Aller au contenu

Persil-Fleur

Membre
  • Contenus

    2824
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Persil-Fleur

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Intérêts
    Planter ensemble quelques brins de persil sur ce forum pour voir ce qu'il deviennent.

Visiteurs récents du profil

1785 visualisations du profil
  1. Je ne connais pas bien le cas de l'Allemagne. Mais, il semble y avoir une confusion de ta part. A ma connaissance les salariés ne sont pas autorisés à participer aux conseils d'administration en Allemagne. Ce qui est normal vu que la gestion de l'entreprise a été confiée par les actionnaires à des gens dont c'est le rôle de gérer l'entreprise et qui représentent officiellement l'entreprise... président, directeur général, cadres dirigeants . Ils sont d'ailleurs salariés pour la plupart. Si tout le monde gérait l'entreprise depuis le manœuvre jusqu'au président, ce serait vite le chaos. L'auto-gestion a fait long feu. En revanche, des représentants des salariés ont des postes dans les grandes entreprises au "Conseil de surveillance". Entité qui, comme son nom l'indique, est chargée non pas de gérer l'entreprise, mais de surveiller l'efficacité de l'action des dirigeants de l'entreprise. Il peut nommer et congédier la direction. Il participe également à l'élaboration de la stratégie de l'entreprise. Le monde change effectivement puisque les salariés sont désormais présents au conseil de surveillance de très grandes entreprises (plus de 500 salariés) en Allemagne... ce qui reste une faible partie de l'ensemble des entreprises.. Mais, c'est une avancée à saluer. Qui arrivera peut-être un jour en France. Mais, ce n'est certainement pas en montant des murs d'opposition avec la direction, en évoquant Staline et ses erreurs, et en partant d'informations approximatives qu'on va faire progresser les choses et apporter de la modernité dans l'entreprise
  2. Merci de ton éclairage sur cette théorie de la double causalité de Philippe Guillemant. Je ne connaissais pas, et je découvrirai volontiers un de ses livres si tu en as un à recommander. Il semble clair que l'existence de la conscience humaine se doit de figurer, parmi d'autres paramètres, dans toute analyse sérieuse portant sur la nature intime de l'Univers. Pour ce qui est des dimensions parallèles recherchées par le LHC, on s'est mal compris. Comme je l'ai écrit à plusieurs reprises, cette hypothèse permet bien de s'affranchir d'une communication qui serait plus rapide que la lumière et violerait la relativité restreinte. L'accès par les particules intriquées à une dimension cachée, probablement le vide quantique et/ou une autre dimension, pourraient leur permettre d’accéder à un message porté par une autre dimension et accessible instantanément. Sans échanger de particule messagère dans notre dimension. Par un mécanisme forcément passionnant encore à découvrir. C'est exactement la piste qu'explore le LHC. Nous sommes donc d'accord sur ce point. Une précision concernant la "mise en relation initiale". De nombreuses expériences ont écarté l'hypothèse d'un message initial portant sur le chemin à parcourir. Elles ont montré qu'il existe entre les deux particules intriquées une communication spécifique, à tout moment du trajet. Sinon, pour revenir au coeur du topic, à la thèse de Tegmark, je te rassure tout de suite. Le formalisme mathématique à l'origine de sa thèse ne te dépassera pas. Même s'il y a dans son déroulé des envolées mathématiques plus complexes qu'il n'est pas nécessaire de creuser. On comprend assez vite sa démarche globale. Ta vision holistique avec un ou deux plongeons sur quelques points clés suffit amplement pour juger de la cohérence de sa démarche et de l'éventuelle existence de biais cognitifs. L'erreur c'est de lire son livre ou de regarder sa vidéo, plutôt que sa thèse... Voilà, je t'en ai déjà trop dit Jette un oeil sur ce lien. N'y passe pas plus de 10 mn. Je suis absolument certain que des choses devraient t'interpeller immédiatement. Il est vrai que je suis assez habitué à lire des thèses de recherche dans un autre domaine. Celui des systèmes économétriques. Et à décortiquer la démarche du chercheur. J'ai passé plus de temps à lire cette thèse pour être sûr de creuser un minimum le sujet. Mais, il est hautement probable que tu puisses nous apporter une ou deux remarques chocs très pertinentes en première lecture de cette thèse. Je n'osais pas moi-même m'y plonger pour les mêmes raisons que toi. Or, ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas disait Sénèque. C'est parce que nous n'osons pas que les choses sont difficiles. Allez, ose te lancer Maître Zen ! ... et marche sur l'eau ! https://arxiv.org/pdf/0704.0646.pdf
  3. De mémoire, il faisait assez sombre dans ce cimetière, et la foule compacte et chaleureuse n'avait de cesse de venir regarder dans le noir où était l'exhibition, il s'agissait en fait d'un principe novateur sur Terre importé de Kovania, encore plus fort que les exhibs de Valona, un principe qui échappe aux lois de notre Terre : "l'exhibition en public... avec public, mais sans exhibition". L'exhibitionniste Kovanien avait choisi une éclipse de Lune pour s'introduire nuitamment dans un cercueil hermétique, placé dans un caveau fermé enterré six pieds sous terre. Il avait à ses côtés l'ombre du chat noir de Schrödinger, et la tombe voisine du mathématicien aveugle qui, comme la foule aveugle, tentait en vain d'y voir quelque chose. En fait, c'était très décevant. Il faisait si noir que je n'ai rien vu... "Un mathématicien est un aveugle qui dans une pièce sombre cherche un chat noir qui n'y est pas" disait Darwin. Cette foule était probablement composée de mathématiciens... Depuis, je fréquente les topics de mathématique pour essayer d'y entrevoir cette fameuse chatte noire... qui n'y est malheureusement pas...
  4. Ce ne sont pas mes arguments... c'est une description du mécanisme économique tel qu'il fonctionne... et que la loi le prévoit. Un bien a un propriétaire, on peut le regretter mais c'est ainsi. Les pays qui on tenté d'autres voies plus collectives, notamment communistes, ont tous fait faillite... et changé de mécanisme au profit du capitalisme individuel. Le moins mauvais des systèmes économiques connus. Par ailleurs, il y a de nombreuses grandes entreprises qui font faillite malheureusement. Kodak, Nokia, Itineris, Aigle Azur, XL Airways, Thomas Cook, Conforama en grande difficulté. Aucune grande entreprise n'est à l'abri de couler. Bien sûr, la Bourse est très spéculative. Et n'apporte de richesse qu'aux entreprises quand elles s'introduisent en Bourse, ou aux actionnaires des entreprises. Si on ne veut pas perdre d'argent, il vaut mieux se tenir à distance. Les salariés sont pris en compte dans la répartition des bénéfices. Ils peuvent bénéficier de primes exceptionnelles ou d'intéressement aux bénéfices. Mais, il y a des entreprises plus ou moins généreuses, et d'autres plus ou moins pingres. Effectivement, c'est une bonne idée que les salariés puissent dialoguer avec la direction de l'entreprise. Les CA sont des réunions très formelles destinées aux votes des actionnaires. Ce n'est pas forcément le meilleur endroit pour des salariés non actionnaires. Il pourrait y avoir d'autres types de réunions communes.
  5. Oui, mais la démarche et le raisonnement utilisés ouvrent d'autres failles encore plus béantes, de mon point de vue. J'y reviendrai dès que j'aurai un peu de temps pour rédiger. Il faut bien ménager un peu le suspense... et laisser à @zenalphala possibilité de décoder mes indices et de me couper l'herbe sous le pied... ou pas
  6. Certes, mais quand la limite du connaissable se situe à 4% du sujet, et que 96% du sujet ne répond pas aux lois mathématiques qu'on a écrites, on peut assez facilement supposer que le système formel qu'on a imaginé n'est pas adéquat. Ca n'a rien de mystique. Ca signifie simplement qu'on ne sait rien sur le sujet. Ou très peu de choses.
  7. J'avais lu cette partie de sa thèse où Tegmark essaie par anticipation de se dédouaner de Gödel. Mais, les arguments que je m'apprête à développer, qui me semblent invalider l'approche de Tegmark, n'ont rien à voir avec tout ce qui a été discuté précédemment. Ca demande un peu de temps, donc j'y reviendrai à tête reposée. D'ici là, @zenalpha aura peut-être le temps de jeter un oeil au lien de Tegmark. Je serais curieux de savoir s'il pourra y déceler les mêmes failles que moi.
  8. En fait, il y a bien deux soucis concernant la constante c : 1/ les vitesses supraluminiques découvertes dans le cadre des expériences d'effet tunnel. Un mécanisme très complexe où une partie du paquet d'ondes effectue un saut qui arrive plus tôt que prévu via un échange avec le vide quantique. Ce ne serait pas la même particule qui apparaît derrière le mur, mais une autre particule restituée par le vide quantique. Néanmoins une partie du paquet d'onde a accéléré au dessus de c sur un très court moment. 2/ l'échange d'information instantanée à des milliards d'année lumière de distance. Ce mécanisme est encore totalement inexpliqué, contrairement à ce que tu dis. Il est au coeur des recherches sur les dimensions cachées du CERN et du LHC. Le théorème de non-communication que tu cites n'explique rien. Il se contente simplement de rappeler les contraintes de la relativité. Il ne permet pas de répondre à la question clé : "Comment deux particules séparées par de très longues distances peuvent-elles communiquer de façon instantanée quelle que soit la distance, y compris sur des milliards d'années lumière ? " Et là on ne parle plus seulement de 5 fois c... mais de beaucoup plus, d'où la recherche de dimensions cachées pour sauvegarder les lois de la relativité.
  9. Voilà les profils des chercheurs qui décrivent leurs résultats et la publication de ces résultats, notamment ceux de Günther Nimtz. https://fr.wikipedia.org/wiki/Günter_Nimtz https://en.wikipedia.org/wiki/Raymond_Chiao Et voici un article qui décrit un peu mieux ce phénomène de vitesse supraluminique dans le cadre d'expériences d'effet tunnel. https://www.matierevolution.fr/spip.php?article3126 Il explique ce mécanisme de "saut quantique" en relation avec le vide quantique. C'est exactement ce que le LHC explore dans ses expériences pour découvrir les dimensions cachées de l'Univers (vide quantique ou autres).
  10. Désolé, Kov-Guillom... Ton apôtre Pierre a subi un rude incident sur sa route vers Kovania. Il faisait nuit noire. Et de nombreuses personnes de cette Terre (qui n'avaient jamais cru), se regroupaient soudain sur un cimetière cherchant la parole du Messie. Comme tu m'avais désigné pour porter ta parole, je leur ai parlé... Dans la nuit noire, à côté de l'ombre du chat noir de Schrödinger, et d'un aveugle qui était là sans l'être, je leur ai dit : "Prenez, ceci est mon corps...". Hélas, comme ils ne voyaient pas mon corps, ils m'ont confondu avec un Kovanien. Ils ont souhaité me prodiguer une marque d'amour à la terrienne. La foule m'a lynché, lapidé, pendu et émasculé... puis, elle a découpé le reste de mon corps meurtri en rondelles et l'a servi aux crocodiles. Le temps de récupérer quelques morceaux dans le ventre du crocodile, cela explique mon retard
  11. Il existe ailleurs sous ce même nom.. il a écrit un bouquin et cherche à créer un jeu. Il a choisi comme apôtre quelqu'un qui n'est pas recommandable
  12. C'est amusant, hi hi... Je ne pensais pas avoir droit en direct à une aussi belle illustration des biais cognitifs qui, au delà des théorèmes de Gödel, peuvent valider ou invalider le point de vue d'un humain. Pour ça je te remercie, Saxo. Tu m'as effectivement fait rire et sourire. Et je vais me déclarer "charmée" de tes charmantes attentions. Douce nuit à toi !
  13. Merci Saxopap. A vrai dire, je n'ai pas le choix Il y a sur ce topic des mathématiciens talentueux, voire des surdoués des mathématiques, @Kahler, @zenalpha et @Spontzy, dont le savoir mathématique est impressionnant, passionnant à lire, mais fort ardu... y compris pour des esprits ayant eu un bon niveau de mathématiques. Il était donc intéressant que quelqu'un aborde les quelques sujets évoqués sous l'angle plus général de ce qui est réalisé par les équipes de chercheurs actuels, de la nature de leurs interrogations fondamentales, et des enjeux de leurs recherches, plutôt que sous l'angle des mathématiques pures... pour lequel : 1/ je n'ai pas le niveau 2/ ils le font beaucoup mieux que moi. Cela dit, la composition des acteurs de ce topic apporte une information capitale pour la réponse à la question soulevée. En effet, ce background commun de mathématiciens fait que cela focalise le débat sur l'axe mathématique au détriment de tous les autres axes de savoir humain. Finalement, nous nous sommes masturbés intellectuellement autour de notions théoriques mathématiques apparemment soulevées par Max Tegmark... mais l'essentiel était ailleurs. Et il nous a échappé. Dans un premier temps j'avais zappé la lecture de sa démonstration, pensant ne pas avoir le niveau pour la comprendre au vu des premiers échanges sur le topic. Et puis, un souci de cohérence et d'esprit rationnel m'a fait cliquer sur le lien de @Kahler. En effet, il n'est pas très sérieux de commenter une démonstration qu'on n'a pas lue. Par ailleurs, cela m'intriguait de voir ce que pouvait être ce type de démonstration visionnaire ayant percé la structure intime de l'Univers. Et là... la révélation s'est faite à moi. Une déformation de mon expérience d'avoir vu défiler tant de thèses d'étudiants. Et de les avoir questionnées avec un peu de bon sens et un peu de rigueur. J'entrevois, à présent, la première erreur de Max Tegmark dans sa démarche. Elle n'est probablement pas là où un mathématicien l'attendrait, mais elle semble particulièrement gênante pour sa thèse. Néanmoins, je ne vais pas déflorer le sujet tout de suite. Et peut-être faire un peu de maïeutique... @zenalpha, tu as pris la peine de cliquer sur le lien pour aller lire la thèse proposée, ou pas du tout ? Rien ne t'interpelle dans ce document ? Voici à nouveau le lien : https://arxiv.org/pdf/0704.0646.pdf En attendant, je vais essayer de résumer simplement la thèse qui est présentée dans ce topic, et le principal argument contrant cette thèse : "Un chercheur affirme avoir démontré que l'Univers est mathématique. On lui oppose les théorèmes de Gödel qui affirment qu'il est impossible de construire un système formel décrivant l'Univers en restant à l'intérieur de l'Univers. Pour être capable de décrire correctement l'Univers, il faudrait sortir de l'Univers." Et la thèse que je viens de lire en diagonale, tout en m'attardant sur certains aspects clés, prouve effectivement que Gödel a raison. Mais, je n'en dis pas plus. Voici une vidéo qui résume assez bien notre problématique : qu'est-ce qu'une démonstration ? Ou encore qu'est-ce qu'une méthode axiomatique, et qu'est-ce qu'en dit Gödel... afin de poser correctement les bases :
  14. Tout à fait d'accord avec toi, Maître Zen, pour les représentations mentales. Face à l'infiniment petit, nous sommes aux limites de ce qu'un esprit humain peut comprendre et appréhender. Après avoir "visualisé" mentalement une particule comme une petite boule, on l'a visualisée comme une onde, puis comme un nuage de probabilité de présence, et à présent les théories les plus sophistiquées essaient de l'imaginer comme une corde, voire une super corde... La vérité, c'est que nos schémas mentaux sont dépassés par un objet que l'on n'arrive pas à se représenter. Il nous est impossible aujourd'hui d'avoir la moindre idée de ce qu'est physiquement une particule quantique. Pas même de nous la représenter mentalement. On élabore au fur et à mesure de nos avancées des représentations mentales très sommaires pour essayer d'approcher une entité extrêmement complexe... qui se défile dès qu'on croit l'avoir approchée. Car cela dépasse notre entendement actuel d'humains. Quand on aborde les propriétés des particules quantiques, c'est presque pire. Elles ne cadrent pas avec nos modèles actuels. Et nous sommes en grande difficulté pour imaginer un modèle qui puisse en décrire les propriétés. Nous sommes par exemple, en difficulté pour imaginer par quels mécanismes deux particules intriquées peuvent communiquer. Une fois encore, ces objets infiniment petits et probabilistes ont des comportements qui nous déroutent. Plus qu'Apophénie, dont la subjectivité est totale voire maladive, je verrais davantage sa petite soeur nous accompagner sur les expériences en physique des particules : Syndrôm-du-Réverbère (issue de la noblesse ^^) Par contre, il me faut porter la contradiction au Maître Zen sur un point. Je reconnais une forme d'ontologie dans mes préférences sur la nature globale du monde, qui m’apparait porteur d'une part de fantaisie et de mystère insondable, plutôt que purement mathématique. En revanche, les recherches dont j'ai parlé ne reposent pas sur des solutions "ontologiques", mais bien sur des solutions mathématiques. Sans doute me suis-je mal exprimé en évoquant un "message commun aux deux particules intriquées qui leur serait accessible de façon non-locale... donc dans une dimension cachée de l'Univers ". Bien que j'ai parlé de Jean Staune, et de Trinh Xuan Thuan, il ne s'agit absolument pas d'un message de Dieu ! ^^ En l'occurrence, la recherche de ces dimensions cachées est l'un des 5 axes majeurs du programme de recherche du LHC. Ils testent des dispositifs expérimentaux pour vérifier l'influence éventuelle de ces dimensions sur la gravité à petite distance. Simplement, c'est aujourd'hui la seule solution à laquelle les principaux chercheurs ont pensé pour éviter une violation de la vitesse de la lumière dans les messages échangés entre particules intriquées. L'idée serait que les deux particules pourraient accéder pendant leur parcours à une sorte de dimension intermédiaire dans laquelle ces messages communs seraient accessibles instantanément. Ces hypothèses des dimensions cachées font l'objet de modélisations mathématiques dans les avancées les plus récentes de la théorie des cordes. De même, la matière noire et l'énergie noire n'ont rien de solutions "ontologiques". Elles font partie intégrante du modèle cosmologique standard, le modèle lambda-CDM. Elles constituent, elles aussi, un des 5 axes majeurs de recherche du LHC qui traque la matière noire et l'énergie noire. On imagine mal la centaine de chercheurs qui planchent sur des modèles mathématiques appropriés être atteints de fanatisme religieux. La matière noire permettrait d’expliquer la rotation des galaxies, tandis que l’énergie noire permettrait d'expliquer l’accélération de l’expansion de l’Univers. Un chercheur d'Oxford vient de proposer en juin 2018 une théorie d'unification des deux en un fluide de masse négative. On a salué l'élégance mathématique et physique de ses démonstrations. Cela dit, d'autres chercheurs ont des modèles concurrents se basant plutôt sur une masse gravitationnelle négative de l'antimatière. Tout cela fait l'objet de travaux sérieux de recherches mathématiques et physiques, et de publications.
  15. Tu as raison d'être réservé Nos mots expriment une conviction bien plus qu'une argumentation scientifique indiscutable. Mais existe t-il un domaine indiscutable dès qu'on aborde la physique des particules ? Je me laisse emporter par le rêve qu'apporte la danse des particules dans une mécanique huilée des mathématiques à notre échelle, où la poésie a peu de place. Ma propre conviction est que les théorèmes d'incomplétude de Gödel, dont le corollaire est qu'il est impossible de penser un système formel en restant à l'intérieur de ce système, sont particulièrement adaptés à traiter de la pensée scientifique concernant l'Univers dans son ensemble. Quand on ne connait que 4% d'un sujet, et que la masse de notre ignorance du sujet est aussi considérable que 96% du sujet, il est peu probable que nos systèmes formels actuels soient adaptés à le décrire.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité