Aller au contenu

Rhétorique de l'athée ordinaire

Noter ce sujet


Messages recommandés

36ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 15 617 messages
Chercheur de ciel‚ 36ans
Posté(e)

Pour la majorité des croyants, l’athée est celui qui croit en l’inexistence de Dieu quand l’agnostique est celui qui doute de cette même existence. Pour la majorité des athées, l’athée est celui qui ne croit pas que Dieu existe, et la distinction ainsi que l’articulation avec l’agnostique (qui répond qu’il ne sait pas) est très peu claire, puisque l’agnostique peut être conçu comme une espèce d’athée, ou l’athée être conçu une espèce d’agnostique de façon assez indifférenciée. Derrière ce flou artistique se cache un procédé rhétorique assez élaboré auquel la plupart des athée sont rodés.

En effet, derrière l’idée que l’athée serait la pure et simple négation d’une croyance il y a l’à priori que l’être humain est athée par nature, et donc que les croyants ont été conditionnés à croire dans le cadre de leur éducation. Ce faisant, les croyants pourraient aussi bien répondre que c’est la croyance en Dieu qui est innée, forçant alors les positionnements réciproques à se choisir une justification philosophique.

En effet, nous pourrions selon les conceptions philosophiques répondre que Dieu est une idée innée de la raison, ou qu’il se traduit par le sentiment de plénitude intérieur ressenti par l’enfant à naître au coeur de l’utérus maternel, l’extase mystique permettant essentiellement de se remémorer ce qui serait alors la réminiscence (au sens platonicien) d’une âme qui se souvient du monde des Idées. Et face à cela, l’athée ne peut que laisser son propos sans justification (donc être dogmatique et donc croire) ou arriver dans une forme d’engagement ontologique qu’il a en horreur : c’est-à-dire que devoir justifier l’idée qui est implicite dans tous ses propos, que l’athéisme est inné et naturel, va le forcer à dévoiler aux autres (ou peut-être même à lui-même) qu’il a un à priori philosophique matérialiste et est donc partial (le matérialisme étant une métaphysique).

Ce que l’athée refuse de reconnaître et camoufle difficilement lorsqu’il dit que l’athéisme est l’absence de croyance en Dieu et non la croyance en son absence, c’est que l’athéisme est une réaction face au phénomène religieux, et qu’il n’apparaît que secondairement à la rencontre de la croyance. Car reconnaître cela reviendrait à devoir peut-être expliquer les raisons de ce rejet de Dieu et donc à expliquer pourquoi ils sont devenus athées au lieu de pouvoir renvoyer la charge de la preuve dans les dents de leur adversaire comme il leur est coutume de le faire, avec il faut l’avouer, une certaine dose de malhonnêteté intellectuelle ou de mauvaise foi.

En effet, le matérialisme étant un positionnement philosophique intellectuellement très élaboré il est forcément non inné car il provient d’une réflexion intellectuelle, tandis que les enfants commencent toujours leurs préconceptions par une forme de dualisme corps/esprit (comme le notent un certain nombre de psychologues). Il lui sera donc obligatoire de reconnaître, en voulant justifier l’innéisme de l’athéisme par une forme d’engagement matérialiste ontologique, non seulement qu’il est au moins aussi partial que le croyant à qui il reproche sans cesse ses parti pris métaphysiques, mais ou bien qu’il n’avait pas tiré toutes les conclusions logiques de son propre raisonnement, ou bien qu’il avait menti sur le caractère non construit, naturel et purement défensif de son positionnement athéiste.

Vous êtes vous reconnus dans ce portrait de l'athée typique (et il faut bien le dire, inconséquent intellectuellement) ? Que penser de ces procédés rhétoriques si présents sur les forums internet qui dénaturent tout débat par leur mauvaise foi et leur hypocrisie ? Il est possible d'être athée sans tomber dans ces raccourcis là selon moi.

  • Like 3
  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
  • Réponses 445
  • Créé
  • Dernière réponse

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Messages populaires

Que les athées osent exister, et même s'exprimer sur ce forum, gêne toujours autant les bigots; tant mieux.

Bonjour monsieur Quasi-Modo; j'ai l'habitude, normalement, de féliciter les posteurs sur ce forum pour leur orthographe, et la vôtre surpasse, je crois, la moyenne: bravo! Toutefois, votre rhétor

L'agnosticisme n'est pas tant la position de celui qui doute mais de celui qui considère que la question de l'existence de Dieu est indécidable puisque relevant de la transcendance, et donc de l'inacc

Images postées

67ans Posté(e)
Umpokito Membre 1 968 messages
Forumeur alchimiste‚ 67ans
Posté(e)

Bonjour monsieur Quasi-Modo; j'ai l'habitude, normalement, de féliciter les posteurs sur ce forum pour leur orthographe, et la vôtre surpasse, je crois, la moyenne: bravo!

Toutefois, votre rhétorique est biaisée car elle tend à faire passer les athées pour des "poules sans tête" qui se cherchent et ne savent où se garrocher.

Nous savons prendre soin de nous-mêmes, vous savez! Et si le fait que nous doutions d'une entité fantomatique non démontrée scientifiquement vous dérange au point de nous le reprocher, c'est que vous manquez d'arguments pour étayer votre thèse qu'un Dieu quelconque puisse exister.

Laissez-nous donc avec nos convictions(ou nos doutes) et cessez, s'il vous plait de nous mettre au rang des confus, des perdus.

...Très amicalement, Umpokito.;)

  • Like 7
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
70ans Posté(e)
l'ours 5785 Membre 4 418 messages
Ursidé bien léché‚ 70ans
Posté(e)

Je ne suis pas doué en théologie, mais je pense que l'athéisme (que je suis) est une réaction naturelle au prosélytisme.

 

  • Like 3
  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
69ans Posté(e)
Gouderien Membre 21 377 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)

Que les athées osent exister, et même s'exprimer sur ce forum, gêne toujours autant les bigots; tant mieux.

  • Like 7
  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 15 617 messages
Chercheur de ciel‚ 36ans
Posté(e)

Vous avez tout faux : je déconstruis juste un procédé rhétorique utilisé par certains athées (en fait la majorité selon ce que j'en lis, y compris chez certains intellectuels de caniveau) et mon propos n'a rien à voir avec la dénonciation de l'athéisme en tant que tel. Au contraire j'aimerais bien un athéisme qui s'affirme au lieu de se cacher derrière une rhétorique, qui s'assume au lieu de pratiquer l'invective et les raccourcis. Mais pour ainsi dire je n'en ai croisé que dans les livres.

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
le merle Membre 14 946 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonsoir

d'un coté , la science explique et cherche à comprendre comment marche les choses et non pourquoi elles sont ?

vue l'intelligence et la complexité de la vie , il est aussi difficile de ne penser qu'une intelligence inconnue ne peut qu'être à l'origine de tout cela ?

éternel dilemme ? 

des milliards de combinaisons sur des millions d'années jusqu'à trouver la bonne qui fonctionne dans un état ou milieux ? là , pas de problème , mais un infime détail de pression ou autre qui participes à un ensemble très complexe ( le corps humain par exemple ) , cela parait étrange ?

sans parler de religions  qui ont peut-être dénaturées la chose ? la question 

peut ce poser : y aurait-il autre chose ?

bonne soirée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
51ans Posté(e)
cubes2 Membre 996 messages
Forumeur accro‚ 51ans
Posté(e)
il y a une heure, Quasi-Modo a dit :

Ce que l’athée refuse de reconnaître et camoufle difficilement lorsqu’il dit que l’athéisme est l’absence de croyance en Dieu et non la croyance en son absence, c’est que l’athéisme est une réaction face au phénomène religieux, et qu’il n’apparaît que secondairement à la rencontre de la croyance. Car reconnaître cela reviendrait à devoir peut-être expliquer les raisons de ce rejet de Dieu et donc à expliquer pourquoi ils sont devenus athées au lieu de pouvoir renvoyer la charge de la preuve dans les dents de leur adversaire comme il leur est coutume de le faire, avec il faut l’avouer, une certaine dose de malhonnêteté intellectuelle ou de mauvaise foi.

 

Euh, si personne n'annonce à un gars que des divinités existent et s'il ne s'en invente pas,  il sera athée, forcément. Sans dieu quoi.

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
71ans Posté(e)
Anatole1949 Membre 26 999 messages
Debout les morts...‚ 71ans
Posté(e)
il y a une heure, Quasi-Modo a dit :

Pour la majorité des croyants, l’athée est celui qui croit en l’inexistence de Dieu quand l’agnostique est celui qui doute de cette même existence. Pour la majorité des athées, l’athée est celui qui ne croit pas que Dieu existe, et la distinction ainsi que l’articulation avec l’agnostique (qui répond qu’il ne sait pas) est très peu claire, puisque l’agnostique peut être conçu comme une espèce d’athée, ou l’athée être conçu une espèce d’agnostique de façon assez indifférenciée. Derrière ce flou artistique se cache un procédé rhétorique assez élaboré auquel la plupart des athée sont rodés.

En effet, derrière l’idée que l’athée serait la pure et simple négation d’une croyance il y a l’à priori que l’être humain est athée par nature, et donc que les croyants ont été conditionnés à croire dans le cadre de leur éducation. Ce faisant, les croyants pourraient aussi bien répondre que c’est la croyance en Dieu qui est innée, forçant alors les positionnements réciproques à se choisir une justification philosophique.

En effet, nous pourrions selon les conceptions philosophiques répondre que Dieu est une idée innée de la raison, ou qu’il se traduit par le sentiment de plénitude intérieur ressenti par l’enfant à naître au coeur de l’utérus maternel, l’extase mystique permettant essentiellement de se remémorer ce qui serait alors la réminiscence (au sens platonicien) d’une âme qui se souvient du monde des Idées. Et face à cela, l’athée ne peut que laisser son propos sans justification (donc être dogmatique et donc croire) ou arriver dans une forme d’engagement ontologique qu’il a en horreur : c’est-à-dire que devoir justifier l’idée qui est implicite dans tous ses propos, que l’athéisme est inné et naturel, va le forcer à dévoiler aux autres (ou peut-être même à lui-même) qu’il a un à priori philosophique matérialiste et est donc partial (le matérialisme étant une métaphysique).

Ce que l’athée refuse de reconnaître et camoufle difficilement lorsqu’il dit que l’athéisme est l’absence de croyance en Dieu et non la croyance en son absence, c’est que l’athéisme est une réaction face au phénomène religieux, et qu’il n’apparaît que secondairement à la rencontre de la croyance. Car reconnaître cela reviendrait à devoir peut-être expliquer les raisons de ce rejet de Dieu et donc à expliquer pourquoi ils sont devenus athées au lieu de pouvoir renvoyer la charge de la preuve dans les dents de leur adversaire comme il leur est coutume de le faire, avec il faut l’avouer, une certaine dose de malhonnêteté intellectuelle ou de mauvaise foi.

En effet, le matérialisme étant un positionnement philosophique intellectuellement très élaboré il est forcément non inné car il provient d’une réflexion intellectuelle, tandis que les enfants commencent toujours leurs préconceptions par une forme de dualisme corps/esprit (comme le notent un certain nombre de psychologues). Il lui sera donc obligatoire de reconnaître, en voulant justifier l’innéisme de l’athéisme par une forme d’engagement matérialiste ontologique, non seulement qu’il est au moins aussi partial que le croyant à qui il reproche sans cesse ses parti pris métaphysiques, mais ou bien qu’il n’avait pas tiré toutes les conclusions logiques de son propre raisonnement, ou bien qu’il avait menti sur le caractère non construit, naturel et purement défensif de son positionnement athéiste.

Vous êtes vous reconnus dans ce portrait de l'athée typique (et il faut bien le dire, inconséquent intellectuellement) ? Que penser de ces procédés rhétoriques si présents sur les forums internet qui dénaturent tout débat par leur mauvaise foi et leur hypocrisie ? Il est possible d'être athée sans tomber dans ces raccourcis là selon moi.

"Ce que l’athée refuse de reconnaître et camoufle difficilement lorsqu’il dit que l’athéisme est l’absence de croyance en Dieu et non la croyance en son absence, c’est que l’athéisme est une réaction face au phénomène religieux, et qu’il n’apparaît que secondairement à la rencontre de la croyance."

Quel charabia pour en arriver à quoi ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
56ans Posté(e)
eriu Membre 3 630 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)

Donc un athée extra ordinaire .. là on est dans une croyance :sleep:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 15 617 messages
Chercheur de ciel‚ 36ans
Posté(e)
il y a 24 minutes, cubes2 a dit :

Euh, si personne n'annonce à un gars que des divinités existent et s'il ne s'en invente pas,  il sera athée, forcément. Sans dieu quoi.

Ce que tu exprimes ici n'est autre que ce que j'appelle dans mon message la thèse de l'innéité et du caractère naturel de l'athéisme. C'est souvent une idée implicite et non formulée en étant sous-jacente dans les débats croyants/athées. Mais cette idée est elle-même (comme j'ai tenté de le montrer) ou bien dogmatique, ou bien requiert l'utilisation du matérialisme philosophique pour se justifier.

Donc au lieu de dire que, en tant qu'athée, tu ne fais qu'être dans l'absence d'une croyance, il faudrait pour être honnête reconnaître que tu es dans la croyance de l'absence, celle-ci étant issue de la croyance que l'athéisme est naturel. Par ailleurs je ne pense pas qu'on puisse assimiler athéisme et être sans Dieu.

il y a 12 minutes, Anatole1949 a dit :

"Ce que l’athée refuse de reconnaître et camoufle difficilement lorsqu’il dit que l’athéisme est l’absence de croyance en Dieu et non la croyance en son absence, c’est que l’athéisme est une réaction face au phénomène religieux, et qu’il n’apparaît que secondairement à la rencontre de la croyance."

Quel charabia pour en arriver à quoi ?

Pour en arriver à l'idée que sur le point que j'ai soulevé ce sont les croyants qui ont raison : les athées sont des croyants eux aussi. Certains philosophes athées ne craignent pas de l'affirmer, comme André Comte-Sponville par exemple. L'athéisme est une croyance. C'était mon seul message.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
56ans Posté(e)
eriu Membre 3 630 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
il y a 11 minutes, Quasi-Modo a dit :

Ce que tu exprimes ici n'est autre que ce que j'appelle dans mon message la thèse de l'innéité et du caractère naturel de l'athéisme. C'est souvent une idée implicite et non formulée en étant sous-jacente dans les débats croyants/athées. Mais cette idée est elle-même (comme j'ai tenté de le montrer) ou bien dogmatique, ou bien requiert l'utilisation du matérialisme philosophique pour se justifier.

Donc au lieu de dire que, en tant qu'athée, tu ne fais qu'être dans l'absence d'une croyance, il faudrait pour être honnête reconnaître que tu es dans la croyance de l'absence, celle-ci étant issue de la croyance que l'athéisme est naturel. Par ailleurs je ne pense pas qu'on puisse assimiler athéisme et être sans Dieu.

Je me permet , étant athée ? la croyance en un Dieu est pour moi une ineptie . Je ne suis donc pas dans la croyance de l'absence mais dans une intime conviction , en raison de la subjectivité de ladite croyance et que donc , tout étant de l'ordre de l'abstrait , le concret n'a pas de place . Dans l'objectivité , du coup . 

Modifié par eriu
  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 15 617 messages
Chercheur de ciel‚ 36ans
Posté(e)
il y a 3 minutes, eriu a dit :

Je me permet , étant athée ? la croyance en un Dieu est pour moi une ineptie . Je ne suis donc pas dans la croyance de l'absence mais dans une intime conviction , en raison de la subjectivité de ladite croyance et que donc , tout étant de l'ordre de l'abstrait , le concret n'a pas de place . Dans l'objectivité , du coup . 

Je suis désappointé du fait que beaucoup d'athées se cachent derrière leur petit doigt pour ne pas reconnaître leur matérialisme. Vous êtes matérialistes, et bien soit. Dites-le. Mais ne faites pas comme si votre athéisme était une simple non croyance. Ceux qui affirment cela ne voient pas qu'ils ont au moins de façon implicite la croyance que l'athéisme est inné et naturel. Il y a des gens qui ne sont pas de cet avis et qui pensent le contraire. Donc comment le justifier ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
46ans Posté(e)
épixès Membre 1 443 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
il y a une heure, Quasi-Modo a dit :

Pour la majorité des croyants, l’athée est celui qui croit en l’inexistence de Dieu quand l’agnostique est celui qui doute de cette même existence. Pour la majorité des athées, l’athée est celui qui ne croit pas que Dieu existe, et la distinction ainsi que l’articulation avec l’agnostique (qui répond qu’il ne sait pas) est très peu claire, puisque l’agnostique peut être conçu comme une espèce d’athée, ou l’athée être conçu une espèce d’agnostique de façon assez indifférenciée. Derrière ce flou artistique se cache un procédé rhétorique assez élaboré auquel la plupart des athée sont rodés.

L'agnosticisme n'est pas tant la position de celui qui doute mais de celui qui considère que la question de l'existence de Dieu est indécidable puisque relevant de la transcendance, et donc de l'inaccessible.

L'agnosticisme ne s'oppose d'ailleurs pas nécessairement à l'athéisme, le premier relevant du savoir quand le second dépend de la croyance: on peut, tout comme moi, croire que Dieu n'existe pas tout en sachant que la question ne saurait être définitivement tranchée.

L'agnosticisme est moins une position particulière à l'égard de l'existence de Dieu qu'une considération épistémologique générale sur l'impossibilité de connaître, réduite à la question du divin.

Quant au flou que vous évoquez, il me parait moins lié aux athées qu'à une tendance populaire universelle à réduire et simplifier le champ sémantique des mots pour en circonscrire l'utilisation à un maniement quotidien et ordinaire.

il y a une heure, Quasi-Modo a dit :

En effet, derrière l’idée que l’athée serait la pure et simple négation d’une croyance il y a l’à priori que l’être humain est athée par nature, et donc que les croyants ont été conditionnés à croire dans le cadre de leur éducation. Ce faisant, les croyants pourraient aussi bien répondre que c’est la croyance en Dieu qui est innée, forçant alors les positionnements réciproques à se choisir une justification philosophique.

Si l'idée de Dieu était innée, on pourrait retracer ses manifestations au travers de l'histoire humaine, or ce n'est pas le cas. Le polythéisme à précédé l'idée de Dieu, comme l'animisme exista avant le polythéisme.

Individuellement le nourrisson nait vierge de croyance et de savoir, l'innéisme de l'idée de Dieu peut être réfuté par simple constat.

il y a une heure, Quasi-Modo a dit :

En effet, nous pourrions selon les conceptions philosophiques répondre que Dieu est une idée innée de la raison, ou qu’il se traduit par le sentiment de plénitude intérieur ressenti par l’enfant à naître au coeur de l’utérus maternel, l’extase mystique permettant essentiellement de se remémorer ce qui serait alors la réminiscence (au sens platonicien) d’une âme qui se souvient du monde des Idées. Et face à cela, l’athée ne peut que laisser son propos sans justification (donc être dogmatique et donc croire) ou arriver dans une forme d’engagement ontologique qu’il a en horreur : c’est-à-dire que devoir justifier l’idée qui est implicite dans tous ses propos, que l’athéisme est inné et naturel, va le forcer à dévoiler aux autres (ou peut-être même à lui-même) qu’il a un à priori philosophique matérialiste et est donc partial (le matérialisme étant une métaphysique).

Je peux aussi avancer que la poêlée savoyarde est une idée innée de la raison qui se traduit par le sentiment de vacuité stomacale, ce martyr du corps permettant essentiellement de ressentir l'intuition de l'atomisme (au sens Lucrècien) d'un tout prenant conscience de ses constituants.

Je ne me laisse pas intimider par des fadaises, fussent-elles estampillées platoniciennes. Le monde des idées est une proposition indémontrable que rien ne suggère dans le réel, autrement dit une hypothèse invraisemblable, improbable et inféconde.

Il y a 1 heure, Quasi-Modo a dit :

Ce que l’athée refuse de reconnaître et camoufle difficilement lorsqu’il dit que l’athéisme est l’absence de croyance en Dieu et non la croyance en son absence, c’est que l’athéisme est une réaction face au phénomène religieux, et qu’il n’apparaît que secondairement à la rencontre de la croyance. Car reconnaître cela reviendrait à devoir peut-être expliquer les raisons de ce rejet de Dieu et donc à expliquer pourquoi ils sont devenus athées au lieu de pouvoir renvoyer la charge de la preuve dans les dents de leur adversaire comme il leur est coutume de le faire, avec il faut l’avouer, une certaine dose de malhonnêteté intellectuelle ou de mauvaise foi.

La malhonnêteté intellectuelle est de refuser la polysémie des mots, qu'on soit croyant ou athée importe peu.

L'athéisme est autant la position de celui qui affirme l'inexistence de Dieu que de celui qui, plus prudent, affirme ne pas croire en son existence. 

Le débat sur la différence entre croire en l'inexistence et ne pas croire en l'existence me semble relever d'une casuistique byzantine à l'extrême qui camoufle le propos derrière des constructions verbales alambiquées et une gymnastique intellectuelle vétilleuse.

Il y a 1 heure, Quasi-Modo a dit :

En effet, le matérialisme étant un positionnement philosophique intellectuellement très élaboré il est forcément non inné car il provient d’une réflexion intellectuelle, tandis que les enfants commencent toujours leurs préconceptions par une forme de dualisme corps/esprit (comme le notent un certain nombre de psychologues). Il lui sera donc obligatoire de reconnaître, en voulant justifier l’innéisme de l’athéisme par une forme d’engagement matérialiste ontologique, non seulement qu’il est au moins aussi partial que le croyant à qui il reproche sans cesse ses parti pris métaphysiques, mais ou bien qu’il n’avait pas tiré toutes les conclusions logiques de son propre raisonnement, ou bien qu’il avait menti sur le caractère non construit, naturel et purement défensif de son positionnement athéiste.

On peut être athée sans être matérialiste et il ne faut pas confondre le refus d'adhérer à une croyance avec l'inconnaissance de cette même croyance. On ne saurait déclarer l'athéisme inné qu'au prix de faire l'amalgame de ces deux notions.

Il y a 1 heure, Quasi-Modo a dit :

Vous êtes vous reconnus dans ce portrait de l'athée typique (et il faut bien le dire, inconséquent intellectuellement) ? Que penser de ces procédés rhétoriques si présents sur les forums internet qui dénaturent tout débat par leur mauvaise foi et leur hypocrisie ? Il est possible d'être athée sans tomber dans ces raccourcis là selon moi.

Je pense que vous confondez pièges de l'esprit, biais cognitifs et rationalité imparfaite avec hypocrisie.

Nous sommes tous dotés de structures cognitives qui ne visent pas la meilleure performance possible mais à produire la réaction la plus efficace en un minimum de temps, d'où les raccourcis mentaux qui nous affectent tous sans nécessairement engager notre intégrité. La plupart des gens qui se trompent le font de bonne foi.

  • Like 5
  • Waouh 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
63ans Posté(e)
Condorcet Membre 10 257 messages
Forumeur alchimiste‚ 63ans
Posté(e)
il y a 1 minute, Quasi-Modo a dit :

Ceux qui affirment cela ne voient pas qu'ils ont au moins de façon implicite la croyance que l'athéisme est inné et naturel.

 

  • Like 1
  • Haha 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
56ans Posté(e)
eriu Membre 3 630 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Quasi-Modo a dit :

Je suis désappointé du fait que beaucoup d'athées se cachent derrière leur petit doigt pour ne pas reconnaître leur matérialisme. Vous êtes matérialistes, et bien soit. Dites-le. Mais ne faites pas comme si votre athéisme était une simple non croyance. Ceux qui affirment cela ne voient pas qu'ils ont au moins de façon implicite la croyance que l'athéisme est inné et naturel. Il y a des gens qui ne sont pas de cet avis et qui pensent le contraire. Donc comment le justifier ?

Oui et c'est leur droit , je ne me cache derrière rien si ce n'est peut un pragmatisme .. peut être ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
51ans Posté(e)
cubes2 Membre 996 messages
Forumeur accro‚ 51ans
Posté(e)
il y a 19 minutes, Quasi-Modo a dit :

Ce que tu exprimes ici n'est autre que ce que j'appelle dans mon message la thèse de l'innéité et du caractère naturel de l'athéisme. C'est souvent une idée implicite et non formulée en étant sous-jacente dans les débats croyants/athées. Mais cette idée est elle-même (comme j'ai tenté de le montrer) ou bien dogmatique, ou bien requiert l'utilisation du matérialisme philosophique pour se justifier.

Donc au lieu de dire que, en tant qu'athée, tu ne fais qu'être dans l'absence d'une croyance, il faudrait pour être honnête reconnaître que tu es dans la croyance de l'absence, celle-ci étant issue de la croyance que l'athéisme est naturel. Par ailleurs je ne pense pas qu'on puisse assimiler athéisme et être sans Dieu.

Pour en arriver à l'idée que sur le point que j'ai soulevé ce sont les croyants qui ont raison : les athées sont des croyants eux aussi. Certains philosophes athées ne craignent pas de l'affirmer, comme André Comte-Sponville par exemple. L'athéisme est une croyance. C'était mon seul message.

Non, pour avoir discuté avec des gens qui sont nés dans des familles athées, tant que l'on ne leur a pas parlé du concept dieu, il ne croyaient pas que dieu n'existait pas, il ne savaient même pas que le concept existait. C'est aussi simple que ça.

Tant que personne n'affirme une croyance il n'y a pas de croyance contraire, il n'y a rien. le concept de divinité n'existe tout simplement pas

  • Like 5
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
42ans Posté(e)
flo31 Membre 32 messages
Forumeur balbutiant‚ 42ans
Posté(e)

Les croyances me semblent inversées. Croire pour les athées serait une forme d'identification à la matière qui est un des aspects du divin tout en l'ignorant , et Savoir pour les agnostiques une forme d'ignorance qui prolongerais l'athéisme dans le sens du matérialisme mais sans essence divine.

Cela soulève peut être une question pour le progressisme en tant que vision faussement humaniste qui nous ferait déchoir de notre propre divinité.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
71ans Posté(e)
Pales Membre 17 013 messages
Forumeur alchimiste‚ 71ans
Posté(e)

Paradoxalement il n'y a que les Non Croyants qui Croient ne pas Croire a une Divinité contrairement a un Croyant qui Crois lui Croire a une Divinité………………………Nous sommes donc chacun a sa façon CROYANTS ( Théiste Athéiste Agnostique Libre Penseur ,Croyant , non Croyant……) 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
gloup-gloup Membre 670 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

A chaque fois qu'épixès poste un truc, je me prends ma propre médiocrité en pleine gueule... Et je renonce à poster pour un moment. Je crois que je vais aller pleurer un peu.

  • Haha 6
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
127ans Posté(e)
soisig Membre 12 390 messages
Devezh mat‚ 127ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, Gouderien a dit :

Que les athées osent exister, et même s'exprimer sur ce forum, gêne toujours autant les bigots; tant mieux.

Oui d'ailleurs je suis toujours surprise que les croyants réclament le respect pour leurs religions, mais ne respectent pas qu'on puisse ne pas avoir de religion.

Il y a 2 heures, Quasi-Modo a dit :

Au contraire j'aimerais bien un athéisme qui s'affirme au lieu de se cacher derrière une rhétorique

Sauf que contrairement aux croyants, nous n'avons nullement besoin de nous affirmer. On n'a rien à prouver, ce sont les croyants qui ont tout à prouver 

il y a une heure, cubes2 a dit :

Non, pour avoir discuté avec des gens qui sont nés dans des familles athées, tant que l'on ne leur a pas parlé du concept dieu, il ne croyaient pas que dieu n'existait pas, il ne savaient même pas que le concept existait. C'est aussi simple que ça.

Tant que personne n'affirme une croyance il n'y a pas de croyance contraire, il n'y a rien. le concept de divinité n'existe tout simplement pas

exactement ... 

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×