Aller au contenu
  • billets
    202
  • commentaires
    1604
  • vues
    192141

À propos de ce blog

La fatuité est le privilège des ratés

Billets dans ce blog

 

Aphorismes Alcooliques

Brève de comptoir — ou crève de ton boire ? En tous ces verres au teint de noyé se sont éperdues tes vaines années. J'en peux plus : tous les matins, j'ai la tête dans le Q.I. Trop de poètes sont comme de mauvais acteurs, toujours à surjouer leur douleur — ils ne savent d’ailleurs qu’ingérer et digérer, là où d’autres savent écrire. Désarticulé, rendu presque aveugle par son breuvage sacré, il avançait en pleine rue tel un pantin abîmé, aux fils emmêlés, dont les yeux auraient chuté à l’
 

Sombre Ressac

Aux reflets argentés, mêlent l'ondulement D'immaculées crêtes fuyant en scintillant L'esquif glisse doucement, fragile et fendant l'air Ombre parmi les ombres de la clarté lunaire Esquisse de poussière, brisure de la lame Un esprit s'y repaît et des dieux s'y affament Au retour de sa flamme, dans le sein cohabitent Les mystères du pouvoir que cette lande abrite Vers l'étrange monolithe, fleurissent moisissures Serties de mauvaise herbe qui assiège les murs Ainsi que la luxure
 

Radotage

Mes rimes de seconde main Malgré mon prurit à écrire Encore échouent, tant et si bien À précisément vous décrire Et ce gourd cerveau se mutile Cherchant parfaite métaphore Tel un marin soûl, inutile Roulant de bâbord à tribord Il me faudrait talent, génie Pour sublimer votre sourire Pour trouver l'image bénie Qui, enfin, saurait vous séduire Et ce texte, essai pénultième Ira s'effondrer en accord Ne sera que simple poème Radotage de matamore Pourtant,
 

Pangolin

Houla ! Attention, méfiez-vous Pangolin est un casse-cou Mieux vaut pas rigoler du tout Le pangolin fait du Kung-F(l)u ! Peut-être que son air gugus Fait de lui un complice « plus » Qu'il n'est pour rien dans ce virus Dont on nous cause tant et plus ! Paraîtrait qu'il a l'habitude À fond dans la swag attitude D'être accusé par multitudes Victime de la nullitude ! Les japonais, ces pets de nonne Ils en ont fait un Pokémon Sûr qu'il n'est pas une anémone Le p
 

BDSM

Je veux être une barre en un bar de pole dance : Verticale et glacée, priapisme éternel. De vos cuisses, esclave... à vos désirs, fidèle... Votre corps m'écrasant pour en gagner des pence. Je veux être un des noeuds en vos liens de bondage : Enlaçant votre chair, embrassant votre derme, Contraint à vous contraindre en la manière ferme, Dominé pour vous soumettre – façon vintage. Je veux être équipier de von Sacher-Masoch, Vous servir de coupe, de cape, d'oripeaux : Trac
 

Seules

Je viens d'un endroit où les pensées sont chaos Où la réalité n'est pas à prendre au mot Où mensonges et vérités ne font pas sens Où il fallut se méfier, ce dès la naissance Seule l'arrivée pouvait servir de départ Seule la vieillesse donne sens au moutard   Ma mère eut pratiqué un peu tous les métiers Je reçus d'elle : amour, démence, altérité Pour ces legs, il faut apprendre à dire merci Elle est enterrée ici, terre du Quercy Seule sa mort donne encore un sens
 

Allez Aller !

Préparez eau & alcool Mélangez, faites onguent Lascifs, enduisez-vous en Payez-vous votre fiole Préparez le foyer La piste, délimitez Et puis mettez vos masques Enfin prêts pour les frasques Allume le feu Et puis chante ! Mon masque est plus beau que le tien Allez danse ! Mon gel plus protecteur que le tien Allez aller !   Prenez soin de vos proches Sans vous en approcher C'est l'amour éloigné À coup d'émojis moches Prenez soin des voisins
 

L'émo bleu

Il est six heures à mon smartphone Je file au boulot, gourd et aphone C’est jour de paye dans mon McDo Plus tard, ce soir, j’irai Voir Mado Il faut que je lui demande Son nouveau taro Je lui dirai les mots bleus Les mots pour finir dans son pieu Y penser m'éveille le tentacule Ça me lance vers les testicules Non, ça n’a pas beaucoup de sens Mais faut l’avouer : on s’en balance De mes fades rimailles De mes fades rimailles Je lui dirai les mots bleus Qu’enfin

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Kégéruniku (A)

Première proposition d'inspi musicale pour @Kégéruniku 8 !   Repérages temps : 0'00''' INTRO 0'14'' REFRAIN 1 0'41'' COUPLET 1 1'36'' REFRAIN 2 2'03'' COUPLET 2 2'58'' REFRAIN 3 3'25'' OUTRO TEMPO 70   Petite inspiration :  

Tequila Moor

Tequila Moor

 

L'Eté Arrive

Puis elle a souri Pas longtemps, une seconde Elle, et son sourire ensoleillé Tout fut enfin chaud à l'intérieur Qui échauffe ainsi mes veines ? Qui fait battre à nouveau mon cœur ? Elle, ma mort Reine du jour éternel et de la chaleur Puis elle a dit « Oublie tes fantasmes instantanés Je ne suis ni innocente, ni intouchée Je suis la plus chaude salope dont tu aies jamais rêvé » Et pendant un court instant Ce fut comme si mon sexe avait implosé Pour elle, ma mort R

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Fumar Mata

Tes poumons ne sentent pas bon ? Ta bouche est parfumée goudron ? Si en pis, t'aimes le houblon, La bienvenue aux ganglions Avec la pollution, c'est pire : Exhalée, l'oxygène expire Sur tes lèvres, son souvenir De tes veines va déguerpir. Fumar mata, donc fumer tue ! Toutes langues disent "c'est foutu" : Les Etats auront prévenu En empochant les taxes dues. Fumar Mata - Mata Hari - Harry Potter - Com' tu fum' trop Tu diras bonjour aux croq'morts !  

Tequila Moor

Tequila Moor

 

On Avance

Elle m'est revenue, la parole indicible, Que simplement vivre n'est pas belle raison : Se suicider semble n'être que solution À une interrogation peu intelligible. Ainsi être hédoniste mou, sans conviction, Ou vivre simplement, devient inadmissible : Le sort inévitable restant destruction De nos vies, de la vie, de l'univers tangible. Sol absorbera Terre : ultime incréation. Toute étoile mourra, ça se compte en trillions D'années ; puis le cosmos, cru comme inextinguibl

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Eloge du Vulgaire (journal d'un sociopathe, partie 5)

Apprendre à être médiocre, à faire de l’argent, à aimer ses petits instincts... c’est facile. Refuser d’accepter les défaites, ne s'intéresser qu’aux réussites : c'est sain. « Rien ne trahit tant le vulgaire que son refus d’être déçu, » comme l'écrivit un inutile roumain. Ne croyez pas que vous valez plus que vous n’êtes, acceptez votre médiocrité, ne laissez pas la belle image que vous entretenez sur vous gâcher votre réussite. Personne ne s’intéresse à vous parce que vous êtes intéressant

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Rab' de sens

Suite à perte d'identité Enfin pouvais-je prospérer Affranchi des lois et morales Sur tout : les pleurs, stupres ou râles Jolie sensation de flotter Manquer de personnalité : Sans le bon gène, être génial Jouer famélique ou familial Hélas ça n'aura pas duré L'ego s'étant recomposé Mais un truc n'était pas normal Comme une erreur dans le mental Être en absence de soi-même C'est un rab' de sens, requiem Juste l'illusion pénultième   À mesure que reven

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Port de l'Alliance

Un jour, tout un après-midi, il accompagne la femme de sa vie en ce cabotage nommé lèche-vitrine, dans le but avoué de lui offrir un cadeau – sans calendaire raison, pour le plaisir comme miaulait l'autre. Peut-être les verrez-vous, naviguer entre les boutiques d'une galerie commerciale, quelconque puisque interchangeable, avant qu'elle ne jette l'ancre dans un magasin au contenu affriolant : couleurs sensuelles et tissus chatoyants s'y retrouvant en vêtements de forme bohème. En cette

Tequila Moor

Tequila Moor

×