Aller au contenu

Feuille

Membre
  • Contenus

    10893
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Feuille

  • Rang
    Tête en l'air
  • Date de naissance 08/01/1984

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Lieu
    Dans une poudrière

Visiteurs récents du profil

30041 visualisations du profil
  1. Bon anniv' m'dame !!!

    Des bisous ;)

      aa
  2. Non ça ne soulage pas... Une tape sur les fesses donnée par énervement, parce que j'étais à bout de patience, j'ai fait. Résultat : zéro soulagement, et une énorme culpabilité. Donner une tape pour faire comprendre à un petit qu'il ne fait pas faire tel truc parce que ça a une conséquence désagréable (qu'on préfère ne pas lui voir expérimenter, de type "mettre les doigts dans la prise") c'est une chose. Mais juste pour évacuer son stress ? Autant taper une table.
  3. @Mite : Question cohérence c'est même pas "limite" - c'est complètement incohérent. :D Je veux apprendre à mes enfants à ne pas taper, il me semble logique de leur en donner l'exemple. Maintenant, pour un bambin, j'essaie de faire sans, mais je n'ai pas encore trouvé d'alternative dans certains cas. Pleine de contradictions ? Oui, j'en ai peur...
  4. Le TP explicatif c'est bien, Mite. Mais cela ne marche pas pour tout âge... Le gamin de 4-5 ans peut comprendre ça. Celui de 2-3 ans ? J'en suis moins sûre... Ma dernière a 2 ans passés, elle commence à comprendre les relations de cause à effet, mais dans la pratique le seul truc qui marche c'est sécuriser les pièces (pas possible vu la disposition de l'appart) et être en PERMANENCE derrière elle. Ce qui n'est pas toujours possible (exemples : elle fait la sieste, se réveille sans bruit, et part en vadrouille; ou je fais la cuisine je n'ai pas la possibilité physique de poser mes trucs pour lui attraper la main à chaque fois qu'elle retourne vers le four)... du coup, j'aime autant être un peu plus radicale pour être certaine qu'elle ne touchera pas à la cuisinière en mon "absence". Autre exemple, j'ai entendu il y a quelques semaines un bruit de vaisselle cassée : bin j'ai hurlé "ne bouge pas" le temps d'arriver sur les lieux. Un hurlement, ce n'est pas exactement non-violent non plus... Et un exemple qui date d'aujourd'hui... elle a la fâcheuse habitude, quand on l'installe dans son siège auto, de mettre sa jambe sur le côté quand on ferme la portière. Résultat, sa jambe est coincée, c'est inconfortable pour elle. D'habitude, je déplace la jambe, demande à sa soeur de la tenir, et ferme la porte. Là, j'ai décidé de lui faire assumer les conséquences de son "jeu". Elle a couiné de frustration pendant les 10 minutes qu'ont duré le trajet entre la maison et le magasin, mais ça ne l'a pas empêchée de recommencer pour le trajet retour... -_- On peut aussi tenir son gamin en laisse tant qu'il n'est pas capable de comprendre les conséquences que peuvent avoir ses actions. Là il sera en sécurité, mais curieusement j'ai l'impression que je serai très mal vue...
  5. Je suis d'accord.Maintenant, je ne sais pas quoi penser du fait de légiférer sur la question. Sur le principe, le recours à la violence (coups, cris...), je suis contre. Poser des limites, être ferme, avoir de l'autorité, cela peut se faire sans y avoir recours. Dans la pratique... est-ce que je préfère que mon enfant ait mal parce que je lui ai tapé la main qui s'approchait trop de la plaque chauffante, ou parce qu'il aura posé la main sur la plaque en question ? Je préfère lui mettre une tape sur les fesses pour lui faire assimiler que s'approcher seul du bord du trottoir, ce n'est pas exactement une bonne idée - ou je prends le risque qu'il se fasse renverser pour comprendre ? Légiférer met dans le même sac ceux qui abusent des coups et ceux qui les utilisent plutôt que laisser leur enfant s'exposer à un danger plus grand. Difficile pourtant de dresser une liste "dans ce cas, ça va - dans celui-là, non". Et lire qu'on n'aurait le choix qu'entre la fessée et le môme pourri gâté à qui on passe tout, ça me fait bondir.
  6. elle date de quand, ta carte, stvi? Il semblerait que RSF n'ait pas reconnu l'indépendance du Kosovo..; :p (désolée pour le HS) Pour en revenir à la fresque, je trouve qu'il y a un possible problème de double interprétation..; 1- l'Etat utilise le 49.3 et la police pour taper sur la Liberté (interprétation autour de laquelle on semble s'accorder) 2- la police (ces vilains) est bien contente de taper sur la Liberté avec le prétexte du 49.3 pour se couvrir (interprétation mentionnée dans le fil par qqun dont j'ai oublié le nom et qui me semble tout autant légitime) Moralité : les types en costume, ça aurait été mieux. Ou alors l'artiste préfère l'interprétation 2...
  7. Puisque ce sont les politiques que l'artiste semble viser, pourquoi ne pas avoir dessiné des type en costume au lieu des policiers et des rames de papier format A4 avec marqué 49.3 dessus en guise de matraque... le message aurait été le même, je pense. En moins sujet à polémique (et/ou à mauvaise interprétation). La réaction de la mairie me semble équilibrée.
  8. Feuille

    Le BREXIT a gagné

    Bin au "niveau le plus simple", on n'arrivera jamais à se mettre d'accord (ponctuellement oui, mais pas en termes de politique - nos intérêts à l'étranger ne sont pas les mêmes, parce que nos sphères d'influence sont différentes). En revanche, au niveau économique, on avait réussi, il me semble, à avoir des accords qui fonctionnaient. Bref, mon avis est qu'on a voulu mettre la charrue avant les boeufs et qu'on en paie le prix maintenant.
  9. Feuille

    Le BREXIT a gagné

    Bon. On va bien voir ce que ça donnera à moyen et long terme (à court terme et à très court terme, ça risque surtout d'être le bazar). assez d'accord avec ça, Pheldwyn.L'erreur tactique, elle a selon moi été faite il y a un peu plus de 20 ans quand on est passé de la CEE à l'UE... ce n'est pas parce que cela fonctionnait plus ou moins bien économiquement qu'on allait réussir à magiquement s'entendre politiquement (notamment en matière de défense et d'affaires étrangères).
  10. @Quasi-Modo - il peut y avoir un rapport entre le port du voile et ce genre de comportement, bien sûr... mais ça ne se limite pas à ça. Ce serait trop simple. Dans son deuxième message, cité par January vers le bas de la page 1, Maud dénonce plus largement les clichés liés à la société patriarcale. On va pouvoir trouver des gens qui ont ce genre de raisonnement mais qui n'ont pas l'option "port du voile" dans la culture. On n'a pas attendu que le voile fasse l'objet d'un débat pour entendre des remarques du type "Elle s'est fait agresser, mais t'as vu comment elle était sapée ? Elle l'a cherché !"
  11. Le pire dont j'ai pu être témoin, ce sont des engueulades qui auraient pu dégénérer - j'étais restée dans les parages en attendant de voir comment la situation tournait, mais je ne sais pas ce que j'aurais fait si cela avait été le cas. Oh, sinon j'ai attrapé un garnement qui volait des fruits à l'étalage - le gamin a tout nié en bloc, soutenu par sa bande de copains, et une passante m'a dit après coup que j'avais pris des risques inconsidérés. Uh ? 'me suis faite traiter de salope une fois, aussi - par une dame qui n'allait clairement pas bien dans la tête et qui ne voulait pas qu'une "salope" s'asseye à côté d'elle dans le métro. Je devais être en jean et doudoune bien large... :D (et une des passagères du métro en a eu marre des récrimination de la dame, lui a lancé "ça va, on a compris, maintenant bouclez-la", et la dame est sortie en disant qu'on était tous des salauds de toutes manières. :D)
  12. Pas vraiment, Samira. Personne n'est intervenu dans le bus - et une fois à l'extérieur du bus, le monsieur qui est "intervenu" l'a fait à la demande de Maud..; pas de lui-même. On est dans une société du chacun-pour-soi, et j'attends-de-voir-si-qqun-bouge-avant-de-bouger (de peur de me prendre un mauvais coup). Y'a quelques années, mon grand-père était intervenu dans une bagarre histoire d'empêcher les deux opposants de se faire vraiment mal. Résultat : un ou deux doigts cassés... et ça lui a fait passer l'envie de recommencer.
  13. 'xactement, peu importe les origines... Est-ce que je suis la seule à qui cela fasse penser à la, euh, "discussion" lancée sur FFR il y a environ deux semaines : "Les vêtements portés définissent-ils le niveau de sexualité ?" (discussion extrêmement frustrante, d'ailleurs - l'auteur du sujet, a priori PAS une jeunette d'origine nord-africaine, soutenait mordicus que s'habiller court, c'est chercher à appâter le mâle. argh.).
  14. Bah toi oui, moi aussi, mais les cinq cinglées qui ont agressé Maud, visiblement pas. Cherchez l'erreur. :D
  15. @Quasi-Modo : un voile islamique avec un short ? :smile2: Ma réaction face à ce genre d'exemple de la connerie humaine : Quand bien même le groupe de filles trouve que Maud ne se "respecte" pas (... ce qui mérite un autre tiens...) ... euh... bah elles haussent les épaules et elles passent leur chemin, point. Oh - et donc si j'ai compris, les hommes n'ont pas besoin de se respecter, eux - ils ont le droit de se balader sans T-shirt et le caleçon à l'air sans que ça gêne ? :D Au secours. C'est tellement affligeant que je ne sais pas comment réagir. Hm. Et je dirais pour répondre à la question finale : non, c'est pas le fait d'être habillée en court qui fait d'une femme une "salope" - c'est son attitude. Qu'elle soit en jogging, jupe longue, micro short ou quoi que ce soit d'autre. Traiter qui que ce soit de quoi que ce soit en raison de ses vêtements, je trouve ça d'une crétinerie sans nom. (Oh, et sinon, je m'insurge contre le fait que le mot "salope" perde peu à peu son sens premier, à savoir le féminin du mot "salaud". Ces mots permettent de décrire le degré de pourriture intérieure d'un individu, peu importe de quoi il a l'air)
×