sirielle

Membre
  • Compteur de contenus

    1 794
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de sirielle

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 12/10/1987

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

6 450 visualisations du profil
  1. J'estime en ce qui me concerne que même en couple, nus et dans le même lit, il est incorrect de faire abstraction du refus. Et que dans ce cas, il faut pouvoir appeler un chat un chat par soucis de compréhension même si on n'a pas forcément l'intention de porter plainte. En sachant que quand on refuse de passer à l'étape supérieure et que ce n'est pas respecté on peut parfois être tentée de s'adapter. Ce qui peut contribuer à obtenir un consentement pouvant ressembler à une résignation, voire même une participation visant à abréger l'acte au plus vite. Je ne sais pas si c'était le cas ici mais ce n'est pas complètement impossible.
  2. Effectivement il y a des opposants au FN, mais aussi aux autres partis. Et les opposants sont plus ou moins motivés selon ce qu'ils reprochent au parti en question. Il me semble que le FN est parfois aussi excessivement victimisé concernant les critiques qu'il essuie entre autres parce qu'il en reçoit beaucoup. Il est parfois aussi diabolisé, ce qui peut d'ailleurs avoir justement l'effet opposé à celui escompté mais ce n'est pas le seul parti dans ce cas. Il faut réussir à discerner le vrai du faux dans l'argumentation des opposants comme des partisans pour se faire une opinion personnelle. Mais même si le FN n'obtient pas la présidence il ne sera pas pour autant tout à fait exclu du paysage politique, et conservera un certain pouvoir, qui évoluera en effet entre autres selon la présidence mais surtout selon ses actions et projets et l'adhésion que ceux-ci sont susceptibles de provoquer ou pas.
  3. Il y a des nuances selon moi. Il peut arriver parfois de changer d'avis ou se laisser convaincre. Mais si on ne peut plus refuser c'est un grave problème à mon avis. Comment pourrait on refuser de coucher avec n'importe qui et n'importe quand si le "non" des femmes n'a plus de valeur? En allant plus loin même se défendre physiquement pourrait être présumé hypocrite. Il ne resterait plus qu'à avoir l'air de tordues fantasmant un simulacre de viol.
  4. Ah non, moi quand je dis non c'est sincère, même si à la rigueur il m'est arrivé d'hésiter ou de dire "non" gentiment et avec le sourire. Mais pour moi "non" veut réellement dire "non", même en couple. Et ça ne m'étonne pas qu'il y ait autant d'incompréhension dans les discussions quand on dit quelque chose et que ça puisse être considéré comme étant le contraire. D'ailleurs même un "non" hésitant reste un "non" selon moi, comme il peut aussi y avoir des "oui" hésitants qui sont quand même des "oui". Et quand bien même le "non" serait hypocrite, il exprime un refus censé être respecté dans ces circonstances.
  5. J'en profite pour saluer Hans si elle passe par ici car depuis qu'elle l'a posté sur ce forum il y a quelques temps, "Constat amer" de Kery James me revient régulièrement à l'esprit, parfois par bribes.
  6. Par son attitude elle flirtait plus ou moins avec lui en acceptant de se rendre dans sa chambre et de s'y faire masser à demi-nue puis de l'embrasser nue. Cependant ça ne justifie pas selon moi le comportement abusivement insistant, y compris physiquement de l'homme au point de vue sexuel. Et sa question n'est pas de savoir si elle doit ou non déposer plainte, mais si l'acte a été contraint. Or il me semble qu'il y a eu à un moment donné, au début de l'acte, contrainte même si la suite s'avéra en revanche consentie.
  7. Le seul bémol étant quand même qu'il n'a pas arrêté aussitôt lorsqu'elle lui a dit "non" et qu'elle avait exprimé son refus clairement avant qu'il ait commencé bien qu'il ait fini par arrêter par la suite. Mais le consentement qui a suivi dans un second temps démontre que dans l'ensemble la relation a été en tout cas partiellement acceptée et voulue.
  8. Le vote peut aussi consister en une préférence entre deux candidats. Faire barrage à l'un en choisissant l'autre revient à préférer l'autre. Or il n'est pas forcément nécessaire pour soutenir un candidat d'être en accord total avec sa politique, il peut suffire de considérer que c'est la meilleure option envisageable à sa portée. Quant aux consignes de vote, chacun des candidats est soutenu par différentes personnalités politiques. Chaque électeur est libre de considérer que l'opinion d'un tel ou d'un autre mérite ou pas d'influencer son propre vote selon les différentes connivences politiques.
  9. Il semble d'après ton récit que tu as refusé puis accepté. Il n'aurait pas dû ignorer ton refus au départ. Mais par la suite tu l'as effectivement encouragé à continuer. Ton attitude m'a semblée donc mitigée, partagée entre le refus lié à la fidélité à ton couple et le consentement lié en partie au moins à son insistance. Je pense qu'il s'est quoi qu'il en soit mal conduit en ne tenant pas compte de tes refus clairement exprimés au départ malgré ton attitude mitigée puis consentante par la suite.
  10. J'ai prévu de voter pour Emmanuel Macron, bien que j'ai voté différemment au premier tour.
  11. Qu'il puisse y avoir hypocrisie de la part de certaines personnes, et non pas de tout le monde en revanche, concernant la virginité, j'en ai conscience. Mais la virginité ne dépend pas de l'hypocrisie dans l'absolu, et elle peut être évoquée et pensée avec sincérité, surtout dans un climat de confiance. Evidemment l'expérience sexuelle relationnelle peut être autre chose que la pénétration hétérosexuelle basique, y compris lors des premières relations. Tu insistes beaucoup à ce sujet mais encore une fois je pense que rares sont ceux ne le sachant pas. Si les vérifications anatomiques médicales de virginité se limitent souvent à cette zone gynécologique, bien que ça n'est permis que dans certains contextes, c'est que le corps médical ne peut pas vraiment faire autrement, mais pas qu'il considère qu'il n'y a que ça qui compte concernant la sexualité. Cette vérification n'est d'ailleurs pas forcément liée à la sexualité. Le terme en a donc obtenu une seconde définition. Ensuite, selon les pratiques sexuelles, les conséquences et les risques, médicaux ou autres, peuvent être différents.
  12. Je suppose que tu associes le voyage dans ce cas à la sexualité (dans ses prémices y compris solitaires), voire au "dépucelage" car la virginité n'est pas en elle-même une découverte du corps, ni même de son propre corps, c'est plutôt justement une non-découverte.
  13. Ce style d'erreur peut aussi se résoudre à l'amiable, je ne vais pas demander à un modérateur de tout relire pour vérifier si ton jugement à mon égard est vrai ou faux, qu'il soit ou non vulgaire. Je me contente de te le préciser puisqu'il s'agit de moi, que tu ne connais pas, ou si peu. Je sais que la masturbation, la fellation, la sodomie, et de très nombreuses autres pratiques sont du domaine de la sexualité. Mais je ne devrais pas avoir à le préciser puisque je n'ai jamais prétendu le contraire quoi que tu veuilles faire croire. Le mieux est probablement selon moi que tu te concentres sur ton opinion sur le sujet, et pas sur ce que tu imagines de ce que je pense peut-être malgré ce que j'écris.
  14. Si j'évoque la "sexualité solitaire", c'est bien que je considère qu'il s'agit aussi de sexualité. Mais la virginité dépend de l'inexpérience de rapports sexuels, et donc avec au moins un partenaire. C'est l'emploi courant du terme car médicalement il est plus limité. Contrairement à ce que vous affirmez, je ne l'ai pas "décidé", c'est la définition française, vous pouvez le vérifier facilement. Il ne faut pas confondre "rapport sexuel" et "sexualité". Les rapports sexuels appartiennent à la sexualité mais celle-ci peut être autre chose aussi. Selon moi la virginité n'a rien d'un voyage puisqu'elle représente l'inexpérience relationnelle sexuelle. Et la conscience de ce qu'elle représente ne nécessite aucune hypocrisie à mon avis. (Mais moi aussi j'aime la poésie.) Libre à vous de vous prendre la tête sur du vocabulaire plutôt que de discuter simplement d'idéologies, qui ne se réduisent pas selon moi uniquement dans le monde à l'apologie de la virginité féminine, même illusoire, avant le mariage. Le sujet est bien plus complexe et nuancé que ça à mon avis. Mais je ne cherche à convaincre personne, seulement à donner mon point de vue et à corriger si nécessaire les déformations qui sont faites de celui-ci que je suis la mieux placée pour connaître et exprimer. Vous croyez avoir à m'apprendre que la sexualité n'est pas que procréation, qu'elle est présente sur internet, y compris par la pornographie, que la masturbation est de la sexualité, etc.... Remettez les pieds sur terre, ça n'a rien d'un scoop. Vous ne savez quasiment rien de moi. Et vous n'avez aucune idée de tout ce que j'ai pu expérimenter ou connaître moi-même contrairement à ce que vous semblez penser.