Aller au contenu

épixès

Membre
  • Contenus

    757
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de épixès

  • Rang
    Forumeur accro
  • Date de naissance 07/25/1974

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Héricourt, 70400
  • Intérêts
    Philosophie, histoire des sciences, physique, sociologie, histoire, psychologie, cinéma, littérature

Visiteurs récents du profil

2570 visualisations du profil
  1. épixès

    Ouija

    Le seul danger auquel vous êtes exposée à travers ce que vous déclarez c'est de prêter foi à des sornettes qui contreviennent à tout ce que le savoir humain connaît de la réalité.
  2. Mon père était un rouge et j'ai été bercé par de nombreux chants partisans et même si mes idées se sont un peu éloignées de ce qu'elles furent, plus nuancées, je reste rouge de cœur et ce chant résonne en moi par sa mélodie, la sincérité de son message et les souvenirs qu'il ravive.
  3. Dans une lettre adressée à la famille de Michele Besso après le décès de ce dernier, Einstein disait: «Et là, il a quitté ce monde bizarre un petit peu avant moi. Cela ne veut rien dire. Les gens comme nous, qui croient à la physique, savent que la distinction entre le passé, le présent et l'avenir n'est qu'une illusion obstinément persistante.»
  4. Vivement que d'élégants codes barres et de gracieux matricules supplantent ces aberrations distinctives de l'individualité que son les prénoms et qu'advienne enfin l'ère posthumaine dans laquelle les singularités personnelles se fondront dans le grand néant du collectivisme égalitaire et désincarné de la matrice.
  5. Que certaines découvertes scientifiques soient sans conséquences philosophiques m'apparait aussi évident que certaines autres le soient nécessairement. Une théorie impliquant que le futur préexiste à ce que la conscience considère comme son avènement induit un déterminisme qu'une philosophie qui se veut autre chose que la simple expression d'une subjectivité singulière sans aucun rapport avec la réalité ne saurait ignorer. Puisque «être» c'est «être au monde» il ne me semble pas extravagant de lier, au moins dans une certaine mesure, le sentiment que nous avons de l'existence aux résultats de la physique qui, précisément, révèlent plus sur le monde que nos sens ne peuvent percevoir.
  6. L'effet de validation subjective (mis en évidence par Bertram Forer) est un biais cognitif induisant toute personne à accepter une vague description de la personnalité comme s'appliquant spécifiquement à elle-même. Il fait les choux gras des astrologues, graphologues, chiromanciens, voyants et autres gourous du développement personnel depuis des décennies quand il ne sévit pas dans les pseudo-sciences et est au service de tous les charlatanismes.
  7. épixès

    Vie à rallonge

    Même au cours de notre vie nous perdons et gagnons ce que vous appelez des restes biologiques et que pour gagner en clarté nous devrions voir comme divers constituant élémentaires non biologiques qui le deviennent par une alchimie émergente dont les mécanismes nous échappent encore pour la plupart. Vivre est un changement perpétuel et rien de ce qui nous constitue à un niveau élémentaire n'est irremplaçable, chacune des briques qui nous façonne est interchangeable. Même à l'échelle supérieure que constitue la biologie il faut nous considérer comme un tout composé de nombreux éléments: la vie (concept d'ailleurs mal défini) n'émerge de la matière qu'au prix d'une certaine complexité. Il en va de même pour l'identité personnelle, c'est un tout changeant que de nombreux facteurs participent à définir et non pas une chose unique, indivisible et inaltérable. Si vous vous coupez un doigt en pleine nature et qu'un animal de passage le mange, ce morceau de doigt qui est une partie de vous devient une partie intégrante de l'animal mais dès lors il ne s'agira plus de votre vie biologique.
  8. Qu'importe l'activité, qu'elle soit manuelle, intellectuelle, sociale, sportive, spirituelle….il n'y a pas une activité universelle qui aiderait chacun à se réaliser. Nous sommes tous différents, exemplaires uniques d'une vaste multitude, avec des besoins variés et des aptitudes disparates: à ces exigences et qualités correspondent des occupations particulières qui y répondent spécifiquement. Le plus souvent nous nous réaliserons à travers une activité pour laquelle on excelle, celle qui nous apportera plénitude et éventuellement considération et reconnaissance.
  9. Ce à quoi je pense c'est le transhumanisme qui arrive à grand pas et qui va provoquer une rupture entre ce que nous considérons aujourd'hui comme un humain et l'humain amélioré de demain, statut qui ne sera accessible qu'aux plus riches et puissants. Dès lors beaucoup de scénarios sont envisageables mais aucun ne m'apparait souhaitable et beaucoup m'épouvantent.
  10. Un ami c'est quelqu'un qui vous connait bien et qui vous aime quand même.
  11. épixès

    le problème musulman

    L'athéisme n'est ni une idéologie ni une religion. Il ne véhicule aucun contenu narratif, aucune prescription morale ou normative. Il ne porte aucun message et ne dicte à personne comment se comporter: c'est simplement l'absence de croyance en dieu. Les athées que vous citez pouvaient également être mâles, mangeurs de pommes de terre, national-socialistes, germaniques, adeptes de l'astrologie ou des millions d'autres choses et je ne crois pas que parmi les quelques caractéristiques que j'ai cité, l'athéisme soit la mieux à même d'expliquer les actes qu'ils ont commis (d'autant que l'athéisme était loin d'être majoritaire dans la population à cette époque). Les comportements radicaux sont issus d'un rapport radical à des idées elles mêmes radicales (cf "l'empire des croyances" de Gérald Bronner). L'athéisme ne portant aucun message, il peut difficilement entraîner des actes radicaux. Cela ne signifie pas qu'un athée ne peut avoir de comportements extrêmes mais cela invite à aller chercher ailleurs la ou les causes de tels comportements. Les livres saints contiennent des messages suffisamment variés et contradictoires pour justifier toute une gamme de comportements s'étalant de la bienveillance la plus douce à la plus abominable des cruautés. Le fait est que des idées radicales s'y trouvent et pour peu qu'elles prennent racine dans un esprit entretenant un rapport radical avec elles, des comportements extrêmes sont à craindre.
  12. Ce qui approche n'est pas la fin du monde, c'est la fin du monde tel qu'on l'a connu. Et très probablement de l'humain tel qu'on l'a connu.
  13. «J'ai pas peur de l'avouer, j'avais quarante ans passés, eh bien le jour de la mort de Brassens j'ai pleuré comme un môme. J'ai vraiment pas honte de le dire. Alors que -c'est curieux- mais, le jour de la mort de Tino Rossi, j'ai repris 2 fois des moules.» -Pierre Desproges-
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité