Aller au contenu

Fraction

Membre
  • Contenus

    1318
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de Fraction

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Paris
  • Intérêts
    Injecter de l'énergie structurante dans mon environnement.

Visiteurs récents du profil

2501 visualisations du profil
  1. Bonsoir, Il serait judicieux d'assumer nos responsabilités. Nous avons accueilli des millions de musulmans sur notre sol. Il serait un peu "fort de café" de les bâillonner politiquement. Pourquoi les "chrétiens-démocrates" seraient-ils légitimes alors que les "musulmans-démocrates" ne le seraient pas ? Soyons cohérents ! Le problème ce n'est pas le peuple musulman, ni leurs options électorales. Après chaque attentat, la France surenchérit d'intolérance envers la communauté musulmane. Ne laissons pas la passion nous envahir. Le peuple musulman ne revendique que la paix civile et la possibilité de travailler, on les voit même brandir le drapeau français. Le peuple musulman a même prouvé son pacifisme lors de la manifestation contre l'islamophobie : il n'y a eu aucun accroc, aucun clash. Cordialement, Fraction
  2. Bonjour, Bien sûr qu'à travail égal, les femmes devraient toucher le même salaire que les hommes (venez donc dans la fonction publique, là où le racisme et le sexisme n'ont théoriquement pas leur place). Mais mon interrogation est d'ordre cognitive. Les préjugés sont indispensables au jugement. C'est un système de référencement "a priori", intuitif. Or l'a priori et l'intuition permettent de calculer des probabilités comme aucun système formel n'est capable de le faire. Cessons de nous mentir : lorsqu'un juge prononce son verdict, la composante intuitive est prédominante, et la preuve ou la démonstration formelles sont, dans l'absolu, utopiques. Lorsqu'un scientifique valide l'hypothèse du Big Bang, il brûle 72 feux rouges, il empreinte 46 sens interdits, et il fait un bras d'honneur au gendarme. Les préjugés ont les défauts de leurs qualités : ils incriminent 1 innocent et en déculpabilisent 100 autres. Cordialement, Fraction
  3. Les anges font des rêves, et ces rêves s'adaptent naturellement au champ du crédible, avec toujours un risque de rupture. Les rêves participent à la réalité, et a posteriori on peut revendiquer l'équation : réalisme / rêve = vigilance mentale. Cordialement, Fraction
  4. Oui, le pouvoir est un cadeau empoisonné, et les hauts responsables doivent avoir des sucs digestifs très acides pour digérer tant de protéines humaines. M'est d'avis que l'ingénierie va progressivement entrer en symbiose avec l'IA, et être révolutionnée par l'ordinateur quantique, c'est une intuition relativement initiée. Cordialement, Fraction
  5. La création est d'une beauté exceptionnelle et d'une intelligibilité qu'aucun ingénieur n'aurait su mimer. Mais la Nature n'est pas si généreuse que son éloquence, et nos destins restent médiocres. C'est pour cela que je crois encore en la politique et au volontarisme, ça me passera peut-être avec l'âge. Cordialement, Fraction Ce que vous décrivez s'appelle une abduction : modéliser un système causal pour qu'il justifie l'observation. L'abduction répond aux fondamentaux de la démarche rationnelle : la théorie doit se justifier par sa nécessité et sa suffisance. Cordialement, Fraction.
  6. Mon rêve ressemble au rêve de la civilisation : que l'homme et que la Nation s'approprient leur destin. Mais je pêche par naïveté, car cela aboutirait à une débauche absolue. Et scientifiquement, les macrocosmes sont chaotiques et hors de contrôle. Il existera toujours une histoire qu'on n'écrit pas. Et malheureusement, c'est la schizophrénie, le chaos neurologique, qui écrit l'histoire, c'est avéré. Cordialement, Fraction J'ai invoqué l'Univers, comme vous, et l'Univers a émergé ex-nihilo pour saturer les dimensions de mon éveil. Cordialement, Fraction
  7. Laissons la porte entre-ouverte à l'espoir et à notre ignorance : Mais la mémoire et l'intelligence que nous avons travaillées n'ont de sens que dans ce monde et dans cette condition ? Ce qui justifierait qu'on ne se souvienne de rien. Cordialement, Fraction
  8. Le problème de l'extrapolation quantique, c'est qu'elle risque de briser quelques-uns de nos rêves les plus chers, donc certains esprits la rejetteront autoritairement, avant même de l'avoir comprise. Mais l'abolition du rêve n'est-il pas un salut, n'est-il pas une économie de temps, de sang et de l'argent ? Cordialement, Fraction
  9. Bonsoir, Etre libre c'est aussi coïncider avec ses devoirs. Oui, vous avez raison : le néant gagne toujours à la fin. Cela relève de notre indignité biologique et neurologique : nous créons, in fine, plus de désordre que d'ordre, et plus de sommeil que d'éveil. S'il y a, en nous, une biologie ou une neurologie parfaite, qui survivra à notre corps et à notre monde, et est vraisemblablement précaire et minimaliste. Cordialement, Fraction
  10. Soit, c'est votre droit. Mais acceptez-vous le principe de subjectivation de la matière, sans aller jusqu'aux interprétations idéalistes ? Cordialement, Fraction
  11. Bonsoir, Voici un autre phénomène quantique que l'on mettra peut-être bientôt en évidence : "Ce que vous dites ne peut pas être vrai puisque je vais l'oublier ". Si vous êtes friand d'absurdités relativistes, je ne comprends pas que mon extrapolation quantique vous aie déçue. Pour rappel : Cordialement, Fraction.
  12. Bonsoir, J'ai fréquenté des cochons qui croyaient en Dieu. Il ne faut jamais sous-estimer l'intelligence d'un carnivore. Est-il moral de consommer la viande d'un animal qui est susceptible de croire en Dieu ? Blagues mises à part, si vous avez des problèmes de conscience, privilégiez la viande de poulet : _ Pour produire 1 kilo de bœuf, il faut 13 kilos de céréales, donc autant de terres cultivables confisquées et de malnutrition chez les sous-développés. _ Pour produire 1 kilo de poulet, il faut seulement 2.3 kilos de céréales ! Le bétail n'existerait pas sans l'agriculture. Aucune vache, aucune poule, ne saurait survivre en liberté. Nous avons un contrat moral gagnant-gagnant avec le bétail, et leur bien-être devrait en être une clause légale incontournable. Plutôt que d'incriminer les carnivores, je suggère de leur faire honorer cette part du contrat qui, soyons honnêtes, ne coûte pas si cher que ça : il n'y a qu'à amputer la marge des distributeurs de 5%. Cordialement, Fraction.
  13. Bonjour, Lorsqu'il est victime d'une injustice, l'esprit a tendance à douter de son environnement, de la vie en général, sans discernement. L'interprétation du traumatisme devrait plutôt circonscrire le phénomène, l'objectiver pour mieux le marginaliser, comme pour un exorcisme protocolaire. Un homme qui doute de son environnement, de sa moralité, de sa justice, se sent comme une proie dans l'estomac d'un monstre. Parce qu'aucun homme ne peut déclarer la guerre à son environnement, il est nécessaire de croire en sa bienveillance, de croire que le bien est dimensionnel et naturel, et que le mal est corpusculaire et accidentel, et donc "refoulable". Cordialement, Fraction
  14. Bonjour, Suite à cette émission, Monsieur Finkielkraut dénonce la fin du second degré. Rappelons que le second degré n'est pas censé être drôle. C'est seulement un effet de style, comme l'euphémisme ou l'hyperbole, qui consiste à dire une chose qui en signifie une autre. Apparemment, certaines féministes rigoristes, tout comme certains vegan ou certains antiracistes ne connaissent pas le second degré, et ils voudraient censurer ceux qui le pratiquent. Autant je peux comprendre qu'on censure une chaîne familiale à une heure de Prime-Time, autant la 2ème partie de soirée s'adresse à un public averti et mature. Quel esprit simpliste aurait bien pu prendre le discours de Monsieur Finkielkraut au premier degré ? Quel imbécile violera après avoir entendu ces propos, est-ce que cet imbécile existe dans l'absolu ? Allons jusqu'au bout de l'idée : si un téléspectateur commet l'irréparable après avoir entendu ces propos, l'orateur en serait-il responsable, ou alors le responsable n'est-il pas l'incurable bêtise humaine ? Cordialement, Fraction
  15. Fraction

    Payer pour boire !

    Bonjour, En tant qu'alcoolique assumé, je me permet de vous dire, avec légèreté, que l'alcool est un médicament contre la carence affective. Mais si ce médicament n'est pas reconnu par la psychiatrie, ni remboursé par la Sécu, c'est parce que son étymologie vient de l'arabe "kohl". Pour qu'un médicament soit efficace, son étymologie doit impérativement être grecque. Ça fait plus "ésotérique et mystique", et ça multiplie l'effet placebo. Plus sérieusement, l'alcool a plutôt tendance à aggraver les problèmes qu'à les résoudre. Rien n'est gratuit, et l'euphorie artificielle se paye toujours, le lendemain de cuite : La démence alcoolique devient dépression, et le désir suicidaire peut succéder au sentiment de toute-puissance. Cordialement, Fraction.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité