Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'révolution'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

62 résultats trouvés

  1. Qu'est-ce qui nous dérange donc tant dans le concept d'imbécile heureux ? J'avoue moi-même que peu de choses me dérangent plus que d'avoir le spectacle d'un idiot réjouit. Et en analysant ce sentiment j'ai compris qu'il pouvait être insupportable d'assister au spectacle de la joie de celui qui est à l'origine plus ou moins directe de notre souffrance. Car le problème de côtoyer un imbécile c'est précisément que non seulement il n'est pas conscient d'être un imbécile mais que son imbécilité fait souffrir les autres. Et je me dis que les velléités révolutionnaires qu'entretiennent beaucoup de monde sont certainement liées à la société du spectacle qui nous permet de voir combien les riches sont épanouis tandis que nous sommes dans une douloureuse misère, obligés tantôt de travailler avec ardeur, tantôt d'applaudir à leurs spectacles ou émissions lorsqu'on allume la télévision, alors qu'on s'y sent en décalage. Non pas que les acteurs de la télévision soient tous des imbéciles (quoique) mais je pense que ce sentiment me permet de mieux comprendre les révolutionnaires actuels, et qu'il faudrait certainement, si nous voulons préserver notre système, cesser de donner en spectacle le bonheur et l'épanouissement des plus aisés, notamment dans la presse people mais pas seulement.
  2. Qu'en pensez-vous? Peut-on encore sauver le capitalisme libéral et continuer à profiter de ses effets vertueux sans subir ses effets pervers? Ma propre réponse tiendrait difficilement dans ce post (je viens de passer 40 jours à la rédiger! Elle est là...)
  3. Bonjour les Forumeurs ! Je rentre tout juste d'un voyage sur Kovania, la planète sœur de Gaïa (la Terre) dans l'univers parallèle Quadrature-007. Ses habitants, les kovaniens, sont des gens fascinants ; figurez-vous qu'ils ont réussi à solutionner tous les problèmes auxquels, nous, terriens, sommes aujourd'hui confrontés, en... jouant ! Oui, en jouant. Tous ensemble. Du plus riche au plus pauvre, du plus faible au plus puissant, sans considération de sexe, d'âge, de race, de religion ou de préférences idéologiques, ils s'y sont tous mis, et se sont retrouvés à jouer au même jeu : le jeu du changement pour un monde meilleur ! Qu'est-ce donc que ce jeu, me direz-vous ? En fait, c'est assez simple : son inventeur, un kovanien un peu créatif, a recherché quatre petits principes avec lesquels tout le monde est d'accord. Tout le monde. Aucune exception. Quand il les a eus trouvés — après trois années-lumières quand même —, il les a posés sur une grande table de jeu, une table carrée, à chacun des quatre angles. Ensuite, il a écrit la règle du jeu, qu'on pourrait résumer ainsi : seul ce qui ne s'oppose à aucun de ces quatre principes peut être posé sur la table. Le reste, tout le reste, on le laisse tomber par terre... Vous avez déjà compris, n'est-ce pas ? Sur la table, le monde meilleur ; par terre : les "trucs inutiles" du vieux monde... Bon, j'en conviens, il y a quand même une petite difficulté, enfin, il y en a quatre : ce sont les quatre principes évidemment. Imaginez : TOUT LE MONDE d'accord ! Est-ce possible ? Sur Kovania, pour les kovaniens : oui ; mais sur Gaïa, avec les terriens ?... Bien sûr, le seul moyen de le savoir serait de les examiner ces quatre petits principes. Dites, les Forumeurs, ça vous dirait, vous, de les discuter ces principes kovaniens ? Chiche ? Premier principe kovanien : "je" est le centre de tout ; Deuxième principe kovanien : la vie est jouissance ; Troisième principe kovanien : il n'est de responsabilité qu'individuelle ; Quatrième principe kovanien : il n'est de jouissance que parfaite. Bien entendu, CHAQUE mot est pesé (y compris les articles et tout particulièrement le "je" avec ses guillemets et son "j" minuscule et son "est"...) Rendez-vous compte : trois années-lumières de recherche... Ah, oui, une dernière chose avant de commencer la discussion : les troisième et quatrième principes déterminent respectivement le sens des deux premiers (ce sont les "gardiens du sens"). PS : CECI N'EST PAS UNE BLAGUE ! "Kovanien" (en fait c'est un "sage" qui vit réellement dans un univers parallèle, un univers un peu philosophique...), nous propose vraiment de CHANGER DE MONDE [en une ou deux générations] en appliquant ces quatre petits principes à chacune de nos décisions (dans tous les domaines de notre vie humaine...). Son analyse est la suivante : nous nous sommes enfermés dans un "blockhaus systémique" et n'arrivons plus à en sortir. Or, ses quatre principes se situent, eux, à l'extérieur de cette prison !... La prison elle-même (le "blockhaus") repose sur quatre piliers : 1) le conformisme social (qui naît du besoin de sécurité), 2) les idéologies et les "moraligions", 3) le réalisme économique, et enfin 4) la science et la technologie. Ces quatre piliers entretiennent entre-eux des relations "itératives" (interaction avec modification de la cause initiale). Etc., etc. Bon, je ne peux pas tout vous expliquer dans ce premier message bien sûr. Kovanien a passé trois années-lumières à écrire un bouquin de près de 400 pages sur son idée (je n'ai pas encore tout traduit en Français...). Par contre, il m'a nommé "Grand Ambassadeur du Kovanianisme" pour la planète Terre ! Alors bien sûr, encore, si vous avez des questions... ben, n'hésitez pas à me les poser !? Si vous êtes d'accord, concentrons-nous d'abord sur ses quatre principes et sur le "blockhaus" ; quand ils sera clair que nous parlons bien des mêmes choses, je vous livrerai son idée de jeu ? (Merci de m'avoir lu ! Et merci de vos questions à venir... ;-)
  4. Et si la Révolution française n'avait pas eu lieu ? Aurions-nous encore un roi ? Comment serions-nous passés d'une monarchie absolue à une monarchie parlementaire, ce qui n'aurait pas manqué d'arriver... à moins que... Aurions-nous pu jeter la loi salique aux orties pour avoir une reine ? Aurions-nous obtenu certains droits plus ou moins vite ? Comme le droit de voter etc. Est-ce que ça aurait été mieux ou pire ? Est-ce que les Français d'aujourd'hui auraient finalement aimé se retrouver autour d'un roi ? Tant de questions... Vous vous y connaissez en histoire (ou pas), venez raconter votre uchronie ! L'uchronie pour rappel, est un récit d'évènements fictifs à partir d'un point de départ dans l'histoire.
  5. yvesnmartin

    révolution

    Il est clair que notre génération a tout misé sur l'informatique et croit que cela avait, a et aura des répercussions révolutionnaires.Combien d'individus sont nostalgiques des soirs de révolution ? On dirait bien que personne ne prend le temps de penser : "c’est la jungle de toute façon". Il n’est même pas envisageable pour l’ennemi d’accepter des philosophies révolutionnaires : "si on prend de réfléchir, la loi du plus fort demeure stable et permanente, n'est-ce pas ?"Il existe aussi des conceptions conflictuelles (hétérogènes) de l’histoire et du monde humains ; le "brainhacking" généralisé par les GAFA a permis de reconsidéré le cerveau comme une entité similaire à l’entité informatique. Ce progrès accessible par tous, de tous et pour tous (Google), n’a malheureusement pas impliqué une révolution mais plutôt un changement radical des manières de penser le monde. Il existe bien des contrées où la morale, laïque ou religieuse, n’est plus d’intérêt commun. "A défaut d’être vertueux soyons productifs Établissons ensemble un matérialisme hédoniste à la hauteur de nos fins".
  6. Guillaume_des_CS

    Kovanien

    Kovanien *** LE PRÉAMBULE DU NÈGRE Moi, je suis le nègre. Le véritable auteur, c'est Kovanien. Ou plutôt, c'est le livre lui-même. Enfin, on ne sait pas très bien... Vous comprendrez tout à l'heure. Mais pour ce petit prologue qu'il m'a demandé d'écrire moi-même, il m'a subtilement conseillé de parler à la première personne. C'est singulier... Je vais essayer... Mais ne vous y trompez pas : c'est un artifice ; ce petit conte, qui pourrait bien être vu comme un délit d'initié, ce n'est pas moi qui l'ai commis... Voilà, j'essaye quand même : ce livre, je l'ai conçu comme un bébé joufflu. Il est donc mignon, gentil, quelquefois drôle, quelquefois pénible, enfin... c'est un bébé quoi. Il a une tête, un tronc et des membres. J'ai eu de la chance car avec toutes ces saletés qui commencent à traîner dans l'atmosphère sans qu'on les voie... Bref, il est entier ; en trois parties. Vous pourriez donc penser que c'est un bébé-livre normal, un de plus... Ne le faites surtout pas ! Non que je veuille diriger votre pensée bien entendu, mais je dois vous prévenir : il est magique, et sa magie pourrait être dangereuse ! Je vais vous expliquer... Dans sa première partie, il vous montre ce qu'il s'est mis dans la tête ; dans la deuxième, comment se fait la synthèse — biochimique évidemment — de ce qu'il s'est mis en tête... Et dans la troisième, ce que l'on pourrait faire du résultant de cette synthèse... Et c'est là qu'est le danger car ce "on", ce tout petit "on" qui pourrait en faire quelque chose..., ce ne sont pas ses membres, non, c'est... nous ! Les êtres humains ! "Les individus" comme il nous appelle... Or, ce que l'on pourrait en faire n'est pas tout à fait rien. À l'en croire, on pourrait changer le monde !... Seulement voilà, c'était compter sans moi... Nous autres les nègres, avons ce qu'on appelle un Code de déontologie. Et ce code prévoit, en son Article 5878 alinea 4ter du Titre XXXVI du Livre V qui traite de "LA PROTECTION DUE AU LECTEUR", je cite : « Tout nègre qui se rendrait complice, par défaut d'information du lecteur, de toute manœuvre manipulatoire visant à faire croire que l'on peut transférer dans le monde réel les procédés magiques mis en œuvre dans le conte — y compris le conte philosophique — encourrait la peine prévue à l'Article 461bis alinea 2 du C.P.L. » Le C.P.L., c'est le Code Pénal Littéraire. Je le dis car il n'est pas très populaire... Bon, j'admets qu'avant de décider de vous protéger, je suis allé voir ce que disait de son côté le 461bis... J'ai donc un peu hésité. Pourquoi cette hésitation ? C'est que, je dois l'avouer, à force d'écrire sous sa dictée, Kovanien m'a presque convaincu... Et si cette conviction n'est pas encore tout à fait certaine, il en est une autre qui l'est : son intention n'est pas manipulatoire, elle est... humaniste ! Qu'il s'y prenne maladroitement en enfreignant quelque peu la loi littéraire par des innovations dans la ponctuation est une chose. Qu'on l'accuse d'un crime en est une autre !... Cela dit, le 461bis ne me laissait guère d'autre choix que de vous prévenir...: « La peine encourue pour les délits prévus aux Articles 5878 et suivants [...], est la privation de dessert perpétuelle et de tous droits humains, assortie de l'emprisonnement à vie, jusqu'à la douzième génération..., dans une usine de fabrication de smartphones de la province de 谷歌苹果和其他人... » ! Là, j'ai essayé d'imaginer ma vie sans les crèmes glacées du Macdo et mon hésitation a disparue. C'est bon quand même d'avoir des lois... Tout devient plus simple. Après, pour le transfert à la réalité, vous ferez bien comme vous voudrez... Vous, vous n'êtes pas nègre ; vous ne risquez rien d'essayer... Quand même, soyez prudent. Certains bébés grandissent très vite... Cela pourrait vous mener loin... Bon, je vous laisse savourer... Ah non ! Une dernière chose encore... Le petit s'est mis au monde tout seul ! Pourquoi ? Ne le répétez à personne... Promis ? C'était une ruse pour éviter la censure. Quelle censure ? L'autocensure ; celle des éditeurs. Le problème avec eux, c'est qu'ils savent lire entre les lignes... Non, non, ne le prenez pas mal ! Ce n'est pas ce que je voulais dire... Vous aussi savez lire entre les lignes, je le conçois bien. Comment puis-je être aussi maladroit !? Vous voyez bien que je ne pourrai jamais être auteur... Ce que j'essayais de dire, c'est que ce petit livre est dangereux pour les éditeurs. Mais pas seulement pour eux... Mais aussi pour eux. En fait, il prétend démontrer comment l'on pourrait tout changer sans rien casser. Et dans ce "tout", il y a forcément tout ; il y a donc aussi le système de diffusion de la culture par le livre... Vous allez me dire : « Pourquoi auraient-ils peur puisqu'il s'agit de ne rien casser ? » Et c'est là justement, et pas avant, que j'aurais dû vous répondre : parce qu'ils savent lire entre les lignes ! Vous comprenez ? Car entre les lignes, ce qui n'est pas écrit, ce qu'on ne pourra jamais reprocher à ce petit livre puisqu'il ne le dit pas, c'est que beaucoup de choses pourraient disparaître si l'on suivait ses principes... Elles s'effondreraient sur elles-mêmes presque naturellement, par manque d'usage tout simplement. Enfin, j'exagère... Dans ce cas précis, ce ne serait pas tout à fait naturel. Cela serait davantage comparable à l'effet d'un virus... Une sorte de maladie contagieuse, une obsolescence précoce, une sénescence juvénile provoquée par une épidémie... Mais en tout cas : sans rien casser ! Bon, allez, je vous embrasse ! Bien à vous, Guillaume des CLAIRS SOLEILS — Le nègre.
  7. La révolution française, la révolution bolchévique, etc., sont-elles de vraies révolutions ? Aux yeux d'un kovanien : NON. Il y a longtemps, très longtemps, la tyrannie régnait sur Kovania. Les kovaniens ont fait leur révolution, comme tout le monde. Comme tout le monde ? Non ! Justement, pas comme tout le monde... Et depuis, depuis très très longtemps, la paix et l'harmonie règnent sur Kovania en lieu et place de la tyrannie... Comme Ambassadeur de Kovania sur Terre, je me demandais comme ça s'il pouvait être possible de faire la même chose ici ? Seulement, je ne suis pas certain que beaucoup de terriens (dont je suis, rassurez-vous), puissent définir clairement ce mot : "révolution". Vous jouez ? J'adore jouer ;-)
  8. Comment un kovanien envisage-t-il la transcendance ? Prendre un objet (éventuellement spirituel), ou un sujet, qui peut être soi-même, et constater sa transformation volontaire. Alors et seulement, alors peut-on parler de transcendance (selon Kovanien, qui n'a même pas consulté ses amis les "dicos" pour le coup, pour cause qu'il redoutait que leurs définitions n'aient un peu vieillies [ce qui ne vous empêche pas de le faire]...). Mais c'est insuffisant : il faut ajouter un degré : la transformation est forcément valorisante, positive, progressive (au sens de son orientation vers "le progrès"). Là, apparaît le risque : qu'est-ce que le progrès ? Comment et sur quels critères mesurer la valorisation, le positivisme ou la progressivité ? On le voit aisément, vouloir répondre à ces questions, c'est forcément s'engager dans une longue, complexe, et incertaine démonstration... Le problème (philosophique ?) est donc ailleurs : la transcendance, pour quoi ? Pourquoi le philosophe se poserait-il la question de justifier, ou simplement d'établir la transcendance ? Je ne vois qu'une réponse possible : parce qu'il est insatisfait de sa condition (humaine). Il lui faut pouvoir y échapper... Quitte à créer...?, la transcendance ? Du point de vue kovanien, nous sommes en train de ratiociner. Je n'ai pas à devenir "autre" pour être moi-même... Ne me suffit-il pas d'être honnête ? C'est-à-dire d'analyser le plus objectivement possible l'impact de mes comportements (idées, actes, décisions...) sur l'autre (moi-même ?) et d'en tirer les conséquences pour agir à l'identique ou différemment ? Est-il besoin d'être un demi-dieu pour ce faire ? Pourquoi voudrais-je me transcender ou transcender quoi que ce soit ? [PS : ce post est très dense ; j'espère sincèrement des dizaines, que dis-je ?, des centaines de contradicteur-e-s ! Pour ceux qui ont lu mes posts précédents, vous comprenez certainement qu'on touche "au fond" ici... Or, la "théorie" kovanienne doit être "solide" ! Votre critique lui est indispensable. Merci de votre aide !]
  9. La révolution du logement dans la Révolution Bolivarianne Entretien de Hernando Calvo Ospina avec l’architecte Jean-François Parent, président du Laboratoire international pour l'habitat populaire, une association française. Cette rencontre a eu lieu à Caracas, en décembre dernier. Jean-François Parent présente les projets du LIHP au Venezuela, mais parle aussi de la situation politique de ce pays. Hernando Calvo Ospina. Parlez-moi du projet, comment a-t-il commencé, et pourquoi ici au Venezuela en particulier ? Tout est lié au travail du Laboratoire et à ses relations avec l’Amérique Latine. On travaille depuis 2013 avec le Brésil, la Colombie, le Venezuela, Haïti et le Mexique. C’est un travail de recherche sur les questions urbaines et le rôle de l’habitat populaire, sur son histoire politique et sociale. On s’est interrogés sur la façon dont les grands mouvements populaires visaient à transformer radicalement ces sociétés et comment cette ambition politique se traduisait sur le plan du mode de vie. C’est cela qui a motivé notre travail. Suite https://www.legrandsoir.info/la-revolution-du-logement-dans-la-revolution-bolivarianne.html Le sujet est dans Philosophie parce que penser la société, réfléchir à la Ville, au travail, à l'habitat, au travail, ce sont, je crois, des questions philosophiques de notre temps !
  10. Testament 21/01/2013 [DESC][/DESC] Ce texte fut distribué par les révolutionnaires pour montrer « la superstition du citoyen Capet ». Quelques jours plus tard, ils devaient arrêter chaque Français en sa possession, car le texte eut l’effet inverse de celui escompté… il devenait une relique ! Au nom de la très Sainte Trinité du Père du Fils et du St Esprit. Aujourd’hui vingt cinquième jour de Décembre, mil sept cent quatre vingt douze. Moi Louis XVIe du nom Roy de France, étant depuis plus de quatre mois enfermé avec ma famille dans la Tour du Temple à Paris, par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même depuis le onze du courant avec ma famille, de plus impliqué dans un Procès dont il est impossible de prévoir l’issue à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune Loy existante, n’ayant que Dieu pour témoin de mes pensées et auquel je puisse m’adresser. Je déclare ici en sa présence mes dernières volontés et mes sentiments. « Je laisse mon âme à Dieu mon créateur, et je le prie de la recevoir dans sa miséricorde, de ne pas la juger d’après ses mérites, mais par ceux de Notre Seigneur Jésus Christ qui s’est offert en sacrifice à Dieu son Père, pour nous autres hommes, quelque indignes que nous en fussions, et moi le premier. « Je meurs dans l’union de notre sainte Mère l’Église Catholique, Apostolique et Romaine, qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de Saint Pierre auquel Jésus-Christ les avait confiés. Je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole et les commandements de Dieu et de l’Église, les Sacrements et les Mystères tels que l’Église Catholique les enseigne et les a toujours enseignés. Je n’ai jamais prétendu me rendre juge dans les différentes manières d’expliquer les dogmes qui déchirent l’Église de Jésus-Christ, mais je m’en suis rapporté et rapporterai toujours, si Dieu m’accorde vie, aux décisions que les supérieurs Ecclésiastiques unis à la Sainte Église Catholique, donnent et donneront conformément à la discipline de l’Église suivie depuis Jésus-Christ. Je plains de tout mon cœur nos frères qui peuvent être dans l’erreur, mais je ne prétends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en Jésus-Christ suivant ce que la charité Chrétienne nous l’enseigne. « Je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés, j’ai cherché à les connaître scrupuleusement, à les détester et à m’humilier en sa présence, ne pouvant me servir du Ministère d’un Prêtre Catholique. Je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite, et surtout le repentir profond que j’ai d’avoir mis mon nom, (quoique cela fut contre ma volonté) à des actes qui peuvent être contraires à la discipline et à la croyance de l’Église Catholique à laquelle je suis toujours resté sincèrement uni de coeur. Je prie Dieu de recevoir la ferme résolution où je suis, s’il m’accorde vie, de me servir aussitôt que je le pourrai du Ministère d’un Prêtre Catholique, pour m’accuser de tous mes péchés, et recevoir le Sacrement de Pénitence. « Je prie tous ceux que je pourrais avoir offensés par inadvertance (car je ne me rappelle pas d’avoir fait sciemment aucune offense à personne), ou à ceux à qui j’aurais pu avoir donné de mauvais exemples ou des scandales, de me pardonner le mal qu’ils croient que je peux leur avoir fait. « Je prie tous ceux qui ont de la Charité d’unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes péchés. « Je pardonne de tout mon cœur à ceux qui se sont fait mes ennemis sans que je leur en aie donné aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de même que ceux qui par un faux zèle, ou par un zèle mal entendu, m’ont fait beaucoup de mal. « Je recommande à Dieu, ma femme, mes enfants, ma Sœur, mes Tantes, mes Frères, et tous ceux qui me sont attachés par les liens du sang, ou par quelque autre manière que ce puisse être. Je prie Dieu particulièrement de jeter des yeux de miséricorde sur ma femme, mes enfants et ma sœur qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grâce s’ils viennent à me perdre, et tant qu’ils resteront dans ce monde périssable. « Je recommande mes enfants à ma femme, je n’ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux ; je lui recommande surtout d’en faire de bons Chrétiens et d’honnêtes hommes, de leur faire regarder les grandeurs de ce monde ci (s’ils sont condamnés à les éprouver) que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire solide et durable de l’Éternité. Je prie ma soeur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de mère, s’ils avaient le malheur de perdre la leur. « Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu’elle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrais lui avoir donnés dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher. « Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu’ils doivent à Dieu qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur mère, et reconnaissants de tous les soins et les peines qu’elle se donne pour eux, et en mémoire de moi. Je les prie de regarder ma soeur comme une seconde mère. « Je recommande à mon fils, s’il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu’il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu’il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j’éprouve. Qu’il ne peut faire le bonheur des Peuples qu’en régnant suivant les Lois, mais en même temps qu’un Roi ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cœur, qu’autant qu’il a l’autorité nécessaire, et qu’autrement, étant lié dans ses opérations et n’inspirant point de respect, il est plus nuisible qu’utile. « Je recommande à mon fils d’avoir soin de toutes les personnes qui m’étaient attachées, autant que les circonstances où il se trouvera lui en donneront les facultés, de songer que c’est