Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'poésie'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

51 résultats trouvés

  1. Parce qu'aussi bien, c'est un exutoire comme un autre, si tant est qu'on ne se prenne pas trop au sérieux dans la chialure désolatrice... Je commence : J'ai des désirs d'orage et de désolation De surdité aveugle en lumière et en son Imposés De noyade et de respiration! Je veux le bruit solide et violent D'un tonnerre sans doute Des brulures de rétine A des éclairs blancs! Je mourrais sans voir le beau temps Comme j'aurais donc du coura-a-geuh Je mourrais sans voir le beau temps Moi derrière, moi derriè-è-reuh Je mourrais sans voir le beau temps Moi de hier et moi de vent! Tsoin-tsoin!
  2. Si, chaque jour, à la source de l’espoir, je m’abreuve, C’est pour protester d’avoir subit une folle épreuve. Hier, rêvant et pliant l’échine sous un lourd fardeau, J’ignorais qu’un oiseau bleu s’était posé sur mon dos. Embrassant l’imaginaire, convaincu d’être le bienvenu, Je me gorgeais de chaque chose qui s’offrait à ma vue. Je ferais miens ces délicieux instants de bonheur absolus, Si, sur moi, une nommée Kia, n’avait pas jeté son dévolu. Sans ce fait, sans ressasser mes nombreuses déconvenues, Je n’aurais jamais pensé qu’à être seul je n’étais pas tenu. Relevant que cette personne n’était pas avare de bonjour, Avant qu’elle ne fasse demi-tour, je saluais sa bravoure. Cela disant, ne pouvant nier que Kia était belle à voir. J’osais lui dire que, profitable serait de nous vite revoir. Puisque indignant et inacceptable était mon célibat, J’invitais mes soldats à soutenir mon noble combat. Rendez-vous convenu, décidant de me bien conduire, Je demandais à mes serviteurs de m’aider à la séduire. Hélas, entre ce que l’on souhaite et ce qui arrive, Pour un rêveur né, il convient de parler de dérive. Car, oublier renier abandonné par ma propre tribu Mon désir de connaître Kia n’a eut ni fin ni début. L’étreinte rêvée et attendue n’ayant point eu lieu, Je reste sans amour et privé de son doux adieu. Cela est fort regrettable puisque affichant ma bonté, Je suis celui sur laquelle une femme peut compter. Tout cela à cause d’un bras vecteur de malheur, Qui accuse ma main de ne jamais arriver à l’heure. À titre de preuve, si mes poignets étaient désintéressés, Pourquoi ont-ils enseignés à mes mains le savoir caresser. Alors, priant mon cœur d’en finir avec mon désespoir, Celui-ci me dit n’être pas-là pour me donner de l’espoir. Puis, celui-ci me rappela qu’oublier et battu comme plâtre, À tout moment, un cœur mal aimer, peut s’arrêter de battre… Ce n’est pas tout, quand j’exhorte mes lèvres à sourire, Jalouses, elles dénient à ma bouche le droit se s’offrir. Ce beau monde n’a-t-il pas devoir de faire en sorte, Que chaque jour au mieux de ma forme je me porte ? On peut toujours prononcer mille abracadabras, On ne verra jamais une jambe épouser un bras. Puisque accepter pareil échec je n’en suis pas capable, Il faudra bien qu’un jour je punisse les coupables. Me faisant avocat des victimes de ces injustices, J’ai décidé de trainer ses malfaisants en justice… On a beau pester en niant l’importance de nos mains, Quoi que l’on dise, elles sont au service de l’humain. Par trop de reproches cumulés, ne pouvant tout supporter, Tous me dirent qu’un petit bonheur est trop lourd à porter. Car si, je n’avais pas été aussi avare de je t'aime, De l’admirable Kia, je serais peut-être auprès d’elle.
  3. Il existe de nombreux topics sur la poésie mais je souhaitais faire celui-ci pour permettre aux forumeurs qui le souhaitent de nous offrir un poème chaque jour. L'idée, c'est de créer le recueil de poèmes du forum. Faites-nous plaisir en vous faisant plaisir :). Allez, je commence. Victor Hugo, Les Contemplations, 1856
  4. Bonjour à tous ! J'ai une dissertation à rendre pour la semaine prochaine mais je n'arrive pas du tout a formuler un plan. Voici le sujet : Le critique Suzanne Bernard considère que "le poème en prose, non seulement dans sa forme, mais aussi dans son essence, est fondé sur l'Union des contraires : prose et poésie, liberté et rigueur, anarchie destructrice et art organisateur [...] de là sa contradiction interne, de là ses antinomies profondes, dangereuses, et fécondes, de là sa tension perpétuelle et son dynamisme Pourriez vous m'aider?
  5. Invité

    "Plus rien ne s'oppose à la nuit"

    Topic : "Plus rien ne s'oppose à la nuit". Sous ce titre extrait des paroles "Osez Joséphine" de A.Bashung, je vous propose de poster vos textes, photos ou des mots d'auteurs que vous aimez en soignant la présentation des pages. Les suites peuvent être interactives ou ne pas et nous feront part de quelque chose de votre sensibilité du moment. _____________________________________________________________________________________________ « Comment doser en juste mesure le poids du monde sur ton front, esclave de la lumière? / Esclave de l’aube, / esclave des reflets qu’aiguisent nos regards sur ta face. / Esclave d’un désir qui a déchiré ton voile et le mien. / Comment doser en juste mesure le poids du monde sur ton front? » Titi Robin
  6. hbou

    La poésie

    A quoi sert la poésie ? Un mot est une cause qui conduit à un effet. Nous pouvons percevoir par les sens l'effet en faisant quelque chose. Cela permet d'appréhender le sens d'un mot. Je connais, ne serait-ce que de façon approximative le sens des mots qui m'importent, l'être, l'avoir, la conscience, le vol, le pouvoir... bien-sûr la vérité, et peut-être la beauté et l'amour. Mais je bute sur la poésie. Au début, je cherchais un lien avec la beauté (et l'art), mais c'est sans doute une erreur. A quoi sert la poésie ? Il semble que dans un monde d'ignorance, la poésie nous montre notre ignorance. Est-ce l'art du paradoxe ? Ceux que l'on ne veut pas entendre ? Qui sont les poètes ? La beauté sert le pouvoir, mais la poésie ? Est-ce qu'Homère luttait contre les envahisseurs, les Hellènes ?
  7. sirielle

    Silence du chant

    Je vous propose de produire un commentaire à propos du poème d'Andrée Chédid "Silence du chant". Si ce bref poème peut être source d'inspirations diverses je vous invite à vous focaliser sur ces vers en particulier "Chargé de vie Lesté de mort". Que signifient-ils pour vous? Mais aussi plus globalement sur ce qu'a voulu selon vous exprimer à travers ce poème Andrée Chédid.
  8. Je n'ai pas trouvé un topic qui me semblait approprié pour poster ses créations poétiques personnelles. Je me permets donc d'en créer un si ça ne vous dérange pas. Je le crée car je souhaite poster mes créations (n'hésitez pas à réagir, même en négatif si ça reste constructif), mais n'hésitez pas également à participer en tant qu'auteur. Miroirs Durant une soirée au hasard, Où l’alcool rend bavard, Je croyais te connaitre, Ne voyant que bien-être. Puis dans un phrasé authentique, Sans être mélodramatique, Tu égraines des événements, Et je te vois différemment. Dans ton regard reste l’enfant, Avec son passé étouffant, Qui garde ses durs souvenirs, Et affiche un doux sourire. Et c'est sans crier gare, Que j’ai pu dans ton regard, Me plonger à l’infini, T’écoutant, restant démuni. En toi je sens une douceur, Une vie en épaisseur. Malgré ton jeune âge, J’entends ton message. Tes yeux sont comme des miroirs, Qui reflètent ma propre histoire. Pas une histoire d’ego, Mais de fêlures plutôt. JiM
  9. (Dieu) En cas d'absence, Je suis dans l'escalier... -" Petit j'ai z'eu" bien du mal ; - à ne pouvoir signer, que d'une croix, la pétition de ton Noël, - et que cela soit, bon pour moi ... - Jamais de rendez-vous avec l'étoile, quant il fait si froid, - aux premiers sommeils sur la paille, commence, il était une fois ... - Sans le concours des Mages, pas toujours vrai, ton avenir d'enfant roi ... - mais souvent des ânes a ton oreille, à te souffler n'importe quoi ... - Petit j'ai z'eu bien du mal ; - avec les Cow-boys, même en chevaux de bois, - Lorsque j'étais Peau-Rouge, Apache, Sioux, Iroquois ... - Des "Plumes aux" poussières d’ancêtres, aux nettoyages ethniques, - Par des colons malfrats ... - Petit j'ai z'eu bien du mal ; - Avec les politiciens têtes de chiens, - Quant ils bavent dans mes "Vers" ; des poignées de léchouilles en vain, - même si, a grands coups de langue de bois, ils te parlent de richesses, - qui ne seront jamais pour toi, - et conjuguent l'allégresse, devant le peuple aux abois ... - Petit j'ai z'eu bien du mal ; - avec les filles, aux baisers « sangsues-elles », et leurs soifs d'enfants, - même pas peur du jeu cruel, de ces unions à faire" sang-blanc", - d’Amours qui se saignent aux quatre veines, et se dressent au levant, - quant mon passé prenait du retard, aux promesses des sentiments, - Le soleil désagrégeait nos histoires, comme vampires au soleil , dispersés aux quatre vents ... - à Personne, je réserve mon désir, à vos envies, - pour quelques Avenirs d'avance(s), - et souhaite à Cupidons, biens des plaisirs, - mais aussi, peut-être, une larme de chance ... - Petit Jésus, bien du mal ; - A Paris, sous le feu des attentats, - le monde se déglingue, et vomit ; aux détours des médias, - la silhouette des assassins, qui prétendent mourir en soldats ... - C'est la peine Capitale, des crimes qui salissent le nom d’Allah… - Obscurantisme au drapeau noir, du silence tu auras, - Juste une minute pour la mémoire des morts, à ceux, que l'on te doit ... - parenthèse dans le monde, à la clameur de nos rues, - là… où jamais tu ne seras ... Paris le 15/11/2015. Comme je ne fait pas de mots en conserves, je vous adresse quelques bocaux de textes plus ou moins récents ...et si cela vous fait sourire , c'est tant mieux... Ce qui est marrant dans ce forum, c'est que j'incendie parfois notre jeunesse, et qu'il n'y a aucunes réactions, a mon age, je suis peut-être plus réac. que la moyenne... bonnes vacances a tous...
  10. gabibiluc

    Lecture

    Bonjour, j'aurais une question :La lecture d'un recueil poétique perd-elle son sens et sa beauté si elle est dans le désordre ? (pour les Contemplations et Romances sans paroles)Pouvez vous m'aider à trouver 3 parties pour répondre à cette question SVP ?Merci d'avance, Bonne journée !!!
  11. Bonsoir, J'ai deux question à répondre sur deux poésie différentes mais du même poète (François Villon) en français mais je n'y arrive pas: Voici le premier poème: Au retour de dure prison Où j’ai laissé presque la vie, Si fortune a sur moi envie Jugez s’elle fait méprison ! Il me semble que par raison, Elle dût bien être assouvie Au retour de dure prison, Où j’ai laissé presque la vie. Si si pleine est de déraison Que veuille que du tout dévie Plaise à Dieu que l’âme ravie En soit lassus, en sa maison, Au retour de dure prison Où j’ai laissé presque la vie. Si fortune a sur moi envie Jugez s’elle fait méprison ! Voici le second: Frères humains, qui après nous vivez, N’ayez les cœurs contre nous endurcis, Car, si pitié de nous pauvres avez, Dieu en aura plus tôt de vous mercis[1]. Vous nous voyez ci attachés, cinq, six : Quant à la chair, que trop avons nourrie, Elle est piéça[2] dévorée et pourrie, Et nous, les os, devenons cendre et poudre. De notre mal personne ne s’en rie ; Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ! (…) La pluie nous a débués[3] et lavés, Et le soleil desséchés et noircis. Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés[4], Et arraché la barbe et les sourcils. Jamais nul temps nous ne sommes assis Puis çà, puis là, comme le vent varie, A son plaisir sans cesser nous charrie[5], Plus becquetés d’oiseaux que dés à coudre. Ne soyez donc de notre confrérie ; Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ! Prince Jésus, qui sur tous a maistrie[6], Garde qu’Enfer n’ait de[7] nous seigneurie : A lui n’ayons que faire ne que soudre[8]. Hommes, ici n’a point de moquerie ; Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ! et voici les questions: 1- Quel est le ton (tonalité, registre) du poème ? Comparez-le avec le ton du poème précédent. Puis, proposez une explication de ce changement de ton. 2- Quelle image de la « Fortune » nous propose Villon dans ce poème ? Essayez ensuite d’en proposer une interprétation.
  12. gabibiluc

    Poète voyant

    Bonjour, Pourquoi Hugo est un poète voyant dans Les Contemplations SVP ? Et dans quels poèmes ? Pourquoi Verlaine est un poète voyant dans Romances sans paroles SVP ? Et dans quels poèmes ? Pouvez vous m'aider SVP ? Bonne journée
  13. gabibiluc

    Poète guide

    Bonjour, Pourquoi Hugo est un poète guide dans Les Contemplations SVP ? Et dans quels poèmes ? Pourquoi Verlaine est un poète guide dans Romances sans paroles SVP ? Et dans quels poèmes ? Pouvez vous m'aider SVP ? Bonne journée  Multi-Citer Citer Éditer Partager Alerter
  14. Bonjour a vous j'aurai besoin d'aide pour mon devoir de francais juste pour la question 2 car je n'arrive pas a trouver des sous partie qui convient sa fait au moin 2h que je cherche mais je ne trouve rien 1) Une proposition de problématique qui guiderait l'analyse (et viendrait compléter l'introduction envoyée en guise de corrigé) ; 2) Trois exemples par sous-partie + leurs analyses (procédé + effet du procédé) Je vous remets en pièce-jointe le texte et le corrigé du plan et de l'introduction. MERCI D AVANCE Séance 7 - corrigé Marie de Romieu (2).pdf Séance 7 Un féminisme avant l'heure.pdf
  15. « Mais ce qui demeure, les poètes le fondent » (Hölderlin) Ce vers me donne une sensation de vertige : Dans la mesure où rien qui puisse être fondé par l’homme n’est éternel, comment alors le poète peut-il fonder une telle chose qui de plus si elle est réellement éternelle alors elle aurait de toute façon existé avant même d'être fondé par le poète ? Comment peut-on imaginer qu’une chose qui a existé depuis toujours puisse quand même être « fondée » par le poète à un instant donné ?
  16. Extrait de « L’homme habite en poète » de Martin Heidegger : « Aussi longtemps que dure cette venue des bonnes grâces, aussi longtemps est-ce avec bonheur que l’homme se mesure avec la Divinité. Quand une pareille mesure a lieu, l’homme est poète à partir de l’être même de la poésie ». Beaucoup ici écrivent aussi des poèmes, je voudrais alors vous demander ce que vous en comprenez de cette expression : « Être poète c’est mesurer » ?
  17. Gazouillis radieux Le grenat couvre le rose Prunier qui se vêt
  18. Tonnerre de feu Petit ourson dénudé L' amer a tes pieds Eucalyptus foudroyé Le gardien des forêts tué.es
  19. Partagez-le nous! Et dites-nous pourquoi vous l'aimez tant... Et merci d'avance !
  20. Mort tu ères Mortuaire mort-vivant Tout se décompose Et ta prose N'est plus que pâle éclair D'un soleil mourant Et te taire N'est que finissement De l'apothéose
  21. Ballades en Provence C'est tout un orchestre Sur le chemin de la vigne, Bien caché dans l'arbre. Au bout du champ, Trop à l'étroit dans son lit Le torrent gronde. Un bouquet de cannes Nacré d'ivoire au soleil Salue le torrent. Le soleil baisse, La forêt offre un écrin Aux bambous d'or blanc. Pendant la montée, Le soleil me brûle la joue, La sangle l'épaule. Les schistes du sentier Me racontent comment La Terre s'est faite. Les murs sont blancs, Les volets bleus tous fermés ; Le village dort. Une tourterelle Roucoule avec paresse ; On ne la voit pas. Dans une rue étroite, Enveloppé d'ombre douce Un beauceron dort. Au coeur des vignes Un drap blanc sèche à la fenêtre D'une maisonnette.
  22. J'ai reçu ce matin un cadeau merveilleux Qui s'est offert à moi, à peine ouvert les yeux. Il est entré sans frapper, m'a rejoint dans mon lit, M'a d'abord embrassé et puis, m'a investi. Quand il m'a fait l'amour Il a tout chamboulé, Et de tous ses atours Je reste impressionné. Comment s'y est-il pris ? Je ne saurais le dire Mais je vais le décrire Car nous avons bien ri, Et je veux partager Avec toi le bonheur De cette bonne humeur Dont il m'a gratifié. Il a tout balayé D'abord mes sales pensées Et puis mes idées noires Jetées dans un tiroir. Et c'est comme par magie que j'ai senti la vie Qui m'a tout envahi de sa belle énergie. Ce cadeau magnifique, je l'ai dépaqueté Et j'ai pu voir son nom, qui est... Vitalité !
  23. Leur empereur était petit Il leur fit faire de grandes choses Mais quand tout un peuple est meurtri Les lendemains ne sont pas roses Ils le honnirent Ils le bannirent Et d'un revers Le désavouèrent Que pourrait y faire ma prose Moi qui vais seul et sans patrie Moi dont les lendemains explosent Comme des bulles, tout aplatis Ils me honnissent Et d'un revers Ils me bannissent Me désavouent L'inconstance n'a d'égal chez lui Que sa tangible inconsistance Là où l'idée de peuple luit La liberté est en vacance On la honnit La désavoue Et d'un revers On la bannit.
  24. Le contresens Entre la vie et la mort Et dans la lie bien à tort, Aveugle fou possédé Je cherche mon hyménée. Vivre sans elle n'a plus de sens. Le sens, sans elle, n'a plus de vie... Car à la base de l'essence Tourne folie comme une toupie. Où me mènes-tu Ressort, Que mon âme s'évapore ? Quelle est donc cette puissance Qui fait de Moi... contresens !?
  25. Oh... Je dois m'absenter. J'ai un fâcheux contretemps... Figurez-vous qu'à la maison, J'ai un loup blanc ! C'est un loup-poète... C'est d'une fragilité ces bêtes, Vous n'imaginez pas... Il est rentré ce matin, Son pelage plein de sang ! Je ne sais à quel fourré plein d'épines Il est allé se frotter... Peut-être même s'est-il battu ? Il semblait si abattu... J'ai fait venir le véto, Il a mis son veto : Surtout n'essayez pas De cicatriser ses plaies... Il n'y a que lui qui puisse le faire : Laissez-le se lécher... Elles sont d'un genre... particulier. Il n'y a pas de pansements... Vous me devez quarante deniers Il faut payer... Me croyez-vous si riche Que vous voulez m'assassiner ? Vous l'êtes forcément Pour avoir tel animal... Savez-vous que c'est le premier Que dans toute ma carrière, Je peux enfin soigner ? Je vous comprends d'aimer ce genre de loup, Mais méfiez-vous... Ça a l'éclat du diamant, La fragilité du cristal... Êtes-vous bien assuré ? J'ai la CMU vous savez... Alors oubliez... Avoir pu l'approcher, Ma journée est bien gagnée ! Je suis retourné à mon loup, Je lui ai pris la patte... Elle tremblait comme de froid Il a levé les yeux sur moi Et il m'a fait pitié : On eut dit qu'il voulait s'excuser De me causer tant de soucis... Je l'ai embrassé... Il les a refermés. Les tremblements ont un peu diminué... Enfin, vous comprenez... Il me faut le soigner. Je reviendrai dès que possible, Dès qu'il ira mieux... Ne vous inquiétez pas : Je n'abandonne jamais les gens que j'aime. C'est juste une question de priorité.
×