Aller au contenu

épixès

Membre
  • Contenus

    256
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de épixès

  • Rang
    Forumeur activiste
  • Date de naissance 25/07/1974

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Héricourt, 70400
  • Intérêts
    Philosophie, histoire des sciences, physique, sociologie, histoire, psychologie, cinéma, littérature

Visiteurs récents du profil

934 visualisations du profil
  1. épixès

    Naissance du concept d’existence

    Certes Einstein n'avait pas le même talent pour les mathématiques que pour la physique, il a d'ailleurs régulièrement fait appel à son ami Marcel Grossmann pour formaliser la relativité générale dont la géométrie non euclidienne lui donnait du fil à retordre. Il s'agit cependant de mathématiques très pointues et il convient de relativiser () la nullité d'Einstein en la matière.
  2. épixès

    Génériques d’animés

    Ce n'est pas à proprement parler un générique mais….
  3. épixès

    [QUIZ] Une réplique....un film

    Je viens de terminer ce quiz. Mon score 70/100 Mon temps 75 secondes  
  4. épixès

    [QUIZ] La saga Alien

    Je viens de terminer ce quiz. Mon score 100/100 Mon temps 27 secondes  
  5. épixès

    [QUIZ] La saga Alien

    Je viens de terminer ce quiz. Mon score 71/100 Mon temps 40 secondes  
  6. épixès

    [QUIZ] La saga Alien

    Je viens de terminer ce quiz. Mon score 0/100 Mon temps 7 secondes  
  7. épixès

    Philosophie versus Sciences - Réalité - Stephen Hawking

    Vade retro Bogdanovas !
  8. épixès

    La musique dans vos assiettes !!!

  9. épixès

    Ma ressemblance avec jésus christ?

    Comme pour Jésus le type caucasien est étrangement manifeste.
  10. épixès

    Dieu et Vous. le face a Face ultime.

    "Je suis prêt à rencontrer mon créateur. Quant à savoir s'il est préparé à l'épreuve de me voir, c'est une autre histoire." -Winston Churchill-
  11. épixès

    micro trottoir : Quel est le pays le plus raciste au monde selon vous ?

    Le racisme est un des visages les moins plaisants de l'essentialisme. Nos structures cognitives sont ainsi faites que notre cerveau range les choses dans des catégories et ainsi perçoit de la discontinuité là où il n'y en a pas forcément. Les informations que nous assimilons sont classées par des processus inconscients nommés inférences et sont dépourvus de système autocorrectif, seul un réexamen volontaire de nos préconçus est à même de nous en défaire mais peu nombreux sont ceux qui remettent en question leur paradigme: c'est un exercice couteux en temps et en amour-propre auquel s'opposent différents mécanismes psychologiques, notamment la dissonance cognitive, l'autojustification et le biais de confirmation. La dissonance cognitive est un sentiment de mal-être suscité par une information qui vient contredire ce que nous croyons ou par un acte que nous commettons qui n'est pas en accord avec l'image que nous avons de nous même. Face à un tel ressenti, l'esprit peut aller jusqu'à nier les faits, les réarranger voire reconstruire nos souvenirs. Ainsi le raciste mis en face de la réalité biologique qu'il n'existe pas de races humaines la rejettera le plus souvent ou en remplacera le terme par un autre afin de sauvegarder sa vision du monde et celle, nécessairement flatteuse, qu'il a de lui. L'autojustification intervient également chez tout le monde et contribue aussi à la préservation de l'image de soi: un tortionnaire, un mari violent ou un persécuteur ne se voit pas comme quelqu'un de malfaisant, nul n'agit en pensant faire sciemment le mal. Si nous faisons du mal à quelqu'un, peu importe la raison, nous allons trouver des excuses dans le contexte: "je n'étais pas moi-même", "je l'ai fais pour mon pays", "je n'avais pas le choix" ou bien nous allons dévaloriser notre victime afin de justifier nos actes: "il l'a bien mérité", "il a commencé le premier", "c'est un être vil et méprisable"....ce procédé nous permet de nous distancier de la victime et de nous fermer à toute éventuelle sympathie à son égard ou de toute culpabilité et appelle à recommencer nos sévices afin de justifier les premiers, créant ainsi une spirale de violence. Le biais de confirmation est une forme de pensée sélective qui fait que nous avons tendance à remarquer et à chercher ce qui confirme nos croyances et à ignorer, ne pas rechercher ou sous-estimer l'importance de ce qui les contredit. Ainsi celui qui cherche des caractéristiques négatives communes à une ethnie, une nationalité ou quoique ce soit d'autre, en trouvera fatalement, les attribuera à la catégorie honnie sans voir que cela peut être une caractéristique tout simplement humaine. On pourrait résumer cette tendance à accorder une importance excessive aux données qui appuient nos convictions par cette simple phrase: "croire, c'est voir". Aucun de nous n'échappe à ces travers, ce sont des mécanismes qui procèdent de ce que nous sommes et ils sont profondément implantés dans nos schémas mentaux mais nous ne sommes pas tous à égalité devant eux, certains y cèdent plus facilement tandis que d'autres y résistent mieux ou ont une certaine propension à l'introspection. Peut être y-a-t-il des cultures qui favorisent le racisme mais celui-ci aura toujours de beaux jours devant lui tant qu'il y aura des humains de couleurs différentes et si un jour nous devrions sur ce point être tous semblables, nul doute que nous trouverons d'autres motifs pour classer, désunir et haïr.
  12. épixès

    Pourquoi Tellement De Système Ordonné Dans L'Univers ?

    Un créateur à l'univers tel que supposé par la plupart des religions est transcendant, c'est à dire extérieur à l'univers, lui préexistant et non soumis à ses règles. Il est donc, par définition, au delà de la nature: surnaturel. Etant extérieur à l'univers il est inobservable et son hypothèse ne peut être testée scientifiquement. La science moderne ne réfute pas l'idée de dieu ou de la surnature, elle se restreint simplement à enquêter sur la nature par les moyens de la nature, ce qui échappe à cette dernière est donc hors de sa juridiction. A noter que le paradigme qui prévalait avant celui-ci et qui était principalement issu de la scholastique était que la philosophie naturelle (la science de l'époque) avait pour horizon de révéler l'existence et la splendeur de Dieu. Le problème est que lorsque l'on a un préconçu omnipotent en tête, celui-ci devient vite une réponse automatique à tout ce que l'on ne sait pas expliquer (référence au dieu des lacunes), un dogme s'installe et toute déviation devient vite synonyme d'hérésie avec toutes les conséquences qu'on connait. Il ne s'agit pas là de faire le procès de l'église ou des croyants mais ce n'est pas sans raison si la science moderne est le fruit de 2000 ans de réflexions, d'errements et de critiques. On ne le sait pas encore et encore une fois il vaut mieux faire aveu d'ignorance plutôt que d'invoquer un finalisme que rien ne permet de supposer mais surtout que rien ne permet de tester. Je vous suggère néanmoins d'étudier les mécanismes de la théorie de l'évolution et notamment ceux de la sélection naturelle: ceux qui ne la comprennent pas n'y voient que du hasard alors qu'il s'agit plutôt d'un subtil mélange de hasard et de nécessité.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité