Aller au contenu

yop!

Modérateur
  • Compteur de contenus

    20 416
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de yop!

  • Rang
    Gonade Absolutrice

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Fin de la terre

Contact

Visiteurs récents du profil

79 686 visualisations du profil
  1. [Tribune] Respectez les femmes BORDEL !!!

    Heu... je ne sais pas où tu habites mais pour ma part, je ne ressens pas spécialement d'oppression, même en étant galant. Dans mon entourage large non plus. Peut-être une lassitude d'enchaînements de polémiques relayées sur le net ou de quelques cas où les gens cherchent la petite bête. Honnêtement, les rares mecs IRL que je peux voir râler, ce sont ceux qui avaient déjà des comportements de merde à la base, irrespect, etc... Les hommes victimes ne sont pas écoutés ? Déjà, c'est à cause de la mentalité viriliste que de témoigner est dur pour les hommes (dans le cas de maltraitance ou de viol) mais il me semble que la porte est ouverte. Pour ce qui est de mains aux fesses ou d'attouchements, je pense que la plupart des hommes se sentira plus surprise que menacée. Et ça n'a pas grand chose à voir avec le féminisme. Ça ne serait pas plutôt à cause de comportements de mecs du milieu ? C'est parce qu'elles peuvent enfin s'exprimer, grâce à l'effet de masse. Certaines pensent peut-être que c'est un acte militant de raconter son agression, le contexte, les sentiments intimes qu'elles n'ont pas pu dire avant, pour aider les autres également. Le manque de pudeur général, c'est autre chose. Ce ne sont pas forcément les "impudiques" qui se font agresser. Corrélation mais pas causalité. Pour ma part, je ne valide pas le concept de "l'impudeur tentatrice qui expliquerait les débordements masculins". Sinon, on ne va bientôt plus pouvoir aller à la plage hormis en burkini, ou montrer son corps au médecin... En tant qu'hommes, on doit pouvoir se tenir même devant une femme à poil, diantre ! Mais oui, sur le net, les jeunes oublient qu'ils s'adressent potentiellement au monde entier en étalant les photos de leur intimité.
  2. Vraiment madame Lahaie?

    Oui, factuellement, ce qu'elle dit est vrai : il arrive que des femmes aient un orgasme mécanique pendant un viol. Par contre, je ne vois pas pourquoi elle sort ça comme réponse. C'est complètement con : jouir pendant le viol, ça cause un double-traumatisme aux victimes qui culpabilisent par-dessus, surtout si le violeur s'en sert à base de "t'as aimé ça !". Et ça n'est pas un contre-argument à la difficulté de retrouver une sexualité sereine après avoir vécu un viol... À mon avis, c'est juste une maladresse parce qu'elle a voulu répondre trop vite en signalant ce fait, justifier son expertise. Le résultat de l'échange est désastreux. Et aujourd'hui, à l'heure d'internet, ça se paye cash !
  3. Ping-Pong

    Faute de jeu ! C'était PONG !
  4. Le manga avec NTR.

    Bonjour ! Tentative de traduction du message initial : En ce qui concerne les publications papier, le hentaï est une toute petite niche très consensuelle parce qu'il y a beaucoup de lois en Europe et beaucoup de mangas Hentaï sont trop extrêmes pour les franchir. Le Netorare/Netori est en plus un sous-genre du Hentaï, donc autant dire qu'on n'en voit pas dans les librairies. Il faudrait regarder sur les sites dédiés aux mangas Hentaï pour savoir si ce genre fait partie des tendances en vogue - mais difficile d'établir une statistique. Pour ceux qui se demandent ce que c'est, les Netorare sont des histoires de tromperies et cocufiages où on suit le personnage trompé. C'est souvent du genre hentaï (porno). Et souvent ça finit en vengeance, avec toute la modération des mangas Hentaï, c'est-à-dire aucune.
  5. Mathilde Seigner en garde à vue (sortie hier)

    Oh oui, ça n'est pas évident ! Je me rappelle d'une soirée où on a dû ceinturer un pote -costaud- à deux pour l'empêcher de se barrer, une engueulade à n'en plus finir, les autres qui te sortent "qu'il est assez grand pour décider" et le mec qui est là " Mais sssiii *hips* ze peux contuir' !!"... Tout le monde était un peu pompette, ce qui ne facilite pas les choses. Laisser quelqu'un conduire à plus de 3gr, c'est criminel !
  6. On peut retourner la question : les interdictions de crèche en mairie ne posaient pas de problème jusqu'à récemment. Jusqu'à cette poussée des cathos ultra qui s'organisent en mouvements, utilisent les moyens de communication modernes pour se plaindre à une échelle de retentissement inédite et aussi par la récupération politique (ex : Wauquiez, Morano, Fillon,...). Les gens qui militent pour l'application de la laïcité ne se sont pas dit, un matin : " Hé, si on étendait la sphère de laïcité pour grignoter peu à peu les libertés des croyants ?!". Ce sont bien des poussées fondamentalistes qui ont émergées, de tout bord. Un des événements notables a été la question du tchador à l'école, on en arrive aujourd'hui à devoir traiter de la burqa... Est-ce du fait de "laïcards extrémistes" ? La laïcité est le cadre proposé par la France à tous ses citoyens dans un idéal de vivre-ensemble. Malheureusement, certains ont décidé de le refuser. Ce n'est pas comparable à deux courants extrémistes qui s'affrontent. De plus, une bonne partie des croyants est laïque et s'accommode très bien du cadre français. Leur parole est prise en otage par les franges les plus extrêmes qui s'évertuent à les rallier à leur cause en dressant un portrait caricaturale de la laïcité. Ça vient pour beaucoup de pays étrangers. Les athées extrémistes ou les anti-religieux ultra, on en voit peu et ils ne sont pas forcément laïcs : pour eux, il faudrait bannir toute religion. Mais nul doute qu'ils puissent venir appuyer tout principe de neutralité, qui pour eux représente une interdiction du religieux et donc une petite victoire. Je suis un peu d'accord et un peu en désaccord. Couper un film en pleine séance, fusse t-il jugé trop prosélyte pour être diffusé dans le cadre de l'école publique, est un ratage total. Comme dit précédemment, ça aurait pu donner lieu à un petit cours sur l'histoire de Noël, dont la connotation religieuse existe. Il vaut mieux en parler que d'essayer de contourner le sujet. Il existe par ailleurs des écoles confessionnelles en France. Liberté laïque ! Le film n'est pas illégal. Seulement, dans le cadre de l'institution publique, des choix sont à faire et sont un casse-tête quasiment quotidien selon les endroits, les populations. Encore plus aujourd'hui car tout est scruté par les détracteurs de la laïcité qui n'attendent que ça pour gémir. Quitte à instrumentaliser un titre de brève comme remarqué plus tôt dans ce topic : "un film jugé pas assez laïc ". Notons qu'un "film laïc", ça n'existe pas ! La laïcité concerne l'expression du religieux dans la société, avec un devoir de neutralité de l'Etat mais aussi tout un espace de liberté privée et publique (hormis pour la burqa).
  7. Cette question est compliquée. En tant que métis, légèrement typé, né en France et éduqué à la française, j'ai eu le qualificatif "chinois" toute ma vie (alors que je ne suis pas chinois). Encore aujourd'hui. Pour la comptine, je pense que les parents sont "horrifiés" parce qu'ils ont peur que leurs enfants subissent ça (comme ils l'ont subit), mais de toute façon ils le subiront quand même, comptine ou pas. Pour des enfants en maternelle, je ne pense pas que ça soit poser les bases du racisme mais le choix d'une telle comptine est discutable. L'école doit permettre de surmonter ces stéréotypes. De nos jours, le sujet est hypersensible. Je ne suis pas étonné que des gens ayant des origines asiatiques décident de réagir après des décennies d'Aikido* social (retourner ces clichés avec humour et calme). Avec le net, également, toute question prend une ampleur démesurée, tout le monde se greffe dessus. Ça aurait pu rester une discussion parents/enseignants. Je constate aussi que des années de colère exprimée et de revendications parfois agressives de gens d'autres origines sur la question des clichés ou du racisme n'ont pas endigué la chose... Ces colères sont légitimes (surtout par rapport à des actes odieux d'agressions, de meurtres) mais la dramatisation de tout (une comptine un peu cliché) ne me semble pas bénéfique. * Aikido, qui est japonais. #Internationale Bridée
  8. Un sapin de Noël en hommage à la petite Maëlys incendié

    Le sapin porte une charge symbolique pour la famille, oui, et bon nombre de gens comprennent et/ou adhèrent à la démarche. On est d'accord dessus. Ça ne veut pas dire que ça aille aussi loin que l'autel, même si je ne doute pas que des personnes puissent le charger au max. Je ne connais pas la famille, je ne peux pas dire si elle verse dans le mysticisme. Le vandalisme supposé porte donc aussi une charge. Je ne comprends pas bien vos positions. Outre votre dénonciation des gens qui critiquent à deux vitesses (ciblez-les directement, on ira plus vite), vous semblez dire que les symboles ne sont que du vide. Ou alors, vous vous amusez à parodier les discours de ceux que vous dénoncez ? Le symbolisme est le squelette de notre pensée, même chez les humains les plus rationnels. Deux dérives me semblent nocives : - accorder une importance excessive au symbolique, sans aucun recul (ce que semble vouloir dénoncer Henri en disant "ce n'est qu'un sapin") - vouloir évacuer toute symbolique au profit d'un "rationalisme pur" illusoire (ce que fait Henri en disant "ce n'est qu'un sapin")
  9. Un sapin de Noël en hommage à la petite Maëlys incendié

    C'est moi qui ai employé le terme "une sorte d'autel" (que je t'ai vu immédiatement souligner par un CQFD à l'intention d'Henri). Cela ne veut pas dire que j'aie raison d'employer ce terme (religieux) ou que la famille et les gens l'utilisent comme ça. D'ailleurs, je me contredis puisque je ne vois pas ce sapin comme un objet de culte superstitieux, mystique ou religieux. Ça n'est pas un autel, en fait. Et il me semble que les gens s'indignent devant le non-respect d'une douleur très concrète d'une famille réelle, pas qu'ils s'agitent autour de quelque fantasmagorie.
  10. Je n'emploierais pas ces termes, d'autant plus que j'ai pu trouver certains de leur happenings courageux, mais c'est vrai que tout ça paraît vain aujourd'hui. Les gens se sont lassés, ça n'interpelle plus et ça ne fait qu'énerver les mêmes sans gagner plus d'approbation du reste de la population. On n'a pas besoin des Femen pour savoir que le Vatican est un nid de religieux à l'idéologie rétrograde sur pas mal de points.
  11. les interdits en france.

    "Les interdits", pas "les tabous". Et le sentiment d'oppression face à ces interdits quotidiens. Pour ma part, je trouve qu'il y a une hypocrisie énorme entre les discours sermonnés aux citoyens sur la Santé et notre Responsabilité Individuelle (légitimant des interdits ou des régulations)... pendant que nos industries déversent leurs produits chimiques dans des rivières ou des crassiers, contaminant tout, nous empoisonnant, en toute impunité. Comment faire une leçon de morale publique ensuite ?
  12. Un sapin de Noël en hommage à la petite Maëlys incendié

    Il y a un point où nous ne sommes pas d'accord : le symbolique n'est pas forcément superstition et c'est là que la démonstration destinée aux "indignations à deux vitesses" flanche. D'autant plus que n'étant pas spécialement superstitieux, j'y suis hermétique depuis le début. Nous sommes des êtres symboliques, la majorité de notre univers mental est symbolique, nos mots sont des symboles. Pour moi, ce sapin et ces peluches, sont la traduction symbolique de la douleur d'une famille, de l'absence criante de leur petite fille pour Noël (fête des enfants), de l'espoir qu'elle voie ce sapin si elle est vivante et qu'elle sache que sa famille pense à elle, etc... Pas besoin d'aller jusqu'au mystique pour s'outrer qu'un symbole soit vandalisé -même si on sait bien que ce n'est qu'un sapin, au final. C'est une histoire très concrète également : il est question d'une vraie enfant disparue, potentiellement assassinée, et pas d'entités spirituelles fantasmatiques. Je comprends la posture de poil-à-gratter mais elle me paraît un peu à côté de la plaque à insister sur le superstitieux. Surtout que cette famille est seule avec son sapin-symbole et que ça n'est pas comparable aux rapports entre une institution religieuse et ses détracteurs (comme dit plus haut)...
  13. Un sapin de Noël en hommage à la petite Maëlys incendié

    Non, ce n'est pas qu'un sapin mais " le sapin pour Maëlys", une sorte d'autel qu'une famille consacre à sa fille disparue. Que ça te paraisse de la superstition, c'est triste : cet hommage a aussi une portée émotionnelle, voire sociale puisque la chose était publique. Ce qui choque les gens, c'est l'idée qu'on puisse manquer de respect à ces symboles de deuil (ou d'espoir, je ne sais pas) au point de les vandaliser. Et ça ça plaît aussi aux médias de vendre ce genre de scandales. Ce n'est peut-être pas ce qui est arrivé, d'ailleurs...
  14. La Bombe

    129
  15. Yar???

    Tout à fait, le YAR dépasse les notions d'espace-temps !
×