Aller au contenu

Pheldwyn

Membre
  • Compteur de contenus

    18 005
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    18
  • Points

    17,452 [ Donate ]

Pheldwyn a gagné pour la dernière fois le 9 octobre 2021

Pheldwyn a eu le contenu le plus aimé !

4 abonnés

À propos de Pheldwyn

  • Date de naissance 15/04/1978

Contact

Informations Personnelles

  • Titre
    Explorateur de Nuages
  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    IdF

Visiteurs récents du profil

41 807 visualisations du profil

Pheldwyn's Achievements

Maitre des forums

Maitre des forums (14/14)

  • Dévoué Rare
  • Première semaine terminée
  • Un mois plus tard
  • Un an ici Rare
  • Commence des conversations

Badges récents

10,7 k

Réputation sur la communauté

  1. Je pense que mon exemple était assez clair ? Mais pour aller plus loin et te répondre : la démocratie c'est aussi des règles que l'on décide démocratiquement et qui s'appliquent à tous : des lois. Donc évidemment que je ne conteste pas sur le principe la dissolution d'organismes en infraction avec ces lois (bon, on pourra toujours avoir le débat sur la réalité effective de ces infractions). Et que, surtout, ces lois puissent être rediscutées, toujours démocratiquement. Mais donc j'insiste : il ne s'agit pas de satisfaire les desiderata des minorités politiques, mais de les prendre en compte malgré tout. Et de même, même si c'est par la majorité que l'on tranche les décisions, il faut toujours respecter un cadre de base, que le choix de cette majorité n'entre pas en contradiction contre nos principes démocratiques (et républicains qui plus est en France).
  2. Mais je n'ai jamais dit que tu étais encarté, je ne te fais pas les procès "partisans" que tu me fais, vu que je n'ai jamais été - et ne serait jamais - moi-meme encarté ou sympathisant. Justement, le côté "défense du parti" (qu'on retrouvait beaucoup au PCF), ce n'est absolument pas mon truc. J'ai dit les partis que tu soutiens, tout simplement parce que tu n'en fait pas mystère. Je te rappelle donc que ces partis là n'ont rien de démocratique dans leur idéologie, et qu'en les soutenant, tu promeus également cette idéologie. Mes discours humanistes reflètent mes convictions. Ils n'ont pas attendu la FI. Mais il se trouve une la FI défend globalement mes convictions, donc. (Ce qui ne m'empêche pas d'avoir des désaccords pu de fortes nuances sur leur propos). Je n'approuve évidemment pas les violences faites aux femmes. Ni les violences en général d'ailleurs. Je ne soutiens pas Quatennens, je me réserve juste la droit de ne pas juger dans le vide (par exemple sans connaître la parole de la plaignante) et de faire - justement - preuve de nuance. Je n'ai jamais soutenu le PCF ( mais bon, je te l'ai déjà dit tant de fois ). L'idéologie communiste et marxiste n'a concrètement aucun lien justifiant les crimes abominables et inhumains commis par les régimes dit communistes. Je n'ai jamais été pour la mondialisation néolibérale. Je ne fais pas d'amalgame douteux que toi : je pointe les gros "doutes" sur les amalgames que font consciemment les partis auxquels tu apportent - du moins par tes messages sur ce forum - ton soutien. Où ai-je craché sur ces électeurs ? Je ne souhaite rien d'autre qu'ils se rendent compte qu'ils se font bananer et votent contre leurs intérêts.
  3. Donc, ce genre de cellules existent déjà en entreprises, dans des grands groupes,.etc ... L'écoute des violences sexistes et sexuelles est une prérogative du chef d'entreprise, ainsi que de prévenir, mettre un terme et même sanctionner les harcèlements au sein de l'entreprise (Il est déjà là ton procureur). C'est justement pour répondre à cette exigence que les partis ont créé les leurs.
  4. Je ne dis pas toi : je parle des partis ou mouvements que tu soutiens. J'utilisais minorité par opposition à majorité. En gros, en démocratie, une loi qui s'en prend au droit d'une minorité (quelque soit la raison de cette minorité), même si elle a l'aval d'une majorité, ne doit pas être prise. Car une démocratie se doit d'être pour le peuple, donc tout le peuple : c'est l'une des bases. Par exemple, si tu as un parti au pouvoir et que la majorité de la population qui soutient ce parti vote une loi qui interdit les partis d'oppositions (donc s'opposent aux droits d'une minorité dans les citoyens), tu n'es plus en démocratie. Donc, je me répète, mais la démocratie c'est davantage que la seule loi de la majorité.
  5. Tu l'affirmes. Mais j'en suis moins sûr. Encore une fois, je n'ai aucune expérience personnelle (ni giflé, ni pris de gifle), mais je doute qu'entre tous les couples que je connais ça ne soit pas arrivé chez certains d'entre eux. Dans la colère, les "décisions" sont toutes relatives. Je ne dis pas cela pour justifier de tels actes, mais je trouve cela simpliste que tout acte de violence serait forcément murement réfléchi. Certains individus sont propices à avoir de tels excès de violence à y céder. D'autres ne le feront jamais, sauf un beau jour, par exception, où ils seront peut-être les premiers surpris. Il n'excuse ni ne justifie rien, je suis absolument d'accord. Mais il explique le cheminement vers le geste, si ce cheminement est récurrent, ou très rare chez la personne. Là encore, tu l'affirmes, mais c'est une généralisation. Oui, chez certains, cela sera un déclencheur qui ne les fera plus reculer et rendra récurrente leur violence. Mais lorsque tu as une femme qui gifle son conjoint suite à la révélation d'une tromperie, ou après un propos particulièrement vexant, etc ... ou que sais-je, penses-tu que cela déverrouille un processus chez elle qui la fera battre son conjoint fréquemment ?
  6. Attention, je n'ai pas appelé à l'ingérence. Cee n'est pas mon propos. Et je suis parfaitement d'accord avec toi, c'est une évolution de la société nécessaire (après, comme toute évolution, il ne faut pas être surpris que certains mettent du temps à suivre, mais bon, là on sort du sujet dont on parlait). Mais je dis juste que si un politique doit quitter la vie politique aussi bien que s'il a donné une gifle à un moment donné que s'il battait régulièrement sa conjointe, alors on pourrait être aussi binaire avec les enfants : lorsque des parents battent leurs enfants, les maltraite, etc ... la justice leur retire pour les placer. Mais du coup si une gifle ou une fessée (même si peu violentes) sont aussi graves que n'importe quel autre acte de violence, la cohérence voudrait qu'une seule gifle ou une seule fessée nécessite de retirer les enfants à leurs parents et à les placer. Puisqu'apparemment la gradation n'a pas lieu. Cela ne se produit pas ... car la Justice fait une gradation, une hiérarchie dans les actes de violences ... et qu'elle tient en plus compte du contexte. Bref, l'inverse du discours que j'entends globalement autour de cette affaire. Ce qui m'interpelle quand même. Bah désormais il trône au Plan et au Conseil National de la Refondation, après avoir été ministre de la Justice. Tout cela, propulsé par Macron, et bien évidemment après l'histoire de la gifle. Alors là désolé, je ne suis pas : elle nous parle d'un cas qui est sans doute connu de harceleurs, oui, mais c'est la généralisation à tous les cas, sans nuances, sans contexte, qui me dérange personnellement. Encore une fois, qui n'a jamais inondé de messages (pour un temps) l'autre suite à une rupture, dans le déni, pour comprendre, pour essayer de sauver le couple, etc ... avant d'accepter la séparation ? Bon, c'est une formule "qui n'a jamais", car je ne l'ai jamais fait personnellement ... mais ce n'est pas pour ainsi dire un comportement qui me choque, ni que je range automatiquement du côté du harcèlement. Enfin tout dépend la nature des messages, la fréquence et surtout la durée, et si l'autre y répond, ignore, ou demande de ne plus être importuné. Mais en gros, il faudrait n'avoir aucune réaction suite à une séparation ? Et surtout, les réactions dont je parles tiennent assez peu à la "domination masculine" ou au "patriarcat" : ce sont des réactions que l'on peut retrouver chez les deux sexes. Bref, entre la fin d'une histoire qui amène des incompréhensions, du désespoir, ... et un type qui commence à harceler une femme qui ne lui a rien demandé, il y a aussi une différence. D'où une cellule indépendante et transpartisane. Et ce type de cellule n'a jamais eu vocation à "baver en place publique". Ca c'est Sandrine Rousseau, qui je crois ne fait partie d'aucune de ces cellules.
  7. Un geste, une fois, définirait donc l'individu ?? Pourtant un mari (ou une femme) violent, ce sont des faits répètes, il (ou elle) a l'impression de domination sur l'autre. Ce n'est pas la même chose qu'une femme qui gifle son mari lorsqu'il lui annonce en face qu'il l'a trompée, par exemple. Mais sinon ça ne répond pas à ma question : on laisse des enfants avec des parents violents ?
  8. Bah que propose t'elle par "travailler collectivement" si ce n'est des cellules transpartisanes ? Encore une fois, ces cellules ont deux rôles : - recueillir la parole des victimes, car plus proches de l'environnement. - accompagner les victimes pour porter plainte - vérifier en interne s'il existent d'autres témoignages, cas - entendre la personne accusée - avertir la direction si l'agresseur représente un danger pour d'autres femmes au sein du parti Ce qu'il faut comprendre, c'est que la temporalité de ces cellules n'est pas celle de la justice. Et les partis peuvent prendre des mesures conservatoires si ils le jugent préférable, même si la justice n'a pas encore juger l'affaire (ce qui peut prendre plusieurs mois ou années).
  9. Tu voulais dire l'inverse je suppose. Bah donc, je repose la question : doit-on retirer la garde des enfants à tous les parents qui leur ont ne serait-ce qu'une fois dans le passé donner une gifle ou une fessée ? Doit on demander à Bayrou de démissionner alors qu'il avait donner une gifle à un jeune devant les médias, et qu'il avait même assumer ce geste. Est-ce que cela en fait un mari violent ? Si une femme gifle un homme, est-ce du coup une femme violente ? Là aussi, je trouve qu'il n'y a aucune mesure dans l'appréciation. Entre quelqu'un qui harcèle de messages une femme qui a clairement dit non, qui n'y répond jamais, etc ... , et un homme (ou une femme d'ailleurs) qui suite à une rupture tente de sauver son couple, ce n'est pas pareil. Bien évidemment cela devient du harcèlement si la personne ne comprend pas, mais à vous lire on dirait que les sentiments, ça n'existe même plus, que les humains sont des êtres froids et qu'une relation se résumerait à un contrat. Bref, je pense que les choses sont un peu moins binaires.
  10. Je vois que @Saturne06 et @PASCOU vous plussoyez, mais les partis que vous supportez sont idéologiquement à l'opposé de la démocratie. Car la démocratie ce n'est pas le choix d'une majorité, c'est le respect de l'humain, des citoyens et des minorités.
  11. La démocratie est le meilleur des systèmes. Maintenant, il ne faut pas confondre institutions et démocratie : la démocratie ça s'entretient, ça se fait vivre. La démocratie va de pair avec l'éducation, la culture, etc ... La démocratie est malade dans nos sociétés par l'impact de diverses influences extérieures ou par le dieu Économie qui étouffe tout dialogue et s'érige au dessus des débats. En France, c'est l'expression de la monarchie présidentielle, la divorce avec le peuple suite au référendum de 2005 bafoué, etc ... On donne la voie aux populations, mais on attend d'elles qu'elles suivent ce que l'on a de toute façon décidé en leur nom. C'est tout cela qui ne va pas. Nous nous disons démocraties, mais le sommes nous réellement ? Et surtout, nous donnons nous les moyens de l'être ?
  12. Tu suis ou pas ? Je parle de cellule indépendantes transpartisanes, donc non liée à tel ou tel parti ou mouvement. (On peut débattre, ou on reste juste dans l'invective ?)
  13. Encore une fois, rien n'empêcherait une femme de saisir et cette cellule, et la justice. Bien au contraire.
  14. Et ? La justice aurait suivi son cours. Lui même n'aurais pas été au courant (à moins d'être entendu bien sûr). Ce qui aurait été normal. Puisque l'affaire n'aurait pas été connue, donc LFI n'aurait pas été au courant , la cellule n'étant pas saisie dans ce cas. Ah merde, je n'avais pas fais gaffe qu'il m'avait mis des Bayrou partout (mon correcteur a fait des siennes). Remarque, Bayrou c'est aussi une gifle. Mais bon, rien de grave, c'était juste un gamin.Tout va bien. Sinon pourquoi Bayou se met en retrait ? Bah à cause du contexte, et quelque part c'est malheureux. Je veux dire, c'est logiquement une décision de la direction du parti suivant les éléments qu'ils ont, si cela est suffisamment sérieux et qu'il y a un doute sur le comportement. Mais là, clairement, je pense que le télescopage médiatique ne laisse pas le temps de l'analyse ou de la prise de décision sereine. Elles sont censées écouter la victime, l'accusé, des témoignages, et je suppose enquêter en interne pour voir s'il y a d'autres cas. Bien évidemment - encore une fois - ces cellules sont censément du même tonneau que celles qu'on est censé retrouver en entreprise lorsqu'il y a un problème. Et - encore une fois - ces cellules ne sont pas là pour se substituer à la justice : elles doivent accompagner les victimes, et informer les directions de parti. Ces dernières peuvent prendre des mesures conservatoires pour protéger leurs membres, ou également l'entreprise. Le fait de devoir ou non transmettre les affaires à la justice est délicat, car derrière il y a des paroles qui ne se seraient pas exprimées sinon. Mais il faudrait y réfléchir, peut être émettre des signalements. Ah bah pourtant les médias se sont déchaînés (bien plus que dans d'autres circonstances). Parce que leur rôle est d'être un premier palier qui recueille la parole des plaignantes , et qui informe la direction pour prendre des mesures de prévention si nécessaire.
  15. Bah en l'occurrence, Mediapart prouve qu'elle arrose de tous les côtes. Et il est rare que ce qu'il sorte repose sur du vide, donc bon. Bah la police tue. Si tu préfère une paraphrase : "l'institution policière dans son fonctionnement produit des morts auprès de la population civile". C'est factuel. Mais donc "la police tue" veut dire la même chose. Après, ça ne veut pas dire je tous les policiers sont des assassins, mais qu'il convient de s'interroger sur ces morts, leurs circonstances, et en tirer certains enseignements, entre les accidents ou les morts dues à des agents qui ont déconné. Bah au final même pas pour ma part. Là dessus, ils ont une certaine cohérence, quand je vois Woerth qui parle du procureur Rousseau. Seulement, il ne faut pas que raisonner en miroir, en symétrie : encore une fois il fait voir les cas en question. Par exemple, j'y reviens, mais je n'arrive pas à comprendre qu'un président qui se dit impliqué dans la grande cause des femmes nomme à l'Intérieur (donc, un ministère de premier plan, qui représente au plus haut niveau l'exécutif du pays) un type qui par deux fois s'est servi de ses pouvoirs d'élu en échange de faveurs sexuelles (et même si la justice n'a pas reconnu l'aspect contraint, ça se pose là comme symbole). A la limite, ça devrait choquer bien davantage qu'une gifle dans un couple dont personne ne connait le contexte ou l'histoire. Personnellement je trouve que c'est l'inverse : on brandit des accusations, des certitudes sur des faits qu'on connait insuffisamment, où la parole des victimes n'est même pas connue (alors que pour Abad ou PPDA, il y a des témoignages de victimes). Bref, je "minimise" à l'instant T pour ma part. Une gifle, pour moi ça ne définit pas forcément un comportement : était-ce ponctuel dans un contexte très particulier ou était-ce le signe d'une violence bien plus établie ? Était-ce une petite gifle ou une mandale ? Y'a t'il eu un comportement violent à côté ? De tout cela, je ne sais rien personnellement. Si demain Céline Quatennens témoigne clairement dans ce sens, alors je ne minimiserai rien. Je ne vois pas en quoi les politiques seraient forcément plus pourris que d'autres. Enfin au global, sans doute, mais dans le détail ? Surtout chez LFI, tu as beaucoup de gens qui viennent de l'associatif. Bah là encore, c'est faux. Suivant les mouvements, ils ne militent pas forcément pour leurs intérêts de confort. Lorsque tu demandes une imposition des plus hauts revenus par exemple.... Oui, à droite, ce serait une hérésie.
×