Aller au contenu

Pheldwyn

Membre
  • Contenus

    12 574
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Pheldwyn

  • Rang
    Explorateur de Nuages
  • Date de naissance 15/04/1978

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    IdF

Contact

Visiteurs récents du profil

35 741 visualisations du profil
  1. Par définition, une race ne dépend pas d'une sélection "naturelle".
  2. Pheldwyn

    Économie écologique

    Offre et demande toutes naturelles, évidemment. C'est beau le simplisme.
  3. Le problème consiste dans le fait d'arrêter la différence au niveau de la couleur, alors qu'elle existe au sein des individus de la même couleur tout autant. Bref, la différence entre les individus, c'est davantage l'individualité de chacun que sa couleur de peau. La culture a davantage d'impact, par exemple, qu'une morphologie. Pour cela, nous parler des A d'un côté et des B de l'autre ... c'est nier que l'on a des AAA, AAB, ABC, ... dans le premier groupe, et des BAA, BAC, BAB, BCC, ... dans l'autre groupe (pour rester dans un simplisme assumé). Et que tu serais bien en peine de savoir de quel groupe provient un CAB. Bref, oui, je suis pour que l'on respecte totalement la différence, mais que l'on aille jusqu'au bout, que l'on accepte et respecte la différence entre les individus plutôt que de vouloir les ranger ou classer en groupes qui, eux, seraient homogènes.
  4. Pheldwyn

    Économie écologique

    Lorsque l'on sait que le marché est ce qui plombe l'écologie, c'est drôle.
  5. Et on pourrait même se demander s'il y a de quoi être fier d'être né là ou là, et donc d'un pays.
  6. Déjà, nous sommes dans tes exemples à l'inverse de l'idée de race : on part de l'individu et de son particularisme dans les deux cas. Pour le premier : bien évidemment qu'à partir de l'ADN on peut déterminer les critères morphologiques d'un individu et associer cela à un "groupe ethnique" tel qu'arbitrairement fixé. Mais c'est réaliser l'inverse qui est débile (partir d'une appartenance morphologique pour décider de critères génétiques plus vastes). Pour le second : un diagnostic médical s'appuiera surtout sur la génétique des ascendants de l'individu, plutôt que de se perdre dans une "prévalence" morphologique. Encore une fois, le lien fait ne sera pas racial, mais s'appuiera sur une génétique des populations dont émane l'individu. Et bien trouves nous un exemple qui illustre ton propos tout en étant concret. Soit dit en passant, que l'on soit clair : oui, le métissage est en soit une bonne chose, pour la vitalité génétique d'une espèce. Mais c'est l'idée que l'on partirait de groupes homogènes qui est plus que discutable.
  7. Mais que c'est caricatural ! Forme moi un groupe A génétique homogène ayant "une santé plus solide" ? Tu sais qu'il existe des noirs qui ont une très bonne santé et des noirs qui sont bien plus fébriles ? Qu'avoir une santé "plus solide" nécessite de considérer tout un tas de gènes et d'allèles qui se retrouvent aussi bien chez les blancs, les noirs, les arabes, les asiatiques .... Et qu'avoir une santé "plus solide" n'est bien évidemment pas lié qu'à la génétique, mais également dans une plus grande partie souvent à l'environnement, et le comportement des individus. Quant à former un groupe générique "plus intelligent" ... WTF ? Déjà, ce serait trancher sur ce qu'est l'intelligence, vaste débat. Mais nous expliquer que la morphologie dite "raciale" aurait un lien avec l'intelligence ... je comprend mieux pourquoi tu t'insurges sur l'idée d'obsolescence si tu es resté coincé aussi loin dans le temps ...
  8. Et c'est de cela qu'il s'agit : l'usage qui pouvait en être fait à une certaine époque plus obscurantiste n'a plus lieu d'être à une époque où l'on comprend et décrypte le génome humain, une époque où l'on est davantage instruit à ce sujet. Mais plus que l'idée d'obsolescence, c'est surtout le sens qui est absurde chez l'homme. Pourquoi voudriez-vous donc classer les hommes en races ? Quel intérêt ? Que cela nous offre t'il ?
  9. Des groupes génétiques cloisonnés existent ... mais ils sont infimes. En Europe, ça fait belle lurette, avec les guerres, les conquêtes, les colonisations, etc ... que des métissages ont eut lieu. La notion de "race" devient donc évidemment obsolète. Surtout, comme l'a mentionné Cheuwing, cette notion est utilisée à l'origine dans l'élevage d'animaux, lorsque l'on choisit délibérément de faire subsister des critères morphologiques totalement arbitrairement chez un groupe d'animaux. L'employer chez l'humain, cela signifierait que l'on chercherait à faire de l'élevage d'humain. C'est débile. Ensuite, vouloir expliquer que l'infime partie des allèles qui codent la moprhologie et la couleur de peau étaient connectés (en ignorant superbement d'autres critères) à des pseudos allèles codant la culture, le caractère ou le comportement d'un individu (comme si c'était là une émanation purement génétique), c'est d'un simplisme et d'un débilisme profond. Bref, le sujet n'est pas vraiment de savoir si les "races" existent ou non : le sujet c'est plutôt de se dire que cette notion n'a aucun sens chez l'homme.
  10. Pheldwyn

    Election Européenne 2019

    A se demander pourquoi tu as voté à gauche jusque là alors ... si c'est pour au final tomber dans le giron du RN ... Pour ma part, j'ai toujours voté à gauche (ah non, sauf Chirac face à Lepen), par conviction et pas pour les hommes ... je n'ai donc pas voté Macron (et certainement pas Lepen), et Hollande en traînant des pieds en sachant très bien que je ne votais pas "à gauche" avec lui.
  11. Ben ce n'est pas "râler". C'est exprimer une déception, et trouver cela dommage. Et personnellement, c'est un sentiment que je retrouve chez ... ben chez quasiment tous ceux que je connais qui suivaient la série (famille, collègues, amis). C'est plutôt unanime qu'une poignée de téléspectateur. Mais personne ne dit qu'elle est étonnante : elle est juste bien trop rapide, incroyablement mal amenée. Il suffit de repenser à la mort de la plupart des personnages d'importance (qu'on les aime ou non) : elle a toujours été soignée, toujours fait partie d'une scène grandiose. Ned Stark, les noces pourpres avec Catelyn et Robb, Joeffrey, Obéron, Tywin et Shae ... Littlefinger, déjà c'était un peu rapide, mais cela faisait suite à un piège qu'il avait amorcé et qui se refermait sur lui. Mais Daenerys ? Son destin est expédié comme s'il s'agissait d'un personnage secondaire. Ils sont tous beaucoup plus jeunes dans le livre. Mais pourquoi diable me parles-tu de son apparence ?? Cela n'a rien à voir avec l'idée d'aspirer au trône que je t'évoquais. Ni avec le traitement qui est fait du personnage. Elle souhaite surtout revenir chez elle, car dans le livre, l'auteur insiste davantage sur le fait qu'elle a passé toute son enfance à fuir, à vivre ici ou là, etc ... et que son frère l'a accompagnée pendant tout ce temps (la série élude ce passif). Mais lorsque son frère n'a que le trône à la bouche, je crois (mais encore une fois, je peux me tromper) que Daenerys par opposition justement se dit "et pourquoi pas moi après tout ?" Mais bon, là n'est pas le sujet, la série a de toutes les façons pris ses distances avec le livre, ce qui est normal. Ben ... c'est ce "même" qui est difficile à justifier. Une Daenerys 1 ou 2 épisode avant en aurait eu. Même lorsqu'elle apprend l'exécution de son père et de son frère à Sam, elle semble gênée, malgré tout. Ben pourtant c'est ça que nous montre la série !! Qu'elle a basculé dans le "côté obscur". Elle a vrillée comme disent certains. Emilia Clark a étudié parait-il des discours d'Hitler pour coller à la scène du dernier épisode. Tous les éléments sont là pour faire un gros clin d'oeil sans aucune subtilité au nazisme. Quand à Jon, il avait du relief ... jusqu'à la dernière saison en fait. Bref, oui, le traitement de ces deux personnages a été très décevant, très plat, très manichéen dans cette dernière saison, je ne dis absolument pas le contraire. De l'admiration oui, de l'amour ... çe ne colle pas à Tyrion et à la relation qu'il avait jusqu'à lors avec Daenerys. Je trouve ça trop facile, encore une fois, sans nuance. Ah mais je ne parlait pas des femmes : je parlais politiquement. Celui que l'on présente comme le plus intelligent n'a pas arrêter de se gourrer sur toute la ligne si tu reprends les saisons. Censément avisé, il apparaît être un éternel naïf ... ce qui ne cadre pourtant absolument pas avec son caractère cynique et blasé. Mais bon, allez je peux admettre que cela fasse partie de la complexité et de la richesse du personnage. Mais pas qu'il se renie jusqu'à dénoncer Varys sans plaider sa cause. Ben en même temps son châtiment, c'était juste pour faire plaisir à Ver Gris et à ses Immaculés, qui sont partis pour Naath. Du coup, il n'avait même pas à aller au Mur. Ensuite, dans la scène finale ... ben il n'y a de toutes les façons plus de garnison, et il traverse le mur, pars vers le Nord avec un dernier regard vers le mur ... donc ... ben j'interprète ça comme une nouvelle vie. Quelle garde ? Et tu dis qu'il ne sait qu'obéir, mais lors de son passage à la garde noire, il n'a fait que rompre ses voeux, désobéïr, prendre ses propres décisions et réussir à ravir le commandement. Il a couché avec Ygrid en tant que Corbeau, rien ne l'empêche de le faire à nouveau, surtout lorsque les Corbeaux n'existent même plus. Exactement ! Exactement, encore. Et il n'aura servi à rien contre le roi de la nuit. Il n'y aura eu, entre les deux, aucun affrontement ... alors que celui-ci était distillé depuis de nombreuses saisons. Certes. D'ailleurs personnellement ça m'aurait saoulé tout autant. Arya c'est un peu le Deus Ex Machina : la faire surgir de nulle part pour dire,ben voilà, c'est réglé ... c'est encore une fois facile et peu emballant. Mais dans le même temps, pourquoi réinsister sur la prophétie ? Celle des Deux-Tours était bien mieux menée ! Et cohérente ! Là, outre qu'on ne voyait pas grand chose, des effets spéciaux parfois limites, et des dragons qui se tournent autour sans grande raison (et une Daenerys et un Jon complètement intuiles), les rapports de force n'étaient pas cohérent tout du long. On a d'abord la charge (débile en passant) des Dothrakis (apparemment pas tous même si je l'avais cru à ce moment ... mais ils sont encore nombreux par la suite) qui dure, quoi, 20 secondes ? Voilà, une grosse partie de l'armée est défaite en même pas une minute ... mais par contre les autres vont pouvoir tenir quasiment toute la nuit. D'ailleurs, à partir du moment où la bataille va faire rage dans le château, on va assister à une sorte de stagnation des victimes : j'ai l'impression que l'on les voit (Jamie, Davos, Ver Gris etc ...et les quelques uns qui les accompagne) toujours en position d'infériorité, mais toujours à résister. Pendant longtemps. Alors qu'à l'assaut des troupes de la nuit, on voyait bien comment ils étaient tous débordés. Le pire, c'est lorsque le Roi de la Nuit réveille tous les morts : ses troupes, mais aussi les très nombreuses victimes des troupes du Nord. Donc, en triplant voire quadruplant le nombre d'assaillants ... et pourtant toujours les mêmes scènes dérisoires dans le château. Et pendant tout ce temps, alors que le combat fait rage à l'extérieur, Arya qui joue à cache-cache avec des zombies qui font ... quoi exactement ? Je n'évoque même pas la crypte, où on a l'impression d'assister à un carnage ... mais dont a priori tout le monde a réussit à réchapper en se cachant dans une alcôve. Demander l'indépendance, c'est justement supprimer ces allégeances. Yara avait fait allégeance à Daenerys, à personne d'autre. De plus si le Nord quitte les 7 royaumes, cela peut remettre en cause cette allégeance. Ben quand tu as vu que Joeffrey ou Tomen pouvaient être roi, Gendry ne me choque pas. Mais encore une fois, tu t'égares : je ne dis pas que je voulais voir Gendry roi parce que ça m'aurait plu. Je dis juste que dans la scène, lorsque l'idée vient de choisir un roi, la réponse collégiale qui est faite est de dire "ben on a plus d'héritier pour ça". Alors que Gendry est là, que Daenerys l'a anobli et reconnu sa filiation avec Baratheon. Donc tout le monde est bien au courant que si, logiquement, on a là quelqu'un qui peut prétendre au Trône. C'est là l'incohérence. Après, dans la logique du personnage, Gendry aurait pu dire qu'il ne souhaitait pas le pouvoir, et l'idée de rompre avec l'hérédité aurait pu surgir à ce moment là. Mais passer à côté d'un détail comme cela ... oui, c'est embêtant pour la vraisemblance de l'histoire. En gros, c'est ça le gros reproche faite à cette 8ième saison : avoir fait monter la sauce, avoir patiemment tisser des lien, préparer longuement le terrain ... pour traiter ça sans subtilité, en expédiant, en se moquant un peu des personnages et de l'histoire, et en misant tout sur des épisodes pyrotechniques et avec une jolie photo.
  12. Mouais. Ce que tu appelles "logique", ce serait une sorte de prédestination déjà annoncé des personnages ? Qu'ils correspondraient au final à l'archétype annoncé au départ ? Le problème, comme tu le dis, c'est que l'on a vu justement ces personnages se révéler au travers des saisons, évoluer, se nuancer. Et que l'on a finit par aspirer, pour tous, à un dénouement au paroxysme de leurs péripéties ... ainsi que répondant aux diverses prophéties énoncées plus en amont dans les saisons. Bref, pendant 7 ans, pour tous ces personnages, les auteurs ont brossé un destin ... Destins qu'ils ont, en 6 épisodes, pris bien soin de dépouiller, d'ôter pour la plupart tout le sel, toute la mystique. En 6 épisodes, ils ont réussi même à renier les personnalités qu'ils avaient forgées pour leurs protagonistes. Ce n'est pas tant l'histoire, le dénouement qui pêche : c'est le rendez-vous manqué de beaucoup, et surtout toutes ces voies ouvertes sans aucune issues. Bref, de la frustration, la sensation du gâchis d'une potentialité pourtant à son paroxysme. Daenerys, oui, avait ce côté sombre, qui n'a certes rien de nouveau. Mais Daenerys, c'était justement la nuance entre ce côté sombre, certes, mais aussi ce côté de se sentir libératrice, cette autosatisfaction de se voir aimée pour la liberté apportée aux peuples. Petit apparté, je ne sais plus (j'avais entamé la lecture du premier tome), mais je crois que dans le bouquin Daenerys s'envisage malgré tout assez tôt - par imagination - sur le trône (mais je peux me tromper). Qu'elle penche et ne devienne que ce côté sombre, après tout pourquoi pas ... mais pas en si peu de temps ! Pas sans nous le raconter. Rappelons que quelques jours avant, Daenerys, dès qu'elle comprend l'enjeu, n'hésite à remettre ses projets de trône pour aller aider Jon à bouter la menace venant du nord. Preuve est qu'elle a encore un lien fort avec le vivant et l'autre. Brûler 100 000 innocents, femmes et enfant, pendant 40 min de manière méthodique ... c'est être galvanisée ? Brûler le propre peuple que l'on vient libérer (alors qu'on pourrait le libérer en allant cramer direct le Donjon Rouge et son tyran ??). Pour moi, non, il s'agit bien de vengeance : les plans de l'épisode, l'attitude contrite de Daenerys lorsque la cloche de la reddition sonne ne laisse aucun doute. Il s'agit bel et bien d'un pétage de plomb ... mais absolument pas crédible dans ces conditions ... qu'elle ait commencé à cramer deux trois troupes, qu'elle s'acharne sur le Donjon Rouge, pourquoi pas.... mais 40 minute de barbecue méthodique et systématique ? Sur des femmes et des enfants en haillons ? Jon, présenté comme l'élu, revenu des morts, protecteur de la veuve et l'orphelin ... et qui n'a fait que fermer sa gueule pendant plusieurs épisodes. Qui ne dit rien quand on brûle Varys (pas plus que Tyrion, qui ne cherche pas non plus, à 180° de sa personnalité et même s'il l'a dénoncé, à plaider la cause de Varys auprès de Daenerys). Jon, dont la révélation explicite de l'identité avait permis de mettre en scène un excellent final de la Saison 7 (les deux derniers épisodes de la saison 7, oui, eux, étaient à la hauteur). Mais pourquoi au final ? Pourquoi tous ces secrets ? Un Ned Stark qui a caché son neveu durant toutes ces années ... au final, cet aspect scénaristique n'a strictement aucun intérêt (tout comme Gendry et la mort de Ned en passant). Jon qui malgré le lien d'opposition fort avec le Roi de la Nuit (tous ces regards de défi à venir entre eux) n'aura joué aucun rôle dans sa mort. Bref, Jon n'aura été présent à aucun rendez-vous, sauf le meurtre sournois (assez peu dans son style, de plus) de Daenerys. Tyrion aura au final été, si l'on reprend les saisons, l'un des personnages présentés comme les plus sages et intelligents .... mais n'aura fait que se tromper, toujours et encore, sur toute la ligne, faisant confiance aveuglément à Shae, à sa soeur, à Daenerys ... et se rendant compte de ses erreurs toujours de manière trop tardive, mais expliquant que cela lui servirait de leçon. Ben, à croire que non. Dommage aussi. Remarque, là, oui, il y a une cohérence... Du coup, il est logique de se dire que sa foi en Bran est sans doute ... trèèèèèès mal placée (ce n'est qu'une nouvelle confiance aveugle qui sera déçue). Puis Tyrion, amoureux de Daenerys ? Vraiment ? Et Bran ... Bran, quoi ? Celui qui n'a eut de cesse d'expliquer que justement, il n'était plus du tout Bran Stark, mais la Corneille à 3 yeux, la mémoire des hommes, au dessus d'eux et des querelles de pouvoir. Celui qui devait se préparer à affronter le Roi de la Nuit (comme il le dit)... mais n'aura, lui non plus, servit strictement à rien. A part s'absenter pour revenir au moment opportun ... laisser se faire les choses. Donc Bran ... qui lorsque Tyrion le propose comme Roi semble avoir attendu ce moment et l'apprécier "Ben, oui, pourquoi crois-tu que je suis venu du Nord". On peut même se demander si Bran ne savait pas déjà par avance le carnage qu'allait commettre Daenerys, et s'il n'a pas laissé faire sans, encore une fois, utiliser ses dons pour casser la roue et éviter ce destin funeste. Bon, bref, Bran qui ne sert à rien. Qui au pire laissent volontairement les événements se dérouler. Bran dont le lien avec le Roi de la Nuit ou les marcheurs blancs n'aura eu, au final, aucun intérêt quelconque non plus. Bon, j'arrête la liste là, elle pourrait s'allonger. Faire un clin d'oeil avec un détail du début ... ce n'est pas trouver un sens pour moi. Trouver un sens, pour une série qui se veut malgré tout épique, c'est d'atteindre un certain paroxysme (en bien ou en mal, et en cela le destin de Daenerys ne me choque pas en soit), mais tout le sel de la série et de la narration est le chemin qui nous mène à ce paroxysme. Sinon, ce ne sont que des Deus Ex Machina dénués d'intérêt et de saveur (en soit, la mort du Roi de la Nuit est elle-même assez décevante ... le danger absolu, la scène d'ouverture de la série tout de même, résolue en un coup de canif ?). Ben j'ai trouvé la fin très manichéenne. Daenerys qui bascule du côté fasciste à grand renfort de clichés gros comme un Drogon. Mais en effet, une intelligence très "antropomorphique". Bref, le symbole oui, mais le symbole par l'intermédiaire de Drogon, non. C'est comme le cheval blanc : les auteurs nous envoient un symbole, mais au détriment de la vraisemblance du récit. Non, ça c'est logique, et on s'en souvient. Mais encore une fois, elle l'était déjà devenue lors de la saison 7, reine du nord. Mais bon, oui, ce personnage aura eut un dénouement à sa hauteur. En quoi c'est "logique" lorsque l'on retrace le cheminement de Jon ? Et puis, surtout, moi j'ai l'impression qu'il part surtout s'installer avec les sauvageons au nord. Mais là aussi, ça fait déjà des tas de saison qu'Arya est partie découvrir le monde, en partant pour Bravos par exemple. Bref, cette partie là de son destin est certes logique (mais qu'elle qu'ait été la fin, si elle était vivante, elle aurait pu reprendre cette évolution logique). Mais quid des fameux "yeux verts" qu'elle était censée fermer ? (rappelés dans l'épisode 3 de la saison par Mélisandre) Quel est l'intérêt de sa présence dans Port Real ? Elle est rentrée dans la ville ... pour finir par en sortir. Elle n'aura pas été au bout de sa liste. Aura renoncer au dernier moment (on parle toujours d'Arya, là ?). Son seul rôle à la toute fin : trouver un cheval blanc, qui disparaîtra quelques instants plus tard au début de l'épisode 6 (elle l'a mangé, le cheval ?). Ben il ne voulait justement pas être seigneur. Arbitrer le gave de mémoire dans cette saison. Et encore une fois, en quoi c'est "logique" ?? Pourquoi devrait-il avoir été préparé au "rôle", puisqu'au final l'idée ne titille Tyrion qu'en toute fin de saison, par défaut. Car sinon, Jon et Gendry étaient tous deux héritiers au Trône ... la "logique" ne les fait pas roi. Tiens d'ailleurs, Sansa revendique l'autonomie du Nord ... mais pourquoi Yara (avec tout ce que l'on sait de la soif d'indépendance déjà présente dans sa famille) ne fait pas de même ?? Pourquoi Dorn ne lui emboîte pas le pas, non plus ? Le problème n'est pas d'avoir une happy end (car au final, Bran roi, Tyrion main avec tous ses amis, ça reste une "happy end"), mais d'avoir une fin enlevée. Une fin qui donne de l'intérêt à toutes les pistes ouvertes, une fin un peu en feu d'artifice, avec un lot de révélation, de retournements, certes, mais de retournements vraisemblables. Avec beaucoup d'incohérence. Et long ... très long ... pour rien. L'attaque de Port Real par Stannis et la défense de Tyrion, la bataille des Bâtards ou celles pour ramener le mort vivant à Port Real, elles, étaient bien plus enlevées !! C'est aussi qui est décevant : que le bouquet final n'arrive absolument pas à la hauteur des fusées précédentes. Complètement. Mais la saison 8 est en deça des attentes scénaristiques posées par les 7 précédentes. Bref, au même titre qu'un film original, prenant, qui nous embarque ... mais finit en eau de boudin, de manière décevante.
  13. Et oui, la victoire de la démagogie. Désastreux. Bon, à rappeler tout de même : la bascule ne se fait pas forcément chez les mêmes individus ; on assiste plutôt à un désintérêt des sympathisants de gauche et à un renouvellement avec des jeunes ou des gens jusqu'à lors dépolitisés qui se laisse berner par l'appât pseudo social des Racistes Nationalistes.
  14. Euh ... vive le Figaro et sa rigueur ... A moins de mal lire le sondage, je vois que ce n'est pas 36%, mais 23% qui ont une bonne opinion de Marine Lepen (23% de ceux qui se sont exprimés). On est d'accord, c'est bien trop. Mais c'est plutôt 1 sur 5. Et encore une fois de ceux qui se sont exprimés. 36%, ce sont les sympathisants qui pensent que c'est une bonne chose que le RN et la ligue de Salvani réussissent à former une coalition forte. Bon, nous sommes d'accord, ce n'est pas mieux, hein !! C'est même désolant ... et à vrai dire cela m'étonne franchement .... De toute façons, sur un échantillon de 1000 personnes, on doit avoir quoi ... 100 sympathisants LFI ? Et donc, sur ces 100, moins de 36 qui ont émis ce jugement. Peut-être d'autres sondages confirmeront cela, je ne sais pas, mais cela démontre que les gens sont sacrément dépolitisés, s'ils sont même plus capable de se rendre compte des différences criantes entre ces mouvements, à commencer par l'évidence qu'a pointée @Totof44 Et s'ils se basent sur le discours social du RN ... ben, c'est d'autant plus désolant de voir cette crédulité et surtout ce manque flagrant de mémoire.
  15. C'est surtout l'un des seuls, assez logiquement.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité