détachée et c'est d'ailleurs la méthode scientifique d'actualiser ses modèles par les modèles les plus efficaces, toujours réfutables, sans vérités ultimes Alors que les religions se sont sclérosées, presqu'incapables de se renouveler et de présenter de nouveaux prophètes en sollicitant des fidèles l'adoption du même moule figé qui est la glorification du confort conformiste extrême et de la Grande Vérité. La philosophie reste une réflexion intermédiaire faite de moralité, de subjectivité, de projets sociaux mouvants, une forme d'appropriation de manières de penser qui reste perpétuellement ouverte aux évolutions sociétales des verités orientées et qualitatives On y trouve un peu son bras armé comme la religion dans certains pays : la politique Bref...la raison, l'âme ou le coeur sont appelés partout. Simplement, si le but est de se représenter le monde et d'y progresser personnellement, c'est dans l'une ou dans l'autre des marottes que je vais piocher. Y compris dans le modèle judéo chrétien, démocratique et capitaliste qui nous a modelé malgré nous Le sommet de mon développement personnel est d'être curieux, humble, ouvert, responsable, attentif, évolutif, respectueux des hommes et de la planète, contributeurs de valeur, ferme... Il y a de quoi piocher dans chaque domaine ce qui est positif et négatif Qui sait si un Dieu existe et si sa balance ne consiste pas simplement à faire notre bilan carbone pour peser notre prédation environnementale On serait tous dans la merde avec toutes nos manières de penser et de faire ou pire, notre laisser faire. Je me demande si toutes ces disciplines ne sont pas une forme d'exhutoire égoïste devant notre vague nausée de responsabilité personnelle Question : qu'avons nous fait aujourd'hui de très concret pour la défense de notre planète bleue et de la diversité de la vie sur terre ? Beuh. Chacun exploite sa filière en s'inventant le modèle lui permettant d'oublier son égoïsme derrière des modèles de façade dont aucun n'est plus....le bon...
  9. Science, religion et philosophie ont certainement une racine commune, ce désir de construire un modèle explicatif du champs des observables et un caractère spéculatif sur le sens plus profond. Des amalgames sont nés soit un relativisme béat ou tout se vaut et chaque vérité personnelle en vaut un autre ou un scepticisme béant des bras balants devant les frontières de la terra incognita, chaque inconnue balayant le connu. Cette suspension de toute vérité universelle est contestable et l'intermédiation des mathématiques comme l'expérimentation de la reproductibilité place une distance salutaire à la subjectivité. Le mysticisme qui veut démêler le vrai du faux en soi est un moteur universel qui découvre autant qu'il recouvre de mystère chaque voile qui est soulevé C'est la beauté de la chose, puisque les objectifs comme les règles de sa vie restent incontestables alors que les discours peuvent parfois être réfutés Dans l'immensité des potentiels, chaque erreur découvrira toujours davantage d'obstacles inatteignables pour la grande vérité Autant déjà se contenter des petites
  10. Merci, j'irai voir le lien mais ici, j'ai bien compris le raisonnement. Cette formulation de départ est différente de la formulation initiale, les mécanismes qui mènent de ce point de départ à la formulation finale me restent obscurs. En gros, ce qui est dit ici, c'est que comme la consistance d'une théorie T n'est pas démontrable au sein de l'axiomatique de T, Alors Si une théorie T est présentée comme étant consistante, ça implique forcément que la preuve éventuelle de cette consistance ... soit... inconsistante. Mais selon moi il y a des confusions. Dire qu'une preuve démontre une inconsistance, celà signifie que la démonstration est... juste .... et qu'on est donc bien en face....d'une ... preuve...et donc que la théorie est ... inconsistante Or je pense qu'il y a un jeu logique basé sur une erreur. A savoir à la fois postuler la cohérence de la théorie (on peut faire ce postulat), et postuler une PREUVE de son inconsistance. En fait, si il y a une réelle preuve d'inconsistance, alors....la théorie est évidemment ... inconsistante...sinon ce n'est pas une preuve... Et le "jeu de logique" exploite l'indecidabilité de la preuve de la... consistance (et non de l'inconsistance) pour appliquer une contraposée appliquée sur l'inconsistance Hors ce n'est pas parce que la preuve de la consistance est indecidable que la preuve de l'inconsistance est indecidable... Si on a une preuve de l'inconsistance alors c'est ... inconsistant Et heureusement sinon on ne saurait pas en arrivant a la conclusion que 1 = 0 par démonstration logique que....c'est faux.
  11. Pour faire fortune financièrement, j'éviterai avec soin les idées du rayon philosophie. Merci quand même, vous êtes marrant.
  12. Hello J'ai toujours un peu de mal L 'énoncé G de Gödel se lit "G est démontrable si et seulement si G est faux" Soit G est vrai et et donc il est indemontrable (incomplétude). On aborde pas le problème de consistance. Soit G est faux et donc il est démontrable (inconsistance) Et fort justement, cette merveilleuse astuce de Gödel débouche sur G est vrai Et donc toute théorie axiomatiquement récursive a haut degré de complexité contient a minima une proposition vraie indémontrable. C'est le premier théorème Tu ecris "si preuve de consistance => inconsistance" Mais justement, la preuve de la consistance est impossible à l'intérieur des principes d'une théorie complexe (second theorème) Donc d'ou vient cette relation ? Selon moi, la consistance implique...l'incomplétude et non...l'inconsistance Oui, je serai intéressé par une présentation de ce problème que tu abordes. Mais pour le coup, j'ai pas réussi à adhérer ++ @Spontzy
  13. Note que si je ne t'adresse plus la parole, le résultat sera le même que si tu m'ignores... Sinon il y a le débat idée contre idée. Je comprends que mes précisions fassent peur et je me demande bien pourquoi. En tout cas, je continuerai de te commenter. Mon différent avec la modération etait lié à mon bannissement d'un topic ne permettant pas de répondre idée pour idée. La confusion entre insulte, harcèlement et débat m'apparaît clair pourtant... Tu peux rejouer sur cette corde, nous verrons si nous sommes dans un espace d'échange ou sur ton defouloir personnel.
  14. Je n'ai pas été banni...c'est ma décision Et je ne suis pas responsable de tes décisions même si tu as souvent préféré fuir que débattre, celà te regarde et est assez symptomatique...
×