Aller au contenu

carnifex

Membre
  • Contenus

    5710
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de carnifex

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 05/22/1981

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    48°52N, 2°25E

Visiteurs récents du profil

20446 visualisations du profil
  1. Je trouve plutôt qu’on sous-estime la gravité de la question du réchauffement sur le long terme. Avec du pétrole infini, on pourrait certainement s’adapter à une planète avec x degrés de plus. Cependant, l’avenir va voir s’additionner : 1- des conditions climatiques différentes auxquelles il faudra s’adapter 2- une difficulté toujours plus grande à extraire la même quantité de ressources fossiles et métalliques du fait de l’épuisement des gisements les plus aisément exploitable Une technologie nous apportant une énergie infinie permettrait de tout continuer comme si de rien n’était. Mais rien de tel ne semble à portée.
  2. Ça ne fera pas la différence que beaucoup tiennent à tort pour une certitude quant à la valeur de la monnaie ou au niveau des prix. En revanche, ça n'est pas du tout le même engagement, la même contrainte, pour les États, d’être endetté auprès d’une banque centrale publique, ou bien auprès d’entités privées, a fortiori d’entités privées étrangères. Une dette de l’État envers une entité publique est une ligne (une fiction ?) comptable. Une dette de l’État envers une entité privée enjoint, sauf à emprunter à taux négatif, ce qui n'est pas le cas le plus courant, au minimum le versement régulier d’intérêt, le service de la dette, si ce n'est le remboursement du capital. Ce qui a, je pense, motivé le choix des britanniques. Ensuite, une telle dette peut servir de prétexte à bien des crimes contre l’intérêt public. Sous prétexte du niveau de la dette publique, ces vingt dernières années, en France, combien de milliards de biens publics ont été vendus ? De combien de milliards a-t-on ce faisant privé les recettes publiques ? Combien de postes de soignants et de lits d’hopitaux ont été supprimés ? Etc.
  3. En es-tu si sûr ? Nous avons des banques en France, il me semble. Ces banques prêtent. Ce faisant, elle créent de la monnaie au même titre que la banque d’angleterre en crée en prêtant au gouvernement anglais. La République Française, qui renfloue les banques à chaque fois qu’elle sont au tapis, ce qui arrive et arrivera de plus en plus souvent, ne serait-il pas par conséquent, et légitime, et en capacité, à enjoindre les banques françaises de financer telle ou telle réalisation d’intérêt public essentiel ? Il me semble bien que si. Ce serait même la moindre des choses, non ?
  4. C’est un mythe. Tout le monde croit à ça, mais c’est un conte pour les enfants. Enfin, pour les masses laborieuses, pour être précis. La BCE a émis des quantité faramineuses de monnaie depuis 2008 . Quelles conséquences sur l’euro ? Le niveau des prix ou de l’euro n'est pas non plus affecté par les variations considérables, en temps de crise, du total de la masse monétaire en circulation émise par les banques ordinaires (qui émettent de mémoire de l’ordre de 90% de la monnaie)
  5. Bonsoir, L’idée était de souligner l’apparent paradoxe entre : - le gouvernement français qui prétend ne pas disposer d'un centime supplémentaire pour les hopitaux et en appelle aux dons. - le gouvernement britannique qui découvre qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour disposer de 2 milliards supplémentaires chaque jour. Ma conclusion personnelle, c’est que : 1. toutes ses années où on a fermé des lits à l’hopital parceque soi disant, il n’y a pas d’argent, on s’est bien foutu de notre gueule. 2. les français tombent comme des mouches. Il serait peut-être temps de trouver où est le bouton (ou un autre, il y en d’autres)
  6. Avec un PIB / tête 8 fois inférieur à celui des USA, les cubains ont une espérance de vie de 78 ans. La France, avec un PIB / tête 5 fois supérieur à celui des cubains, n’aurait pas les moyens de produire en quantité suffisante des masques pour ses soigants ? Vos aggrégats PIB et "dépenses de santé" aggrègent des choux et des carottes, et ont pour cette raison une signification très limitée. Les comparer et en tirer des conclusions politique du type : on ne peut augmenter les dépenses de santé n'est pas sérieux.
  7. Et en attendant que l’OMS dispose de tels pouvoirs, on ne fait rien ? Les États peuvent faire beaucoup. La preuve en est que certains s’en tirent beaucoup mieux que d’autres dans la gestion de l’épidémie sur leur sol.
  8. En clair, la banque d’Angleterre va dorénavant créer, ex nihilo, autant de Livres Sterling que nécessaire pour financer les dépenses publiques, y compris les aides aux entreprises, pour 2 milliards chaque jour. Pendant ce temps, en France, les hôpitaux manquent de masques, de blouses, de personnel, de tests, de respirateurs, de lits etc.
  9. Les politiques et hauts-fonctionnaires qui dirigent notre pays sont des fondamentalistes. Leur religion, c’est la privatisation de tout ce qui peut l’être et la réduction au strict minimum du reste. Il y a deux options pour la suite, Soit ils diront que l’hopital a été à la hauteur, ce qui prouve que les réformes précédentes étaient bonnes et qu’il faut donc aller plus loin. Soit ils diront que l’hopital est en danger, et qu’il faut donc enfin réformer profondément l’hopital pour le sauver. Dans les deux cas, ils poursuivront leur même politique de démantèlement de l’hopital public.
  10. Plus d’un an que les soignants sont en grève pour dénoncer le manque d’effectifs et de moyens. Plus de mille chefs de service ont démissionné en janvier pour dénoncer le manque d’effectifs et de moyens (1). La pénurie de tout à l’hôpital n’est donc pas nouvelle ; elle est l’aboutissement de 20 années cumulées de réformes et de restriction des budgets. Elle est l’aboutissement de l’idéologie dominante, qui affirme que tout ce qui est public doit être privatisé autant que possible, ou, à défaut, doit être réduit au strict minimum. Une idélogie qui ces dernières années est devenue une véritable religion d’État, appliquée d’une façon de plus en plus dogmatique, sans aucune évaluation de ces conséquences. Les conséquences, nous les voyons aujourd’hui : - l’hopital manque de tout - nous n’avons pas assez de soignants - nous n’avons plus d’industrie capable de produire ce dont nous avons besoin (1) https://www.lefigaro.fr/social/plus-de-1000-chefs-de-service-demissionnent-de-leur-fonction-administrative-pour-sauver-l-hopital-public-20200114
  11. carnifex

    l'UE et Russie.

    Alors qu’en France, on est au top question état de droit, démocratie, et droits de l’homme. Pour mémoire,
×