Aller au contenu
  • billets
    46
  • commentaires
    28
  • vues
    34670

Misère et pauvreté

yacinelevrailefou

118 vues

Misère et pauvreté.

*

Au premier acte, aucun des personnages ne sauraient être nommés, on les considèrera par le lien qu'ils ont entre eux :

-Le grand-père.

- L'oncle.

- Le petit-fils.

*

Un feu de cheminée éclaire une pièce où cinq chaises sont disposées autour d'une table. Un large couloir en prolonge l'espace qui donne vers une porte fenêtre où un vaste jardin enneigé.

*

Acte I, scène I.

-Grand-père -

Tu vas finir en prison !

-Petit-fils-

Pourquoi ?

-Grand-père-

Tu fraudes le train !

-Petit-fils-

Je n'ai pas les moyens de le payer, ni le chez-moi qui pourrait m'en dispenser l'obligation... Pas d'adresse, pas de travail, pas de sous, pas de travail, pas d'adresse...

-Grand-père-

Et les services sociaux ?

-Petit-fils-

Tout m'est bloqué... Mon nom, mon visage exotique, vous... Et c'est parce que tout m'est dû que devant trop, l'on ne m'en donne pas même la considération... En voudrais-je exprimer le simple et juste droit que l'on en bloquerait l'écoute. Et à défaut, les plus justes s'en feront mérites à ne point me reconnaître valeurs. La justice m'ordonne de faire, et son autorité m'en empêche.

-Oncle-

Tu es indigne de nous, du pays ! Pour moi, tu es mort !

-Petit-fils-

Où cette haine trouve-t-elle honneur ?

-Grand-père-

Ta mère te connais parfaitement et pour m'entretenir régulièrement avec elle, nous te connaissons aussi. J'ai d'ailleurs eu de tes affreuses nouvelles la semaine dernière... N'étais-tu pas à Monaco à insulter les dames du Secours Catholique ?

-Petit-fils-

Ma mère ? Cela fait une éternité ennemie que je ne l'ai vu. Ma piété filiale m'y obligeant, mes dernières excuses lui sont parvenues il y a plus d'un an... Courrier sans réponse...

-Grand-père-

Mais, à Monaco, tu as faits encore des sottises...

-Oncle-

Du grabuge !

-Petit-fils-

Je n'avais plus un kopec et vu ma couleur de peau, mes yeux corbeaux, même avec l'aide de Molière en déclamant de ses "Femmes savantes" les vers; la dame à jurer ma perte ! M'interdisant l'accès de son honorable boutique par le barrage flétrie de tout son corps, je lui ai poliment fait courtoisie en l'informant que je ne mangeais pas de ce pain là et que de sa vertu était ma chasteté... Voilà tout.

-Oncle-

Et le poste de police de Monte-Carlo... c'est ma chasteté peut-être ?

-Petit-fils-

Pardon, mais le vagabond au faciès délinquant etc...c'est moi ! Ce n'est sûrement pas la vigile du St Esprit !

-Grand-père, soudainement inspiré-

Amen...

-Oncle, désolé-

Papa...

-Grand-père-

Bon... Et dis moi, tête de linotte... Ne t'étais-tu pas fait un copain, là où tu logeais à Montauban ?

-Petit-fils-

Lui ? Monsieur Cacauète ? Il tête encore le sein de T'chita... Mais tu es, à mon sujet, au courant de tout bienque très mal informé... Je perds ma santé sur les routes, dans les gares, et tu rêves de me laisser en prison, mon oncle ne me pense déjà plus et, si je suis encore, fait tout son possible pour j'en demeure chaque jour un peu moins. Et pourquoi cela ?

-Oncle-

Oui, pourquoi ?

-Petit-fils-

Parce que la folie d'une autre fait sa réputation sous les faux-semblants de ses soins et bons mensonges, se disant pour moi. Elle lutte alors pour vous tous, le pays... à ma perte. Ma mère se l'ai juré et j'en suis alors le seul menteur, vous et le monde qui la tenez pour véridique...

-Oncle-

Mais pas du tout... Il y a des preuves !

-Petit fils-

Celles-ci, en m'accusant, m'innocentent et condamnent... Mais à forcer la misère du Saint, on ne reconnait du voleur que la morale...

-Oncle-

La morale du voleur n'est sûrement pas celle d'un Saint !

-Petit-fils-

En effet, et n'est pas saint qui veut... A ce sujet ma mère...

-Grand-père-

Et bien... Quoi ?

-Petit-fils-

Cette sainte femme ne forcerait-elle pas ma misère, et n'ai-je pas porté beaucoup de la sienne ?... Comme sur toute la planète, il y a des preuves en ce pays qui sont très clairement expliquées, pour peu que toutes les attentions qui y sont peut-être encore porté en dégage de par leurs esprits la juste clareté... ma misère.

-Oncle-

Voleur !

-Petit-fils-

Ah ! Me voilà fait comme un rat... Et comme le vice, je voudrais courir loin de St Estephe et me meurt, prisonnier au fond d'une bouteille. Famille ! Votre lumière m'aveugle ! Les trop nourri accusent toujours la famine, mes ténèbres. Souffrez donc que, pour moi, je fuis l'obscurité maternelle... C'est, croyez-le bien, une démarche salutaire qui seul me concerne : la saine garantie de la naturelle beauté de mon esprit, en mon âme et conscience... Que vous y restiez, brûlant des ailes dont vous vous ignorez, cela n'en fait pas moins les miennes. Même mieux, elles n'en sont que plus larges et... claires !

Mais avant de finir en terres, géôles patriarcales ou autres établissements paroissiales ou médicales... loin de la maison de vos saints sentiments et des privations financières; j'aurais une requête dont vous connaissez parfaitement la teneur et qui me tient extrêmement à coeur. Pour vous faire mieux comprendre ; ce peut être le noeud de mon malheur, mais sachez que ça l'est certainement !

-Oncle-

Quoi encore ?

-Grand-père-

Encore !

-Petit-fils-

Oui. Et toujours... jusqu'à ce que Justice m'en soit satisfaite ou bien que la mort s'en occupe.

-Oncle-

Aller... annonce, ma soeur tirera la première.

-Petit-fils-

Ma mémoire se doit de cultiver l'insigne de mes ancêtres, leurs honneurs qui m'ameneront en terre... Je ne veux pas être enterré sous le faux-nom, celui que je porte de par la folie stupide de cette mère qui travaille à me mourir prématurément. Que, puisqu'il vous est insupportable que je veuille porter ma sincérité au monde, au moins, donnez la moi mort. Et cela, tout voleur que je suis, que vous m'en faîtes et que pour ma mère s'y forçant, je semble être.

-Oncle-

...

-Grand-père-

...

-Petit-fils-

Je veux être enterré selon ma religion, l'Islam et être connu, ou reconnu au besoin, comme le fils de mon père et non celui d'un imposteur, ce qui me donna folie trop longtemps, étant à tort sincère avec le mensonge; le nom de l'imbécilité et de la folie de ma mère. En vérité, le mot perverse n'est pas loin de ma bouche. Car blessant il pourrait en être plus proche, mais il perdrait, avec votre compagnie, en vérité.

De la folie de ma pauvre mère que trop longtemps je porte, soulagez-moi ! De ce nom, de ce mensonge, imposture qu'ici-bas je souffre et que, au moins, une fois ne plus être, je ne veux encore porter pas ! Ma sincérité m'a déjà perdu, et, plus que retrouvé aujourd'hui, en mon âme et esprit, ayez le corps d'en être autant que moi afin qu'elle ne vous perde pas ainsi que moi en ce monde, et plus en avant, outre-tombe.

-Oncle-

Schluss !

-Grand-père, sourire satisfait et moqueur-

Aller... Au lit bonhomme ! Demain, tu prendras le train.

-Petit-fils-

Je n'ai pas de sous...

-Oncle, ironisant-

Prison !

-Grand-père-

Non, mais ce n'est pas la question, on te prendra un billet pour... Mais au fait, où veux tu aller ?

-Petit-fils-

Non loin d'ici, visiter un être cher.

-Grand-père-

Pas question ! On est bien gentil de t'avoir ouvert la porte, de t'emmener à la...

-Oncle-

Prison !

-Grand-père-

...gare. Tu prendras le train, et voilà tout !

-Petit-fils-

Merci, d'ailleurs pour ce morceau de pain et ce bout de fromage... Trois jours que je ne pouvais me reposer. Je peux me servir un verre de limonade ?

-Oncle-

Plus tard.

-Petit-fils-

Quand ?

-Oncle-

Jamais !

-Petit-fils-

Dis, grand-père,...une douche, c'est possible ?

-Grand-père-

Bon, d'accord. Mais tu as 6 minutes. Pas une de plus !

-Petit-fils-

Vraiment, merci beaucoup, le ciel vous le rendra !



Annonces
Maintenant

1 Commentaire


Commentaires recommandés

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité