Aller au contenu

carnifex

Membre
  • Compteur de contenus

    5 710
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1
  • Points

    676 [ Donate ]

carnifex a gagné pour la dernière fois le 9 novembre 2011

carnifex a eu le contenu le plus aimé !

2 abonnés

À propos de carnifex

  • Date de naissance 22/05/1981

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    48°52N, 2°25E

Visiteurs récents du profil

21 663 visualisations du profil

carnifex's Achievements

Baby Forumeur

Baby Forumeur (1/14)

  • Très populaire Rare

Badges récents

883

Réputation sur la communauté

  1. Je trouve plutôt qu’on sous-estime la gravité de la question du réchauffement sur le long terme. Avec du pétrole infini, on pourrait certainement s’adapter à une planète avec x degrés de plus. Cependant, l’avenir va voir s’additionner : 1- des conditions climatiques différentes auxquelles il faudra s’adapter 2- une difficulté toujours plus grande à extraire la même quantité de ressources fossiles et métalliques du fait de l’épuisement des gisements les plus aisément exploitable Une technologie nous apportant une énergie infinie permettrait de tout continuer comme si de rien n’était. Mais rien de tel ne semble à portée.
  2. Avec un PIB / tête 8 fois inférieur à celui des USA, les cubains ont une espérance de vie de 78 ans. La France, avec un PIB / tête 5 fois supérieur à celui des cubains, n’aurait pas les moyens de produire en quantité suffisante des masques pour ses soigants ? Vos aggrégats PIB et "dépenses de santé" aggrègent des choux et des carottes, et ont pour cette raison une signification très limitée. Les comparer et en tirer des conclusions politique du type : on ne peut augmenter les dépenses de santé n'est pas sérieux.
  3. Et en attendant que l’OMS dispose de tels pouvoirs, on ne fait rien ? Les États peuvent faire beaucoup. La preuve en est que certains s’en tirent beaucoup mieux que d’autres dans la gestion de l’épidémie sur leur sol.
  4. Plus d’un an que les soignants sont en grève pour dénoncer le manque d’effectifs et de moyens. Plus de mille chefs de service ont démissionné en janvier pour dénoncer le manque d’effectifs et de moyens (1). La pénurie de tout à l’hôpital n’est donc pas nouvelle ; elle est l’aboutissement de 20 années cumulées de réformes et de restriction des budgets. Elle est l’aboutissement de l’idéologie dominante, qui affirme que tout ce qui est public doit être privatisé autant que possible, ou, à défaut, doit être réduit au strict minimum. Une idélogie qui ces dernières années est devenue une véritable religion d’État, appliquée d’une façon de plus en plus dogmatique, sans aucune évaluation de ces conséquences. Les conséquences, nous les voyons aujourd’hui : - l’hopital manque de tout - nous n’avons pas assez de soignants - nous n’avons plus d’industrie capable de produire ce dont nous avons besoin (1) https://www.lefigaro.fr/social/plus-de-1000-chefs-de-service-demissionnent-de-leur-fonction-administrative-pour-sauver-l-hopital-public-20200114
  5. L’application des 35 heures remonte à il y a 20 ans. Si cela a pu poser des problèmes d’organisation à l’époque aux services, ces problèmes sont sans commune mesure avec les innombrables réformes mises en oeuvre depuis 20 ans. Si l’on écoute les soignants, ce sont les réformes de marchandisation de la santé, telle que la tarification à l’acte, et l’insuffisance planifiée des effectifs et des moyens, qui détruise à petit feu l’hôpital depuis 20 ans. Par exemple : https://snphare.fr/fr/blog/posts/plfss-2020--le-permis-de-tuer-lhopital-public- Prétendre que l’hopital était déjà mort il y a 20 ans, du fait des 35 heures, n’est pas sérieux.
  6. Le problème de l’hôpital aujourd’hui, c’est l’absentéisme et l’incivisme des soignants ? Va leur dire ça en face, pour voir.
  7. Les réductions d’effectif cumulées depuis 20 ans justifient à elles-seules une embauche pléthorique de soignants. Si l’on ajoute le viellissement de la population, l’épidémie en cours dont on est pas prêt de voir la fin, toutes les opérations qui ont été reportées à cause de l’épidémie, et les millions de français qui ne se soignaient plus avant l’épidémie faute de moyens, Ça fait un sacré paquet de raison pour justifier une embauche pléthorique de soignants.
  8. Pas seulement. Ils réclament aussi et surtout des embauches, et des moyens, pour pouvoir faire face aux besoins de la population. Et l’on voit maintenant à quel point ils avaient raison.
  9. Ben en l’occurence, on ne les aurait pas jetés, puisqu’on en a besoin. Et ça va durer des mois. Donc, pour ma part, je sais. Ensuite, ce qui nous manque, autant que de réserves, c’est une industrie nationale. Des capacités de production suffisantes.
  10. En réalité, l’argent de la sécu, pour une bonne partie, ne va pas " dans la santé ". Il finance, via leurs chiffres d’affaires, les bénéfices des laboratoires pharmaceutiques, et leurs fournisseurs, et les bénéfices des cliniques privées, les dividendes des actionnaires des laboratoires pharmaceutiques, et de leurs fournisseurs et caetera. Il faudrait quoi ? Que les dépenses publiques et sociales soient utilisées pour financer, in fine, des salaires, des emplois, en France, et donc des capacités de production sur notre sol. Comment va-t-on vers cela ? 1. on ne verse plus de dividendes 2. on réoriente l’argent des bénéfices vers les investissements et les emplois en France, si nécessaire par la réquisition, si nécessaire par la nationalisation.
  11. La pénurie de masques, c’est la faute des chinois ? Notre incapacité à produire des tests, c’est la faute des chinois ? 20 années au moins que nous détruisons méthodiquement notre hopital public, notre industrie nationale en général, et notre industrie chimique en particulier, la faute aux chinois ? Tandis que nous sommes incapables de maitriser cette épidémie, Les Japonais y parviennent. Les Vietnamiens y parviennent. Les Chinois y parviennent. Les Russes, les Allemands, et bien d’autres peuples, ont des difficultés, mais s’en sortent bien mieux que nous.
×