Aller au contenu

Fraction

Membre
  • Contenus

    222
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Fraction

  • Rang
    Forumeur activiste
  • Date de naissance 28/12/1976

Visiteurs récents du profil

574 visualisations du profil
  1. Fraction

    La liberté est-elle nécessaire à la justice ?

    Bonsoir, La citoyenneté se définit, entre autres, par la responsabilité de ses actes. Or, pour être responsable de ses actes, encore faut-il en être maître, c’est-à-dire libre. L’exemple du pédophile pathologique que vous décrivez n’est pas maître de sa sexualité, mais il demeure maître de ses actes. C’est tout ce qui compte pour la justice, même si la psychiatrie peut, dans des circonstances exceptionnelles, plaider pour l’irresponsabilité de l’accusé psychopathe. J’ai peur que votre débat ne débouche, in fine, sur la sempiternelle question : le libre-arbitre s’oppose-t-il au déterminisme ? La réponse est évidemment non. Ce n’est pas parce que le libre-arbitre est déterminé qu’il est aliéné. Cordialement, Fraction
  2. Fraction

    Avez-vous foi en l'humain et pourquoi ?

    Bonsoir, Sans vouloir faire de procès inapproprié aux médias, chaque fois que je regarde les infos, j’ai l’impression qu’un homme sur deux est un criminel et que l’autre est flic. Alors que lorsque je regarde autour de moi, dans la vraie vie, je n’ai affaire qu’à des gens bien, sans haine ni violence ni couteau entre les dents. Cette déformation des réalités ne provient pas du parti pris médiatique, mais de l’effet d’échantillonnage de l’information évènementielle. C’est peut-être en partie de la nature déformée de cette histoire évènementielle que provient votre déception du genre humain. Cordialement, Fraction
  3. Fraction

    Peut on croire au destin français?

    Monsieur Zemmour a quelques analyses pertinentes, notamment sa sociologie territoriale : Pour lui, la sociologie française est triple : les centre-villes, les banlieues et les zones péri-urbaines. On peut se mettre d'accord sur cette réalité objective, mais ça ne veut pas dire qu'on est d'accord sur les décisions à prendre. Monsieur Zemmour fait la part belle à la Tradition. Pour lui, c'est le passé qui transcende le futur, sans équivoque. Il pense que ce sont les anciens intellectuels qui instruisent les nouveaux. C'est dans cette conception unilatérale du temps que je suis en rupture philosophique et métaphysique. L'histoire et la culture se contractent aujourd'hui en réponse à des paramètres et un spectre contemporains. Cordialement, Fraction
  4. Fraction

    Peut on croire au destin français?

    Bonjour, Que l’histoire soit déformée, c’est monnaie courante. Je dirais même que c’est inhérent à la tâche interprétative de l’historien. L’objectivité interprétative n’est qu’un vœu pieux, puisque les cadres de références sont variables selon les individus, malgré une lecture stricte et rigoureuse des faits. Pour vous donner un exemple standard : selon vous, l’histoire c’est Blum ou Pétain ? Objectivement, les deux sont vrais, et bien malin celui qui offrira un sens définitif à l’histoire. La défense des minorités fait partie de l’ADN républicain, et cet ADN n’est pas contradictoire dans la mesure où le scrutin démocratique joue, lui, pour la majorité, dans le cadre de l’égalité des droits. Monsieur Zemmour est un homme très cultivé qui séduit par son impudeur. Soit, la vérité est souvent impudique, mais il ne faudrait pas franchir la ligne jaune infamante de la pornographie intellectuelle. La quête du bouc-émissaire assaisonnée d’un manichéisme des genres est malheureusement un classique chez les populistes. Cordialement, Fraction
  5. Fraction

    Nietzsche et les nazis

    Bonjour, Ce n'est pas une définition, mais une illustration, un exemple. Il faut bien transposer le rêve nietzschéen dans notre réalité. Même s'il ne s'agit là que d'une transposition socio-professionnelle, elle est peut-être plus réaliste que votre définition neuro-affective. :-) Vous dites que le surhomme est celui qui embrasse la vie dans une affirmation de lui-même. Soit, c'est plaidable. Mais moi, j'y vois là une dénaturation de l'existence. Pour le surhomme, la vie n'est qu'un jeu, alors que pour le commun des mortels, elle est un drame dont personne ne peut s'affranchir de la douleur et du désespoir, de la contrainte et de l'impossibilité inhérentes. Nietzsche est en cela trop puéril pour moi, car personne ne peut dénaturer l'existence au point de la rendre ludique, d'en faire un terrain de jeu d'auto-démonstration égotique. La vie est faite de compromissions et de labeurs, et personne ne joue en mode démo, à level zéro, hormis quelques golden boys irresponsables que je cite. Cordialement, Fraction.
  6. Fraction

    La peur du néant est irrationelle

    Bonjour, Comment l’être est-il sorti du néant ? Cette question peut relever d’une conception du temps trop linéaire. En effet, si l’on admet, d’une quelconque manière, que le temps puisse être circulaire, en un point donné, on peut également admettre que « avant le temps » est un concept hors-champ. Si le temps a pu devenir circulaire, c’est-à-dire s’autojustifier, s’autodéterminer, alors dans notre référentiel, le temps aurait toujours existé, et il n’aurait jamais succédé à un quelconque néant. Cordialement, Fraction
  7. Fraction

    Nietzsche et les nazis

    Bonjour, Associer Nietzsche au fascisme est un défaut de matrice politique. Le fascisme est brutal, souvent même médiocrate, et rigoureusement antiparlementariste. La relation entre géniocratie et médiocratie ne se veut pas autoritariste, mais libérale, et sujette à un contrat de reconnaissance. Un génie perd sa magie s’il n’est pas reconnu, si sa posture mégalomaniaque est jugée usurpée. On ne peut pas fonder une civilisation sur la seule base d’une géniocratie euphorique et insouciante. Nous n’avons pas, et même pour la plupart, l’opportunité de devenir des golden boys ou des libéraux affranchis de toute contrainte. Il est même souvent plus confortable d’être un mouton, salarié titulaire, même s’il faut demander la permission pour aller pisser. Nietzsche nous a vendu du rêve, ce rêve a joué un rôle moteur chez les élites, puis la sélection naturelle n’a promu qu’un moteur sur cent. Le rêve américain, fait de super-héros Marvel et de martingales financières, a énormément profité à l’Occident. Mais combien ont été laissé sur le carreau ? Le coefficient de Gini américain (la mesure des inégalités) est l’un des plus élevé d’Occident. D’autant que dans une martingale financière, il y a toujours quelqu’un qui paye à la fin. Cordialement, Fraction
  8. Fraction

    Un monde post politique

    Bonjour, Bravo, bravo, et encore bravo ! La politique est la religion des faibles, ceux qui n’ont pas encore réussi à s’émanciper. Les marchés sont cent fois plus massifs que l’Etat, si l’on tient compte du capital passif, immobilier notamment. Devenir chef d’Etat, ça ne consiste plus à entreprendre un voyage sur la Lune, ni à construire une centrale à fusion, car ce sont des projets à 200 milliards, devenus hors de portée. La politique pare au plus urgent : devenir Président, c’est devenir chef du nettoyage des locaux, c’est défendre une veuve insolvable et un orphelin antisocial. Monsieur Macron avait probablement des rêves d’accélération fulgurante, mais la réalité française l’a rappelé à l’ingratitude de sa mission : sa mission de faire évoluer les illettrés, les bannis, les malchanceux, par déontologie républicaine. Celui qui a soif d’accélération fulgurante n’a rien à faire dans le public. Vous l’avez bien dit. Le meilleur des Etats c’est celui dont on n’a pas besoin. L’Etat a vocation à nous donner les moyens de nous passer de lui. C’est le paradoxe de l’émancipation. Depuis plusieurs décennies, et dans tout l’Occident, l’Etat concoure à transférer ses compétences, à déléguer ses responsabilités, à distribuer des droits déontologiques au privé. Il ne s’agit pas d’une démission, mais d’une nouvelle donne : celle d’un monde où la responsabilité et le pouvoir se partagent dans un rapport gagnant-gagnant. Dans un monde parfaitement libéral, chacun est maître et responsable de son destin, et chacun choisit les modalités de ses assurances diverses (chômage, maladie, retraite, …) Cordialement, Fraction
  9. Fraction

    Qui est le plus puissant ? Dieu ou le Temps ?

    Malgré votre projet mégalomaniaque et voué à l'échec, vous avez réussi a créer un sujet intéressant. Il est donc des hommes dont le verbe vaut davantage qu'eux-mêmes. :-) Cordialement, Fraction
  10. Fraction

    Qui est le plus puissant ? Dieu ou le Temps ?

    Je vous suis. Imaginer une vie sans coût, c'est comme imaginer un jeu sans contrainte : ça n'aurait aucun intérêt. Un homme sans contrainte développe une personnalité prétentieuse et antipathique, mais un homme qui a trop souffert développe un déficit d'objectivité. L'idéal serait d'adapter la contrainte à la faute, mais ce n'est qu'un vœu pieux. Cordialement, Fraction
  11. Fraction

    Qui est le plus puissant ? Dieu ou le Temps ?

    Les bourgeois que vous citez n'ont pas rompu avec la divinité, mais seulement avec sa toute-puissance. C'est un peu comme les entreprises privées aujourd'hui : elles n'ont pas castré l'Etat, au contraire, elles l'ont rendu plus fort, malgré quelque compromissions politiques, quelques délégations et transferts de compétences. Je ne suis pas croyant, mais j'ai une notion intime de la divinité. Et je ne conçois la divinité que dans une relation contractuelle, comme tout le reste. Je conçois la divinité comme une émancipation et non une aliénation. Un bon père, c'est un père qui me donne les moyens de me passer de lui. C'est le paradoxe de l'émancipation. Le meilleur des Etat, c'est un Etat dont on n'a plus besoin. Cordialement, Fraction.
  12. Fraction

    Qui est le plus puissant ? Dieu ou le Temps ?

    On a vu de bons parents engendrer de mauvais enfants. La magie de l'ontogénèse est rétroactive, et échappe ainsi à tout contrôle. Pour répondre à la question initiale : le bon grain et l'ivraie sont le fruit d'une alchimie semi-déterministe et semi-aléatoire. Même pour Dieu. Cordialement, Fraction.
  13. Fraction

    Qui est le plus puissant ? Dieu ou le Temps ?

    Malheureusement, Bien + Mal = Mal Parce que le Bien est récessif et que le Mal est dominant. Celui qui justifie à la fois le Bien et le Mal est malfaisant. :-) Cordialement, Fraction.
  14. Fraction

    Qui est le plus puissant ? Dieu ou le Temps ?

    Que "Dieu" et "Toute-puissance" soient mutuellement implicatifs, équivalents, ou corrélés, ça c'est vous qui le dites. Il n'en a jamais été fait état dans les évangiles. La notion de Toute-puissance divine est un rêve chez certains chrétiens, d’Amérique latine notamment, mais la majorité chrétienne considère la divinité comme le berger ou l'agriculteur de l'humanité. C'est même en cela qu'elle justifie l'existence fatale du bon grain et de l'ivraie, indépendamment de la volonté divine. Cordialement, Fraction
  15. Fraction

    Qui est le plus puissant ? Dieu ou le Temps ?

    J'avoue que votre déduction m'échappe. Ne s'agirait-il pas d'un sophisme pieux ? Vous justifiez le mal par la sémantique imparfaite du concept de toute-puissance. N'est-ce pas un peu inapproprié ? Cordialement, Fraction
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité