Aller au contenu

azed1967

Membre
  • Contenus

    3 025
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de azed1967

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 10/08/1967

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

6 947 visualisations du profil
  1. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    cadeau à répy, la machine à remonter le temps, 1960
  2. azed1967

    L'invention de l'écriture

    ce qui précède l'écriture , c'est la langue !
  3. azed1967

    Tsahal évacue des casques blancs syriens

    payé par les usa à coup de milliards dont le dome de fer. des milliards de $ par an, ...
  4. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    les palmes de monsieur schutz
  5. et donc, comme je le disais sur le poste sur la matière noire, la nasa avait lancé un concours mondial pour le problème du "caca spatial". TOUT le monde était autorisé à y participer, scientifique ou pas. comme quoi, ... Les trois gagnants du concours de la Nasa pour résoudre le problème du caca dans l'espace Faire ses besoins en apesanteur, c'est compliqué. Et dans un énorme costume pas pratique, c'est encore pire. Voici les solutions envisagées. Par Gregory Rozieres NASA La Nasa a dévoilé les gagnants de son "challenge du caca spatial". ESPACE - Quand la Nasa a annoncé ce concours en novembre dernier, l'idée d'un "challenge du caca spatial" semblait pour le moins étrange: demander aux internautes d'imaginer la meilleure solution pour faire ses besoins dans l'espace. Plus spécifiquement, d'arriver à faire son affaire en apesanteur et équipé d'une imposante combinaison spatiale. L'agence spatiale américaine était pourtant on ne peut plus sérieux, et ce mercredi 15 février, trois équipes ont été choisies parmi les 5000 projets proposés sur le site HeroX, rapporte la radio américaine NPR. Le cahier des charges était très détaillé: ce système devra garder l'urine, les matières fécales et les pertes menstruelles en évitant qu'elles touchent le corps de l'astronaute, que celui-ci soit en mouvement ou assis. La solution devra fonctionner pour une isolation dans la combinaison de 6 jours minimum et en état d'apesanteur. Un petit trou et puis s'en va Le gagnant du concours, Thatcher Cardon, un officier de l'Air Force, a imaginé un tout petit sas au niveau de l'entrejambe de la combinaison, inspiré par la chirurgie non-invasive, précise NPR, qui a interrogé les trois nominés et publie des images des différents concepts. Ce système permet aux astronautes de passer dans ce trou tout un tas d'objets, par exemple des couches ou des pots de chambre gonflables. Thatcher Cardon cherchait avec son idée à ne pas garder les déchets dans la combinaison. Il a remporté 15.000 dollars pour sa première place. C'est un trio (un physicien, un ingénieur et un dentiste) qui est arrivé deuxième et a empoché 10.000 dollars. Leur solution? Une sorte de couche hermétique et reliée à un système qui permet d'expulser les déchets humains. Comment? Grâce à l'air créé par les mouvements du corps. La troisième place, ainsi qu'un chèque de 5000 dollars, est attribuée à un designer britannique, Hugo Shelley. Il a lui imaginé une sorte de caleçon où seraient intégrés des poches permettant de désinfecter et de stocker l'urine et les excréments. Un système destiné aux explorateurs de Mars Pour l'instant, l'agence n'a pas communiqué plus en détail sur ces différentes solutions. La prochaine étape, c'est d'essayer de les intégrer aux systèmes déjà utilisés par l'agence. L'objectif est d'en équiper les futurs astronautes qui partiront pour de longues missions spatiales, par exemple la future conquête de Mars. La Nasa rappelle que jusqu'alors, les astronautes ne devaient jamais rester plus de 10 heures dans des combinaisons spatiales pas très pratiques. En gros, le temps d'un décollage, d'un atterrissage ou d'une sortie dans l'espace. Du coup, les astronautes utilisaient de simples couches (les couches pour bébés doivent beaucoup à la Nasa). Mais "les missions futures pourraient nécessiter un système de traitement des déchets au long court", précise la Nasa, évoquant ainsi une durée minimum de six jours dans une combinaison. L'objectif, ce serait de permettre à des astronautes dans une situation de détresse d'éviter les infections et maladies pouvant être liées à une mauvaise hygiène, le temps de réparer une panne, par exemple. Or, aucun système ne permet cela pour le moment. La couche est évidemment inutilisable pendant si longtemps. Surtout, dans l'espace, il n'y a quasiment pas de gravité. Du coup, il n'y a ni haut, ni bas. Cela veut dire qu'il est très compliqué de faire ses besoins (et encore plus d'éviter que ceux-ci s'agglutinent autour de vous). Actuellement, sur la Station spatiale internationale, un système de succion est utilisé. Mais il n'est clairement pas adapté aux contraintes des combinaisons spatiales: https://www.huffingtonpost.fr/2017/02/16/les-trois-gagnants-du-concours-de-la-nasa-pour-resoudre-le-probl_a_21715414/
  6. Ces 6 découvertes scientifiques que des femmes se sont fait voler par des hommes Les chromosomes X et Y, la composition des étoiles, la structure de l'ADN, la fission nucléaire, les pulsars ou encore la génétique des bactéries: toutes ces découvertes fondamentales pour la science l'ont été par des femmes. Mais ce sont des hommes qui s'en sont octroyé les mérites. Elles sont toutes des pionnières et ont largement contribué aux progrès de la science. Mais elles sont restées dans l'ombre. Alors que se tient ce dimanche la journée internationale des femmes et des filles de science, BFMTV.com revient sur les découvertes de six femmes scientifiques accaparées par des hommes. Victimes de ce qui est désigné comme l'effet Matilda, c'est-à-dire le déni ou la minimisation de la contribution scientifique de chercheuses au profit de leurs collègues masculins, nombre d'entre elles n'ont ainsi jamais reçu le prix Nobel qui leur revenait. Et ont parfois attendu longtemps pour bénéficier de la reconnaissance qu'elles méritaient. 1 - La fission nucléaire: Lise Meitner C'est une femme qui a découvert la fission nucléaire, Lise Meitner, née en Autriche en 1878. Mais pendant des décennies, elle a été attribuée à deux hommes, Otto Hahn et son assistant Fritz Strassmann. C'est pourtant elle qui, en 1938, comprend les implications des résultats de l'expérience menée par Otto Hahn et en calcule l'énergie produite, raconte National Geographic.Mais ce dernier publie les résultats de cette étude sans la citer - certains mettent en avant le contexte de l'Allemagne nazie pour expliquer cette omission, Lise Meitner étant juive et n'ayant plus le droit de travailler. Il obtient le prix Nobel de chimie de 1944 pour la découverte de la fission des noyaux lourds. Au début du XXe siècle, les femmes n'ont pas le droit d'embrasser une carrière académique. C'est même à titre exceptionnel qu'elle est autorisée dans une université de Berlin après avoir obtenu son doctorat à Vienne. Dans les premiers temps, elle intègre un institut de recherche en tant qu'invitée et travaille bénévolement. Lise Meitner et Otto Hahn vont ensuite travailler sur la radioactivité ensemble, à statut égal, pendant une trentaine d'années. Tous deux découvrent en 1918 le protactinium, un élément chimique. Indépendamment de ses travaux avec Otto Hahn, elle mène des recherches pionnières en physique nucléaire. En 1923, elle découvre la transition non-radiative qui sera pourtant nommée "effet Auger" en l'honneur de Pierre Auger, un scientifique français qui fera cette découverte… deux ans après elle. C'est aussi elle qui, en 1934, implique Otto Hahn et Fritz Strassmann dans le "projet uranium", un programme de recherche qui mène quatre ans plus tard à la découverte de la fission. Mais en 1938, son statut de directrice du département de physique d'un institut de recherche ne la protège plus. Elle doit fuir l'Allemagne. Elle meurt à Cambridge, au Royaume-Uni, à l'âge de 89 ans. Si elle a reçu de son vivant 21 récompenses scientifiques, elle a été ignorée du comité Nobel, bien que nommée à 48 reprises en chimie ou en physique. En guise de compensation: deux cratères, sur la Lune et Vénus, portent son nom. En 1997, le nouvel élément de numéro atomique 109 est baptisé meitnerium en sa mémoire. 2 - La structure de l'ADN: Rosalind Franklin Rosalind Franklin aurait dû recevoir deux prix Nobel mais elle n'a jamais pu être nommée. Scientifique d'une grande rigueur, elle a été longtemps oubliée de l'histoire et est devenue une icône féministe, emblématique de ces femmes scientifiques malmenées et spoliées par leurs confrères, comme l'explique France culture. Cette biologiste moléculaire britannique née en 1920 a pourtant été la première scientifique à réaliser en 1951 des radiographies aux rayons X de l'ADN. Dans un rapport non publié, elle formule déjà l'hypothèse de la structure hélicoïdale de l'ADN. Mais deux ans plus tard, avant qu'elle n'ait eu le temps de publier ses résultats, deux hommes, James Dewey Watson et Francis Crick, se procurent les clichés de la jeune scientifique à son insu. Ils publient un article dans la revue Nature sur la structure à double hélice de l'ADN en s'appropriant ses données, notamment celles obtenues par son fameux cliché 51. Mais ils ne la créditent pas. Pour cette découverte, les deux hommes ainsi que Maurice Wilkins qui travaillait également sur la structure de l'ADN, obtiennent en 1962 le prix Nobel de médecine. Rosalind Franklin n'aura jamais pu défendre son rôle dans cette découverte: elle est morte prématurément quatre ans plus tôt à l'âge de 37 ans d'un cancer des ovaires, probablement dû à sa surexposition aux radiations. Ce n'est qu'en 2003 que James Dewey Watson reconnaît dans une interview que Rosalind Franklin aurait elle aussi mérité d'être nobélisée, rappelle Le Figaro. En plus de ses travaux sur la structure de l'ADN, ses recherches sur la structure des virus seront poursuivies par le physicien britannique Aaron Klug, avec qui elle travaillait. Elle est morte depuis près de 25 ans quand il reçoit, en 1982, le Nobel de chimie. 3 - Les pulsars: Jocelyn Bell Burnell Jocelyn Bell Burnell, une astrophysicienne britannique née en 1943, est à l'origine d'une des plus grandes découvertes astronomiques du XXe siècle. Et pourtant, deux hommes ont obtenu les honneurs à sa place. Elle est encore étudiante à Cambridge lorsqu'elle découvre en 1967 le premier pulsar, un objet astronomique émettant un fort rayonnement électromagnétique, ou plus précisément un reste d'étoile résultant d'une supernova, c'est-à-dire l'explosion d'une étoile en fin de vie. Mais parce qu'elle n'est qu'une élève, le comité Nobel récompense en 1974 son directeur de thèse, Antony Hewish, ainsi qu'un autre chercheur. Elle figure pourtant à la deuxième place sur l'article scientifique révélant la découverte, rapporte The Telegraph. Elle ne protestera pas. Cette injustice suscite pourtant à l'époque une vive controverse auprès de la communauté scientifique pour qui il ne fait aucun doute que c'est bien Jocelyn Bell Burnell qui aurait dû être récompensée et qu'elle a été ignorée en raison de son genre. 4 - La composition des étoiles: Cecilia Payne-Gaposchkin Née en 1900 au Royaume-Uni, Cecilia Payne-Gaposchkin doit s'exiler aux États-Unis pour avoir le droit de faire de la recherche, les femmes n'ayant à cette époque pas accès à ces métiers. À Harvard, où elle obtient une bourse d'étude, cette astronome découvre en 1924 que les étoiles sont composées à 98% d'hydrogène et d'hélium, ce qui signifie qu'elles ont une composition radicalement différente de celle de la Terre. Le professeur Henry Russell la dissuade de publier ses résultats, convaincu qu'elle a tort. Il qualifie à l'époque ses conclusions de "clairement impossibles". Mais quatre ans plus tard, ce même Henry Russell arrive aux mêmes résultats que Cecilia Payne-Gaposchkin et comprend qu'elle avait raison. Dans sa publication, il évoque les précédents travaux de la jeune femme mais passe sous silence son revirement de position. Ce n'est que plusieurs décennies plus tard qu'elle obtiendra le titre officiel de professeure. Elle deviendra la première femme cheffe du département d'astronomie de cette prestigieuse université américaine. 5 - Les chromosomes X et Y: Nettie Stevens En 1933, Thomas Hunt Morgan, un généticien de renom, obtient le prix Nobel de médecine pour ses travaux sur le chromosome et l'hérédité. Sauf qu'en réalité, c'est Nettie Stevens, dont il était le directeur de thèse, qui a découvert dès 1905 que le sexe de l'enfant était déterminé par les chromosomes. Plus précisément, cette pionnière de la génétique a identifié le rôle des chromosomes X et Y. Mais la conséquente contribution scientifique de cette généticienne américaine a longtemps été passée sous silence. Fille de charpentier, cette élève brillante se destine d'abord au métier d'enseignante. Mais à l'âge de 35 ans, elle décide de reprendre ses études et entame un cursus universitaire de biologie. Elle se spécialise dans l'étude des cellules. C'est en étudiant une espèce de coléoptère qu'elle comprend que la détermination du sexe dépend de la présence ou de l'absence du chromosome Y. Mais ses conclusions vont à l'encontre de la pensée en vigueur à l'époque: les scientifiques estimaient alors que le sexe était déterminé par la mère ainsi que par des facteurs environnementaux, précise Sciences et avenir. Il faudra des années pour que X et Y soient reconnus et admis. Au même moment, un autre chercheur parvient à des conclusions similaires que celles de Nettie Stevens, indique Nature. Elle meurt sept ans plus tard d'un cancer du sein, sans la reconnaissance de la communauté scientifique qui lui sera finalement accordée des décennies plus tard. En dix ans de carrière universitaire, elle a publié une quarantaine d'articles, rapporte The Independent. 6 - La génétique des bactéries: Esther Lederberg Son mari a été nobélisé pour leurs travaux communs mais pas elle. Esther Lederberg est une microbiologiste américaine et une précurseure en génétique des bactéries. Encore étudiante, elle découvre en 1951 le phage lambda, un virus bactériophage qui infecte la bactérie escherichia coli, relate National Geographic. Avec son premier mari, Joshua Lederberg également généticien et microbiologiste, ils développent une technique toujours utilisée aujourd'hui en laboratoire de culture bactérienne par réplication. Tous deux font considérablement avancer la biologie moléculaire en faisant des découvertes sur l'organisation du matériel génétique des bactéries. Mais seul Joshua reçoit en 1958 le prix Nobel de médecine pour leurs recherches communes. "Elle a été l'une des grandes pionnières en génétique bactérienne. Sur le plan expérimental et méthodologique, c'était un génie de laboratoire", saluait lors de son décès en 2006 un microbiologiste de l'Université de Stanford, où Esther Lederberg a enseigné, non sans difficulté. En 1959, elle a dû convaincre le doyen de lui accorder un simple poste de vacataire alors qu'elle était surqualifiée et qu'elle avait déjà fait ses preuves, raconte The Guardian. Elle a ensuite réussi à fonder et diriger un institut de recherche. "Une véritable légende", l'honorait une autre professeure de cette célèbre université californienne. https://www.bfmtv.com/international/ces-6-decouvertes-scientifiques-que-des-femmes-se-sont-fait-voler-par-des-hommes-1363095.html
  7. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    comme on dit en belgique, "il y a plus dans deux têtes que dans une " sur ce bonne journée
  8. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    ce film je l'ai vu il y a plus de dix ans, donc al mémoire a ses défaut. mais elle a aidé à la découverte du radium. même si c'est minime. de toute façon, je ne suis pas scientifique , j'ai une base mais ça remonte à loin, ... donc, évidement je tiendrais compte de ton avis avant tout !
  9. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    j'ai trouvé
  10. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    je n'ai pas dis qu'il avait découvert quelque chose je dis si on tient compte de tes critères ce gars là en serait pas où il est, c'est un informaticien autodidacte, qui invente des application, donc en quelque sorte il invente et découvre des choses. tu disait que si une personne n'avait pas de base on n epouvait rien en tirer or non, je te le prouvre avec ce gars là. il invente des application grace au codage informatique et cela sans aucun diplome d'informatique. pas d'universitaires informaticiens viennent le consulter, .... même la silicone valley !
  11. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    Avec MolenGeek, Ibrahim Ouassari veut donner un coup de pouce aux jeunes de Molenbeek (et du Maroc) Anaïs LefébureHuffPost Maroc INSTAGRAM ENTRETIEN - Ibrahim Ouassari, Belgo-marocain de 39 ans originaire de la commune de Molenbeek à Bruxelles, dit lui-même avoir un parcours "chaotique". Après avoir quitté l'école à 13 ans et enchaîné les petits boulots, il se lance dans l'informatique en autodidacte. 25 ans plus tard, il est à la tête de quatre entreprises et d'une vingtaine d'employés. Au printemps 2015, l'entrepreneur a co-fondé MolenGeek, à la fois incubateur de start-ups, espace de coworking et école de "coding" pour donner un coup de pouce aux geeks et jeunes désoeuvrés de Molenbeek, commune tristement connue dans les médias pour avoir abrité la plupart des auteurs des attentats de Paris et Bruxelles. Le concept, qui attire des centaines d'entrepreneurs et informaticiens en herbe, a été soutenu par Google et Samsung. Il s'exporte désormais à l'international, notamment en Italie et au Maroc, où MolenGeek a organisé un start-up week-end au mois de décembre et entend développer des partenariats avec des entrepreneurs marocains. Entretien. HuffPost Maroc: Qu'est-ce que MolenGeek? Ibrahim Ouassari: MolenGeek est un écosystème "bottom-up" créé en 2015, qui a pour mission de rendre accessible les nouvelles technologies et l'entrepreneuriat à tous. MolenGeek est composé d'un espace de coworking, d'une Coding School et propose un programme d'incubation à ses membres. Pourquoi avez-vous créé cet espace? A l'origine, cela partait d'une envie personnelle de partager ce que j'ai reçu dans mon expérience de vie. Je suis né et j'ai grandi à Molenbeek, j'ai eu un parcours scolaire chaotique et cela ne m'a pas empêché de lancer plusieurs sociétés en informatique et de me retrouver à la tête d'une vingtaine d'employés. MolenGeek était pour moi une manière de prouver aux jeunes qui me demandaient sans cesse quelles études fallait-il entreprendre pour devenir comme moi que les technologies sont accessibles à tous même sans background académique. Comment avez-vous financé sa création? Soutenu au départ par la commune de Molenbeek et des sponsors locaux (des petit restos du quartier et autres petits commerces molenbeekois) MolenGeek a reçu, en 2016, le soutien financier du gouvernement fédéral et du sponsoring de grands acteurs tech, tels que Google et Samsung qui nous ont permis de développer nos activités. https://www.huffpostmaghreb.com/2018/02/15/molengeek-ibrahim-ouassari-entrepreneur-jeunes-molenbeek-maroc_n_19239008.html la découverte c'est lui en personne, le gars part de rien aucune base scolaire.
  12. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    mais l'exmple de molengeek te contredit désolé, le gars n'avait aucune base en informatique et là il est reconnu mondialement, .... le gars était un cancre à l'école . sinon, de toute façon, on est mal barré enfin ceuxqui nous suivront http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/detecteur-rumeurs/2018/02/06/demain-cretins-3-choses-savoir-baisse-qi
  13. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    ah bon, ....
  14. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    oui mais on aurait pu passer à coté de ce génie si on avait appliqué tes critères, un arriéré restera un arriéré, or, moi je dis non, tout le monde peut apporter des idées, on appelle ça un brainstorming. molengeek tu connais ? un non diplomé à la silicone valley, 4 entreprise technologique, le fondateur n'a pas ses primaires, aucun diplome. et invité à la sillicone bvalley https://molengeek.com/ Molengeek, quand un jeune créateur d'entreprises transforme Molenbeek en nouvelle Silicon Valley https://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_molengeek-quand-un-jeune-createur-d-entreprises-transforme-molenbeek-et-nouvelle-silicon-valley?id=9851100 je préfère ma position elle est plus ouverte et humaniste.
  15. azed1967

    et si les scientifiques faisaient fausse route ?

    merci !
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité