Aller au contenu

Jedino

Membre
  • Contenus

    47845
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Jedino

  1. Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
  2. Et la monnaie d'échange dans le monde est le dollar, ce n'est pas pour ça que c'est une bonne idée. Il faut arrêter de se soumettre constamment à l'impérialisme fallacieux et culturel du monde anglo-saxon. Parce que ce choix-là, il est déjà vrai chez nous dans le monde du supérieur, et c'est à proprement parler un scandale. Parler et écrire le français en France est par exemple secondaire pour un ingénieur, mais c'est vrai que nous sommes une colonie américaine et que nous ne sommes bons qu'à les former pour eux, non ?
  3. Exact, je savais que je ne savais rien.
  4. On m'a acheté pour me taire, en effet.
  5. Tu as raison : c'est un génie.
  6. Tu as aussi toujours raison, voyons !
  7. Ah mais je n'ai pas dit que j'ai mis au hasard la référence pour autant ! Mais en effet, Tequila a toujours raison Bah allez c'est parti, développe sur le titre !
  8. Je ne te savais pas "Like" addict A vrai dire, je n'écris jamais un titre en lien avec le texte. Il ne serait donc pas bien utile je pense. Ensuite, je n'ai pas pour habitude d'expliciter car ce n'est là que le prétexte à l'écriture, pas la finalité à mes yeux. Si tu y lis ce que tu y lis, c'est donc ce qu'il te fallait lire.
  9. Tu n'es pas si éloigné de ce que je pouvais avoir en tête, tu me comprends que trop bien
  10. Jedino

    [QUIZ]Avatars et forumeurs

    Je viens de terminer ce quiz. Mon score 75/100 Mon temps 41 secondes  
  11. Je viens de terminer ce quiz. Mon score 70/100 Mon temps 58 secondes  
  12. Comme toute autre drogue, je n'en ai jamais consommé puisque, comme toute autre drogue, l'odeur est nauséabonde.
  13. Pourquoi tenez-vous tant à parler de maladie mentale ? L'Allemagne a été vaincue en 1918 et a payé plein tarif sa défaite, d'où les crises économiques qui ont mis à mal fortement la naissante démocratie qui a tenté de s'installer. Concrètement, dans les années 1920, différents plans américains étaient là pour au contraire aider l'Allemagne à reprendre des couleurs car ils ont compris, contrairement aux Français, qu'étouffer ce pays était un mauvais choix stratégique s'il fallait à terme faire barrage à l'URSS en Europe. Le virage, c'est la crise économique en 1929 et ses multiples conséquences. A ce moment-là, Hitler au pouvoir commence à devenir possible. Concrètement, au départ, les autres pays ne le voyaient pas forcément négativement (ce n'est pas le premier dirigeant autoritaire dans le monde, il n'y a là rien de particulièrement choquant). Au contraire, les Anglais étaient plutôt chauds pour en faire un allié. Cela ne réglait pas le problème allemand, il était à ce moment-là, dans le début des années 1930, inexistant aux yeux de tous. Concernant l'inaction des Anglais et Français ensuite, quand la menace commence vraiment à se faire voir avec quelques pays envahis en prémisse, il ne faut pas oublier que ce sont des pays avec une population qui se refuse à faire la guerre à nouveau après la Première Guerre mondiale. Le calcul était donc d'avoir une paix coûte que coûte. Mais en effet, et après les événements, on peut s'interroger sur une telle inaction compte-tenu des signes qui laissaient entendre que ça allait mal tourner. Ce serait néanmoins tirer des conclusions a posteriori et oublier le contexte si particulier de l'entre deux-guerres.
  14. Le film allemand "Il est de retour" met en scène un Hitler qui se retrouve à notre époque.
  15. C'est là que vous vous méprenez : il n'y avait aucune malhonnêteté dans le nazisme, c'était plein d'une sincérité et conviction qui fera toujours pâlir un quelconque autre mouvement d'idée à côté. De plus, rien ne permet à une personne au début du nazisme et à son élection de ne serait-ce qu'imaginer la suite des événements, en dehors éventuellement d'une guerre pour venger la défaite, mais c'est là quelque chose de finalement assez banal dans l'histoire humaine. Juger du manque de lucidité de la population et, pire, nous estimer plus lucides qu'eux, c'est faire une lecture un peu optimiste de nous-mêmes et très dure de ceux d'avant. Quand la population vit dans la misère, la honte et les problèmes, et que le pays vit dans une certaine instabilité économique, sociale et politique, il a tendance à écouter bien plus aisément celui qui proposera une porte de sortie. C'est la force de l'orateur, chose à laquelle nous sommes toujours très sensibles. Quels sont en effet les principales raisons de l'élection de notre actuel Président ? Sa jeunesse, sa "nouveauté", sa beauté pour certains, sa sincérité supposée au départ. C'est là le résultat de la personnification de notre démocratie autour de l'élu. En bref, rien n'a changé, et la pensée nous laissant croire qu'on est différent en est le signe. Donc la pathologie est une idée séduisante, elle laisse entendre que nous soyons épargnés, connaisseurs que nous pensons être aujourd'hui, mais elle est fausse. Le fait est que l'antisémitisme était aussi normal à cette époque, et pas qu'en Allemagne, que l'est actuellement une certaine forme de xénophobie. Les nazis n'ont fait que jouer sur des mécanismes humains en créant une source de tous leurs problèmes, un bouc-émissaire idéal, et en profitant d'un contexte favorable qui pouvait pousser à voter pour eux, y compris chez des gens plus nuancés et modérés. L'humain est facilement séduit par l'autorité. La lecture des mémoires de Hanfstaengl est assez éloquente à ce sujet et montre bien à quel point ce genre de personnage peut attiser la fascination, y compris chez ceux qui n'en partagent pas toutes les idées.
  16. Jedino

    Le jeu des défis

    Les espaces inclus sont là pour laisser paraître que le défi est tout à fait raisonnable.
  17. Si j'écrivais quelque chose de sensé, cela se saurait !
  18. Jedino

    Le jeu des défis

    Je défie @Tequila Moor d'écrire un message de 30 000 caractères minimum (espaces compris) dans la section philosophie qui recueille au moins 5 "j'aime".
  19. Douze juillet. L'année a été perdue. Un petit homme, mais pas piqué des hannetons, se promène. Un papillon ? Il s'en émerveille. Une brebis ? Il la remercie. Il n'en reste pas moins affamé. De son air simplet, il laisse entendre qu'il est en quête de quelque chose. S'il pouvait croiser qui que ce soit, sûrement, ils l'éviteraient par crainte d'une conversation gênante. De sa marche assurée, son intellect se persuade qu'il est davantage Narcisse que Goldmund. Il a pourtant tout : un toit sur son dos, déployable, une arme et une tête pour se nourrir, quelques substances rassurantes et la certitude que son devenir est dans le creux de ses mains. Ne croyez néanmoins pas que notre explorateur émérite divague naïvement au gré des sentiers. Je peux vous l'assurer, il cherche. Il cherche de ces sentiers qu'aucune carte n'a la sagesse d'indiquer ni la force de porter. En bon philosophe, son auto-persuasion est des plus efficaces et, grâce à cela, il sait qu'il est sur le bon chemin, qu'au bout de celui-ci se trouve l'or de tous ses espoirs. Mais ne serait-ce pas là une biche ? Son ventre n'en gargouille que plus fort. Le voilà presque en un instant à l'arrière d'une broussaille, fusil à l'épaule, en train d'ajuster sa cible. Le coup part, la proie aussi. Seul résonne le bruit d'un arbre écorché par la balle et l'audible déception d'un estomac vide. Cette situation, il la connaîtra encore maints et maints fois dans la journée. Tant d'échecs reste incompréhensible, lui qui était l'un des meilleurs tireurs de son régiment. Peut-être que sa quête n'aboutira pas, finalement. Peut-être que tout désir de dignité est aujourd'hui vain.
  20. Jedino

    Qui est-ce ?

    Sur l'impression, j'ai pensé à Gandhi, mais le visage ne me paraît pas assez arrondi pour ça.
  21. Je viens de terminer ce quiz. Mon score 80/100 Mon temps 114 secondes  
  22. On fera un lot, ne t'inquiète pas.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité