Aller au contenu

pila

Membre
  • Compteur de contenus

    18 571
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Points

    36,505 [ Donate ]

4 abonnés

À propos de pila

  • Date de naissance 01/01/1960

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    Bretagne
  • Intérêts
    Se cultiver - Rigoler - Tenter le mieux possible d'aider.

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

pila's Achievements

Baby Forumeur

Baby Forumeur (1/14)

  • Très populaire Rare

Badges récents

6,9 k

Réputation sur la communauté

  1. pila

    "Elle va perdre"

    Vous généralisez.
  2. etc etc etc... Le problème de la Planète est une question... planétaire. Une fois de plus, Macron jette de la poudre aux yeux. Cette convention est un gadget.
  3. pila

    "Elle va perdre"

    Si vous voulez le Chaos complet, votez Le Pen. De toute façon, à moins d'avoir le soutien de l'Armée, elle est vouée à l'échec aux Législatives. Le Peuple Français est raisonnable. Et ce ne sont pas les millionnaires, têtes brûlées, innocents intellectuellement parlant qui voteront pour elle qui feront le poids dans la rue face à la masse républicaine.
  4. pila

    "Elle va perdre"

    Le chiffre LREM est faux, puisque plus de quinze députés ont déserté.
  5. Le Télégramme de Brest - en ligne. La chaîne de pubs Greene King et le marché de l’assurance Lloyds of London, deux importantes entreprises britanniques, ont annoncé le versement de donations, après avoir reconnu leur implication, au XVIII et au XIXe siècle, dans l’esclavage. Deux entreprises britanniques de premier plan, la chaîne de pubs Greene King et le marché de l’assurance Lloyds of London, vont verser des donations à des organismes de soutien aux minorités ethniques, une forme de compensation pour leur implication passée dans le commerce des esclaves. Nick Mackenzie, le directeur général de Greene King, a déclaré jeudi dans un communiqué reçu par l’AFP qu’il est « inexcusable que l’un de nos fondateurs ait profité de l’esclavage et milité contre son abolition au XIXe siècle ». Greene King a été fondé en 1799 par Benjamin Greene, l’une des 47 000 personnes qui ont bénéficié de compensations payées aux anciens propriétaires d’esclaves après l’abolition de l’esclavage par l’Empire britannique en 1833. À lire sur le sujet Jacqueline Lalouette : « Qui peut décider et, au nom de quoi, qu’une statue est offensante ? » Les liens de Greene King avec la traite des esclaves ont été mis en lumière par une banque de données de l’université UCL, tout comme ceux de Lloyds of London mais aussi d’autres entreprises britanniques comme la banque RBS ou le promoteur immobilier British American Land Company. « Une période horrifiante de l’histoire anglaise, et de la nôtre » Greene King, qui compte environ 2 700 établissements et a été rachetée l’été dernier par le milliardaire de Hong Kong Li Ka-Shing, affirme vouloir investir de manière « importante » et durable dans des associations et organismes de soutien aux communautés noires et minorités ethniques (l’acronyme anglais BAME, NDLR) et œuvrer plus fortement en faveur de la « diversité raciale en entreprise ». Nick Mackenzie a aussi affirmé que le site internet du groupe serait mis à jour dès jeudi pour reconnaître son passé esclavagiste. De son côté Lloyds of London s’excuse dans un communiqué pour « le rôle joué au XVIII et XIXe siècles dans le commerce des esclaves - une période horrifiante de l’histoire anglaise, et de la nôtre ». Il s’engage également à verser des dons à des organisations de soutien aux minorités ethniques, sans donner de chiffres ou de détails, et à des programmes de promotion des minorités dans ses rangs. Les décisions de Lloyds of London et Greene King interviennent après plusieurs semaines de manifestations à travers le monde après la mort de George Floyd, un homme noir qui n’était pas armé lors d’une interpellation par un policier blanc aux États-Unis, après une longue série d’incidents similaires. À lire sur le sujet Churchill, Colomb, Colston : ces statues de la discorde [En images] Début juin, des manifestants ont déboulonné la statue d’Edward Colston, un ancien marchand d’esclaves anglais à Bristol, au sud-ouest de l’Angleterre. Cet acte a été le point de départ d’une série de dégradations de statues de personnalités contestées en raison de leur implication dans le commerce triangulaire ou d’anciennes prises de position racistes - celle de Winston Churchill compris. Il a aussi lancé un débat dépassant les frontières du Royaume-Uni sur le bien-fondé du maintien de ces marques d’honneur dans l’espace public.
  6. J'ai écrit que nous sommes en période pré-révolutionnaire. Le vase, qui se remplit depuis quatre décennies, est en train de dé&border (j'ai vécu en tant qu'adulte ces décennies). Quand on préfère entretenir trop de fonctionnaires 'Déficit) et faire augmenter le chômage en laissant allégrement des produits étrangers envahir les rayons français, il est normal qu'au bout d'un moment, tout lâche.
  7. pila

    Plan de l’été

    Va bosser !
  8. pila

    Violences à Dijon

    Bon, d'après ce que j'ai lu sur un site d'information, c'est la faute à personne si ça se passe comme ça parfois. Moi, je suggère que l'armée vienne et tire dans les pattes des connards. Infirmes à vie les gars !
  9. Ta g........ ! Ta sale g........ de c...... !
  10. La situation sociale et des banlieues n'a jamais été aussi explosive depuis bien longtemps. Et le Freluquet patauge !
  11. Juste le prix des carburants.
  12. Empereur de l'escalade à mains nues, ce sport lui doit énormément. Il aurait eu 60 ans aujourd'hui. Je me souviens d'un des premiers reportages qui lui fut consacré. J'étais resté coi devant mon écran de TV. Il s'est tué bêtement à 52 ans... dans ses escaliers. https://www.dailymotion.com/video/x2ftmfb
  13. Il est sans aucun doute qu'il y a des personnages qui ne méritent pas d'avoir une rue à leurs noms. Mais avant que les nases ne le comprennent, il faudra encore du temps !
×