Aller au contenu
  • billets
    46
  • commentaires
    28
  • vues
    34999

À propos de ce blog

Mes instants

Billets dans ce blog

 

La densité du vent

Tout vent contraire dépend de la nécessité à lui opposer une force. Au cimetière Saint konogan le vent y est breton. Mon père y est enterré. Je lui parle quelques fois du haut de ma vie, debout à ses côtés, près du massif fleuri qui fait sa tombe. Je lui indique parfois la date, le jour et ma situation, puis je prie pour son âme, sorte de demande intermédiaire de miséricorde au Tout-Puissant. Le vent y est chagrin mais à la fatalité rime la réalité qu il nous faut accepter tous, nous, mortels. A
 

Hystérie maternelle grave

Etat d'âme  au commissariat ou hystérie maternelle grave. «- Allo  ?...oui, bonjour  ; je suis le brigadier Schminhg de Villeneuve d'Ascquon...- Oui... - Madame Zapati Mouche  ?- Oui...-Voilà  : je vous appelle car j'ai devant moi la fiche de recherche que vous avez faite concernant votre fils. Il a 57 ans, grand, une cicatrice sur le nez et un regard belliqueux, c'est bien ça? - Oui...-...Psychopathe et sociopathe, il est armé et fait parti d'une secte mondiale terroriste liée à l'extrême cent

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Une belle nuit parisienne

Paris, 5ème. Métro Place Monge. C'est bientôt l'heure de la prière de la nuit. Je marche d'un pas tranquille jusqu'à la porte de La Grande Mosquée de Paris, splendide édifice construit peu après la grande guerre en l'honneur des musulmans d'Afrique du Nord morts aux combats. Ce soir encore, on se bouscule pour tenter d'atteindre la miséricorde d'Allah... Incha Allah. Je file vers la salle des ablutions : énorme capharnaüm où sur un parterre de scandales, chaussures s'entrelacent les flaques d'

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Chamonix 2012

Chamonix, Juillet 2012. Un éboueur trouva au sol un sac de sport noir. A l’intérieur, près d'un million d'Euro. On ne sait si c'est par honnêteté ou maladresse mais on eut vent de cette découverte et ce sac fut remis au service de police... Le sac disparut avec tout ce qu'il contenait. Quelques jours plus tôt, un très gros casse fut orchestré par une équipe de quatre à cinq personnes dans la région. En effet, plus de dix-neuf millions d'euro furent dérobés lors d'un braquage resté hors toute

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Qu'y a t il de plus élevé à la justice ?

Qu'y a t il de plus élevé à la justice ? La justice est utile, elle est nécessaire aussi... Mais on peut faire fi de la justice dans un combat dépassant celle ci, dans un combat non pas juste ou injuste mais le dernier combat, l'ultime combat, celui où l'on a que faire de la justice ou même de l'injustice. La dernière guerre... La paix ne s'embarrasse pas de la justice, elle l'ignore parfaitement : dans un monde en paix, la justice n'existe plus car aucun acte injuste vient former la société de

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

En Suisse...

...EnSuisse : « Gutentag Berne ! », ou confidencesd'un écrivain... Unjour, un écrivain fou fut trompé. Sa femme et leur mariagevoyageait tantôt à l'Ouest, tantôt à l'Est ; selon lemeilleur parti d'un divorce qui se doit d'être - et ne le peutseulement - prononcé. Voici ses sentiments... Ses écrits. -« De conséquences en conséquences, il y a des lecteurs quifont l'amour. Par exemple, ce qu'ils ont lu de moi les font plus queréfléchir. Ils y pensent et, plus grave, ils y mettent le cœur.Ils font

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

La course aux flingues

La course aux flingues ou La société du pauvre. (Petit texte alambiqué écrit entre Orléans et Bordeaux) Dans mon emploi du terme "civilisation" et de ses nombreux sens qu'il contient, ainsi que les régressions épistémologiques que l'on lui attribut généralement historiquement -en réalité universelle- et plus particulièrement en langue française; je n'y vois qu'un foin électoral qu'il est convenu d'appeler démagogique ou plutôt hégémonique - d'un impérialisme oligarchique de l'injuste fina

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Avertissements

J'ai énormément voyager dans ma vie, et j'ai aussi eu la brillante idée pendant mes voyages, d'écrire sur divers choses, un peu incohérentes mais qui correspondaient à une réalité mise sous une forme prosaïque. Et bienque parfois j'écrivais pour être lu (moteur de l'écriture), j'ai tout le temps voulu échapper à toute compréhension; mes écrits ne sont un souvenir que pour moi et moi seul. C'est une richesse égoïste, ma production littéraire fut souvent intense mais ne concerne que moi. Tenter u

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Ecrits de St Malo

Je me fou de l’or des Indes, j’aime voyager et les flots des atlantes. Je me fout des Louis d’or ou d’argent, c’est les gloires qui scintillent en poitrine par-dessus mon Nom, mon écharpe blanche sur le plat de mon bouclier puissant voilà mon bel accord. Je me fout des chaumières des décors gros en cocotiers de souffrances inconnues, j’aime les champs, la pierre neuve et les remparts, les murs ouverts aux vents, bien fiers, debout en dedans. Je me fout d’une adresse, j’ai mon nom dans m

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Dans mon appart, ce 16 juillet

Dans cet appartement, le rideau métallique baissé, je m'imagine dormir. Comme reposé de toutes luttes, ma vie n'aurait plus aucun goût. On ne vit bien qu'en luttant, d'ailleurs Dieu nous a assigné une vie de lutte... Dans cet appartement, disais-je, j'imagine la peine de cet autre monde, qui derrière le rideau métallique baissé se bat dans la division et se meut à l'unisson. Comme il est étrange de penser ! Je pensai curieusement à La Palestine... ainsi qu'à tous les conflits de la Terre. Les ho

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Secrets du pont de Bordeaux

Ne vous offusquez pas de ce texte, il est volontairement "alambiqué". Hangar 20 – Quai de Bacalan- Bordeaux, la ville où il ne faut surtout pas vous rendre, vous y trouverez sans doute plus à y cultiver que la suffisance de votre peine. Travaillez, prenez de la peine c'est de cultures qui, ici, en manquent le moins. Entrez-observez-découvrez.. Entrez ou non dans l'univers des ponts, magnifiques ouvrages d'art ou véritables exploits techniques. L'exposition permanente de Cap Sciences,

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Place Pelletan, Bordeaux.

La peste. Place Pelletan. La cité "cécité" ou la nécessité de la citer : la nécessaire naissance de la conscience de la cité; son essence, la Santé. Un rat gît et l'indifférence le nettoie. Place Pelletan, aucune mode ne veut y voir la mort ou plus sûrement un cadavre… L'annonce même pestilentielle d'un tel dégoût ne ravive nullement l'esprit de voisinage ni celui patriotique de la Nation en danger… Au cœur de la ville, la mort est plantée. Personne n'y prend garde et bien plus, tout le

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Une nuit espagnole

La nuit Aux douceurs du soir, le fou préfère le repas de la nuit profonde. Comme un dessin sur l'eau, il ne peut que l'imaginer bien que pourtant la nuit est accomplie. La nuit du fou est semblable à ce parc dans Séville, à son soleil de juin, aux bassins et fontaines vides, aux contours de poussières, sable fin et dépôt de lumière. De grands rosiers courent sur le marbre et les mosaïques bleues, laissant aux épines le blanc des statues. Et je suis là, parmi l'inanimé, je pèse ma faim. Les oran
 

Fumisterie

- Fumisterie - Lors d'un festival du livre, un écrivain philosophe me posa cette question tout en se doutant de ma réponse -réponse majoritairement admise : "-Comment détermineriez vous la liberté ?" Je lui réponds scolairement en dépit de la dimension déterministe que : " la liberté, euh... c'est, euh... de pouvoir dire oui ou non, de pouvoir choisir." A cela il me répondit une chose que je n'oublierait jamais, une chose qui améliora mon rapport à moi-même ainsi qu'aux autres : " Votre déte

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

SDF du soir au matin...

Après m'être fait viré d'un lieu public par deux vigiles pas très tendre, je partis dormir sur un banc, dans un parc... Avant de m'allonger, je pensais encore à ceux-là... Les combattre ? Je suis fatigué, ainsi que faire la guerre aux cons, on le devient forcément :"Mieux vaut deux cons qu'en être le troisième", me dis-je... Enfin, j'ai mal dormi sur ce banc, dans ce parc grillagé et fermé du 92. J'y ai mal dormi parce que c'était la nuit. Etrange ? Non, seulement y a plein de bruit autour, des

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Hôpital Tenon

Hôpital Tenon. 20ème arrondissement. Paris. Un nouveau bâtiment a été construit juxtaposé à la bouche de métro Pelleport sur l'emplacement d'un lieu de socialisation et de solidarité pour personnes sans-abris, sans ressource ou bien en détresse sociale. C'était un lieu où les démunis de tous horizons pouvaient s'y distraire, avoir de quoi survivre. Café, thé, biscuits, petite bibliothèque, livres, personnel à l'écoute, espoir, repos, électricité, eau, chaleur humaine et, en période hiver

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Veridique

...Véridique. Être véridique, n'est-ce pas tout simplement de ne pas perdre la raison ? Et de quelle folie se part l'univers si ce n'est en mensonges ? Être véridique c'est de ne pas perdre la raison, et non l'inverse. Le plus fou des hommes est sans doute plus véridique que le plus menteur de tous les hommes, et ce dernier a moins de raison que le fou a de véritables visions de l'univers. En aucun cas la raison vous fera mentir et la vérité vous fera fou. Pourtant c'est aux autres menteurs le

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Le Comte de Savoie

...Le Comte de Savoie. Un beau jour le Comte de Savoy s'en alla en mer. Il eut pour infortune le visage d'une femme trop clément à son compte. La couche au fond du bateau fut rebâti fièrement. Selon la rumeur, le Comte s'en déballa à grand frais... Elle s'appelait bel et bien comme dans un rêve, je crois bien... Une beauté magnifique. L'air, quand il était sa parure avait les tourbillons de l'enfer. Les yeux à ne croiser que d'amour embellissaient les vagues de dunes par un soleil brûlant et l

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Dans une fourmilière

…Dans une fourmilière. Au fond de la fourmilière, bien placé, je dors. Cela fait plus d'un millénaire que je regarde le ciel et rien ne me fascine plus que cette magnifique construction. Celui qui m'y a mis est très bien informé ainsi qu'il ne m'a pas mis là par hasard. A travers l'amoncellement de poussières et de grains de terre, j'y vois tout d'abord le disque solaire. Bizarrement, il ne m'éblouit pas. Je le regarde pourtant droit, à travers toute la hauteur de la fourmilière. Je l'observe

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Une génération européenne mondialisée

"Sarajevo ou le setze de Vouïadine le Haïkou." Maroc, le maroc "französisch" : Vers l'an 2000; 99-2004, j'étais habillé tout en croco' : casquette-bascket-survêt'(le bleu, t' sâîs…)-8.6-polo-Stan-Smith-Air-Max-BW-Startak-Motorola, etc… Ma conversation ? Un agencement de trois mots dont le sens prenait à répétition de ces expressions : "V'là !"; "T'as vu !" et "Vite fait!". J'aurais pu très bien parler de politique internationale que du lieu où se situe la fontaine dans la ville ou commen

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

38, quai de l'Isère

"Le sourire de la peur" Isère, aéroport d'eau douce , 4 heure du matin : une voiture grise est posté sur le pont. L'ancienne, la rouge, va brûler après que le bateau soit reparti. Trois heures plus-tard, les mêmes sur l'autoroute dans une grosse Audi blanche et "vide" im. 38, rient. Ils sont chargés, une histoire nasale, plus du tout de bagage. La voiture tourne et s'engouffre dans la ville : R-Raï-R-Raï-R-Raï…. La police enquête. Ils "font chier" tout-le-monde, eux y compris. Le plu

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Cinémascope

*** Aller, « Valsez saucisses » ! Le pauvre de la Comédie Française, Place de la Bourse est la ruine du Bourgeois Gentil-Homme. Ce Républicain fauché aux blés de la colère et du raisin aux vinaigres boit le fond d’un jus d’haricots accompagnés de carottes saignantes, pressés elles-aussi. De ces détails gastronomiques, il ne faut y voir que le ucq entre les fesses ; un cul dans la face des âmes brûlées de conjonctivite. Ceux-là, d’aspect lisse et brillant, ce font les chauves aux yeux de

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Maison close

Maison close d'un autre temps. Dans la chambre rose, un gardien est en poste. La porte est ouverte et il en détient la clef. Sur le lit, une femme passablement vêtue, laissant sa gorge découverte est allongée. Balbutiant un anglais plaintif, elle pleure. A son chevet, une seringue et une fiole. Sur celle-ci est noté « Morphine ». Mademoiselle a vraiment trop mal. Un mal qui vient du plus profond de ses entrailles. Un mal qui est passé dans le sang, et au travers de ses veines se voit sur son v

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Chamonix

Dans Chamonix, je traverse, je marche le temps. Sur les nets chemins, ruelles éclairs, le dôme blanc mêle nuages et halos pointus. La brume et le soleil se noient en des glaces intérieures : ma vue de dedans est déjà sur Montenvers. J'y monte la grandeur de mon adoration et quand j'en descends, c'est la gloire du Magnifique. Il y a de curieux aux détours des bâtisses ; au loin suspendu aux virages de ses sentiers et du village, petit centre riche et actif ; l'attrait du temps que l'on

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

 

Misère et pauvreté

Misère et pauvreté. * Au premier acte, aucun des personnages ne sauraient être nommés, on les considèrera par le lien qu'ils ont entre eux : -Le grand-père. - L'oncle. - Le petit-fils. * Un feu de cheminée éclaire une pièce où cinq chaises sont disposées autour d'une table. Un large couloir en prolonge l'espace qui donne vers une porte fenêtre où un vaste jardin enneigé. * Acte I, scène I. -Grand-père - Tu vas finir en prison ! -Petit-fils- Pourquoi ? -Grand-père- Tu fraudes l

yacinelevrailefou

yacinelevrailefou

×