une dette sacrée que j’ai contractée envers les enfants ou les parents de ceux qui ont péri pour moi, et ensuite de ceux qui sont malheureux pour moi. Je sais qu’il y a plusieurs personnes de celles qui m’étaient attachées, qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles le devaient, et qui ont même montré de l’ingratitude, mais je leur pardonne, (souvent, dans les moment de troubles et d’effervescence, on n’est pas le maître de soi) et je prie mon fils, s’il en trouve l’occasion, de ne songer qu’à leur malheur. « Je voudrais pouvoir témoigner ici ma reconnaissance à ceux qui m’ont montré un véritable attachement et désintéressé. D’un côté si j’étais sensiblement touché de l’ingratitude et de la déloyauté de gens à qui je n’avais jamais témoigné que des bontés, à eux et à leurs parents ou amis, de l’autre, j’ai eu de la consolation à voir l’attachement et l’intérêt gratuit que beaucoup de personnes m’ont montrés. Je les prie d’en recevoir tous mes remerciements ; dans la situation où sont encore les choses, je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement, mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître. « Je croirais calomnier cependant les sentiments de la Nation, si je ne recommandais ouvertement à mon fils MM de Chamilly et Hue, que leur véritable attachement pour moi avait portés à s’enfermer avec moi dans ce triste séjour, et qui ont pensé en être les malheureuses victimes. Je lui recommande aussi Cléry des soins duquel j’ai eu tout lieu de me louer depuis qu’il est avec moi. Comme c’est lui qui est resté avec moi jusqu’à la fin, je prie MM de la Commune de lui remettre mes hardes, mes livres, ma montre, ma bourse, et les autres petits effets qui ont été déposés au Conseil de la Commune. « Je pardonne encore très volontiers à ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gênes dont ils ont cru devoir user envers moi. J’ai trouvé quelques âmes sensibles et compatissantes, que celles-là jouissent dans leur coeur de la tranquillité que doit leur donner leur façon de penser. « Je prie MM de Malesherbes, Tronchet et de Sèze, de recevoir ici tous mes remerciements et l’expression de ma sensibilité pour tous les soins et les peines qu’ils se sont donnés pour moi. « Je finis en déclarant devant Dieu et prêt à paraître devant Lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi. Fait double à la Tour du Temple le 25 décembre 1792. L'article... Source: Boulevard Voltaire
  11. Un extrait d'un article est assez révélateur: "Aujourd’hui, cette France est en danger ! Sarkozy, un président choisi par les anglo-américains a anéanti deux siècles d'histoire en abandonnant notre armée aux mains des américains via l’OTAN, leur création contre laquelle De Gaulle nous avait protégé. Les derniers défenseurs de cet esprit au sein de l’armée, garante de cette indépendance, protectrice de cette liberté, sont en train d’être remplacés par des "atlantistes" à la solde de ce nouvel ordre mondial que leur représentant chez nous, n’a même pas honte de prôner. Un président qui fait retirer les percuteurs des armes des soldats lorsqu’il les visite (janvier 2013) ! Un homme dont cette démonstration de couardise est l’antagonisme absolu de cet esprit français. Bien sûr, cette armée française voudrait sauver la France malgré ses quelques dirigeants atlantistes, mais elle a été neutralisée de la manière la plus simple qui soit : la société « Stéria », multinationale de l’informatique, capable des plus hautes performances technologiques équipant de nombreux pays, n’aurait soi-disant pas réussi à réaliser le logiciel des payes des militaires français (ou trop bien) ! Et depuis l’installation du logiciel Louvois, le militaire n’est plus en état de suivre le peuple de France : il attend avec angoisse chaque fin de mois ; touchera-t-il sa maigre solde ou non ? Et en attendant, il lui faut affronter les créanciers et les absurdités administratives, négocier avec les banquiers, et tenter de maintenir sa famille. Comme beaucoup de français, ses problèmes personnels sont devenus son souci majeur, sa seule considération. Je parle des soldats bien sûr, les hauts gradés, eux, à moins d’être dans le collimateur des atlantistes ou des francs-maçons, continuent de percevoir leurs généreuses rétributions pour gérer la troupe des mécontents. Aujourd’hui, si cet esprit français se ranimait et qu’une révolte s’ensuive, qui protègerait le peuple de France des policiers-assassins des dirigeants (Police spéciale, Eurocor, Eurogendfor) ? L'article entier: http://demo-fr-actualites.blogspot.fr/2013/07/reprenons-les-renes-de-notre-pays.html
  12. 16h18

    Season pass bo2

    Bonjour a tous, Je viens d'acheter le season pass Black Ops 2, et je voudrais savoir a combien de personnes peut-on le donner ? / c'est a dire : Combien de fois peut-on le télécharger ? Merci :)
  13. Bonjour à tous ! Auriez-vous des noms de films qui vont ont marqué sur la révolution française ou sur cette époque ? Que pensez-vous de La revolution Française avec francois cluzet ou de Danton avec Depardieu ? Merci par avance :)
  14. J’ai (Tengo) Quand je me vois et je me pince moi, Jean Sans Rien encore hier et aujourd’hui Jean Avec Tout, aujourd’hui avec tout, je regarde en arrière, je contemple, je me vois, je me pince et je me demande : mais comment est-ce possible ? J’ai, voyons un peu,j’ai le plaisir d’aller et venir partout dans mon pays,maître de tout ce qu’il y a,libre de bien regarder de près ce qu’avantjamais je n’ai eu et ne pouvais avoir.Je peux dire zafra,Je peux dire montagne,Je peux dire ville,dire armée,désormais miennes, à jamais, et tiennes et nôtres,et un immense flamboiementd’éclair, d’étoile, de fleur. J’ai, voyons un peu, j’ai le plaisir d’aller, moi, paysan, ouvrier, homme simple, j’ai le plaisir d’aller, (c’est un exemple ) dans une banque et de parler avec le directeur non pas en anglais, non pas en Monsieur, mais en disant « compañero » comme on dit en espagnol. J’ai, voyons un peu, que moi qui suis noir, personne ne peut me barrer la porte d’un dancing ou d’un bar ou bien, devant le hall d’un hôtel, me crier qu’il n’y a pas de chambre, pas la moindre petite chambre, pas une chambre colossale, non, une petite chambre où je pourrais me reposer. J’ai, voyons un peu, que moi qui suis noir, personne ne peut me barrer la porte d’un dancing ou d’un bar ou bien, devant le hall d’un hôtel, me crier qu’il n’y a pas de chambre, pas la moindre petite chambre, pas une chambre colossale, non, une petite chambre où je pourrais me reposer. J’ai, voyons un peu, qu’il n’y a pas de gendarme qui m’attrape pour m’enfermer dans une caserne ou qui s’empare de moi et me chasse de ma terre et m’abandonne sur la grand’ route. J’ai que, comme j’ai la terre, j’ai la mer,no country, no aïguelaïfe, no tennis, no yacht,mais, de plage en plage et de vague en vague,géant, bleu, ouvert, démocratique, bref, l’océan. J’ai, voyons un peu, que j’ai enfin appris à lire,et à compter, j’ai que j’ai enfin appris à écrireet à penser et à rire. J’ai que j’ai enfin où travailler et gagnerce qu’il me faut pour manger.J’ai, voyons un peu, j’ai ce que j’aurais dû avoiret ce qu’il me fallait avoir. Nicolás Guillén [Camagüey, Cuba, 1902 – 1986] Antología Mayor – Ediciones UNION – 1964 – La Habana, Cuba – page 251 –
  15. Les anarchistes et les socialistes révolutionnaires egyptien-ne-s sont attaqués ! Publié le 30 décembre Cela a enfin eu lieu !Depuis plu­sieurs semai­nes, plu­sieurs sites inter­nets et pages face­book qui appar­tien­nent aux Frères Musulmans, soit de manière offi­cielle soit admi­nis­tré par ses mem­bres, ont lancé une atta­que contre les anar­chis­tes et les socia­lis­tes révo­lu­tion­nai­res en Egypte, en essayant de les isoler comme inci­ta­teurs de la vio­lence et comme pro­pa­gan­dis­tes de la démo­li­tion de l’Etat. Aujourd’hui, un membre des Frères Musulmans a porté plainte contre 3 socia­lis­tes, dont l’un est le cama­rade Yaser Abdel Kawy, un anar­chiste bien connu et un membre du Mouvement socia­liste liber­taire Egyptien. Le pro­cu­reur a trans­mis la plainte au pro­cu­reur de la sécu­rité d’Etat, un appa­reil d’excep­tion du sys­tème légal qui ne fonc­tionne que sous l’état d’urgence. source : http://rebellyon.inf...ocialistes.html La suite à lire sur : http://anarkismo.net/article/21543
  16. L'appel de Cantona à retirer l'argent des banques Mardi 23 novembre - 10:22 "S'il y a 20 millions de gens qui retirent leur argent, le système s'écroule (...). La révolution se fait par les banques" : une vidéo d'éric Cantona, sur le Web depuis début octobre, suscite un buzz croissant avec un appel à vider chacun nos comptes bancaires. "Pour parler de la révolution, on va pas prendre les armes, on va pas aller tuer des gens. Il y a une chose très simple à faire (...). Le système est bâti sur le pouvoir des banques. Donc il peut être détruit par les banques", y explique doctement l'ancienne star de Manchester United. "Au lieu d'aller dans les rues faire des kilomètres (pour manifester), tu vas à la banque de ton village et tu retires ton argent", propose-t-il dans cette vidéo. Réalisé pendant un entretien au journal régional Presse Océan, le clip sous-titré en plusieurs langues a été visionné par plusieurs dizaines de milliers de personnes. "Et s'il y a 20 millions de personnes qui retirent leur argent, le système s'écroule : pas d'arme, pas de sang, rien du tout. é la Spaggiari", dit-il avec un sourire ironique en faisant référence au truand Albert Spaggiari auquel a été attribué le "casse du siècle" d'une banque à Nice en 1976. (...) L'appel de "Canto", qui date du 6 octobre, a donné des idées à des internautes qui ont attiré l'attention de la presse internationale en le relayant via YouTube et Facebook. Sur une page du réseau social, quelque 12.000 personnes affirment vouloir participer à l'événement spécialement créé "Révolution ! Le 7 décembre, on va tous retirer notre argent des banques." Suite de l'article... Source: lepoint.fr
  17. Pour vous, les fermetures d'hôpitaux, même des ecoles d'ailleurs, car aux yeux du gouvernement, ils sont non rentables, vous semble telle justifiées, voir même cohérent, dans un pays tel que le notre? Ps: Pour certains il s'agit juste de la fermeture de certains services, mais ce qui entrainera a long terme l'arret de toutes les activités
  18. Pour quand la révolution, jusqu'à quand ne dirons nous rien, nous laisserons manipuler comme des moutons. Je ne se citerai aucun chiffres, ni aucun faits, car nous tous savons que le pouvoir abuse de nous. Aujourd'hui tout être humain civilisé à notre échelle et vivant dans une société égale à la notre, tous ces gens ont tous perdus leurs valeurs, leurs honneurs, leurs sens morale. Je pense que plus des trois quart de nos citoyens sont trop accrochés à leur confort et leur fric et n'auront jamais le courage pour affronter l'Etat lui-même. Mais, le simple fait de réunir des gens pour exprimer leurs mécontentements suffirai à faire quelques petites chose (je ne parle pas de manifestation inutile). Si je pouvais avoir juste un peu de soutien... Merci.
  19. Un collectif tunisien a écrit cette lettre pour justifier et demander le départ de leur ministre de l'Intérieur. La voici ( texte tel qu'il a été publié sur http://www.michelcol...u-Ministre.html ) Combien de temps encore faudra-t-il que les tunisiens subissent la répression ? Le premier ministre, Béji Caïd Essebsi affirme que "tous les ingrédients de la démocratie sont réunis". Peut-être a-t-il omis de dire qu'il ne faisait pas partie de ces ingrédients...
  20. Les nouvelles autorités tunisiennes ont très vite, après la chute de Ben Ali, donné des assurances aux créanciers internationaux leur assurant un remboursement de la dette. D'après le gouverneur de la Banque centrale, la Tunisie doit rembourser 1120 millions de dinars (560 millions d'euros) alors que le pays a besoin de consacrer toutes ses ressources financières à ses budgets sociaux. Témoignage de Fathi Chamkhi, porte-parole de Raid Attac et Cadtm Tunisie, qui milite activement pour la suspension du remboursement, l'audit de la dette et l'abolition de sa partie odieuse. Billets d'Afrique : Pourquoi ne pas avoir suspendu le remboursement de la dette au lendemain de la révolution ? Cette décision parait être la plus logique, vu l'ampleur des besoins sociaux auxquels il faut répondre en toute urgence. Au lieu de cela, le gouvernement s'est hâté de rassurer les créanciers, quelques jours à peine après la fuite du dictateur, en affirmant poursuivre le paiement de la dette. Rassurer les riches créanciers internationaux, plutôt que d'apporter secours à une population saignée à blanc par plus de deux décennies de politique économique ultralibérale, voilà la priorité de ce gouvernement. Cela en dit long sur sa nature politique et sociale. Il est en effet issu du régime de Ben Ali ! Chose assez curieuse, la révolution s'est contentée de décapiter le pouvoir sans l'abattre. Après le 14 janvier, tout le gouvernement Ben Ali est resté en place. Il a fallu attendre le 24 février pour qu'il en soit chassé. Mais, celle qui prend la relève est, elle aussi, issue du même pouvoir. De ce fait, il ne faut pas s'étonner qu'elle maintienne le cap de la politique du dictateur, c'est-à-dire de continuer d'agir contre les intérêts vitaux des classes populaires, malgré la révolution. La bataille pour la prise du pouvoir paraît donc primordiale pour la réalisation des objectifs de la révolution. Celle pour la suspension du paiement de la dette met en évidence cette vérité. Billets d'Afrique : Les revendications sociales de la Révolution tunisienne peuvent-elles s’accommoder de cette continuité ? Le régime de Ben Ali est un régime antisocial, c'est ce qui explique la révolution. La chute du dictateur n'a pas suffit pour abattre son régime. Le gouvernement actuel est un gouvernement contre-révolutionnaire qui tente de maintenir ce régime. Il est donc clair qu'il n'apporte aucune réponse aux revendications sociales de la révolution. La question est de savoir s'il pourra se maintenir en place malgré cela ? Les classes populaires sont-elles prêtes à se soumettre de nouveau ? A l'heure actuelle rien n'est décidé, même si le gouvernement est en train de marquer des points, par exemple en poursuivant le paiement de la dette, et surtout en reprenant progressivement le contrôle de la situation. Je pense néanmoins que le calme actuel est très fragile et qu'une nouvelle explosion populaire, dans les prochaines semaines, voire les prochains mois, n'est pas à exclure. Le sort de la révolution n'est pas encore scellé. Je continue de croire à sa victoire, car se soumettre de nouveau et se laisser exploiter et opprimer comme cela a toujours été le cas, me parait fort peu probable. Il est bien normal que le régime de Ben Ali essaye de s'accrocher et de se restaurer mais il ne pourra plus résister assez longtemps car il n'a pas de réponses aux immenses attentes sociales. On sait que la quasi-totalité de l'économie tunisienne était aux mains du clan Ben Ali. N'est-ce pas plutôt la dette de celui-ci davantage qu'une dette publique ? Je pense qu'il est exagéré d'affirmer une chose pareille. Certes, les Ben Ali, les Trabelsi (clan de l'épouse du dictateur) et les familles alliées locales se sont approprié un pan entier de l'économie, toujours est-il qu'une bonne partie échappait à leur contrôle. Par exemple, les intérêts économiques étrangers qui sont importants en Tunisie, ont toujours été en dehors de leur zone de contrôle. Cela étant dit, il est vrai de dire qu'une bonne partie de la dette, qui est dite publique, est en fait une dette privée du clan mafieux des Ben Ali-Trabelsi. L'annulation de la dette est-elle un thème populaire en Tunisie ? La dette était une question totalement ignorée des classes populaires avant le 14 janvier. Grâce à la campagne initiée par notre association, nous pouvons affirmer qu'elle l'est beaucoup moins aujourd'hui. Par exemple, plusieurs partis politiques l'ont d'ores et déjà inscrite à leur programmes et un débat national commence à s'organiser autour de cette question. Beaucoup de chemin a été réalisé en si peu de temps, et cela grâce bien évidemment à la révolution. Je pense que cette question va devenir l'une des questions centrales du processus révolutionnaire dans les semaines et les mois à venir. Voyez-vous des similitudes avec la crise des dettes souveraines en Europe ? Bien entendu, il existe beaucoup de similitudes, notamment en ce qui concerne les intérêts sociaux auxquels la dette porte atteinte. Ce mécanisme est conçu pour privatiser les profits et pour socialiser les pertes. La dette ramène derrière elle l'austérité, le chômage et la précarité. Mais le contexte politique est bien évidemment complètement différent. Dans le Sud, la dette s'inscrit dans des relations dominants-dominés, où la dette pose, en plus de questions relevant de la justice sociale, ceux de la souveraineté populaire nationale. Les crises de la dette, qui éclatent ça et là dans les pays du Nord, ou bien qui risquent d'éclater dans un avenir proche, en plus de ceux que connaissent les pays du Sud, ont "le mérite" de mettre un peu plus en évidence les intérêts communs des peuples, aussi bien ceux du Nord que ceux du Sud, face à un ennemi commun. Quelle est la part des créanciers français dans la dette publique tunisienne ? En tant qu'ancienne puissance coloniale, la France occupe une place importante dans la dette de la Tunisie, sa part dans l'encours total de la dette extérieur publique s'élève à environ 14%, mais il ne s'agit que de la part bilatérale, c'est-à-dire celle revenant à l'Etat français (il y a aussi le secteur financier privé). Mais il parait tout de même assez difficile d'admettre que la Tunisie doit de l'argent à la France. D'une part, la Tunisie a déjà remboursé le double de ce qu'elle a emprunté à la France. D'autre part, la France, qui a colonisé la Tunisie pendant trois quarts de siècle, pillant et exploitant librement le pays, a une dette historique envers elle, qu'elle n'a jamais honorée. Bien plus, quelques années après l'indépendance en 1956, le pouvoir tunisien a été obligé de racheter les terres agricoles (environ la moitié de la surface agricole) que les colons français avaient accaparé sous le régime colonial, avec des crédits accordés par l'Etat français !
  21. Tous les ans on voit l'armée defiler sur les champs mais le 14 Juillet n'a aucune valeur. On a coupé la tête des rois pour permettre à des monarques d'un autre genre d'accéder au pouvoir et il y a toujours autant de pauvres dans les rues de France. Pour moi le 14 Juillet n'a servi à rien . A RIEN !
  22. Faut-il mettre unterme a la 5eme republique ? Notre syteme civil arrive a bout de cources tout comme a la fin de l'empire romain, nous croulons sous une bureaucratie et une législation lourde et déshumanisées, une corruptions et des luttes intestine au sain des pouvoirs, et un taux de personnes sans emploie immense avec des ecart tel entre les revenus des riches et des pauvres sans égale ! si nous ne réagissons pas, tout comme les grand empires de l'antiquiter, nous basculerons et la chute nous menneras vers le chaos de sous developpement et de la pauvreté alors pourquoi ne pas prendre l'exemple des pays de l'afrique du nord et reprendre les rennes de notre pays que les politicars nous ont pris,pour assouvir leur objectif et non pas notre bien a tous !!!! pour cela nous avons des solutions: le vote, descendre dans les rues, les petitions et tous les formes d'expretions qui sont a notre disposition pour faire pression sur les perssonages qui nous dirige edt si besoin les pousser a la demission si cela est necessaire!!! je vous enjoint, a reagir a cette article, tant en y repondant que part l'action politique audela des clivage gauche doite pour le bien et la justice de notre pays et de ces habitants
  23. Habitué à un rythme de vie trépidant depuis 23 ans, Ben Ali s'ennuie à présent © REUTERS ENQUETE - Moins de trois mois après son départ de Tunisie, qu'est devenu l'ancien chef d'Etat ? Le 14 janvier dernier, Zine el-Abidine Ben Ali est le premier chef d'Etat arabe chassé du pouvoir. Après 23 ans au pouvoir, il trouve refuge en Arabie Saoudite avec sa femme, Leïla Trabelsi, et quelques membres de sa belle famille. Près de trois mois après la révolution de Jasmin, le point sur la situation de Zine el-Abidine Ben Ali. Victime d'un AVC Mi-février, l'ancien président tunisien est victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC). Plongé dans le coma, Ben Ali est hospitalisé à l'hôpital de Djedda. Il en est sorti il y a tout juste deux semaines. Depuis, il vit avec sa femme Leïla et son fils de 6 ans, dans une immense villa prêtée par la famille royale saoudienne. Mais, habitué à un rythme de vie trépidant depuis 23 ans, Zine el-Abidine Ben Ali s'ennuierait. D’après des témoins, dont des membres de la famille, l’ambiance à la maison est orageuse et les disputes fréquentes. Le journaliste Nicolas Beau croit savoir que l'ex-président passe beaucoup de temps devant les chaînes d'information. Il vit "une espèce de pré-retraite difficile", dit le journaliste. Ben Ali veut garder le contact avec la Tunisie Drogué au pouvoir, Ben Ali a bien essayé de garder le contact avec le pouvoir tunisien. L'ancien chef d'Etat a passé de nombreux coups de téléphone, à la présidence et dans les ministères. Il s'est même montré tellement insistant que les numéros de téléphone ont été changés, rapporte l'écrivain tunisien Abdelaziz Belkhodja, qui a enquêté sur la famille Ben Ali. "Il emmerdait tout le monde" : L'avenir du couple Ben Ali ne s'est pas dégagé après leur départ du pouvoir. Une dizaine de procédures judiciaires, en Europe, aux Etats-Unis mais aussi en Tunisie, ont été lancées contre eux. La dernière mesure en date vient de Tunis : le nouveau gouvernement a publié un décret il y a quelques jours pour organiser la confiscation des biens de tout le clan. Une centaine de personnes sont visées. La Tunisie a aussi officiellement émis un mandat d’arrêt fin janvier contre le couple Ben Ali. Mais pour le moment, la priorité n'est pas à un procès. Le pays veut avant tout réussir sa transition démocratique, avec l'élection d'une assemblée constituante le 24 juillet prochain. Les Tunisiens s'occuperont de Ben Ali après... Europe 1
  24. A la demande conjointe de Seth rotten et moi même, je lance un sujet sur la Révolution française. Etait-ce une erreur ou fallait-il la faire ???? En même temps je tiens à préciser une chose dès le départ : je veux que ce débat ait lieu dans la sérénité et le respect des opinions d'autrui sans que cela ne tourne à la bagarre générale et au nom d'oiseaux. je veux que tout propos soit argumenté avec des chiffres ou des vérités historiques et non partisanes et que l'on donne son avis en pesant chaque mot avec le sens qui lui incombe. Bref que cela se fasse dans le respect du réglement du fofo sur les débats!!!! :blush:
×