Aller au contenu

Doïna

Messages recommandés

Membre+ Posté(e)
Doïna Membre+ 12 104 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bonjour,

Dans un communiqué de presse de février dernier, le Vatican a formulé le voeu de “faire de l'Eglise un endroit sûr pour les enfants". Le Pape François y écrit que "les familles doivent savoir que l'Eglise fait tous les efforts possibles pour protéger les mineurs".

Pourtant le cardinal Giovanni Battista Re hante toujours les couloirs du Vatican. Voici la lettre que le journal Marie-Claire lui a adressée :

Dans la mesure où le cardinal Giovanni Battista Re figure toujours au Collège des Cardinaux, et qu’il pourrait participer au synode d’octobre 2015 à Rome, une réflexion de l’Eglise sur la mission de la famille dans le monde contemporain, il nous a semblé important de revenir sur un fait qui nous avait profondément choquées en 2009.

"A vous, qui avez osé affirmer que le viol d’une petite fille de 9 ans, est “moins grave que l’avortement”, nous vous adressons cette lettre au nom de la liberté des femmes et du respect de l’enfance.

Nous vous écrivons aujourd’hui parce que vos propos sont scandaleux, insupportables, intolérables.

Rappelons les faits. En 2009, au Brésil, une petite fille de 9 ans est régulièrement violée par son beau-père. Elle tombe enceinte. De jumeaux. La loi brésilienne autorisant l’IVG en cas de viol ou de grave danger de santé (ce qui était doublement le cas pour cette enfant), elle se fait avorter à l’hôpital grâce à l’aide de sa mère, qui ignorait tout des faits et fuit le domicile conjugal pour sauver ses enfants. C’est alors que l’archevêque de Recife juge bon d’excommunier cette petite fille, sa mère, et tout le corps médical ayant pratiqué l’IVG. Face à la polémique, le Vatican le soutient, en la personne du cardinal Giovanni Battista Re.

Le beau-père, lui, le violeur, le criminel, n’a pas été excommunié. Et non. Parce que, comme vous l’avez dit, “le viol est moins grave que l’avortement”. Écoeurement. Stupéfaction. Nous rappelons que cet homme abusait de l’enfant depuis ses 6 ans, ainsi que de sa sœur aînée de 14 ans, de surcroît handicapée. Cet homme, selon vous, mérite de rester dans votre Eglise, mais pas cette petite fille abusée, meurtrie, torturée, ni ceux qui ont voulu l’aider. Mais messieurs, quel genre d’Eglise est votre Eglise …?

-[34405]-[les_plus_lus_lien_2]-[bloc_tops]"]Suite & source

z2636005qgiovanni-battista-re-prefekt-kongregacji-ds-bisk.jpg

Ci-dessus : le cardinal Giovanni Battista Re

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 61ans Posté(e)
pila Membre 18 571 messages
Forumeur alchimiste‚ 61ans
Posté(e)

Religion = Secte.

Dieu = imposture pour benêts.

Vivre en 1115 ou 2015 ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
querida13 Membre 35 152 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)

Qu'importe leur bénédiction ?aucun verset biblique ne parle d'avortement .Ils ont donc inventé des lois là où les textes sacrés ne préconisent rien .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 36ans Posté(e)
Feuille Membre 10 893 messages
Tête en l'air‚ 36ans
Posté(e)

Les textes disent quand même que la vie est sacrée. Et au point où en étaient les choses, peut-être qu'il aurait été possible de voir si on pouvait (on pouvait pêut-être pas, heing) déclencher une naissance très précoce plutôt que de faire un avortement.

Toujours est-il qu'on n'excommunie ni les mineurs de moins de 16 ans, ni les gens qui ont agi sous pression... et que l'équipe médicale, euh, l'en était certainement pas à son premier avortement - au final, le cardinal aurait mieux fait de se taire, il n'a fait qu'ajouter au scandale. Et fa fait preuve d'un effarrant manque de compassion.

Pour info, le code de droit canonique de l'Eglise dit, en substance, que quand dénnoncer un truc risque d'avoir des résultats pires que les conséquences du truc lui-même, bah 'vaut mieux la boucler. :mouai:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 64ans Posté(e)
Dinosaure marin Membre 24 125 messages
Dégonfleur de baudruches‚ 64ans
Posté(e)

Le vrai problème c'est la mère du cardinal Mechoses qui ne s'est pas faite avorter à temps.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 53ans Posté(e)
azed1967 Membre 4 127 messages
Forumeur alchimiste‚ 53ans
Posté(e)

faites ce que je dis pas ce que je fais

ça résume le vatican

faites des gosses mais nous on n'en fait pas !

comme disait la phrase sur facebook" si l'avortement est un assassinat, alors la masturbation est un génocide"

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Lucy Van Pelt Membre 29 506 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Le vrai problème c'est la mère du cardinal Mechoses qui ne s'est pas faite avorter à temps.

En même temps,y a-t-il quelqu'un qui doute du machisme de l'église catholique. Le machisme de toutes les religions en fait, devrai-je dire, alors que le journal du Vatican, l'Osservatore Romano, a élu machine à laver comme étant ce qui a le plus contribué à l'émancipation de la femme occidentale au XXe siècle loin devant le droit de vote, le droit à l'éducation, le travail justement rémunéré, l'autonomie financière, la contraception, le droit de disposer de son corps et autres détails de l'histoire des femmes. Que demander de plus..

Une église machiste et autoritaire;

Le drame d'une petite Brésilienne de neuf ans, enceinte de jumeaux après avoir été violée et agressée par son beau-père depuis l'âge de six ans, a récemment ému la planète. Sa vie étant gravement en danger, il y a eu avortement comme le permet, dans des cas exceptionnels, la loi brésilienne. La mère qui soutenait la fillette et l'équipe médicale qui a pratiqué l'avortement ont été excommuniées par l'évêque du diocèse de Recife, Mgr José Cardoso Sobrinho qui a affirmé que «le viol est un péché moins grave que l'avortement». Ce dernier a reçu l'appui du préfet de la Congrégation des évêques au Vatican, le cardinal Giovanni Battista Re, réputé être un proche de Benoît XVI.

Comment lire ces événements et que faire pour qu'ils ne se reproduisent plus? Je suggère deux pistes de lecture qui sont autant de voies de changements requis pour que cesse l'inacceptable: d'abord, la représentation des femmes dans l'Église marquée par le sexisme et le machisme clérical et puis le rapport au pouvoir et à l'autorité dans l'Église.

Le machisme clérical

Si la fillette a été ainsi objectivée, c'est que les femmes ne sont pas comprises ni reconnues comme des personnes à part entière dans l'Église, car elles sont assimilées à des choses. Après tout, n'est-ce pas une autre «chose», la machine à laver, qui les a libérées, tel que l'a affirmé l'Osservatore Romano dans sa livraison du 8 mars?

Des choses, donc, au service des hommes, des mères dédiées à leurs enfants, des épouses attentives pour leur mari, des vierges servantes du clergé. Elles ne peuvent pas exister par et pour elles-mêmes. Certes, le discours romain glorifie «la femme» qui s'accomplit dans l'abnégation la plus totale, dans le don désintéressé d'elle-même. Mais les femmes ordinaires, avec un corps, des désirs et des ambitions n'ont pas de légitimité, pas même d'existence dans le discours romain clérical.

La jeune Brésilienne, une petite fille ordinaire, n'a pas été reconnue comme une enfant violée, agressée, qui devait avant tout recevoir amour et compassion. Non, elle a d'abord été comprise comme un utérus porteur de deux foetus qui devaient être menés à terme peu importe les conséquences sur «la chose». La fillette comme sujet, comme personne n'a pas eu d'existence dans la pensée de Mgr José Cardoso Sobrinho et du cardinal Giovanni Battista Re, ces défenseurs d'une vérité prétendument divine. Ils l'ont regardée comme une «chose enceinte».

Un système organisé

Il ne s'agit pas d'un cas isolé, d'une erreur de parcours de la part de quelques ecclésiastiques. Il s'agit d'un système religieux machiste qui n'a de cesse de reproduire ces aberrations sexistes. En 2006, en Colombie, dans des circonstances similaires, les membres d'une équipe médicale ont été qualifiés par le Cardinal Trujillo, alors président du Conseil pontifical pour la famille, de personnages infâmes.

Chaque jour, des femmes de partout dans le monde vivent des drames: viols de guerre, agressions sexuelles par des ecclésiastiques, incestes, et se retrouvent en situation de grossesse non désirée. Chaque jour des femmes sont traitées comme des choses et se voient refuser la compassion de l'Église. Qui plus est, le discours de l'Église catholique sur la contraception, l'avortement, les relations sexuelles en dehors du mariage, etc., infantilise les femmes, nie leur autonomie sexuelle, de même que la capacité des femmes et des hommes de faire des choix responsables pour l'exercice de leur sexualité.

Sans compter que ce système a également pour effet d'exclure les femmes des postes de responsabilité et des ministères ordonnés dans l'Église catholique. Après tout, comme l'a si bien dit le cardinal Vingt-Trois de Paris sur les ondes de Radio Notre-Dame le 6 novembre dernier: «Le tout n'est pas d'avoir une jupe, c'est d'avoir quelque chose dans la tête.» Les femmes, des choses qui peuvent bien avoir la tête vide, pourvu qu'elles aient le ventre plein.

L'autoritarisme

Tout comme Benoît XVI qui, la semaine dernière, dans le cadre de son voyage en Afrique, ce continent ravagé par le sida, a maintenu sa condamnation du condom, prétendant que l'usage de ce dernier aggravait l'épidémie du sida, Mgr Sobrinho a fait fi du réel, du nécessaire devoir de compassion face à la souffrance humaine et il a rappelé la loi dans toute sa rigidité. Il n'a même pas utilisé les quelques possibilités offertes par le Droit canon pour considérer des circonstances atténuantes et modérer ses transports de grand justicier. Voilà l'autoritarisme à l'oeuvre.

Ce système est-il toutefois en train de se fissurer quand on voit l'accumulation des bêtises sexistes et racistes (réintégration de l'évêque intégriste qui nie l'Holocauste), des décisions irresponsables qui soulèvent un tollé général? Dans ses tentatives d'encadrement de la vie sexuelle des femmes et des hommes catholiques, l'Église a perdu beaucoup de sa crédibilité et a étalé son incompétence.

Il reste cependant dans l'Église catholique une mouvance capable de justice sociale, de compassion, de reconnaissance des personnes. Des catholiques engagés et quelques évêques ont eu le courage de prendre position la semaine dernière et de condamner les excommunications.

Notes discordantes

Ivone Gebara a soutenu que les évêques sont devenus des défenseurs de principes abstraits; Mgr Martin Veillette, président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec, a manifesté sa compassion à l'endroit de la fillette brésilienne et de sa mère; Mgr Farine, de Genève, a affirmé que l'Église doit cesser la sanction de l'excommunication; Mgr Francis Deniau, évêque de la Nièvre, a reconnu avoir accompagné des femmes avant et après une IVG.

Je dis bien courage parce que ces personnes, en manifestant leur dissidence par rapport aux autorités ecclésiastiques, ont pris le risque de subir les foudres de Rome: mise au silence, carrière épiscopale brisée, etc. Mais le vent a tourné. Lundi de cette semaine, quelqu'un à Rome a compris qu'il y avait plus à perdre qu'à gagner dans cet entêtement à excommunier. Le président de l'Académie pontificale pour la vie, Mgr Rino Fisichella, a signé dans l'Osservatore Romano un texte où il a pris ses distances des excommunicateurs et dit toute sa compassion pour la mère et l'enfant.

Heureuse coïncidence? Dans les heures qui ont suivi la publication de ce texte, de notre côté de l'Atlantique, le cardinal Ouellet et le cardinal Turcotte, qui n'avaient rien à dire sur cette question la semaine dernière, ont trouvé des mots pleins de compassion pour la mère et l'enfant.

La fracture est bel et bien là et elle ne pourra être colmatée par des voeux pieux. D'un côté, il y a un système rétrograde, machiste et autoritaire qui a du plomb dans les ailes et qui multiplie les dérapages. De l'autre, il y a une poignée de cathos convaincus qui ont des aspirations de justice sociale et d'Église plus évangélique. Ces derniers auront-ils les moyens de leurs aspirations? Chose certaine il y a pour ce «petit reste» tout une traversée du désert avant de parvenir à bâtir une église féministe, démocratique, égalitaire, plus juste et solidaire. Le pari est loin d'être gagné.

Les groupes suivants appuient ce texte: Collective L'Autre Parole; Association des Religieuses pour la Promotion des Femmes (ARPF) et ses membres; Citoyennes averties, Alma; Soeurs Auxiliatrices du Québec; Intervenantes communautaires de la Maison Orléans; Centre de Femmes Au Quatre-Temps Inc., Alma

Marie-Andrée Roy - Professeure au Département de sciences des religions de l'UQAM, directrice de l'Institut de recherches et d'études féministes et membre fondatrice de la Collective L'Autre Parole

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 46ans Posté(e)
Bart_Sylvain Membre 1 696 messages
Serial profiler‚ 46ans
Posté(e)

Bof, chacun son point de vue : moi je trouve que le viol d'un cardinal est moins grâve que l'avortement :p

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 71ans Posté(e)
Pales Membre 17 013 messages
Forumeur alchimiste‚ 71ans
Posté(e)

Religion = Secte.

Dieu = imposture pour benêts.

Vivre en 1115 ou 2015 ?

Ce n'est pas les Religions qui faillent Accuser.....

Ce n'est pas le Code de la Route qu'il faut Accuser

Ce n'est pas le Code Civil qu'il faut Accuser

Ce n'est pas le Code Juridique qu'il faut Accuser........................surtout en 2015

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 114ans Posté(e)
nerelucia Membre 12 886 messages
Forumeur alchimiste‚ 114ans
Posté(e)

Les textes disent quand même que la vie est sacrée. Et au point où en étaient les choses, peut-être qu'il aurait été possible de voir si on pouvait (on pouvait pêut-être pas, heing) déclencher une naissance très précoce plutôt que de faire un avortement.

pfttt !!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
querida13 Membre 35 152 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)

Là ,je verrais bien les femens sans top dans les églises .C'est le moment ou jamais !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 60ans Posté(e)
Alain75 Membre 23 612 messages
Marxiste tendance Groucho‚ 60ans
Posté(e)

Laissez courir loin de lui les petits enfants.shrunkface.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 26ans Posté(e)
raybas Membre 253 messages
Forumeur activiste‚ 26ans
Posté(e)

Non mais rien qu'a voir sa tête on se doute qu'il y à quelque chose qui tourne pas rond la dedans... wallbash.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité s
Invités Posté(e)
Invité s
Invité s Invités 0 message
Posté(e)

Bonjour, d'après l'article de ce sujet, la fille était en danger donc il valait mieux qu'elle se fasse avorter.

D'après l'article ci-dessous, il est dit que la mère et la fille n'ont fait l'objet d'aucune excommunication ainsi que leur version des faits.

"Après les premières déclarations de l’archevêque de Recife, la conférence des évêques du Brésil a précisé que la petite fille et sa mère n’ont fait l’objet d’aucune excommunication."

Diocèse Frejus

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×