Aller au contenu

Blaquière

Membre
  • Contenus

    8474
  • Inscription

  • Dernière visite

3 abonnés

À propos de Blaquière

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

23916 visualisations du profil
  1. Sans compter qu'on a aussi : Toiture, Voiture Couture Biture Écriture Friture Rature Pâture, Posture Mouture Ceinture, Mature Mâture, ...etc.
  2. Neurones, neurones, peut-être, mais transcendants !
  3. On est d'accord que la culture est un phénomène surtout humain ? La différence entre une plante qui pousse naturellement et un plante cultivé, c'est la main de l'homm Si la culture n'existait pas ni l'homme puisque l'homme est toujours un être de culture (société individus, langage, rites... etc.), la nature en serait-elle différente ? sans doute pas. La nature se débrouille tout seule ! Si en revanche la nature n'existait pas, une culture pourrait-elle exister ? Non ! La culture prend sa source dans la nature. Elle part toujours d'elle. Pour la changer," l'améliorer" ou pour la nier. Mais s'il existe une nature, il existe plusieurs cultures. (Des interprétations différentes de la même nature ?) Elle (la culture) en est la transformation, la relecture, elle la refabrique... -- En bien, (....) -- En mal.(....) Le "Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà" (Montaigne) vérifier la citation. Il faudrait voir aussi si les loi de la nature au sens large s'applique à la culture. "Nous autres civilisations, nous savons à présent que nous sommes mortelles" Paul Valéry .(vérifier aussi).... Ca a été dit au dessus plutôt que de les opposer, les distinguer. Et la culture, peut aussi s'inspirer de la nature. Ici encore, en bien ou en mal... L'idée à la mode ; le respect de la nature... Une culture qui serait en harmonie avec la nature... Est-c possible ?...
  4. En marge du sujet : L'Être qu'on se plaît à dire absolu, évident, au sommet de toutes les instances, n'a pas d'en-soi, n'est qu'un pour-soi... Et n'est que la possibilité d'être pensé... la possibilité de supporter quelque attribut.
  5. Je crois qu'on est d'accord et que ce n'est qu'une question de vocabulaire. Ce que vous appelez notre Être je l'appelle (en partie) notre Conscience. Et il n'est pas faux que notre conscience est une évidence que nous arrivons guère à expliquer. Mais il y a plus (ou moins) dans cette notion d'être. Si je prends votre dernière phrase : "Vous pouvez faire parler vos proches sans qu'ils soient présents, par une simple simulation cognitive, parce que vous avez enregistré et induit leur essence et que vous êtes capable de l'animer." Tout y est dit sur l'être ! A savoir qu'il est imaginaire, qu'il n'existe qu'en tant qu'idée et pas réllement. "J'ai enregistré et peu induire leur essence et l'animer" oui ! J'ai enregistré et peut induire (régurgiter) l'idée que je me fais d'eux, et je suis capable d'animer virtuellement cette idée. Ce que j'appelle leur être n'est que l'idée que je me fais de cet être... Eux, n'ont pas bougé.
  6. T'inquiète, on en fait tous des fautes ! Mais là c'était créatif, et quand j'ai essayer de "conjuguler" cette nouvelle forme, ça m'a fait des surprises c'était amusant mais je vois aussi que ça te fait rire, c'est ce qui compte notre esprit souvent a ses recoins... Souvent j'écris "ils on", O, N ! quand je me relis, je me dis c'est pas possible que j'aie écrit ça... Mais si !
  7. Ça c'est un truc de féniant ! "C’est la blague géniale que vous improvisez spontanément après que votre interlocuteur vous ait tendu une perche inconsciente." Bon, je sors !
  8. Je connaissais pas cette conjugaison, mais Bon Dieu que je l'adore ! J'ai ton Téton Laiton Etons Zétons Tétons !
  9. Tu es dur avec moi ! En fait mon raisonnement est surtout basé sur l'idée que adapté = spécialisé. ce qui n'est pas faux.... Le plus adapté = le plus "conforme". Survient un changement important du cadre de vie et le trop spécialisé est foutu. Le moins spécialisé, le moins adapté, reste le plus universel. Ce serait celui-là le surhomme ? (On peut se dire que dans l'esprit de Nietzsche, le surhomme c'est bien celui qui ne s'en laisse pas compter par son environnement immédiat. Par "la pensée du tout venant". Ce qui est bien la moindre ds choses.)
  10. @Don Juan Je ne les vois pas antagonistes, ou pas plus que le yin et le yang.  Tu as plus que raison ! J'avais mal jugé : Mieux que pas antagonistes, la sélection naturelle et la destruction naturelle, sont précisément la même chose ! il ne s'agit pas de gagner, mais juste de ne pas perdre ! La sélection naturelle, c'est "un moins pis aller" ! C'est tirer son épingle du jeu, laisser perdre les autres... C'est le petit poisson qui passe au travers des mailles du filet. Le mieux adapté sera foutu à tous les coups ! C'est le plus inadapté des adaptés qui s'en sortira... (Là je m'arrête : j'ai le cerveau qui fume !)
  11. Blaquière

    Etre jalousé(e)

    La Zalouzie, pour moi, c'est comme le football : c'est invivable ! Et ça me fait souffrir ! Mais souffrir ! En vérité, je suis humain, trop humain... Dès lors, je suis toujours pour le plus faible. C'est normal. Et celui qui perd est forcément le plus faible ? Ce serait inhumain d'être pour le plus fort, ce serait indigne ! Et quand le perdant sa refait et qu'il gagne, je me dois de changer de camp et de soutenir son adversaire, l'ancien gagnant qui est devenu perdant ! C'est logique ! Du coup je suis toujours du côté du perdant ! Toujours, toujours, perdant ! Pour la jalousie, c'est pareil ! Si qq'un est jaloux de moi, c'est qu'il est plus faible ? Et je me dois donc d'être pour LUI contre MOI ! C'est vraiment pas une vie, que ma vie ; je vous le garantis ! C'EST PARCE QUE JE SUIS... TROP FORT ! (Que je perds tout le temps...)
  12. Blaquière

    Etre jalousé(e)

    Tu es zalouze T'es qu'une bouze En blouze ! Sans bagouze Et sans flouze ! La barbouze Andalouse Ou de Toulouze T'es trop tartouze T'en vaux pas douze A Douze Ni à Mulhouze T'es la ventouze Une gouze En partouze Ta pelouze En penthouze Digne d'une tantouze Ell' me file le blues ! J't'expédie en Soyouze !
  13. Blaquière

    Etre jalousé(e)

    Moi z'aime bien être zalouzée parce que ça prouve que ze suis plus zolie et plus zintélizente que les zautres ! T'es une fille et t'aime pas être zalouzée ? Non, mais allô, quoi !
  14. Blaquière

    philosophie

    Je pense à un truc... Est-ce qu'il y a en nous plusieurs "instances dirigeantes" ou une seule ? C'est ce qu'il faudrait savoir. Je vois bien l'ego, (le sujet proprement dit) comme la seule. (Bien sûr tout est complexe et compliqué dans l'esprit pour en décider vraiment) Mais si le sujet,(l'égo) était la seule susceptible d'exercer à proprement parler une volonté (j'aurais un peu tendance à croire ça) et même à penser, à mettre l'esprit en mouvement, il faudrait le considérer comme une personne, un personnage qui se "déguise", qui prend tel ou tel costume (celui du moi, celui du surmoi, du moi idéal) et qui va alors, (momentanément?) agir en fonction de ce rôle, en l'incarnant.... Dès lors, on ne pourrait pas dire que le moi, pense, mais que l'égo pense sous couvert du moi en se prenant pour le moi.... Bon, c'est peut-être des conneries ! Mais ça pourrait se tenir... Et quand le "Costume Moi" est incompatible avec (contredit par) le "costume sur moi" qui est resté "en réserve", (ou le foyer des pulsions primaires) mais qui sont toujours là dans un coin de la tête et du corps, par exemple, L'égo, le sujet perd les pédales... Les deux s'affrontent en lui en même temps. Son costume n'est plus cohérent, un patch work... Il ne sait plus vraiment quel rôle jouer...
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité