Aller au contenu

Scénon

Membre
  • Contenus

    3 000
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Scénon

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

Activer
  1. Scénon

    L'exaltation de la sexualité dans la religion

    Ce qui suit, j'ai déjà eu l'occasion de l'écrire une ou deux fois dans d'autres topics, mais cela a parfaitement sa place ici. Quand l'ange Gabriel (dont le nom signifie “Mâle de Dieu” – et “mâle” veut dire ici... “mâle” ), quand Gabriel donc, rend visite à Marie, il est dit qu'il « entra auprès d'elle », formule biblique habituelle employée pour un homme qui “connaît” une femme. On connaît l'issue de l'affaire : neuf mois plus tard naît le Verbe. Par ailleurs, on pourrait proposer quelques commentaires sur le “Tout-Puissant” susceptibles de faire rougir de jeunes filles ()... ou garçons. En voici un, relativement soft : « Ô croyants de Dieu, changez votre façon de vivre alors qu'il en est temps encore et recherchez avec acharnement les clefs qui ouvrent les portes du séjour de vie, de joie, d'amour et de paix. Abandonnez vos encombrants bagages aux avides et demandez au Seigneur d'amour et de connaissance la route ainsi que le viatique, comme des enfants égarés et repentants, car c'est l'inouï, l'incroyable, l'énorme que nous devons demander à Dieu qui est tout-puissant pour nous satisfaire. » Avant que je n'oublie : mes meilleurs vœux à tous, aux obsédés, aux purs, aux athées, aux asexués, aux croyants, aux égarés !
  2. Scénon

    L'exaltation de la sexualité dans la religion

    Parmi les nombreuses conquêtes amoureuses de Zeus (Jupiter), il y a celle du jeune Ganymède. La formule “rapt de Ganymède” est ambiguë, et les illustrations se font l'écho de cette ambiguïté. Le nom même de Ganymède signifie “aux belles parties” (). D'après Pline, Ganymède s'appelait aussi Catamitus, terme dont les Latins se servent pour désigner un “mignon” (cf. Gaffiot, Dictionnaire Latin-Français).
  3. Scénon

    L'exaltation de la sexualité dans la religion

    La tradition judéo-chrétienne représente et décrit toujours le diable comme un eunuque, comme asexué, amoureux d'Ève et jaloux d'Adam qui possède quelque chose que lui-même n'a pas. D'où la fameuse séduction opérée par l'ennemi et tout le drame qui s'ensuivit... L'arbre de la mort et de la vie est souvent représentée sous forme du sexe dressé d'Adam : ci-dessous une illustration soft et plutôt suggestive de la chose ; mais il en existe des plus hard () et plus explicites...
  4. Scénon

    L'exaltation de la sexualité dans la religion

    Au contraire ! cela me paraît tout à fait évident.
  5. Scénon

    L'exaltation de la sexualité dans la religion

    Mais, puisque le mot employé dans le texte évangélique est évidemment grec, Bebescourt (Les Mystères du christianisme, t. II, p. 80) lui prête une étymologie tirée du grec, qui aboutit au même sens : « Les Grecs nomment un chameau kamêlos (kam-êlos), et je distingue dans ce nom kamei êlos, le clou (êlos) qui doit travailler (kamei) pour ensemencer nos terres féminines. J'aperçois de plus, entre l'animal nommé “chameau” et l'instrument populatif [= le sexe mâle fécondateur] que son nom représente, une particulière analogie ; car etc. » (En fait, la suite devient vraiment cru ; je m'impose une certaine censure ! )
  6. Scénon

    L'exaltation de la sexualité dans la religion

    On trouve parfois chez les rabbins un langage sexuel d'une crudité étonnante. Un exemple célèbre, Matthieu 19, 24 ; c'est Jésus qui parle : « Il est plus facile à un chameau de passer par le chas d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu ». En araméen (langue supposée de Jésus), le mot pour “chameau” désigne le sexe mâle en érection ; c'est un euphémisme.
  7. Au moins vous êtes clairvoyant à ce sujet, contrairement aux plupart des Occidentaux qui croient encore, et férocement, au dernier dogme qui leur reste (et qu'ils ont eux-mêmes créé de toutes pièces) : le dogme du progrès. Il faut (ou il faudrait...) toujours partir de ce qui est, et non de ce qu'on voudrait qui soit. Vous avez raison : je ne suis pas loin de vouloir renoncer à toute discussion, au moins avec des interlocuteurs incapables de comprendre un minimum le bon français. D'ailleurs, c'est ce que certains d'entre eux désirent en fait : qu'il n'y ait pas de débat, jamais, car le débat risque de les mettre nez à nez avec ce qu'ils n'osent pas voir en face. Connaissez-vous Les Dieux ont soif d'Anatole France ? Vous y trouverez l'illustration parfaite de ce vers quoi semble se (re)diriger, de plus en plus, notre société actuelle.
  8. Un passage de l'Ancien Testament concernant Sarah parle du même phénomène.
  9. Scénon

    L'exaltation de la sexualité dans la religion

    Dans le même registre, un bas-relief du temple de Khajurâho en Inde :
  10. Je ne connais pas du tout, mais cela a l'air intéressant. Espérons qu'un spécialiste de l'Inde comme@Maroudijipourra nous en dire plus – ou vous-même ! Inutile, je suis bien d'accord, aussi inutile que d'être progressiste, d'autant plus que ce monde tournera toujours en rond à la même allure. Justement, je préfère ne traiter personne de “gros c*n”, sous peine de découvrir un jour que c'est moi qui l'ai défini, donc créé, tel !
  11. Je ne suis toujours pas tout à fait sûr de bien vous suivre. Mais je me permets de vous répondre par deux citations de Louis Cattiaux (1904-1953), un philosophe que j'admire beaucoup ; elles expriment, mieux que je ne le pourrai moi-même, ce que j'ai à l'esprit au sujet de l'inutilité d'agir directement sur le monde (et je peux légitimement me reprocher de ne pas assez me conformer à ces sages propos !). Elles sont peut-être en rapport direct avec ce que vous voulez me dire : « Celui qui connaît le dessous de la création ne se scandalise d'aucune injustice, ne se heurte à aucune apparence et ne s'émeut d'aucun bouleversement dans le monde, car il sait que tout se conforme en nous et autour de nous à la vision intérieure. » « Ce qui est nettement établi au-dedans est déjà en voie de réalisation au-dehors dans le monde. C'est le monde du dedans qui changera premièrement, ensuite le monde du dehors sera aussi fait clair et beau. »
  12. Je n'ai pas compris ce que vous voulez dire.
  13. Scénon

    Herméneutique

    Aucune idée. Déçu par le titre attirant et prometteur, le sujet du topic n'étant pas l'herméneutique en général, mais celle d'un verset isolé. (Sinon, vous prenez bien des gants pour traiter d'une question en soi parfaitement légitime. )
  14. Scénon

    L'exaltation de la sexualité dans la religion

    Parfois, les Grecs assimilent Isis et Osiris à Héra et Zeus ; le texte suivant d'Origène (Contre Celse, IV, 48, éd. du Cerf) commenterait alors parfaitement la scène : « Chrysippe de Soles, qui passe pour avoir honoré le Portique par maints ouvrages pénétrants, explique un tableau de Samos où Héra était peinte commettant avec Zeus un acte obscène [un euphémisme... ]. Le grave philosophe dit dans son traité que la matière [Héra/Isis], ayant reçu les raisons [ou notions/idées] séminales de Dieu [Zeus/Osiris], les garde en elle-même pour l’ordonnance de l’univers. Dans le tableau de Samos, Héra c’est la matière, et Zeus c’est Dieu. » À noter qu'Origène n'a aucun souci avec le caractère obscène de la peinture décrite.
  15. Depuis que je suis sur ce forum (je m'approche des 3000 messages), j'ai rencontré des personnes qui voient souvent le bon côté des choses, ou qui notent çà et là un aspect positif ou intéressant, même quand ces choses sont en quelque sorte diamétralement opposées entre elles. J'en ai rencontré et lu aussi beaucoup qui sont insatisfaits, acerbes, fâchés, mécontents, hostiles, “contre”, toujours, toujours et encore toujours “contre”, quel que soit le sujet, le point discuté, le détail soulevé, peu importe de quel bord ils se prétendent. Ou plutôt, malgré des apparences de “bord”, ils n'ont absolument pas la moindre idée de ce à quoi ils aspirent vraiment. Quand bien même le monde serait devenu conforme à ce qu'ils rêvent vaguement, ils seraient toujours et encore révoltés contre l'état des choses, quel qu'il soit. On voudrait les aider, mais on ignore comment. La seule chose dont je suis convaincu est celle-ci : ce n'est pas en changeant le monde qu'on les aidera.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité