sirielle

Membre
  • Compteur de contenus

    2 074
  • Inscription

  • Dernière visite

3 abonnés

À propos de sirielle

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 12/10/1987

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

7 530 visualisations du profil
  1. "C'est un sujet que je préfèrerais aborder une autre fois si ça ne vous ennuie pas." "Il n'y a rien de très intéressant à en dire." "Je vous remercie pour l'intérêt que vous m'accordez mais je préfère éviter ce sujet-là."
  2. Oui, pour moi aussi l'attirance dépend d'une impression d'ensemble et de la réciprocité, et pas uniquement de l'apparence physique.
  3. "Ce serait trop long à vous raconter", "C'est une longue histoire, je vous en parlerai peut-être à l'occasion.", "La vie réserve bien des surprises", "C'est une histoire compliquée, je préfère vous l'épargner.", "C'est la vie et ses aléas.", puis la diversion par exemple.
  4. Personnellement je pense que je choisirais la première option parce que pour ma part je ne me mets pas en couple pour réaliser des fantasmes prédéfinis que la personne me plaise ou pas, plutôt parce que quelqu'un me plait et alors j'improvise en fonction de lui. Donc la 2 ce serait seulement si je suis séduite suffisamment.
  5. Bonsoir Swam, on peut m'aimer pour mes qualités et mon potentiel comme je peux aimer les autres pour leurs qualités et leurs potentiels qui leur sont propres, que ce soit à travers le passé, le présent ou le futur, et en fonction des affinités. Par exemple, si je suis un instrument de musique et que j'aime ma propre musique (et son âme), je peux aimer aussi les autres instruments et leurs musiques qui leur sont propres, même en n'étant pas tout à fait à l'abri de fausses notes ou de dommages, car ce n'est quoi qu'il en soit pas vraiment la vocation des instruments de musique dans l'absolu, d'où l'existence du jugement de conscience.
  6. Je crois pour ma part qu'il est plus facile de se remettre en question quand on s'aime vraiment, parce que justement, cet amour-propre repose sur des bases solides (sans dépendre totalement de la perfection même si celle-ci peut le favoriser). On peut alors garder confiance en soi et en ses aptitudes à rattraper les choses. Par contre, si on ne s'aime pas, chaque erreur enfonce un peu plus le couteau dans la plaie, sans qu'on puisse se penser digne de repentance et donc de pardon, il peut donc être tentant de les ignorer afin de préserver son moral. Le laxisme, d'ailleurs, n'est pas non plus un signe de beaucoup d'amour, plutôt d'indifférence, de découragement, voire un sentiment d'impuissance. Il est plus facile d'avouer ses fautes à quelqu'un qui nous aime qu'à quelqu'un qui ne nous aime pas (même s'il s'agit de soi-même), parce que la sanction est généralement plus juste, acceptable et constructive, quand elle a du cœur et qu'elle est respectueuse, voire compréhensive.
  7. "Peut" signifiait qu'il ne me parait pas y avoir de problème de ce point de vue là, du moins d'après ce que j'en ai entendu. Concernant les cours de chant, ils apprennent à maîtriser sa voix et à la faire évoluer, y compris hors chant. Or un de vos enregistrement était chanté et vous aviez aussi fait référence à un chanteur, donc il me semblait que ça pouvait vous intéresser. Mais effectivement il y a aussi la possibilité de consulter un orthophoniste, comme ça a été déjà cité, qui pourrait vous donner un avis médical spécialisé. Vous pouvez d'ailleurs déjà demander conseil à votre généraliste, qui vous y orientera s'il le juge utile.
  8. En ce qui me concerne je trouve que votre voix peut correspondre à votre âge. Et que vous avez un accent du sud. Pour répondre à votre autre question, elle ne m'insupporte pas, elle a ses particularités, ce qui me parait normal. Vous pouvez aussi envisager les cours de chant si vous voulez travailler votre voix.
  9. Selon moi l'amour propre c'est un peu comme le plaisir d'être soi. On ne choisit pas forcément de souffrir ou d'avoir du plaisir et on en n'est pas le seul responsable. Mais on peut discerner leurs causes et chercher à favoriser le plaisir et à atténuer la souffrance. En sachant qu'une erreur de discernement peut engendrer la perversion ou le puritanisme par exemple. Dire "il ne faut pas s'aimer" c'est un peu comme dire "il ne faut pas avoir du plaisir par conscience de la souffrance." Mais le plaisir existe aussi heureusement malgré la souffrance, rien n'oblige cependant pour autant de s'en contenter excessivement et n'empêche d'avoir de l'ambition et des idéaux, au contraire il peut donner la force de les envisager et de les réaliser.
  10. Je pense pour ma part qu'on peut avoir besoin des autres et être aimable quand même. S'aimer ne dépend pas pour moi d'être autosuffisant, du moins pas excessivement. Si on a conscience que les autres peuvent nous être utiles, on peut avoir conscience de sa potentielle propre utilité pour les autres, puisque pour eux on est un autre. Et aimer sa propre utilité comme la leur.
  11. Si tu penses vraiment que s'aimer ne peut être qu'aveuglément et qu'il est impossible de s'aimer humblement, je comprends que ça te déplaise.
  12. D'accord mais si tu leur apprends efficacement à s'aimer, tu les trouveras alors rédhibitoires sauf s'ils ne s'aiment qu'un tout petit peu plus, en gardant bien à l'esprit à quel point ils sont minables. Je comprends aussi qu'on puisse s'intéresser à la médiocrité humaine, pour ma part je pense qu'on peut la dépasser et que c'est surtout dû à un mauvais emploi de ce qu'est l'humanité plus qu'à une mauvaise nature. Pour moi savoir s'aimer c'est aussi être lucide, et encore une fois je différencie s'aimer d'être orgueilleux. On peut avoir conscience de ses erreurs ou de ses défauts le cas échéant, chercher à les corriger si possible, et s'aimer quand même parce qu'on connaît ses bonnes raisons d'exister et qu'on est conscient de ses réelles qualités.
  13. Bonjour Promethee_Hades, bisous, En effet, parfois il n'est pas forcément nécessaire d'en parler sans que ce soit pour autant un manque de respect, ou même dans d'autres cas il vaut mieux mentir en dernier recours pour éviter un drame, mais sans en abuser pour préserver autant que possible la liberté de chacun et la confiance.
  14. Moi je t'aime bien en tout cas même si je ne te connais pas beaucoup. Et personnellement je ne me retourne sur aucun homme dans la rue, même s'ils ont du charme. Je suppose que je ne suis pas la seule dans ce cas.
  15. Je crois que quand on pense que les gens ne devraient pas s'aimer c'est que soi-même on ne les aime pas. Si on aime quelqu'un on comprend qu'il puisse s'aimer. Et si on trouve quelqu'un beau on ne se dit pas "Par contre lui il devrait se trouver moche." Mais je comprends qu'on puisse ne pas s'aimer soi-même ou d'autres par rapport à certains aspects, mais en sachant faire la part des choses et sans forcément mettre tout le monde dans le même sac de préférence.