Aller au contenu

Blaquière

Membre
  • Contenus

    6 631
  • Inscription

  • Dernière visite

4 abonnés

À propos de Blaquière

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

21 448 visualisations du profil
  1. Blaquière

    Colère des Français : vers un blocage total du pays le 17 novembre 2018 ?

    Ben voilà : il suffit de s'exprimer intelligemment, finement, et on se comprend !!! Ah mince ! c'est le contraire que tu disais ? Tant pis, je garde, ça me fait rire !
  2. Blaquière

    Colère des Français : vers un blocage total du pays le 17 novembre 2018 ?

    Le sommet c'est le concept de l'impôt à la source ! On te pique ton pognon avant que tu l'aies gagné ! Je trouve ça absolument phénoménal ! J'arrive pas à croire qu'ils osent ça !
  3. Blaquière

    Naissance du concept d’existence

    Je trouve tout ça presque excessif... On pourrait peut-être aussi bien dire qu'on n'est jamais aussi bien soi que dans le plaisir ? Mais que je suis bête ! Tu l'as dit : "Dans le plaisir nous coïncidons enfin avec nous-mêmes." (Mais c'est en contradiction avec : "dans le plaisir on peut dire qu'il y a l'oubli de soi".) Ou alors, c'est seulement la conscience de soi (symbolique, pensée, "en mots, décalée") qui est simplement mise en veilleuse au profit d'un moi, actif, acteur. Presque de "divertissement"(?). Mais est-ce que l'action (toute action) mérite d'être traitée de divertissement ?! Car aussi (presque à l'inverse de cette recherche ou de cette "fidélité" de/à soi), lors de la moindre de nos activités, lorsque l'on se concentre sur une action, du moindre bricolage à l'écriture ou la compréhension d'un texte, on s'échappe à soi-même. (On retombe sur le "je pense qui devrait pouvoir accompagner toutes nos représentations", mais qui ne le fait pas, finalement ! ) Je deviens un peu le texte que je lis, et j'en suis moins moi-même... Il y a ce paradoxe que le sujet vraiment sujet puisque celui de l'action s'oublie lui-même ! "Nous ne nous posons plus comme sujet, nous collons complètement avec l'objet dans une adéquation parfaite pendant un moment." (C'est vrai!) D'accord, le plaisir peut-il être considéré comme une action comme une autre ? Ou à part ?
  4. Blaquière

    Apaches

    Mais non, en fait c'était un marseillais ! Son vrai nom c'était le "minot Roger" !
  5. Blaquière

    Ce qui vous fait rire

    Mon fils; il m'a trop fait rire à midi ! "Y'avait "Robin des Bois", Macron, lui, c'est "Robin des Villes" : il pique aux pauvres pour donner aux riches !
  6. Blaquière

    Naissance du concept d’existence

    @satinvelours Oui ! Mais je me demande si la sensation pure existe. C'est la distinction entre sensation et perception qu'on nous a montrée dès la classe de philo. La sensation est personnelle, mais on peut la penser largement identique chez tous. C'est l'appareil photo, ou l'enregistreur qui expliquerait le mieux la sensation brute, pure. Une sensation qui finalement n'existe nulle part. (chez personne). Nous tous, percevons : nous "reconstruisons la sensation; La crainte de la passivité, d'une sensation passive est-elle fondée ? Toujours nous "mettons en forme, nous travaillons" notre sensation. Certes, plus ou moins "bien" !... ( En dehors : j'ai lu Saxo, je crois qui parlait de la philo comme science. C'est sans doute une banalité, mais en lisant Satin qui s'escrime à nous tenir dans le "droit fil" je dirais plustôt qu'il s'agit d'un... art ! )
  7. Blaquière

    Matériaux

    J'enttends bien ! Mais grâce à cette nouvelle façon MODERNE de penser, on a aussi un Magnifique médaillé Field (Cédric Villani) au demeurant fort sympathique qui est tombé dans le grossier piège Macron ! Alors, gardons un œil ouvert tout de même !
  8. Blaquière

    Le Jardin Sauvage

    J'ai cherché dans mes photos sans succès : j'ai sûrement dû prendre la fleur de l'acanthe mais où elle se trouve ?! Alors j'en ai pris une sur internet ! Ce que je voulais dire c'est que ce ne sont pas les feuilles qui ont des épines, (comme tu dis justement et me l'as appris : ἄκανθα, « épine »,) Mais la hampe fleurie qui monte souvent à plus d'un mètre de hauteur. (Cette année elles n'ont pas fleuri, ici) Et aussi ça fait des gaines dures comme des glands ou des fèves mais marron foncé et lisses comme les noyaux de litchis... Là, les "griffes d'ours" sont bien visibles : Il faut vraiment pas s'amuser à prendre ça à pleine main !... C'est hyper piquant. Le chardon, c'est une blague à côté ! J'ai tapé "hampe florale " et je suis tombé sur cette belle image : http://www.pariscotejardin.fr/2016/06/le-temps-des-acanthes/
  9. Blaquière

    Matériaux

    Je reconnais que là j'en suis arrivé à "l'atome de sens" ! Au niveau inférieur, celui du "boson" le sens s'évanouit. D'accord ! (On entre dans l'indéterminable, dans la fluctuation quantique qui nous reste indigeste.) Mais là (inclure/exclure) il y est encore (le sens) !... C'est même là qu'il naît. Et c'est toujours dans ce dilemme...(?) non : dans cette alternative qu'on se débat. Inclure/exclure, intégrer/expulser. (Quand ce ne serait que pour rester raisonnablement soi-même) On a été étonné récemment qu'après le cerveau, ce soient les intestins qui disposent le plus de neurones. C'est bien là qu'il s'agit de décider de ce qu'il faut inclure ou pas au niveau du corps... Et c'est aussi les neurones qui permettent l'esprit... qui "décident" de d'inclure ou pas, d'accepter ou pas, de con-prendre ou pas au niveau... symbolique ! Les deux mécanismes sont assez semblables finalement. (là je suis un peu rapide!) parce qu'il ne s'agit pas que d'un oui/non au hasard : tout un savoir est nécessaire, inévitable en amont pour étayer les choix.. Je pense. C'est cette connaissance infime qu'il nous faudrait élucider. La clé de la Volonté. (?)
  10. Blaquière

    Chez soi et ailleurs.

    Merci pour cette citation ! Avec leurs châteaux forts, leurs églises leurs pla-a-ages, ils n'ont qu'un seul point faible ET C'EST D'ETRE HABITES ! On dit comment : j'habite ou j'ai bite ?
  11. Blaquière

    Matériaux

    Ce serait mème trop beau, top élevé, déjà trop symbolique ! L'esprit lui-même, (dont la logique) je le crains ne fonctionne que sur le schéma de la première cellule vivante ! 1) inclure (dévorer l'extérieur qui n'est pas soi pour en faire du soi) 2) exclure (évacuer, éliminer -ce qui n'est pas soi-- et procréer du soi) La vie comme l'esprit pourraient se résumer à faire, à fabriquer du soi. Ce qui est ni bien ni mal mais obligatoire, et indépassable. Définitif. Pour "le reste"le mode, dans le détail, l'esprit est une éponge : il inclue, inclue, inclue... tout ce qui passe à sa portée... Et il met un peu de coté ce qui ne lui va pas trop. La corbeille de l'ordi ou l'inconscient. Mais à quoi peut bien servir d'accumuler, d'accumuler, puisqu'à la fin on perd tout ? (C'est plus une autocritique qu'une critique ! Hein ? puisque moi aussi je n'ai de cesse d'accumuler !)
  12. Blaquière

    Matériaux

    Et d'abord, des assiettes j'en fais pas, non mais !
  13. Blaquière

    Matériaux

    Y'a que du gratin, ici ! Les uns sont trop plus intelligents et motivés, les autres sont trop plus résistants... Pauvre de moi qui suis juste dans la moyenne !
  14. Blaquière

    Matériaux

    Un petit aparté. Hier j'ai suivi une vidéo de Klein sur la mort. Il y disait ce qui est vrai qu'un organisme quelque secondes après sa mort est exactement le même qu'avant sa mort. Et donc qu'on pourrait dire que la mort n'est rien ! Ou en tout cas mystérieuse... C'est presque de l'esprit magique. Que s'est-il passé au cours des millisecondes qu'est la mort ? Rien ? La vie est vraiment magique ? (Votre avis ?) J'en pensé par la suite, '(au bout d'un moment) à ce qu'il convient de faire pour s'assurer qu'un corps est mort : LE CŒUR ! S'il ne bat plus! Il faudrait être biologiste pour confirmer ou infirmer (le mot est amusant) ce que j'ai pensé alors. Le sang irrigue (comment?) le corps et le cerveau, le fournit en permanence en "énergie", une énergie faible, sans réserve, sans accus, à flux tendu. Quand le cœur s'arrête, c'est juste le bouton qui est mis sur "off" : Tout s'éteint, simplement. Rien de magique. La vie et l'esprit sont des phénomènes par des substances. La substance (le corps) est toujours là qui ne les produit plus. Il est même certain qu'ici ou là, dans ce corps, des cellules continuent à vivre, un peu. On dit par exemple que les cheveux continuent un temps à pousser. De l'énergie résiduelle. Insuffisante pour faire marcher l'ensemble... et surtout l'esprit. J'arrête là, ça devient sordide !!!
  15. Blaquière

    Matériaux

    Je vous relis et je cherche le « point de dévissage » ou je ne peux plus vous suivre et qui constitue à mon avis un premier pas vers le magique : Tison2 : « cette explication freudienne peut se justifier dans certains cas, mais elle ne me satisfait pas du tout parce qu'elle ne tient pas compte de cette dimension d'inconnu et d'incommensurable vers quoi aspire l'homme au plus profond de lui même. » Dompteur : « L’homme est une créature qui dispose d'une surabondance de forces et de moyens et qui par conséquent les utilise pour s’accroître. Doit-il le faire ? Ce n'est pas une question de devoir. Le fait est que nul ne peut s'en empêcher. » Pardon (il faut bien sourire un peu) mais ça ressemble à des paroles d’oracles ! Si je synthétise les deux, j'obtiens "nul ne peut s'en empêcher, parce qu'au plus profond de lui-même" le "principe ou le foyer énergétique" est bêtement ou simplement "mécanique". Ce sont les deux principes vitaux de l'individu et de l'espèce, cités au dessus. Mais si l'origine est connue (pour une fois!), tout le travail "philosophique" va consister à comprendre et prendre conscience des différentes déclinaisons.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité