Blaquière

Membre
  • Compteur de contenus

    3 699
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Blaquière

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Y'a eu un twist et mon message n'était pas parti (je le croyais) M'enfin ! Le bien n'a jamais été créé : il n'existe pas ! Et le mal non plus ! Le bien, le mal sont des idées, des concepts, imaginaires, virtuels : ce ne sont pas des entités ni existantes ni préexistantes . Ce sont des notions relatives. Rien n'est bien ni mal en soi. Est considéré bien pour un individu ce qui va dans le sens de sa survie de son plaisir, de son bien-être, de sa satisfaction (y compris psychologique)... etc. Et mal, l'inverse. Pour le cultivateur, la pluie est bonne ; mais la même pluie sera mauvaise pour le touriste sur la plage. C’est une banalité de dire ça. Est bien ce qui me va. Si deux individus son près de mourir de soif et qu'il n'y a qu'un verre d'eau à peine suffisant, celui qui boira le verre d'eau sera sauvé, ce sera bien pour lui, celui qui ne le boira pas mourra et ce sera mal pour lui. S'ils partagent le verre d'eau, ou le renversent, il mourront tous les deux et ce sera mal pour les deux. Et s'il y a deux verres d'eau, ça s'appelle l'abondance, et ce sera bien pour les deux. S'il y a des milliards de verres d'eau, ça s'appelle le déluge et ce sera mal pour tout le monde ! Même pour ceux qui n'étaient pas au courant du premier verre d'eau et qui n'avaient même pas soif. Ce qui est un comble… Vous voyez où ça nous mène vos histoires de Dieu qui invente le bien ? A LA CATASTROPHE ! Non, mais !… Je m’énerve, je m’énerve, et c’est pas bon pour moi ! Tout ce bien m’est un mal. Et j'en ai mal au bien… En tout cas, en ce moment, le soir vers le sud, Jupiter brille de tous ses feux... Est-ce un hasard si on a donné le nom du premier dieu ou roi des dieux à la planète effectivement la plus grosse ? (Mais la deuxième plus brillante après Vénus). Il semblerait que oui. Peut-être aussi parce que la planète (appelée Vénus) était déjà assimilée à une divinité plus ancienne, mésopotamienne ou autre et que cela se savait par tradition ?)
  2. M'enfin ! Le bien n'a jamais été créé : il n'existe pas ! Et le mal non plus ! Ce ne sont pas des entités ni existantes ni préexistantes ce sont des notions relatives. Rien n'est bien ni mal en soi. Est considéré bien pour un individu ce qui va dans les sens de sa survie de son plaisir, de son bien-être, de sa satisfaction (y compris psychologique)... etc. Et mal, l'inverse. Pour le cultivateur, la pluie est bonne ; mais la même pluie sera mauvaise pour le touriste sur la plage. Si deux individus son près de mourir de soif et qu'il n'y a qu'un verre d'eau à peine suffisant, celui qui boira le verre d'eau sera sauvé, ce sera bien pour lui, celui qui ne le boira pas mourra et ce sera mal pour lui. S'ils partagent le verre d'eau, ou le renversent, il mourront tous les deux et ce sera mal pour les deux. Et s'il y a deux verres d'eau, ça s'appelle l'abondance, et ce sera bien pour les deux. S'il y a des milliards de verres d'eau, ça s'appelle le déluge et ce sera mal pour tout le monde ! Même pour ceux qui n'étaient pas au courant du premier verre d'eau et qui n'avaient même pas soif. Ce qui est un comble...
  3. Quand je dis que c'est une idéologie, cette mise en avant du combat à toutes les sauces, je ne pense pas à des idéologues qui nous conditionneraient. Il n'y a pas de complot à proprement parler. Au lieu d'idéologie, disons façon de penser ou tournure d'esprit. C'est une tournure d'esprit à la mode qui flatte le quidam (neuneu) en le disant combattant, vaguement héros tout en permettant à d'autres de tirer les marrons du feu. Et c'est parce qu'on s'en trouve flatté qu'on tombe si facilement dans le piège. "Oui ! je suis un combattant !" ça n'embellit pas la vie, ça fabrique de l'émotion. Et puisque tout n'est que combat, partout, compte tenu de notre réelle faiblesse, il ne nous reste guère qu'à accepter et la fermer. Regardez comme on veut nous obliger à penser que la mondialisation est un combat (une concurrence)... Eh bien, non, les peuples pourraient très bien s'entraider au lieu de s'opposer. Mais ça ne ferait pas les affaires des happy few qui profitent de cette concurrence. De ce combat. Bien sûr que les combats, les vrais combats existent. Et qu'ils font beaucoup de bruit, sont très visibles, et très spectaculaires. Mais tout n'est pas combat. Très peu de choses sont des combats en définitive. On peut le tourner dans tous les sens, mais je ne croirai jamais que quand un footballeur tire "un boulet de canon", il s'agit vraiment d'un boulet de canon... En plus, pour les 21 vrais coups de canon du président, y'avait... même pas de boulet !
  4. On ne peut pas raisonnablement confondre les deux. Quand on nous dit que les pesticides ont des effets négatifs sur notre corps, c'est acceptable raisonnablement. Et d'autant plus que ces effets négatifs sont constatables. Ce n'est pas une religion. Quand un quidam (Moïse, Jésus, Mahomet) nous dit que Dieu (qu'il est le seul à voir ou à entendre) lui a parlé et promis le paradis ou l'enfer à son âme quand il sera mort, on a raisonnablement le droit voire le devoir de ne pas le croire sur parole. C'est une religion. Vu qu'en plus on n'est même pas sûr qu'une "âme" nous survive. c'est de l"hypothèse au carré !
  5. Mais là je te suis à 100% : Tout ce que Bébé mANGE, tout ce qu'il engrANGE, se retrouve dans les frANGEs de ses lANGEs ! Quand on les chANGE. Ce n'est point fANGE mais un mélANGE orANGE étrANGE. Est-ce la vidANGE (ou la vendANGE) du petit ANGE qui vous dérANGE ? Faisons en (zonzan) plutôt louANGE !
  6. @deja-utilise : Entièrement d'accord avec cette approche. Et on peut même dire que ces extensions ne sont pas gratuites. Elles sont intentionnelles. Parler de combat à toutes les sauces, c'est un phénomène de mode. Le sens figuré (effectivement !) qui déborde systématiquement sur le sens propre. C'est pour flatter le "client" dans le sens du poil. Un combattant est un héros. Il s'agit de transformer le minable de service (j'en fais aussi partie) en personnage mythique, épique, légendaire. Cette extension est une manipulation. Pour se donner de l'importance. @querida a bien vu pour le foot ; il s'agit de transformer en héros (en combattants) des gamins pas très futés qui courent après une balle... Le sérieux des commentateurs de matches est à mourir de rire. D'un autre côté, pourquoi faudrait-il vraiment risquer sa vie (être un vrai combattant) si on peut se donner l'illusion d'être un héros à peu de frais ?! On vit dans un monde de mensonge (comme dans la publicité). La "fonction" du philosophe est bien de dénoncer cela. Et pas d'aboyer avec les loups. J'ai un doute : ça aboie, un loup ? Non, c'est "hurler avec les loups" !!! (les aboiements c'est pour la caravane qui passe !) Le combat figuré, c'est pour convaincre le moindre roquet qu'il est un loup de haute volée !...
  7. C'est pas bête, mais c'est à nous de faire en sorte qu'il n'en soit pas ainsi... L'Arabie ? C'est où, dites ? Elle nous amusait beaucoup quand on était petits, celle-là...
  8. Et l'idéologie socialiste préconise d'exterminer les juifs et les homosexuels ? C'est Marx qui a dit ça ?
  9. Comme aurait dit Coluche, on a un nouveau Premier Sinistre !
  10. Drucker, il est juif, je comprends bien qu'il n'ait pas trop envie d'inviter les successeurs idéologiques des Pétain et Hitler... Ruquier il est à gauche et il le reconnais ouvertement. Pour son émission de variété, il peut un peu inviter qui il veut. Homosexuel, c'est comme Drucker, il a le droit d'éviter ceux qui "les" envoyaient naguère aux fours crématoires. Quant à ne pas inviter la fille Le Pen tout le monde a pu constater lors du dernier débat, qu'on n'a pas perdu grand chose question niveau intellectuel....
  11. "Les autres médias sont privés. Ils peuvent être des médias d'opinion si ça leur chante." Oui ! Mais ce serait bien qu'ils annoncent la couleur : un petit médaillon dans un coin de l'écran, pour BFMTV, par exemple, "Première chaîne d'information... DE DROITE" ... Et encore je ne précise que ce qui m'évite d'ếtre poursuivi par la justice... J'adore les débats de BFM où un/une journaliste de droite s'oppose à un/une autre journaliste de droite ! C'est une certaine conception de l'objectivité... La malhonnêteté fondamentale des médias, c'est qu'il prétendent implicitement être objectifs. TOUJOURS. En fait de façon à peine masquée, il s'agit ni plus ni moins que de propagande. Pour les journalistes, un petit badge serait le bienvenu : "Sympathisant socialiste" ou "j'ai voté pour Sarkozy !" "Réactionnaire traditionaliste" pour tel journaliste de TF1... Une information est une information, c'est le compte rendu d'un fait. C'est ni de droite ni de gauche. revanche, un commentaire il peut être de gauche, de droite, et s'il n'est ni de droite ni de fauche, c'est qu'il est de droite... Existe-il une chaîne privée de gauche (ou) qui défende les intérêts de ceux qui travaillent ? Des travailleurs ? Des PROLETAIRES ? (Oh pardon, j'ai dit un gros mot !)
  12. @jeandin : LIT ?!!! Ah non ! Se faire enc_ _ _ _ certes ! Mais DEBOUT !
  13. Ouch ! .......................................................... Dans mon jardin secret à moi, y'a que des vers de terre. Croquant la terre par devant Et par derrière la chiant plus fine. C'est des cacas de terre En petits monticules torsadés, très décoratifs. Qu'ont-ils mangé dedans ? je ne saurais le dire. Les vers de terre sont gras, mous, capricieux, et un peu dégouttants. Il arrive qu'ils saignent ! D'un beau sang rouge, comme nous. Il paraît que si on coupe un vers de terre en deux, La partie la plus grosse refait un ver de terre. C'est la démocratie des vers de terre. (La majorité qui l'emporte.) Il faudrait prendre un ver, le mesurer exactement et le couper en deux moitiés parfaitement égales aux ciseaux pour voir s'il en repousse deux. Mais ce serait inhumain. (De remettre ainsi en cause la démocratie ?)
  14. Y'a un enfant qui a raté Rambo ? D'ac, j'ai pas suivi... Je vous fais une bise à tous !
  15. Vous êtes bien sûr que ce n'est que le purgatoire qui est une utopie ? Je m'inscris en faux contre cette hypothèse d'une horloge biologique fixée à 120 ans. Suite à mes très longues réflexions, je peux vous affirmer qu'en fait, elle est fixée à 123 ans, un mois, deux jours, trois heures, une minute, deux secondes et trois centièmes : "Dieu ne joue pas aux dés" !...