• billets
    17
  • commentaires
    50
  • vues
    9 467

À propos de ce blog

Toucher la vérité et se consumer

Billets dans ce blog

zenalpha

Alors je sais, oui oui je sais, il est difficile de trouver un film qui nous parle et qui nous fait vibrer...

C'est bien souvent une affaire de circonstances, d'état d'esprit, de rencontre entre un réalisateur, un scénario et son public...

Nous avons en ce moment la planète des singes, les gardiens de la galaxie ou encore expandables 3

Euh.... je déconne excusez moi

Alors voila, j'aimerai présenter ce Film qui est resté confidentiel en France, qui est parfois le pays du camembert puant, il faut bien le reconnaître.

Il s'appelle HER par Spike Jones, qui m'avait déjà séduit "dans la peau de John Malkovitch" en son temps.

Le Pitch officiel, c'est l'histoire d'un homme qui tombe amoureux d'un système d'exploitation....

Ouais, ok, mais comme d'habitude, personne n'a rien compris de ce film....

Alors je vous donne mon Pitch à moi.

L'histoire, c'est l'histoire d'un homme qui sort d'une longue relation avec une femme qu'il a profondément aimé en son temps.

Et puis, le quotidien, les choses qui changent, les petits compromis, la perte de la flamme enfin bon vous voyez quoi....

Et donc c'est l'histoire d'un homme qui chemine au travers de sa relation aux femmes à partir de sa relation à son ex femme.

Et dans ce cheminement, sa femme idéale, sa petite compagne magnifique, c'est un système d'exploitation qui le représente.

Et comme l'idéal n'existe pas, il en ressort en paix avec l'une, en paix avec l'autre et grandit par une sérénité qu'il a eu du mal à trouver.

Bon, je dirai qu'il faut peut être avoir connu la situation.... être un vioc sentimental....

Donc voila, pour ceux que ça intéresse, le pitch :

Et puisque mon ex femme ne croisera jamais ce forum, voici le message que j'aurai voulu lui adresser.

Oh ça n'enlève pas toutes les saloperies que j'aurai subi ...

Arggggg me revoici aigre et méchant.

Non, Cat... ce message est pour toi du fonds du coeur,..

Je serai prêt aujourd'hui à te l'adresser.

Que les dieux t'accompagnent et que le bonheur que tu mérites te rattrape.

Merci pour ces enfants, merci pour l'amour que nous avons eu, merci de m'avoir rendu plus grand en nous séparant.

Je suis heureux, puisses tu le devenir à ton tour...

zenalpha

Dans un temps improbable, dans un lieu inconnu, les mains flêtries d'une vieille dame couchent sur un cahier jauni empli d'une vie de pensées et de souvenirs les dernières lignes qui clotureraient l'oeuvre de sa vie.

Les 5 têtes du dragon tatouées le long de son bras frêle et sur ses doigts reposent la plume et ces derniers mots.

--------

Via Lucis 'La voie vers la lumière' - Epilogue.

Après notre victoire sur les forces du mal, l'étude des plans lors de ma longue existence m'a permis de visiter nombre d'univers, de galaxies et de mondes riches de spécificités et de singularités.

Quand j'essaye de relier le point commun de ces mondes et de ces peuples, le fil rouge universel que j'ai constaté est cette dualité entre le bien et le mal, le noir et le blanc, le Yin étroitement associé au bleu et le Yang étroitement associé au rouge.

Ainsi le Noir n'existe que par rapport au blanc, la nuit par rapport au jour, le Nord par rapport au Sud ou la femme par rapport à l'homme. Et ces deux aspects universels de l'univers tirent de leur dualité la complémentarité du sens de la vie.

Nous mêmes en tant qu'individus semblons déchirés entre ces deux aspects. Et bien que nous n'ayons tout compris ni tout découvert, il semblerait que notre cerveau fonctionne de manière asymétrique et bicéphale. Notre cerveau gauche plus analytique et séquentiel, notre cerveau droit plus analogique et intuitif.

Alors bien sûr, je suis ce que je suis et c'est sans doute ma nature hybride qui me souffle aujourd'hui l'intime conviction qu'en dépassant les cloisons que nous avons dressées, en reliant l'ensemble de notre complexité dans un ensemble plus global, l'individu devient Homme et qui sait si l'ensemble des hommes unis seront bâtir l'Humanité vers un destin lumineux, la via lucis.

Aergie.

-------

La vielle dame sentit brutalement le poids entier de sa vie s'apesantir plus encore sur ses épaules fatiguées, elle regarda par la fenêtre, sentit la sérénité l'envahir et ses dernières forces la quitter.

Elle s'effondra sur le plancher.

-------

Je sens mes âmes reprendre leur cours vers le fleuve des âmes. Ma vie m'a préparée à dériver loin des flux de l'Est Renascimento et loin des flux de l'Ouest Guardianium pour m'échouer sur une ïle, seule et abandonnée.

En effet, je dérive de nouveau. Tel est le prix de mon destin particulier. Le purgatoire éternel. J'y suis prête.

Tout à coup, une lumière verte profonde apparait, éclairante et d'une puissance indescriptible. Je la sens m'élever vers elle me donnant une vision globale sur une structure bicéphale et je vois les deux fleuves des âmes déboucher chacune dans leur embouchure spécifique.

Pourtant je suis amenée seule au centre de cette magnificience. Gaia, m'accepteras donc tu comme humaine malgré ma nature ?

J'entre dans une pièce, seule.

Sur ma gauche comme sur ma droite, deux voile me séparent de deux mondes. Visiblement, je suis la seule à accéder au dispositif d'ouverture.

Tout prend sens et je décide de tirer ces voiles qui nous séparent.

Hera, Le prohesseur Haris et les compagnons renascimenti qui m'ont suivi sur le fil de ma vie apparaissent et m'applaudissent ainsi que des millions de personnes derrière eux.

De l'autre côté, Tony apparait suivi d'une communauté immense de guardianiums emplis de bienveillance et de sérénité.

Maman apparait, approche et me prend la main, les larmes coulent de son visage si jeune et si pur. Papa s'approche à son tour et me glisse. Aergie, je suis si fièr de toi. Nous nous enlassons tous les trois alors que les frontières s'évanouissent et que l'ensemble des âmes communient vers le sens de la vie.

-----

Quelque part, un être se dresse sur ses deux jambes pour la première fois. inexplicablement, il sent en lui une lumière qu'il n'avait jamais ressentie le guider. Il rit. Il regarde la femelle et la portée qu'elle venait de mettre bas et refoule cette envie qui l'avait poussé à les abandonner. Un sentiment nouveau le prend et lui donne une force qu'il n'avait jamais ressenti jusqu'alors. L'Amour.

Un Homme est né, son cerveau n'est plus celui du primate qu'il était. Et son âme sera la première à emprunter le fleuve d'une nouvelle Humanité.

La notre.

FIN

C'est le début d'une nouvelle ère

où l'homme comprend l'univers autour de lui

Et c'est le début d'une nouvelle ère

où l'homme se comprend... lui même

Neil Armstrong

Parce qu' infiniment petit et infiniment grand sont liés sans que nous comprenions.

Parce que nous nous élevons dans un monde qui nous dépasse infiniment.

Parce qu'avec nos faiblesses et nos blessures, nous sommes libres de tracer nos chemins avec force et détermination.

Avançons, rions, risquons, tombons, relevons nous, aimons...lâchons prise parfois.

Parce que l'étincelle qui nous a été donnée ne prend sens que si nous apprenons à lui donner.

Et parce que rien ne se trouve sans qu'on ne le provoque de nos propres mains.

Je serai là, acteur de ce monde, acteur de ma vie.

Zenalpha.

zenalpha

Le rayon de la mort s'échappa une fois de plus dans le prolongement de ma main et 3 ennemis supplémentaires s'effondrèrent.

Le monde était en guerre.

La partie était mal engagée mais forte de mes pouvoirs, je ressentais un sentiment de puissance et une volonté hors norme de changer la donne avec les êtres élus.

Haine et Peur guidaient mon bras.

Je terrassais aveuglément.

La possibilité de contourner le chemin du fleuve des âmes grâce à nos 5 âmes entremêlées n'était pas le moindre de nos pouvoirs.

Nous pouvions manquer de puissance pour terrasser Thanatos mais aucun de ses sbires ne nous renvoyait définitivement de ce monde.

Qu'on soit élu ou pas, l'espoir emplissait les coeurs et chacun semblait illuminé par la conscience de changer le cours de nos destins.

Le téléporteur se présenta face à moi.

Je savais qu'il me renverrait dans le passé pour infléchir avec mes camarades le destin des Hommes sur ce dernier ilôt que l'humanité contrôlait encore telle une oasis dédiée à la survie.

Je m'y présentais avec la volonté d'en découdre....

-----

Derrière son pupitre, Hera vit l'être élu qu'elle attendait se présenter au portail téléporteur.

Elle sollicita de prendre la main sur les opérations.

Des éclairs crépitèrent.

Comme prévu, la téléportation ne fonctionna pas.

Hera savait qu'une des âmes de sa protégée bloquait sans compréhension de son histoire. Si cette âme n'avait existée dans aucun passé, comment aurait-elle pu y revenir ?

Hera avait préparé durant toutes ces années le programme qui résoudrait ce problème. Elle connaissait les moments clés qui dénoueraient le noeud de cette âme.

Hera poussa l'interrupteur et débloqua la séquence 'Voie de la Lumière" - Via Lucis.

Flash 1 - Je prends conscience d'être séparée de mes 4 autres âmes entremêlées. Je suis décorporée et je flotte dans l'espace et le temps comme un pur esprit. Au dessous de moi, je repère la capitale de Guardianium. Un conseil se tient, la tension est grande.

"Nous avons décidé ce que nous ferons de toi Marcus ! Estime toi heureux de ne pas être exécuté sur le champs car nous tenons compte de tes actions passées et de ta foi.

Tes solutions défient les dieux et le sens de nos vies. Tu seras banni et condamné à rester hors de notre capitale. Que la méditation te soit profitable car d'ancien sage, tu seras vagabond et banni jusqu'a ton jour dernier."

Un homme majestueux et imposant prit la parole d'un ton grave et solennel. La sentence ne semblait en rien l'affecter. Le conseil l'écouta avec respect.

"Ce prix à payer, je le conçois et je le respecte. Camarades, je vous en prie, peu importe mon destin. Je vous implore de considérer que seule l'alliance des hommes face au mal absolu nous sauvera. Considérez je vous en supplie une dernière fois cette proposition d'alliance avec les renascimenti. Que les dieux vous éclairent vers la lumière et vers la victoire des hommes."

Une lumière verte apparue, la vision s'effaça.

-----

Flash 2 - Un laboratoire s'active. Le professeur Haris, expert en génétique termine son exposé dans la salle de réunion devant l'assemblée.

"C'est pourquoi Messieurs, en dépit d'impossibilités maintes fois relevées, je viens de faire l'évidente démonstration que les races ne sont pas le produit d'une évolution séparée. Nos origines sont communes et nos gênes identiques. Du point de vue scientifique, rien ne sépare génétiquement le guardianium d'un renascimento. Seuls des freins physiologiques anodins brident leur capacité de reproduction."

"Parfait professeur Haris, nous sommes convaincus par votre démonstration. Mais que faites vous de nos âmes ! Nos savants des âmes ont démontré que nos vies passées ne sont pas entremêlées entre les races. Voyez vous, mon Karma n'a connu bien évidemment que des vies de Renascimento ! Et Peu importe la génétique !"

"Messieurs, le général Giordano demande davantage que cela au département des improbables expériences que des impossibilités et voyez vous, les perspectives de....

La lumière verte apparue de nouveau, la vision s'effaça.

----------------

Flash 3 - La bibliothèque des études planaires de Zarkarian s'affairait. Etudiants et Professeurs consultaient divers ouvrages ou Atlas. Dans un box, une jeune étudiante se livrait.

"- Hera, tu ne me croiras pas et j'ai besoin de me livrer !"

"- Enfin Sonirssia, tu sais que tu peux tout me dire, tu es mon amie d'enfance et je te crois toujours ! Tu le sais bien..."

"- J'ai fait une rencontre. Un jeune homme brillant. Un esprit pur, un jeune homme honnête et loyal. Mon coeur est pris, je suis à lui comme il est mien. Nous nous rencontrons le plus souvent possible mais loin de tout public"

"- C'est merveilleux Sonirssia ! Je suis ravie de l'apprendre et je t'envie beaucoup ! Mais pourquoi es tu si nerveuse et si secrète ? Présente le nous !"

"- Hera, tu ne me croiras pas, je ne sais si ces choses arrivent mais vois tu je pense que notre amour est interdit.

Marcus est Guardianium...."

Hera blêmit et sa main pris celle de Sonirssia....

une lumière verte, encore...

---------

Flash 4 - Devant son pupitre, une jeune collaboratrice du département des Etudes génétiques finalisait le travail qu'elle voulait présenter au Professeur haris.

"- Professeur, Professeur, je ne sais comment vous remercier de nous avoir finalement choisi pour nos travaux de recherche malgré mon appartenance au département des Improbables expériences."

"- Ne me remercie pas Sonirssia, je ne suis pas à féliciter. Bien sûr Marcus a trouvé refuge parmi nous avec son statut privilégié et son charisme mais je ne vous promets pas une vie facile"

"- La vie que nous avons choisie professeur. Nous vous en serons éternellement reconnaissants'

"- Tu le sais, je m'interroge aussi concernant l'âme de votre future fille. Il est probable qu'elle entame par nos travaux une primo expérience et que son karma sera vide. Cela ne sera pas sans problème"

"- Nous remplirons son âme par notre amour ! Mais tenez professeur, j'ai conçu cette jaquette pour le projet. Je l'ai nommé Ames entremêlées en y adjoignant les logos Guardianium et Renascimento et celui de notre département. Il est conçu avec une peinture à l'huile rare. J'y ai mis tout mon coeur....

Lumière Verte....

-------

Flash 5 - Aux pieds de la falaise, une vague se brisa sur les rochers, laissant une écume blanche et légère. Un grondement de tonnerre s'éleva couvrant le bruit des goëland à la recherche d'une maigre pitance.

Apparait ce jeune couple discutant de leurs craintes et de leurs espoirs face à l'océan. Ils ne me voyaient pas.

Flottant dans l'air comme transparente, je les vis.

Marcus et Sonirssia s'embrassèrent et son ventre rond attira mon regard. Je compris alors qui j'étais et où j'étais.

Je suis dans ton ventre maman.

Quand la lumière verte apparue et alors que je disparaissais, Sonirssia enlaçait Marcus en lui disant

"- Nous l'appellerons Aergie". La sérénité et l'amour l'illuminaient leurs deux visages.

J'hurlais sans qu'il puisse m'entendre :

Maman, Papa, je vous pardonne votre folie et je vous aime !!!

------

La Lumière passa au Vert. La téléportation était concluante, Hera sourit. Son destin était celui qu'elle avait choisi, elle avait réussi.

-----

Je suis une être élue chargée de combattre le mal absolu.

Mes âmes sont aujourd'hui sereines et vivantes libérées de haine et de peur.

Je sens mon coeur battre et j'ai la force des Titans, foi en la vie.

J'ai compris. Je suis Aergie fille d'un amour improbable profond et arrêté tragiquement trop tôt pour moi.

Et je suis le Programme Aergie - Ames Entremêlées Renascimento Guardianium Improbables Expériences.

Une âme complexe et riche faite d'amour et de mélancolie, de désir et de peur.

Maman, tu as bien choisi mon nom, je te pardonne ta folie et ta totale absence.

Papa, tu n'as pas été présent mais j'ai compris que tu étais là pour moi.

Je vous vengerai ici bas en construisant mon bonheur et je vous retrouverai dans cette vie... ou dans une autre.

zenalpha

Extrait du Recueil - Symbolisme des mondes parallèles par le Docteur Hari Seldon.

La renaissance est un mouvement de l'époque moderne ayant comme origine la renaissance italienne.

Elle naquit à Florence grâce aux artistes qui libérèrent leur art.

Citons Michelangelo et sa statue célèbre de David dont une réplique reste fièrement exhibée devant le Palazzio Vechio et dont seuls les initiés soupçonnent où serait l'original.

Représentation du David contre Goliath, cette statue au marbre de Carrare symbolise la détermination de la jeune république face au tyran et c'est ainsi que d'autres lui associèrent le combat victorieux de la lumière face à l'obscurité et de la force du courage devant l'adversité....

Les mondes bien que parallèles sont ainsi parfois pétris de symboles dont les valeurs restent universelles et omniprésentes et c'est ainsi que....

---------------------------------

Je repris connaissance devant la seule image de ma trop courte vie Terrienne qui m'était familière.

Allongée sur mon lit, un homme en blouse blanche marquée du logo symbolique du Département des Improbables expériences avait sa main posée sur ma gorge inspectant mon pouls avec sérénité et satisfaction.

Le temps d'un flash, je reconnus l'homme qui m'avait retiré la flèche de la gorge quand, nouveau née, j'avais été égorgée et que je n'étais qu'une âme démarrant son périple vers le fleuve des âmes.

La vie n'était qu'une roue.

Et je semblais reprendre la route là ou je l'avais laissée.

Les tempes grisonnantes, les rides plus marquées que dans mes souvenirs, l'homme arborait ces cercles rouge et bleu étroitement entremêlées sur son torse qui prenaient sens à présent forte de l'expérience de mes 5 âmes réunies.

Bien sûr, il s'agissait des blasons des factions Renascimenti et Guardianiums.

Au dessous, je reconnus le sigle 'IE', ce logo du département des improbables expériences qu'on retrouvait partout ici.

Rapidement, je fûs remise sur pieds à la surprise des médecins.

On m'expliqua que j'étais une être élue, produit de 5 âmes défuntes avec pour mission de prévenir notre passé du risque encouru et d'y trouver parade.

Chacune de mes âmes pourrait endosser un pouvoir particulier

Et leur existence simultanée me permettrait une résurrection me rendant potentiellement immortelle à une mort traditionnelle, ce qui ne comportait pas toutes les abominations des spectres de Thanatos...

Avant de prendre le portail qui devait me renvoyer dans le passé, je ne pus m'empêcher de revenir sur mes pas.

4 de mes âmes étaient sereines mais ma 5ème âme n'avait toujours ni nom ni passé, un grand vide de sens et le besoin immense de savoir.

Je sentais dans mes âmes et mon coeur que je ne pourrais prendre la route sans comprendre.

La matrice d'où je m'étais matérialisée était de nouveau face à moi devant le pupitre d'un opérateur.

J'y retrouvais sans difficulté mon dossier rassemblant différentes données et je compris qu'il s'agissait de mes caractéristiques et des protocoles m'ayant donné vie, tous sans le moindre intérêt.

Nulle part, je ne trouvais trace de mon nom ni de mes origines.

Par dépit, je pris cette pièce particulière qui endossait le dossier. La seule qui paraissait personnalisée.

Signée d'une mystérieuse Sonirssia, La couverture comprenait les Sigles IE du département des improbables expériences, les logos des factions Renascimento et Guardianum ainsi qu'un titre "Ames Entremêlées".

Dépitée, je pris le chemin du portail prête à revenir dans le passé et à remplir mes missions.

A l'étage, je ne vis pas cette femme qui m'avait donnée vie à deux reprises, en faisant office de sage femme dans ma courte vie sur Terre et dans ce hangar en qualité d'opératrice souriant de manière bienveillante lorsqu'elle me vit prendre le document comme si elle l'avait intimement souhaité elle même...

zenalpha

Je dédicace cet épisode à une âme unique.

Pensées croisées... et comprenne qui me comprend...

A perte de vue, les machines oeuvraient dans un bruit lanscinant.

Des êtres élus surgissaient de chaque matrice sous le contrôle d'opérateurs s'assurant du bon déroulement des protocoles scientifiques.

La magie opérait quand 5 âmes défuntes reprenaient vie dans un corps humain parfait et pourvu de pouvoirs particuliers issus de recherches génétiques pointues.

Et depuis plusieurs semaines, une cadence infernale produisait par dizaines le dernier espoir des renascimenti : les élus.

Au fond du hangar, un groupe de scientifiques s'activait. Les corps abritant les âmes ressuscitées étaient une des nombreuses réussites tangibles du département des Improbables expériences rendant réelle la réincarnation des âmes mais bien d'autres avancées dans tous les domaines scientifiques n'avaient été possibles que par leur dévouement au progrès.

Hera avait 45 ans, les traits tirés d'une longue vie de recherche néanmoins réguliers et infiniment bienveillants, les yeux emplis d'une farouche volonté.

Elle rayonnait d'énergie, d'intelligence et d'envie. Son coeur battait la chamade. Derrière son pupitre, un choix se présentait. Elle n'avait que quelques secondes pour prendre seule, ici et maintenant, la décision qui conditionnerait la réussite ou l'échec de 20 ans de recherches personnelles sur le programme auquel elle avait voué la majeure partie de sa vie et de ses travaux.

Les choses ne se présentaient pas comme prévu. Les âmes entremêlées qu'elle avait finalement repéré dérivaient inexplicablement risquant de ne plus être à portée du rayon d'action du téléport du fleuve des âmes. Et malheureusement, le protocole de rapatriement de la matrice n'était pas terminé, en particulier le module physiologique de réincarnation.

Son choix fût aussi rapide que décisif même si elle en comprit les implications pour son sujet.

Hera activa la manoeuvre de transfert même si cela risquait de tuer l'être élu qui ne pouvait supporter la douleur indescriptible et totalement inévitable à présent. Qui pouvait survivre à ça ?

Hurlements. Je suis née dans un hurlement.

Nulle souffrance ne peut exister supérieure à ce que j'ai vécu à cet instant.

Etait-ce le rayon d'Ostium qui m'avait touché ? Je ne le savais pas mais le prix de ma vie nouvelle avait un nom : LA DOULEUR.

Pendant 5 minutes qui me parurent une éternité, nerfs, muscles, os s'assemblèrent sans anesthésique. J'appris à cet instant ce que vivre l'enfer signifiait.

Si 4 de mes âmes supplièrent de nous abandonner à la mort, la cinquième qui n'avait pas vécu, qui n'avait pas compris, qui avait soif d'être ne voulut rien lâcher.

J'apparue au centre de la matrice avec l'écho de la souffrance mais avec une volonté de vivre infinie...

zenalpha

Afin de disposer d'un simple temps de respiration dans son histoire, Aergie m'a chargé de transmettre son message.

Dans son univers, dans ses 6 plans d'éveil, dans son esprit illuminé, tout est symphonie, tout est légéreté, tout est connaissance, tout est évidence, le tout est accessible pour tous.

Ses technomagiciens et physiciens des plans ont travaillé sur ce message à transmettre sur notre Terre dont je me fais le messager.

Depuis notre futur, depuis notre passé, depuis partout et depuis nulle part, mes récepteurs arcaniques ont reçu leur signal.

De quoi sommes nous faits ? Aurons nous la force de nous extraire de notre planète ? Comprendrons nous l'univers autour de nous ?

Assurément, nous n'avons pas les réponses à ces questions...

Aussi, je vous propose d'écouter cette autre humanité débordante de réponses qui ont sollicité de nos propres élites de nous transmettre un espoir.

Et Aergie vous dit :

"A demain, pour un nouvel épisode, vous ne comprendrez plus rien, vous vous perdrez, vous vous interrogerez mais vous vous retrouverez peut être vous-mêmes à la fin.... qui sait...."

zenalpha

(....) L'exode des Renascimenti au Terminal Gamma fût une une terrible déchirure.

Il restera jusqu'à la fin des temps comme l'acte fondateur.

Le Général Giordano prédit que le génocide de la déchirure du voile n'était rien en comparaison de ses conséquences à venir.

Il augura des pertes par milliard sur l'ensemble de la planète.

Thanatos ne souhaitait pas l'asservissement ni la soumission de la race humaine.

Il planifait notre extermination.

Nous allions subir des vagues mortelles par dizaines partout.

Rares seraient les survivants dans les deux ans qui suivraient.

Pourtant Giordano ralluma l'espoir dans nos esprits alors que nos coeurs pleuraient nos morts et que nous étions vides de volonté.

Voici comment les choses se passèrent lors de l'assemblée publique du 7 Septembar - 8 456 Post genèse :

"- Mes amis, l'heure est grave.

Alors que nous nous divisons stérilement entre guardianiums et renascimenti pour savoir si les dieux sauront réparer le voile protecteur, vous et moi nous savons qu'il n'en sera rien.

En nous seuls nous trouverons le salut et je vous promets que nous le trouverons !

Nos forces sont dans nos esprits mes amis, dans notre passé glorieux et dans notre futur victorieux.

Trouvons l'énergie de nos âmes meurtries, l'intelligence dans nos connaissances, l'action dans nos tripes !

Mes amis, notre groupe de scientifiques a retrouvé les machines salvatrices dans les terres écarlates.

Anastasia Korina nous a montré que nous serions en mesure de relever nos morts en être élus.

Revenue pour nous des temps futurs, elle nous a montré en tant que première élue la puissance des failles temporelles.

Ses semblables, élus dotés de pouvoirs décisifs, viendront depuis le futur nous aider à remporter la victoire contre les forces obscures.

L'ensemble de nos scientifiques se mobilise autour de ces découvertes majeures.

Et leurs recherches nous réapproprient les arcanes des âmes et du temps.

Nos expéditions sur le fleuve des âmes nous ont montré d'autres chemins vers l'espoir et vers notre victoire.

Vous êtes les artisans du bien contre le mal et nous serons tous unis dans nos destins.

Rendons sens à la vie de nos enfants !"

Une clameur monta du public.

Plus jamais il ne faudra mésestimer l'énergie du désespoir quand tout semble perdu.

Nul doute que Giordano nous pensait anéantis et sans futur à cet instant et pourtant, quand cette mère regarda son fils, elle était convaincue qu'il vivrait.

Il reprit :

"Plus encore que ce travail passé des terres écarlates pour les arcanes du temps, en vous, en nous, en moi, nous possédons l'énergie d'enrichir nos avancées sur des voies nouvelles et cela dans tous les domaines.

J'ai souhaité, et j'ai créé un département de pointe qui trouvera d'autres voies nouvelles toujours et encore vers la victoire.

Dans tous les domaines : militaires, technomagiques, génétiques, biologiques, physique des plans, notre département d'élite nous guidera vers de nouvelles voies de succès.

Et ces milliers de projets novateurs, je les confie au département des Improbables Expériences.

Ces hommes et ces femmes d'élite....

zenalpha

Avant de démarrer cet épisode, dédidace anachronique aux âmes soeur en devenir.

La légende prétend qu'il en existerait souffrant parfois d'un lumbago.

Comprenne qui peut....

------------------------------------------------------------------

Que le cosmos est grand, que l'univers est fastueux !

Je flotte dans l'éther entouré d'une myriade d'âmes soeurs partageant avec moi le chemin de l'éveil.

Notre planète Terre s'efface au fur et à mesure de l'ascension.

La vision globale des plans me permet de constater qu'elle occupe une position privilégiée dans l'univers. Sa couleur bleue-saphir tranche avec les pâles couleurs des astres avoisinants.

Je progresse en spirale comme si un vortex avait décidé de m'engloutir. Se faisant, je m'approche successivement des 6 plans qui me dévoilent leur nature profonde et leur secret.

Chaque révolution me rapproche du plan de la mort et m'éloigne des autres plans du cycle de l'éveil.

C'est donc cela notre univers ? Un cube de 6 plans empli d'astres flamboyants dont La Terre occupe le centre ?

Soudainement, le chemin se rétrécie.

Nous déchirons le voile du plan de la mort et débouchons sur ce fleuve étroit alimenté d'âmes perdues à perte de vue.

Le génocide... je me rappelle...

C'est lorsque le fleuve s'élargie que le regroupement démarre.

Instinctivement, chaque âme se rapproche d'une autre puis d'une autre encore jusqu'à former 5 Ames Entremêlées. Je comprends que nos affinités d'âmes sont le fruit d'une attirance profonde et innée, issue de nos vies antérieures.

Me voici partageant les expériences présentes et passées d'Era, d'Eleana, de Kioping et de Larsen. Je les aime comme ils m'aiment. Faute de nom et de passé, sentant ma fragilité et ma souffrance, ils m'entourent et m'enrichissent de leur vécu.

Et malgré mon manque total de karma, je sens qu'ils me demandent de prendre la main sur notre nouveau corpus astral.

Leur sérénité me calme. Je sens que notre union nous transcende et nous nous mettons à rêver d'un monde ou l'ensemble des âmes seraient unies et conglomérées. Nos individualités s'estompent, nous ne formons plus qu'un et je m'enrichie de leur histoire et de leur connaissance.

Le "nous" devient un simple "Je".

Plus loin, une scission s'opère. Le fleuve mutilé se déchire.

Je suis sur la rive gauche avec les âmes entremêlées des renascementi, la rive droite attire les âmes entremêlées des guardianiums.

Mais alors que notre groupe ne semble pas avoir le moindre mal à longer la rive gauche, nous sommes inexorablement attirés vers le large.

Je perçois le vieux rêve de Kioping s'approchant faussement vers sa promise. Il courre sans pouvoir avancer ni la rejoindre ralenti par un poids insurmontable qui le retient et qui se joue de lui.

Je suis inexorablement attirée.

Une île apparait. Ostium la déesse gardienne des lieux en occupe le centre.

Elle nous repère, sourit sournoisement et démarre une incantation.

Non, je ne vais pas disparaître ici ! pas comme ça, pas maintenant !

Ma mort dans la mort, mon anéantissement définitif et de la fin des fins va me submerger.

Il y a quelques heures, je n'étais qu'un nouveau né mais pourquoi suis je ainsi différente ?

Pourquoi n'ai je pas le droit de vivre ni de mourir ?

Une lumière verte surgit de l'horizon alors que le rayon mortel s'échappe de la main d'Ostium.

Mais ce rayon ne m'atteindra jamais.

Je suis arrachée du fleuve des âmes et d'Ostium par une nouvelle magie qui me dépasse...

Contrôlons nous nos destinées ?

Si je n'en ai aucune, je sais aujourd'hui que la réponse est non.

zenalpha

Ni les dieux, ni les hommes, ni le plan de la mort n'avaient jamais connu celà.

Par millions, des fils s'étiraient depuis le sol vers les cieux finissant par se rompre et poursuivant seuls la route du fleuve des âmes.

A l'embase de chaque fil, un corps sans vie laissait s'échapper l'ultime étincelle puis le fil se cassait lorsque aucun retour arrière n'était plus possible, fonctions vitales arrêtées.

Les âmes s'évadaient de leur prison corporelle temporaire pour emprunter la route du monde originel.

Je suis Era et je suis morte. Je sens en moi la force de ma vie passée sur Terre a déchiffrer les énigmes mathématiques complexes de la physique des plans et je me souviens mes anciennes vies, je suis libérée et je suis triste à la fois.

Je suis Eléana et je suis morte. Je sens en moi comment mon existence de techno magicienne a été vaine en percevant ce massacre autour de moi mais je suis sereine au souvenir de mes nombreuses vies qui me donnent cette force infinie qui me guide.

Je suis Kioping et je suis mort. Je sens que la douce que je devais épouser ne me verra pas le jour de notre mariage et en même temps je perçois combien de fois nous nous étions déjà rencontrées dans nos vies passées. Ne sois pas triste ma douce car je suis libre et je te reverrai un jour.

Je suis Larsen et je suis mort. Je sens que ma vie terrestre trop courte m'a comblée de toutes les richesses qu'un homme à le droit d'espérer. C'est injuste de partir si vite mais c'est le sens de la vie et mes vécus précédents m'entourent de leur expérience et de leur chaleur. Je me sens bien.

Je ne sais pas qui je suis et je prends conscience d'exister. Je ne suis qu'un fil au dessus d'un nouveau né égorgé enlassé par une mère abattue. J'ai cette sensation de vide. Qu'est ce que je fais ici ? Qui suis je ? je n'ai aucun souvenir et combien j'ai peur.

Je vois un homme en blouse blanche arborant un écusson de rouge et de bleu entremêlés portant l'inscription IE retirer cette flêche qui m'a transperçée la gorge.

Et je perds le fil de ma non vie terrestre sans souvenir ni passé, je suis vide de sens, je ne sais pas où je vais.

Au revoir la terre, je suis née et je suis morte.

Ce qui m'angoisse, c'est que je ne suis personne, que je n'étais personne.

La flèche qui m'a égorgée n'est pas la raison de ma gorge nouée.

Immatérielle ma sensation de vide, Rien n'a de sens.

Ou pas encore, non, pas encore...

zenalpha

"- Aïe aïe aïe Tortix ! Par Eole, fais attention quoi ! Je ne suis pas en sucre mais évite de me briser les os !"

Le colosse Oth, de la faction des Renascimento, musculeux et rassurant à la fois leva les yeux vers sa cliente.

Era était une jeune fille au tein hâlé et aux traits délicats.

Si on négligeait son accent trahissant son appartenance du désert Ayahlé, elle arborait une tenue Oth du plus bel effet en affichant des tatouages sur la majeure partie de son corps, ce qui aurait pu aisément la confondre à la population locale à laquelle elle avait fini par se fondre.

"- Era, je pense que le temps où j'ai du supporter tes gérémiades est de loin supérieur au temps qu'il m'a fallu pour faire de toi ce chef d'oeuvre de créations tribales. Toi qui est mathématicienne, tu saurais me dire s'il me reste un crédit de patience pour te supporter ?"

- Non mais écoute le cet apprenti charcutier Eléana ! Tu ne peux pas lui demander de se concentrer au lieu de faire le malin ?

Eléana était une techno-magicienne hors pair et une collaboratrice dévouée pour Era autant qu'elle était son amie mais elle ne savait jamais lui cacher le fond de sa pensée.

- Le tatouage est un art qui se mérite Era. Si Tortix est le meilleur dans son domaine, c'est parce qu'il sait ce qu'il fait, ne crois tu pas ? Regarde, moi aussi je serre les dents et je ne me plains pas !"

Era serra les poings et crispa sa machoire ! Si on ne pouvait compter sur le soutien de ses amis alors c'est qu'elle devait en faire un peu trop mais bon sang que cette pointe perçante lui faisait mal !

Tortix trempa son aiguille dans l'encre de jade, inspira de dépit et reprit son ouvrage l'oeil rivé sur le motif du dragon à cinq têtes. Le dard perça de nouveau l'épiderme révélant peu à peu une nouvelle facette du monstre de feu, aussi superbe que menaçant alors que la peau cicatrisait son mal.

Eléana serra les mains d'Era pour la rassurer et lui assurer son soutien.

Concentrés sur leur activité, les trois compères ne prêtèrent pas l'attention que le ciel se couvrant de noir aurait assurément mérité.

Le grondement de tonnerre qui suivit ne noya pas le bruit du dermographe du tatoueur alors qu'il s'écrasait contre la vitrine épaisse de son commerce lucratif.

Et pourtant le mal absolu était déjà là...

zenalpha

....Quand nos sages des temps arcaniques se penchèrent sur la nature du cosmos et sur le sens de la vie, ils s'aperçurent que nos âmes défuntes portaient en elles l'étincelle de nos existences illuminées.

Chaque individu dispose à sa naissance d'une âme à enrichir de nouvelles expériences et de choix personnels selon ce libre arbitre qui est le don exceptionnel et unique qu'ont donné les dieux aux hommes.

Dans le même temps, l'âme se révéla être le réceptacle d'une multitudes d'expériences de vies passées faisant écho depuis l'aube de la création et jusqu'à la fin des mondes à des choix précédents qui conditionnent les vies à venir sur le chemin d'une destinée spirituelle bien au dela du temps et de l'espace.

Nos savants des âmes comprirent comment les plans étaient imbriqués, que passé et présent ne faisaient qu'un et qu'au dela de la destinée, chaque âme était la part d'une conscience collective plus globale.

Gaïa fut située comme le siège de l'humanité d'où les âmes partaient et revenaient pulsant comme le coeur irrigant le cerveau.

Ou plutôt, Gaïa n'était pas le siège de l'humanité, Gaïa EST l'humanité.

Que les hommes disparaissent, que Gaïa disparaisse et l'illumination de l'univers entier s'éteindrait.

Cette découverte ne fût possible que lorsque nos technomagiciens découvrirent cette partie étroite et partielle du fleuve des âmes. De cet endroit, Le message de gaïa ne fut entendu que lorsque la gardienne des âmes Ostium fût terrassée par nos valeureux guerriers.

La communication Terre-Gaîa fut directe et instinctive.

Elle nous aida à comprendre les arcanes du temps et les mécanismes des âmes.

Elle suggéra que nous regroupions 5 âmes en être élus afin de renforcer en chacun d'entre eux la conscience de la spiritualité humaine et afin de les doter d'une immortalité temporaire.

Les élus, les prophètes, les anges, les guides noyés dans la foule humaine chargés de les protéger.

Par leurs lignes parallèles et néanmoins par leur complémentarité, les factions humaines Renascemento et Guardianum seraient pourvus d'élus immortels renaissants chargés de se battre contre l'avènement de Thanatos.

Cycliquement, ils apparaitraient porteur d'un message mais le gros de leur tâche n'était guère visible.

Une mesure désespérée contre la mort et la nuit éternelle...

Gaïa nous demanda de revenir vaincre Ostium régulièrement afin de permettre cette magie lorsqu'elle renaitrait de ses cendres afin de libérer le fleuve des âmes, le cycle de la vie et de la mort et notre communication à Gaïa..

Cela fut le début de notre émancipation, de notre spiritualité, de notre foi en l'univers et en l'homme.

Nos vies avaient donc un sens et le combat contre Thanatos prenait une autre dimension.

Il s'agissait de la survie de l'humanité, de l'âme de l'univers, du sens de toute chose et de tout être.

De très rares initiés d'entre les sages les plus sages connaissaient ce secret et aujourd'hui encore....

zenalpha

Les Dunes s'étiraient sans fin, déchirant l'horizon comme si un dieu négligent avait abandonné sa cape de sable sur Terre.

Une hyène s'approcha du maigre plan d'eau sous les feux du soleil, bravant l'espace d'un instant son instinct et l'attente de la nuit pour s'abreuver, vaincue par une soif mordante.

La fraîcheur de l'eau soulagea le gosier sec et brulant du carnivore puis laissa place... au néant.

- "Je l'ai eue" ! Ah ah ah ! au menu de ce soir, un lapin des sables !"

- "Par Mitgard, quel chasseur tu fais ! Mais comment diable as tu réussi à lui perforer la tête à cette distance Kioping ?"

- "Mes yeux, mon arc et le destin ! Personne n'échappe à son destin mon ami. Le sien était de finir dans notre gamelle aurai je été à 5 kilomètres et les yeux bandés ! Au menu, enfin quelque chose pour agrémenter nos haricots secs !"

Kioping et Larsen rirent de bon coeur. Demain, Kioping unirait sa destinée avec Ilsa, fille de marchand de la cité-état de Kiork. L'avenir serait plus radieux encore que ce satané soleil perçant de ses mille feux.

Les deux compères, après 3 jours de traversée dans le désert, sentaient l'odeur des épices et du vin ennivrant qui les attendait et cette hyène promettait le premier repas de fête digne de ce nom.

A la lueur du soir, devant le bucher crépitant, Kioping sortit sa flutte traversière. Une musique s'éleva sur l'air nostalgique des chansons de son enfance qui l'avaient bercées.

De sa mère à sa future femme, Kioping célébrait avec son plus proche camarade son passage de jeune homme de la tribu kappa au chef de famille et d'homme comblé.

Ils regardèrent les cieux, fixèrent les étoiles, et célébrèrent yama, le point fixe de la voute étoilée qui les guiderait encore cette nuit dans la poursuite de leur expédition.

Repus et heureux, les deux hommes riaient à gorge déployée.

Une ombre inhabituelle et menaçante apparût dans le lointain.

Aucun des deux hommes ne lui prêta attention....

zenalpha

Un Cri dans la nuit, une rumeur qui monte.

"- Ils arrivent, ils arrivent !"

Le ciel s'embrasa irradiant une lumière rouge perçante et lugubre, prophétique du sang à couler.

Des masses filandreuses investirent le ciel telles des bancs de méduses volantes, couvrant peu à peu la voûte étoilée.

Des filaments atteignirent le sol à partir desquelles des hordes de créatures glissèrent comme sur des toboggans géants.

Dans la ville affolée, hommes et femmes courraient sans logique ni calcul, hurlant de terreur, traquant le refuge de fortune.

Les premiers corps tombèrent fauchés par des armes inconnues et des incantations maléfiques.

Les démons chassaient leurs proies sans combattre tels des prédateurs déchainés.

Ils s'en délectaient laissant derrière eux des barbaques sanguinolantes et une série de charniers.

Les pleurs de rares prisonniers parqués dans des geôles improvisées transperçaient les murs, crevaient les tympans.

Tony observait depuis le dernier étage de l'immeuble le carnage et la fin de sa cité.

Une nouvelle injonction détourna son attention.

"- Pousse Sonircia, Pousse, sa tête est presque sortie

- Marcus, appelle Marcus. Hera ! ramène le moi je t'en prie.

- Tony guette son arrivée par la fenêtre du salon. Respire, reste calme. Tout se passe bien"

Puis, Tony aperçut les apôtres de la mort poursuivre leur attaque surprise en investissant les lieux.

Deux étages au dessous, les créatures fracturaient la porte de l'immeuble dans leur quête du macabre requiem.

Il ouvrit la trappe du plafond et pria les dieux bienveillants mais trompés.

Puisque Zarkof avait eu la folie de rompre le voile les protégeant du plan de la mort et des suppôts de Thanatos, il prierait les dieux en personne pour espérer le miracle ou pour s'abandonner au destin.

"- Petite Aergie, c'est maintenant ou c'est jamais..."

Une Rumeur qui monte, un cri dans la nuit.

"- Ouinnnn Ouinnnnn..."

Bonjour la Terre.

Je suis née.

zenalpha

Je vous propose une nouvelle qui fera entre dix et quinze épisodes selon mes humeurs.

Si les récits semblent déconnectés, la fin donnera un sens global à cette histoire et peut être davantage encore ...

Et puis, devinerez vous mes pensées et le message de ces récits ?

Que mes rêves puissent trouver des âmes sensibles à qui ils parleront...

Zen.

-----------------------------

Aux pieds de la falaise, une vague se brisa sur les rochers abandonnant une écume blanche et légère.

Un coup de tonnerre gronda couvrant le bruit des goëlands à la recherche d'une maigre pitance.

Marcus enlassa Sonirssia, elle se serra davantage contre lui.

Son ventre rond lui avait donné du mal pour venir jusqu'ici depuis la cité de Zarkarian.

Mais Marcus avait ce don de savoir trouver les mots pour la convaincre.

Leurs regards fixaient l'horizon, leurs rêves étaient grands.

"- Sonirssia ma compagne, que les Dieux nous viennent en aide"

Elle le fixa, laissant poindre une légère inquiétude dans son regard.

Marcus reprit :

"- Nos ancêtres ont vécu l'âge d'or mais au Palais les choses vont mal depuis la mort du vieux Marcof.

Je crains des temps sombres et difficiles

- Tu t'inquètes trop Marcus. Nous sommes heureux, je suis enceinte. Tout va bien"

Le soleil s'abaissait sur l'horizon, la lumière déclinait et la soirée promettait des lendemains qui chantent.

"- Depuis plus de 500 ans Sonirssia, nos ancêtres ont bâti notre empire d'Esperanza et une ère de Bonheur.

Nos technomagiciens nous ont couvert de bienfaits.

Mais nos chefs sont devenus fous.

Zarkof perd pieds et ses actions relèvent de la mégalomanie.

- Depuis 10 ans, nous nous aimons Marcus, et bientôt, nous aurons la petite fille que nous désirions tant.

Le Docteur Haris a fait des miracles pour nous, Ne t'inquiète plus, quoi qu'il arrive, tout ira bien."

Elle lui serra la taille tendrement.

Marcus se tût, pourquoi l'inquiéter davantage ?

Il reprit enfin.

"- Je t'ai amené ici afin que nous profitions de ce moment devant ce spectacle merveilleux.

Regarde comme la mer est magnifique."

Tous deux fixèrent l'horizon, le soleil crachait ses derniers feux comme s'il espérait repousser l'inexorable nuit qui devrait bientôt l'engloutir.

Quand soudainement, une lumière inattendue fixa le temps comme si un magicien malicieux avait décidé de célébrer ce moment.

La lumière verte inonda l'horizon et l'espoir emplie profondément le coeur du jeune couple.

Puis ce bref instant s'arrêta et le bruit des vagues qui semblait avoir cessé renouvela sa danse éternelle.

"- Nous l'appelerons Aergie dit sereinement Sonirssia"

Il ne répondit pas, la regarda langoureusement et ils s'embrassèrent passionément.

A suivre - Episode 2 : 18-08 : "Un monde formidable"

zenalpha

Le génie - JS Bach

Dans cette relation de la couleur à l'âme dont parle Kandinski dans mon billet précédent, il en est un qui soit parvenu à m'atteindre par... l'oreille.

JS Bach est considéré comme le plus grand ou un des plus grands et on nous assène cette prétention comme une forme d'évidence.

Maître du contrepoint et de l'harmonie lyrique, certes.

Mais ce que je dois dire, c'est que je suis totalement hermétique aux critiques en matière d'art et de musique.

Qu'en revanche, Bach est le seul compositeur qui soit parvenu à me glisser l'image de la perfection et de l'atteinte d'absolu au travers se sa musique.

Je n'y vois pas que de la musique, j'y vois des mathématiques, de la logique, de la rationalité avec un mariage à la passion, à l'emportement, au rêve.

Bref, Monsieur Bach, j'aimerai faire l'amour à votre âme et pour dire cela à un homme, dieu sait que votre divine musique m'a touché.

J'aimerai donc proposer deux morceaux de JS Bach ici qui me sont particulièrement chers.

Et j'aimerai aussi glisser ce reportage étonnant qui fera aimer Bach.

Parce que bien que sa musique soit divine, elle ne peut être appréciée qu'en étant vécu profondément très profondément à l'intérieur de sa chair.

Et c'est pourquoi j'aimerai vous glisser une interprétation du maître par un maestro : David Fray

Je m'étais intéressé à David Fray après avoir vu le reportage d'Arte sur lui que vous retrouverez dans ce billet.

Si on ne connait pas Bach, si on apprécie pas le classique, je vous invite vraiment à voir ce reportage en entier et ne pas rester sur les premières images.

Les images valent mieux qu'un discours mais voici ce qu'il dit du maître.

Et quand je l'ai vu puis quand je l'ai lu, j'ai su que nos âmes avaient emprunté le même bateau vers l'absolu quiétude.

«C'est un devoir de l'interprète que d'avoir une idée claire et d'être capable de la justifier, dit-il. Mon interprétation idéale de Bach est celle qui concilie le lyrisme et la poésie à une vraie pensée structurelle et à une certaine faculté d'abstraction. Il est difficile d'avoir une interprétation lyrique qui soit, en même temps, intellectuellement solide et bien construite. Chez Bach, plus que chez tout autre compositeur, il faut concilier la tête et le coeur.»

Merci Monsieur Bach.

https://www.youtube.com/watch?v=dW1N_q6ylOM

https://www.youtube.com/watch?v=eU-4jQs8cbo

https://www.youtube.com/watch?v=lH7UT7NuL9o

zenalpha

« Le blanc sonne comme un silence, un rien avant tout commencement.

Le noir est comme un bûcher éteint, consumé, qui a cessé de brûler, immobile et insensible comme un cadavre sur qui tout glisse et que rien ne touche plus.

La couleur provoque une vibration psychique.

Et son effet psychique superficiel n'est, en somme, que la voie qui lui sert à atteindre l'âme.

Ainsi l'âme de l'artiste, si elle vit vraiment, trouve par elle-même quelque chose à dire.

La peinture est un art, et l'art dans son ensemble n'est pas une création sans but qui s'écoule dans le vide.

C'est une puissance dont le but doit être de développer et d'améliorer l'âme humaine. »

Vassily Kandinsky - 1866-1944

jVvqDL.jpg