Blaquière

Membre
  • Compteur de contenus

    3 894
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Blaquière

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Ésope VII/VI ème siècle av. J-C. LES GRENOUILLES QUI DEMANDENT UN ROI Les grenouilles, fâchées de l’anarchie où elles vivaient, envoyèrent des députés à Zeus, pour le prier de leur donner un roi. Zeus, voyant leur simplicité, lança un morceau de bois dans le marais. Tout d’abord les grenouilles effrayées par le bruit se plongèrent dans les profondeurs du marais ; puis, comme le bois ne bougeait pas, elles remontèrent et en vinrent à un tel mépris pour le roi qu’elles sautaient sur son dos et s’y accroupissaient. Mortifiées d’avoir un tel roi, elles se tendirent une seconde fois près de Zeus, et lui demandèrent de leur changer le monarque ; car le premier était trop nonchalant. Zeus impatienté leur envoya une hydre qui les prit et les dévora. Cette fable montre qu’il vaut mieux être commandé par des hommes nonchalants, mais sans méchanceté que par des brouillons et des méchants.
  2. Euh... NON !
  3. J'ai bien secoué tout ça et ça ne donne absolument rien ! Moi aussi j'ai un grand projet, je voudrais me construire un grand bateau en bois et à voiles, y'a quelqu'un qui peut m'aider ? "Un pauc d'adjudo fa toudjou dé bèn !" ("un peu d'aide, ça fait toujours du bien !')
  4. J'adore votre duo ! Continuez ! C'est bien !
  5. C'est quoi cette blague ? Peut-on souhaiter ou ne pas souhaiter être réincarné ? Puisque personne ne l'a jamais été ni ne le sera jamais ? Oh ? atterrissez ! Elle est bien (ou mal) comme elle est la vie !... Et on n'en a qu'une et faut faire avec...
  6. 5. Quand sus lei tranchos de viandugi (Quand sur les tranches de viande) Poudès plus mouardre a bellei dents (vous ne pouvez plus mordre à belles dents) Quand vous fau façun e saussigi (Quand il vous faut des farces et des sauces) Quand lou roustit vous dis plus rèn (Quand le rôti ne vous dit plus rien) Quand v'aduen per plat de riboto (Quand on vous apporte pour plat de ribote -de fête-) Un pelau de ris safranat (une pelletée de riz au safran) Es tems que vous greisson lei botos (Il est temps qu'on vous "graisse les bottes") Fau s'en anar, fau s'en anar. (Faut s'en aller, faut s'en aller) 6. Quand avès plus coumo ei tombados (Quand vous n'avez plus comme pour une chute) Qu'un couar passit, estransinat (Qu'un coeur fripé, et resserré) Qu'une cervello en marmelado (Qu'une cervelle en marmelade) Quand lou bouan sens a débanat (Quand le bon sens s'en est allé) Quand la cambo en marchant tirasso (Quand la jambe en marchant traîne) Quand poudès plus vous boutounar (Quand vous ne pouvez plus vous boutonner) Quand sias plus qu'un vielh fais d'estrasso (Quand vous n'êtes plus qu'un vieux paquet de chiffons) Fau s'en anar, fau s'en anar. (Faut s'en aller, faut s'en aller) Ouf ! j'ai fini ! Pourquoi ce texte a eu autant de succès ? (Je le trouve génial !) Pourquoi ? Pourquoi ce tableau si apocalyptique si sordide de la vieillesse est conservé comme un trésor ? Pourquoi est-il dit et redit avec un vrai plaisir, avec une vraie gourmandise ? Justement parce que le tableau est abominable ! Et qui que ce soit qui le lise ne peut que penser : "Quelle horreur ! HEUREUSEMENT que je n'en suis pas encore là ! Il n'est donc pas encore temps pour moi de m'en aller !" N'oublions pas que son auteur, Gantelme était docteur ! Ils sont malins, ces docteurs !
  7. 3. Quand poudès plus estre dei festos (Quand vous ne pouvez plus être des fêtes) Rire, bèure sè(c) ni vilhar (Rire, boire sec ni veiller) Quand davans la taulo vous resto (Quand devant vous, à table il ne vous reste) Qu'un machourau descaviha (Qu'un machouilli informe) Quand lei chatouno vous fan ligo (Quand les fillettes vous font envie) E qu'avès ren a li tournar (Et que vous n'avez rien à leur offrir) Es ouro de fermar boutigo (C'est l'heure de fermer boutique) Fau s'en anar, fau s'en anar. (Faut s'en aller, faut s'en aller.) 4. Quand avès plus la visto netto (Quand vous n'avez plus la vue nette) Quand per legir vouastre journau (Quand pour lire votre journal) Vous fau l'adjudo dei lunetos (il vous faut l'aide des lunettes) Quand sias blede, cepoun d'oustau (quand poussif (essoufflé, repus), vous ne sortez plus de chez vous) Quand luench dau restouble e de l'augo (Quand loin des champs ou de la mer)(du champ et de l'algue) A vieùre au lié sias coundanat (à vivre au lit vous êtes condamné) Es tèms d'anar fumar la maugo (Il est temps d'aller fumer des mauves !) Fau s'en ana, fau s'en ana. (Faut s'en aller, faut s'en aller)
  8. Erreur ! T'as déjà les deux ! (C'est juste pour remonter le moral !) (Et moi, j'ai les trois !)
  9. Un grand morceau de bravoure en langue provençale hyper apprécié en Provence J'essaie de le traduire... Fau s'en anar (Il faut s'en aller) (Dr Gantelme, 1820-1870) 1. Quand lou passeroun dins sa gabi, (Quand le passereau dans sa cage) Enchichinit poù plus pieuta ; (-même- saoul ne peut plus chanter) Quand l'a plus au foun de la fàbi (Quand il n'y a plus au fond de la jarre) Proun d'oli per vougne lou tap ;(Assez d'huile pour oindre le bouchon) Quand la poutigno eis ueis s'empego (quand la chassie aux yeux se colle) Que sias vielh, mau courous, arnat (Que vous êtes vieux, de mauvais humeur, vermoulu) Es tems de devessa la pego (il est temps de "renverser/rejeter la colle") Fau s'en anar, fau s'en anar. (Faut s'en aller, faut s'en aller.) 2. Quand l'entre-dous de vouastrei braios (Quand l'entre deux de votre pantalon) Jaunejo, sente l'escaufit ; (jaunit, et sens le rance (le moisi)) Quand lou pissarugi s'estrailho (Quand la pisse (se répand)(coule aux talons) Dins lei bas que n'en soun clafits ;(Dans les bas qui en sont remplis) Quand dau nas vous pende la goutto (Quand du nez vous pend la goutte) E que de tout fes que renar (Et que pour tout vous ne savez que râler) Vengue lèu la fuelho de routo : (Vienne vite la feuille de route !) Fau s'en anar, fau s'en anar. (Faut s'en aller, faut s'en aller.) Bonne soirée ! La suite demain ! ça m'a épuisé cette traduction ! Ce texte est un sommet ! ça m'a fait apprendre le mot français "chassie" Jusque là je ne connaissait que le mot provençal "poutigne" !!!
  10. C'était de l'humour... Et pour dire comme j'ai lu un jour (Julien Green ou Graham Greene ?) Quand le choix est inévitable on peut encore soutenir une cause non pas "à cause de" mais "en dépit de"...
  11. j'ai justement demandé deux barnum pour faire mes démonstrations en septembre... Mais j'ai un doute ne faudrait-il pas dire deux "barna" ?!!! Moi raciste ? peut être ! mais je pense qu'on pourrait se servir de la phrase ci-dessus pour mieux comprendre comment fonctionne la mauvaise foi ! Oui ! c'est ce qu'on appelle ni de droite ni de gauche ! La droite, donc ! Pour votre hypothétique moitié de gauche, je signale qu'à droite, ILS NE SE TROMPENT JAMAIS. Ils sont toujours ni de gauche ni de gauche !
  12. C'est mon côté poète ! Quand on n'est profondément pas raciste, on n'a pas peur d'être pris pour un ! Blaquière raciste, c'est un oxymore ! Comme Macron intelligent !
  13. Oui, mais pour toi c'est pas pareil : si c'est Macron qui l'a dit c'est forcément bien ! Quand il prononce le mot sophistiqué, c'est pour nous faire croire que sa réflexion est très sophistiquée. En fait il n'a dit qu'une banalité, qu'une évidence, à savoir qu'il ne faut pas distribuer de l'argent en Afrique puisqu'il sera piqué au passage par les mecs au pouvoir sans arriver jusqu'au peuple ni au développement des pays. L'aide efficace c'est évidemment de permettre le développement des pays. Donc une évidence bien empaquetée, bien sophisticationnée, et pour finir "la cerise sur le pompon" comme disait l'autre. Les noires pondeuses ! En fait il a baratiné en banalités pour en arriver là, au fond de sa pensée. Non sa pensée n'a pas de fond : juste pour plaire aux racistes qui voient d'un mauvais oeil tous ces noirs immigrants qui débarquent.
  14. Macron ! Rien qu'à prononcer ce nom, je commence à avoir envie de rire ! Il y a eu la réflexion sur les illettrées, et je me suis fait -à mon tour- cette réflexion : "et s'il était aussi stupide, aussi PRIMAIRE que Sarkozy ?" Puis il y a eu le costard ! Maintenant les "noires pondeuses" : ça se confirme ! Et je prédis que ça va s'accentuer vu que déjà il ne se fait pas interviewer le 14 juillet parce qu'il est trop intelligent ! (Comme Bruno Le Maire !). C'est pas beau, ça ? On a les mecs les plus intelligents qui nous dirigent !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! On va se marrer pendant cinq ans à attendre la blague suivante !
  15. Exact ! PARCE QUE TU NE PENSES PLUS !